Version classiqueVersion mobile

Migrations internes vers İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

III. Les migrations à İstanbul : quelques rappels

Texte intégral

A. Les leçons des recensements de population

  • 38 İstanbul Araştırmaları 2,7 (1997/1998), İstanbul Büyükşehir Belediyesi Kültür İşleri, İstanbul Araş (...)

1On a tendance à parler de chaos, d’impossi­bilité de chiffrer la population d’İstanbul. La source la plus autorisée reste les recensements du gouvernement turc, dont le premier est effectué en 1927, le second en 1935 ; puis les recensements se suivent avec une régularité quinquennale jusqu’en 1990 ; l’avant dernier, partiel, a eu lieu en 1997 (pour des raisons électorales) ; le dernier a été effectué en octobre 2000. En 1990, le recensement du gouverne­ment turc, établi par le Devlet İstatistik Enstitüsü, faisait état de 7 millions d’habitants dans le département d’İstanbul, mais journa­listes et politiciens s’accordaient sur une esti­mation de 12 millions d’habitants. En 1997, le recensement faisait état de 9 millions d’habi­tants pour le département d’İstanbul. Les pre­miers résultats pour octobre 2000 parlent de 10 millions d’habitants, toujours pour le département ; mais l’Administration des Eaux d’İstanbul, İSKİ, estime la population « réelle » à 14 millions38.

  • 39 Radikal, 04/09/1999, p. 3.

2Pour autorisés qu’ils soient, ces recensements n’en soulèvent pas moins des questions de plusieurs types. En effet, les résultats du dénombrement de 1997 n’ont pas été publiés, le travail effectué ayant été très contesté ; certains quartiers avaient été « oubliés » : aucun agent n’avait été chargé de s’y rendre. Le directeur de l’Institut national des statistiques a d’ailleurs été démis de ses fonctions, tant son institut était remis en question, en raison des méthodes uti­lisées et du peu de fiabilité des résultats39. Ensuite, la comparaison des divers recense­ments est rendue difficile par la modification des catégories qui y sont enregistrées et des cadres administratifs (création incessante de nouveaux arrondissements). Par exemple, en ce qui concerne l’identification des migrants dans la ville, jusqu’en 1965 nous pouvons nous référer à la rubrique « langue maternelle parlée », puis ce critère disparaît et nous devons nous référer au « lieu de naissance ». Chacun de ces indicateurs est sujet à caution, notamment celui qui concerne la « langue maternelle parlée », puisque toute personne parlant turc, même si sa langue maternelle est autre, est recensée comme « turque » sous la rubrique « langue mater­nelle parlée ».

3Ces sources sont loin d’être satisfaisantes, mais il n’en existe pas d’autres ; aussi faudra-t-il s’en contenter et les utiliser avec la rigueur qui s’impose et les confronter chaque fois que cela est possible avec d’autres informations qui s’offrent à nous, et avec des études de cas. Travailler à partir des statistiques en Turquie n’est pas aisé : chacun a sa méthode, jamais clairement explicitée d’ailleurs, et propose ses chiffres et pourcentages qui ne sont partagés par personne. Voyons, d’après l’Institut national des statistiques, les départements d’où provient la population à İstanbul.

Tableau 2 : Provenance des personnes vivant à İstanbul ( %)

Lieu de naissance

1950

1960

1965

1975

1980

1985

1990

50-90 (*)

İstanbul

52,90

43,10

42,00

41,00

38,20

39,00

37,30

-15,60

Total Karadeniz (Départements de la mer Noire)

12,62

16,00

15,60

20,04

21,40

21,80

22,40

+ 9,80

Kastamonu

2,70

3,07

3,17

3,19

3,31

3,24

3,04

Giresun

1,52

2,18

2,33

2,58

2,84

2,90

2,88

Trabzon

1,73

2,08

1,86

2,23

2,24

2,21

2,40

Ordu

0,61

1,18

1,09

1,57

1,88

2,04

2,23

Sinop

0,71

1,07

1,15

1,62

1,82

1,80

1,85

Tokat

0,32

0,55

0,51

1,09

1,36

1,52

1,85

Rize

2,07

1,99

1,74

1,78

1,73

1,70

1,80

Samsun

0,52

0,7

0,62

1,43

1,47

1,57

1,75

Zonguldak

0,83

0,82

0,75

0,80

0,83

0,88

1,03

Gümüşhane

0,40

0,74

0,79

1,39

1,49

1,48

0,91

Bayburt

0,77

Çorum

0,18

0,32

0,32

0,59

0,64

0,67

0,73

Bolu

0,58

0,69

0,68

0,78

0,72

0,70

0,65

Artvin

0,36

0,33

0,45

0,48

0,48

0,53

Amasya

0,19

0,25

0,24

0,46

0,54

0,61

Total Doğu Anadolu (Dép. de l’Anatolie orientale)

4,23

5,53

5,38

8,64

9,93

10,50

12,40

+ 8,7

Kars

0,21

0,47

0,55

1,49

2,05

2,31

2,93

Malatya

0,90

1,12

1,02

1,57

1,78

1,82

1,93

Erzincan

1,55

1,82

1,83

2,18

2,24

2,15

2,07

Tunceli

0,09

0,19

0,19

0,33

0,45

0,50

0,58

Bingöl

0,11

0,19

0,16

0,28

0,39

0,44

0,56

Bitlis

0,15

0,14

0,10

0,23

0,27

0,27

0,39

Muş

0,03

0,05

0,05

0,15

0,19

0,21

0,31

Van

0,12

0,13

0,09

0,13

0,15

0,20

0,29

Hakkari

0,01

0,02

0,01

0,02

0,02

0,03

0,02

Erzurum

0,64

0,81

0,80

1,32

1,44

1,52

1,78

Ağrı

0,04

0,08

0,07

0,19

0,25

0,29

0,74

Elazığ

0,38

0,51

0,51

0,75

0,7

0,73

0,75

Total İç Anadolu

(Dép. de l’Anatolie centrale)

