Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

L’examen d’entrée à l’université : sélection et placement des étudiants

Texte intégral

  • 22 Reconnue par le YÖK en 1986
  • 23 Dossier spécial “Üniversite ve Eğitim”, Karizma, oct.-déc. 2001, n° 8, pp. 119-125.

1En 1974, il a été décidé qu’il serait préférable que l’examen d’entrée à l’université ait lieu dans un seul et même endroit. Le « Centre interuniversitaire de sélection et de placement des étudiants » (ÜSYM) a été créé à cet effet. À la suite du coup d’État militaire du 12 septembre 1980, cette institution a pris le nom de « Centre de sélection et de placement des étudiants » (ÖSYM22). Ce centre était respon­sable, sous l’autorité du YÖK, de l’organisation d’un système de sélection à deux examens : l’« Examen de sélection des étudiants » (ÖSS), composé de questions à choix multiples dans les matières principales (mathématiques, turc, sciences, sciences sociales), et l’« Examen de placement des étudiants » (ÖYS), qui avait lieu un mois plus tard, et pour lequel les étudiants choisissaient entre matières littéraires (sözel), matières scientifiques (sayısal) ou un « équi­libre » entre matières scientifiques et littéraires (eşit ağırlık). En 1999, le système a de nouveau changé. Il s’agit désormais d’un examen unique, l’ÖSYS. Les étudiants choisissent, en fonction de la section qu’ils ont choisie en deuxième année de lycée, de passer l’ÖSS littéraire (matières principales : turc, histoire, géographie et philosophie), l’ÖSS scientifique (mathéma­tiques, géométrie, physique, chimie, et biologie) ou l’ÖSS général (turc, mathématiques et géométrie). La moyenne générale obtenue dans le secondaire (collège et lycée) compte pour 16,7 % de la note finale, et la note obtenue à l’ÖSS pour 83,3 %23.Un autre aspect nouveau du système est le moment du choix des univer­sités. Les élèves établissaient dans le passé un classement des universités où ils souhaitaient entrer avant l’examen. Dorénavant, ils font leurs choix après l’examen, ce qui leur permet de poser leur candidature au regard du nombre de points qu’ils ont obtenus et des tables de « points minimum » des départements de chaque université (cf. tableau n° 2).

2Chaque année, 1,4 millions d’élèves passent l’ÖSYS (1 419 000 en 2001), et environ un demi-million d’entre eux seront « placés » dans une université ou dans une école supérieure de formation professionnelle (456 000 en 2001 soit 32,1 % de réussite24). Cependant, ces élèves sont loin d’être tous des élèves nouvellement diplômés du lycée. En 2001, sur 456 000 élèves « placés », 105 000 seulement sortaient directe­ment du lycée, soit moins d’un quart (23 %). En outre, ces élèves sont ceux qui ont le taux de réussite le plus faible : 21 % de réussite, contre 38,0 % pour les élèves qui avaient échoué l’année précédente (ils constituent 55 % des reçus), 38,2 % pour les élèves déçus de leur choix l’année précédente qui repassent l’examen pour intégrer une autre université ou/et une autre faculté (17,5 % du total des reçus), et 40,3 % pour les élèves qui ont terminé une université et qui souhaitent à nouveau passer l’examen d’entrée (4,3 % des reçus)25.

  • 26 Milli Eğitim Sayısal Veriler 2000, T.C. Milli Eğitim Bakanlığı, Ankara, p. 198.

3Parmi les lycéens également, les taux de réussite sont très différents. Les diplômés des lycées scientifiques (77 %), des lycées privés dont l’enseignement est assuré en langue étrangère (70 %) et les lycées anatoliens (68,5 %) ont des taux de réussite bien supérieurs à ceux des lycées traditionnels (17 %) et des lycées professionnels (entre 10 et 30 % selon la spécialisation du lycée)26.

  • 27 Source, www.osym.gov.tr, “minimum puanlar 2001” (points minimum). Les universités publiques, de mêm (...)

Tableau 2 : Nombre de points requis à l’entrée des universités Facultés d’Économie-Gestion et d’Ingénieur informatique27

  • 28 L’enseignement est toujours en langue anglaise, à l’exception de Haliç et Doğuş, qui proposent une (...)
  • 29 Lorsque le nombre de points nécessaires n’est pas indiqué, cela veut dire qu’aucun élève n’a choisi (...)
  • 30 L’université Sabancı a un système de sélection des boursiers complexe qui sera expliqué par la suit (...)

Universités publiques

Yıldız

İstanbul

Marmara Galatasaray

ITÜ

Boğaziçi

Économie-Gestion (ÖSS-général)

188 (turc)

192 (anglais)

198 (anglais)

202 (français)

Pas

205 (anglais)

Ingénierie informatique (ÖSS-scientifique)

217

214

219

218

221

225

Universités privées28

Maltepe

Beykent

Haliç

Kültür

Doğuş

Kadir Has

Economie- Gestion

Boursier Non-boursier

29-

182

180

179

181

179

Ingénierie informatique

Boursier Non-boursier

-

-

205 135

206

205

210

Işık

Yeditepe

Bahçeşehir

Bilgi

Fatih

Koç

Sabancı

Economie-Gestion

Boursier

187

183

192

196

199

205

30

Non-boursier

-

153

-

158

147

174

184

Ingénierie informatique

Boursier

212

211

215

213

225

222

191

Non-boursier

159

183

-

-

172

202

-

4Les différences de niveau sont très impor­tantes d’une université à l’autre (cf. tableau n° 2). Deux départements, Économie-Gestion et Ingénierie informatique, ont été choisis comme référence pour le tableau n° 2, car ils sont parmi les plus demandés. En outre, toutes les univer­sités les proposent, à l’exception de İstanbul Teknik Üniversitesi (ITÜ), qui ne propose que des départements de sciences, et de l’université Mimar Sinan, qui est spécialisée dans des départements particuliers tels que l’archéologie, l’histoire de l’art, l’architecture, le théâtre, et le cinéma.

5Un étudiant qui a obtenu 187 points à l’ÖSS général, ce qui est un très bon score, peut entrer dans le département d’Économie-Gestion de 8 des 13 universités privées d’İstanbul en tant que boursier, mais dans aucune des universités publiques, le minimum requis étant de 188 points à l’université Yıldız Teknik. Au-dessus de 188 points, il est ainsi possible pour les élèves de choisir entre un statut de boursier dans une université privée luxueuse, et l’entrée dans l’une des prestigieuses univer­sités publiques d’İstanbul. Les meilleures universités privées exigent pour les boursiers un nombre de points équivalent aux meilleures universités publiques (205 points pour Boğaziçi et Koç). En revanche, elles sont beaucoup moins exigeantes pour les autres élèves (174 points à Koç et 184 pts à Sabancı), afin de remplir leurs classes malgré la crise écono­mique et l’augmentation des frais de scolarité. À Koç, le nombre de points minimum requis a ainsi chuté dans toutes les sections (en 2000, il fallait 187 points pour entrer dans le départe­ment d’Économie-Gestion, contre 174 points aujourd’hui).

6Un étudiant qui a obtenu 213 points à l’ÖSS scientifique peut entrer dans le département Ingénieur informatique de 9 des 13 universités privées d’İstanbul en tant que boursier, mais dans aucune des universités publiques, le minimum requis étant de 214 points à l’univer­sité İstanbul. L’université Fatih demande autant, pour ses boursiers, que la meilleure université publique d’İstanbul (225 points à Boğaziçi), mais il ne faut que 172 points pour intégrer le département en payant les frais de scolarité. À l’université Koç, à l’inverse, il faut un peu moins de points qu’à Fatih pour intégrer le département en tant que boursier (222 points), mais bien plus pour les autres élèves (202 points soit seulement 3 points de moins que le nombre de points nécessaires pour entrer à Haliç ou à Doğuş en tant que boursier).

  • 31 À l’exception de l’université Boğaziçi, dont le campus principal, situé sur les hauteurs du quartie (...)

7De nombreux élèves choisissent d’être bour­siers dans une de ces universités privées car le campus est souvent plus agréable31, l’infra­structure plus moderne, le matériel de meilleure qualité et en plus grande quantité, et surtout le nombre d’élèves par classe beaucoup plus réduit. Alors que les élèves de la faculté de droit de l’Université d’İstanbul suivent leurs cours dans un amphithéâtre de 800 personnes, on dénombre un enseignant pour 10 élèves à Koç et Sabancı, et un enseignant pour 15 élèves à Bilgi.

  • 32 Site internet de l’université Kültür.

8Le profil des boursiers est différent de celui des boursiers européens puisque la grande majorité des bourses sont accordées non pas sur critères financiers, mais uniquement sur la base du nombre de points obtenus à l’ÖSS. Des élèves issus de familles très riches peuvent donc obtenir une bourse pour étudier dans une université privée. Cela est d’autant plus fréquent que ces élèves sont pour la plupart diplômés des lycées privés, dont certains figurent parmi les meilleurs lycées de Turquie, en particulier les lycées étrangers d’İstanbul (le lycée américain Robert College, le lycée allemand, le lycée italien, et les lycées français). Néanmoins, les statistiques fournies par l’uni­versité Kültür sur son site internet montrent que les boursiers sont issus de milieux moins favorisés. Seuls 3 % des familles de boursiers de cette université ont un revenu mensuel supérieur à 600 millions TL (3000 F), contre 60 % des familles des non-boursiers. 25 % des pères et 6 % des mères de ces boursiers sont diplômés de l’enseignement supérieur, ce qui représente un pourcentage nettement plus élevé que la moyenne nationale, mais ces pour­centages s’élèvent à 35 % pour les pères et à 13 % pour les mères des non-boursiers32. Les écarts de capital scolaire entre familles de bour­siers et de non-boursiers restent cependant moins importants que ceux liés aux revenus.

