Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

La question de l’indépendance financière

Texte intégral

  • 49 Cumhuriyet, 08/07/2001, p. 9.

1En juillet 2001, le YÖK a décidé d’accorder 60 millions de francs (12 trillions TL) d’aide à des universités privées. L’argent a été réparti entre deux universités d’Ankara, Başkent (14,3 millions de francs) et Bilkent (36 millions de francs), et deux universités d’İstanbul, Koç et Işık (5 millions de francs chacune). Le YÖK a en revanche refusé de verser une aide finan­cière à 5 autres universités qui en avaient fait la demande. Trois de ces universités sont localisées à İstanbul : Fatih, Kadir Has et Doğuş.49 C’est la deuxième année consécutive que l’université Fatih voit sa demande rejetée.

  • 50 Cumhuriyet, 12/07/2001, p. 1.
  • 51 Baycan S., Atalay F., "Yüksek Sefalet", Cumhuriyet, 16/07/2001, p. 7.

2Les recteurs des universités publiques se sont insurgés contre cette décision. Le recteur de l’université Boğaziçi a ainsi déclaré que cet argent allait provoquer le transfert des meilleurs professeurs des universités publiques, où ils sont insuffisamment payés, vers les universités privées, et que cet argent serait utilisé sans aucun contrôle a posteriori50. La question des salaires des professeurs des universités publiques est effectivement problématique. En 2001, ces salaires s’échelonnaient entre 1500 F par mois (300 millions TL) pour un assistant chercheur, 2500 F (507 millions TL) pour un maître de conférence, et 3700 F (742 millions TL) pour un professeur d’échelon supérieur. Suite à la forte dévaluation de la livre turque en début d’année, les salaires avaient perdu la moitié de leur valeur, passant de l’équivalent de 1000 $ à l’équivalent de 550 $. Un article du journal Cumhuriyet titrait ainsi que les professeurs des universités d’État « vivent à la limite du seuil de pauvreté », et comparait amèrement ces salaires avec ceux des enseignants des universités publiques américaines, qui s’élèvent en moyenne à 40 000 F par mois51.

  • 52 Cumhuriyet, 22/07/2001, p. 5.
  • 53 Ibid.
  • 54 Cumhuriyet, 28/07/2001, p. 5.
  • 55 Prof. Çavdar A., "Devlet Üniversiteleri Çökertiliyor Mu ?", Cumhuriyet, 23/07/2001, p. 2.

3À la même époque, le recteur de l’université d’Ankara expliquait que la comparaison de l’aide accordée à son université, dans laquelle étudient 42 000 élèves, aux 36 millions de francs accordés à l’université Bilkent, qui a moins de 10 000 étudiants, suffisait à montrer la gravité de cette décision52.Le recteur de l’université technique du Moyen-Orient (ODTÜ) faisait remarquer quant à lui qu’alors que 5 à 7000 $ étaient dépensés par étudiant dans les universités privées, le budget de gaz et d’électricité de son université pour l’hiver 2002 était insuffisant et le forçait à fermer l’université pendant la période la plus froide53.Enfin, le recteur de l’université d’İstanbul soulignait que les élèves des universités privées ne représentent que 2 % du total des étudiants turcs, et qu’il n’est donc pas normal qu’il leur soit attribué une telle somme d’argent54. Enfin, d’autres regrettaient que l’État soutienne de plus en plus les universités privées car cela crée selon eux un climat conflictuel entre les universités des deux systèmes55.

  • 56 Cumhuriyet, 28/07/2001, p. 19.
  • 57 Radikal, 03/11/2001, p. 15.

4Outre le refus des aides demandées dont il est question plus haut, un certain nombre d’universités qui avaient jusqu’en 2000 reçu de l’argent de l’État, n’en reçoivent désormais plus. À İstanbul, outre Fatih, Kadir Has et Doğuş, les universités Bilgi, Maltepe, Haliç, İstanbul Kültür et Bahçeşehir ont vu leurs aides retirées. Le YÖK a donné quelques exemples de raisons qui ont motivé sa décision. Il reproche ainsi à Bilgi et Bahçeşehir de ne pas avoir présenté leurs bilans budgétaires (gelir gider raporu), et à Kadir Has d’avoir payé des professeurs qui n’ont jamais enseigné dans l’université56. En novembre 2001, cette décision a évolué en une menace de fermeture de ces universités. Trois raisons principales ont été avancées par le YÖK : le non-investissement dans l’université de la totalité de la somme que la fondation s’était engagée à dépenser lors de sa création ; l’acceptation d’élèves non- conformes aux règles de l’ÖSS ; le fait que la plupart de ces universités ne soient pas proprié­taires mais locataires de leur bâtiment. Le YÖK a donné à ces universités jusqu’au 31 décembre 2001 pour régler ces problèmes57.

