Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

Portraits d’université

Texte intégral

Université Bilgi

  • 7075 étudiants dont 716 en troisième cycle.

  • 746 boursiers de l’ÖSYM (dont 80 en troisième cycle), soit environ 10 % de l’ensemble des étudiants).

  • 484 enseignants, soit un enseignant pour 15 élèves.

  • 4 facultés :

    • Droit.

    • Economie et sciences administratives : départements de business administration, économie, relations internationales ;

    • Science et lettres : départements de lit­térature comparée, histoire, sociologie, psychologie, musique, informatique, mathématiques ;

    • Communication : départements de com­munication (pub, média, journalisme), Cinéma et télévision, design-communi­cation visuelle ;

1L’enseignement se fait exclusivement en anglais, à l’exception de la faculté de droit où l’enseignement est majoritairement en turc.

2Possibilités de double diplôme : avec l’uni­versité de Portsmouth pour les étudiants de la faculté d’Économie et sciences adminis­tratives ; avec la London School of Economics pour les étudiants du Honours Programme.

3L’université Bilgi s’est donné des missions très différentes du reste des universités privées. Au premier rang de ces missions figure l’idée de participer à la vie de la cité en construisant ses campus dans le centre-ville et de s’insérer dans la vie des quartiers où ces campus se situent :

  • 84 İstanbul Bilgi University, Undergraduate Handbook 2001/2002, September 2001, p. 7.

« Bilgi voit comme une partie intégrante de sa mission le fait d’aider les communautés des quartiers où ces campus sont situés en offrant un grand nombre d’opportunités pour le développement des individus et de la communauté »84.

4Oğuz Özerden, l’un des fondateurs de Bilgi, décrit les universités comme des « tours d’ivoire » :

  • 85 Karizma, n° 8, oct.-dec. 2001, dossier “Üniversite ve Eğitim”, interview avec Oğuz Özerden, pp. 83- (...)

« Nous avons voulu casser cette tour d’ivoire en créant des liens de communication directs avec la société et l’environnement immédiat des campus »85.

5Les fondateurs et les professeurs qui ont été successivement à la tête de Bilgi semblent partager un certain nombre de valeurs, telles que l’ouverture d’esprit et la tolérance. Cette communauté de pensée s’est donné pour objectif de faire avancer la connaissance afin d’œuvrer pour

« le bien-être des individus et de la société ». L’université promeut « la tolérance et le respect de la diversité des individus qui ont des styles de vie, des croyances et des modes de pensée différents à l’intérieur de la mosaïque des valeurs universelles contemporaines ».

6Elle veut en même temps

  • 86 İstanbul Bilgi University, Undergraduate Handbook 2001/2002, September 2001, p. 7.

« maintenir des liens étroits avec les différents segments de la société turque »86.

7Bilgi s’étend sur trois campus (cf. photos ci-dessus). Le campus de Taksim est réservé aux élèves d’année préparatoire, celui de Dolapdere aux élèves de première année et celui de Kuştepe aux élèves de seconde, troisième et quatrième années, ainsi qu’aux élèves de troisième cycle.

Photo n° 4 : Taksim

Photo n° 4 : Taksim

Photo n° 5 : Dolapdere

Photo n° 5 : Dolapdere

Photo n° 6 : Kuştepe

Photo n° 6 : Kuştepe
  • 87 İstanbul, dossier spécial “Kent-Universite”, avril 2000, Interview avec Oğuz Özerden, pp. 125-127.
  • 88 D’après un CD Rom de l’IFEA conçu par Sébastien Chambre.

8Le campus de Taksim a été établi dans un vieil immeuble de la rue Sıraselviler dont l’intérieur a été entièrement refait. Bien qu’il soit situé à 200 mètres à peine de la rue İstiklâl, ce qui devrait ouvrir aux élèves tout un éventail de possibilités, la majorité des élèves semblent ne pas s’y sentir à l’aise, du fait de l’étroitesse des lieux. Le campus de Kuştepe se situe dans un quartier pauvre du centre-ville, sur la rive européenne, dans des locaux appartenant à la municipalité de Şişli, qui a soutenu le projet. Oğuz Özerden explique dans une interview87que ce choix fait partie de la politique de l’université. L’objectif est de s’intégrer à la vie du quartier de Kuştepe et de le faire évoluer peu à peu. Bien qu’il reconnaisse que cela ne soit encore que théorique, les ordinateurs sont ouverts gratuitement aux habitants du quartier, de même que les projections de film. Lors du dernier festival du printemps de l’université, pour lequel étaient venus entre autres des « gitans » de Tekirdağ, le jardin de l’université était rempli d’habitants du quartier, et Özerden raconte que bientôt les vendeurs de kokoreç et de döner kebap viendront se saouler dans son école avec joie. Quant à l’architecture du campus, Özerden explique qu’il s’est « battu » avec l’architecte pour que le mur d’enceinte soit le plus bas possible, afin que les passants puissent voir à quoi ressemble l’université de l’extérieur, et pour que les bâtiments ne soient pas trop hauts afin de ne pas dénaturer le quartier. Cependant, ce discours ne coïncide pas avec l’architecture du nouveau campus ultramoderne de Dolapdere, entouré de murs de près de 5 mètres de hauts, et où la volonté de s’insérer à la vie du quartier pop­ulaire de Tarlabaşı semble inexistante88. Malgré l’absence de fenêtres, les élèves apprécient pour beaucoup le campus de Dolapdere et son confort moderne, et ne semblent pas dérangés par le fait d’entrer par une porte sombre située à l’arrière, gardée par une sécurité musclée. Il paraît normal aux élèves ayant connu les trois campus avec qui je me suis entretenu qu’il soit fait une distinction entre les habitants de Kuştepe, qui seraient en quelque sorte de gentils pauvres, et ceux de Tarlabaşı, qui seraient de méchants pauvres.

  • 89 Ibid.
  • 90 Ibid.

9Oğuz Özerden et les autres fondateurs de l’université semblent avoir eu une approche sociologique de l’espace originale. Celui-ci explique ainsi qu’à Bilgi il n’y a pas de séparation entre d’un côté une « cantine jet-set » (pour les élèves riches et « mondains ») et de l’autre la « cantine des révolutionnaires », comme c’est le cas, d’après lui, à l’université Boğaziçi. Les employés, les professeurs et les élèves partagent la même cafétéria89. Il se félicite d’autre part que le niveau de points minimum à l’ÖSS (taban puanları) nécessaire pour entrer à Bilgi soit relativement bas. Parmi une classe de 100 élèves, on trouve ainsi selon lui 10 excellents élèves boursiers mais aussi une vingtaine d’élèves ayant obtenu à l’ÖSS un nombre de points très faible. Özerden considère qu’il est mauvais de regrouper les meilleurs élèves entre eux, en particulier concernant les départements de sciences sociales. Ainsi, explique-t-il, « nous avons près de 20 % de bour­siers, issus des classes moyennes, mais aussi bien-sûr des élèves en Jeep Cherokee ».90

Université Koç

  • Née en 1993, sur le campus d’İstinye dans une ancienne usine d’allumettes du groupe Koç, puis a déménagé à Rumeli Feneri en 2000. En 1993, il y avait 191 étudiants de première année et 42 étudiants en troisième cycle.

  • 1710 étudiants. Depuis deux rentrées, le contingent de première année est passé de 200 à 500, ce qui s’est traduit par une augmentation des effectifs de 600 étudiants. L’augmentation va durer encore deux ans, jusqu’à ce que les étudiants entrés en 2000 soient diplômés. Il y aura ainsi environ 2 300 étudiants en 2003. En outre, avec l’ouverture en 2001 d’une faculté d’ingé­nierie, l’université estime que le nombre total d’étudiants devrait atteindre 2700.

  • 185 enseignants dont 45 professeurs étrangers, 98 professeurs et 42 assistants turcs.

  • 82 d’entre eux résident sur le campus et 11 dans des appartements à Arnavutköy (environ la moitié).

  • 864 étudiants résident sur le campus (environ la moitié) dont 244 en chambre simple, 505 en chambre double et 115 en chambre triple. Il y a 407 filles et 457 garçons (répartition similaire des chambres chez les garçons et chez les filles).

  • Au total 833 étudiants ont été diplômés à l’université Koç après avoir terminé le cycle undergraduate de 4 ans (66 en 1997, 205 en 1998, 181 en 1999, 199 en 2000 et 181 en 2001). 270 d’entre eux ont poursuivi leurs études avec un troisième cycle, et seulement 16 travailleraient pour des entreprises appartenant au groupe Koç.

  • Un tiers des étudiants sont boursiers.

  • 3 facultés :

    • Sciences, sciences humaines et littéra­ture (mathématiques, physique, chimie, psychologie, sociologie, histoire) ;

    • Economie et finance (économie, gestion, relations internationales) ;

    • Ingénierie (informatique, électricité, industrie, machines).

