Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une nouvelle donne dans les relations gréco-turques ?

 | 
Samim Akgönul

Conclusion

Texte intégral

  • 129 Cumhuriyet, 23 septembre 1999.
  • 130 Cumhuriyet, 5 octobre 1999, « KKTC’yi İşgal Tatbikatı Yapıldı » (Les manœuvres de l’invasion de la (...)

1À la lumière des éléments exposés dans ce dossier, il nous faut revenir à notre question initiale.
Assistons-nous actuellement à une nouvelle donne dans les relations gréco-turques ? Pour les deux conflits principaux, à savoir Chypre et la mer Égée, il n’y a, pour le moment, pas de changement ni dans les données ni dans les objectifs affichés. Les accrochages classiques se poursuivent sur ces deux questions. Le rapprochement militaire entre la Grèce et Chypre du sud continue129, se renforce et peut-être légitime la coopération militaire et politique entre la Turquie et Chypre du nord130. Une véritable donne peut être envisagée si, dans ce climat d’apaisement,

  • 131 « Détruisons le dernier mur qui est à Chypre », déclaration de Giorgios Papandréou pendant la confé (...)

2Chypre parvient effectivement à intégrer l’Union européenne, le principal objectif de la diplomatie grecque131. Une telle évolution ne manquera pas d’affecter, positivement ou négativement, l’ensemble des relations gréco- turques.

3Quant aux controverses sur la mer Égée, dans aucune des sous-composantes de ce conflit - plateau continental, eaux territoriales, FIR, démilitarisation des îles égéennes, souve­raineté sur les îlots - il n’y a eu d’avancées notables. Dans ce domaine, une nouvelle donne peut apparaître si la Turquie accepte de soumettre la question à La Haye, ce qui semble pour l’instant improbable.

4Concernant les minorités réciproques, il faut prendre en compte la volonté de rouvrir l’école théologique de Chalki, mais tant que cette réouverture n’est pas effective, il peut à tout moment y avoir un revirement. Il ne faut pas oublier que cette réouverture était déjà à l’ordre du jour en 1996, à l’époque du gouvernement Mesut Yılmaz, mais le projet avait été enterré par la suite. Néanmoins, si cette réouverture se réalise comme prévu, on peut effectivement s’attendre à une nouvelle donne sur la question des minorités. Jusqu’à aujourd’hui, le principe de réciprocité a fonctionné d’une façon néfaste, mais il n’y a aucune raison pour penser qu’un revirement soit impossible. En effet, la Grèce peut répondre par un geste en faveur des Turcs de Thrace, en permettant les élections des muftis par exemple. Les deux minorités seraient alors les grands bénéficiaires de cette ère de rapprochement.

5Concernant la question kurde et le soutien de certains milieux athéniens au PKK, on peut raisonnablement parler d’une nouvelle donne. Le chef de l’organisation ayant été arrêté dans les circonstances déjà mentionnées, Athènes a été obligé de produire un mea culpa et de prendre ses distances avec cette politique occulte. Au cas où la Turquie saisirait cette occasion pour régler les différents problèmes liés à sa population kurde, cette question pourrait ne plus figurer à l’avenir dans l’ordre du jour des relations gréco-turques.

C’est difficile de s’ignorer

C’est difficile de s’ignorer
  • 132 « AB Mutlaka Çağıracak » (l’UE. nous appellera sûrement), déclaration de Bülent Ecevit, Cumhuriyet, (...)

6Et enfin, concernant les relations turco- européennes, on peut émettre d’une façon optimiste l’hypothèse d’une amélioration considérable des relations gréco-turques132. Mais la véritable nouvelle donne interviendra le jour où la Turquie deviendra membre à part entière de l’Union européenne, ce qui ne surviendra certainement pas avant une petite dizaine d’années.

  • 133 Les caricatures se trouvent dans www.mjourney.com/news/comic.html ; il s’agit de deux dessins prése (...)

La solution est pourtant simple133

La solution est pourtant simple133

7À l’instar des relations humaines, les relations entre les États sont en constante évolution. Un statu quo y est difficile à admettre. Même si, à moyen terme, on peut déceler une certaine constance dans les objectifs et les moyens pour y parvenir, à court et à long terme l’observation de ces relations montre des variations spectaculaires. Les changements que l’on constate actuellement dans le cours des relations gréco-turques déboucheront-ils sur une amélioration durable des rapports de voisinage et des liens de parte­nariat ? Il ne fait aucun doute que Turcs et Grecs y gagneraient.

Notes

129 Cumhuriyet, 23 septembre 1999.

130 Cumhuriyet, 5 octobre 1999, « KKTC’yi İşgal Tatbikatı Yapıldı » (Les manœuvres de l’invasion de la République turque de Chypre du Nord a été fait).

131 « Détruisons le dernier mur qui est à Chypre », déclaration de Giorgios Papandréou pendant la conférence de l’ouverture de l’année universitaire de l’Université d’Istanbul, Cumhuriyet, 5 octobre 1999.

132 « AB Mutlaka Çağıracak » (l’UE. nous appellera sûrement), déclaration de Bülent Ecevit, Cumhuriyet, 26 octobre 1999.

133 Les caricatures se trouvent dans www.mjourney.com/news/comic.html ; il s’agit de deux dessins présentés à l’exposition The Greek-Turkish Caricature Pact inaugurée au Parlement européen de Strasbourg le 11 novembre 1996.

Table des illustrations

Titre C’est difficile de s’ignorer
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre La solution est pourtant simple133
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr