Version classiqueVersion mobile

Les Universités privées d’Istanbul

 | 
David Behar

Les Universités privées d’İstanbul

Texte intégral

  • 1 Şenatalar B., « İstanbul’da Üniversiteler », İstanbul, dossier spécial "Kent-Üniversite", avril 200 (...)

1L’État turc a autorisé pour la première fois l’ouverture d’établissements d’enseignement supérieur privés dans les années 1960. Ces Hautes Écoles privées (Özel Yüksekokullar) ont connu un essor important durant cette période, au point que certaines, comme l’école de pharmacie et l’école dentaire de Nişantaşı, avaient respectivement deux et trois fois plus d’élèves que les départements correspondants de l’Université d’İstanbul. En 1971, ces Hautes Écoles privées ont été d’abord déclarées non conformes à la nouvelle constitution, puis nationalisées la même année1. La Haute École fondée par le lycée américain Robert College est devenue la même année l’Université Boğaziçi, premier établissement d’enseignement supérieur anglophone de Turquie.

2En 1981, à la suite du coup d’État militaire du 12 septembre 1980, « des mesures furent prises pour permettre à des fondations caritatives (vakıf) d’établir des institutions d’enseigne­ment supérieur »2. Ces fondations caritatives étaient ainsi les seules habilitées à créer des universités privées. Cela a rendu difficile, au début, la création de ces universités privées, puisque 32 des 33 universités existantes en 1988 étaient publiques. Le développement des universités privées, dans leur définition actuelle, est ainsi un phénomène récent en Turquie. La majorité d’entre elles ont été fondées après 1995. Au total, environ 52 000 étudiants (75 000 en incluant les universités turques chypriotes) y sont à l’heure actuelle inscrits, contre seulement 36 000 en 2000. Ces étudiants représentent 3,7 % du total des étudiants d’universités turcs (5,2 % en incluant les universités turques chypriotes), dont le nombre total atteint 1 450 000. À İstanbul, les pourcentages sont plus équilibrés. 33 500 des 200 000 étudiants que compte la ville étudient dans des universités privées, soit près de 17 % d’entre eux.

  • 3 Tooley J., The Global Education Industry, Lessons from Private Education in Developing Countries, T (...)
  • 4 Ibid., p. 38.

3Bien qu’elles soient en très rapide expan­sion, les universités turques représentent encore un phénomène très minoritaire dans le pays, surtout si l’on compare ces chiffres avec ceux des pays en voie de développement. L’enquête menée en 1998 par James Tooley dans 18 universités privées de ces pays3 révèle que le secteur privé rassemble près de 20 % des étudiants en Thaïlande et en Argentine, appro­ximativement 60 % des étudiants au Brésil, en Colombie et en Inde, et 94 % des étudiants en Indonésie, où l’on dénombre près d’un millier d’universités privées4D’autre part, alors que la première université privée turque a été fondée en 1984, l’Universitad de Los Andes, en Colombie, date de 1948, l’Universitad de Belgrano, en Argentine, de 1964, la Trisakti University, en Indonésie, de 1965, et la quasi- totalité des universités de Thaïlande ont été fondées avant 1975.

  • 5 Ibid., pp. 39-47 et 91-94.

4La description que fait James Tooley de ces universités privées correspond assez bien aux caractéristiques des jeunes universités turques. Ces universités ne sont pas pour la plupart, comme on aurait pu le croire, des établisse­ments de très haut niveau, même si certaines peuvent prétendre à terme le devenir, et les fondations les plus viables financièrement sont les « grandes entreprises éducatives », qui possèdent également des lycées et des écoles primaires. Par ailleurs, il ressort de l’enquête que 50 % de ces fondations sont à but non- lucratif, mais que cela ne crée pas de diffé­rences marquantes en terme de « profitabilité », d’efficacité et d’équité. Les pays où l’on trouve le plus grand nombre de fondations à but non- lucratif sont ceux qui, comme la Turquie, ont interdit les fondations à but lucratif. Comme en Turquie, une partie des fondations caritatives appartiennent en général à de grandes compagnies qui veulent utiliser une partie de leurs fonds de manière philanthropique, et obtenir par là-même des réductions d’impôts5.

  • 6 Nous verrons par la suite que les universités privées situées en République turque chypriote ont be (...)
  • 7 Önder I., "Kentsel Yerleşim ve Üniversite", İstanbul, n° 33, avril 2000, pp. 118-120.

517 des 18 universités privées de Turquie se trouvent à Ankara et İstanbul, où l’espace disponible très réduit rendait pourtant complexe et coûteuse la construction de vastes campus. On peut expliquer le choix des fondateurs en observant que c’est dans ces deux mégapoles que réside la grande majorité des clients poten­tiels, prêts à débourser entre 5 000 et 11 000 $ par an de frais de scolarité6. D’autre part, cela permettait de s’attacher les services des pro­fesseurs des meilleures universités publiques7.