  • 1 école d’infirmières où tous les étudiants sont boursiers. L’enseignement en clinique se fait dans l’hôpital privé américain Vehbi Koç.

  • 5 MBA et des troisièmes cycles de sciences et de sciences sociales.

  • 25 clubs étudiants dont le club des sciences sociales qui propose aussi bien des cours d’échecs que des documentaires et des conférences, le club des débats qui organise des compétitions où l’on doit défendre un point de vue politique ou une opinion d’ordre éthique face à un adversaire, et le club des Nations Unies virtuelles, qui rencontre un grand succès auprès des étudiants, dans lequel il s’agit de se mettre dans la peau des représentants des pays membres de l’organisation et de prendre des décisions sur les sujets d’actualité.

  • 91 Le terrain sur lequel a été construit le campus appartient à la Marine turque, qui a accepté de le (...)

10Le campus se situe sur les collines de Sarıyer, à l’extrême nord de la ville, à environ 10 minutes en navette de la petite ville de Sarıyer91. Il est ainsi expliqué en introduction au catalogue de l’université que le campus est « proche de la ville mais isolé et loin des distractions de la vie urbaine ». Il est possible de circuler dans la majeure partie du campus sans sortir dehors en empruntant les couloirs souterrains. Ce complexe universitaire a été inauguré en 2000 et les étudiants semblent y être désormais habitués, même si la première année a été difficile. Les étudiants se plaig­naient d’être loin de tout et du manque de navette pour les emmener au centre-ville, en particulier en soirée. En effet, il n’y a de navette que tôt le matin depuis Taksim et Kadıköy et en fin d’après-midi depuis le campus car étant donné le nombre réduit d’étudiants, les entre­prises refusaient d’assurer un service plus fréquent. Une employée responsable des clubs étudiants m’a cependant assuré que les étudiants avaient trouvé d’autres moyens de se rendre en ville, en faisant de l’auto-stop ou en partageant un taxi depuis Sarıyer, ou encore en se faisant emmener par les étudiants motorisés jusqu’à Sarıyer depuis le campus.

  • 92 Kocas M., “Vakıflar Kanunu Tanımıyor”, Gökyüzü Gençlik Dergisi, n° 2, jan. 2001.

11L’empire Koç a pu compter sur ses diffé­rentes entreprises pour équiper le campus des facilités nécessaires au fonctionnement autarcique souhaité : Koçbank, les supermarchés Migros, la célèbre patisserie Divan, qui s’occupe de la cantine, et un salon de thé très chic dont le propriétaire est l’amie de Rahmi Koç (chairman du Board of Trustees de l’université). Cette utilisation des filiales du groupe est identique sur le campus de l’université Sabancı. Pourtant, la loi n° 2547 du YÖK interdit l’implantation d’entreprises commerciales telles que les supermarchés Migros sur les campus des universités privées92.

Photo n° 7 : Le Suzy’s Café

Photo n° 7 : Le Suzy’s Café
  • 93 Les étudiants de première année, qui ne se sont pas encore tout à fait approprié l’espace, sont ass (...)

12À l’entrée du Student Center se trouve le Suzy’s Café (cf. photo ci-dessus). Ce café a l’apparence d’un salon de thé des quartiers chic. Il y a trois espaces de lecture où l’on s’installe dans de confortables canapés beiges, et des tables espacées le long de quatre allées parallèles (les deux allées centrales étant légère­ment surélevées et comportant des canapés) séparées par de jolies barrières en bois rehaussées par de fins vitrages de 50 cm de hauteur. Tous les murs de la salle ainsi que le plafond sont décorés de bois plaqué. Des lampes murales à abat-jour donnent une lumière tamisée agréable. Les serveurs sont en chemise blanche, petit gilet en soie noire, pantalon noir et cravate noire. En termes d’utilisation de l’espace, la séparation des allées facilite la séparation des groupes93, même si l’ensemble est socialement très homogène. Il s’agit des garçons et des filles les plus populaires du campus, qui semblent passer une bonne partie de leur temps libre dans ce café.

13Le Cici Büfe, situé à l’étage en-dessous, pratique des prix beaucoup plus abordables. C’est un kiosque situé entre le Migros et la banque. Le Suzy’s Café existait déjà dans l’autre campus et le Cici Büfe est né lors du déménage­ment vers le campus actuel à la demande des étudiants qui trouvaient le Suzy’s Café trop cher. Le Cici Büfe a tout de même été contraint récemment de revoir ses prix à la hausse car le Suzy’s Café l’a accusé de concurrence déloyale. En outre, le Cici Büfe est ouvert 24h sur 24. D’après un professeur d’anthropologie de l’université, une partie des étudiants fréquente uniquement le Cici Büfe, et jamais le Suzy’s Café.

14La cantine est située au sous-sol. Fin novem­bre 2001, pour la première fois dans l’histoire de l’université, les étudiants se sont mobilisés à l’appel du Conseil des élèves pour mener une action collective. Trois jours durant, la cantine a été boycottée afin que les prix soient revus à la baisse. Un arrangement avait été passé avec un restaurant de lahmacun de Sarıyer pour que soit livré midi et soir de quoi nourrir les étudiants. Le boycott a été très suivi, aussi bien par les étudiants que par les professeurs. Le Suzy’s Café, qui pratique pourtant des prix très élevés, n’a pas été boycotté.

Koç et Bilgi, deux universités privées aux visions différentes

15Les universités Bilgi et Koç ont des profils très différents. Koç est une petite université de moins de 2000 étudiants (cf. tableau n° 3 page suivante) dont le campus est volontairement très excentré, afin de pouvoir fonctionner en vase clos et de créer une ambiance studieuse. Cette université aspire à faire partie des meilleurs établissements de Turquie, c’est pourquoi le tiers des étudiants sont des boursiers. Bilgi est à l’inverse une université qui rassemble au total plus de 7000 étudiants, et dont l’objectif est de créer un espace cosmo­polite bien inséré dans la ville. Le niveau et la réputation de l’université sont des aspects moins prioritaires qu’à Koç (à peine plus de 10 % des étudiants sont boursiers).

  • 94 Pour l’université Bilgi, la répartition géographique des familles par quartiers ne prend pas en com (...)

16Il est possible d’analyser la répartition géo­graphique des familles des élèves des deux universités en s’aidant de la « carte de répartition par statut social et revenu de la population d’İstanbul », établie à partir du recensement de 1990 par Murat Güvenç94.On observait alors à İstanbul 4 poches de richesse, qui se sont élargies depuis :

  • les quartiers résidentiels de la rive européenne situés entre les deux ponts : Etiler, Bebek, Ortaköy et Ulus. Durant les années 1990, un grand nombre de cités privées ont été construites sur les hauteurs de cette partie de la ville, faisant des Levent (1,2,3 et 4), de Maslak, et de Tarabya des quartiers chics. En outre, les sièges des grandes entreprises turques sont désormais installés dans de grandes tours ultra­modernes le long des grands axes routiers qui traversent ces quartiers.

  • les quartiers chics historiques du centre- ville : Nişantaşı, Teşvikiye et Maçka.

  • les nouveaux quartiers résidentiels du sud de la rive européenne, le long de la côte : principalement Yeşilköy et Yeşilyurt. Durant les années 1990, des cités privées ont été bâties dans les collines situées à l’intérieur des terres, derrière ces quartiers, notamment Bahçeşehir et Alkent, situé à proximité de l’Université Fatih.

  • les quartiers résidentiels traditionnels de la rive asiatique : Moda, Suadiye, Erenköy et Caddebostan. Au cours des dernières années, le sud de la rive asiatique s’est beaucoup développé. Les populations défavorisées ont été reléguées sur les collines situées à l’intérieur des terres, et les quartiers du bord de mer qui n’étaient pas encore habités par les couches sociales les plus élevées, tels Bostancı, Maltepe et Kartal, l’ont été progressivement.

17Sur le tableau n° 4 (cf. page suivante), on relève à Koç un nombre plus important qu’à Bilgi d’étudiants issus de familles résidant dans les quartiers résidentiels de la rive européenne situés entre les deux ponts (Etiler, Bebek, Ortaköy, Levent, Tarabya et Maslak, Ulus). Les écarts les plus importants concernent les quartiers d’Etiler et Ulus (1,5 points). Mis à part Ortaköy et Bebek, qui sont des quartiers plus anciens situés au bord du Bosphore, ces quartiers sont constitués de cités privées et de villas. Au-delà du second pont, la charpente du tissu urbain est similaire mais elle est nettement moins dense. Du fait de la proximité du campus de l’université Koç, le pourcentage d’étudiants dont les familles résident dans l’arrondissement de Sarıyer est deux fois plus important qu’à Bilgi.

Tableau 3 : Comparaison Koç/Bilgi (année 2001/2002)

  • 95 Güvenç M., “Toplumsal Coğrafyalar, Farklılıklar, Benzerlikler”, İstanbul, n° 36, 2001, pp. 80-83.

