Version classiqueVersion mobile

Migrations internes vers İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

I. Le discours dominant sur les migrations

Texte intégral

1On peut ici commencer par l’inventaire des discours dominants et par la description de leurs caractéristiques, ce qui permet d’esquisser une analyse, sinon plus réaliste, du moins plus désidéologisée du phénomène.

A. La migration comme processus massif et irrépressible

  • 1 Cf. “İstanbul ve Göç, Bir şehrin karakter değişimi”, Konferans Bilgileri, 22 Aralık 1994 (Actes de (...)

2Un discours largement dominant présente les migrations vers İstanbul comme une sorte de fatalité qui menace la mégapole, comme un fléau, toujours envisagé sous un angle négatif (voir point B). Le sentiment qu’İstanbul se peuple rapidement mais ne s’urbanise pas, la « mal-urbanisation » (çarpık-kentleşme)1 et le sentiment de ruralisation de la ville (köyleşme-kentin köyleşmesi) font quasiment unanimité, dans le discours commun comme dans le discours à prétentions scientifiques. Dans cette optique, les problèmes ruraux se répandraient en ville et la dénatureraient, les exemples donnés ayant trait à l’hygiène et à l’augmenta­tion des sans-emplois. La mégapole se serait transformée en un « méga-village » à partir des migrations des années 1980, les migrants d’une même origine géographique, d’une même région, voire d’un même département, tendant à se regrouper entre eux, pour des raisons culturelles, identitaires et/ou économiques présentées comme évidentes.

1. Un « visa d’entrée » pour İstanbul et les autres métropoles turques ?

  • 2 Du parti islamiste REFAH, en fonction entre 1994 et 1999. Ses propos ont été rapportés dans les quo (...)
  • 3 Cf. Yeni Gündem, “İstanbul’a vize önerisi” (Proposition d’un visa d’entrée pour İstanbul), 02/06/20 (...)

3Le discours commun a donc tendance à considérer les migrations vers İstanbul comme une malédiction dont il faut se prémunir... si possible, au plus vite. L’ancien Maire d’İstanbul, R. Tayyip Erdoğan2, a par exemple, en avril 1996, envisagé la mise en place d’un visa d’entrée dans la ville, pour tenter d’en régle­menter, voire d’en empêcher l’accès. Cette proposition est restée lettre morte, mais continue à être reprise périodiquement. Ainsi en juin 2000, ce fut au tour de Yaşar Delelek, député d’İstanbul, de faire cette proposition, afin, selon lui, de « sauver İstanbul »3.

2. Des chiffres approximatifs et des explications irrationnelles

4À ce discours de la méfiance et du discrédit, s’ajoutent une grande irrationalité et une grande imprécision dans les chiffres avancés : la tendance à exagérer les migrations vers İstanbul se traduit par la circulation de chiffres exorbitants dont, parfois, chambres profession­nelles, hommes politiques et « académiciens », comme on dit en Turquie, se font le relais et l’écho sans vergogne (cf. Göçe dayalı kentleşme ve Türkiye, 1996).

  • 4 Cf. Çevre Gazetesi, n° 9, juin 1996.
  • 5 Communication du 11 janvier 2001 à l’IFEA.

5Par exemple, pour le responsable de la Mimarlar Odası (la Chambre des Architectes) d’İstanbul, Oktay Ekinci, la migration est un processus dont on ne connaît pas les ressorts « neyin ne olduğu bilinmeyen bir süreç »4. Il estime ainsi que 1000 personnes par jour arri­vent à İstanbul. D’autres analystes, du côté de la Mairie métropolitaine d’İstanbul (Direction de la Planification et de l’Aménagement) donnent le chiffre de 360 personnes pour les arrivages quotidiens. Ces deux estimations discordantes sont le résultat de calculs fort discutables et ne font guère avancer la réflexion. Leur seule efficacité, en définitive, réside dans le senti­ment d’invasion au quotidien qu’ils peuvent alimenter. Dans le même style quantitativiste flou, pour le maire de Beyoğlu5, ce seul arrondissement aurait accueilli 12 millions de migrants depuis les années 1950 ; ce qui parait peu vraisemblable d’après les recensements.

  • 6 Natif d’Elbistan, département de Kahramanmaraş.
  • 7 Brown K. et Waterhouse R., “İstanbul un monde pluriel”, Méditerranéennes 10, 1997/98.

