Version classiqueVersion mobile

Migrations internes vers İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

II. Sources et matériaux pour une étude des migrations à İstanbul

Texte intégral

1Les divers matériaux à la disposition du chercheur (Pérouse, 1997) ont déjà été décrits ailleurs. Qu’il nous soit permis de les reprendre et de les développer ici, en rappelant que dans les années 1970, les travaux consacrés à l’immigration interne, plus spécifiquement des études sociologiques, se sont multipliées. Depuis quelques années, une attention particu­lière est à nouveau portée à la question, comme en témoigne l’organisation, par des sociolo­gues, d’un grand colloque à Mersin, en octobre 1996. L’analyse de la « migration forcée » (en provenance du sud-est), reste par ailleurs très insuffisante. Nous ne proposons ci-dessous que des pistes, soumises à la réflexion, qui mériteraient d’être exploitées et croisées les unes aux autres.

Tableau 1 : Localisation en Turquie des personnes nées à İstanbul (*)

Où sont les İstanbullu

1965

Où sont les İstanbullu

1975

Où sont les İstanbullu

1985

Où sont les İstanbullu

1990

nombre

 %

Nombre

 %

nombre

 %

Nombre

 %

Total (**)

1 071 920

100

Total (**)

1 936 606

100

Total (**)

2 525 163

100

Total (**)

3 074 184

100

İstanbul

962 964

89,84

İstanbul

1 755 305

91,60

İstanbul

2 276 862

90,17

İstanbul

2 723 795

88,60

Différence (***)

108 956

10,16

Différence (***)

161 301

8,33

Différence (***)

248 301

9,83

Différence (***)

350 389

11,40

Ankara

33 698

3,14

Ankara

41 229

2,13

Ankara

38 183

1,51

Kocaeli

49 718

1,62

İzmir

11 289

1,05

İzmir

15 401

0,80

Kocaeli

34 090

1,35

Ankara

40 049

1,30

Kocaeli

8850

0,83

Kocaeli

14 795

0,76

İzmir

24 722

0,98

İzmir

29 604

0,96

Bursa

5185

0,48

Bursa

8442

0,44

Bursa

16 020

0,63

Bursa

19 613

0,64

Zonguldak

3596

0,34

Balıkesir

4520

0,23

Tekirdağ

12 792

0,51

Tekirdağ

19 220

0,63

Sakarya

2726

0,25

Tekirdağ

4121

0,21

Balıkesir

8644

0,34

Antalya

13 905

0,45

Eskişehir

2703

0,25

Edirne

3950

0,20

Sakarya

6971

0,28

Balıkesir

11 658

0,38

Balıkesir

2570

0,24

Zonguldak

3927

0,20

Kırklareli

6716

0,27

Sakarya

9054

0,29

Tekirdağ

2532

0,24

Kütahya

3451

0,18

Edirne

5972

0,24

Kırklareli

8227

0,27

Adana

2223

0,21

Adana

3217

0,17

Antalya

5045

0,20

Edirne

7467

0,24

Konya

1736

0,16

Kırklareli

3092

0,16

Zonguldak

5003

0,20

Muğla

6415

0,21

Çanakkale

1702

0,16

Sakarya

3000

0,15

Adana

4798

0,19

Çanakkale

6183

0,20

Kırklareli

1635

0,15

Eskişehir

2959

0,15

Çanakkale

4728

0,19

Zonguldak

5851

0,19

Hatay

1566

0,15

Çanakkale

2714

0,14

Samsun

4575

0,18

Adana

5624

0,18

Manisa

1409

0,13

Erzurum

2340

0,12

Eskişehir

4428

0,18

Samsun

5551

0,18

Edirne

1368

0,12

Konya

2289

0,12

Konya

4178

0,17

İçel/Mersin

5464

0,18

Erzurum

1351

0,13

Hatay

2172

0,11

İçel/Mersin

3983

0,16

Eskişehir

5233

0,17

Samsun

1321

0,12

İçel/Mersin

2106

0,11

Kastamonu

3621

0,14

Konya

4881

0,16

İçel/Mersin

1237

0,12

Antalya

1.898

0,10

Bolu

3472

0,14

Bolu

4873

0,16

Diyarbakır

1066

0,10

Samsun

1838

0,09

Giresun

3269

0,13

Giresun

4107

0,13

Bolu

1013

0,09

Manisa

1807

0,09

Muğla

3040

0,12

Kastamonu

3909

0,13

Aydın

991

0,09

Bolu

1436

0,07

Hatay

2854

0,11

Sivas

3786

0,12

Antalya

833

0,08

Kars

1390

0,07

Erzurum

2781

0,11

Ordu

3624

0,12

Malatya

777

0,07

Erzincan

1282

0,07

Trabzon

2725

0,11

Aydın

3512

0,11

Sivas

730

0,07

Gaziantep

1255

0,06

Sivas

2720

0,11

Manisa

3488

0,11

Kayseri

724

0,07

Trabzon

1231

0,06

Kayseri

2671

0,11

İsparta

3316

0,11

Kütahya

718

0,07

Diyarbakır

1193

0,06

Malatya

2635

0,10

Kayseri

3187

0,10

Kars

680

0,06

Kastamonu

1180

0,06

Manisa

2563

0,10

Hatay

3118

0,10

Gaziantep

652

0,06

Aydın

1174

0,06

Aydın

2504

0,10

Trabzon

3082

0,10

Trabzon

604

0,06

Malatya

1133

0,06

Kars

2485

0,10

Malatya

3030

0,10

Elazığ

566

0,05

Sivas

1111

0,06

Ordu

2413

0,10

Erzurum

2783

0,09

Source : Başbakanlık Devlet İstatistik Enstitüsü, Genel Nüfus Sayımı, 1965, 1975, 1985, 1990, Ankara.