Koç

Bilgi

Nombre total d’étudiants

1710

635995

Nombre d’étudiants dont la famille réside à İstanbul

1016

3667

 % d’étudiants dont la famille réside à İstanbul

59,4

57,7

 % de boursiers ÖSS

33,5 (573 élèves)

10,5 (666)

 % de boursiers dont la famille réside à İstanbul / total des étudiants dont la famille réside à İstanbul

 ?

8,0 (291)

 % de boursiers dont la famille réside à İstanbul / total des boursiers

 ?

43,7 (291)

  • 96 Les quartiers de Şişli et de Beşiktaş sont très difficiles à délimiter car ils n’existent sur la ca (...)

18La proximité du campus est un facteur qui semble jouer peu sur les choix des étudiants. On observe tout de même un pourcentage supérieur à Bilgi de 0,4 points concernant les quartiers de Nişantaşı et Teşvikiye, qui sont les deux quartiers chics du centre-ville, situés à une quinzaine de minutes à pied du campus de Kuştepe de l’université Bilgi. Il en va de même pour les élèves dont les familles résident dans le quartier de Şişli (+ 1,8 points)96.

  • 97 Il serait intéressant à ce sujet de mener des recherches sur les liens entretenus par l’université (...)
  • 98 Lire à ce sujet l’enquête menée sur la communauté arménienne par Bertrand Buchwalter, qui devrait p (...)

19L’écart de 1,6 points observé pour les quartiers résidentiels de Yeşilyurt et Yeşilköy pourrait aussi s’expliquer en partie par la dis­tance qui sépare ces quartiers du campus de Koç, situé deux fois plus loin que celui de Bilgi. De plus, les différents moyens de transport collectifs relient efficacement ces quartiers à Taksim et Mecidiyeköy (proches de Bilgi). On peut cependant également tenter d’expliquer cet écart en opposant les profils des deux universités. La politique adoptée par Bilgi est de nature à plaire davantage aux minorités ethniques97, Yeşilyurt et Yeşilköy étant des quartiers où la communauté arménienne est très présente depuis plusieurs décennies.98

20Sur la rive asiatique, on observe deux écarts significatifs, à Erenköy (0,8 points) et à Bostancı (1,2 points). Dans les autres quartiers chics et dans les quartiers d’« appellation générique » plus hétérogènes, les pourcentages sont rela­tivement proches entre les deux universités.

Tableau 4 : Répartition géographique des familles des étudiants stambouliotes dans les universités Bilgi et Koç (année 2001/2002)

  • 99 Les quartiers en majuscule sont des quartiers homogènes d’un niveau socio-économique élevé. Les qua (...)
  • 100 Lorsque les pourcentages sont inférieurs ou égaux à 1 %, l’effectif exact est indiqué entre parenth (...)
  • 101 Nombre de boursiers rapporté au nombre d’étudiants dont la famille réside le quartier. Exemple : 38 (...)

Université KOÇ

Université BİLGİ

Zones

Quartier de résidence des parents99

1016 familles à İstanbul % par quartier100

3667 familles à İstanbul % par quartier

 % de boursiers101

Nord, rive européenne

ULUS

3,3

1,8

1,5 (1)

ETİLER

4,7

3,2

1,6 (2)

TARABYA

2,5

1,5

1,8 (1)

MASLAK

LEVENT (1,2,3,4)

3,6

3,1

0,9 (1)

BEBEK

1,0 (10)

0,6 (24)

4,2 (1)

ORTAKÖY

0,9 (9)

0,8 (28)

7,1 (2)

SARIYER

3,9

2,0

6,8 (5)

Centre, rive européenne

NİŞANTAŞI/TEŞVİKİYE

2,3

2,7

3,0 (3)

Sud, rive européenne

BAHÇEŞEHİR

1,2

1,0

2,7 (1)

YEŞİLKÖY

2,0

3,6

2,3 (3)

Rive asiatique

YEŞİLYURT

BOSTANCI

1,0

2,3

7,2 (6)

SUADİYE

2,4

2,1

6,5 (5)

ERENKÖY

4,0

4,8

8,0 (14)

MODA

0,7 (7)

0,6 (21)

0

CADDEBOSTAN

1,0

1,1

0

Centre, rive européenne

Beyoğlu/Taksim/Cihangir

0,8

1,2

21,0 (9)

Beşiktaş

5,4

5,3

11,4 (22)

Şişli

1,9

3,7

9,7 (13)

Sud, rive européenne

Bahçelievler

1,9

2,8

10,0 (10)

Bakırköy

6,3

7,6

4,7 (13)

Autres, rive européenne

Fatih

0,1 (1)

1,0 (38)

23,7 (9)

Zeytinburnu

0

0,4 (14)

21,4 (3)

Rive asiatique

Yenibosna

0

0,3 (9)

33,3 (3)

Kadıköy

9,7

9,7

6,5 (23)

Üsküdar

2,8

3,1

8,0 (10)

Fenerbahçe/Feneryolu

2,2

1,7

6,3 (4)

Kartal

1,3

0,7

28,0 (7)

Küçükyalı

0,2 (2)

1,1

12,2 (5)

Maltepe

1,0

1,1

17,9 (7)

21La répartition géographique des familles des boursiers de Bilgi permet d’aider à mieux com­prendre l’origine sociale des élèves en fonc­tion de leur quartier d’origine. Pour commenter les pourcentages obtenus à Bilgi, on utilisera comme pourcentage de référence le pourcentage de boursiers dont la famille réside à İstanbul par rapport au total des étudiants, soit 8,0 % (cf. tableau n° 4).

22Dans les quartiers de cités privées (Ulus, Etiler, Maslak, Tarabya et Levent), le pourcentage de boursiers oscille entre 1 et 2 %. Il est donc très en-dessous de la moyenne sur İstanbul. Le pourcentage de boursiers est plus élevé dans les quartiers plus anciens situés au bord du Bosphore (Bebek, Ortaköy et Sarıyer), en particulier à Ortaköy (7,1 %), qui est l’un des quartiers historiques les plus appréciés par les élites culturelles. De même, on peut penser qu’une partie des familles qui habitent Beyoğlu (21 % de boursiers) comptent parmi ces élites culturelles cosmopolites, plus attachées aux quartiers traditionnels et sensibles au charme des vieux édifices.

  • 102 Rue longue de plus de 10 kilomètres qui longe la côte, et où se trouvent la plupart des magasins ch (...)
  • 103 En octobre 2001, pour un appartement de 120m2, il fallait payer 180 milliards TL (900 000 F) à Bebe (...)

23Sur la rive asiatique (Erenköy, Suadiye, Bostancı, Fenerbahçe, Üsküdar et Kadıköy), les pourcentages oscillent entre 6 et 8 %, c’est-à-dire légèrement en-dessous du pourcentage moyen de l’ensemble de la ville. Il n’est pas vraiment surprenant d’observer une telle homogénéité au sein des quartiers de la rive asiatique, et d’observer à l’inverse des écarts importants sur la rive européenne (dans les quartiers plus mélangés socialement comme Beşiktaş ou Şişli, le pourcentage de boursiers dépasse 10 %, alors qu’il n’est que de 3 % à Nişantaşı, situé pourtant exactement entre les deux premiers quartiers). Les quartiers qui se trouvent le long du Bosphore sur plusieurs dizaines de kilomètres, en particulier le long de la Bağdat Caddesi (Avenue de Bagdad)102, sont ceux de la bourgeoisie stambouliote depuis plusieurs dizaines d’années. Il existe un grand nombre de quartiers populaires encastrés entre ces quartiers chics, mais ils sont absents des tables, comme par un effet de filtrage. La quasi- totalité des quartiers donnés par les élèves des deux universités dont les familles habitent la rive asiatique sont les quartiers où le niveau socio-économique est le plus élevé et où les loyers sont les plus élevés. Le prix des loyers et du m2 de ces quartiers sont néanmoins bien moins élevés que ceux des quartiers chics de la rive européenne.103

24Enfin, de manière logique, entre 21 et 33 % des élèves dont les familles résident dans les quartiers populaires de la rive européenne (Fatih, Yenibosna, Zeytinburnu) sont des boursiers.

Université Sabancı

  • Fondée en 1994 par la Fondation Hacı Ömer Sabancı (VAKSA), mais l’université n’a ouvert ses portes qu’en octobre 1999.

  • Un recteur général, Tosun Terzioğlu, et un recteur pour chacune des deux facultés. Le comité de gestion n’apparaît dans aucune des brochures de l’université.

    • 104 Entrevue avec Ahmet Alkan, recteur de la Faculté des Arts et des Sciences sociales.

    1126 étudiants. À terme, l’objectif que s’est fixé l’université est d’atteindre environ 2000 étudiants dont 400 en troisième cycle104. On devrait déjà approcher de ce chiffre en 2002-2003 puisqu’il n’y a pas encore de quatrième année. Ainsi, environ 400 étudiants devraient intégrer l’université, portant le nombre d’étudiants autour de 1500.