6Cette conception conduit certains fonction­naires et politiciens à être très sévères et cri­tiques face aux migrants qu’ils considèrent comme des profiteurs n’ayant d’autre but que de s’enrichir. Les migrants sont considérés comme étant sans respect pour la « ville ». Même des intellectuels regrettent le non-investissement ou la thésaurisation du capital financier par les migrants dont le seul souci est, selon eux, d’investir dans leur lieu d’origine. D’après un haut responsable de la mairie d’İstanbul, « un Elbistanlı6 vient travailler à İstanbul, mais ne dépensera rien à İstanbul, il va économiser et ira tout dépenser à Elbistan. Et les Elbistanlı ne sont pas les seuls, tous les migrants agissent de la même manière ! ». Ce responsable voit les migrants comme des « paysans qui se moquent de la loi »7. Le terrain métropolitain étant devenu source de rente, İstanbul fait figure de ville exploitée et même pillée par les migrants. Si tel était le cas, on serait en droit d’espérer un certain développement dans les régions d’origine ; or l’investissement des migrants, hor­mis dans l’immobilier, n’a rien d’aussi évident. Quoique les données manquent sur l’investisse­ment des migrants dans leur région d’origine, il ne semble pas que celui-ci dépasse des projets immobiliers modestes (achat ou construction d’un appartement ou d’une maison).

B. Les migrants-villageois, « fossoyeurs d’İstanbul » ?

  • 8 Dossier : “Öteki İstanbul” (L’autre İstanbul), İstanbul Dergisi, 1997, n° 23.

7C’est l’une des idées les plus courantes du discours commun et journalistique sur les migrations à İstanbul, qui inspire même certaines enquêtes, explicitement ou non. Le titre d’un article de revue consacré à la migra­tion à İstanbul est, sous cet aspect, très clair : « Ah, İstanbul si laid » (cf. İstanbul Atlas, 1995). Une autre idée qui revient souvent est celle qu’İstanbul est une ville à deux visages, İstanbul (ou le « vrai İstanbul » ?) et « l’autre İstanbul »8.

8De ce fait, ce qui obsède les enquêteurs est souvent la question de l’intégration à la ville comme si celle-ci constituait un ensemble cohérent, doté de règles définies, auxquelles le migrant serait a priori étranger et qu’il ne ferait que transgresser par ignorance ou malveillance. Or, le migrant n’est pas nécessairement un étranger à la ville et surtout celle-ci ne constitue en rien un milieu homogène. Selon le discours dominant, la ruralisation d’İstanbul, produite par la migration, est en même temps une alié­nation ou un « devenir-étranger » (yabancılaşma) d’İstanbul. Quand il s’agit de Kurdes, cette altération de la ville par la migration semble encore plus redoutée...

9Les migrations sont très rarement envisagées positivement, alors même qu’elles sont consti­tutives de la formation d’İstanbul et de sa richesse. La migration pose toujours et a priori problème (Uğur, 1996) : ce qui révèle un point de vue défensif, de Stambouliote assiégé, menacé dans une identité à protéger... Pourtant, on peut faire l’hypothèse, avec L. Neyzi (1999), que toute mémoire à İstanbul a un versant migratoire, refoulé ou non.

  • 9 Sinan F., “Göçten önce, son fetih” (Avant la migration, la dernière conquête), Atlas İstanbul, janv (...)

10D’ailleurs, l’observateur Fasih Sinan pose, à juste titre, la question suivante : « Qui peut se sentir stambouliote, à qui appartient la ville ? »9. Comme il le souligne, non sans exagération,

  • 10 Ibid., p. 113.

« si l’on considère que depuis les années 50, il y a eu 10 millions de migrants dans cette ville, la majorité de ses habitants est par conséquent étrangère à cette ville. D’après les chiffres officiels et non officiels, İstanbul appartenait en ce temps aux minorités et chacune de ces minorités avait une fonction professionnelle bien déterminée : le laitier était d’origine bulgare, le jardinier était libanais, l’électricien était tatar, l’orfèvre arménien ou syriaque, İstanbul leur appartenait »10.

11Mais les Stambouliotes « minoritaires » ont quitté İstanbul, beaucoup ont abandonné leurs biens et se sont enfuis à l’étranger. Ce fut le cas en 1923, lors de la constitution de la République ; en 1942, lors de l’assujettisse­ment des individus considérés comme riches, généralement des non-musulmans, à l’impôt sur le revenu ; en 1948 lors de la création d’Israël ; en 1955, après les événements du 6/7 septembre ; et en 1963-1964 après les violences à Chypre.

12À la place de ces « minoritaires », des Anatoliens sont venus s’installer à İstanbul. Ces migrants se sont laissés persuader par ce fameux dicton : « İstanbul’un taşı toprağı altındır » (la terre et les pierres d’İstanbul sont de l’or). Pour Fasih Sinan, toujours :

« Plus ça va, plus İstanbul ressemble aux portraits de Magritte : des intérieurs vides avec des visages sans formes ».

