Version classiqueVersion mobile

Turquie : l’après-séismes

 | 
Jean-François Pérouse

IV. L’activité de la construction partiellement réformée ?

Texte intégral

A. Un bilan des dégâts sur le bâti encore incertain et discuté

1. Des bilans difficiles à dresser

1Le doute sur ce point est fortement alimenté par la difficulté à établir un bilan sérieux et précis des destructions. Selon des sources non officielles, 307 000 logements et 45 000 lieux de travail ont été sérieusement touchés ou détruits par les deux séismes ; mais selon l’Organisation de Planification d’État (DPT), seulement 86 441 logements et lieux d’activité auraient été détruits ou sérieusement endommagés à l’issue du tremblement de terre d’août 1999. Les immeubles jugés non habitables et non consolidables sont marqués d’une croix rouge : ils sont destinés à la destruction et ne peuvent en aucun cas être approchés ou investis. Pourtant, plusieurs de ces immeubles sont malheureusement encore habités, même à İstanbul, malgré les risques évidents encourus.

2L’identification des personnes ayant droit à un dédommagement et à un relogement en dur n’est en conséquence pas une affaire simple, surtout compte tenu de l’importance de la cons­truction illégale et irrégulière. En avril 2000, sur 24 422 depremzede estimant avoir droit à un dédommagement, 4153 se sont vus refuser cette reconnaissance (et sur les 17 734 à İzmit, 2081 ont été déboutés), au motif qu’ils ne pos­sédaient pas de droit de propriété du sol.

3De plus, l’évaluation des dégâts qui a été conduite par les autorités ne fait pas l’unanimité et donne lieu à de nombreux recours en justice. Pour le seul département de Sakarya, on compte à la mi-juin 2000 plus de 6500 recours, émanant de personnes contestant l’évaluation officiellement faite (cf. Yeni Gündem, 18/6/2000, p. 3). À Kocaeli, département touché sérieuse­ment par les deux tremblements de terre successifs (août et novembre), il a fallu refaire le travail d’expertise des dégâts à l’issue du second ; le statut de nombreux bâtiments a dû à cette occasion être révisé (dans le sens d’une aggravation des dégâts) (cf. « Kocaeli’de ek hasara 7 bin başvuru », Özgür Bakış, 17/12/1999, p. 4).

  • 63 Soit environ 6500 FF à l’époque.

4À ce propos, les organisations de la société civile ne sont pas les dernières à mettre en cause la façon dont l’estimation des dégâts a été conduite. Selon Gonca Girit, responsable de l’Unité « informations et documents » de la Coordination civile (Afete karşı Sivil Koordinas­yon, cf. Dossier de l’IFEA n° 1, 1999), deux prob­lèmes majeurs sont à souligner : l’évaluation des dégâts n’est pas toujours fiable, et aucune nouvelle expertise n’a été faite à la suite des répliques sismiques. En effet, comme l’État a promis de verser 600 millions de Livres Turques63 aux propriétaires d’immeubles estimés « peu touchés » (az hasarlı), afin de les aider à les consolider et restaurer, beaucoup d’immeubles en fait « moyennement touchés » ont été déclarés « peu touchés » par les experts, simplement pour permettre aux propriétaires de toucher la manne. Cette responsable dénonce d’autre part le fait que, contrairement à ce qui avait été promis, les bâtiments jugés « moyennement affectés » (orta hasarlı) n’ont finalement pas été détruits et que ce sont les firmes qui ont construit des immeubles défail­lants qui se voient attribuer les marchés de « réparation » (onarım). On espère que le recensement des bâtiments entamé durant l’été 2000 en Turquie apportera des données plus fiables en l’espèce.

2. Éléments pour un bilan plus précis des dégâts sur le bâti

5La comparaison est rendue difficile par le fait que les critères et les catégories descriptives utilisés pour rendre compte des dégâts ne sont pas les mêmes ; ce qui oblige à un tableau département par département.

6Dans le département de Yalova, on estime officiellement que 9953 logements ont été « moyennement endommagés ».

  • 64 Cf. “12 Kasım ardından Bolu’daki hasar tespit çalışmaları tamamlandı”, Cumhuriyet, 18/12/2000, p. 3

7À Bolu, à la suite du tremblement de terre du 12 novembre, l’estimation officielle des dégâts est la suivante64 :

  • 3395 bâtiments entièrement ou très sévère­ment détruits ;

  • 12 938 logements et 2450 lieux d’activité (işyeri) entièrement ou très sévèrement détruits ;

  • 10 868 logements et 2180 lieux d’activité moyennement endommagés (orta hasarlı) ;

  • 6210 bâtiments, 11 817 logements et 1564 lieux d’activité légèrement détruits.

8À Düzce, début décembre 1999, le bilan suivant était dressé :

  • 1839 bâtiments devant être immédiatement détruits ;

  • 8030 logements et 1488 lieux d’activité détruits ou très sévèrement endommagés.

Tableau 8 : Les dégâts matériels du séisme du 12 novembre 1999 dans les départements de Düzce et Bolu

Départements

Nombre de bâtiments très sérieusement touchés

Bâtiments moyennement touchés

Bâtiments légèrement atteints

Düzce et Bolu

25 000

20 000

30 000

Source : Radikal, 12/11/2000, p. 8.

9Dans le département de Sakarya :

  • 24 000 logements détruits ou sérieusement endommagés (dont 15 198 dans la seule commune d’Adapazarı-centre) ;

  • 18 408 logements principaux moyennement endommagés ;

  • 12 307 logements secondaires moyen­nement endommagés.

  • 65 Cf. Hürriyet-İstanbul, 11/02/2000.

10À İstanbul enfin, la Mairie métropolitaine s’est employée à dresser un bilan, au moins dans les limites administratives de celle-ci, qui ne coïncident pas, on le sait, avec celles du département. De son côté, la préfecture d’İstan­bul a octroyé une aide financière à 11 131 per­sonnes (propriétaires) dont le logement ou le lieu d’activité a été moyennement ou gravement affecté ; chiffre qui permet de se faire une idée de l’ampleur des dégâts matériels dans le département d’İstanbul65. Par ailleurs, toujours dans le département d’İstanbul, on a dénombré en janvier 2000, si l’on ne s’en tient qu’à certains types de bâtiments, 61 écoles et lycées endommagés par les séismes, dont plusieurs étaient même voués à la destruction intégrale ou partielle.

