Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une nouvelle donne dans les relations gréco-turques ?

 | 
Samim Akgönul

Annexe 1 :Chronologie

Texte intégral

Janvier 1923

Le protocole d’échange obligatoire de populations est signé à Lausanne. Selon ce protocole, les ressortissants grecs de confession musulmane sont échangés avec les ressortissants turcs de confession grecque orthodoxe

Juillet 1923

Le traité de Lausanne est signé. Les clauses 39 à 47 de la section intitulée « protection des minorités » institutionnalisent le statut des minorités réciproques en Turquie et en Grèce.

Juin 1930

La convention d’Ankara est signée entre la Grèce et la Turquie pour régler les différends concernant les échangés et les établis.

Septembre 1933

La Grèce et la Turquie signent un traité de non-agression de dix ans.

Février 1934

Pacte balkanique contracté entre la Turquie, la Grèce, la Yougoslavie et la Roumanie.

1941

La Turquie reste en dehors de la Guerre mais les minoritaires non-musulmans sont mobilisés dans des corps militaires spéciaux.

1942

Impôt sur la fortune en Turquie. Étrangers et minoritaires seront imposés beaucoup plus lourdement que les Turcs musulmans.

Février 1947

Traité de Paris. Le Dodécanèse est attribué à la Grèce mais son statut de zone démilitarisée est maintenu.

1945-1949

Guerre civile en Grèce.

Mars 1947

Déclaration de Truman. Aide américaine à la Grèce et à la Turquie.

Septembre 1949

La Turquie devient membre du Conseil de l’Europe.

Juillet 1950

La Turquie et la Grèce envoient des soldats en Corée.

Avril 1951

Signature d’un accord de coopération culturelle.

Février 1952

La Turquie et la Grèce deviennent des membres à part entière de l’OTAN.

Novembre 1952

Victoire électorale en Grèce du maréchal Papagos, vainqueur de l’insurrection

communiste.

Décembre 1952

À l’initiative du roi Paul, construction d’un lycée pour la minorité turque à Komotini.

Son inauguration coïncide avec la visite du président Celâl Bayar. En son honneur, le lycée est appelé Celâl Bayar Lisesi.

Février 1953

Traité d’Ankara entre la Turquie, la Grèce et la Yougoslavie.

Août 1954

La Turquie, la Grèce et la Yougoslavie signent l’accord balkanique pour 20 ans.

Avril 1955

Début de la lutte armée menée par l’Organisation nationale des combattants chypriotes (EOKA), contre les Britanniques.

Août 1955

Conférence à Londres à propos de Chypre. L’Angleterre, la Turquie et la Grèce y participent.

Septembre 1955

Evénements anti-grecs à Istanbul.

Février 1959

Signature des accords de Zurich et de Londres par la Grèce, la Turquie et la Grande-Bretagne faisant de Chypre un État indépendant.

Mai 1960

Coup d’État militaire en Turquie.

Août 1960

La République de Chypre est proclamée. Mgr Makarios en devient le président, Dr. Küçük le vice-président.

Décembre 1962

Les Turcs de Chypre déclarent qu’à partir de 1er janvier 1963, ils se conformeront au principe des municipalités séparées.

Septembre 1963

Mgr Makarios refuse le droit d’opposition de la Turquie en cas de changement de la constitution.

Décembre 1963

Meurtre de deux Turcs à Chypre. Les relations se tendent. Des avions turcs survolent Chypre.

Janvier 1964

Mgr Makarios demande l’annulation des accords de Zurich et de Londres. La Turquie transmet un ultimatum à l’Angleterre et à la Grèce et réclame l’augmentation des forces communes sur l’île. Les États-Unis prennent la décision d’envoyer des soldats à Chypre.

Les Chypriotes grecs refusent de faire de Chypre une question de l’OTAN.

Février 1964

La marine turque se positionne à İskenderun. Giorgios Papandréou est devenu Premier ministre en Grèce.

Mars 1964

Velléités d’intervention militaire turque à Chypre freinées par les Américains. Montée d’un sentiment anti-américain confus.

Décision aux Nations Unies d’envoyer une force multinationale à Chypre. Le problème est internationalisé ce qui affaiblit la position de la Turquie.

La Turquie met en garde Makarios. L’Assemblée nationale autorise le gouvernement à intervenir à Chypre si nécessaire.

Adoption du décret du conseil des ministres turc n° 6-2806 qui bloque le bénéfice des biens des ressortissants grecs en Turquie.

Mai 1964

La Turquie étend la limite de ses eaux territoriales à six miles.

Juin 1964

Le Premier ministre turc İsmet İnönü reçoit une lettre du Président américain Johnson le mettant en garde contre une intervention militaire à Chypre.

Août 1964

Les entrevues de Genève à propos de Chypre s’interrompent. Manifestations anti-grecques et anti-américaines en Turquie.

Octobre 1964

Visite officielle d’Erkin à Moscou, une première depuis 1939. Évolution immédiate des relations russo-turques. Fin de l’isolement diplomatique turc.

Novembre 1964

Accord culturel russo-turc.

Avril 1965

Selon la presse, le Patriarcat aurait fait l’objet d’une perquisition relative à l’affaire de Chypre.

Décembre 1965

La thèse de Makarios sur Chypre est acceptée à l’ONU. Selon cette thèse, Chypre devrait échapper aux interventions étrangères en tant que membre indépendant de l’ONU.

Nouvel isolement de la Turquie.

La Turquie refuse la décision de l’ONU.

Manifestations à Ankara pour une intervention à Chypre.

Janvier 1966

La copie de la lettre du Président Johnson à İnönü est publiée par le quotidien Hürriyet.

La réponse d’İnönü à Johnson est publiée. Le ressentiment anti-américain augmente.

Février 1966

Dégradation des relations gréco-turques. La Turquie rappelle son ambassadeur d’Athènes.

Avril 1967

Coup d’État militaire des colonels en Grèce contre les courants gauchistes.

Septembre 1967

Rencontre entre Demirel et le Premier ministre grec Kollias à Kesan-Alexandroupolis.

Octobre 1967

La Turquie proteste contre la répression que subissent les Turcs de Thrace occidentale.

Novembre 1967

Les soldats grecs chypriotes attaquent deux villages turcs. 23 morts.

Manifestations anti-grecques à Ankara et Istanbul.

Le Président de la République turque, Cevdet Sunay, déclare que la Turquie a décidé d’intervenir à Chypre. Les États-Unis rappellent que les armes de l’OTAN ne pourraient être utilisées. L’intervention n’a finalement pas lieu.

Accord gréco-turc. La Grèce renonce à l’enosis et la Turquie au taksim. Retour à la situation de 1960.

Décembre 1967

La Direction provisoire turque de Chypre (Kıbrıs Geçici Türk Yönetimi) est proclamée.

Protocole gréco-turc sur la culture.

Décembre 1969

La Grèce se retire du Conseil de l’Europe.

Mars 1971

« Memorandum » des militaires en Turquie.

Avril 1971

Rauf Denktaş, leader de la Communauté turque de Chypre, déclare à Ankara qu’au cas où les Grecs insisteraient sur l’enosis il y aurait « double enosis ».

Juillet 1972

Le Patriarche grec-orthodoxe Athénagoras meurt à Istanbul.

Le Métropolite d’Imbros, Dimitri Papadopoulos, devient Patriarche sous le nom de Dimitrios.

Février 1973

En l’absence d’autres candidats, l’Archevêque Makarios est réélu Président de la république à Chypre. Rauf Denktaş est vice-Président.

Juin 1973

Proclamation de la république en Grèce. Le Premier ministre Giorgios Papadopoulos déclare à la radio que la royauté est abolie et qu’il va devenir Président de la république.

Août 1973

Selon les résultats officiels du référendum en Grèce, 4 000 000 de Grecs ont répondu « oui » à la République.

Novembre 1973

Coup d’État militaire en Grèce. L’armée abolit le régime de Papadopoulos. Le général Fedon Gizikis devient Premier ministre.

Mai 1974

Crise en Égée à cause des recherches turques de pétrole.

Juin 1974

La Grèce refuse la proposition de négocier tous les problèmes en une fois.

Juillet 1974

Un coup d’État organisé par Athènes et exécuté par l’EOKA b et la Garde nationale renverse Makarios à Chypre. Nicos Sampson, un partisan de l’enosis, s’autoproclame président de la République chypriote.

Les forces militaires turques interviennent à Chypre. La loi martiale est décrétée dans 14 provinces de Turquie.

Les forces turques gagnent le contrôle du couloir Nicosie-Kyrenie.

Fin de la junte en Grèce. Retour à la démocratie. Konstantin Karamanlis revient de Paris.

La Turquie, la Grèce et la Grande-Bretagne signent un accord de cessez-le-feu.

Août 1974

L’opération de l’armée turque reprend et la frontière actuelle est fixée. Mgr Makarios revient d’exil et Karamanlis, pour apaiser l’opinion, retire la Grèce de l’OTAN.