  • 11 Ibid., p. 112.

« Aujourd’hui à İstanbul personne ne peut se sentir mal à l’aise de ne pas connaître la ville puisque personne en définitive ne la connaît exactement. İstanbul est devenu un méga-village urbain »11.

  • 12 Ibid., p. 114.

« Ceux qui ont immigré ont transporté avec eux leur culture, leur cuisine... Ils n’ont pas besoin de suivre la culture d’İstanbul et, de toutes les manières, ils ne sont pas venus de leur plein gré. La plupart sont là pour trouver du pain, pour travailler. Aujourd’hui, ceux qui viennent n’ont d’autre objectif que de sauver leur vie. Des quartiers d’Erzurumlu, de Karadenizli (les migrants originaires de la mer Noire)... ont été créés et les migrants ont attendu le jour où ils pourraient retourner dans leur région mais en vain car, malgré tout, le ventre se remplit ici. »12

13Malheureusement, même lorsque la légiti­mité d’être Stambouliote n’est pas remise en question, la multitude et la variété ne semblent pas constituer une richesse. On est en droit de se demander ce qu’est la « culture stambou­liote », si ce n’est justement la synthèse de toutes ces différences.

  • 13 Sabancı M., “Gecekondu dışarı uydukent içeri” (Les bidonvilles dehors, les villes satellites à l’in (...)

14La différence entre les deux visages de la ville serait, selon Bayar, non pas culturelle mais économique, ce ne serait pas un choc entre deux cultures mais entre riches et pauvres13.

15Cette idée rejoint le discours, plus positif, sur la « mosaïque stambouliote » ; discours en plein essor, notamment au sein de la munici­palité du Grand İstanbul depuis 1999. Faisant contrepoids au discours nostalgique et enclin à la simplification outrancière, le versant plus optimiste du discours dominant sur la migra­tion fait d’İstanbul un résumé de la Turquie, une image privilégiée de la mosaïque ethno-culturelle turque. Dès lors, une valorisation et une reconstruction des différences, non dénuée de folklorisation d’ailleurs, est possible, comme l’illustre le succès des restaurants « anatoliens » dans les secteurs touristiques d’İstanbul et même hors de ceux-ci désormais.

C. Migrations et gecekondu : un rapport à reconsidérer

16Autre idée fausse à combattre : celle selon laquelle les migrants sont encore des construc­teurs de gecekondu (si l’on définit le gecekondu à la fois par la physionomie, basse et précaire, et par l’auto-construction, indépendamment du statut du sol et de son mode d’accaparement). Le discours dominant (Öztürk, 1997) a en effet un retard certain sur la réalité du processus de développement urbain. En effet, si dans les années 1960-1985 les formes dominantes de bâti nées de la migration étaient les gecekondu, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Si la construc­tion illégale demeure dominante, elle ne revêt plus dans sa majorité la forme des gecekondu, mais plutôt des apartkondu (immeubles à étages auto construits) ou des villakondu. Aujourd’hui, ce sont uniquement les migrants les plus pauvres et démunis, souvent en provenance de l’est, qui bâtissent encore des gecekondu : à Sarıyer, à Gaziosmanpaşa, à İki­telli ou à Pendik.

  • 14 Cf. Çevre Gazetesi, n° 9, juin 1996.

17Pourtant, selon O. Ekinci, le responsable de la Chambre des Architectes d’İstanbul, sur 10 millions d’habitants à İstanbul, près de 6,5 millions vivent dans des maisons construites clandestinement (gecekondu) avec des infra­structures insuffisantes14.

  • 15 Tekeli İ., “Gecekondu”, Dünden Bugüne İstanbul Ansiklopedisi, 1994, p. 381-385.

18Pour clarifier le débat, retraçons très rapide­ment l’historique des gecekondu à İstanbul15. Après la Seconde Guerre mondiale, l’urbanisa­tion en Turquie s’accélère, mais les logements sont en nombre insuffisant et ne satisfont pas l’ensemble des besoins et plus particulièrement ceux de la population migrante à revenus faibles. Les gecekondu furent la solution. Avant la Seconde Guerre mondiale, il existait déjà dans les statistiques des « baraka » : maisons en tôle dont le nombre était limité. Les premiers gecekondu apparurent en masse en 1946 à Kazlıçeşme-Zeytinburnu. En mars 1949, il y avait à İstanbul près de 5000 gecekondu. En 1950, ils étaient 8239 ; en 1959, 61 400 ; en 63, 120 000. En 1963, 35 % de la population, soit 660 000 habitants, vivaient dans les gecekondu.