5,69

7,02

7,24

9,81

10,41

10,42

10,66

+4,97

Sivas

1,43

2,22

2,55

3,83

4,36

4,34

4,34

Ankara

0,94

1,05

0,95

1,16

1,26

1,29

1,18

Çankırı

0,60

0,70

0,76

0,99

1,04

1,04

0,96

Kayseri

0,69

0,95

0,85

0,92

0,89

0,88

0,87

Konya

0,74

0,83

0,76

1,03

0,98

0,96

0,86

Yozgat

0,35

0,79

0,37

0,46

0,47

0,48

0,51

Eskişehir

0,34

0,41

0,40

0,56

0,49

0,46

0,41

Nevşehir

0

0,28

0,23

0,29

0,34

0,35

0,41

Niğde

0,40

0,36

0,27

0,43

0,44

0,46

0,41

Kırşehir

0,20

0,13

0,10

0,13

0,14

0,16

0,18

Aksaray

0,10

Kırıkkale

0,09

Karaman

0,07

Total Güneydoğu (Dép. du sud-est)

1,36

1,43

1,18

2,31

2,54

2,66

2,95

+ 1,58

Siirt

0,35

0,3

0,25

0,40

0,44

0,50

0,57

Gaziantep

0,20

0,38

0,37

0,48

0,51

0,54

0,56

Diyarbakır

0,19

0,26

0,22

0,40

0,44

0,46

0,52

Mardin

0,08

0,17

0,08

0,38

0,41

0,41

0,43

Şanlı Urfa

0,13

0,26

0,20

0,40

0,46

0,42

0,41

Adıyaman

0,25

0,06

0,06

0,25

0,28

0,33

0,40

Batman

0,06

Şırnak

0,02

Total Marmara

(Dép. de la région de Marmara)

7,86

9,33

8,97

8,50

7,94

7,06

6,02

-1,84

Balıkesir

1,02

1,15

1,09

1,01

0,9

0,79

0,65

Bilecik

0,18

0,27

0,29

0,51

0,37

0,32

0,26

Bursa

1,56

1,56

1,38

1,16

1,02

0,87

0,74

Çanakkale

0,78

0,87

0,86

0,79

0,75

0,68

0,56

Edirne

1,29

1,29

1,23

1,00

0,95

0,87

0,76

Kırklareli

0,63

1,07

1,12

1,10

1,12

1,02

0,87

Kocaeli

1,36

0,88

0,74

0,73

0,66

0,57

0,51

Sakarya

0

0,70

0,73

0,95

0,93

0,87

0,80

Tekirdağ

1,04

1,54

1,53

1,25

1,24

1,07

0,87

Total Akdeniz

(Dép. de la région Méditerranée)

1,22

1,89

2,04

2,28

2,13

2,04

2,02

+0,90

Adana

0,44

0,38

0,58

0,59

0,56

0,56

Antalya

0,40

0,41

0,33

0,36

0,34

0,29

0,23

Burdur

0,09

0,08

0,06

0,09

0,08

0,06

0,05

Hatay

0,09

0,21

0,17

0,23

0,23

0,25

0,25

İsparta

0

0,32

0,42

0,40

0,37

0,35

0,32

İçel

0,23

0,28

0,26

0,37

0,25

0,23

0,22

K. Maraş

0,11

0,15

0,42

0,25

0,27

0,30

0,39

Total Ege

(Dép. de la région égéenne)

2,32

2,42

2,05

2,18

1,98

1,95

1,75

-0,57

A. Karahisar

0,27

0,23

0,25

0,33

0,45

0,40

Aydın

0,14

0,20

0,15

0,17

0,15

0,14

0,13

Denizli

0,22

0,30

0,22

0,23

0,21

0,19

0,17

İzmir

0,91

0,99

0,78

0,67

0,61

0,56

0,48

Kütahya

0,32

0,17

0,13

0,32

0,15

0,12

0,12

Manisa

0,32

0,36

0,29

0,30

0,28

0,25

0,22

Muğla

0,14

0,17

0,11

0,11

0,11

0,10

0,08

Uşak

0

0

0,12

0,15

0,14

0,14

0,12

Personnes nées à l’étranger

11,50

11,90

9,60

5,21

5,43

4,55

4,48

-7,02

Lieu de naissance inconnu

0,30

0,48

0,10

0,03

0,04

0,02

0,02

-0,28

Source : Devlet İstatistik Enstitüsü, Genel Nüfus Sayımı, 1950-90.

(*) : Gain ou perte de migrants entre 1990 et 1950.

4Les recensements opérés pendant 40 ans, de 1950 à 1990, confirment la chute de la popula­tion née à İstanbul et montrent que les immi­grants sont venus de tous les horizons. En 1990, 37,3 % seulement de la population est née à İstanbul, pourcentage qui se réduit à 20 % si l’on ne prend en considération que les familles implantées depuis plus de trois générations. İstanbul est donc une mégapole hétérogène. On peut noter le pourcentage important de la population née à l’étranger jusqu’en 1965 ; ceci s’explique par l’arrivée de Turcs des Balkans dans les années 1950 et 1960.