(*) Liste des vingt premières provinces où sont installées les personnes nées à İstanbul. (**) Total national, tous départements confondus. (***) Différence = Total des personnes nées à İstanbul, résidant en Turquie hors d’İstanbul.

A. Les cimetières : une source sous-exploitée

2Il peut paraître incongru, voire déplacé de s’intéresser aux cimetières. Leur « utilisation » par les historiens est fréquente ; pourquoi ne pas les investir aussi, pour la période contempo­raine, à condition de le faire avec précaution ? En effet, les pierres tombales offrent souvent la mention du département, de l’arrondissement et même du village d’origine. Il devient par-là possible de repérer précisément les prove­nances dominantes pour un quartier donné. Les relevés peuvent se faire à la main ou à l’aide de photographies. Et des entretiens avec les personnes préposées à l’entretien ou aux inscriptions sur les tombes peuvent être réa­lisés. Jusqu’à présent, nous avons relevé plusieurs cimetières périphériques dont l’étude a permis d’affiner les histoires migratoires locales (cf. Anatolia Moderna, IX, août 2001). Par ailleurs, les cimetières sont pleins d’en­seignements en ce qui concerne l’espérance de vie et la mortalité infantile ou réelle. Au vu des dates inscrites sur les pierres tombales, on est en droit de douter des chiffres officiels.

3Plusieurs difficultés néanmoins apparais­sent, que l’on peut résumer ainsi :

  • Quelle part faire à ceux qui sont retournés mourir au pays ou y ont été enterrés ? Il semble que cette part dépende à la fois du degré d’aisance du défunt, des départe­ments d’origine et de la situation de l’envi­ronnement familial du défunt.

  • Que faire des tombes muettes quant aux origines du défunt ? Plusieurs cas de figure se présentent : soit il s’agit d’une tombe provisoire, simple monticule de terre, sans aucune indication, si ce n’est un numéro ; soit il s’agit d’une tombe d’un défunt dont la famille est très démunie ; soit il s’agit de personnes pour qui la provenance/l’origine n’était plus fondamentale ou constitutive de l’identité.

  • Comment intégrer le fait que les cimetières ne soient pas toujours des cimetières de proximité et que donc y sont enterrées des personnes ayant vécu dans des quartiers et arrondissements d’İstanbul parfois éloignés ?

  • Dans le cas de vastes cimetières, un relevé complet nécessite du temps et des moyens... Quelle est, dans ces conditions, la valeur d’un relevé partiel ? Un relevé partiel, qui s’efforce de ne pas se limiter à un seul secteur, a, selon nous, la valeur d’un sondage, c’est-à-dire une valeur purement indicative, qui n’autorise aucune généralisa­tion.

4En outre, la progressive saturation des cimetières stambouliotes (comme ceux d’Alibeyköy ou de Gazi), l’ouverture de grands cimetières périphériques (à l’image de celui de Kilyos) où les nouveaux défunts sont désormais inhumés, souvent loin de leur quartier d’ori­gine, sont à prendre en compte dans l’exploita­tion de ces « sources ».

B. Les « associations de culture et d’entraide » et autres fondations

1. Un régionalisme associatif effervescent

  • 19 À l’exception de l’article pionnier de Fikret Toksöz, dans l’encyclopédie : Cumhuriyet Dönemi Türki (...)
  • 20 Sivil Toplum Kuruluşları Bilgi Merkezi, Sivil Toplum Kuruluşları Rehberi, Tarih Vakfı, Mayıs 1996.

5L’analyse du développement et de l’activité des associations d’entraide à fondement local ou régional paraît aussi des plus utiles pour la compréhension, de l’intérieur, du phénomène migratoire. Mais là encore, les sources fiables manquent19, sauf à l’échelle de quelques quartiers comme celui de Gazi à Gazi Osman Paşa et l’arrondissement de Zeytinburnu (cf. tab.1 et 2, relatifs aux associations de migrants, en Annexe 3). Nous ne disposons pas de chiffres très précis, mais à titre indicatif nous pouvons citer les données fournies par la Fondation pour l’Histoire (Tarih Vakfı), qui s’est dotée d’un centre d’information, à l’occasion de la rédaction d’un répertoire des « établissements de la Société Civile »20, au moment de la conférence « Habitat-II » en 1996. Sur l’ensemble du pays en 1995, le centre estime le nombre de fondations (vakıf) à 2.700, le nombre d’associations à 50 000 et celui des syndicats, coopératives et chambres de métier à 1.200. Nous pouvons noter le poids important des associations dont malheureusement le cen­tre ne donne pas la répartition dans le pays. Toutefois, sur les 1.793 adresses fournies dans le répertoire (dont 30 % représentent des fondations et 52 % des associations), plus de 40 % sont situées à İstanbul, 25 % à Ankara, 10 % à İzmir et 25 % dans le reste du pays. Remarquons la place importante d’İstanbul, ces institutions apparaissant comme un phénomène urbain dont l’existence est directement liée à la migration et à une certaine forme de nostalgie.