3. Toujours des décombres et de nombreux « bâtiments-Damoclès »

11Fin janvier 2001, les travaux de déblaiement des décombres et de destruction des bâtiments jugés inhabitables n’étaient pas terminés. En conséquence, le paysage de désolation est encore présent, et surtout des bâtiments conti­nuent de menacer de s’écrouler. Ainsi à Adapazarı en juin 2000, l’effondrement d’un bâtiment, d’un seul étage pourtant, a coûté la vie à une personne qui participait aux travaux de déblaiement (cf. Yeni Gündem, 18/6/2000, p. 3). Aussi assiste-t-on à une lente destruction des bâtiments irrécupérables et jugés trop dan­gereux. Cette destruction, souhaitable pour d’évidentes raisons de sécurité, demeure différée voire contournée à coups de rapports édulcorés, les propriétaires préférant toucher l’aide pour réparer plutôt que de laisser détruire (voir supra).

  • 66 Voir aussi : “Hasarlı 7 okul binası yıkılıyor”, Cumhuriyet, 13/1/2000, p. 3 ; selon cet article, 7 (...)
  • 67 Cf. “Gececi öğrenciler”, Radikal, 7/12/2000, p. 5.
  • 68 Cf. “Gazi’deki ağır hasarlı okul onarılmıyor”, Cumhuriyet, 5/09/2000.

12À İstanbul par exemple, 13 écoles estimées « inhabitables » des suites des séismes ont finale­ment été détruites après de longues tergiversa­tions, à la fin mars 2000 : à Çatalca, Bakırköy, Bayrampaşa, Gaziosmanpaşa, Maltepe, Pendik, Sarıyer, Şile, Tuzla, Üsküdar et Eyüp (cf. « Kullanılamaz 13 okul yıktırıldı », Cumhuriyet, 28/3/2000, p. 9)66. Mais des enfants sont encore contraints de suivre des cours en dehors de leur école et hors horaires habituels, comme ceux de l’école primaire de Yedikule (arrondissement de Fatih, İstanbul), accueillis provisoirement dans le lycée de Yedikule, entre 14h00 et 18h30 (c’est-à-dire quand les lycéens sont partis). Cette solution peu commode, les cours ayant lieu d’habitude le matin, oblige, l’hiver, les enfants à sortir alors que la nuit est tombée, à la grande inquiétude des parents67. De même, les enfants de l’école primaire de l’Indépendance à Gaziosmanpaşa (İstanbul), suivent encore leur cours, depuis la rentrée 1999-2000, dans une autre école primaire, déjà bondée en temps normal (celle de Zübeyde Hanım)68. Dès lors, les conditions de travail, déjà difficiles, se sont gravement détériorées.

4. Un diagnostic sans appel... et autocritique de la part des Chambres professionnelles

13Pour reprendre le titre d’un rapport très pes­simiste rendu public par l’Union des Chambres d’Architectes et d’Ingénieurs de Turquie (TMMOB), publié tranche par tranche dans le quotidien Cumhuriyet, il est clair que « Ce n’est pas le séisme qui tue, (mais que) ce sont les constructions ». Pour autant, on est en droit de se demander si toutes les leçons de ce lucide constat ont été vraiment tirées.

14La déclaration (« Karar » n° 265) adoptée à l’unanimité par l’instance dirigeante (Yönetim Kurulu) de l’Union des Chambres d’Architectes et d’Ingénieurs de Turquie (TMMOB), le 5-6 septembre 1999, a une valeur de diagnostic, et mérite de ce fait d’être citée, en tant qu’elle s’efforce de cerner les responsabilités des dégâts matériels causés par les séismes. On peut ici reprendre les 5 premiers points sur les 6 qu’elle contient.

15Cette déclaration dénonce le non-respect des principes de la planification et des règles de l’urbanisme dans l’adoption des décisions relatives à la localisation des établissements humains.

  • Elle demande à ce que soient identifiées les institutions et les personnes qui ne se sont pas conformées aux lois et aux directives en vigueur relatives à la définition des projets de construction, à leur application et au contrôle des constructions.

  • Elle exige que soient « accélérées les enquêtes initiées au sujet des ingénieurs, architectes et planificateurs urbains en définissant leurs responsabilités person­nelles ».

  • Elle souhaite que soit « engagée une enquête sur les architectes, ingénieurs et planifica­teurs urbains qui ont mis à mal l’honnêteté et la confiance qui pouvaient exister dans leurs relations avec la population, en utili­sant, de manière contraire à la déontologie professionnelle et à la morale, leurs connaissances professionnelles et leurs titres » (...)

  • Elle stipule enfin que « toutes les mesures soient prises, même au niveau juridique, au sujet des institutions et des personnes responsables, et que ces affaires soient con­duites prioritairement et rapidement par la TMMOB et les Chambres » (...).

16Fracassante, cette déclaration est cependant demeurée sans effet concret, dans la mesure où un an après sa publication, très peu de pour­suites judiciaires ont été engagées contre un architecte, un ingénieur ou un urbaniste.

B. L’acquittement des entrepreneurs : une incitation au vice ?

17Fin mars 2000, le procès de Veli Göçer et de son associé Zafer Coşkun -entrepreneurs et promoteurs de 12 « cités » littorales à Yalova (précisément à Çınarcık et Kocadere), dont deux se sont entièrement écroulées sur leurs occupants en août 2000- s’est soldé par un acquittement qui a soulevé bien des protesta­tions (« Göçer ve ortağı serbest bırakıldı », Cumhuriyet, 21/3/2000, p. 7). La défense de Göçer qui reposait sur l’argumentation sui­vante : « je ne suis qu’un commerçant et surtout je n’ai fait qu’appliquer les règlements (insuffi­sants) en vigueur » a donc porté, insistant sur l’extrême imbrication des responsabilités et sur la non-innocence des municipalités (cf. « Göçer : Belediye suçlu », Özgür Bakış, 30/12/1999, p. 4). Cependant, les parties civiles ayant fait appel, l’affaire n’est pas terminée. En septembre 2000, de même, le promoteur du « Tarhan Apartman », qui s’est effondré sur 32 personnes à Eskişehir, a bénéficié d’un non-lieu... Parallèlement, Teoman Kızılova et Zeki Kurtoğlu, promoteurs de la Ceylankent à Yalova, ont aussi été acquittés. Ils se sont vus même octroyer certains des marchés pour la construc­tion de « logements en dur » (voir infra) dans les zones ravagées, à la grande colère et indignation des familles des victimes.

  • 69 Cf. “Depremde ilk ceza”, Radikal, 23/9/2000, p. 5.
  • 70 Cf. “Deprem bölgesinde yargılama süreci”, Cumhuriyet, 28/09/2000, p. 8.