  • 110 enseignants, soit un enseignant pour 10 élèves. 84 % de ces enseignants ont fait leur doctorat dans une université étrangère prestigieuse, le plus souvent anglaise ou américaine. 45 % d’entre eux sont de langue maternelle anglaise.

Le système Sabancı

Dans la brochure de l’université, il est expliqué que les fondateurs ont passé trois ans à visiter les meilleures universités de 22 pays, afin de retenir les idées les plus novatrices et originales.

25L’université possède trois facultés :

  1. Ingénierie et sciences de la nature (1er, 2ème et 3ème cycles).

  2. Arts et sciences sociales (1er, 2ème et 3ème cycles).

  3. Sciences administratives (uniquement troisième cycle).

26Hors 3ème cycle, il y a donc deux facultés, dont une est axée sur les sciences et l’autre sur les sciences humaines. Pour l’année 2001-2002, les contingents d’étudiants s’élevaient à 224 élèves pour la première et 126 pour la seconde.

  • 105 Sabancı Üniversitesi, İstanbul, 2001-2002, pp. 58-61.

27La volonté des dirigeants est qu’il n’y ait « pas de départements à l’intérieur des deux facultés, mais des »programmes« ». L’originalité du système de Sabancı est que les étudiants ne choisissent leur « programme » qu’à la fin de la deuxième année. Ainsi, l’ensemble des étudiants de première année suivent à la fois des cours de physique, de mathématiques, d’arts, de science politique, d’économie. En deuxième année, les étudiants commencent à sélectionner les cours selon leurs préférences. Enfin, en troisième année, ils choisissent l’un des 8 programmes proposés dans les deux facultés. Il est ainsi possible de passer d’une faculté à l’autre, même si cela est très rare. Les programmes proposés se veulent eux aussi originaux, en particulier dans la faculté des Arts et Sciences sociales : « Études culturelles », qui prépare au journalisme, au métier de critique d’art et de critique littéraire, à la diplomatie et à l’administration ; « Arts visuels et communication visuelle », qui prépare aux métiers de la communication et aux arts graphiques, en particulier sur ordina­teur ; « Sciences sociales et politiques », qui prépare aux métiers touchant aux relations internationales, à l’économie politique, ou à l’économie politique internationale ; et « Économie ». Les élèves doivent en outre choisir obligatoirement un certain nombre de matières hors de leur programme105.

28D’autre part, Sabancı veut se démarquer des autres universités privées en développant au maximum ses troisièmes cycles.

Bourses, logements et facilités

29Malgré des frais de scolarité très élevés (8200 $), l’université Sabancı est avant tout une université de boursiers. Le système d’attribu­tion des bourses est unique en son genre en Turquie et relativement complexe (cf. tableau ci-dessous).

  • 106 Dans l’ancien système de l’ÖSYM (organisme chargé de la préparation de l’ÖSS), les élèves devaient (...)

30Pour les deux bourses les plus importantes, il est exigé en plus que l’université Sabancı figure parmi les trois premiers choix des candidats106. Au total, 70 % des élèves de Sabancı sont boursiers. Pour conserver leurs bourses d’année en année, les titulaires des deux bourses les plus élevées doivent obtenir une moyenne générale supérieure à 80 sur 100, et le reste des boursiers une moyenne supérieure à 70 sur 100.

31À son entrée dans l’université, chaque étudiant reçoit un ordinateur portable connecté au réseau internet de l’université, pour lequel il doit verser 150 $ par semestre. En troisième année, les étudiants peuvent acheter définitive­ment cet ordinateur pour la somme de 250 $. Le fonctionnement de l’université repose ainsi entièrement sur ce réseau. Les professeurs donnent les devoirs et préviennent d’une éventuelle absence par courrier électronique, et les étudiants communiquent entre eux à l’intérieur du campus par « chat ». Ce système a le défaut de créer un certain isolement des étudiants, qui s’enferment dans leurs chambres avec leurs « laptop » et n’en sortent que pour aller en cours ou manger au réfectoire. Trois étudiants différents m’ont parlé de ce problème.

32L’université Sabancı a aussi voulu se démar­quer quant à son système de yurt (foyer). Le campus étant situé à 50 km de Kadıköy, qui est le « centre-ville » de la rive asiatique, 90 % des étudiants résident dans ces foyers. Il n’existe pas de chambres individuelles, mais seulement des chambres de 2 ou de 4, sauf pour les étudiants de troisième cycle. Ces derniers ne sont cependant pas logés sur le campus, mais à une dizaine de kilomètres, à Mutlukent, dans des cités.

33Le prix des chambres double est de 1650 $, et celui des chambres à 4 de 850 $, pour 9 mois. L’originalité de ces foyers est que les filles et les garçons ne sont pas logés dans des bâtiments séparés mais dans des foyers mixtes, à des étages différents.

34Cette mixité des foyers marque la volonté d’un certain « libéralisme » de la part de la direction. C’est d’ailleurs le mot qu’a choisi le recteur de la Faculté des Arts et Sciences sociales pour caractériser le système de son université lors de notre entrevue. En effet, il est possible de revenir sur le campus à n’importe quelle heure de la nuit et d’entrer dans les foyers, tandis que ce n’est pas le cas par exemple à Koç. De même, une étudiante peut sans le moindre problème passer la nuit dans la cham­bre d’un garçon.

Tableau 5 : Le système d’attribution des bourses de Sabancı

  • 107 Classement obtenu à l’examen national d’entrée à l’université (ÖSS), dans la section générale.
  • 108 Classement obtenu à l’examen national d’entrée à l’université (ÖSS), dans la section scientifique.

Bourses

Faculté des Arts et Sciences sociales107

Faculté d’Ingénierie et Sciences de la nature108

  • Frais de scolarité

  • Frais de logement sur le campus

  • 200 $ pour les livres,

  • 300 $ pour internet et ordinateur,

  • 1800 $ d’argent de poche par an.

100 premiers

100 premiers

  • Frais de scolarité

  • Frais de logement sur le campus

250 premiers

600 premiers

  • 3/4 des frais de scolarité

  • 600 $ d’argent de poche par an

600 premiers

1200 premiers

  • 1/2 des frais de scolarité

  • 600 $ d’argent de poche par an

1000 premiers

1800 premiers

  • 1/3 des frais de scolarité

2200 premiers

3200 premiers

35Néanmoins, dans d’autres domaines, la poli­tique de l’établissement est nettement moins libérale. On ne trouve pas d’alcool sur le campus, que ce soit au supermarché Dia (filiale du groupe Sabancı), au bar de la cafétéria principale, ou au « Café Dorm ». Il existe un petit bar, le « SU bar » mais il est réservé aux étudiants de troisième cycle. Il est situé dans le bâtiment central à côté des salons privés où l’on sert à manger aux invités de marque. L’alcool est interdit dans les foyers, mais cette interdic­tion, d’après ceux avec qui j’ai discuté, n’est que théorique. Il est également interdit de fumer dans tous les espaces couverts du campus, que ce soit dans les cafétérias ou dans les salles communes. Dans le « café Dorm », à la demande des étudiants, des cigarettes sont vendues depuis l’année dernière.

  • 109 Selon Arzu et Merve, environ la moitié des étudiants du campus ont jeûné pendant le mois du ramadan

36De manière générale, il semble que les étudiants de ce campus soient studieux et peu engagés, ou du moins modérés. Arzu et Merve, deux étudiantes de deuxième année, m’ont ainsi raconté que les seules disputes auxquelles elles avaient assisté concernaient la rivalité entre les clubs de football de Galatasaray et de Fenerbahçe. Il n’y aurait d’autre part aucune étudiante voilée, ou coiffée d’une perruque sur le campus, ce qui peut paraître étonnant au regard du nombre de boursiers et du nombre imposant d’étudiants présents à la cantine au moment de l’iftar (fin du jeûne).109

37On peut émettre l’hypothèse que ces étudiants, qui sont les meilleurs du pays, sont pour une partie importante des enfants de professeurs ou de fonctionnaires acquis aux valeurs républicaines kémalistes tout en étant attachés aux traditions musulmanes. Cela pourrait expliquer en partie l’absence de signes ostentatoires comme le voile islamique sur le campus. Le système particulier de sélection des étudiants peut également permettre à la direction de filtrer les étudiants les plus religieux à l’entrée.