19En 1954 débute la « décentralisation » des entreprises industrielles dans les périphéries : les entrepreneurs, devant s’installer hors des frontières de la mairie du Grand İstanbul, ont bien sûr tenu compte de la population villa­geoise, fournisseuse de main-d’œuvre, mais la construction des gecekondu près des nouvelles zones d’emploi a été facilitée par les pouvoirs politiques. Entre 1950 et 1965, les gecekondu ont ainsi constitué une couronne autour de la ville historique, guidée par la déconcentration industrielle.

20Mais depuis son apparition jusqu’à aujour­d’hui, le gecekondu a connu de nombreuses transformations. Dans les premières années, les gecekondu se présentaient plus sous la forme de maisons à un seul étage, souvent construites avec des matériaux défectueux par le proprié­taire lui-même ; puis au fur et à mesure, ils sont devenus des bâtiments de plusieurs étages avec des matériaux beaucoup plus adéquats et construits par des professionnels.

21À la fin des années 70, un changement important est survenu : la construction d’étages supplémentaires aux gecekondu, et leur trans­formation en « apartman » ont radicalement modifié le paysage des quartiers de migrants. Zeytinburnu en est le meilleur exemple.

22Mais aujourd’hui, même si İstanbul ne cesse de s’étendre, une partie des nouveaux migrants continue à s’installer dans les quartiers pauvres et dégradés de la ville, parfois en plein cœur de celle-ci, à Tarlabaşı, Yenikapı ou Aksaray, à proximité de sources d’emplois supposées. En clair, il est faux de traiter la population migrante comme un groupe homogène avec des préférences et des perspectives communes. Et détruire les gecekondu, comme le fait active­ment la mairie du Grand İstanbul depuis quelques années -pour récupérer des terrains qu’elle souhaite valoriser autrement-, revient à éliminer une alternative dans le mode de vie et à réduire les choix des personnes à revenu modeste.

D. La migration unidirectionnelle ?

23La plupart des articles ou études qui traitent le phénomène négligent les migrations d’İstanbul vers le reste de la Turquie, alors que celles- ci existent et méritent d’être prises en consi­dération.

24Il faut rappeler qu’entre 1975 et 1980, selon le recensement de population mené par le gou­vernement turc, İstanbul a vu 268 484 personnes quitter le département (tab. 1). De ce fait, İstanbul n’a gagné que 290 482 personnes par an durant ces cinq années. La population née à İstanbul et résidant dans d’autres provinces de la Turquie s’est généralement installée dans les départements de la côte égéenne et ceux de la mer Méditerranée. Ce sont des personnes qui ont travaillé à İstanbul et qui désirent passer le reste de leur vie au calme et au soleil : à Muğla ou Antalya, par exemple, le nombre de ces nou­veaux résidents va croissant. Ces départs n’ont pas un caractère définitif, et se soldent par des allers et retours. Les statistiques et observations attestent aussi de la présence de personnes nées à İstanbul qui résident dans tout le reste du pays, mais ceci est le plus souvent le cas de fonctionnaires de l’État en poste pour une période donnée. Nous n’avons malheureusement que très peu de données sur ces phénomènes circulatoires. Le tableau 1 permet seulement de situer où se trouvent les personnes recensées comme étant nées à İstanbul. On le fournit ici à titre indicatif.

E. Allers-retours et mobiles de la migration

  • 16 En turc le mot memleket a une signification plus large et désigne tout à la fois le pays, la provin (...)
  • 17 Cf. “Gıda köyden geliyor” (La nourriture vient du village), Radikal, 2/11/01, p. 12.

25Trop souvent le migrant est décrit comme « fixé ». Or, les relations du migrant avec son pays16 d’origine méritent d’être mieux connues. En effet, les migrations génèrent souvent une mobilité importante, qui varie et qu’on ne peut réduire aux mouvements dus aux vacances ou à des événements familiaux (visites, mariages, en­terrements...). Ainsi, les parents ayant suivi leurs enfants installés à İstanbul pour trouver du travail ou pour étudier passent une bonne partie de l’année dans le village, entre quatre et six mois (du mois de mai jusqu’au mois de sep­tembre, habituellement). Ces « migrants » (mais où les recenser ? D’où sont-ils ?) passent les mois de la récolte au village et l’hiver à İstanbul. Ces voyages leur permettent de rapporter à İstanbul le nécessaire pour l’année (céréales, lentilles...). En temps de crise, ces flux de marchandises sont même de plus en plus denses17.

26On perçoit d’ores et déjà le risque d’une approche du phénomène migratoire qui ferait l’économie de ces allers et retours, et tendrait à assigner trop strictement un lieu de rattache­ment à chaque individu.