  • 8 Sevinç A., "Kentlerin Üniversitelere Dokundukları Nokta", İstanbul, n° 33, avril 2000, pp. 128-131.

6Les universités privées d’İstanbul apparais­sent pour la plupart comme des clubs fermés à l’entrée desquels il faut montrer une « carte de membre », et où, une fois le seuil franchi, on « laisse la vie réelle à l’extérieur »8. Pour autant, ces universités n’échappent pas à l’autorité suprême qui régule l’enseignement supérieur en Turquie, si bien que ces jeunes « entreprises » ont du mal à se démarquer réellement du sys­tème public, et à se défaire de leur réputation d’établissements pour « riches mauvais élèves ».

7Les campus de ces universités ne sont pas encore devenus des lieux de revendication et de contestation sociales comme le sont les univer­sités publiques depuis les années 1960. Ils constituent néanmoins des espaces sociaux nouveaux en Turquie, principalement à İstanbul, qu’il est essentiel d’analyser. Dans le contexte actuel de crise, les étudiants qui peuvent accéder à ces espaces sont soit bour­siers, soit issus de milieux très favorisés qui ont été peu affectés par la crise économique. Nous nous posons la question de savoir si les espaces créés par les fondations privées qui ont financé ces universités peuvent s’apparenter poten­tiellement à des territoires pour ces jeunes héritiers, autrement dit, si ces derniers sont en position d’ériger de véritables barrières à l’intérieur de la ville entre eux et le reste de la population, protégeant de ce fait leurs acquis. Pour que de tels espaces soient appropriés par ce groupe, il faut qu’ils soient ou qu’ils deviennent compatibles avec les comporte­ments socioculturels du groupe, en étant suffisamment ouverts pour être modernes et agréables, et suffisamment sélectifs pour qu’il y ait appropriation par le groupe. Par suite, le groupe peut attacher à ces espaces une étiquette, s’y reconnaître et y reconnaître les valeurs auxquelles il tient. Ils possèdent dès lors les attributs d’un territoire. Il s’agit par suite de repérer les formes de coprésence et les modes d’ajustement entre les personnes et les lieux. Ils sont déterminés par les propriétés sociales des usagers d’un espace donné, qui, lorsqu’elles sont suffisamment homogènes, régissent les manières d’être et d’agir, et donc les modes d’appropriation spatiale. Ils sont aussi déterminés par le contexte local de cet espace, c’est-à-dire sa place dans l’agglomé­ration. Dans cette optique, il est utile de s’inté­resser aux différentes missions que se sont donnés les fondateurs des universités privées, et aux raisons qui ont motivé leur choix quant au lieu d’établissement du campus.

8La population de ces universités est de plus en plus tournée vers l’Occident, culturellement, scolairement, et dans ses projets professionnels. Nous tenterons d’établir quels sont les atouts que possèdent ces universités privées pour attirer ces étudiants, dont bon nombre envi­sagent de partir passer un diplôme de troisième cycle aux États-Unis, et quelles sont les limites imposées par l’État à ces fondations privées, quant à leur autonomie financière, à la nature des programmes, et aux libertés publiques à l’intérieur des campus.

97 universités (Bilgi, Koç, Sabancı, Yeditepe, Kadir Has, Bahçeşehir et Fatih) feront l’objet d’un traitement particulier. Différents aspects seront privilégiés pour chaque université en fonction de leurs particularités (discours des dirigeants, système scolaire original, locali­sation du campus et utilisation de l’espace à l’intérieur du campus, profil des élèves...). Une comparaison sera enfin établie entre deux universités aux profils très différents, Bilgi et Koç, à l’aide de données statistiques portant sur la répartition géographique des familles des étudiants, en particulier celles résidant à İstanbul.

Notes

1 Şenatalar B., « İstanbul’da Üniversiteler », İstanbul, dossier spécial "Kent-Üniversite", avril 2000, n° 33, pp. 88-93.

2 www.yok.gov.tr, « gouvernance ».

3 Tooley J., The Global Education Industry, Lessons from Private Education in Developing Countries, The Institute of Economic Affairs, London, 2001.

4 Ibid., p. 38.

5 Ibid., pp. 39-47 et 91-94.

6 Nous verrons par la suite que les universités privées situées en République turque chypriote ont beaucoup de mal à attirer les élèves.

7 Önder I., "Kentsel Yerleşim ve Üniversite", İstanbul, n° 33, avril 2000, pp. 118-120.

8 Sevinç A., "Kentlerin Üniversitelere Dokundukları Nokta", İstanbul, n° 33, avril 2000, pp. 128-131.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search