Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

Être pensionnaire d’une université privée

Texte intégral

1Les campus des universités privées étant situés de plus en plus loin de la ville, il est devenu difficile pour les étudiants de résider hors du campus. D’une université à l’autre, les politiques sont néanmoins différentes, selon que l’objectif est de créer une vie communautarisée ou pas. À l’université Koç, la moitié des élèves ainsi que la moitié des enseignants résident sur le campus. Il semble également que les shuttle qui assurent le service entre le campus et Sarıyer soient avant tout utilisés par les employés de l’université (administration, entretien, sécurité...). Une partie des élèves réside donc hors du campus, mais ce sont en très grande majorité des élèves motorisés dont les familles résident à İstanbul. D’autre part, ils se trouvent exclus de fait d’une partie de la vie du campus car certains clubs étudiants se réunissent le soir après les cours.

  • 48 Radikal, 30/07/2001, p. 5.

2Les prix des chambres, très élevés, sont sujet à débat dans les journaux. Le journal Radikal48 relevait ainsi que l’université Bilkent, à Ankara, tenait le record du prix le plus élevé en proposant des chambres individuelles à 5674 $ l’année. L’auteur de l’article ajoutait que ces prix faisaient de la concurrence aux hôtels 5 étoiles. Les prix varient selon les universités entre 1200 et 6000 $ pour une chambre individuelle ou double (1200 $ à l’université Haliç ; 1500 $ à Fatih ; 1800 $ à Bahçeşehir ; et 4500 $ à Koç pour une chambre individu­elle). En outre, une partie des universités ne propose pas de foyers pour les étudiants. C’est le cas des universités Işık, Kültür, Beykent et Maltepe. Enfin, d’autres ne proposent que très peu de lits, comme Bilgi (360 lits pour plus de 7000 étudiants), ou Bahçeşehir (une cinquantaine de lits pour 1200 étudiants).

Photo n° 3 : Foyers de l’université Sabancı, Tuzla

Photo n° 3 : Foyers de l’université Sabancı, Tuzla

3Le cas des boursiers est compliqué, puisqu’il existe différents types de bourses. Certaines universités proposent une réduction de 50 % du prix des chambres pour les boursiers, d’autres la prise en charge complète des frais de logement.

Notes

48 Radikal, 30/07/2001, p. 5.

Table des illustrations

Titre Photo n° 3 : Foyers de l’université Sabancı, Tuzla
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search