Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

Portraits d’étudiants

Texte intégral

Sabancı

1Une jeune fille en master d’arts visuels : cette jeune fille vient d’intégrer l’université après avoir passé son enfance et fait ses études à Ankara. Elle s’ennuie un peu dans ce campus car elle se sent un peu isolée. Si elle avait eu plus d’argent et si l’université ne se situait pas aussi loin du centre, elle aurait aimé habiter dans une vieille maison de Cihangir, avec une belle vue sur le Bosphore. Elle est logée dans une cité à Mutlukent avec 40 autres élèves de troisième cycle. Elle n’a pas de voiture ni même de permis de conduire et aimerait pouvoir être plus mobile.

2Un garçon de seconde année qui a décidé de suivre le programme « arts visuels » : il se décrit comme un « Cadde çocuğu », c’est-à-dire un enfant de la rue Bağdat, qui est une rue longue de plus de 10 kilomètres qui longe la côte, et où se trouvent la plupart des magasins chics et des cafés de la haute bourgeoisie de la rive asiatique. Ses parents habitent le quartier résidentiel de Suadiye et il réside dans une villa au bord de la mer à dix kilomètres au sud du campus. Il se déplace facilement car il a une voiture. Il décrit l’université Sabancı comme un endroit où l’on s’ennuie terriblement, qui « détruit psychologiquement les gens ». Il aurait de loin préféré étudier à Yeditepe, dont il a visité le nouveau campus. C’est pour lui l’endroit idéal car la majorité des élèves viennent de son quartier ou du moins de son milieu social, et parce que le campus possède deux véritables bars-discothèques. Il regrette qu’il y ait tant de boursiers à Sabancı, car ces élèves passent selon lui le plus clair de leur temps dans leur chambre à travailler, de peur de perdre leur bourse. Il regrette aussi qu’il y ait si peu de véritables stambouliotes comme lui dans l’université.

3Merve, élève de première année (2e année sur le campus) : C’est une stambouliote issue du quartier résidentiel d’Erenköy. Elle est diplômée d’un lycée privé de Kadıköy, le Batı Lisesi. Elle est boursière à hauteur d’un tiers des frais de scolarité. Elle m’a donné des statistiques précises sur le campus, qui lui ont été communiquées par les professeurs durant l’année préparatoire. D’après elle, il y aurait ainsi 50 % d’étudiants stambouliotes sur le campus. Elle réside sur le campus et se dit heureuse, bien qu’elle trouve que les profes­seurs donnent trop de travail le soir, au point qu’il faille passer nuit blanche sur nuit blanche pour atteindre le niveau exigé. Elle possède cependant une vie sociale active grâce aux clubs de danse et de basketball dont elle fait partie. Elle m’a raconté d’autre part que des fêtes sont organisées depuis peu dans la grande salle du bâtiment administratif. Le second vendredi de décembre, une centaine de personnes sont venues danser. Elle n’a pas de voiture mais n’en voit pas l’utilité car lorsqu’il y a un anniversaire en ville, un concert comme celui de Mogwai au « Babylon », ou une pièce de théâtre, il est très facile d’obtenir une navette pour peu qu’une quinzaine de personnes soient intéressées.

4Arzu, élève de première année (2e année sur le campus) : Arzu est originaire d’Eskişehir, où elle a été diplômée au lycée anatolien. C’est une boursière, et elle réside également sur le campus. Ils sont au total neuf à Sabancı à venir de ce lycée, qui fait partie des meilleurs du pays. Elle se plaît à Sabancı. Elle se débrouille souvent pour sortir du campus le week-end en dormant chez une amie dont la famille réside à İstanbul. Elle m’a expliqué que le fait d’habiter Tuzla ne veut pas dire qu’elle connaît moins bien la ville qu’un étudiant de l’université Galatasaray, située en plein cœur de la ville. Ses amies de lycée qui étudient dans cette université ne se déplacent qu’entre Beşiktaş et Taksim, car ils se trouvent déjà dans le centre, tandis qu’elle va aussi bien à Kadıköy, sur la rive asiatique, qu’à Bakırköy, au sud de la rive européenne.

Bahçeşehir

5Une jeune fille de première année : elle habite avec sa famille à Bahçeşehir depuis sept ans, mais elle a fait ses trois ans de lycée aux États-Unis en Virginie. Elle se rend à İstanbul le week-end avec des amis qui ont une voiture. Elle m’a dit sortir surtout à Bebek et à Etiler. Elle considère que Bahçeşehir n’est pas du tout isolée car ils sont à Taksim en à peine 25 minutes. En réponse à mes questions sur les étudiants de son université, elle m’a expliqué que selon elle la majorité des étudiants habitaient sur la rive européenne. À mes questions sur la division sociale de l’espace à l’intérieur de la cafétéria, elle a répondu que les élèves de l’espace fumeur étaient plus délurés que ceux de l’espace non-fumeur.

6Önder et Yahya : Ce sont également des élèves de première année, mais ce sont des boursiers. Yahya est en cours préparatoire et va entrer l’année prochaine en section informa­tique-mathématique, et Önder est en section ingénierie informatique. Ce sont tous les deux des pensionnaires du yurt. Önder est diplômé du lycée Galatasaray et Yahya du Fen lisesi de Balıkesir. La famille d’Önder habite Kadıköy, où il passe le week-end, et celle de Yahya habite Akhisar, près d’İzmir, mais il a une tante sur la rive asiatique chez qui il passe les week-ends. Önder prétend sortir beaucoup le week-end, sur Taksim surtout, mais aussi à Ortaköy, à Tophane pour fumer un nargile, et bien-sûr à Kadıköy et Moda. En revanche, il a précisé qu’il sortait très rarement sur la « Cadde ». En outre, ceux de ses amis qui possèdent une voiture passent le voir de temps en temps à Bahçeşehir. De son côté il leur rend visite également, sur les campus de Bilgi, de Koç, ou de Yeditepe. Yahya, quant à lui, a ajouté qu’il lui arrivait de sortir sur Taksim en semaine lorsqu’il n’avait pas trop de travail.

7Je leur ai expliqué que je menais une enquête sur les étudiants des universités privées, et Önder s’est voulu un informateur utile. Il m’a ainsi expliqué qu’au contraire d’autres universités privées, les étudiants viennent à Bahçeşehir avant tout pour étudier. Il a ainsi été très frappé à son arrivée par la manière dont tous les jeunes se sont mélangés sans distinction de classe ou d’origine, à l’exception tout de même des Karadenizli (originaires de la Région Mer Noire), qui « se trouvent les uns les autres ». Önder considère qu’il y a une émulation saine entre boursiers et non-boursiers, les premiers cherchant à rester les meilleurs et les seconds cherchant à les rattraper. C’est une université où il considère que l’enseignement est strict, puisqu’on ne peut pas passer dans la classe supérieure à moins d’avoir été reçu à tous les examens...

8Önder a aussi voulu m’expliquer les straté­gies des familles turques, et la manière qu’elles ont de se fixer des objectifs à chaque étape de la scolarité de leur enfant en fonction des résultats que celui-ci a obtenu aux différents examens qui jalonnent le parcours scolaire secondaire.

9Enfin, il s’est déclaré satisfait d’avoir choisi cette université, et qu’elle ne se trouvait tout compte fait pas si loin du centre que ça, bien qu’il y ait une expression que la plupart des étudiants utilisent régulièrement lorsqu’ils se rendent au centre-ville : « İstanbul’a gidiyorum » (« je pars pour İstanbul »).

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search