6La création de ces associations est simple et peu coûteuse. Un dossier de demande de création d’association est à retirer et à déposer soit auprès du ministère de l’Intérieur à Ankara, lorsque l’association a des prétentions sur le territoire national, soit auprès du kaymakamlık (sous-préfecture) de l’arrondisse­ment si l’association ne veut agir que dans un département précis. Seuls les frais de timbres fiscaux sont à payer. Et le regroupement de six personnes dont un dirigeant, un secrétaire, un gestionnaire et trois adhérents suffit pour la création d’une association.

7Ces associations se présentent dans leur grande majorité comme les annexes de cafés/bars, lieux où les personnes de même origine se retrouvent pour discuter, jouer aux cartes, au trictrac ou encore regarder la télévi­sion de leur province. Certaines proposent même de l’alcool, moins cher que dans les bars (beaucoup demandent la licence de vente d’alcool mais peu l’obtiennent). Fréquentés par les hommes essentiellement, leur fonction­nement est assuré par les dons et par la cotisa­tion des adhérents. Des pique-niques sont aussi organisés une ou deux fois dans l’année, en forêt de Belgrade ou ailleurs. En outre, lors des obsèques, ces associations peuvent jouer un rôle pour le rapatriement du corps vers les villages.

8Ces associations organisent même, lors des élections municipales ou lors des recensements de population des voyages vers le pays d’origi­ne, afin d’augmenter le nombre d’habitants dans la région d’origine. C’est ce qui s’est pro­duit en octobre 2000, au moment du dernier recensement, où les maires des pays d’origine ont fait pression, par le biais des associations, pour que leurs « compatriotes » soient recensés dans le « pays » et non pas à İstanbul (d’où les premières estimations jugées faibles pour la population résidant à İstanbul). Ces retours de circonstance ont un rôle important, car les subventions étatiques des municipalités sont calculées en fonction du nombre d’habitants.

  • 21 Sur un total de 121 800 (dont 72 287 en activité) pour toute la Turquie ; cf. Radikal, 3/09/2001, p (...)

9Le ministère turc de l’intérieur, pour l’année 2000, fournit d’autres chiffres, qui complètent et actualisent les précédents. Sur les 20 202 associations (dernek) officiellement enre­gistrées à la préfecture d’İstanbul21, 14 021 sont « à but social » ; et la majorité de ces dernières sont des associations de « pays ». Mais le lieu d’enregistrement n’est pas un critère suffisant dans le cas d’associations dont le siège est hors d’İstanbul, associations à annexes multiples, dont l’essentiel des activités se déroule à İstanbul. En outre, il faudrait pouvoir faire le tri, comme le laisse entendre le responsable de « l’Association pour la Culture et l’Entraide des Est-Pontiques », entre les diverses associations, plus ou moins sérieuses, selon lui :

10« Il y a beaucoup d’associations qui portent un nom de pays. Le but de leur création c’est le jeu. Nous, nous n’avons rien à voir avec ça. Nous, notre but c’est à la fois de vivre notre culture dans une grande métropole comme İstanbul, de venir en aide et de faire connaître (cette culture) aux gens d’autres régions ».

11Ces associations à fondement régional et local doivent être distinguées d’associations plus « généralistes », comme l’association des Droits de l’Homme, Mazlum-Der ou Göç-Der. Cette dernière est une association d’entraide culturelle et sociale pour les « migrants forcés du Sud-Est » (göçzedeler). Créée en 1997 par Mahmud Özgür, elle vise à venir en aide essen­tiellement aux migrants en difficulté écono­mique et psychologique dans les quartiers défavorisés d’İstanbul. Elle recueille des témoignages douloureux des migrants dont les villages ont été brûlés ou vidés, et tente de leur trouver un travail, un logement, et de leur procurer des soins médicaux et des vêtements et parfois de prendre en charge des recours en justice.

2. La presse régionale à İstanbul

  • 22 Cf. Radikal, 3/09/2001, p. 4.

12La presse régionale, voire locale, constitue une des faces visibles de l’activité des associa­tions culturelles et d’entraide, encore trop peu examinée à ce jour. Elle compte des centaines de titres -chaque association aspirant à se doter de sa propre publication-, à diffusion générale­ment assez confidentielle, par des réseaux d’abonnés et d’interconnaissances. Il est évidem­ment impossible de citer ici toutes ces publica­tions, souvent mensuelles ; quelques exemples suffiront : Fıratta Yaşam (« Vie sur l’Euphrate »), depuis 1999, Karadeniz Güneşi (« Soleil de la mer Noire »), depuis 2001 ; Dört Mevsim Divriği (« Les quatre saisons de Divriği »)22, Katılım (« Participation »), Merdin (revue syriaque), Anadolu Yaşam, Yeni Trakya Ekspres Spor...