5Toutes les régions fournissent un nombre croissant de migrants à İstanbul, exceptées celles de la mer Egée et de la Méditerranée. La région de la mer Noire reste depuis les années 1950 celle d’où vient le plus grand nombre de migrants. Rappelons toutefois que c’est aussi la région la plus grande en superficie. D’après ces chiffres, depuis les années 50, les départements qui fournissent le plus de population à İstanbul sont Sivas (les Sivaslı représentent 4,34 % de la population migrante à İstanbul), Kastamonu, Giresun, Trabzon, Erzincan et Rize. Ils sont tous situés soit dans la région pontique, soit à proximité immédiate des frontières de celle-ci (Sivas se trouve au nord de l’Anatolie centrale mais au sud de la région de la mer Noire ; il en va pareillement d’Erzincan, dans le nord de l’est anatolien).

6À İstanbul même, il est malheureusement impossible, faute de données, d’établir un tableau de la provenance des habitants des dif­férents arrondissements, les lieux de naissance par arrondissement n’étant pas fournis pour les derniers recensements. Néanmoins, les tab. 5 et 6 permettent d’examiner deux exemples à des moments différents de l’histoire migratoire stambouliote. Mais nous pouvons signaler que les arrondissements et quartiers qui perdent leur population -par exemple Eminönü, Beyoğlu, et Etiler (à Beşiktaş) qui changent de fonction et deviennent des zones commer­ciales-, voient leurs vides comblés par des migrants récents (nationaux ou étrangers). Les chambres pour « migrants célibataires » d’Eminönü et d’Aksaray restent nombreuses ; elles se doublent de squats dans les immeubles les plus dégradés. Les arrondissements dont la population augmente le plus sont situés dans les zones périphériques, les « nouvelles zones », telles que Sultanbeyli, dont la population est essentiellement constituée de migrants, Ümraniye, Pendik ou Tuzla, pour la partie anatolienne, et Gaziosmanpaşa, Güngören, Esenler ou Avcılar, pour la partie européenne de la mégapole (tab.4). D’après une étude de la Direction de la Planification sociale, menée en 1980 dans des gecekondu des arrondissements de Sultanbeyli et de Gaziosmanpaşa, seulement 2 % des habitants de ces secteurs étaient nés à İstanbul, 60,89 % étaient d’origine rurale et 9,6 % provenaient d’une autre ville (on ne sait rien des autres...).

7La logique des implantations des migrants dans les quartiers d’İstanbul est éclairée par une étude effectuée dans le Çevre gazetesi sur la répartition des migrants à İstanbul (cf. tab. 3) : ceux qui viennent à İstanbul s’installent en général dans des circonscriptions bien déter­minées, où il y a déjà des akraba (parents) ou des hemşehri (concitoyens). Les réseaux de solidarité, familiaux et de village, protègent les nouveaux migrants de l’isolement et leur procurent une sécurité dans la recherche d’un logement ou de travail.

B. La migration : une vieille histoire ?

  • 40 Mantran R., Histoire d’İstanbul, Fayard, Paris, 1996, 382 p.

8Il serait faux, de penser que les migrations vers İstanbul sont un phénomène récent. Lorsque Mehmet II conquiert Constantinople, la ville perd la moitié de ses habitants : 40 à 60 000 personnes la quittent, de gré ou de force40. Dès lors, le principal souci des sultans ottomans fut d’encourager son repeuplement : une politique d’incitation et d’attraction fut appliquée, les nouveaux arrivants obtenant des maisons gratuitement et étant dispensés d’impôts. Ils reçurent la possibilité de pratiquer leur religion librement, mais le sürgün, la réinstallation obligatoire de familles de diverses régions de l’Empire ou de villes conquises, fut en fait la mesure la plus efficace pour mener à bien ce repeuplement.

9D’après le recensement de 1477, la popula­tion totale d’İstanbul est estimée à 100 000 âmes. Un peuplement volontaire commence plus tard grâce à l’immigration des jeunes de familles paysannes qui partent pour accomplir des petits travaux, comme portefaix, porteurs d’eau, matelots, employés de bains, colporteurs ou manœuvres. Au fur et à mesure que les nou­veaux arrivants s’installent, la ville s’agrandit, de nouveaux quartiers se créent, auxquels les migrants donnent des noms qui rappellent leur lieu d’origine. Ceux d’Aksaray créent le quartier d’Aksaray, ceux de Balat créent Balat, ceux de Karaman celui de Büyük Karaman, ceux de Brousse (Bursa) investissent le quartier d’Eyüp...

10Vers 1550, la population est évaluée à 130 000 familles ; F. Braudel l’estime quant à lui, pour le XVIe siècle, à près de 700 000 âmes et R. Mantran, entre 700 et 800 000 habitants pour le siècle suivant.

  • 41 Ibid.
  • 42 Enregistrés par la Direction du Département de la Population en 1919.

11En 1914, la population totale attribuée à la ville est de 977 662 âmes ; et pour la première fois, la population musulmane se trouve majoritaire à 60 % ; ce qui s’explique par le démembrement de l’Empire ottoman et la migration des populations musulmanes des pays balkaniques (ce sont les muhacir ; cf. Toumarkine, 2001). Après la Première Guerre mondiale, İstanbul a 1 129 655 habitants41 : le pourcentage des musulmans va en s’accélérant, suite au départ des minorités, mais aussi en raison de l’arrivée des migrants en provenance des territoires balkaniques au nombre de 340 00042. Lors de la constitution de la République, la proportion des musulmans atteint 69 % de la population d’İstanbul, tandis que les « minorités religieuses » au sens du traité de Lausanne n’en représentaient plus que 17 % pour les Grecs orthodoxes, 9 % pour les Grégoriens arméniens, 5 % pour les Juifs.