  • 33 Cf. chapitre « La question de l’indépendance financière ».

9L’un des derniers arguments que possèdent les universités publiques pour attirer les meilleurs élèves est la qualité de l’enseigne­ment, mais de plus en plus de professeurs du public donnent parallèlement des cours dans le privé, ou quittent tout simplement le public pour avoir un meilleur salaire dans le privé33.

  • 34 www.osym.gov.tr
  • 35 Köylü H., “Vakıflar dolduramadı”, Radikal, 28/08/2001.

10La majorité des universités privées ne rem­plissent leurs contingents qu’à la veille de la rentrée, grâce aux “ek kontenjan” (contingent supplémentaire). Les élèves qui n’ont pas trouvé de place, soit parce que leur nombre de points était insuffisant, soit parce qu’ils ont été refusés par les universités de leur choix, voient ainsi s’offrir à eux une seconde chance. Une première session a lieu en octobre, puis une seconde en novembre, si bien que certains élèves n’intègrent leur université qu’en décembre. Le minimum de points requis est de 120 points pour les universités (lisans) et de 105 points pour les écoles supérieures d’en­seignement professionnel type IUT (ön lisans). En 2001, 49 254 places sont restées vides à l’issue de l’examen, dont 21 153 dans les universités, et le reste dans les écoles spéciali­sées. Presque la moitié de ces places étaient à pourvoir dans les universités privées de la République chypriote turque (9022 places), près de 40 % dans les universités privées de Turquie (7924 places), et seulement 19 % dans les universités publiques (4141 places, toutes dans les universités de province).34 Ainsi, alors qu’il y avait 23 000 places disponibles dans les universités privées turques, 16 000 élèves seulement ont été « placés ». 27,9 % des places disponibles sont ainsi restées inoccupées contre 8,5 % en 2000. Dans les universités privées de la République turque de Chypre du Nord (KKTC), 79,4 % des places disponibles sont restées vides à l’issue de l’ÖSS.35 Cette baisse de la demande s’explique par l’augmentation démesurée des frais de scolarité en dollars en 2001 suite à la dévaluation de la livre turque. À İstanbul, les seules universités qui ont rempli en partie leurs contingents d’élèves non-boursiers sont Koç, Sabancı, et Işık, qui ont un nombre très limité de places, ainsi que Yeditepe, Bilgi et dans une moindre mesure Fatih, qui sont, à l’autre extrême, les nouveaux géants, à côté de Bilkent, de la nébuleuse des universités privées en Turquie.

Notes

22 Reconnue par le YÖK en 1986

23 Dossier spécial “Üniversite ve Eğitim”, Karizma, oct.-déc. 2001, n° 8, pp. 119-125.

24 www.osym.gov.tr

25 www.osym.gov.tr

26 Milli Eğitim Sayısal Veriler 2000, T.C. Milli Eğitim Bakanlığı, Ankara, p. 198.

27 Source, www.osym.gov.tr, “minimum puanlar 2001” (points minimum). Les universités publiques, de même que les universités privées, sont classées de manière approximative de la plus faible à la plus forte, sachant que ne sont prises comme base que deux sections.

28 L’enseignement est toujours en langue anglaise, à l’exception de Haliç et Doğuş, qui proposent une section « économie » en turc, et Yeditepe, en allemand. Dans ce tableau, ce sont les sections anglaises qui ont été retenues.

29 Lorsque le nombre de points nécessaires n’est pas indiqué, cela veut dire qu’aucun élève n’a choisi l’université en question lors de la première session de “placement”. Ces universités se remplissent par la suite, grâce au “ek kontenjan” (contingent supplémentaire).

30 L’université Sabancı a un système de sélection des boursiers complexe qui sera expliqué par la suite.

31 À l’exception de l’université Boğaziçi, dont le campus principal, situé sur les hauteurs du quartier chic de Bebek, peut rivaliser avec ceux des plus riches universités privées.

32 Site internet de l’université Kültür.

33 Cf. chapitre « La question de l’indépendance financière ».

34 www.osym.gov.tr

35 Köylü H., “Vakıflar dolduramadı”, Radikal, 28/08/2001.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr