Version classiqueVersion mobile

Turquie : l’après-séismes

 | 
Jean-François Pérouse

V. Des conséquences psychologiques profondes. Des conséquences spirituelles catastrophiques

Texte intégral

A. La psychose collective : peur d’une récidive et « stress »

1La Turquie continue à vivre dans une ambiance de peur sismique, que la moindre secousse rend plus pesante et intolérable, faisant rejouer des traumatismes mal surmon­tés. L’« accoutumance au risque » souhaitée par certains scientifiques a donc de la difficulté à s’instaurer.

  • 94 Cf. “Ahmet Ercan’dan kötü kehanet”, Sabah-İstanbul, 7/02/1001, p. 1.

2Cette peur, souvent machiavéliquement entretenue par les médias et des scientifiques sans conscience94, explique le dédoublement de l’habitat que l’on constate dans certains secteurs exposés d’İstanbul, comme dans les arrondissements d’Avcılar, de Küçükçekmece, de Maltepe ou de Bağcılar. Au pied des immeubles en effet, sur les moindres espaces vides, ont été édifiées des baraques de fortune où ceux qui redoutent d’être saisis dans leur sommeil par un nouveau séisme passent la nuit. Le souvenir obsédant de la nuit du 16 au 17 août 1999 laisse en effet accroire qu’un nouveau séisme terrible ne peut survenir que la nuit, saisissant traîtreusement les victimes dans leur sommeil.

3La psychose alimentée par la peur d’un nouveau séisme, cette fois centré sur İstanbul, fait des ravages : ainsi, en juillet 2000, à la suite de la communication à la préfecture d’İstanbul de résultats de prospection sous-marine, jugés inquiétants pour le segment de faille « Sarayburnu-Silivri », le spectacle de la mobilisation des équipes de pompiers et de la Sécurité civile a-t-elle entraîné dans la population une véri­table panique.

4De même, les manifestations de l’irrationnel face aux risques abondent toujours. La faiblesse de la culture scientifique moyenne explique largement la rapidité et l’intensité avec lesquelles les rumeurs les plus infondées se diffusent et affectent l’opinion. L’été 2000 par exemple, alors que la Turquie connaissait une vague de chaleur, une partie de la presse turque s’est fait l’écho de rumeurs -pourtant dénuées de tout fondement scientifique- établissant une corrélation entre fortes chaleurs atmosphériques et risques sismiques croissants (cf. Cumhuriyet, 16/7/2000, p. 3). Il en est résulté un violent vent de panique. De même, les températures exceptionnellement clémentes du mois de janvier 2001 (on n’avait pas atteint de telles moyennes mensuelles depuis plus de 60 ans) ont provoqué des inquiétudes et fourni des arguments à ceux qui établissent un lien entre température anormalement élevée et menace sismique croissante. Sans parler de la corrélation récemment établie -citations de savants russes à l’appui- entre mouvements de la lune et activités sismiques.

B. Les cas d’angoisse et de dépression massivement enregistrés

5Quant aux angoisses ressenties par les personnes qui ont vécu les catastrophes de près (ou même parfois de loin), elles affectent à la fois les enfants (50 % selon une étude conduite dans les écoles de la région Gölcük, Yalova et Adapazarı), les personnes âgées et les adultes sans emploi. Ces traumatismes touchent évidemment en priorité les familles et proches des victimes et les sauveteurs, professionnels ou non, ébranlés par le spectacle qui s’est offert à eux quand ils ont accouru et dû opérer dans les zones sinistrées.

6Une enquête faite auprès de 6420 enfants ayant été directement confrontés à la catastro­phe -au cours de laquelle ils ont perdu des proches- révèle la prégnance d’un sentiment de culpabilité chez ces enfants-survivants (cf. Cumhuriyet, 5/09/2000, p. 3), qu’une propagande de certains milieux religieux ne ferait qu’accentuer. En effet, non seulement les enfants se demandent pourquoi ils ont survécu, eux, et non pas les leurs, mais en plus cette propagande culpabilisatrice leur fait croire que cette catastrophe aurait pu ne pas survenir s’ils s’étaient comportés plus en conformité avec les principes de l’islam.

C. Les cas d’insomnie et de vie affective bouleversée

  • 95 “Depremzede boşanıyor”, Radikal, 27/02/2001, p. 3.