Tableau 3 : Répartition des provinciaux dans les arrondissements d’İstanbul (1990)

Adalar (les îles)

 : Erzincan, Samsun, Giresun

Avcılar

 : Ardahan, Bulgarie, Kars, Rize, Trabzon, Tunceli, Yougoslavie

Bağcılar

 : Erzurum, Giresun, Ordu, Rize, Trabzon, Tunceli

Büyükçekmece

 : Bulgarie, Giresun, Rize, Trabzon, Yougoslavie

Bahçelievler

 : Elazığ, Erzincan, Malatya, Sivas

Bayrampaşa

 : Albanie, Giresun, Rize, Sinop, Trabzon, Yougoslavie

Bakırköy

 : Giresun, Trabzon, Ordu, Rize

Beykoz

 : Artvin, Kars, Kastamonu, Ordu, Sinop

Beşiktaş

 : Sivas, Tunceli

Beyoğlu

 : Artvin, Rize, Sivas, Tokat, Trabzon

Eminönü

 : Malatya, Tokat, Tunceli

Esenler

 : Malatya, Tokat, Tunceli

Eyüp

 : Bulgarie, Edirne, Kırklareli, Tekirdağ, Tunceli, Yougoslavie

Fatih

 : Elazığ, Giresun, Malatya, Kastamonu, Rize, Siirt, Trabzon, Tunceli

Gaziosmanpaşa

 : Bayburt, Bulgarie, Edirne, Erzurum, Gümüşhane, Kırklareli, Sivas, Tekirdağ, Tunceli,

Yougoslavie

Güngören

 : Diyarbakır, Erzurum, Giresun, Mardin, Ordu, Rize, Siirt, Trabzon, Tunceli

Kartal

 : Giresun, Erzincan, Ordu, Rize, Sivas, Trabzon, Tunceli

Küçükçekmece

 : Bulgarie, Gümüşhane, Sivas, Yougoslavie

Kadıköy

 : Erzurum, Ordu, Samsun, Sinop, Sivas, Tunceli

Kağıthane

 : Elazığ, Erzincan, Erzurum, Ordu, Tokat, Trabzon

Maltepe

 : Giresun, Ordu, Rize, Trabzon

Pendik

 : Albanie, Giresun, Ordu, Rize, Trabzon, Yougoslavie

Sarıyer

 : Giresun, Gümüşhane, Ordu, Rize, Sivas, Tokat, Trabzon

Sultanbeyli

 : Erzincan, Giresun, Ordu, Rize, Trabzon, Tunceli

Şişli

 : Elazığ, Erzincan, Giresun, Ordu, Rize, Sivas, Trabzon, Tunceli

Tuzla

 : Erzincan, Giresun, Rize, Sivas, Ordu, Trabzon, Tunceli

Ümraniye

 : Bulgarie, Erzincan, Erzurum, Giresun, Ordu, Rize, Trabzon, Tunceli, Yougoslavie

Yalova*

 : Giresun, Erzincan, Ordu, Rize, Trabzon

Source : Çevre Gazetesi, »Karadenizliler İstanbul’u fethetti« (Les migrants de la mer Noire ont pris İstanbul d’assaut), 19/02/1995.

* Yalova a fait partie jusqu’en 1995 du département d’İstanbul.

Tableau 4 : Répartition des natifs et des migrants dans les arrondissements d’İstanbul en 1990

Arrondissements

Nés à İstanbul

Nés hors d’İstanbul

nombre

 %

nombre

 %

Adalar

9471

49

9942

51

Bakırköy

436 602

33

891 674

67

Bayrampaşa

84 358

40

128 212

60

Beşiktaş

83 946

44

108 264

56

Beykoz

63 266

44,5

78 809

55,5

Beyoğlu

134 793

41

94 207

59

Eminönü

20 850

26

62 594

74

Eyüp

84 010

40

127 976

60

Fatih

199 793

43

262 671

57

Gaziosmanpaşa

127 148

36

227 038

64

Kadıköy

263 554

41

384 728

59

Kağıthane

96 830

36

172 212

64

Kartal

172 084

34

334 393

66

Kücükcekmece

153 477

33

315 954

67

Pendik

86 714

30

202 666

70

Sarıyer

64 032

40

96 043

60

Sisli

110 009

44

140 469

56

Ümraniye

80 999

33,5

161 092

66,5

Üsküdar

151 289

38

244 339

62

Zeytinburnu

61 062

37

104 617

63

Source : Akçay Faik, Zeytinburnu, gerçek yönleriyle bir gecekondu kenti, Aralık 1974, 379 p.

Tableau 5 : Départements d’origine des habitants de Zeytinburnu entre 1960 et 1965

Lieux de Naissance

1960

1965

nombre

 %

nombre

 %

Total

88 336

100

102 874

100

İstanbul

20 239

22,91

28 115

27,33

Étranger

20 880

23,64

18 074

17,57

Tekirdağ

4816

5,45

5836

5,67

Giresun

3321

3,76

4832

4,70

Kırklareli

2995

3,39

3680

3,58

Kastamonu

2957

3,35

3608

3,51

Edirne

2653

3,00

3148

3,06

Trabzon

2512

2,84

2610

2,54

Sinop

1719

1,95

2192

2,13

Sivas

1830

2,07

2111

2,05

Çanakkale

1449

1,64

2073

2,02

Erzincan

1879

2,13

2052

1,99

Çankırı

1121

1,27

1657

1,61

Malatya

1193

1,35

1419

1,38

Konya

1127

1,28

1343

1,31

Kars

520

0,59

1322

1,29

Bursa

1220

1,38

1286

1,25

Bolu

726

0,82

1068

1,04

Balıkesir

1108

1,25

1055

1,03

Sakarya

850

0,96

1042

1,01

Ordu

986

1,12

1036

1,01

Tokat

610

0,69

1009

0,98

Erzurum

553

0,63

799

0,78

Rize

615

0,70

774

0,75

Kocaeli

674

0,76

735

0,71

Kayseri

669

0,76

652

0,63

Gümüşhane

564

0,64

632

0,61

Samsun

498

0,56

546

0,53

Zonguldak

377

0,43

517

0,50

Ankara

712

0,81

468

0,45

Tunceli

285

0,32

464

0,45

Yozgat

316

0,36

439

0,43

Çorum

271

0,31

386

0,38

Antalya

232

0,26

382

0,37

Eskişehir

389

0,44

372

0,36

Gaziantep

291

0,33

370

0,36

İsparta

236

0,27

362

0,35

İzmir

412

0,47

349

0,34

Elazığ

310

0,35

302

0,29

Bingöl

133

0,15

254

0,25

Bilecik

195

1,25

237

0,23

Manisa

197

0,22

226

0,22

Adana

189

0,21

217

0,21

Maraş

107

0,12

217

0,21

Amasya

126

0,14

210

0,20

Urfa

251

0,28

200

0,19

Niğde

200

0,23

192

0,19

Artvin

194

0,22

188

0,18

Afyon Karahisar

150

0,17

178

0,17

Denizli

1163

1,32

177

0,17

Nevşehir

150

0,17

170

0,17

Mardin

90

0,1

159

0,15

Uşak

121

0,14

152

0,15

Diyarbakır

137

0,16

127

0,12

İçel

165

0,19

117

0,12

Aydın

134

0,15

117

0,11

Hatay

72

0,08

80

0,08

Kütahya

47

0,05

75

0,07

Siirt

88

0,10

72

0,07

Kırşehir

45

0,05

63

0,06

Muş

34

0,04

57

0,06

Ağrı

49

0,06

55

0,05

Van

60

0,07

53

0,05

Bitlis

45

0,05

47

0,05

Muğla

31

0,04

45

0,04

Burdur

27

0,03

35

0,03

Adıyaman

15

0,02

31

0,03

Hakkari

6

0,01

6

0,01

Source : »1990’da Göçmen ve İstanbul doğumlu nüfusun İstanbul ilçelerine dağılımı« , İstanbul Ansiklopedisi, Dünden Bugüne, Ferhunde Özbay, »Göç« , cilt 3, 1994, p. 409.

Tableau 6 : Régions d’origine des habitants de Gaziosmanpaşa en 1995

Région d’origine

Part de la population ( %)

mer Noire

29,2

Balkans

23,4

Marmara et Thrace turque

15,6

Est et Sud-Est

15,1

Anatolie centrale

12,8

mer Égée

2,6

mer Méditerranée

1,2

Autres

0,1

Source : Evrensel (quotidien, İstanbul), 19/06/1995, p. 12.

12Pour les Stambouliotes, la fin de l’Empire ottoman constitue un tournant majeur. La nouvelle République transfère en effet officielle­ment sa capitale le 13 octobre 1923 à Ankara. Alors, la fuite des minorités religieuses s’accélère : près de 600 000 Grecs et Juifs quittent le pays et la population d’İstanbul n’est plus que de 710 286 en 1927. Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour voir la population de la ville dépasser à nouveau le million.

  • 43 Başbakanlık Devlet İstatistik Enstitüsü, Türkiye İstatistik Yıllığı, 1997.

13L’augmentation de la population d’İstanbul depuis les années trente ne résulte pas de l’accroissement naturel. Pour s’en convaincre, il suffit de porter notre attention sur le taux de croissance naturelle pour mille43, à İstanbul et dans l’ensemble de la Turquie (tab. 7).

  • 44 Shorter F. (dir.), Turkish demography : proceedings of a conference, Ankara, Hacettepe University, (...)
  • 45 Ibid.

14À partir du tab. 7, il est possible de constater que la croissance à İstanbul est fulgurante après les années 50, deux fois supérieure à la moyenne nationale. Le taux de fertilité des femmes a tendance à diminuer : au début de la République, l’indice de fécondité était de 3,85 enfants par femme44 ; le gouvernement avait la volonté d’assurer un taux de croissance naturelle élevé, en imposant l’interdiction de l’utilisation des contraceptifs et celle de l’avortement. Pourtant, les naissances ont sen­siblement chuté. Ainsi, en 1940, l’indice de fécondité passe-t-il à 2,41. En 1965, l’attitude de l’Etat change et devient plus favorable à la réduction des naissances. Si bien qu’en 1980 İstanbul n’assure plus le remplacement de sa population défunte par l’accroissement naturel ; néanmoins, la population urbaine ne cesse d’augmenter, en raison de l’arrivée des migrants de tous horizons. Le surplus des populations villageoises s’exporte à la ville45. L’explosion démographique a lieu après les années 50 ; elle est liée aux campagnes sanitaires de vaccina­tion et à la généralisation des soins médicaux qui ont provoqué la fin des épidémies, la baisse de la mortalité, tandis que la natalité restait élevée en province. Les années 1950 marquent aussi le début de la généralisation de l’exode rural engendré par la mécanisation des cam­pagnes, permise par l’afflux de capitaux étrangers (Plan Marshall et l’intégration à l’OTAN en 1952). En outre, c’est l’époque des réformes agraires qui visent à augmenter la pro­ductivité et à réduire la main-d’œuvre agricole. Des vagues massives de migration rurale se laissent observer entre 1950 et 1955, puis entre 1970 et 1975, puis après 1990.