18Fin septembre 2000, la seule peine pronon­cée contre un entrepreneur en construction accusé de faute professionnelle peut être con­sidérée comme assez symbolique et n’a pas satisfait les familles des victimes. En effet, le constructeur du « Pelit Apartman » -édifié dans la plaine d’Haciahmet à Yalova-, dont l’effon­drement a entraîné la mort de 20 personnes le 17 août 1999, a finalement été condamné à quatre ans de prison (et à 500 FF d’amende) ; le responsable de l’application technique du projet à trois ans de prison (et à 400 FF d’amende) et le responsable de la coopérative de construction à un an (et à 130 FF d’amende). Si les parties civiles ont fait appel de cette décision, il est peu probable que les peines soient modifiées69. Fin septembre 2000, de même, le promoteur et le responsable de la rea­lisation technique d’un immeuble qui s’est effondré à Yalova le 17 août 1999 -effondrement provoquant la mort de 23 per­sonnes- ont été condamnés à 3 ans de prison ferme70. Par ailleurs, fin janvier 2001, beau­coup de procès de ce type demeurent en cours ; plusieurs centaines en fait, à Kocaeli, à Gölcük, à Yalova, à Adapazarı et à Avcılar.

C. Des travaux de consolidation et de réparation, conduits tant bien que mal

  • 71 Voir à cet égard les instructions et avertissements de la directrice des Travaux Publics du départe (...)

19Dans le cas des immeubles « peu endom­magés » par les séismes (pour reprendre une catégorie utilisée dans les rapports d’expertise), des travaux de consolidation et de réparation ont été menés, et continuent de l’être. Il s’agit aussi d’éviter que la corrosion n’attaque l’acier mis à jour par les secousses71.

  • 72 Cf. Cumhuriyet, 4/12/2000, p. 5.

20Au début décembre 1999, le porte-parole du gouvernement estimait à 40 000 le nombre de bâtiments « peu endommagés » dont les proprié­taires devaient bénéficier d’une aide à la répa­ration (d’un montant total de 24 trillions de Livres Turques) (cf. « Düzce ve Kaynaşlı’ya moral », Zaman, 4/12/1999, p. 10). De plus, en janvier 2001, peu de bâtiments moyennement endommagés ont été effectivement réparés. À cette date, dans le département de Kocaeli, par exemple, 5 % seulement des bâtiments qui devaient faire l’objet de réparations ont été réparés. En fait, sur l’ensemble des 23 130 propriétaires de logements ayant demandé un crédit à la réparation, seuls 1202 en avaient bénéficié intégralement et 16 085 partiellement (40 % de la somme promise leur avait été versée)72.

  • 73 Selon le préfet, 700 bâtiments scolaires dans le seul département d’İstanbul devraient être, dans l (...)
  • 74 Cf. “Hastaneler depreme dayanıksız” (les hôpitaux ne sont pas résistants au séisme), Cumhuriyet, 10 (...)
  • 75 Alors que le nouveau terminal venait juste d’être inauguré, les travaux de consolidation ont été en (...)
  • 76 Cf. “Beyazıt Kütüphanesi onarım için kampanya”, Cumhuriyet, 14/11/2000, p. 7.

21Il s’agit surtout de la consolidation des piliers porteurs dont les tiges d’acier sont souvent érodées. On peut aisément remarquer à İstanbul ces chantiers de consolidation qui se sont multipliés. Les écoles font partie des priorités73 ; mais beaucoup de chantiers de consolidation d’écoles s’éternisent, à la grande inquiétude des parents qui hésitent à envoyer leurs enfants dans des bâtiments dont la soli­dité ne semble pas garantie ou dans des bâti­ments provisoires, mal chauffés, d’une grande précarité par ailleurs. Ainsi, en remontant le Bosphore à Beşiktaş, on peut encore, en février 2001, voir le chantier de consolidation d’un bâtiment scolaire à Ortaköy (l’école primaire Kılıç Ali Paşa, en l’occurrence), qui s’apparente à une véritable reconstruction, tant les remaniements sont radicaux. En revanche, en ce qui concerne les hôpitaux ou les palais de justice, des retards ont été pris, qui suscitent des inquiétudes de la part des personnels de santé ou de justice, comme des « utilisateurs ». Certains travaux de consolidation réalisés sont même ouvertement mis en cause et dénoncés comme trop « expédiés » et même franchement suspects74. Enfin, parmi les bâtiments « publics » qui font l’objet d’une consolidation, on peut noter celui de la mairie métropolitaine d’İstanbul à Şehzadebaşı ou celui du nouveau terminal international de l’aéroport de Yeşil­köy75. Quant au bâtiment de la bibliothèque d’État de Beyazıt, monument de 500 ans d’âge, c’est uniquement grâce à une campagne de récolte de fonds qu’il pourra commencer à être restauré76.

  • 77 Cf. “İstanbul yardıma muhtaç”, Cumhuriyet, 24/02/2000, p. 6.

22Mais globalement, le préfet d’İstanbul estime que les moyens lui manquent pour pou­voir procéder à la consolidation de l’ensemble des seuls bâtiments publics relevant de sa compétence77.

  • 78 C’est le cas de la majorité des habitants de l’arrondissement stambouliote d’Avcılar ; cf. “Avcılar (...)

23Compte tenu de la situation pour les bâti­ments publics, il y a lieu d’avoir quelques doutes pour les bâtiments privés. En effet, ces travaux ne sont pas systématiquement menés du fait de l’absence d’incitations et d’aides publiques pour les bâtiments n’ayant subi jusqu’à présent aucun dommage visible, et de l’inexistence d’une culture de la copropriété en Turquie. Ceux qui n’ont pas les moyens ou qui ne parviennent pas à s’entendre avec leurs voisins sont condamnés à vivre dans un immeuble non conforme aux normes de sécu­rité. Le problème est particulièrement aigu pour les propriétaires de bâtiments non déclarés -et ils sont encore inestimables-, qui ne peuvent prétendre à aucune aide publique. Le risque est donc grand de voir les classes les plus défa­vorisées continuer à être exposées aux risques sismiques et condamnées à vivre dans des bâti­ments non contrôlés et non consolidés78. De même, l’aide publique à la consolidation n’est pas toujours dûment utilisée ; aucun suivi n’est exercé pour savoir dans quelle mesure celle-ci a réellement servi à ce pour quoi elle était consentie. Dans le département d’İstanbul, le président du Centre de crise du département (en même temps préfet-adjoint), assurait le 10 février 2001 que jusqu’à présent une aide avait été distribuée à 11 131 personnes, d’un montant total de 4,5 trillions de LT (soit 47 millions de FF).

  • 79 Cf. “Onarım skandali”, Radikal, 18/10/2000, p. 5.
  • 80 Cf. “Kaliteli mühendis azaldı”, Milliyet, 16/08/2000, p. 23.
  • 81 Cf. “Takviye ve onarımlar usulsüz”, Cumhuriyet, p. 1.
  • 82 Cf. “Felaket Habercisi”, Radikal, 15/10/2000.

24Par ailleurs, sur le vaste « marché de la consolidation et de la réparation » sont apparues de multiples sociétés, dont une partie n’est pas dotée d’un personnel suffisamment qualifié pour ce type d’opération qui exige une forma­tion technique adéquate, très spécialisée. Ainsi s’est-on aperçu en octobre 2000 qu’une société -d’ailleurs non enregistrée à la Chambre de commerce d’İstanbul- ayant réalisé 1400 « réparations » à İstanbul et Kocaeli était dirigée par un ingénieur79 en construction sans scrupule, qui imitait la signature d’ingénieurs géologues pour confectionner de faux rapports sur l’état du sol et sous-sol. Au-delà de ces cas d’abus éhonté, la formation des ingénieurs en construction en Turquie est considérée comme globalement insuffisante pour ce type d’opération80. On comprend dès lors pourquoi la Chambre des Ingénieurs et des Architectes de Yalova dénonce comme non fiables les travaux de consolidation et de réparation réalisés jusque-là, qui auraient été confiés, sur des bases d’affinité idéologique, à des entreprises sans expérience ni référence pour ce type de travail81. En outre, la concurrence entre les entreprises « spécialisées » est tellement forte et les moyens que les particuliers sont prêts à investir dans ces travaux sont si réduits que certaines entreprises « cassent les prix », au risque d’offrir des prestations plus que médiocres82.

  • 83 Cf. “Kaçak onarım yapılıyor”, Cumhuriyet, 16/2/2000, p. 3.

25Par ailleurs, les autoréparations, « sau­vages », semblent être nombreuses, qui consis­tent en fait plus à cacher et dissimuler les plaies les plus visibles qu’à remédier sérieusement aux vices de conception et de forme83.

26En outre, quand ils sont entrepris, ces travaux tournent parfois mal, comme à Kadıköy le 15 février 2000, où l’immeuble s’est écroulé sur un des techniciens du chantier.

27Mais il y a plus grave, en ce qui concerne les bâtiments ou logements « moyennement » endommagés. Ces derniers devaient être détruits. Or la tendance actuelle, dénoncée par les Chambres de métier, semble être à la con­solidation de ces bâtiments ou logements, comme on a pu le constater à Yalova (cf. « Takviye ve onarımlar usulsüz », Cumhuriyet, 24/9/2000, p. 1 et 3). En outre, il faut trouver des ressources pour financer ces travaux. Les prop­riétaires qui n’ont pas les moyens n’entrepren­nent rien et continuent cependant à louer leurs logements. L’aide de 600 millions de livres turques promise à chaque propriétaire tenu de procéder à des réparations a commencé à être versée en septembre 2000. Dans le département de Kocaeli par exemple, 32 191 propriétaires doivent en bénéficier.

D. La question de l’expertise des logements ou immeubles et du contrôle technique

1. Un travail immense en perspective

  • 84 Cf. “İstanbul’da evler tehlike altında”, Cumhuriyet, 20/11/2000, p. 4.

28La consolidation renvoie à la question de l’expertise des bâtiments. Selon certains spécialistes, si l’on voulait sérieusement vérifier la résistance aux tremblements de terre de tous les bâtiments déjà construits à İstanbul, il faudrait des années et des moyens considérables en hommes et en argent (cf. « Hastaneler depreme dayanıksız », Cumhuriyet, 10/4/2000, p. 3). Or, on note même une précipitation suspecte dans la manière de conduire les diagnostics, comme le souligne avec inquiétude le président de la « Chambre des ingénieurs du bâtiment de Turquie », Muzaffer Tunçağ. Et surtout, pour un même bâtiment, on se trouve parfois en présence de diagnostics divergents, comme on l’a déjà vu en essayant de préciser le bilan matériel des séismes. De plus, le coût élevé que représente une expertise sérieuse a des effets dissuasifs et conduit à différer celle-ci, voire à y renoncer. Pour autant, il serait de la part des autorités criminel de se dérober à la nécessité d’un diagnostic sérieux : en effet, certaines sources prétendent que 70 % des bâtiments construits à İstanbul ne résisteraient pas à une secousse sérieuse centrée sur İstanbul84.

29Dans ce contexte, des bureaux liés à des uni­versités, qui facturent leurs services d’expertise en dollars, se sont aussi précipités sur le « marché de la peur », suscitant parfois des réac­tions outrées dans l’opinion. Aussi, constate-t­on l’apparition de profiteurs sur ce « marché spécialisé », émergent, de l’expertise des bâti­ments, dont la compétence peut laisser perplexe. La multiplication des sociétés spécialisées dans la réalisation de ce genre de diagnostic a en effet de quoi inquiéter. Improvisation et charlatanisme menacent.

2. La polémique à propos du décret-loi n° 595

30Le 10 avril 2000 a paru au Journal Officiel de la République turque un décret-loi (Kanun Hükmünde Kararname) relatif au transfert de compétence du contrôle technique des bâti­ments, des mairies d’arrondissement vers des bureaux « d’ingénieurs et d’architectes asser­mentés ». Cette délégation à la sphère privée du contrôle technique par le ministère des Travaux publics et du Logement (Bayındırlık ve İskan Bakanlığı), n’est pas sans inquiéter les cham­bres professionnelles (ingénieurs et architectes au premier plan), qui ont vivement réagi à ce décret. Selon ces dernières, ce décret-loi ne va faire que favoriser la construction illégale, plaie principale des espaces urbains en Turquie (cf. Yeni Gündem, 23/6/2000, p. 3). Ces mêmes chambres dénoncent la création d’une nouvelle rente -estimée à plus de 500 millions de dollars par an- au bénéfice d’entreprises privées. Le risque est grand en effet que se constituent des « sociétés de contrôle » liées à tel ou tel parti, et prêtes à fermer les yeux sur les abus ou manquements aux réglementations (cf. Ekinci O. (2000), « Yapı Denetiminde ’rant pazarı’ », Cumhuriyet, 12/4/2000, p. 9).

  • 85 Cf. “Kanun hükmünde köle”, Radikal, 12/12/2000, p. 5.
  • 86 Cf. Cumhuriyet Bilim Teknik, n° 685, 6/05/2000, p. 15.
  • 87 Cf. “Aydın’dan TMMO’ye ’tehdit’”, Cumhuriyet, 5/9/2000, p. 3.

31En fait, en vigueur depuis le 10 juillet 2000, ce décret-loi concède 51 % du travail de contrôle aux chambres de métier compétentes et 49 % à des sociétés privées (Cf. Cumhuriyet, 13/7/2000, p. 4.) ; ce, au sein des « Commissions de contrôle des bâtiments des départements et des arrondissements » (İl ve İlçe Yapı Denetim Komisyonu). Déjà, bien des abus ont été notés : en effet, les sociétés privées chargées du contrôle technique engagent comme stagiaires des étudiants en architecture pour faire le travail de contrôle. Ce qui ne laisse pas d’in­quiéter85, à tel point que l’on peut faire nôtre l’interrogation du président de la Chambre des ingénieurs en construction : « qui contrôlera le contrôle des bâtiments ? »86. En outre, le conflit entre les Chambres d’architectes et d’ingé­nieurs -outrées par le centralisme, le dirigisme et l’arbitraire à nouveau en vigueur87- et le ministère des Travaux publics semble s’aviver de jour en jour.

