Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

Les fondateurs des universités privées

Texte intégral

1Chaque université possède un mütevelli heyeti, c’est-à-dire un comité de gestion qui réunit les membres fondateurs, tant ceux qui ont investi de l’argent que ceux qui ont participé à l’élaboration du projet. La direction et le rectorat de l’université sont des institutions séparées composées de professeurs, tandis que le comité de gestion est composé principalement d’hommes d’affaires et de personnalités influentes.

De la maternelle à l’université

  • 36 Dinkenli A., “Çok özel bir eğitim”, Radikal, 07/08/2001.

2Au total, 8 des 13 universités privées d’İstanbul appartiennent à des fondations possédant des établissements scolaires dans le primaire et le secondaire. Les universités Koç, Bahçeşehir, Işık, Doğuş, Kültür, Yeditepe, Beykent et Maltepe ont été fondées par des fondations proposant un enseignement privé depuis la maternelle jusqu’à la maîtrise et même au troisième cycle, possédant chacun ses particularités. Un élève peut ainsi passer, sans compter un éventuel troisième cycle, 18 ans dans les établissements de l’une de ces fondations : 2 ans d’école maternelle, 8 ans d’école primaire, 4 ans de lycée, et quatre ans d’université. À l’heure actuelle, une famille doit débourser entre 300 000 et 650 000 francs (entre 60 et 120 milliards de TL) selon la fonda­tion, pour que leur enfant ait une scolarité complète dans le même cadre36 :

  • Beykent : 33 milliards TL de la maternelle au lycée, et 26 milliards TL pour quatre ans d’université, soit 59 milliards TL (environ 300 000 francs).

  • Les écoles du İSTEK Vakfı (Fondation pour la culture et l’éducation à İstanbul) : la fondation possède au total 8 écoles qui proposent des cours de la maternelle au lycée. Les frais de scolarité s’élève en moyenne à 2,6 milliards TL par an (13 000 francs) pour les maternelle ; à 3,3 milliards TL par an (16 500 francs) pour les écoles primaires ; 4 milliards TL par an (20 000 francs) pour les lycées, soit au total 50 milliards TL pour le primaire et le secon­daire. En ajoutant les frais de scolarité de l’université Yeditepe, on arrive à un total de 70 milliards TL (350 000 francs).

  • Kültür : 48 milliards TL de la maternelle au lycée, et 28 000 $ pour quatre ans d’univer­sité, soit 85 milliards TL (environ 425 000 francs).

  • Işık : 54 milliards TL de la maternelle au lycée, et 28 000 $ pour quatre ans d’univer­sité, soit 91 milliards TL (environ 450 000 francs).

  • Bahçeşehir : 75 milliards TL de la mater­nelle au lycée, et 30 000 $ pour quatre ans d’université, soit 115 milliards TL (environ 575 000 francs).

  • Koç : 71 milliards TL de la maternelle au lycée, et 44 000 $ pour quatre ans d’univer­sité, soit 129 milliards TL (environ 650 000 francs).

  • 37 Dossier spécial “Eğitim” de Hürriyet, 24/04/2000, p. 15.

3Le İstanbul Eğitim ve Kültür Vakfı (İSTEK Vakfı) est présidé par Bedrettin Dalan, ancien maire d’İstanbul (fin des années 1980, DYP). Le İSTEK Vakfı est né il y a 16 ans dans le but de « former une jeunesse atatürkiste »37. En 2000, au total près de 10 000 élèves avaient été diplômés dans les 8 lycées, écoles primaires et écoles maternelles de l’association et dans l’université Yeditepe.

4La composition du comité de gestion de Yeditepe est particulièrement intéressante. Y figurent, aux côtés de Bedrettin Dalan, Yavuz Canevi (président de la banque centrale turque à la fin des années 1980), Zuhal Çokar (seule femme membre du haut conseil des juges et des procureurs ; elle a défendu en octobre 1996 la réintégration de deux juges renvoyées pour avoir porté le voile au tribunal), Aydın Doğan (président du groupe de media Doğan, qui possède entre autres les journaux Milliyet, Hürriyet et Radikal), Jak Kamhi (homme d’affaires et industriel anciennement à la tête de l’entreprise Profilo ainsi que d’une entreprise de construction et d’un groupe de presse, député), Ahmet Serpil (professeur, président et recteur de l’université), N.Ülker Turgut (homme d’affaires) et Bülent Ulusu (Premier ministre choisi par Kenan Evren pour diriger le gouvernement de transition démocratique de 1981 à 1983).