Tableau 7 : Taux de croissance d’İstanbul et Ankara de 1923 à 1990 ( %o)

1927

1935

1940

1945

1950

1955

1960

1965

1970

1975

1980

1985

1990

1997

Total Turquie

21,10

19,59

10,59

21,73

27,75

28,53

24,62

25,19

25,01

20,65

24,88

21,71

15,08

İstanbul

11,36

22,99

16,86

15,71

54,75

40,92

39,57

54,94

51,44

38,86

41,76

44,78

34,54

Ankara

34,70

24,28

28,56

32,85

62,59

34,92

43,73

43,29

47,22

19,82

29,38

21,28

19,57

Source : Devlet İstatistik Enstitüsü, Genel Nüfus Sayımı, 1927-1998

Tableau 8 : Les migrations internes et la polarisation d’İstanbul

nombre de personnes vivant hors de leur lieu de naissance

 % de la population totale

 % de migrants à İstanbul

En 1940

1 104 107

6,8 %

48 %

En 1950

1 347 402

9,3 %

En 1955

2 504 954

10,4 %

En 1960

3 178 722

11,0 %

57,9 %

En 1965

4 018 770

12,8 %

49,9 %

En 1970

5 789 000

16,1 %

50,5 %

Source : TÜMERTEKİN Erol, »Nüfus Hareketlerinde İstanbul« (İstanbul dans les mouvements de population), in : SİSAV (Siyasi ve Sosyal Araştırma Vakfı : Fondation pour la Recherche en Politique et Sciences Sociales), 1981, İstanbul Sempozyumu, İstanbul,

15De la sorte, le pourcentage des personnes vivant hors de leur lieu de naissance ne cesse d’augmenter à İstanbul. En 1940, sur l’ensemble des mouvements migratoires, 64,2 %, soit 709 464 des migrants du pays se sont dirigés vers les trois grandes agglomérations : İstanbul, Ankara et İzmir. İstanbul a attiré 74,8 % du total des migrants.

  • 46 Ibid.

16L’afflux migratoire est estimé à environ 280 000 de personnes par an depuis 1935 ; mais ce nombre est de 670 000 par an entre 1985 et 1990. Depuis les années 1990, tous les ans 400 000 personnes supplémentaires sont en moyenne enregistrées à İstanbul : l’augmen­tation due aux naissances, est de 150 000 et les 250 00046 autres personnes viennent de l’extérieur. En 1990, 65 % de l’augmentation de la population d’İstanbul provenait donc des migrations. İstanbul est le premier centre d’attraction des migrations internes.

17Dans les années 1950, avec l’industrialisa­tion d’İstanbul, le mouvement migratoire s’in­tensifie. Mais il y a plus de migrants que de besoin en main-d’œuvre dans le secteur indus­triel. La main-d’œuvre dans les travaux saison­niers urbains, comme le bâtiment, et dans le secteur des services, prend de l’importance. En1990, 34 % seulement de la population active d’İstanbul travaillerait dans l’industrie, et 60 % dans les services.

Tableau 9 : Répartition des habitants dans les villes et villages en Turquie

Année

Villes % pop.

Villages % pop.

1927

24,22

75,78

1935

23,53

76,47

1940

24,39

75,61

1945

24,94

75,06

1950

25,04

74,96

1955

28,79

71,21

1960

31,92

68,08

1965

34,42

65,58

1970

38,45

61,55

1975

41,81

58,19

1980

43,91

56,09

1985

53,03

46,97

1990

59,01

40,90

1997

65,87

35,03

Source : Devlet İstatistik Enstitüsü, Genel Nüfus Sayımı, 1927-1998.

C. Les retours : une option peu réalisable

18Même si le projet d’un retour semble tou­jours présent à l’esprit des migrants -anciens ou actuels-, cela reste un projet lointain, rarement réalisé en fait. Il faut mettre à part les retours au moment de la retraite, dont on a déjà vu qu’ils étaient maintenant importants. En outre, le coût de la vie de plus en plus élevé, et les conditions d’existence à İstanbul de plus en plus difficiles pour les démunis, tendent à inciter des migrants récents à envisager un retour.

19Toutefois, une distinction est à faire en ce qui concerne la dernière vague de migration, celle des années 1990. Les migrants de cette vague souhaitent en majorité »retourner dans leur village, mais estiment que les conditions ne sont pas réunies pour cela« . Là réside le paradoxe : ceux qui désirent le plus repartir ne le peuvent pas ; et ceux qui le pourraient ne le souhaitent plus. Le cas des enfants, et surtout des filles, est plus singulier : ceux qui ont été socialisés et scolarisés à İstanbul n’ont pas envie de retourner dans un memleket (pays) qu’ils ne connaissent pas ou très mal. Un double discours est d’ailleurs souvent tenu : d’un côté on s’affirme et se revendique avec virulence de tel memleket, de l’autre, on ne souhaite pas quitter İstanbul -auquel, de fait, on appartient déjà- pour l’inconnu et l’archaïsme supposé du memleket.

  • 47 "Göç dosyası", İstanbul Bülteni, 6/11/1995, pp. 20-23.