  • 18 Konferans Bilgileri, “İstanbul ve göç, bir şehrin karakter değişimi”, 22 Aralık 1994 (Actes de coll (...)

27En outre, nombre d’enquêtes réalisées se focalisent sur la question des mobiles qui ont poussé à migrer, en laissant croire que l’on peut toujours isoler un mobile, alors que ceux- ci sont souvent mêlés et mal explicités (ou reformulés a posteriori, sur les suggestions de l’enquêteur). Les études distinguent trop strictement trois « formes » de migration : poli­tique, économique et d’insécurité, qui corres­pondraient à trois périodes bien déterminées, alors que les mobiles des migrations ne sont pas forcément les mêmes pour tous à un moment donné, et se mêlent sans cesse18. De plus, en 1950/1960, les jeunes hommes (le critère de l’âge étant un élément important, un jeune est plus disposé à prendre le risque de partir) venaient seuls travailler, envoyaient de l’argent, puis repartaient, c’était le temps d’un passage ; tandis que dans les années 1970/1980 ils ont fait venir leur femme et leurs enfants, et qu’au­jourd’hui la famille se déplace en entier. Le temps de résidence à İstanbul semble au fil du temps avoir tendance à durer.

28Aux motifs habituellement exposés, il faudrait d’ailleurs ajouter les affaires d’honneur et autres « procès de sang » (kan davası), qui ont poussé sur les chemins de la migration bien des familles dont la vie était rendue impos­sible par des menaces pesantes et répétées. De même, les restructurations de la propriété et des exploitations agricoles jouent encore un rôle.

Notes

1 Cf. “İstanbul ve Göç, Bir şehrin karakter değişimi”, Konferans Bilgileri, 22 Aralık 1994 (Actes de Colloque, İstanbul et la migration, le changement de caractère d’une ville), 22 déc. 1994, Boğaziçi Üniversitesi, İstanbul, 1995 ; voir aussi Uğur Osman, “Göç, en büyük sorun” (La migration, la plus importante question), Çevre Gazetesi, n° 9,Juin 1996.

2 Du parti islamiste REFAH, en fonction entre 1994 et 1999. Ses propos ont été rapportés dans les quotidiens Cumhuriyet, Ateş Toktamış, “Büyük kentlere vize...”, (Un visa d’entrée pour les mégapoles), 22/04/1996, p. 11 et Özgür Bakış, “Vize’ye sıcak bakan yok” (Les visa d’entrée ne sont pas vus d’un bon oeil), 24/04/1996, p. 4.

3 Cf. Yeni Gündem, “İstanbul’a vize önerisi” (Proposition d’un visa d’entrée pour İstanbul), 02/06/2000, p. 3.

4 Cf. Çevre Gazetesi, n° 9, juin 1996.

5 Communication du 11 janvier 2001 à l’IFEA.

6 Natif d’Elbistan, département de Kahramanmaraş.

7 Brown K. et Waterhouse R., “İstanbul un monde pluriel”, Méditerranéennes 10, 1997/98.

8 Dossier : “Öteki İstanbul” (L’autre İstanbul), İstanbul Dergisi, 1997, n° 23.

9 Sinan F., “Göçten önce, son fetih” (Avant la migration, la dernière conquête), Atlas İstanbul, janvier 2000, pp. 122-115.

10 Ibid., p. 113.

11 Ibid., p. 112.

12 Ibid., p. 114.

13 Sabancı M., “Gecekondu dışarı uydukent içeri” (Les bidonvilles dehors, les villes satellites à l’intérieur), Çevre Gazetesi, 15/02/95.

14 Cf. Çevre Gazetesi, n° 9, juin 1996.

15 Tekeli İ., “Gecekondu”, Dünden Bugüne İstanbul Ansiklopedisi, 1994, p. 381-385.

16 En turc le mot memleket a une signification plus large et désigne tout à la fois le pays, la province, la région, le village natal. La question la plus fréquente que les Turcs posent à une personne dès la première rencontre est : “Memleketin neresi ?” ou “Nerelisin ?” qui signifie : “Où es-tu né ?”, “Quel est ton pays ?”.

17 Cf. “Gıda köyden geliyor” (La nourriture vient du village), Radikal, 2/11/01, p. 12.

18 Konferans Bilgileri, “İstanbul ve göç, bir şehrin karakter değişimi”, 22 Aralık 1994 (Actes de colloque, İstanbul et la migration, le changement de caractère d’une ville, 22 déc. 1994), Boğaziçi Üniversitesi, İstanbul, 1995, 315 p.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search