32En outre, si la construction a été gelée dans les arrondissements centraux d’İstanbul, elle demeure mal surveillée aux marges. Actuellement à İstanbul, dans six arrondisse­ments « sensibles », les mairies d’arrondissement sont censées ne plus délivrer de nouveaux permis de construire. Théoriquement, tous les chantiers en cours sont des chantiers qui ont obtenu une autorisation avant septembre 1999.

E. La reconstruction en dur et la promotion d’autres modes de construction et d’autres matériaux

1. Des plans de reconstruction dans des secteurs au sous-sol jugé plus sûr

33Avec l’aide de certaines universités, des plans d’urbanisme pour la reconstruction des villes les plus ravagées, sur des bases et selon des principes plus sains ont été établis. Ainsi fin juin 2000 a été rendu public le nouveau plan d’urbanisme d’Adapazarı (cf. Yeni Gündem, 18/6/2000, p. 3). Ce plan qui repose sur une stricte division des fonctions, résiden­tielles et commerciales notamment, fait une large part aux espaces verts et stipule qu’aucun bâtiment ne dépassera les deux étages. La nouvelle ville d’Adapazarı comprendra 9000 logements (dont 6167 construits par le ministère des Travaux Publics), sur 250 hectares ; approximativement 350 000 personnes y vivront, disposant chacune de plus de 20 m2 d’espace vert. De même à Gölcük, l’épicentre du tremblement de terre d’août, les planificateurs urbains sont en activité, sur la base d’études du sol et sous-sol enfin sérieuses (cf. Cumhuriyet, 19/4/2000). Le plan d’aménagement révisé autorise un maximum de 4 étages à l’avenir.

34Cependant, des résistances se font jour, à la fois du côté des personnes à qui il est proposé un logement ou un lieu d’activité dans ces quartiers neufs (et parmi elles les artisans et commerçants inquiets pour leur future clien­tèle), et du côté des agriculteurs expropriés pour l’ouverture des chantiers. Ce qui est sûr c’est que « l’ouverture à l’urbanisation » de nouveaux secteurs a eu pour effet immédiat de bouleverser les marchés fonciers locaux, avec le renchérissement de terrains périphériques jusque-là délaissés soudainement promus, d’une part, et la relégation de terrains « centraux » ou littoraux désormais évités, d’autre part.

35À İstanbul, les études du sous-sol vont bon train, selon des modalités variables. Ainsi, la mairie de l’arrondissement de Kadıköy a-t-elle signé le 12 septembre 2000 un protocole de « collaboration technique et de contrôle profes­sionnel » avec la Chambre des ingénieurs en géophysique d’İstanbul, afin de systématiser les analyses de la résistance du sous-sol et du béton (cf. « Büyük depremler kendini belli eder », Cumhuriyet, 13/9/2000, p. 3). Ce proto­cole vise à promouvoir une collaboration, à la fois pour l’étude du sous-sol des nouveaux espaces à construire, et pour la consolidation et le contrôle des bâtiments construits.

2. Les projets de « logements en dur », pour sortir du provisoire

36Pour la région de Marmara, l’objectif de l’État turc est de construire 35 000, voire 40 000 logements durables (kalıcı konutlar), sous la forme de bâtiments de 3 étages au maximum, dans lesquels seront installés tous ceux dont le logement a été détruit ou jugé inhabitable (cf. Cumhuriyet, 16/7/2000, p. 3). Les ayants droit seront, selon leurs moyens, soit propriétaires (ils pourront bénéficier d’un crédit sur 10 ou 20 ans), soit locataires des nouveaux logements, la préférence des autorités penchant nettement pour la première option. La répartition de ces logements se fera de la façon suivante : 15 400 à Kocaeli (à Karaman, Camili, Alandüzü et Korucuk), 6167 à Sakarya, 5400 à Yalova (Soğacak, Çiftlikköy, Altınova et Çınarcık) 6400 à Düzce, 2000 à Bolu, 1300 à İstanbul, 80 à Bursa et 55 à Eskişehir.

37Pour les trois quarts de ces logements, le problème du financement semble avoir été résolu à la mi-juillet 2000, grâce, pour l’essen­tiel à des crédits internationaux (Banque Mondiale et Conseil de l’Europe). Cependant, les autorités municipales sur place, comme à İzmit, déplorent les lenteurs des procédures et de la mise en chantier effective et auraient préféré avoir la maîtrise d’œuvre des chantiers (cf. « Afetzedeyi unuttular », Radikal, 18/3/2000, p. 6). En effet, la gestion de ce dossier s’est faite de manière très centralisée et la maîtrise d’œuvre des chantiers est restée de la compétence du ministère des Travaux publics et du Logement (Bayındırlık ve İskân Bakanlığı). Selon le maire d’İzmit, plus de décentralisation et de souplesse dans les procédures aurait sans doute permis d’aller plus vite. La démission récente du responsable de la construction de ces loge­ments durables a d’ailleurs révélé l’ampleur des polémiques que ce projet suscite.

38Les logements seront de 99 m2 (3 pièces et un salon) et équipés au gaz naturel. Il n’y aura pas de locaux commerciaux ou artisanaux au pied des immeubles dans les nouveaux centres d’habitation et un minimum de 8 m2 d’espace vert par habitant sera garanti (cf. « Tanesi 13,5 milyar. İlk hedef kalıcı konutlar », Radikal, 18/3/2000, p. 6). Tos ceux dont le logement a été détruit peuvent prétendre bénéficier d’un de ces logements, à condition de ne pas être déjà propriétaires, par ailleurs, d’un autre logement de se signaler comme postulant et de faire les démarches à temps auprès des autorités. Par exemple, dans le département de Sakarya en mars 2000 on n’avait enregistré que 5748 demandes de « logements durables », alors que 24 000 logements y ont été détruits ou grave­ment endommagés. Même s’il faut compter les logements des défunts et les 12 307 logements secondaires, le décalage entre logements détruits et logements construits ne manque pas de nous interroger.

39Les logements construits par le ministère des Travaux publics sont vendus six milliards de LT (soit 65 000 FF environ à la fin de l’année 2000) l’unité, les acquéreurs bénéficiant de la possibilité de payer sur 20 ans. Les ayants droit se voient dès lors durablement liés à un remboursement de crédit ; les plus âgés comme les jeunes s’en inquiètent. De plus, au moment de l’acquisition, les bénéficiaires d’un nouveau logement doivent payer des frais de titre de propriété (tapu : 170 millions de LT), des frais de « capital tournant », une taxe obligatoire de soutien à l’éducation, et des frais d’hypothèque (81,5 millions). Au total, ces charges grèvent des budgets déjà dans l’ensemble très maigres.