13Le titre d’un mensuel manifestement proche du courant réformateur de l’ex-Fazilet -men­suel qui s’autodéfinit comme « politique », pub­lié depuis 1999- est à cet égard très révélateur : « l’Anatolie d’İstanbul » (İstanbul’daki Anadolu). Ce titre opère un renversement positif du dis­cours généralement dénigrant sur l’anatolisation d’İstanbul. Le mensuel se présente comme la voix des associations de compatriotes présentes à İstanbul. Dans le numéro 23-24, on remarque d’intéressants articles sur ces associa­tions et notamment un article qui évoque le rôle de celles-ci dans le processus de démocratisation. Là encore, on peut parler d’un renverse­ment de perspective, dans la mesure où ces associations de « pays » sont fréquemment présentées comme des obstacles à l’essor d’une démocratie urbaine pluraliste parce qu’elles cultiveraient par trop les sentiments primor­diaux des individus, empêchant leur « intégra­tion » ou leur « devenir stambouliote », comme s’il y avait incompatibilité entre les deux « identités ».

C. Les manifestations culturelles

  • 23 Exemple de l’association des natifs de Doğubeyazıt, qui a son siège à Laleli (nombre des responsabl (...)
  • 24 Cumhuriyet, 26/06/2000, p. 6.

14On assiste durant toute l’année à des fêtes et réjouissances (şenlik) organisées par les vakıf et/ou associations de villages/villes/quartiers, soit dans des complexes sportifs loués pour l’occasion, soit dans des salles de restaurant23, soit dans leurs locaux. Les journaux mentionnent ces événements lorsqu’ils ont un caractère exceptionnel, comme le 26 juin 2000, lorsqu’une cinquantaine d’associations de villages (köy derneği), s’étaient réunies pour mettre sur pied un programme exceptionnel de musique, danses folkloriques... et avaient fait appel à de nombreux artistes, chanteurs, musiciens, professeurs de danse...24 De plus, les pique- niques déjà mentionnés, très nombreux parti­culièrement à la belle saison, font aussi fréquemment figure d’événements culturels.

  • 25 Cumhuriyet, 02/12/1999, p. 11.

15Les colloques et réunions sont aussi fréquents et concernent des sujets variés. Citons le cas de Kas-Der (association présidée par Orhan Gümüş), qui a organisé fin 1999 un colloque pour venir en aide aux compatriotes ayant subi des dégâts lors du tremblement de terre. On peut noter la participation de person­nalités diverses à ce colloque : des enseignants ou représentants de l’État (préfets et sous-préfets)...25, légitimant officiellement par leur seule présence cette entreprise.

  • 26 Cumhuriyet, 22/11/1999, p. 3.

16Par ailleurs, des associations et fondations comme Tunceli Vakfı, Mardin Eğitim Vakfı ou Malatya Eğitim Vakfı délivrent des bourses de longue durée, afin d’aider des étudiants méri­tants du « pays » à mener à bien leurs études. En outre, la fondation de Tunceli a même la volon­té, à long terme, de fonder une université à Tunceli26.

17Parmi les manifestations culturelles, on peut ranger le Newroz, fêté de plus en plus ouvertement à İstanbul au début du printemps (autour du 21 mars), et ce malgré les interdic­tions. Si les fêtes du Nevruz, organisées par les autorités sont boudées, les manifestations spontanées du Newroz sont l’occasion pour les Kurdes d’İstanbul d’une mobilisation spectacu­laire. On pourrait d’ailleurs, en suivant de près ces manifestations, affiner la cartographie de la présence kurde à İstanbul, en faisant ressortir, au-delà des foyers centraux (Tarlabaşı, Okmeydanı) le poids de plus en plus grand des foyers périphériques, comme Büyükçekmece (Esenyurt), Küçükçekmece, Pendik ou Gaziosmanpaşa.

D. Le cinéma, la télévision, les chansons et la radio

18Ces modes d’expression culturelle -et İstanbul est un lieu de création culturelle sans égal en Turquie- sont évidemment des « mines » à la disposition du chercheur qui ne peut pas ne pas en tenir compte. Nous ne pouvons ici que donner quelques exemples, à titre indicatif.

1. Films : cinéma et télévision

19Le thème du migrant perdu à İstanbul, et notamment sur la place d’Eminönü (plus précisément devant la mosquée Yeni Cami), qui reste un des territoires d’activité et de rencontre des migrants, est un classique du cinéma turc depuis les années 1950. Tous les films de ou avec Kemal Sunal, décédé en 2000, tournent autour de ce thème, quasi invariablement. La télévision turque, rediffuse constamment ces films qui restent unanimement appréciés. Parmi les nombreuses œuvres de Sunal, citons celle intitulée « Kibar Feyzo » (L’élégant Feyzo) (1984). Deux grandes célébrités du cinéma turc, Şener Şen et Kemal Sunal, s’y retrouvent, le - temps de ce film que peu de Turcs ignorent. Les répliques sont même apprises par cœur. Şener Şen joue le rôle d’un ağa (grand propriétaire terrien), pas très sympathique, et Kemal Sunal celui du pauvre paysan opprimé. Ce dernier tombe amoureux d’une jeune fille du village et veut se marier avec elle, mais il lui faut réunir la dot imposée par le père de la jeune fille. Il demande une avance à l’ağa qui la lui refuse. Aussi, le paysan est-il contraint de se rendre à İstanbul pour y travailler et réunir la somme nécessaire. Au contact de la grande ville, il découvre de nombreuses réalités -notamment la rébellion contre l’ağa- et tente d’appliquer au village ce qu’il a appris en ville.

20Citons encore quelques films marquants :

  • « Züğürt Ağa » (l’Ağa fauché) (1985), de Nesli Çölgeçen.

Il s’agit d’un film drôle et dramatique à la fois qui passe souvent sur les chaînes de télévision turque. Le rôle principal y est joué par Şener Şen. Le film raconte l’histoire d’un ağa atypique, un bienfaiteur, grand proprié­taire terrien du sud-est de la Turquie, qui est amené à vendre ses terres et son village et émigrer à İstanbul. Ağa ruiné mais ağa dans l’âme, le film nous le montre dans ses tribulations dans la métropole, partagé entre ses référents culturels villageois et ce que la métropole lui fait entrevoir d’autre. On le voit notamment essayer tous les petits métiers caractéristiques des nouveaux migrants : vendeur de rue, ouvrier en bâti­ment, chauffeur de taxi, petit commerçant (bakkal)...

  • « Güneşe Yolculuk » (voyage vers le soleil), (1998) de Yeşim Ustaoğlu.

Le jeune héros du film, pris pour un Kurde, subit les mauvais traitements de la police. Un Kurde -seyyar satıcısı à Eminönü- lui vient en aide, et devient son ami, mais meurt peu après. Le jeune héros décide alors de rapatrier le cercueil de son ami dans le village natal de ce dernier. Après mille péripéties, il y parvient et se retrouve face à face à un village qui n’existe plus, englouti par les eaux d’un barrage.

  • « Ax » (la terre, en kurde) (2000).

C’est un court métrage qui a obtenu un Prix spécial au Festival de Berlin. Il s’agit d’un film simple et chargé d’émotions, qui retrace l’histoire tragique des paysans du Sud-Est anatolien, incités par l’armée turque à quit­ter leur village à cause de la terreur. Un vieillard est resté seul, car il tient à mourir sur sa terre. Les soldats viennent se moquer de lui et le poussent à partir, mais en vain. Ils tuent le chien, seul être qui tenait compagnie au vieillard. Le vieillard perd la tête, revit ses moments de plaisir partagé avec les villageois, mais les maisons sont vides.

    • 27 En turc : (1996, pour 2° édition), Varoşta kadın olmak. Günlük (Être femme dans les périphéries. Jo (...)

    L’adaptation au cinéma du journal intime de Narlı Türkeli, « Être femme dans une banlieue » (traduit en français récemment27) peut aussi être citée.

21En effet, ce journal a été écrit par une femme originaire de la mer Noire, réduite par l’indigence à faire des petits boulots de vendeur de rue. Son témoi­gnage, sur les conditions de vie des migrants dans une lointaine périphérie asiatique d’İstanbul (en l’occurrence Yenidoğan, à Ümraniye), en proie aux diverses mafias et aux politiciens populistes, souvent isla­mistes, est stupéfiant.

  • Enfin, signalons les documentaires réalisés ces dernières années sur les migrants du sud-est à İstanbul.

Le Centre culturel mésopotamien (Mezopotamya Kültür Merkezi) propose des témoignages de migrants, enregistrés en kurde et sous-titrés en turc. Le drame de ces migrants est exprimé à travers la mise en regard entre ce que raconte le migrant sur « l’avant », et ce que l’on voit à l’écran : d’un côté un passé rural, certaine­ment embelli, et de l’autre un présent urbain, mal vécu dans des foyers pauvres. De la même facture, citons aussi un reportage qui retrace la vie et les conditions difficiles des migrants kurdes, turcs, lazes, et roumains venus travailler à İstanbul dans le bâtiment. Il s’agit de « Yapıcılar » (cons­tructeurs) qui a été projeté à İstanbul le 13 mars 2000.

  • 28 Cf. Radikal, 10/10/2000, p. 12.
  • 29 Cf. Radikal, 16/11/2000, p. 22.

22Ajoutons que le thème de la migration est un sujet très apprécié de nombreux festivals récemment tenus. Parmi les derniers, citons celui de Türsak Vakfı - qui s’est déroulé du 10 au 16 octobre 2000 à İstanbul. Il s’agissait de la « Troisième rencontre internationale du cinéma historique », qui a porté sur le thème de la migration28, avec des sous-thèmes comme « Femme et Migration », ou celui de Thessalonique, en novembre 199929.

2. Les chansons : un corpus riche

23La chanson turque est traditionnellement traversée par le thème de l’exil, de l’exode, du départ, de la séparation, quasiment depuis les origines. Le thème de gurbet (exil), par exemple, est des plus récurrents. Le genre « arabesque » excelle dans ce type d’évocation, plaintif et déchirant. La chanson intitulée « Neden geldim İstanbul’a ? » (Mais pourquoi suis-je donc venu à İstanbul ?) est une très vieille chanson anonyme de la région d’Elazığ - »réservoir migratoire« d’İstanbul dans le centre-est anatolien-, inlassablement reprise par les chanteurs populaires.

24Au cours de ces dernières années, le nombre des chanteurs et des groupes brodant sur le thème de l’exil s’est accru. Dans leurs chansons, on retrouve le sentiment d’éloignement et un regard sur İstanbul, ville de l’horreur et ville- merveille à la fois ; ville de la perdition et de la réussite.

Deux chansons d’exil
I - Chanson anonyme

Yarim İstanbul’u mesken mi tuttun ?

Mon amour, as-tu décidé de t’établir à İstanbul ?

Gördün güzelleri, beni unuttun,

Tu as vu les belles et tu m’as oubliée,

Sılaya dönmeye yemin mi ettin ?