7La perte de sommeil, ou l’altération pro­fonde de celui-ci, est considérée comme un des dysfonctionnements les plus répandus ; ceci, d’autant plus que le séisme d’août est intervenu en pleine nuit, saisissant les gens dans leur sommeil (cf. Cumhuriyet, 27/5/2000, p. 10). Le rapport remis par la « Fondation de l’enfant » en avril 2000, intitulé « Rapport sur les observations et le travail psychologique dans la région du séisme » met clairement l’accent sur les troubles du sommeil et sur les psychoses, hantises et peurs provoquées par la catastrophe (cf.“Deprem korkusu uyutmuyor”, Cumhuriyet, 11/4/2000, p. 7). Par ailleurs, parmi les dérègle­ments et pathologies les plus courants, la perte d’appétit sexuel et l’impuissance masculine sont fréquemment évoqués par les médecins en activité dans les zones ravagées (Cumhuriyet, 27/5/2000, p. 3). En outre, eu égard à leurs conditions de logement, les depremzede souffrent de l’absence cruelle d’intimité qu’impliquent ces formes de logement d’ur­gence, tant l’entassement est grand. Il en résulterait, d’après le barreau d’Adapazarı, un accroissement subit du nombre des divorces95dans les départements les plus touchés.

D. Le travail de « reconstruction morale » et de sensibilisation : une mobilisation tous azimuts

1. Associations et armée en première ligne

8Les acteurs de cette « reconstruction morale  » (pour reprendre une expression couramment utilisée en turc, en dépit des connotations charriées par la traduction) sont au premier plan des professionnels volontaires (médecins, infirmiers, psychologues) et des bénévoles, comme le « Groupe de soutien aux parents », le « Groupe stambouliote sur le traumatisme et la santé mentale ». De même, l’action de l’« Association des volontaires pour l’entraide », qui s’est formée au lendemain du séisme de Düzce et qui regroupe en majorité des étudiants, participe à la fois à la construction de préfabriqués ou de bâtiments de services (comme une laverie, en collaboration avec la société Profilo), et à l’animation de crèches dans les villes-tentes, d’ateliers-photos, d’ateliers ménagers, de cours de soutien... (cf. “Kaynaşlı gülecek”, Radikal, 9/2/2000, p. 5)

9L’armée turque, qui gère encore quelques « villes-tentes » participe aussi activement à l’entreprise de « reconstruction morale », sous la forme d’animations ou d’activités, le plus souvent en direction des enfants ; chacune de ses initiatives étant abondamment médiatisée. Le commandement des forces marines a par exemple organisé des visites culturelles et ludiques d’İstanbul pour les enfants d’Adapa­zarı, Bolu ou Düzce, victimes du séisme (cf. “Depremzede çocukların gezisi” , Cumhuriyet, 20/3/2000, p. 6). De la sorte, le thème de l’armée au service de la nation et de la symbiose « peuple-armée » peut être complaisamment décliné.

2. La culture et la mémoire contre l’oubli et la névrose

10L’effort de mémoire fait dans les communes les plus frappées par les séismes mérite enfin d’être signalé, dans la mesure où il apparaît comme une façon à la fois d’assimiler l’événe­ment traumatique et d’assumer plus lucide­ment la menace persistante pour l’avenir. Le « monument au séisme » programmé à Yalova, où 2505 personnes ont trouvé la mort, nous semble participer de ce souci (cf. “Yalova’da deprem anıtı”, Evrensel, 11/5/2000, p. 3). Sur une place centrale de la ville on peut lire le nom de toutes les victimes, gravé dans la pierre et des lettres écrites par leurs proches (Anıtparkı meydanı).

11Parallèlement, un travail d’animation cul­turelle est conduit auprès des personnes traumatisées par le séisme. La mobilisation des artistes turcs et étrangers paraît à cet égard remarquable. De la fête du théâtre d’Adapazarı en mai 2000, au festival de théâtre de rue d’İzmit au mois de septembre 2000, en passant par les expositions-photos ou les concerts de toute sorte, les exemples d’initiatives sont presque innombrables (cf. “Depremzedeler için konser”, Cumhuriyet, 19/4/2000, p. 20 et “Deprem Dayanışma Sergisi”, Cumhuriyet, 20/4/2000, p. 3).

12L’expérience conduite avec quarante enfants de 9 à 14 ans d’une « ville-tente » d’İzmit par l’association des « Volontaires de l’entraide » (Dayanışma Gönülleri), avec le soutien de l’association française « Enfants du monde », est aussi exemplaire. En un premier lieu, il leur a été appris à faire des photographies, et à les développer ; une fois « autonomes », ils ont pu prendre librement des photos. Puis une sélec­tion de leurs photographies, relatives à leur vie quotidienne, a été exposée d’abord dans la bibliothèque de la ville-tente, ensuite à la « Maison de la photographie » d’İstanbul (arrondissement de Beyoğlu), puis au Centre culturel Süleyman Demirel de Yahyakaptan, avant d’être montrée à Vienne-Autriche (première étape d’une tournée européenne).