  • 88 Cf. “Kalıcı konut kurasına karşı imza”, Radikal, 25/02/2001, p. 9.

40Les logements sont distribués par tirage au sort, au cours de grandes manifestations dûment orchestrées par le ministère maître d’œuvre. Mais ce type d’attribution aléatoire est dénoncé par certains depremzede qui l’estiment injuste. Fin février 2001, par exemple, des depremzede ont manifesté à İzmit (Anıtpark Meydanı), pour demander l’annulation d’un tirage au sort obligeant ceux qui « ont hérité » par malchance d’un petit rez-de-chaussée sombre à rembourser la même somme que ceux qui ont eu la chance de se voir doter d’un vaste appartement au troisième étage88. Aussi est-il reproché à ce système de ne pas tenir suffisamment compte des besoins et particula­rités des uns et des autres.

41En janvier 2001, des logements ont été attribués à Gölcük, mais les élus ne pourront les intégrer effectivement qu’au mois de mai ou de juin.

42À la mi-septembre 2000, à Gölcük, pour la moitié des 528 logements durables -sous la forme de 59 petits collectifs-, dont la construc­tion est déjà lancée, le gros œuvre était d’ores et déjà terminé. Ils se situent dans les villages de Saraylı et Örcün. Selon l’entrepreneur en charge de ces 59 blocs (Batum İnşaat), la livrai­son au ministère des Travaux publics pourra se faire au plus tard le 30 novembre. Ces loge­ments ne représentent qu’une partie du total des 1 686 logements durables annoncés pour Gölcük.

43Parallèlement, à Düzce, un financement a été trouvé pour la construction de 11 000 logements en dur, selon les propos du porte- parole du gouvernement le 12 juillet 2000 (cf. « Düzce’ye kaynak ayrıldı », Cumhuriyet, 13/7/2000, p. 3).

44Aux logements construits à l’initiative du ministère des Travaux publics il faut ajouter ceux construits par le secteur privé ou à l’initiative d’États étrangers. Dans la plupart des cas, il s’agit d’entreprises implantées localement qui cherchent à reloger leur personnel sans abri. On peut citer quelques exemples. Celui de la firme « Sunor Boru fabrikası » à Adapazarı, qui dès décembre 1999 avait fait édifier 23 petits logements antisismiques pour ses travailleurs. De même, à Gölcük, la firme Ford s’est engagée à construire 116 logements en dur au plus vite. Il peut aussi s’agir de logements construits par des sociétés privées pour la vente à des fins plus commerciales. On constate ainsi que chaque opération programmée par le ministère de l’Équipement est doublée ou complétée d’apports privés.

3. Bilan départemental de la construction des « logements durables »

45Dans le département de Sakarya, les pre­miers logements en dur ont été livrés à leurs ayants droit au début du mois de juillet 2000. Il s’agit du village « Ariston », édifié sur le cam­pus de l’Université de Sakarya, qui comprend 50 maisons en bois d’une superficie habitable de 68 m2 chacune. Avec l’aide du secteur privé l’opération a coûté un million de dollars (cf. « Sakarya’da kalıcı konutlar tamamlanıyor », Cumhuriyet, 10/7/2000, p. 3).

  • 89 Konutları gezdiler, ama”, Radikal, 5/02/2001, p. 4.

46À Kocaeli, 17 860 « logements durables » sont en construction « officielle », sur 13 sites différents en mars 2001. Cependant, le nombre de logements mis en chantier est jugé insuffi­sant par certains élus. Dans l’arrondissement de Derince, les 350 logements prévus sont estimés dérisoires, compte tenu du nombre de délogés ou de mal logés estimé par le maire de Derince à 1800, dans un arrondissement où 1350 personnes ont trouvé la mort et où 5000 logements ont subi de très sérieux dégâts (cf. « Hastalık korkusu », Cumhuriyet, 20/4/2000, p. 3). Si une partie des logements a déjà été attribuée en janvier 2001, lesdits logements ne sont néanmoins pas encore habitables89...

47Enfin, en ce qui concerne Bolu et Düzce, le 12 novembre 2000, le programme du ministère des Travaux publics était réalisé à 84 % à Bolu, mais les logements de Düzce étaient en retard (tab. 9).

Tableau 9 : Les logements durables en construction dans le département de Düzce le 12 novembre 2000

Maître d’œuvre

Ministère des Travaux publics

Administration du Logement social

Nombre de logements

7 100

824 (dont 620 à Düzce même et 204 à Gölyaka)

Source : Radikal, 12/11/2000, p. 8.

48Au total, malgré les efforts, la plupart des mal-logés ne purent disposer pour l’hiver 2000­2001 d’un logement en dur, contrairement aux promesses faites. Les retards dans le lancement des chantiers s’ajoutant aux retards dans l’aménagement des infrastructures environ­nantes (routes...).

4. Une crise de confiance qui frappe les grands collectifs et des contradictions dans les nouvelles instructions

49Depuis quelques mois, on note en effet que les « coopératives de construction » (yapı koope­ratifleri) souffrent d’une sérieuse crise de con­fiance, dans la mesure où elles produisent des logements généralement sous la forme de hauts immeubles. Or, les immeubles de plus de 3 étages font désormais peur, même s’ils ont été construits de manière sérieuse. Il en résulte de réelles difficultés pour vendre les logements et écouler un stock manifestement excédentaire (cf. « Deprem kooperatif evlere ilgiyi azalttı, Yeni Gündem, 19/3/2000, p. 4). À l’inverse, et les promoteurs privés l’ont bien compris et en jouent, on constate un engouement pour les maisons individuelles, villas et petits collectifs de standing.

50Parallèlement, on note des contradictions dans les directives fournies aux constructeurs par les pouvoirs publics, comme à Gölcük. Alors que le nouveau plan d’aménagement stipule qu’aucun bâtiment construit à l’avenir ne devra dépasser quatre étages, des crédits ont été octroyés pour la réparation d’immeubles de 6 ou 7 étages endommagés par le séisme (cf. »Hükümet yüksek binalara onarım kredisi veriyor« , Cumhuriyet, 13/9/2000, p. 3).