As-tu juré de ne plus revenir au foyer ?

Gayrı dayanacak, gücüm kalmadı,

Dorénavant je n’ai plus la force de résister,

Mektuba yazacak sözüm kalmadı.

Je n’ai plus de mot pour écrire une nouvelle lettre.

Yarim sen gideli yedi yıl oldu,

Mon amour, cela fait sept ans que tu es parti,

Diktiğin fidanlar meyveye döndü,

La pousse que tu as plantée a donné ses fruits,

Seninle gidenler sılaya döndü,

Ceux qui sont partis avec toi sont retournés au foyer,

Gayrı dayanacak özüm kalmadı,

Dorénavant je n’ai plus la force de résister,

Mektuba yazacak sözüm kalmadı.

Je n’ai plus de mot pour écrire une nouvelle lettre.

II - İstanbul, poème de Vedat Türkali

Salkım, salkım tan yelleri estiğinde,

Petit à petit, quand le soleil se lève,

Mavi patiskaları yırtan gemilerinle,

Avec tes bateaux qui déchirent la mer,

Uzaktan seni düşünür, düşünürüm, İstanbul

Je t’imagine ainsi de loin, İstanbul.

Bin bir direkli Halicinde akşamlar,

Les nuits avec des milliers de bateaux à voile sur ta Corne d’Or,

Adalarında bahar Süleymaniye’nde güneş,

Le printemps sur tes îles, et le soleil naissant sur ta Süleymaniye,

Hey sen ne güzelsin ey kavgamızın şehri, İstanbul,

Hé ! que tu es belle, ville de nos batailles, İstanbul

Boşuna çekilmedi bunca acılar,

Nous n'avons pas lutté en vain

Büyük ve sakin Süleymaniye’nle bekle,

Attends dans ta grande et tranquille Süleymaniye,

Parklarınla, köprülerinle meydanlarınla bekle bizi İstanbul.

Attends-nous avec tes parcs, tes ponts et tes places, İstanbul.

Tophane’nin karanlık sokaklarında

Dans les ruelles sombres de Tophane,

Koyun koyuna yatan çocuklarınla bekle

Attends-nous avec tes enfants de rue qui dorment enlacés

Bekle zafer şarkılarıyla geçişimizi İstanbul.

Attends-nous avec nos chansons de victoire, İstanbul

Haramilerin saltanatını yıkacağız,

Nous allons ébranler les oppresseurs,

Bekle o günler gelsin İstanbul,

Attends, İstanbul, que ces jours apparaissent,

Sen bize layıksın biz de sana İstanbul. İstanbul

Parce que tu es faite pour nous et nous pour toi, İstanbul

25Les disques et les cassettes chantant l’exode se comptent, chaque année, par dizaines. Nous n’en mentionnons ci-dessous que trois, à titre d’exemple. La tendance globale que l’on note depuis quelques années est à une réappropria­tion, sur le mode commercial, du répertoire musical et parolier anatolien dans toute sa richesse. İstanbul est le théâtre par excellence de ce réinvestissement.

  • Kardeş Türküler, « Doğu » (les chansons frères, « Est ») : cassette parue chez Kalan en 1999.

  • 30 Révélateur des reconstructions et des recherches identitaires à l’œuvre dans le creuset stambouliot (...)

Cette cassette a prouvé que l’utilisation des richesses culturelles existantes en Turquie -et comme refoulées jusque-là- pouvait donner de formidables couleurs à la musique. Les chansons sont chantées en kurde, zaza, turc, arménien, arabe et syriaque. Cette cassette, qui a connu un incroyable succès30, constitue une synthèse valorisante des cultures existantes dans la mosaïque anatolienne. On y retrouve les chansons traditionnelles d’Urfa, d’Hakkari, de la Çukurova, du Dersim, de Bingöl, et des chan­sons traditionnelles arméniennes, syriaques et yézides. Ce groupe a par ailleurs fait la musique d’un film à grand succès, sorti sur les écrans turcs en 2000, Vizontele.

  • Le groupe Yorum.

Ce groupe à géométrie variable (en fait le groupe n’existe de façon fixe que par son nom), s’est affirmé depuis les années 80, et est désormais connu de tous. Ses chansons engagées, protestataires, chantées en kurde, arménien, géorgien, laze, arabe, turc... dénon­cent l’exploitation de la population dans le pays et notamment celle des migrants dans les grandes villes.

  • Neşet Ertaş

Originaire de Kırşehir le fils du célèbre Muharrem Ertaş a donné un concert à İstanbul le samedi 2 août 2000, après un exil volontaire de 30 ans hors de la Turquie. Toutes ses chansons parlent d’amour, que ce soit d’İstan­bul ou d’une femme, les deux figures aimées étant souvent confondues.

3. La radio : communautarisme discret sur les ondes « libres » ?

  • 31 Dans ce cas, les noms ne peuvent pas être explicites ; des termes suggestifs et indirects sont util (...)

26L’essor des radios libres, qui date seulement du début des années 1990, s’est traduit par l’apparition, sur les ondes d’İstanbul, de radios « régionales » qui reflètent assez bien la diversité des origines. Plusieurs stations s’affichent clairement comme « radio des gens de la mer Noire », radio des alévis, radio des « gens de l’est »31, ou radio des « gens de Thrace ». Ces radios sont fréquemment la voix des associa­tions et fondations évoquées plus haut, comme Cem Radyo, liée à la fondation Cem.

