Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une nouvelle donne dans les relations gréco-turques ?

 | 
Samim Akgönul

3. Vers une nouvelle donne ?

Texte intégral

1Depuis une petite dizaine d’années, le climat politique est, à nouveau, assez tendu. Le conflit gréco-turc se décline principalement en quatre domaines distincts :

  1. Chypre : de nouvelles données se sont ajoutées à ce conflit : Le changement le plus important réside dans l’européanisation du différend avec la demande de la république de Chypre d’intégrer l’Union européenne. Cette demande est accueil­lie positivement par les membres de l’UE.

    • 56 Cumhuriyet, 19 juin 1998.
    • 57 Cumhuriyet, 27 juin 1998.
    • 58 Comme, par exemple, la possibilité de mettre des têtes nucléaires sur ces missiles, Cumhuriyet, 12 (...)

    Un deuxième changement se situe au niveau sécuritaire. La doctrine de défense commune, mise en place entre Athènes et Nicosie à l’automne 1993 et clairement dirigée contre la Turquie, a provoqué la colère d’Ankara. Première conséquence de cette nouvelle doc­trine : une base aérienne est construite à Paphos (base où sont stationnés les avions grecs des­tinés à la défense de l’île) et Athènes dépêche quatre F-16 à l’aéroport de Baf le 16 juin 199856 ; la Turquie envoie en représailles quatre F-16 en Chypre du Nord57. La tension monte ainsi d’une façon dangereuse. Par ailleurs, toujours en 1996, Chypre décide d’acheter les missiles russes S-300, qui sont en fait des missiles anti-missiles. Le ton monte à Ankara où les scénarios les plus improbables sont produits58. Finalement, Nicosie et Athènes font marche arrière en décidant d’installer ces missiles en Crète, ce qui ne diminue pas les craintes turques.
    Enfin, un dernier changement a marqué l’entrée de la région dans le troisième millénaire. Il s’agit d’un projet américain et onusien de réunir (sans condition préalable) M. Clérides et M. Denktaş, pour des entre­vues marathon qui permettraient d’ac­coucher d’un compromis aux forceps. Après l’échec des tentatives de M. Holbrooke, M. Clinton désirait fortement pouvoir donner une conférence de presse dans les jardins de la Maison Blanche, flanqué de MM. Clérides et Denktaş, pour annoncer un accord face aux caméras du monde et ce, avant la fin de son mandat (janvier 2001). Cette pression n’a cependant guère été appréciée par la Turquie et par M. Denktaş, qui réclamaient avant toute discussion la reconnaissance préalable de Chypre du Nord. 2° La mer Égée : là aussi, une nouvelle conjoncture apparaît dans les années 1990. Aux conflits classiques concernant les eaux territoriales, le plateau continental, la Flight Information Region et la démilitarisation (militarisation) des îles égéennes, s’est ajouté le problème des « zones grises ». Il s’agit de ces régions de la mer Égée, très proches des côtes turques, où se trouvent de minuscules îlots et rochers dont les deux pays se disputent la souveraineté. La crise, en partie superficielle, survenue en 1996 concernant les rochers de Imia / Kardak en est un exemple. Ces îlots qui ne sont pas mentionnés dans les traités internationaux60 sont, selon Ankara, sous la souveraineté turque. La Grèce propose pour régler le conflit de porter le dossier devant le Tribunal international de La Haye, ce que la Turquie, conformément à la ligne qu’elle s’est fixée, refuse.

    • 59 Alors que la candidature de Chypre y a été confirmée.

    Le troisième domaine où les relations gréco-turques ont été tendues dans les années 1990 est l’Europe. La Turquie accuse Athènes de lui barrer la route de l’intégration européenne en mettant son veto à toute tentative de rapprochement turco-européen. Le refus momentané des 15 d’intégrer la Turquie dans la liste des candidats au sommet de Luxembourg (décembre 1997)59 a confirmé selon les responsables turcs l’attitude grecque (et allemande) envers la Turquie. Mais il faut aussi signaler le refus de la Grèce de retirer son veto afin de débloquer les aides européennes « dues » à la Turquie dans le cadre de l’Union douanière. La décision luxembourgeoise a naturellement contribué à distendre les rela­tions turco-européennes.

    • 60 Dans la plaine libanaise de la Bekaa, sous contrôle syrien.