Le campus

38Le campus est situé à Tuzla dans une zone industrielle à l’extrême-sud de la rive asiatique. Il faut une heure et demie de route depuis Taksim (la navette parcourt plus de 100 km pour amener les étudiants, en passant par le deuxième pont), et 45 minutes depuis Kadıköy. Il s’agit en grande partie d’autoroute. À l’entrée du campus, un gardien entre dans la navette pour vérifier l’identité de chaque étudiant, et prend la carte d’identité d’éventuels visiteurs. L’architecture du campus est simple et futuriste. Les bâtiments forment un « U ». Sur la barre de gauche se trouve la Faculté des Arts et Sciences sociales, et à l’extrémité une magnifique biblio­thèque à l’intérieur d’un bâtiment circulaire. Sur la barre de droite se trouve la Faculté d’Ingénierie et Sciences de la nature, et à l’extrémité le bâtiment réservé à l’administra­tion. Une pelouse de 50 mètres de large sépare les deux barres. Dans le socle du « U » se trouve le « University Center », qui comprend un cinéma, un supermarché, une banque, et une immense cantine circulaire. Le plafond est haut de plus de 15 mètres, et du sommet du dôme descend une stalactite en verre de 3 ou 4 mètres de long qui illumine la salle (cf. photo ci-contre).

Photo n° 8 : La cantine de l’université Sabancı

Photo n° 8 : La cantine de l’université Sabancı

39Les élèves vont se servir dans un self- service, en passant à l’entrée et à la sortie par des bornes à moulinet identiques à celles du métro parisien. Ils s’assoient ensuite à l’une des 150 tables de 6 personnes espacées d’exacte­ment un mètre. Lors des deux repas auxquels j’ai pu assister, une trentaine de tables étaient occupées, mais plus de la moitié par des personnes seules. Les tables occupées par plus d’une personne l’étaient en outre, pour la moitié, par des professeurs. Cela est significatif de l’isolement de certains étudiants qui, bien qu’ils vivent en communauté dans un campus d’à peine plus de 1000 étudiants où tout le monde se connaît au moins de vue, passent la plus grande partie du temps seuls.

40Le « Café Dorm », situé derrière le « University Center », à l’entrée des foyers, est beaucoup plus petit et familial. Il est ouvert 24h sur 24 et possède un écran géant où sont retransmis en particulier les matchs de football. Des groupes d’étudiants plus facilement identifiables par leurs codes vestimentaires sont présents : des élèves du programme « arts visuels » en survêtement, casquette d’équipe américaine, et pantalon « baggy », cheveux longs ou ébouriffés et barbe de trois jours d’un côté ; des fils de la grande bourgeoisie dont l’accoutrement est discret mais se démarque clairement des autres jeunes (écharpe à carreaux, pull de grande marque à col roulé, mocassins, gel sur les cheveux tirés en arrière et rasage de près) de l’autre.

Université Yeditepe

  • Toutes les facultés sont regroupées dans le nouveau campus de Kayışdağı, à l’exception de la faculté dentaire et du troisième cycle de santé, qui se trouve à Göztepe.

  • Les frais d’inscription sont de 4950 $ pour l’année préparatoire et les « hautes écoles », et de 5400 $ pour la majorité des facultés, à l’exception des facultés d’ingénierie et d’architecture (6750 $), de médecine (9000 $) et dentaire (11 250 $).

  • Prix des foyers : 800 millions TL par semestre. Capacité totale de 2600 lits.

  • Il y a en tout 6173 étudiants en premier et deuxième cycles et 2289 en troisième cycle, c’est-à-dire un total de 8 462 élèves.

  • L’université compte 8 facultés, une école de langues étrangères et une école supérieure d’enseignement professionnel, ainsi que des troisièmes cycles en sciences sociales et sciences.

  • Pour l’année 2001/2002, les contingents de boursiers représentent 21 % du total des étudiants suivant le cursus universitaire long (lisans) et 2 % des étudiants suivant un cursus spécialisé en 2 ans (yüksekokullar, önlisans). Au total, le nombre de places disponibles dans les facultés (2 218) est plus de deux fois supérieur au nombre de places disponibles dans les « hautes écoles » (1000).

41Le campus se trouve sur la rive asiatique, au-delà de Küçükbakkalköy, après İçerenköy, à Kayışdağı. C’est un quartier pauvre de gecekondu (habitations construites en une nuit) qui n’a que quelques années d’existence (cf. photos page suivante). On pénètre sur le campus par une grande porte en béton de 15 mètres de haut, qui constitue la seule porte d’entrée et de sortie du campus, qui est entouré d’un solide mur en béton de 4 mètres de haut.

Tableau 6 : Nombre de places disponibles dans les différentes facultés de l’université Yeditepe

Contingents de première année

Boursiers

Non-boursiers

Science et littérature

95

275

Faculté dentaire

2

50

Beaux-arts

5

410

Droit

5

90

Économie, finance et politique

106

470

Communication

45

305

Ingénierie-architecture

120

190

Médecine

5

45

Total Facultés

383

1835

« Hautes écoles »

20

98

42La différence principale de ce campus avec celui de Koç ou de Bahçeşehir est que chaque bâtiment a sa propre cafétéria, et donc sa propre vie sociale. Le bâtiment administratif est aussi celui où se trouve la bibliothèque. La cafétéria est la moins pleine du campus. Dans chaque bâtiment, on entre par un très grand hall sur lequel donnent les salles de classe. Les cafétérias sont proches de l’entrée (cf. photos n° 9, 10 et 11 page suivante).

43Une autre particularité de Yeditepe est le nombre impressionnant de sections proposées. Yeditepe est ainsi la seule université qui possède un département de philosophie, discipline logiquement peu demandée par des étudiants payant plus de 5000 $ pour leur éducation. Un département spécifique a ainsi été créé pour 5 à 10 étudiants par année, tous boursiers. Outre cette volonté de proposer un maximum de disciplines, les fondateurs ont souhaité que l’université ne soit pas unique­ment anglophone ; Yeditepe est ainsi la seule université privée à posséder un département de relations internationales francophone et un département d’économie germanophone. Ces départements, dont le nombre d’étudiants est également très réduit, entraînent des coûts très élevés pour l’université, puisqu’ils ont nécessité également la mise en place d’une année préparatoire de français et d’allemand pour ces quelques élèves. L’université comble ce déficit en faisant payer très cher tous les services proposés sur le campus (parking, minibus, cantine, activités sportives, photo­copies, etc.).

44L’université de Yeditepe est celle qui connaît la croissance la plus forte actuellement. À l’inverse de Bilgi, son campus est extensible. Le fait d’être installée sur la rive asiatique (la seule autre université privée de taille importante de la rive asiatique est Sabancı) est en outre un avantage majeur. Cette université est devenue en quelques années la destination privilégiée, sur İstanbul, des étudiants issus des familles des quartiers chics de la rive asia­tique.

Photo n° 9, 10 et 11 : 3 vues du campus de Yeditepe

Photo n° 9, 10 et 11 : 3 vues du campus de Yeditepe
  • Cafétéria principale : elle se situe sous les bâtiments des facultés d’économie, finance, et politique, c’est-à-dire les sections les plus demandées par les étudiants issus des milieux favorisés. Les boursiers et les étudiants moins riches semblent ne pas oser s’aventurer dans cette cafétéria, qui constitue un territoire à l’intérieur du campus. La cafétéria est divisée en trois espaces bien distincts. La partie proche de la baie vitrée est réservée aux groupes les plus populaires. La partie proche du self-service est coincée entre quatre colonnes. On est assis sur des tabourets de bar. Ce sont davantage des jeunes de première année qui s’y trouvent. La troisième partie est cachée par les colonnes et n’a aucune vue sur l’extérieur. C’est là que sont relégués d’éventuels groupes se sentant moins à leur aise.

Université Kadir Has

  • 4 facultés : science et littérature (littérature et culture américaine, statistique) ; économie et administration (économie, gestion, banque, tourisme, relations interna­tionales) ; ingénierie (électronique, informa­tique, ingénierie du cuir) ; médecine.

  • 4 écoles supérieures d’enseignement profes­sionnel : école d’infirmières de l’hôpital Florence Nightingale ; sciences de la santé (urgences, anesthésie, biochimie, direction et organisation hospitalière, radiologie, documentation médicale et secrétariat) ; sciences sociales (comptabilité informatique et fiscalité, assistanat et secrétariat, tourisme et hôtellerie, finance) ; et sciences techniques (programmation informatique, industrie du cuir, électricité-électronique, appareils biomédicaux, électronique industrielle).

  • 3 instituts proposant des programmes de troisième cycle : sciences sociales (économie, gestion, relations interna­tionales, banque, tourisme, littérature américaine) ; sciences fondamentales (ingénierie électronique, ingénierie infor­matique, ingénierie du cuir, statistiques) ; et santé.

    • 110 Cela correspond à une répartition inverse des élèves entre lisans et önlisans par rapport à l’unive (...)

    Pour l’année 2001/2002, les contingents de boursiers représentent 11 % du total des étudiants suivant le cursus universitaire long (lisans) et 0,9 % des étudiants suivant un cursus spécialisé en 2 ans (Yükseko­kullar, önlisans). Au total, le nombre de places disponibles dans les Yüksekokullar (1150) est près de deux fois supérieur au nombre de places disponibles dans les facultés (617)110.