5L’université Işık a été créée par la « Fondation des écoles pour le progrès » (Feyziye Mektepleri Vakfı), née en 1885 à Salonique, sous l’Empire ottoman. Cette fondation s’est installée ensuite à İstanbul et créé un lycée dans le quartier chic de Nişantaşı. Ce lycée est devenu en 1935 le Işık Lisesi (« lycée lumière ») avec la bénédiction d’Atatürk. Un vaste cam­pus, situé à Maslak, au cœur du nouveau quartier des affaires d’İstanbul, a été construit dès 1986, mais l’université n’a ouvert ses portes que dix ans plus tard.

6L’université Kültür a également été créée par une fondation très ancienne, née dans les années 1930.

  • 38 Voir chapitre « enseignement hors universités ».

7L’université de Bahçeşehir a été financée par le Uğur Eğitim Vakfı de Enver Ücel. Cette fondation s’est construite progressivement une solide réputation grâce à ses dershane38, qui font partie des toutes meilleures de Turquie. Les Uğur Dershaneleri publient en outre chaque année des ouvrages, type « Annabac », pour aider les élèves à préparer l’ÖSS.

  • 39 Sönmez M., op. cit, pp. 269-270.

8L’université Doğuş a été financée par le groupe Doğuş, fondé par Ayhan Şahenk, homme d’affaires né en 1929 issu d’une famille de notables de Niğde (Région Içanadolu), très proche d’Atatürk. Il est devenu très jeune un grand entrepreneur en réalisant une partie des grands travaux des années 1960 et 1970 (au total 16 barrages et 66 grandes constructions). Au milieu des années 1970, Ayhan Şahenk avait pris le contrôle de 65 % des parts du géant bancaire Yapı Kredi. Les activités du groupe se sont également diversifiées dans différents secteurs tels que le tourisme en 1966, l’agroalimentaire en 1974, la finance en 1975, les média (chaîne d’information NTV, radio rock Eksen), et enfin l’automobile en 1987. En 1979, Şahenk a vendu ses parts de Yapı Kredi, mais il prend en 1983 le contrôle de la banque Garanti (devenue aujourd’hui le premier groupe bancaire privé de Turquie), en rachetant les parts des groupes Koç et Sabancı.39Ayhan Şahenk est mort en avril 2001, laissant un empire financier de plus de 50 entreprises.

  • 40 Lycées où l’enseignement des langues étrangères est renforcé.

9En 1974 le groupe Doğuş a décidé de s’investir d’une mission éducative en créant un petit lycée de 120 élèves à Suadiye, quartier chic de la rive asiatique. Avec la création du statut de « lycée anatolien »40à la naissance du YÖK, le groupe ouvre en 1982 le Özel Doğuş Anadolu Lisesi, situé d’abord à Bağlarbaşı puis à Acıbadem en 1985. Le groupe a ensuite ouvert successivement une école primaire, une école maternelle, puis en 1996 un lycée scientifique (Fen lisesi), et enfin une université en 1997. Malgré la puissance financière du groupe Doğuş, l’enseignement à l’université Doğuş est, pour le moment, de faible niveau.

10L’université Beykent a été fondée par la « Fondation Adem Çelik-Beykent ». Adem Çelik, entrepreneur et architecte à l’origine de la construction de nombreuses cités privées, a d’abord crée en 1990 une école primaire, un lycée et un lycée anatolien à İstanbul, puis, en 1997, un lycée et une école primaire dans la ville d’Edirne, et enfin une université à İstanbul.

Les fondations liées au domaine de la santé :

11L’université Haliç a été fondée par le Bizim Lösemili Çocuklar Vakfı (« Notre fondation pour les enfants leucémiques ») et s’est spécialisée dans le domaine de la santé en ouvrant par exemple une école d’infirmières.