20İstanbul Bülteni, le bulletin d’informations bihebdomadaire édité par la mairie du Grand İstanbul, a mené, entre septembre et octobre 1995, une enquête intitulée« Comment la question du Sud-Est se répercute-t-elle à İstanbul ? » (Güneydoğu sorunu İstanbul’a nasıl yansıyor?) ; 897 personnes (dont 2,5 % de femmes et 97,5 % d’hommes) en provenance du Sud-Est ont été interrogées. De nombreuses questions ont été posées, telles que :« Comment résoudre les problèmes du Sud-Est ? Quel peut être le rôle d’une éducation et d’une chaîne de télévision en langue kurde ? Quel impact peut avoir la mise en place de la sécurité sur le retour ? Quel fut le vote aux dernières élections ? Aujourd’hui, quel serait le vote si une élection générale était organisée ? » etc... mais les répon­ses à ces questions n’ont pas été publiées.« Malheureusement, »peut-on lire, « le bulletin n’a pu divulguer les réponses données par les personnes interrogées, pour des raisons politiques et électorales »47. Les seules données auxquelles nous avons accès sont d’ordre informatif, du type : l’année d’immigration à İstanbul, le niveau d’éducation, et le revenu mensuel (tab. 10, 11, 12).

21Ces tableaux, incidemment, en disent long : 37 % de la population interrogée sont arrivés depuis les années 1990 ; cette population a un niveau scolaire minimal, le primaire pour 60 %, et un revenu mensuel bas : 72,5 % des person­nes interrogées gagnent moins de 2500 francs par mois.

Tableaux 10, 11, 12 : L’enquête menée par İstanbul Bülteni

Année d’immigration

 % des personnes interrogées

Avant 1975

17,6

1975-1980

15,6

1980-1985

10,7

1985-1990

19,0

1990-1992

15,8

1992-1994

16,0

1995

05,2

Niveau d’éducation

 % des personnes interrogées

Illettré

1,5

Lit-écrit

3,6

Primaire

54,0

Secondaire

11,6

Lycée

25,5

Université

3,4

Revenu Mensuel

 % des personnes interrogées

- 6 millions ( =1000 F)

6,5

-10 millions ( =1600 F)

30,3

-15 millions ( =2500 F)

35,7

-20 millions ( =3300 F)

16,3

+ 20 millions ( =3300 F)

11,2

  • 48 Radikal, 13/09/97, p. 3.De nombreuses demandes de retour sont effectuées par les migrants eux-mêmes (...)

22Le gouvernement ainsi que la Chambre d’Industrie d’İstanbul (İSO : İstanbul Sanayi Odası) et la municipalité du Grand İstanbul paraissent très favorables au retour des migrants dans leur région, et sont prêts à accorder un financement spécifique pour les entreprises désirant s’installer en province. Depuis 10 ans en effet, des dizaines de « paquets d’investissements » pour le Sud-Est ont été lancés par les gouvernements successifs, qui se sont tous soldés par des semi-échecs, les sommes annoncées n’étant pas réellement investies ou étant mal investies (dans des zones industrielles ou des zones franches qui demeurent vides). Derrière ces programmes d’investissements récurrents, on note parfois une volonté à peine dissimulée de renvoyer une population de migrants trop dérangeante à İstanbul48.

23Néanmoins, entre juin 2000 et avril 2001, selon le préfet de la « Région en état d’exception » (i.e. le Sud-Est anatolien), 16 000 person­nes seraient rentrées dans leurs villages, dont plus d’un tiers en provenance d’İstanbul. Ces chiffres, même peu détaillés, confirment une tendance au retour, malgré la persistance de difficultés dans les villages abandonnés. Mais les problèmes de survie à İstanbul sont devenus tels, surtout depuis la crise financière de février 2001 et les licenciements qui s’en sont suivis, que le choix du retour commence à s’imposer à beaucoup. Ainsi, entre le 1er janvier et le 1er août 2001, deux mille personnes ont officiellement quitté İstanbul pour rentrer au « pays » ; et entre le 1er et le 10 août 2001, 433 familles ont officiellement déposé une demande de retour auprès de la municipalité (cf. Posta, 23/08/01, p. 11 et Cumhuriyet, 23/08/01, p. 3).

D. La place de la femme dans la migration

24Il a déjà été souligné que les femmes participent désormais aux migrations vers İstanbul, presque au même degré que les hommes. Le temps où les hommes partaient en éclaireurs et vivaient parfois longtemps en soli­taires dans des hôtels pour célibataires du côté de Sultanahmet et d’Aksaray, ou auprès de membres de leur famille, est révolu. Ce change­ment est lié à la scolarisation relative des femmes et à l’émergence de migrations forcées plus massives.

  • 49 Abadan-Unat N., Women in Turkish Society, Leiden, 1981. Çınar M., Labor Opportunities for Adult Fem (...)

25Une étude menée en 1979 reflète les dif­férences entre hommes et femmes dans leurs valeurs, leurs désirs et attentes d’enfants. En effet, les femmes veulent moins d’enfants ; et la préférence est portée sur le fils qui représente une aide financière potentielle, tandis que la fille fait plutôt figure d’aide-ménagère49. Cependant, durant les vingt dernières années, la taille de la famille et sa composition ont changé. Les études démographiques ont en effet montré que l’indice de fécondité à İstanbul est le moins élevé de tout le pays. Le comportement des femmes qui émigrent se modifie vite. Le premier indice en est la réduction rapide des naissances. Les femmes, une fois à İstanbul, veulent moins d’enfants et prennent des mesures pour diminuer et espacer le nombre des naissances.

