Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

L’enseignement en langue étrangère

Texte intégral

1Dans les meilleures universités de Turquie (Boğaziçi, université technique du Moyen-Orient, Bilkent, Koç et Sabancı), l’enseignement est en langue anglaise. Même dans les derniers bastions de l’enseignement en turc que sont les universités historiques de Marmara et İstanbul, il existe des départements d’économie et de gestion en anglais et en turc, et la sélection à l’entrée des départements anglophones est sévère. La question de la disparition à terme de l’enseignement en langue maternelle dans les universités d’élite, accélérée par l’apparition des universités privées, est aujourd’hui très présente dans le débat public.

2Les étudiants de l’université Yıldız ont défilé cet été sur le campus de l’université pour protester contre les 15 millions TL (75 francs) de frais requis pour les cours d’été. Cependant, les slogans concernaient également l’enseigne­ment en langue étrangère :

  • 62 Cumhuriyet, 09/08/2001, p. 9.

« Nous voulons une éducation gratuite et en langue maternelle »62.

  • 63 “Bir 6 Kasım Klasiği”, Radikal, 07/11/2001.

3Dans la déclaration faite à la presse par les manifestants du 6 novembre 2001, date du vingtième anniversaire de la naissance du YÖK, il a également été fait mention de l’enseigne­ment en langue maternelle, en plus de la gratuité et de l’égalité des chances63.

4Les professeurs des universités privées, quant à eux, défendent l’originalité du système dans lequel ils enseignent, mais remettent en revanche en cause le modèle turc dans son ensemble. Pour Hasan Bülent Kahraman, jour­naliste à Radikal et professeur à l’université Sabancı, le responsable de l’introduction de l’enseignement en langue étrangère en Turquie n’est pas « l’impérialisme » occidental, mais le système turc lui-même, qui se trouve selon lui dans une impasse.

  • 64 Kahraman H. B., “Yabancı Dilde Eğitim ve Emperyalizm”, Radikal, 12/11/2001.

« Il n’y a plus de méthode ni de livres scolaires de référence en turc, (...) seuls 5 ou 6 % des livres de référence ont été traduits dans la plupart des disciplines ».64

5Il considère que dans les universités privées telles que Bilkent, Sabancı, Koç ou Bilgi, où les bibliothèques possèdent tous les ouvrages de référence en langue originale, le cadre d’enseignement est bien plus libéral. Les élèves choisissent d’après lui ces universités car la conception de l’enseignement y est différente,

  • 65 Kahraman H. B., “Farklı Eğitimin Cazibesi”, Radikal, 14/11/2001.

« l’enseignement n’est pas exclusif, limitateur, et fondé sur le par cœur, comme notre système ».65

6Niyazi Öktem, professeur à l’université Bilgi, estime également qu’il est difficile de taxer ce système d’impérialiste dans la mesure où la Turquie a été à l’origine de l’ouverture de plus de 300 écoles en turc à travers le monde.

  • 66 Öktem N., “Yabancı Dilde Eğitim”, Karizma, n° 8, oct.-déc. 2001, pp. 15-18.

« J’ai vu il y a deux ans les écoles turques de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Lors de la remise des diplômes, les élèves russes ont chanté l’hymne national turc. (...) Ce que nous devons faire, c’est maintenir les fondements de notre culture et proposer des alternatives face à la culture dominante. »66

Notes

62 Cumhuriyet, 09/08/2001, p. 9.

63 “Bir 6 Kasım Klasiği”, Radikal, 07/11/2001.

64 Kahraman H. B., “Yabancı Dilde Eğitim ve Emperyalizm”, Radikal, 12/11/2001.

65 Kahraman H. B., “Farklı Eğitimin Cazibesi”, Radikal, 14/11/2001.

66 Öktem N., “Yabancı Dilde Eğitim”, Karizma, n° 8, oct.-déc. 2001, pp. 15-18.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search