Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

L’enseignement privé hors universités

Texte intégral

1Les deux types d’enseignement qui sont ici concernés sont les « dershane privées » et les « cours privés divers ».

  • 79 T.C. İstanbul Valiliği Milli Eğitim Müdürlüğü, İstanbul İl Geneli Yaygın Eğitim Kurumları, 2000-200 (...)
  • 80 Sönmez M., Grafiklerle 1990’larda İstanbul, İstanbul Büyükşehir Belediyesi Kültür İşleri Başkanlığı (...)

2Les dershane sont des centres spécialisés dans la préparation de l’ÖSS. Ils sont rattachés au ministère de l’Éducation (MEB). Les cours ont lieu le samedi et le dimanche toute la journée. Les élèves mémorisent des milliers de réponses à des questions à choix multiples. L’explosion des dershane a eu lieu en 1983. Il y avait alors en Turquie 174 dershane, pour aujourd’hui plus de 2000. Selon une enquête du YÖK menée en 1997 auprès de 80 000 élèves, 78 % des lycéens ont recours à ce type de cours privés. En 2001, on dénombrait à İstanbul 263 « dershane privées » dans lesquels étudiaient 76 153 élèves79, contre 117 établissements pour 46 343 élèves en 199080.

3Les « cours privés divers » (özel muhtelif kurslar) sont des instituts proposant des cursus plus ou moins longs pour adultes, dans des domaines aussi variés que les langues (par exemple l’Institut français), les arts (ex : Akademi İstanbul) ou l’informatique (ex : les cours proposés par l’entreprise Microsoft). À la sortie, les élèves se voient délivrer un certificat, distinct du diplôme universitaire. À İstanbul, en 2001, 378 établissements proposaient ce type d’enseignement pour 30 273 élèves.

  • 81 www.akademi-İstanbul.com.tr

4L’Akademi İstanbul nous intéresse particu­lièrement car c’est l’institut qui s’apparente le plus à une université privée. L’institut est situé dans la rue İstiklal à Taksim. Sur son site inter­net, l’établissement se présente comme étant, depuis 1995, « le seul établissement indépen­dant proposant une alternative d’enseignement supérieur »81. L’origine de l’institut remonte à 1911, avec la création par une fondation améri­caine, vouée au développement des droits sociaux et de la participation à la vie active des femmes, de l’American School of Languages and Arts (ALSK). Par la suite, en 1945, l’école fut rattachée au ministère de l’Éducation (MEB). Le non-rattachement au YÖK signifie que les élèves ne sont pas sélectionnés par l’ÖSS ; il leur faut simplement avoir terminé le lycée. D’autre part, pour les garçons, l’inscription ne permet pas de repousser le service militaire.

  • 82 Les départements de théâtre et de musique proposent un cursus plus long que les autres, en 4 ans po (...)

5L’académie est constituée de 2 écoles proposant de véritables cursus en 2 ans ou plus82, équivalent à ceux des universités : l’école de communication et l’école des arts ; et d’une école proposant des cursus en 1 an : l’école de langues (seulement anglais). À l’intérieur de chaque école, les élèves ont le choix entre plusieurs départements dont les contingents varient en fonction de la place et de la demande : 100 personnes pour l’anglais intensif ou la musique ; 75 personnes pour la publicité, la radio-télévision ou les relations publiques ; 20 personnes pour le journalisme, le théâtre ou le graphisme. En outre, les élèves des différents départements ont accès à une quinzaine de « matières communes » (ortak dersler) optionnelles, dont l’objectif est de leur procurer une éducation générale de base (temel eğitim). On trouve parmi les leçons proposées des cours d’éthique, de diction, de psychologie comportementale, d’expression écrite, ou encore de mythologie. Les prix pratiqués (en dollars) sont très élevés compte tenu du fait que l’on n’obtient qu’un certificat en fin de cursus. Ils s’échelonnent entre 2400 $ par an pour les départements de musique ou de théâtre, et 3200 $ pour les départements de l’école de communication et le département de stylisme. Akademi İstanbul est, au contraire des toutes jeunes universités privées, une fondation vieil­lissante qui éprouve beaucoup de difficultés pour remplir ses classes, en particulier en péri­ode de crise économique, car le diplôme uni­versitaire prend alors plus de valeur.

  • 83 Entretien avec Mehmet Hasgüler, coordinateur de l’agence d’İstanbul de l’Université libre, Radikal,(...)

6Il existe une autre fondation proposant une alternative à l’enseignement universitaire traditionnel, celle-ci réellement en marge des institutions gouvernementales (MEB et YÖK). L’« Université libre » (Özgür üniversite) a été créée en 1994 par la « Fondation du Forum de la Turquie et du Moyen-Orient ». Il s’agit d’une initiative venant des milieux intellectuels d’extrême gauche, pour fournir une alternative aux « intellectuels confrontés à différents problèmes », et réagir face à « l’offensive du néo-libéralisme » et « l’européanisation de l’enseignement dans les universités turques »83. La fondation possède aujourd’hui des agences dans quatre villes de Turquie : Ankara, İzmir, İzmit et İstanbul. L’agence d’İstanbul, qui est la première et la plus importante, se trouve à Beyoğlu, près de Tünel, au troisième étage d’un vieil immeuble. Elle se compose d’une biblio­thèque, d’une cantine et de deux salles de classe. Environ 600 élèves s’inscrivent en moyenne chaque trimestre (l’inscription se fait pour trois mois). Aucun document ou diplôme n’est demandé à l’entrée, et il n’y a ni examen ni certificat à la sortie. Les élèves ont accès, pour la somme de 40 millions TL (environ 30 $), à l’ensemble des séminaires, dirigés parfois par des professeurs d’université ou des intellectuels de renom. Les séminaires ont lieu le soir entre 18h30 et 20h, et le week-end, en particulier le samedi. Les thèmes des séminaires s’articulent autour d’une vingtaine de sujets directeurs dont voici quelques exemples : sociologie de la domination mascu­line ; les concepts de base du marxisme ; les socialistes turcs après le 11 septembre ; pédagogie de l’émancipation ; caricature ; ou encore poésie.

Notes

79 T.C. İstanbul Valiliği Milli Eğitim Müdürlüğü, İstanbul İl Geneli Yaygın Eğitim Kurumları, 2000-2001 İstatistikleri.

80 Sönmez M., Grafiklerle 1990’larda İstanbul, İstanbul Büyükşehir Belediyesi Kültür İşleri Başkanlığı Yayınları, 1994, p. 52.

81 www.akademi-İstanbul.com.tr

82 Les départements de théâtre et de musique proposent un cursus plus long que les autres, en 4 ans pour la musique, et en 3 ans pour le théâtre.

83 Entretien avec Mehmet Hasgüler, coordinateur de l’agence d’İstanbul de l’Université libre, Radikal, 07/02/1999.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search