5Il semble que l’État turc, au travers de ses organes spécialisés, le Ministère de l’éducation (MEB) et le YÖK, soit en train de bouleverser les fondements de l’enseignement turc. Le système éducatif turc pouvait être jusqu’ici qualifié de système méritocratique. En effet, l’enseigne­ment secondaire comprenait des lycées d’élite (les lycées anatoliens et les lycées scientifiques) dont l’entrée se faisait sur concours, et des classes d’élite à l’intérieur des lycées réguliers (les classes de « superlycée », qui rassemblent les meilleurs élèves et procurent un enseignement en langue renforcé). Dans l’enseignement supérieur, le système de bourses instauré lors de l’apparition des universités privées se fondait sur des critères uniquement scolaires. Dans les universités publiques, parmi lesquelles se trouvent toujours les meilleures universités du pays, les élèves les plus performants étaient pris en charge par l’État, et l’ensemble des étudiants ayant réussi à intégrer ces univer­sités pouvaient s’acquitter sans difficulté des modestes frais d’inscription.

  • 58 Le problème principal est le manque de professeurs d’anglais et d’allemand qualifiés. Radikal, 23/0 (...)

6Depuis quelque temps, le système dans son ensemble est remis en question. Les lycées d’élite devraient disparaître prochainement. Le ministère de l’Éducation s’est engagé dans un projet d’extension de la durée de l’enseigne­ment primaire et secondaire de 11 à 12 ans. Cette année supplémentaire, placée entre le collège et le lycée, sera consacrée à l’apprentissage intensif de l’anglais ou de l’allemand. Les lycées anatoliens et les lycées scientifiques, dont l’enseignement des matières scientifiques est dispensé en langue étrangère, devraient disparaître et céder la place à un type unique de lycée, le lycée « académique ». Durant les trois années de lycée suivant l’année préparatoire, les lycéens apprendront en outre une deuxième langue étrangère58. Le nouveau système peut sembler plus égalitaire, mais cela signifie aussi que le secteur privé possédera désormais le monopole de l’enseignement d’élite.

  • 59 "Üniversiteler Şirketleşiyor" (les universités se transforment en entreprises), Radikal, 28/02/02, (...)
  • 60 Ibid.
  • 61 Radikal, 25/02/02, p. 3.

7D’autre part, dans l’enseignement supérieur, alors que certaines universités privées touchent comme nous venons de le voir de larges subven­tions, et sous prétexte qu’elles acquièrent une complète autonomie financière, les universités publiques vont peu à peu être transformées en véritables entreprises59. Le projet de loi du YÖK, qui devra d’abord être voté par le Parlement, prévoit une multiplication d’entre 4 et 10 fois des frais d’inscription. L’objectif annoncé est que les élèves paient la moitié de ce qu’ils coûtent à l’université. U. Akbulut, recteur de l’université technique du Moyen- Orient (ODTÜ), s’inquiète de ce que les univer­sités publiques ne possèdent pas les moyens administratifs suffisants pour franchir un tel pas. T. Hatipoğlu, président de l’Association des enseignants, redoute que les élèves ne pouvant payer de tels frais d’inscription se tournent vers les tarikat (fondations religieuses)60. Enfin, l’État, avec le soutien cette fois des recteurs d’universités, mise sur le « marché des étudiants étrangers » pour procurer des sources de revenus supplémentaires aux universités publiques et pour relancer l’économie turque en général. D’ici trois ans, le nombre d’élèves étrangers dans les universités turques devrait passer de 15 000 à 25 000. Ce sont avant tout des pays d’Afrique (Ghana, Nigeria, Égypte...), du Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Koweït, Bahrein, Syrie...) et d’Asie (Pakistan, Chine, Inde) qui sont visés. À la suite de l’attentat du 11 septembre, ces élèves redouteraient d’aller étudier aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, où ils seraient victime du racisme ambiant, et préféreraient étudier dans un pays musulman et laïc, où le niveau de vie est bien moins élevé de surcroît. L’État fait un calcul qui paraît très simple : les dépenses de ces élèves devraient entraîner un bénéfice net de 150 millions de dollars par an pour l’économie, et 1 milliard de dollars en 2023 (l’objectif est d’atteindre à cette date le chiffre de 100 000 étudiants étrangers)61.

Notes

49 Cumhuriyet, 08/07/2001, p. 9.

50 Cumhuriyet, 12/07/2001, p. 1.

51 Baycan S., Atalay F., "Yüksek Sefalet", Cumhuriyet, 16/07/2001, p. 7.

52 Cumhuriyet, 22/07/2001, p. 5.

53 Ibid.

54 Cumhuriyet, 28/07/2001, p. 5.

55 Prof. Çavdar A., "Devlet Üniversiteleri Çökertiliyor Mu ?", Cumhuriyet, 23/07/2001, p. 2.

56 Cumhuriyet, 28/07/2001, p. 19.

57 Radikal, 03/11/2001, p. 15.

58 Le problème principal est le manque de professeurs d’anglais et d’allemand qualifiés. Radikal, 23/01/02 et 30/01/02, p. 4.

59 "Üniversiteler Şirketleşiyor" (les universités se transforment en entreprises), Radikal, 28/02/02, p. 4.

60 Ibid.

61 Radikal, 25/02/02, p. 3.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search