Septembre 1974

L’embargo américain sur les ventes d’armes à la Turquie est instauré.

Novembre 1974

Résolution 3212 de l’Assemblée générale de l’ONU demandant le retrait des troupes étrangères de Chypre et le retour de tous les réfugiés dans leurs foyers.

Février 1975

L’État fédéré turc de Chypre est proclamé. Rauf Denktaş est le chef de l’État.

Juillet 1976

Tentative d’attentat contre Bülent Ecevit à New York. L’agresseur grec chypriote est arrêté.

Août 1976

Nouvelles tensions gréco-turques à propos de recherches pétrolières en mer Égée.

Août 1977

Mort de Mgr Makarios. Celui-ci est remplacé par Spyros Kiprianou.

Le ministre des Affaires étrangères Çağlayangil déclare que la Grèce viole les traités internationaux en militarisant les îles égéennes.

Mars 1978

Les Premiers ministres grec et turc, MM. Karamanlis et Ecevit, se rencontrent à Montreux.

Pour Ecevit, les causes de la tension sont « en grande partie psychologiques ».

Septembre 1978

Le Président Carter lève formellement l’embargo américain.

Janvier 1979

Les experts grecs et turcs se réunissent à Vienne pour discuter du problème du plateau continental en Égée.

Avril 1979

Les ministres du Tourisme de la Grèce et de la Turquie se rencontrent à Istanbul pour faire

de l’Égée « une mer de paix ».

Juin 1979

La Turquie et la Grèce signent le premier accord sur le tourisme.

Février 1980

La Turquie ouvre unilatéralement la mer Égée à la circulation aérienne.

La Grèce ouvre aussi l’Égée à la circulation aérienne.

Juin 1980

La Turquie rejette la proposition grecque d’étendre l’espace aérien à 10 miles nautiques.

Juillet 1980

Un protocole de coopération gréco-turc dans le domaine du tourisme est signé à Ankara.

Septembre 1980

Coup d’État militaire du chef d’état-major Kenan Evren en Turquie.

Novembre 1980

Réintégration de la Grèce dans l’OTAN.

Janvier 1981

La Grèce adhère à la CEE (10e membre).

Octobre 1981

Victoire du PASOK d’Andréas Papandréou aux élections législatives en Grèce.

Avril 1982

À New York, la Convention sur le droit de la mer est mise aux voix aux Nations-Unies.

Cent trente États (dont la Grèce et la France) l’approuvent, dix-sept (dont l’URSS et la RFA) s’abstiennent, quatre (dont la Turquie et les États-Unis) votent contre.

Octobre 1983

Déclaration d’indépendance de la « République turque du nord de Chypre ».

Mars 1987

En riposte à la décision grecque de procéder à des forages au large de l’île de Thasos, le gouvernement turc annonce la sortie de son bâtiment de recherches en mer Égée. La Grèce met ses forces militaires en état d’alerte.

Avril 1987

Demande officielle d’adhésion de la Turquie à la Communauté européenne.

Août 1987

Visite de Dimitrios en URSS. Il est le premier Patriarche de Constantinople à aller à Moscou depuis quatre siècles.

Janvier 1988

Özal et Papandréou se rencontrent à Davos. Début du rapprochement gréco-turc appelé « l’esprit de Davos ».

Avril 1993

Mort de Turgut Özal. Süleyman Demirel est élu Président de la République en Turquie.

1996

Crise égéenne gréco-turque autour de l’îlot d’Imia / Kardak.

Juillet 1997

Rencontre de Süleyman Demirel et de Kostas Simitis à Madrid. Nouvelle ère de rapprochement.

Décembre 1997

Refus des 15 de considérer la Turquie comme candidate à l’Union européenne. Les relations turco-européennes et turco-grecques se tendent.

Juin 1998

Nouvelle doctrine de défense gréco-chypriote commune.

Février 1999

Arrestation d’Abdullah Öcalan, le chef des rebelles kurdes de Turquie, à la sortie de l’Ambassade grecque à Nairobi (Kenya).

Mai 1999

Nouvelle crise égéenne autour de l’îlot Platia.

Août 1999

Tremblement de terre en Turquie.

Novembre 1999

Tremblement de terre en Grèce. Entraide réciproque.

Décembre 1999

La Turquie est acceptée en tant que candidate officielle à l’Union européenne à Helsinki, la Grèce ayant levé son veto.

Janvier 2000

Le ministre des Affaires étrangères Giorgios Papandréou est à Ankara pour signer une série d’accords bilatéraux avec son homologue turc İsmail Cem.

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr