Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

Libertés publiques et pratique religieuse

Texte intégral

  • 67 Göle N., The Forbidden Modern: Civilization and Veiling, University of Michigan Press, 1996.
  • 68 Göle N., “Islam in Public: New Visibilities and New Imaginaries”, Public Culture, n° 14, 2002, pp.  (...)

1Depuis le début des années 1980, le système universitaire turc est confronté au problème du voile islamique. Ces étudiantes, issues pour beaucoup de la périphérie des grandes villes ou de petites villes, sont ainsi devenues les actrices principales d’un islamisme moderne, jouant sur l’ambivalence intrinsèque à cet assemblage de valeurs67.Nilüfer Göle considère que ces étudiantes ne portent en effet pas le voile passivement, comme un objet transmis de génération en génération. Le voile est porté par une nouvelle génération de femmes qui ont eu accès à l’éducation supérieure. Elles dérangent à la fois les musulmans traditionnels et les groupes laïcs modernistes, car elles sont à la fois musulmanes et modernes68.

  • 69 Çakır R., Direniş ve İtaat, İstanbul, Metis Yayınları, 2000, p. 62.

2D’autres tiennent à souligner que ce phénomène n’est pas proprement féminin ou « féministe ». Ainsi, lors des manifestations d’étudiantes contre l’interdiction du voile sur le campus de l’Université d’İstanbul à Beyazıt en février 1998, des groupes de garçons de la faculté de droit de l’Université d’İstanbul et de l’Université Yıldız se sont joints aux manifestations69.

  • 70 2000 Annual Report on International Religious Freedom. Turkey, US Department of State, 05/09/2000.

3L’État, et en particulier le YÖK, utilisent comme argument contre le voile islamique le fait qu’il soit utilisé comme un symbole poli­tique. Le YÖK a d’abord retiré le voile de la liste des « vêtements modernes » en 1984, puis a déclaré « l’habillement moderne obligatoire » en 1987. Le voile a été prohibé dans toutes les institutions publiques par une décision de la Cour constitutionnelle de 1989. Enfin, en décembre 1999, le Conseil d’État (Danıştay) a annulé la décision d’une instance juridiction­nelle inférieure autorisant une étudiante à assister aux cours coiffée d’un voile, en se référant à une décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme favorable à la Turquie, notant que les étudiants devaient respecter les codes vestimentaires et que le voile islamique pouvait constituer une forme de pression pour les autres élèves70.

4Le débat, qui avait débuté dans les univer­sités publiques, s’est aujourd’hui étendu aux universités privées. L’interdiction, en effet, concerne également les fondations caritatives (Vakıf) ayant une mission d’enseignement supérieur. Dans le rapport du YÖK du 9 février 2001 dont il a été question plus haut, concer­nant la fermeture de l’université Fatih, il était ainsi expliqué qu’

« une partie importante du personnel administratif et des élèves ont, pour des raisons idéologiques et politiques, un comportement non-conforme aux règles touchant à l’habillement. La direction de l’université a toléré, voire encouragé ces comportements malgré les avertissements (du YÖK). (...) La direction a ainsi inspiré aux étudiants un mode de vie anti-laïc et a permis le développement de tels comportements. »71

  • 72 Ce journaliste a accusé l’université d’accorder les bourses à des élèves diplômés d’écoles connues (...)
  • 73 Certaines élèves continuent malgré tout à venir en cours voilées.
  • 74 Demir G., « A New Period and Approach at the İstanbul Marmara University Theology Faculty », Turkis (...)
  • 75 Akalın C., “Üniversite Özgür Düşünce Demektir”, Cumhuriyet, 02/05/2000, p. 9.

5Le YÖK s’est focalisé, pendant un temps, parmi les universités privées, sur l’université Fatih, qui était au centre du débat public dans la presse durant deux ans, du fait des liens qu’elle entretient avec l’organisation de Fethullah Gülen. En effet, de nombreuses jeunes filles venaient en cours voilées à l’Université Bilgi, sans que cela ait posé le moindre problème. Dorénavant, Bilgi ne fait plus exception, puisque le voile a été interdit mi-avril, suite à une série d’articles de Fatih Altaylı dans le jour­nal Hürriyet72, qui ont suffi à attirer l’attention du YÖK sur le cas de Bilgi. La majorité des 150 étudiantes voilées que compte l’université (dont 50 sont boursières) partiront vraisem­blablement étudier à l’étranger, à moins qu’elles n’acceptent de se coiffer d’un chapeau ou d’une perruque. Dans les universités publiques d’İstanbul, le voile a été à nouveau interdit depuis octobre dernier par le nouveau recteur à l’université Boğaziçi, après de nombreuses années de tolérance73, et par le nouveau doyen de la faculté de théologie de l’université Marmara, en janvier 2001. Ce dernier, confronté à d’importantes manifes­tations devant sa faculté, a proposé aux élèves de se coiffer d’une perruque. Il considère par ailleurs que le voile islamique est « un attribut militant qui promeut la discrimination et le séparatisme entre religions et entre classes sociales », et que « le voile constitue un trouble pour la paix, la confiance et la fraternité dans les institutions publiques »74. Dans les univer­sités publiques de province, en revanche, le contrôle du YÖK semble être moins strict. Les universités Karadeniz Teknik, Samsun 19 Mayıs, Çukurova (Adana), ou encore Selçuk (Konya), ont fait construire au centre de leurs campus « d’immenses mosquées »75.