26L’âge des femmes au mariage est de plus en plus tardif. Si les mères se sont mariées à 13 ou 14 ans, il est rare que leurs filles se marient avant la vingtaine, ce qui repousse d’autant la naissance du premier enfant. Notons que même si l’avortement est toujours illégal en Turquie, il est pourtant de plus en plus pratiqué et souvent justifié par la situation économique du couple. Nous pouvons appuyer cette remarque par les enquêtes que nous avons menées auprès des femmes de Mardin. Certaines jeunes femmes interrogées nous ont confié leur avortement qui reste souvent caché à la famille ; seul le mari est au courant, car la décision se prend le plus souvent ensemble. En outre, l’homme paie l’opération. Quant aux femmes d’âge mûr, elles ont souvent opté pour la« solution radicale » , la ligature des trompes, estimant qu’elles avaient déjà trop d’enfants. « Au village, avoir entre six et dix enfants, c’est normal » , mais en ville, « c’est beaucoup trop » : deux ou trois enfants suffisent largement.

  • 50 Cf. Spang-Grau I. (1994), Die Handstrickerinnen von İstanbul, Saarbrücken, Verlag für Entwicklungsp (...)
  • 51 Tekeli Ş., Women in Modern Turkish Society, Londres, Zed Books, 1995.

27En situation d’immigration, les femmes se trouvent souvent plus isolées et sont donc en mesure de prendre des initiatives pour contribuer à l’économie familiale. Les revenus de l’homme étant souvent insuffisants, la femme est amenée à avoir une activité rémunérée, souvent sous la forme d’un travail à la tâche (dans la confection50 ou le commerce alimentaire). Mais celle-ci est parfois mal vécue par les hommes, même si elle est ressentie comme une nécessité et est considérée, à juste à titre, comme une contribution notable au revenu familial. Şirin Tekeli remarque à ce propos que le travail de la femme est une nécessité pour les familles d’origine rurale et les ouvriers, tandis qu’il demeure dénigré par les membres des couches moyennes et supérieures51.

  • 52 Mutlu S., "Population of Turkey by ethnic groups and provinces", New Perspectives on Turkey, n° 12, (...)

28Mais la femme n’est pas la concurrente de l’homme. La distribution du travail d’après Servet Mutlu se fait ainsi : « les hommes travail­lent à l’extérieur, les femmes à l’intérieur et dans le quartier », « le travail dont l’homme ne veut pas, c’est pour la femme »52. Mal rému­nérées, elles travaillent soit chez elles (dans le cas des femmes de Mardin, elles préparent les moules ou le pilav destinés à être vendus dans les rues par les enfants ou par quelqu’un qu’elles ont fait venir du village, qu’elles héber­gent et rémunèrent), soit en tant que domes­tiques dans leur quartier ou dans un quartier tout proche.

29Les migrantes, celles de la dernière vague tout au moins, se signalent par la modestie de leur niveau d’instruction et leur difficulté à parler le turc. Pourtant, elles continuent à privilégier l’éducation de leurs enfants du sexe masculin, car l’homme est appelé à assurer le revenu de la famille. La corrélation entre éducation des femmes et fertilité a été démon­trée : en Turquie, on a calculé une moyenne de 4,2 enfants par femme illettrée et de 2,1 par femme alphabétisée, pour 1990. Mais sur cette question encore, des études plus fines manquent.

Notes

38 İstanbul Araştırmaları 2,7 (1997/1998), İstanbul Büyükşehir Belediyesi Kültür İşleri, İstanbul Araştırmaları Merkezi.

39 Radikal, 04/09/1999, p. 3.

40 Mantran R., Histoire d’İstanbul, Fayard, Paris, 1996, 382 p.

41 Ibid.

42 Enregistrés par la Direction du Département de la Population en 1919.

43 Başbakanlık Devlet İstatistik Enstitüsü, Türkiye İstatistik Yıllığı, 1997.

44 Shorter F. (dir.), Turkish demography : proceedings of a conference, Ankara, Hacettepe University, 1969.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 "Göç dosyası", İstanbul Bülteni, 6/11/1995, pp. 20-23.

48 Radikal, 13/09/97, p. 3.De nombreuses demandes de retour sont effectuées par les migrants eux-mêmes, demandes dont les associations et partis politiques se font les intermédiaires auprès des organes de l’État. Le quotidien Özgür Bakış (malheureusement fermé « pour raisons économiques » fin mars 2001) s’est montré largement sensibilisé à la question : "Geri dönmek istiyorlar" (Ils veulent retourner chez eux), 11/12/1999, p. 6. "Bakanlığa dönüş başvurusu : arazilerimizi işletemiyoruz" (demande de retour auprès du Ministère : on ne peut pas travailler nos terres), 27/12/1999.

49 Abadan-Unat N., Women in Turkish Society, Leiden, 1981. Çınar M., Labor Opportunities for Adult Females and Home-Working Women in İstanbul, Turkey, The G.E von Grunebaum Center for Near Eastern Studies, UCLA, Working Paper n° 2, 1991.

50 Cf. Spang-Grau I. (1994), Die Handstrickerinnen von İstanbul, Saarbrücken, Verlag für Entwicklungspolitik Breitenbach, Sozialwissenschaftliche Studien zu internationalen Problemen n° 189, 309 p.

51 Tekeli Ş., Women in Modern Turkish Society, Londres, Zed Books, 1995.

52 Mutlu S., "Population of Turkey by ethnic groups and provinces", New Perspectives on Turkey, n° 12, 1995.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search