5. La question du coût des bâtiments résistant aux séismes

51Le problème du coût élevé des bâtiments vraiment résistants fait débat parmi les spécia­listes depuis les séismes (cf. Bayülke N., »Depreme dayanıklı yapının bedeli yüksek« , Cumhuriyet Bilim Teknik, n° 668, pp. 17-23), alors que ceux qui ont le plus besoin d’un logement ont peu de moyens à investir dans celui-ci. Pour réaliser un bâtiment de qualité, il faudrait consentir à ce que les matériaux de construction utilisés représentent jusqu’à 20 % du coût total de la construction ; principe que les constructeurs soucieux de leur marge bénéficiaire et conscients de la faible solvabilité de leurs clients ne sauraient accepter, dans le mode de fonctionnement actuel de l’économie de la construction. Le bon sable de rivière, les aciers spéciaux et les bétons résistants (à une pression d’au moins 200 kg/cm2) sont des matériaux onéreux et nécessitent de plus une main-d’œuvre mieux formée que celle générale­ment mobilisée.

52L’auteur de l’article de Bilim Teknik incrimi­ne une fois de plus le système du yap-sat ( »fais et vends« , au coup par coup), qui reste le mode dominant de production du bâti (cf. Dossier de I’IFEA n° 1, 1999), en tant qu’il serait dérespon­sabilisant pour l’entrepreneur, précipité, et trop amateur. La recherche d’une rente foncière et immobilière maximale pousse aussi dans le sens de dangereuses économies. De plus, l’élaboration d’un projet sérieux, personnalisé, adapté au terrain, et non pas standard, représente un coût non négligeable, de même que la réalisation de véritables fondations. Au total, toujours selon N. Bayülke, si l’on respectait les directives sur la construction antisismique de 1975 et de 1998 (cf. Şapçı, Sucuoğlu & Kubin, 1997), le coût de construc­tion par rapport aux pratiques actuelles serait majoré de 50 %.

53Se dirige-t-on pour autant vers de nouvelles normes et de nouvelles pratiques de construc­tion ?

  • 90 Sachant que l’acte de ratification coûte 15 millions de Livres Turques (environ 180 FF en décembre (...)

54Dans l’idéal, le processus à suivre pour se prémunir de tous les risques serait le suivant : étude du sol et du sous-sol (mesures sismiques, images radar...), analyse des matériaux de cons­truction et examen de l’équilibre du bâtiment, sans parler du fréquent contrôle technique par des personnes compétentes. Ces trois étapes sont à respecter impérativement ; mais on imagine la difficulté à imposer ce protocole, compte tenu de la précipitation et de l’ama­teurisme avec lesquels on continue à construire. Par ailleurs, construire des bâtiments moins élevés, sans galerie marchande au rez-de- chaussée, et plus distants les uns des autres, apparaît aussi comme préférable. En tout état de cause, aucune autorisation de construction ne pourra être désormais délivrée sans une étude du sous-sol préalable, dûment ratifiée par les »Chambres des ingénieurs en géologie« de Turquie (Jeoloji Mühendis Odası)90.

  • 91 Voir les résultats de la “Conférence internationale sur la sécurité sismique” à İstanbul (cf. Cumhu (...)

55Si des changements sont perceptibles dans les pratiques de la construction, c’est surtout à travers la réhabilitation de matériaux »alter­natifs« , essentiellement le bois et l’acier, plus adaptés que les matériaux communément uti­lisés91. En ce qui concerne l’acier, le premier immeuble à squelette entièrement en acier a été inauguré en grande pompe en mai 2000 (il s’agit, en l’occurrence, de »l’Özel Efdal Ana ve İlköğretim Okulu« ). Les incitations à recourir désormais aux armatures d’acier pour les constructions se font plus pressantes, en dépit du coût jugé 20 à 30 % plus élevé que les arma­tures de béton armé. Dans cette perspective, l’ »Association des structures d’acier« et le groupe Trade Arbed ont lancé une grande campagne d’information, suivis par le grand groupe turc de bâtiments et travaux publics Tepe, associé à une entreprise canadienne spécialisée (cf. »Tepe’den tırnağa çelik ev« , Sabah, 21/9/2000, p. 9).

56Parallèlement, les publicités pour les maisons en bois sont désormais fréquentes et les sociétés spécialisées se sont multipliées. En effet, selon O. Ekinci (1999), l’architecte-chroniqueur de Cumhuriyet, l’utilisation d’un béton armé trop lourd pour les structures porteuses a été fatale au moment des séismes, alors que les techniques de construction tradi­tionnelles (notamment en bois) ont manifesté une remarquable résistance. Le béton armé mal utilisé est trop lourd, s’effondre facilement et écrase les occupants en cas de séisme. À l’inverse, les vieilles maisons d’İzmit (la rue Kapanca est souvent citée) ou de Değirmendere, maisons en pierre et bois de un ou deux étages, ont tenu et sont maintenant montrées en exem­ple. Il ressort que les voies d’une reconstruction saine et durable passent sans doute par une meilleure connaissance des architectures vernaculaires de Turquie, loin des impératifs de la rente foncière, du mimétisme superficiel et du souci d’ostentation. Les partisans du bois ont lancé une offensive en jouant de ce thème du retour aux traditions (voir le site internet spéci­fique).

6. La lente reconstruction des réseaux et équipements

57Une des tâches préalables à la reconstruc­tion de logements, c’est la restauration des réseaux d’égouts et d’eau. À ce niveau, de gros efforts sont encore à consentir et nombre de zones d’habitations sont loin d’être dotées du minimum. Dans certains cas, rares, les séismes ont donné l’occasion en quelque sorte, d’un rééquipement complet de la commune et d’une refonte de réseaux jusque-là lacunaires, voire défaillants. La commune de Değirmendere fait partie de ces exceptions. Située au sud du golfe d’İzmit, tout près de Gölcük, l’épicentre du séisme d’août 1999, elle peut se vanter d’une rapide restauration des infrastructures et de la voirie, et a même bénéficié d’un plan d’équipement en câbles-télécommunications de tous les bâtiments (reliés entre eux et à la mairie). Tant et si bien que Değirmendere pourra être considérée comme la première »commune informationnelle« de Turquie, une fois que chaque logement sera doté d’un ordinateur, projet en cours. Conjointement, à Adapazarı, un »système ferré léger« (hafif raylı sistem) est projeté, dans le cadre de la recons­truction de la ville (cf. »Daha iyisi için yeniden« , Radikal, 18/3/2000, p. 6).

  • 92 Dernièrement encore, le holding Axa-Oyak, associé à Oyak-Renault, ELK Selyak et Renault Mais a fina (...)