12L’université Fatih a été fondée par le Türkiye Sağlık ve Tedavi Vakfı (« Fondation Santé et traitement en Turquie »). Néanmoins, cette université a été financée par le groupe présidé par le leader spirituel musulman Fethullah Gülen. Cet homme d’affaires est un ancien imam originaire de Bitlis en Anatolie orientale. À la suite du coup d’État de 1980, il est condamné par le tribunal militaire à 6 mois de prison pour ses activités politiques. Dans les années 1980, ses relations avec l’État turc s’étant améliorées, il entreprit d’ouvrir des établissements scolaires à l’étranger. Fethullah Gülen est à la tête aujourd’hui de plus de 200 entreprises, et dirige une fondation de près de 1000 membres influents et proches des milieux religieux, la « Fondation d’entraide dans la vie professionnelle » (ISHAD). En 1999, le groupe dirigé par Fethullah Gülen était à l’origine de la création de 82 écoles, de 300 cours prépara­toires à l’université, et de 240 foyers étudiants en Turquie. À l’étranger, le groupe a ouvert un grand nombre de lycées et d’universités dans les républiques turcophones de l’ex-URSS, en Ouzbékistan, au Turkménistan, au Kazakstan et au Kirghizistan41. L’université Fatih rencontre des problèmes avec le YÖK depuis trois ans, et elle a été menacée de fermeture en février 2001. Les dirigeants de l’université sont accusés notamment d’avoir ouvert sans l’autorisation du YÖK trois établissements de soins à Ankara et à Bursa en leur donnant le nom de « faculté de médecine »42.

13L’université Maltepe a rencontré également cette année des problèmes liés aux établisse­ments de soins dirigés par la fondation qui a fondé l’université. La « Fondation pour l’éducation dans la région Marmara » (MEV) a été créée en 1991 par l’homme d’affaires Hüseyin Simsek avec pour devise « de la mater­nelle à l’université ». Une nouvelle fondation a été créée en 1996 à l’occasion de l’ouverture de l’université, sous le nom de « Fondation pour l’éducation à İstanbul Marmara » (IMEV). Hüseyin Simsek possède, outre ses établisse­ments scolaires, un hôpital privé, le Özel Marmara Hastanesi. En mai 2001, le président de la fondation, le docteur Ömer Işık, a accusé Hüseyin Simsek de faire passer son hôpital privé pour une faculté de médecine pour recevoir les subventions du YÖK, et d’obliger les professeurs de cette faculté à travailler dans son hôpital43.

14Enfin, l’université Kadir Has, dont il sera question dans le paragraphe suivant, a été fondée en collaboration avec la Fondation de cardiologie turque (TKV), liée au groupe hospi­talier privé Florence Nightingale. Le comité de gestion, qui réunit les membres fondateurs, compte deux docteurs, sur un total de neuf membres.

15La loi de 1981 autorisant uniquement les fondations caritatives à ouvrir des universités privées a ainsi permis à certains hommes d’affaires d’utiliser leurs investissements dans le secteur de la santé, à la fois comme une façade et comme une source de subventions.

Les universités des grandes familles :

16L’université Doğuş, dont il a été question plus haut, fait également partie de ce groupe d’universités, entièrement financées par un membre d’une des grandes familles de l’industrie et de la finance turques.

  • 44 Sönmez M., Türkiye’de Holdingler, Arkadaş Yayınevi, 1e ed. 1987, Ankara, p. 299.

17L’université Kadir Has a été financée par l’homme d’affaires Kadir Hasoğlu. La famille Has est une famille d’Adana (région Akdeniz) originaire de Kayseri (région İçanadolu). Nuri Has a fait fortune dans les années 1910 en fondant un empire dans le secteur du textile. À sa mort dans les années 1960, son empire a été partagé entre ses trois fils, Mahmut, Kemal et Kadir. Les activités de le famille se sont ensuite élargies aux secteur de la banque (İstanbul Bankası pour Kemal Hasoğlu), de l’agroalimentaire (distribution des produits Coca-Cola) et de l’automobile (Otomarsan pour Kadir Hasoğlu)44.En 1991, Kadir Hasoğlu et sa femme Rezan ont créé la « Fondation pour un enseignement turc original-HASVAK ». Kadir Hasoğlu est le président du comité de gestion de l’université.

  • 45 Ces deux universités font l’objet chacune d’un chapitre particulier.
  • 46 Lire en particulier Sen M., Development of the Big Bourgeoisie in Turkey, mémoire de DEA, ODTÜ, 199 (...)