Le campus

  • la grande majorité des étudiants est rassem­blée dans le tout nouveau campus de Cibali, sur la Corne d’Or, à proximité des quartiers de Fener et Balat.

  • les écoles supérieures d’enseignement pro­fessionnel de sciences sociales et sciences techniques sont situées à Bahçelievler.

  • la faculté d’ingénierie se trouve à Selimpaşa.

  • les étudiants de la faculté de médecine et des écoles d’infirmières et des sciences de la santé sont installés à Gayrettepe, dans une aile de l’hôpital Metropolitan Florence Nightingale. Les deux autres hôpitaux du groupe hospitalier Florence Nightingale, situés à Şişli-Çağlayan et à Fulya, sont égale­ment mis à contribution.

45Bien qu’elle ait reçu l’aval législatif en 1997, l’université Kadir Has n’a réellement ouvert qu’en 2000-2001, à l’exception de la faculté de science et littérature, dont les premiers étudiants sont entrés en 1998, et de la faculté d’ingénieur, qui a ouvert en 1999. Kadir Has est la dernière en date des grandes universités privées d’İstanbul. Elle aspire, de même que Yeditepe, Fatih et Bilgi, à dépasser les 4000 étudiants. Néanmoins, les fondateurs de l’université ont fait le choix, comme ceux de Bilgi, de s’installer dans le centre-ville, dans une zone de très forte densité de population (arrondisse­ment de Fatih). Le campus de Cibali a été construit dans une ancienne usine de tabac, qui a été entièrement rénovée, dans le cadre du projet européen de réhabilitation des quartiers Fener et Balat (cf. photo n° 12).

Tableau 7 : Nombre de places disponibles dans les différentes facultés de l’université Kadir Has

Contingents de première année

Boursiers

Non-boursiers

Science et littérature

12

100

Sciences économiques et administratives

28

252

Ingénierie

17

158

Médecine

5

45

Total Facultés

62

555

École d’infirmières

10

25

Sciences de la santé

-

165

Sciences sociales

-

400

Sciences techniques

-

550

Total « Hautes écoles »

10

1140

Photo n° 12 : Le campus de Cibali

Photo n° 12 : Le campus de Cibali

Photo n° 13 : Le patio du campus de Cibali ancienne usine de tabac, Corne d’Or

Photo n° 13 : Le patio du campus de Cibali ancienne usine de tabac, Corne d’Or

46L’intérieur de l’usine a été entièrement redé­coré, mais il semble que l’agencement original ait été conservé. Le campus est composé de deux bâtiments, l’un réservé aux salles de cours, et l’autre aux salles des professeurs, à l’administration et à la bibliothèque. Le bâtiment des salles de cours s’organise autour d’un vaste patio (cf. photo n° 13). On accède aux salles de cours, réparties sur les quatre étages de l’édifice, à partir d’un double escalier en métal situé dans le patio. Durant les intercours, les élèves s’assoient dans les escaliers pour discuter ou se postent sur les rambardes des étages pour avoir une vue générale du patio. Le revêtement des sols est en parquet dans les étages et en marbre au rez-de-chaussée. De longs et étroits tapis de couleur créent artifi­ciellement des allées dans les étages. Les fines colonnes d’origine présentes dans tout l’édifice ont été recouvertes d’une peinture grise métallisée brillante. Les murs ont été recouverts de plâtre pour améliorer l’acoustique, mais des pans de mur en brique rouge ont été laissés à découvert sous la forme de rectangles de 1,5m sur 1m, ornés de deux barres de métal se croisant au centre du rectangle.

47Alors que Yeditepe ou Fatih, qui possèdent de très vastes campus en zone périphérique, peuvent augmenter chaque année leurs contin­gents d’étudiants, l’université Kadir Has devrait arriver très vite à saturation, ce qui est déjà le cas de Bilgi. Kadir Has offrait 1767 places en 2001 (cf. tableau n° 6 page précédente). Néanmoins, cette université a fait le choix singulier de proposer davantage de places dans les écoles supérieures d’enseignement profes­sionnel de deux ans que dans les facultés, dont le cursus dure 5 ans (1 an d’année préparatoire d’anglais et 4 années pour le diplôme). La plupart des étudiants de ces écoles étant entrés en 2001, le nombre total d’étudiants des écoles supérieures devrait se stabiliser en 2002-2003. Pour l’autre part, le nombre d’étudiants des facultés ne se stabilisera que d’ici trois ans, une fois les étudiants entrés diplômés. Il s’agit d’une augmentation d’environ 2000 étudiants, qui devrait porter le nombre total d’étudiants autour de 4000.

48L’université Kadir Has a ainsi mis l’accent sur l’enseignement professionnel. Parmi, les différents programmes d’enseignement proposés, le plus atypique est sans nul doute le programme de peausserie (dericilik). Deux cursus sont proposés : l’un de 4 ans, à l’intérieur de la faculté d’ingénierie, l’autre de 2 ans, dans le cadre de l’école supérieure de sciences techniques. Il est expliqué dans le prospectus de l’université que 1,2 millions de personnes travaillent actuellement en Turquie dans ce secteur (travail du cuir, confection du cuir, chaussure, maroquinerie). Les étudiants suivent une grande partie de leurs cours à l’intérieur de la zone industrielle de traitement du cuir, grâce aux accords de partenariat passés par l’université avec des fondations telles que la Fondation d’éducation Hasan Yelmen, la Fondation turque du cuir ou l’Association des industriels du cuir, et avec des entreprises appartenant au groupe Has, telles que Has Deri (« Has cuir »), ou à d’autres grands groupes (Alkoç Deri, DESBAŞ ...). Enfin, des accords ont été passés avec des universités étrangères possédant des départements où sont enseignés le travail du cuir (Grande-Bretagne et Tchéquie), le design (Grande-Bretagne) ou encore la mode (Italie).

Université Bahçeşehir

  • Créée en janvier 1998 par le Uğur Eğitim Vakfı de Enver Ücel. Signature en février de la même année d’un protocole de coopéra­tion avec l’Université de San Diego (UCSD).

  • Ouverture des portes en novembre 1999 en présence de Süleyman Demirel, ancien président de la République, et Rauf Denktaş, président de la République de Chypre Nord et membre du comité de gestion de l’université.

  • L’enseignement est exclusivement en anglais.

  • Il y a actuellement 1200 étudiants.

  • Le contingent de première année est de 400 personnes dont un quart de boursiers.

  • Les frais de scolarité s’élèvent à 8 milliards de TL, soit environ 6000 $.

  • Le prix des foyers étudiants est de 250 millions par mois (1250 francs) mais il n’y a au total qu’une cinquantaine d’étudiants dans les yurt. La plupart des étudiants louent des appartements dans la ville située à la lisière de Bahçeşehir, Esenkent, où les loyers sont très bas (600 francs par mois pour un appartement de 100m2).

49La ville de Bahçeşehir (littéralement « La ville jardin ») est une ville nouvelle ou ville satellite (uydukent) où réside une partie de la nouvelle bourgeoisie stambouliote. Elle est située loin du centre-ville, à une heure de bus environ, dans les collines situées au centre de l’arrondissement de Büyükçekmece, à la pointe nord du lac de Küçükçekmece, à une demi- heure en voiture au nord de Bakırköy. La ville est réellement habitée depuis environ dix ans et s’étend sur deux flancs de collines qui forment une vallée. Bahçeşehir n’est une ville indépen­dante que depuis un an. Un maire vient donc d’être élu, sous l’étiquette du Parti de la Mère Patrie. À l’entrée de la ville, on traverse une porte d’assez grande taille où sont postés deux gardiens qui font un signe de tête à chaque voiture. Les contrôles étaient semble-t-il beaucoup plus stricts il y a quelques années, en particulier pour les camions, puis ils sont progressivement devenus de moins en moins fréquents. Les premiers immeubles que l’on aperçoit font environ 25 étages et sont très luxueux (cf. photo ci-dessous). On arrive ensuite au Bahçeşehir Koleji, un bâtiment impressionnant dans lequel étudient plus de 2000 étudiants. Ce lycée privé, qui existait avant l’université, a également été fondé par le Uğur Eğitim Vakfı. Le reste de la ville est constitué en majorité de petites villas disposées en escalier sur les deux flancs de colline qui se font face. D’après un étudiant, les prix des villas vont jusqu’à 400 milliards (2 millions de francs) et les loyers jusqu’à 1,5 milliard (7500 F). La plupart des habitations de la ville semblent avoir été achetées mais il semble qu’il s’agisse pour beaucoup de résidences secondaires.

50Transports : le seul moyen d’accéder à Bahçeşehir, et donc à l’université, est l’autobus. Chaque demi-heure, des autobus « express » partent de Taksim et de Bakırköy en direction de Bahçeşehir. Lorsqu’il n’y a pas trop de trafic, il faut compter entre 45 minutes et une heure depuis Taksim, et entre 30 et 45 minutes depuis Bakırköy. L’arrêt de bus se situe à environ quinze minutes à pied du bâtiment principal du campus.