6Dans les autres universités privées d’İstanbul, on ne voit pas de jeunes filles voilées sur les campus, mis à part à Kadir Has, où l’on peut voir se promener dans les couloirs sept ou huit jeunes filles voilées, mais il semble qu’elles n’aient pas le droit d’entrer dans les classes avec leur voile. À l’université Fatih, désormais, les jeunes filles voilées se couvrent d’une perruque à l’entrée du campus. Dans les universités Yeditepe et Bahçeşehir, il semblerait y avoir également une dizaine d’étudiantes coiffées d’une perruque. À l’université Koç, il y avait en 1998 trois élèves voilées, mais deux d’entre elles ont été immédiatement transférées vers une autre université et la troisième a accepté d’enlever son voile en entrant sur le campus. À l’université Sabancı, enfin, le problème semble ne pas s’être encore présenté.

  • 76 cf. chapitre sur l’université Koç.

7La pratique religieuse sur les campus des universités privées est très limitée, en particulier pour les élèves qui résident sur le campus des universités les plus éloignées du centre-ville, bien qu’il soit toujours possible pour les élèves de Koç et de Sabancı d’obtenir une navette pour se rendre à la mosquée la plus proche du campus le vendredi. De manière générale, il semble qu’il y ait très peu de pratiquants réguliers parmi les élèves des universités privées. En revanche, le jeûne du ramadan, qui s’apparente davantage pour ces étudiants à une coutume ancestrale, respectée par les familles les plus kémalistes et laïques, est pratiqué par une partie importante des élèves. Un mois durant, à 16h45, les cantines de Koç, Sabancı ou encore de Bilgi se remplissent d’un seul coup. À Koç, par exemple, on retrouve à la fois les boursiers et certains habitués du Suzy’s Café76, fiers de raconter qu’ils sont parvenus à surmonter l’épreuve du ramadan.

  • 77 Radikal, 09/12/2001, p. 5.

8Il semble n’y avoir, dans aucune des univer­sités privées d’İstanbul, de pression exercée par quiconque dans le domaine de la pratique religieuse. Cela n’est pas le cas dans certaines universités publiques. Durant le ramadan 2001, une centaine d’élèves de la faculté d’Éducation physique de l’université Gazi (Ankara), membres des foyers nationalistes (Ülkücü Ocakları), ont attaqué au couteau les élèves de la faculté de Science et Littérature de l’univer­sité d’Ankara qui n’observaient pas le jeûne. 10 élèves ont été hospitalisés77.

  • 78 Cf. création des universités Bilkent et Başkent à Ankara.

9De manière générale, l’équilibre entre tolérance et interdiction est sensiblement le même dans les universités publiques et privées, dans la mesure où tous ces établissements obéissent à l’autorité du YÖK. Le Conseil porte par ailleurs une attention particulière aux universités d’İstanbul, qu’il a plus de mal à contrôler du fait de la distance et de sa moindre participation aux fondations des établissements78.

10Les campus des universités publiques occu­pent des positions plus centrales dans la vie de la cité, et les revendications des étudiants sont plus anciennes. Les universités privées sont pour le moment des lieux privilégiés où les élèves ne ressentent pas le besoin ou n’osent pas s’élever contre des directions qui pratiquent, parfois malgré elles, une politique de censure (affichage, clubs étudiants, etc.) sous les menaces de fermeture ou de coupure des crédits du YÖK. Deux professeurs m’ont ainsi confié que la bibliothèque de leur univer­sité avait rejeté par des moyens indirects leurs commandes, selon eux parce qu’ils jugeaient certains livres trop subversifs.

Notes

67 Göle N., The Forbidden Modern: Civilization and Veiling, University of Michigan Press, 1996.

68 Göle N., “Islam in Public: New Visibilities and New Imaginaries”, Public Culture, n° 14, 2002, pp. 173-190.

69 Çakır R., Direniş ve İtaat, İstanbul, Metis Yayınları, 2000, p. 62.

70 2000 Annual Report on International Religious Freedom. Turkey, US Department of State, 05/09/2000.

71 “Fatih Üniversitesi’ne yasak”, www.nethaber.com, 17/03/2001.

72 Ce journaliste a accusé l’université d’accorder les bourses à des élèves diplômés d’écoles connues comme “Fethullahcı” (adeptes de Fethullah Gülen), d’avoir embauché des professeurs « ex-marxistes » et « néo-islamistes ». Il a enfin pointé du doigt l’exception que constituait Bilgi, en avançant que le voile est interdit dans les universités publiques. Altaylı F., Hürriyet, 10, 11, 12 et 13/04/02.

73 Certaines élèves continuent malgré tout à venir en cours voilées.

74 Demir G., « A New Period and Approach at the İstanbul Marmara University Theology Faculty », Turkish Probe, 29/04/2001.

75 Akalın C., “Üniversite Özgür Düşünce Demektir”, Cumhuriyet, 02/05/2000, p. 9.

76 cf. chapitre sur l’université Koç.

77 Radikal, 09/12/2001, p. 5.

78 Cf. création des universités Bilkent et Başkent à Ankara.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search