58En ce qui concerne les équipements de base, on note encore en janvier 2001 des lacunes criantes, notamment en matière d’équipement hospitalier et scolaire. La rentrée scolaire du 11 septembre 2000 ne s’est pas faite du tout, ou s’est faite dans des préfabriqués ou des containers à Düzce. L’action des associations turques ou étrangères, avec souvent le soutien du secteur privé, s’avère encore primordiale pour la reconstruction des équipements. En avril 2000, une école qui comprend 8 classes pouvant accueillir au total 250 élèves a été inaugurée dans le département de Kocaeli par l’ »Association de soutien à la vie moderne« (Çağdaş Yaşamı Destekleme Derneği) aidée par un fabricant turc de jouets, Hasbro Intertoy (cf. Cumhuriyet, 20/4/2000, p. 7). Parallèlement, la même association, cette fois en collaboration avec Türk-IBM, a inauguré à Düzce en mars 2000 un »Centre de réhabilitation« pour les enfants et adultes, où seront dispensés des cours de soutien aux enfants scolarisés, des cours d’arts manuels aux femmes, et où seront aussi pris en charge les enfants non encore scolarisés et les enfants handicapés (cf. »Düzce hayata dönüyor« , Ekonomist dergisi, 19/3/2000). De la même manière, dans le village de Şaziye, dépendant du département de Düzce, la construction d’une nouvelle école primaire de 8 classes a pu être entreprise en mai 2000, grâce au soutien financier de la firme Hoechst Marion Roussel92.

59De même, le cas de l’action de l’association »Ümit 2000« peut être cité en exemple. Il s’agit d’une association fondée par deux architectes français -travaillant sur le chantier du village olympique d’İstanbul- qui œuvrent à la construction d’un centre de santé à Düzce (cf. »Depremzedeye dost iki Fransız« , Milliyet, 10/5/2000, p. 15). Le cas de l’école d’Akyazı (département de Sakarya) construite avec le soutien de la France pourrait aussi être évoqué.

60De même, dans le département de Sakarya, trois écoles préfabriquées ont été construites avec l’aide de la communauté turque de Chicago.

  • 93 Cf. “Deprem bölgesine 40 milyon dolarlık sağlık yatırımı”, Dünya, 16/9/2000, p. 10.

61Pour ce qui est des équipements sanitaires et médicaux, une aide de la Banque Mondiale d’un montant de 40 millions de dollars a été débloquée en septembre 2000, en vue de construire 14 »centres de santé« (sağlık ocağı), 46 logements et 8 polycliniques dans les départements les plus sinistrés93.

Notes

63 Soit environ 6500 FF à l’époque.

64 Cf. “12 Kasım ardından Bolu’daki hasar tespit çalışmaları tamamlandı”, Cumhuriyet, 18/12/2000, p. 3.

65 Cf. Hürriyet-İstanbul, 11/02/2000.

66 Voir aussi : “Hasarlı 7 okul binası yıkılıyor”, Cumhuriyet, 13/1/2000, p. 3 ; selon cet article, 7 bâtiments scolaires seulement devaient être détruits : à Çatalca, Sarıyer, Bakırköy, Tuzla, Şile, Alibeyköy et Zeytinburnu.

67 Cf. “Gececi öğrenciler”, Radikal, 7/12/2000, p. 5.

68 Cf. “Gazi’deki ağır hasarlı okul onarılmıyor”, Cumhuriyet, 5/09/2000.

69 Cf. “Depremde ilk ceza”, Radikal, 23/9/2000, p. 5.

70 Cf. “Deprem bölgesinde yargılama süreci”, Cumhuriyet, 28/09/2000, p. 8.

71 Voir à cet égard les instructions et avertissements de la directrice des Travaux Publics du département d’İstanbul ; cf. Sabah-İstanbul, 20/10/2000, p. 1.

72 Cf. Cumhuriyet, 4/12/2000, p. 5.

73 Selon le préfet, 700 bâtiments scolaires dans le seul département d’İstanbul devraient être, dans l’idéal, consolidés... ; cf. Cumhuriyet, 20/07/2000.

74 Cf. “Hastaneler depreme dayanıksız” (les hôpitaux ne sont pas résistants au séisme), Cumhuriyet, 10/04/2000, p. 3.

75 Alors que le nouveau terminal venait juste d’être inauguré, les travaux de consolidation ont été entrepris.

76 Cf. “Beyazıt Kütüphanesi onarım için kampanya”, Cumhuriyet, 14/11/2000, p. 7.

77 Cf. “İstanbul yardıma muhtaç”, Cumhuriyet, 24/02/2000, p. 6.

78 C’est le cas de la majorité des habitants de l’arrondissement stambouliote d’Avcılar ; cf. “Avcılar, hâlâ yaralarını saramadı”, Hürriyet-Avrupa, 16/08/2000, p. 13.

79 Cf. “Onarım skandali”, Radikal, 18/10/2000, p. 5.

80 Cf. “Kaliteli mühendis azaldı”, Milliyet, 16/08/2000, p. 23.

81 Cf. “Takviye ve onarımlar usulsüz”, Cumhuriyet, p. 1.

82 Cf. “Felaket Habercisi”, Radikal, 15/10/2000.

83 Cf. “Kaçak onarım yapılıyor”, Cumhuriyet, 16/2/2000, p. 3.

84 Cf. “İstanbul’da evler tehlike altında”, Cumhuriyet, 20/11/2000, p. 4.

85 Cf. “Kanun hükmünde köle”, Radikal, 12/12/2000, p. 5.

86 Cf. Cumhuriyet Bilim Teknik, n° 685, 6/05/2000, p. 15.

87 Cf. “Aydın’dan TMMO’ye ’tehdit’”, Cumhuriyet, 5/9/2000, p. 3.

88 Cf. “Kalıcı konut kurasına karşı imza”, Radikal, 25/02/2001, p. 9.

89 Konutları gezdiler, ama”, Radikal, 5/02/2001, p. 4.

90 Sachant que l’acte de ratification coûte 15 millions de Livres Turques (environ 180 FF en décembre 2000), et que ladite Chambre professionnelle ratifie de 30 à 50 études par jour, celle-ci bénéficie donc maintenant d’une belle rente ; cf. Hürriyet-İstanbul, 14/12/2000, p. 1 et 4. Elle a d’ailleurs vu augmenter de manière spectaculaire ses membres...

91 Voir les résultats de la “Conférence internationale sur la sécurité sismique” à İstanbul (cf. Cumhuriyet, 18/11/2000, p. 9 et Cumhuriyet, 17/11/2000). Voir aussi : Mehmet Çubuk, “Depreme dayanıklılık”, Cumhuriyet, 15/03/2000, p. 8.

92 Dernièrement encore, le holding Axa-Oyak, associé à Oyak-Renault, ELK Selyak et Renault Mais a financé la construction d’une école primaire d’une capacité de 240 élèves, d’un coût total de 900 000 dollars à İhsaniye, département de Kocaeli ; cf. “Axa Oyak’tan Okul”, Radikal, 12/03/2001, p. 8.

93 Cf. “Deprem bölgesine 40 milyon dolarlık sağlık yatırımı”, Dünya, 16/9/2000, p. 10.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search