51Le campus est divisé en trois parties : l’aile principale, qui regroupe la majorité des facultés, la salle de conférence, les salles d’ordinateur et une cafétéria ; la faculté de communication, située à Esenkent, à environ dix minutes en navette ; et les yurt, le complexe sportif et le bar-restaurant, situés dans la cuvette, au bord d’un petit lac artificiel.

52Le bar-restaurant et centre d’activités de l’université est un bâtiment luxueux de deux étages donnant sur une piscine, des courts de tennis et le petit lac artificiel. Au premier étage, un bar dont l’architecture imite les chalets suisses sert toutes sortes d’alcools. Une bière coûte 1 750 000 TL (9 francs). Il y a également un restaurant, mais pour le repas du soir des étudiants, le restaurant prend les abords d’une cantine. Au rez-de-chaussée, une cheminée géante sert à la fois de chauffage et de bel objet de décoration. En outre, les étudiants disposent à cet étage d’une salle de télévision à écran géant pour visionner les matchs de football, d’une salle de billard de grand luxe, de cinq ordinateurs connectés à internet, et un cinéma serait en passe d’être créé. L’originalité de ce lieu d’activités est qu’il est totalement ouvert aux habitants de la ville. C’est même l’un des lieux principaux de sociabilité de Bahçeşehir. La piscine et les courts de tennis sont égale­ment ouverts au public. La piscine est en outre gratuite en semaine. Outre que cela répond à une logique purement marchande, la politique de l’université est à mi-chemin entre Koç, qui se veut totalement isolée de la ville et de son environnement immédiat (pas de liens avec Sarıyer), et Bilgi, qui se veut cosmopolite et convie régulièrement les stambouliotes à toutes sortes d’activités culturelles. L’université de Bahçeşehir, au travers de ce centre d’activité, s’est intégrée à la vie de la cité, sachant qu’il s’agit d’une ville particulière puisque seules les couches sociales les plus élevées de la population y sont représentées. D’autre part, un certain nombre de familles ont un enfant au Bahçeşehir Koleji, ou bien à l’université. Les entreprises d’Enver Ücel comptent ainsi parmi les atouts principaux de cette petite ville, et font certainement partie des raisons qui ont poussé certaines familles à acheter ou à louer à cet endroit. Le recteur de la faculté de gestion, Oğuz Karakaş, explique que l’objectif est de faire de Bahçeşehir, d’ici 15 ou 20 ans, une « ville-université ».

Université Fatih

  • 4 facultés (4 ans plus un an d’année préparatoire d’anglais) :

  1. Économie et sciences administratives : départements de gestion, économie, administration publique et relations internationales.

  2. Ingénierie : informatique, électronique, industrie, environnement.

  3. Sciences et littérature : mathématiques, physique, chimie, biologie, histoire, langue et littérature turques, langue et littérature anglaises, langue et littérature espagnoles, langue et littérature russes, langue et littérature chinoises.

  4. Médecine. La faculté de médecine est la seule à se trouver hors du campus de Büyükçekmece. Elle se trouve à Ankara, car c’est là que se trouvent l’hôpital (quartier de Beştepe), le centre de soins (Çankaya) et la clinique (Pursaklar) de la fondation.

  • 364 enseignants dont 32 professeurs étrangers, soit environ un professeur pour 10 élèves.

  • Depuis l’ouverture de l’université, environ 1000 étudiants ont été diplômés.

    • 111 L’université Sabancı, qui pratique une politique similaire, n’offre que 1800 $ par an aux élèves cl (...)

    Bourses : 15 % des étudiants sont boursiers. L’université Fatih, afin d’attirer les meilleurs étudiants du pays, offre 600 $ d’argent de poche par mois aux recrues ayant terminé dans les 100 premiers à l’ÖSS111, 450 $ aux étudiants classés dans les 500 premiers, et 300 $ à ceux classés dans les 1000 premiers. Le reste des boursiers reçoit 100 $. Il faut avoir une moyenne supérieure à 3 sur 4 pour conserver sa bourse. Enfin, les étudiants entrés sans bourse, mais qui ont une moyenne générale supérieure à 3,5 sur 4, peuvent obtenir une bourse d’honneur s’élevant à 100 $ par mois l’année suivante.

  • Foyers : capacité totale de 500 étudiants, répartis dans 5 lieux différents. Seuls 120 étudiants (des garçons) peuvent être logés sur le campus. Les filles sont logées à Avcılar (100 lits) et à Beylikdüzü (130 lits). Enfin, un foyer de 100 lits se trouve à Ankara, pour les étudiants de la faculté de médecine.

  • Equipements : 718 ordinateurs ; 49 labora­toires de science et 4 laboratoires de sciences sociales. Le campus n’est pas suffisamment équipé pour fonctionner en vase clos, comme à Koç, où la majorité des professeurs et les élèves sont logés sur le campus. Néanmoins, les enseignants ont la possibilité de mettre leurs enfants dans la crèche du campus.

53Le campus de Fatih se trouve dans l’arrondissement de Büyükçekmece, donc hors de la Grande Municipalité d’İstanbul, non loin de Hadımköy. On se trouve sur les hauteurs de l’arrondissement, si bien que l’on bénéficie d’une vue panoramique sur le lac de Büyükçekmece. On aperçoit depuis l’autre versant de la colline les cités de Bahçeşehir et Esenkent, qui se trouvent à moins de 10 km au nord, toujours le long du second périphérique, le Trans-European Motorway (TEM otoyolu). Le campus est entouré des cités privés luxueuses, en particulier Alkent 2000, qui comprend un ensemble d’immeubles d’un côté et un quartier de villas de l’autre, le tout encerclé par un solide mur de béton. Sur l’autre versant du campus, la cité de Hisarevleri est encore en construction. Comme son nom l’indique (hisar veut dire forteresse), la cité est protégée de l’extérieur par un haut mur en créneaux imitant grossièrement les châteaux moyenâgeux.

54À la différence de l’université Bahçeşehir, qui se trouve à l’intérieur de la cité privée géante de Bahçeşehir (plus de 20 000 habi­tants), et qui a choisi de s’ouvrir aux habitants de la cité, l’université Fatih a adopté le même mode de fonctionnement que les cités privées voisines, à savoir une complète autarcie.

55Il est très difficile de pénétrer sur le campus de Fatih, à moins d’avoir rendez-vous avec un professeur de l’université. Une fois entré, les membres du personnel de sécurité accompag­nent le visiteur tout au long de son parcours, puis le raccompagne à la sortie. Sur le CD Rom de présentation de l’université, la raison n° 1 avancée pour différencier Fatih des autres universités est le calme qui règne sur le campus. Cela procure, selon les auteurs du texte, un grand sentiment de sécurité. Ces derniers se félicitent de ce que l’université n’ait jamais connu, depuis son ouverture, le moindre mouvement de revendication ou de contesta­tion de la part des étudiants.

56L’université a dû faire face depuis 1999 aux menaces de fermeture du YÖK. En 2000, l’université a officiellement été fermée trois mois durant, d’avril à juin. Dans le cas d’une fermeture définitive, l’université aurait été nationalisée et les étudiants seraient passés du secteur privé au secteur public. L’université Fatih avait de son côté envisagé de changer de nom, à la manière du parti islamiste Saadet, ex-Refah ex-Fazilet, pour faire reprendre les procédures de fermeture depuis le début. Il semble aujourd’hui que l’université puisse continuer à fonctionner, mais elle souffre d’un déficit important en termes d’image. La direction a redoublé de vigilance envers les visiteurs extérieurs, de peur que l’on trouve de nouvelles raisons d’attaquer l’établissement. Pour rompre avec son image d’« université-refuge » pour jeunes filles voilées et autres Fethullahcı (sympathisants de Fethullah Gülen), il semble que les dirigeants aient décidé de se poser en fervents défenseurs et promoteurs de l’œuvre d’Atatürk. Sur le mur du bâtiment principal, une sculpture de 4 mètres de haut représente sa silhouette ; son portrait et ses déclarations sur l’éducation sont omniprésentes dans les prospectus de présentation de l’université ; un vaste espace situé à l’entrée de la biblio­thèque est réservé aux revues atatürkistes et aux ouvrages consacrés au leader turc ; le premier sur la liste des clubs étudiants est le Club de pensée atatürkiste (Atatürkçü Düşünce Kulübü). La mission de l’université est

  • 112 Fatih Üniversitesi, prospectus de l’université, p. 5.