E. Les récits de vie à travers les romans et les articles de journaux

  • 32 On a déjà parlé plus haut du cas de Narlı Türkeli, auteur d’« Être femme dans une banlieue ». Dans (...)
  • 33 Tekin L. (1995), Contes de la montagne d’ordures, trad. Semizoğlu A., Paris, Stock, « Nouveau cabin (...)
  • 34 On sait d’ailleurs qu’une décharge -celle de Hekimbaşı, à Ümraniye- a explosé en 1993, faisant plus (...)

27Les romans se font aussi l’écho du « mal d’émigrer » et de la situation des migrants à İstanbul32. Le texte de Latife Tekin, traduit en français33, Les contes de la montagne d’ordure, en est un exemple saisissant. Il relate sur un mode quasi onirique, peu soucieux du vraisemblable, la vie dans un gecekondu construit sur une décharge menaçante34. Tous les personnages sont caractérisés en fonction de leurs origines, signe d’une prégnance encore forte des identités « primordiales », à défaut d’une identité d’adoption possible dans une ville qui les rejette. Le titre du roman d’Ertuğrul Aladağ, Maria, Göç Acısı (İstanbul : Belge Yayınları, 2000) est des plus explicites : « la douleur de la migration ». L’auteur est archi­tecte de formation ; dans ce roman il fait état de ceux qui ont émigré et de vies cham­boulées...

  • 35 Nous mettons à part les journaux « pro-kurdes » (en langue turque), comme Özgür Gündem et ses nombr (...)
  • 36 Il faudrait aussi faire une place aux multiples et souvent si riches revues qui paraissent à İstanb (...)

28Certaines articles parus dans des journaux35comme Cumhuriyet, Radikal ou Evrensel, sont parfois d’une étonnante richesse et mériteraient d’être analysés36. Tous les témoignages recueil­lis par ces journaux auprès des migrants rela­tent d’une façon ou d’une autre la nostalgie du lieu originel, souvent mal connu, voire pas connu du tout des jeunes, sur fond de diffi­cultés à vivre au quotidien dans l’immensité stambouliote.

  • 37 Cumhuriyet, « İstanbul’un “Öteki”çocukları », 12/08/96.

29Par exemple, au sujet d’un jeune venu d’Elazığ à İstanbul37 :

« Il est triste d’y voir le peu d’amour et de respect (sevgisizlik ve saygısızlık) entre les indi­vidus. Il ne comprend d’ailleurs pas pourquoi son voisin fait comme s’il ne le voyait pas (et) se souvient de la chaleur humaine à Elazığ ».

30Dans le même article, une personne plus âgée continue, exaltant le lieu d’origine :

« Il n’y avait pas de distinction politique, religieuse (...) il y avait le respect de l’âge, ils assistaient la femme célibataire, la veuve, les vieux, les handi­capés, ils se rendaient des services les uns aux autres...« 

31Pourtant toujours selon elle :

« Une personne doit pouvoir vivre comme une per­sonne » (insan, insan gibi yaşaması gerekiyor).

32Dans un autre reportage, un alévi d’une vingtaine d’années, venu d’Elazığ et installé à Gaziosmanpaşa depuis l’âge de 7 ans, parle d’İstanbul comme d’un lieu où il a « peur de sor­tir, de se balader ». Sa vision de la ville est ima­ginaire et caricaturale ; il ne connaît İstanbul qu’« au travers des films » qui développent chez lui un sentiment de crainte et de repli sur soi. À İstanbul, il estime qu’il « existe des gens de toute sorte », dont il doit se méfier. D’ailleurs, il « ne connaît pas plus de quatre quartiers dans İstanbul : Gaziosmanpaşa, Eyüp, Beşiktaş, Adalar », tous fréquentés soit par le biais de l’école (Beşiktaş), soit par le biais des amis (Eyüp, Adalar). Précisons qu’il n’a pas une vision globale de l’arrondissement mais seule­ment d’un fragment : son école à Beşiktaş, les rues où vivent ses amis. Au contraire, son quartier de Gaziosmanpaşa figure comme un espace de sécurité et de solidarité, un espace où le lien social fonctionne. Quant à l’activité économique, elle se limite de la même manière aux frontières du quartier. Elle est avant tout le résultat d’un réseau de connaissances très circonscrit. Le quartier n’est pas la partie d’un tout, la ville dans son ensemble, mais une entité indépendante, à l’image d’un quasi-ghetto, fonctionnant de façon autonome, avec ses propres résistances aux pressions extérieures. Les usages linguistiques et religieux originels (le kurde et l’alévisme) deviennent l’enjeu d’une identité propre, même si elle est difficile à assumer. « Je n’abandonnerai pas ma langue » dit-il, mais il ne l’utilise pas hors de son quartier, de peur de paraître différent, et donc d’être rejeté comme un élément minoritaire. Pourtant, entre le sentiment de rejet et le désir d’intégra­tion, il est conscient que son avenir demeure à İstanbul. Malgré tout, son père, en préservant la maison familiale à Elazığ, persiste à croire à un retour au village, tandis que son fils est persuadé que « jamais ils n’y retourneront, parce qu’il n’y a plus les anciennes personnes ». Il conclut : « Habiter à Gaziosmanpaşa est une faute, vivre dans un gecekondu c’est dur, et en plus si tu connais vraiment la métropole, c’est encore plus difficile à supporter ».