  • 96 Cf. “Richter 7,4 sergisi”, à Adapazarı, au début de 2001.

13Les expositions de dessins96 ou de photo­graphies, très nombreuses, organisées dans tout le pays et à l’étranger -comme celle intitulée « N’oublie pas ! Exposition de photographies des séismes » réalisée à l’initiative de l’Association des journalistes turcs en décembre 1999- concourent également de cette volonté d’entretenir le souvenir pour que les consciences ne s’endorment pas à nouveau dans l’amnésie et la routine.

3. La nécessité grandissante d’une meilleure information et d’une meilleure éducation de la population

14Pour casser la hantise collective, le meilleur moyen paraît de favoriser la diffusion d’une culture scientifique et de sensibiliser l’opinion aux véritables problèmes, de façon à lui per­mettre d’identifier les causes réelles des dégâts. À cet égard, une responsabilité de taille échoit aux hommes de science, aux enseignants et aux médias. Or ces derniers, comme on l’a noté, continuent à semer le trouble, plutôt que de travailler à éclaircir le débat. Ainsi, fin septembre 2000, après l’annonce des premiers résultats du programme de recherche de l’IFREMER, au lieu d’être rassurants, certains médias ont préféré jouer sur la peur du raz-de-marée ou du tsunami que pourrait provoquer un séisme en mer de Marmara.

  • 97 Il existe même une chanson sur le mode “rap” qui met en scène le fameux sismologue chenu aux allure (...)
  • 98 “Deprem Avcıları geliyor”, Radikal, 27/02/2001, p. 3.

15Comme le rappelle un éditorialiste de Sabah (21/9/2000, p. 3), il est urgent de sortir de la double attitude dominante, faite d’indifférence insouciante et de propension à la panique, pour cerner sereinement les risques, en identifiant les responsabilités de chacun. C’est précisé­ment dans cette optique qu’a été instituée la « Semaine de conscientisation sur les séismes » (Deprem Bilinçlendirme Haftası) les 20-31 mars 2000, à l’initiative du professeur A. Işıkara, devenu le croisé infatigable de cette action de sensibilisation « grand public ». Ce dernier est d’ailleurs même devenu le protagoniste d’une bande dessinée et d’un dessin animé éducatif, conçus spécialement pour les enfants97. De plus, dans le cadre du « Projet d’éducation et de préparation au séisme », conduit en parallèle par le ministère de l’Éducation nationale et l’« Institut de recherche sur le séisme » de l’Observatoire de Kandilli, l’accent est mis sur la formation d’au moins un enfant par famille, à qui inculquer les précautions de base antisismiques et les gestes élémentaires en cas de séisme98.

  • 99 Cf. “Işıkara’dan deprem hutbesi”, Cumhuriyet, 2/01/2001, p. 3.

16L’éducation de la population passe aussi par des exercices de défense civile et des simula­tions, maintenant organisés par les préfectures. L’objectif est d’accoutumer les populations aux risques sismiques, d’entraîner celles-ci aux mesures à prendre avec sang-froid en cas de catastrophe, tout en testant les dispositifs de première urgence peu à peu mis en place. Là encore, l’objectif est d’accélérer le processus de banalisation de l’événement sismique. Enfin, il a même été décidé de lire dans toutes les mosquées, à l’occasion de la fête du Bayram (en mars 2001), un texte « démystificateur » rédigé par le professeur Işıkara, en collaboration avec la direction des Affaires religieuses, comportant une dénonciation claire de l’idée selon laquelle le séisme serait un châtiment divin99. Ce « sermon du séisme » comme on l’a par avance surnommé, insiste sur les responsabilités humaines et invite chaque croyant à adopter une attitude raisonnable, inspirée par la science et le bon sens, tout bonnement.

Notes

94 Cf. “Ahmet Ercan’dan kötü kehanet”, Sabah-İstanbul, 7/02/1001, p. 1.

95 “Depremzede boşanıyor”, Radikal, 27/02/2001, p. 3.

96 Cf. “Richter 7,4 sergisi”, à Adapazarı, au début de 2001.

97 Il existe même une chanson sur le mode “rap” qui met en scène le fameux sismologue chenu aux allures rieuses d’Einstein.

98 “Deprem Avcıları geliyor”, Radikal, 27/02/2001, p. 3.

99 Cf. “Işıkara’dan deprem hutbesi”, Cumhuriyet, 2/01/2001, p. 3.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search