18Les universités Koç et Sabancı ont été fondées par des membres des deux familles du même nom. Elles ont chacune développé un système éducatif particulier, fortement inspiré du système américain45. Ces deux familles, qui sont parmi les plus riches du monde, sont à l’origine de la création en Turquie de nombreux centres culturels, bibliothèques, hôpitaux, etc. depuis plusieurs décennies. La famille Koç a toujours entretenu d’excellentes relations avec l’armée et l’État, quels que soient les partis au pouvoir, et a contribué largement à l’essor de la jeune capitale Ankara. La famille Sabancı, en revanche, a construit son empire financier en se tenant plus à l’écart du pouvoir politique, à partir des réseaux régionaux d’Adana et de Kayseri. D’autre part, les familles Koç et Sabancı jouent ensemble un rôle politique majeur en tant que groupe de pression au travers du TÜSIAD (Association des industriels et des hommes d’affaires turcs), créé en 1971, qui réunit le patronat laïc libéral, et dont l’objectif majeur est l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Les campus des universités fondées par les deux groupes reflètent égale­ment l’opposition de styles entre les deux familles. Le groupe Koç est traditionnellement plus discret. Issus d’Ankara, les Koç sont plus proches de l’ancienne bourgeoisie stambouliote, en particulier des minorités juives et arméniennes.46 Le campus est ainsi intégré au paysage et cherche à retrouver le style architec­tural de la période ottomane. Le groupe Sabancı, à l’inverse, cherche à avoir une grande visibilité dans l’espace public, comme le montrent en particulier les deux tours dignes de Manhattan du siège de l’entreprise à Levent. Le campus est moderne et grandiose, et se situe dans la zone industrielle de l’extrême sud-est de la ville (cf. photos des deux campus page précédente). En outre, l’université a organisé une vaste campagne de promotion afin d’attirer les meilleurs élèves du pays.

Photo n° 1 : Campus de l’université Koç, Sarıyer

Photo n° 1 : Campus de l’université Koç, Sarıyer

Photo n° 2 : Bibliothèque de l’université Sabancı, Tuzla

Photo n° 2 : Bibliothèque de l’université Sabancı, Tuzla

Les universités liées au monde de la politique et des média :

19C’est le cas de l’université Yeditepe, dont il a été question plus haut (présence parmi les fondateurs de l’ancien maire d’İstanbul et du président du groupe Doğan, l’un des deux grands groupes de media turcs), et de l’univer­sité Bilgi (présence parmi les fondateurs du maire de l’arrondissement de Şişli, Mustafa Sarıgül, et du président de l’autre géant des média, Dinç Bilgin).

  • 47 Service similaire au programme radio de « Doc et Difool » sur Skyrock en France.

20L’université Bilgi a été financée en grande partie par Oğuz Özerden. Cet homme d’affaires a fait fortune dans la première moitié des années 1990 en introduisant pour la première fois en Turquie des lignes de téléphone proposant des services particuliers. L’entreprise Alo Bilgi Hatları (« Lignes allô info ») propose aussi bien un numéro de téléphone au service des jeunes, qui pouvaient ainsi poser toutes sortes de questions à des personnes plus ou moins qualifiées47, que des lignes érotiques, connues en Turquie sous le nom de « lignes 900 ». Özerden a également participé à cette époque à la création de la chaîne ATV, qui appartient au groupe présidé par Dinç Bilgin, associé par la suite à la fondation de l’université Bilgi. Özerden s’est par ailleurs occupé en 1994 de la campagne du candidat à la mairie d’İstanbul Zülfü Livanelli, membre du SHP (Parti social- démocrate populaire), qui avait remplacé dans les votes pendant un temps le CHP, parti historique fondé par Mustafa Kemal.

Notes

36 Dinkenli A., “Çok özel bir eğitim”, Radikal, 07/08/2001.

37 Dossier spécial “Eğitim” de Hürriyet, 24/04/2000, p. 15.

38 Voir chapitre « enseignement hors universités ».

39 Sönmez M., op. cit, pp. 269-270.

40 Lycées où l’enseignement des langues étrangères est renforcé.

41 www.ozgurpolitika.org, 21/06/1999.

42 www.nethaber.com, “Fatih Üniversitesi’ne Yasak”, 17/03/2001.

43 www.evrensel.net, 03/05/2001 et 04/05/2001.

44 Sönmez M., Türkiye’de Holdingler, Arkadaş Yayınevi, 1e ed. 1987, Ankara, p. 299.

45 Ces deux universités font l’objet chacune d’un chapitre particulier.

46 Lire en particulier Sen M., Development of the Big Bourgeoisie in Turkey, mémoire de DEA, ODTÜ, 1992, 141 p.

47 Service similaire au programme radio de « Doc et Difool » sur Skyrock en France.

Table des illustrations

Titre Photo n° 1 : Campus de l’université Koç, Sarıyer
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photo n° 2 : Bibliothèque de l’université Sabancı, Tuzla
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search