« d’enseigner tout ce qui est nécessaire à la modernité pour que les objectifs fixés par Atatürk, fondateur de la République turque, puissent être atteints, tout en sauvegardant les intérêts nationaux. Notre université éduque des scientifiques et des chercheurs, qui ont une compréhension laïque et démocratique de la science, et qui respectent l’unité de la nation et de ces peuples, ainsi que les droits de l’homme et les libertés ».112

57Un peu à la manière de Yeditepe, Fatih aspire à une certaine diversité dans ses programmes. Des départements « exotiques » sont ouverts pour une dizaine d’étudiants seule­ment, tels que les départements de langue et littérature espagnoles (5 non-boursiers et 5 boursiers), langue et littérature russes (10 non- boursiers et 5 boursiers), langue et littérature chinoises (10 non-boursiers et 5 boursiers). D’autre part, parmi les langues enseignées, l’on trouve l’arabe, ce qui est assez rare en Turquie pour être signalé.

Photo n° 14 : Carte du campus de l’université Fatih, Büyükçekmece

Photo n° 14 : Carte du campus de l’université Fatih, Büyükçekmece
  • 113 Il est possible de les voir aux travers des vitres de la loge en train d’ajuster leur foulard penda (...)

58Un des bâtiments du campus est entière­ment réservé aux activités sociales. Au rez-de-chaussée, les étudiants peuvent faire leur choix entre deux cafétérias et deux cantines (cf. carte du campus ci-dessus). Les quatre espaces peuvent contenir 250 personnes chacun. Au premier étage se trouve la cantine des enseignants, la bibliothèque et la salle de conférence, qui peut elle aussi recevoir jusqu’à 250 personnes. Au 2e étage, enfin, se trouve un café internet. Dans le prospectus, il est ajouté que les entreprises privées chargées de préparer les repas emploient un diététicien et un ingénieur alimentaire. N’ayant pu me promener de manière autonome dans le campus, je n’ai pu réellement me rendre compte des caractéristiques sociologiques associées à l’utilisation faites par les étudiants de ces espaces. Néanmoins, il semble que la majorité des usagers réguliers des deux cafétérias soient des étudiants ressemblant en tout point à ceux de Koç ou de Yeditepe. En revanche, lorsque l’on emprunte les allées du campus, il est fréquent de croiser des jeunes filles coiffées de perruques. À l’entrée du campus, l’une des loges des gardiens a été transformée par l’usage en un vestiaire pour ces jeunes filles, que l’on peut observer en train de poser avec soin leur perruque lors de leur entrée, et de remplacer cette même perruque par leur habituel foulard à la sortie, cette procédure nécessitant égale­ment un grand soin de leur part.113

Notes

84 İstanbul Bilgi University, Undergraduate Handbook 2001/2002, September 2001, p. 7.

85 Karizma, n° 8, oct.-dec. 2001, dossier “Üniversite ve Eğitim”, interview avec Oğuz Özerden, pp. 83-88.

86 İstanbul Bilgi University, Undergraduate Handbook 2001/2002, September 2001, p. 7.

87 İstanbul, dossier spécial “Kent-Universite”, avril 2000, Interview avec Oğuz Özerden, pp. 125-127.

88 D’après un CD Rom de l’IFEA conçu par Sébastien Chambre.

89 Ibid.

90 Ibid.

91 Le terrain sur lequel a été construit le campus appartient à la Marine turque, qui a accepté de le céder à la famille Koç.

92 Kocas M., “Vakıflar Kanunu Tanımıyor”, Gökyüzü Gençlik Dergisi, n° 2, jan. 2001.

93 Les étudiants de première année, qui ne se sont pas encore tout à fait approprié l’espace, sont assis dans l’allée du fond ; ceux de deuxième et troisième année sont installés dans les canapés surélevés ; enfin, ceux de dernière année, qui sont désormais chez eux, ont leurs places réservées sur les canapés situés à droite de l’entrée.

94 Pour l’université Bilgi, la répartition géographique des familles par quartiers ne prend pas en compte les étudiants en troisième cycle. Il a donc été déduit du nombre total d’étudiants (7 075) ceux de troisième cycle (716). Pour Koç, en revanche, tous les effectifs sont pris en compte.

95 Güvenç M., “Toplumsal Coğrafyalar, Farklılıklar, Benzerlikler”, İstanbul, n° 36, 2001, pp. 80-83.

96 Les quartiers de Şişli et de Beşiktaş sont très difficiles à délimiter car ils n’existent sur la carte administrative qu’en tant qu’arrondissements. Dans la langue vernaculaire, les gens font référence au centre des deux arrondissements (autour de la mosquée de Şişli et autour de l’embarcadère de Beşiktaş). Ces zones sont socialement assez hétérogènes puisque situées à la frontière de quartiers chics et de quartiers modestes. Enfin, ces statistiques ont été obtenues à partir du mot semt, qui veut dire « quartier » au sens populaire, mais n’a pas de définition administrative, contrairement au mahalle, mais dont les noms sont pour beaucoup ignorés par les habitants. Certains élèves se sont ainsi contentés d’indiquer le nom de l’arrondissement pour signifier qu’ils en habitaient le centre (Şişli, Beşiktaş, Kadıköy, Üsküdar, Bakırköy).

97 Il serait intéressant à ce sujet de mener des recherches sur les liens entretenus par l’université avec la commu­nauté alévie, et en particulier avec le leader politique İzzettin Doğan.

98 Lire à ce sujet l’enquête menée sur la communauté arménienne par Bertrand Buchwalter, qui devrait paraître prochainement sous la forme d’un dossier de l’IFEA.

99 Les quartiers en majuscule sont des quartiers homogènes d’un niveau socio-économique élevé. Les quartiers en minuscule sont des quartiers socio-économiquement hétérogènes, de classe moyenne, ou pauvres.

100 Lorsque les pourcentages sont inférieurs ou égaux à 1 %, l’effectif exact est indiqué entre parenthèses.

101 Nombre de boursiers rapporté au nombre d’étudiants dont la famille réside le quartier. Exemple : 38 étudiants habitent Fatih, dont 9 boursiers. 23,7 % des étudiants dont la famille habite Fatih sont donc boursiers.

102 Rue longue de plus de 10 kilomètres qui longe la côte, et où se trouvent la plupart des magasins chics et des cafés de la haute bourgeoisie de la rive asiatique.

103 En octobre 2001, pour un appartement de 120m2, il fallait payer 180 milliards TL (900 000 F) à Bebek et Ulus, 160 milliards TL (800 000 F) à Yeşilköy, et 120 milliards TL (600 000 F) à Etiler et Levent 1. Sur la rive asiatique, dans les quartiers les plus chers (Bostancı, Caddebostan, Feneryolu), les prix n’excédaient pas 80 milliards TL (400 000 F). Radikal, 31/10/2001. Ces appartements de 120m2 se louaient à la même époque pour un montant minimum de 1500 F à Ortaköy et Yeşilköy, de 1800 F à Bahçeşehir, et de 2000 F à Etiler. Sur la rive asiatique, il était possible de louer un appartement de cette superficie à Suadiye ou à Bostancı pour la somme de 1200 F. Milliyet, 26/10/2001, p. 6.

104 Entrevue avec Ahmet Alkan, recteur de la Faculté des Arts et des Sciences sociales.

105 Sabancı Üniversitesi, İstanbul, 2001-2002, pp. 58-61.

106 Dans l’ancien système de l’ÖSYM (organisme chargé de la préparation de l’ÖSS), les élèves devaient faire leurs choix avant l’examen, tandis qu’ils les font maintenant a posteriori, si bien qu’il est désormais plus facile d’obtenir ce type de bourse pour les meilleurs élèves.

107 Classement obtenu à l’examen national d’entrée à l’université (ÖSS), dans la section générale.

108 Classement obtenu à l’examen national d’entrée à l’université (ÖSS), dans la section scientifique.

109 Selon Arzu et Merve, environ la moitié des étudiants du campus ont jeûné pendant le mois du ramadan.

110 Cela correspond à une répartition inverse des élèves entre lisans et önlisans par rapport à l’université Yeditepe.

111 L’université Sabancı, qui pratique une politique similaire, n’offre que 1800 $ par an aux élèves classés dans les 100 premiers à l’ÖSS, soit moins de 200 $ par mois.

112 Fatih Üniversitesi, prospectus de l’université, p. 5.

113 Il est possible de les voir aux travers des vitres de la loge en train d’ajuster leur foulard pendant de longues minutes face au miroir, de manière à ce qu’aucun cheveu ne dépasse et que le foulard n’ait pas de mauvais plis.

Table des illustrations

Titre Photo n° 4 : Taksim
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photo n° 5 : Dolapdere
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photo n° 6 : Kuştepe
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photo n° 7 : Le Suzy’s Café
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photo n° 8 : La cantine de l’université Sabancı
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo n° 9, 10 et 11 : 3 vues du campus de Yeditepe
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo n° 12 : Le campus de Cibali
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo n° 13 : Le patio du campus de Cibali ancienne usine de tabac, Corne d’Or
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo n° 14 : Carte du campus de l’université Fatih, Büyükçekmece
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/604/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search