Version classiqueVersion mobile

Migrations internes vers İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

Conclusion

Texte intégral

1La « question de la migration » vers İstanbul, souvent érigée en problème a priori, est encore mal connue. Elle est entourée de discours para­sites, de simplifications et de présupposés innombrables qui rendent difficile une analyse sereine. Si le choix de la migration et de la mobilité relève en partie de « stratégies d’acteurs ou d’individus », à restituer, il ne s’inscrit pas moins dans un champ défini de contraintes politiques et économiques qu’on aurait tort de négliger. En cela, l’étude des migrations vers İstanbul est un bon révélateur des dynamiques économiques, sociales et politiques actuellement à l’œuvre en Turquie.

2En tout état de cause, ce dossier n’avait pas la prétention de faire le tour d’une question complexe. S’il a permis de lever quelques ambiguïtés et de pointer quelques idées fausses et lieux communs, tout en fournissant quelques repères, notre ambition sera atteinte.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search