Version classiqueVersion mobile

Turquie : l’après-séismes

 | 
Jean-François Pérouse

Conclusion

Texte intégral

1À l’heure où nous concluons ce dossier, le « retour à la normale », tant espéré et annoncé dans les zones sinistrées, n’a donc pas eu lieu. Comment aurait-t-il pu en être autrement, compte tenu de la persistance des menaces, de la modicité des moyens et de la pesanteur des habitudes ? Pour s’en tenir au plus visible et superficiel, les victimes demeurent mal logées et le « retraitement » urbanistique, architectural et paysager des secteurs dévastés n’est pas fini. Ainsi, les « paysages du provisoire » tardent à s’effacer, voire tendent à se pérenniser, comme l’attestent les restes de la ville-tente d’İzmir dans le quartier de Bekirpaşa, vaste no-man’s land rythmé par les bases des tentes, cicatrices bien alignées. Une des conséquences les plus déplorables est peut-être l’apparition de milliers de profiteurs et de charlatans qui spéculent sur la psychose sismique ambiante.

Photo 17 : Action culturelle au milieu des ruines à Değirmendere (« installations éphémères » de D. Tricot).

Photo 17 : Action culturelle au milieu des ruines à Değirmendere (« installations éphémères » de D. Tricot).

2En d’autres termes, la Turquie reste soumise à la menace sismique et les rumeurs continuent d’aller bon train quant à la probabilité d’un séisme centré sur İstanbul, dans un climat d’approximations et de mauvaises querelles scientifico-médiatiques, trop souvent relayées par les hommes politiques.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search