33À toutes ces « pistes », il conviendrait d’ajou­ter l’analyse des « métiers » des migrants -et de l’organisation concrète de ceux-ci-, qui reste à conduire, en dépit de l’extrême visibilité de ce type de travailleur dans l’espace urbain. Si dans les années 1960 et 1970, certains ethnologues et géographes se sont plu à décrire les effets de la spécialisation professionnelle, en fonction de la provenance départementale, ce type d’étude devrait être poursuivi et systématisé aujour­d’hui. À ce jour, nous avons noté la persis­tance de ce genre de spécialisation, mais à une échelle réduite ou sur des segments d’activité : exploitation de telle ou telle ligne de minibus par les natifs de tel département, monopolisa­tion de la fonction de tailleur de marbre par les natifs de Karlıova (département de Bingöl), dans les cimetières des arrondissements du nord-ouest d’İstanbul... Mais le plus intéressant est ailleurs, dans l’inscription des migrants dans le marché du travail non déclaré et dans les stratégies déployées pour trouver ou retrou­ver du travail, les changements d’activité étant incessants. Des analyses anthropologiques fines sont à conduire pour mieux comprendre ce phénomène. Ce qui est frappant, c’est la sur­représentation des migrants récents dans les « métiers de la rue » : bâtiment, travaux-publics, vente et revente au détail sur des étals ambu­lants, récupération des déchets...

Notes

19 À l’exception de l’article pionnier de Fikret Toksöz, dans l’encyclopédie : Cumhuriyet Dönemi Türkiye Ansiklopedisi, t. 2, İstanbul : İletişim Yayınları, 1983, pp. 365-384.

20 Sivil Toplum Kuruluşları Bilgi Merkezi, Sivil Toplum Kuruluşları Rehberi, Tarih Vakfı, Mayıs 1996.

21 Sur un total de 121 800 (dont 72 287 en activité) pour toute la Turquie ; cf. Radikal, 3/09/2001, p. 4.

22 Cf. Radikal, 3/09/2001, p. 4.

23 Exemple de l’association des natifs de Doğubeyazıt, qui a son siège à Laleli (nombre des responsables de cette toute récente association sont en effet commerçants à Laleli ou Yenikapı), réunie en avril 2001 pour une soirée de soutien à l’hôtel Mavi-Marmara de Bakırköy.

24 Cumhuriyet, 26/06/2000, p. 6.

25 Cumhuriyet, 02/12/1999, p. 11.

26 Cumhuriyet, 22/11/1999, p. 3.

27 En turc : (1996, pour 2° édition), Varoşta kadın olmak. Günlük (Être femme dans les périphéries. Journal), İstanbul, Gökkuşağı, 151 p. À noter que cette femme a publié en 2000 un deuxième texte, la suite de son journal intime, intitulé İki Hayat (Deux vies).

28 Cf. Radikal, 10/10/2000, p. 12.

29 Cf. Radikal, 16/11/2000, p. 22.

30 Révélateur des reconstructions et des recherches identitaires à l’œuvre dans le creuset stambouliote. En une année, plus de 100 000 cassettes vendues.

31 Dans ce cas, les noms ne peuvent pas être explicites ; des termes suggestifs et indirects sont utilisés, comme “Radio de la Paix” (Radyo Barış) ; une radio, Yön-FM assure ainsi une émission hebdomadaire en langue zaza, qui doit cependant rester strictement littéraire... En septembre 1999, la « Mavi Radyo », sous le coup de pressions, a fait savoir qu’elle cessait de passer des chansons en kurde ; cf. Yeni Gündem, 12/09/1999, p. 11. Mais Özgür Radyo (Radio Liberté) reste interdite.

32 On a déjà parlé plus haut du cas de Narlı Türkeli, auteur d’« Être femme dans une banlieue ». Dans un genre plus militant, on pourrait citer : Metropol’de Kürt kadın (Femme kurde dans la métropole), de Hamit Baldemir, İstanbul, Mam Yayıncılık, 1994, 128 p.

33 Tekin L. (1995), Contes de la montagne d’ordures, trad. Semizoğlu A., Paris, Stock, « Nouveau cabinet cosmopolite » ; pour l’original en turc : Berci Kristin Çöp Masalları, İstanbul : Metis Edebiyat Dizi, 1990,124 p.

34 On sait d’ailleurs qu’une décharge -celle de Hekimbaşı, à Ümraniye- a explosé en 1993, faisant plus de trente morts parmi les migrants qui la colonisaient et en vivaient partiellement.

35 Nous mettons à part les journaux « pro-kurdes » (en langue turque), comme Özgür Gündem et ses nombreux prédécesseurs, qui ne parlent, par la force des choses, que d’exil. Ces journaux kurdes, en eux-mêmes, sont des espèces de sous-produits de la vie dans les grandes métropoles, où ils disposent sur place d’un lectorat abondant et de forces vives pour les alimenter.

36 Il faudrait aussi faire une place aux multiples et souvent si riches revues qui paraissent à İstanbul ; comme la revue Ütopya qui a publié deux numéros spéciaux sur la migration (été et automne 2000).

37 Cumhuriyet, « İstanbul’un “Öteki”çocukları », 12/08/96.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search