    Last but not least, les relations gréco- turques des dix dernières années se sont crispées sur le problème kurde. La Turquie qui fait la distinction, à juste titre, entre le prob­lème kurde et les actions violentes du PKK, accuse la Grèce de soutenir cette organisation et pire, de former ses militants. Plusieurs faits attisent la colère des responsables turcs : les visites de parlementaires grecs à Abdullah Öcalan en 1994 et 1996 en Syrie ; l’alliance stratégique entre la Grèce et ce pays qui soutenait le PKK et lui offrait des camps d’entraînement60 ; enfin, les activités du camp de réfugiés de Lavrion où, selon les respon­sables turcs, sont formés militairement les militants du PKK. Ces trois faits suffisent aux autorités turques pour croire fermement que la Grèce soutient le PKK. La Grèce de son côté se défend en précisant que le camp de Lavrion est un camp de réfugiés sous contrôle de l’ONU et qu’elle soutient le mouvement kurde unique­ment dans le cadre du respect des droits de l’homme.

2Ces quatre questions ont, ces dernières années, marqué le profil des relations gréco- turques. Avec un incessant flux et reflux, l’une de ces questions passait devant les autres selon les événements et selon l’agenda public, média­tique et politique. Néanmoins, il ne faut pas croire que la détente de l’année 1999 est née du néant.

3Même si les rapports étaient tendus, plusieurs « plates-formes » ont permis un rapprochement disons apolitique. Les initia­tives civiles, industrielles et artistiques n’ont pas été absentes. Le festival annuel de Dikili où se rencontrent les populations des deux côtés de la mer Égée (celle de Dikili et de Lesbos prin­cipalement), les concerts bicommunautaires qui ont eu lieu à Chypre avec la participation des jeunes chanteurs populaires turcs et grecs, les initiatives devenues classiques de deux géants de l’intelligentsia, Mikis Théodorakis et Zülfü Livaneli en sont des exemples. Il faut aussi ajouter à cette liste l’initiative d’hommes d’affaires turcs et grecs sous la direction du richissime hellénophile turc (cela existe), Rahmi Koç. D’autres initiatives, plus calculées, méritent d’être signalées. Le rapprochement effectué entre le « lobby » grec des États-Unis et les milieux liés à Fethullah Gülen, personnalité très contestée, en est un exemple. Se présentant comme le leader d’un islam moderne et modéré à la turque, cet ancien imam de mosquée est actuellement à la tête d’un empire financier (et éducatif via les écoles privées à travers le monde et notamment en Asie centrale). Gülen est l’ami de l’actuel Patriarche orthodoxe de Phanar, Vartholoméos. Il milite avec ses journaux et chaînes télévisées pour un rapprochement gréco-turc, pour la liberté religieuse des orthodoxes et, plus particulière­ment pour la réouverture de l’école théologique de Chalki-Heybeliada. Revendication intéressée : l’ouverture de cette école, selon lui, pourra permettre aux musulmans de fonder des écoles religieuses privées.

4D’autres initiatives plus marginales ont eu lieu, comme celles émanant d’universitaires ou d’étudiants des deux pays. Dans ce domaine, il faut signaler deux actions officielles concernant les livres scolaires. Alors qu’en Turquie une réforme des livres d’histoire est en cours pour y supprimer le « discours de haine » envers les Grecs, en Grèce l’Université d’Athènes travaille actuellement sur un projet européen de préparation de manuels scolaires spéciaux pour les écoles primaires minoritaires en Thrace. À cette liste, il faut ajouter des initia­tives privées d’hommes et de femmes, des deux côtés de la mer Égée, qui animent des forums notamment à travers des sites Internet. Nous avons pu compter une trentaine de sites de ce genre où des projets de rapprochement sont produits. Depuis les deux tremblements de terre, le nombre de ces sites augmente à une vitesse vertigineuse :

  • 61 Cumhuriyet, 8 septembre 1999.

5Cette liste non exhaustive des manifes­tations d’amitié et de coopération gréco- turques (il faudrait y ajouter celles émanant de journalistes ou d’écrivains, etc.) démontrent que le rapprochement gréco-turc de 1999 n’est pas sans fondement populaire. Néanmoins, il faut souligner ici que l’idée commune selon laquelle les peuples des deux pays veulent l’amitié et que leur mésentente est due à la politique politicienne, nous semble simpliste, voire fausse. Toute politique est la traduction en actes des préférences de l’opinion publique, certes orientées mais tout de même existantes. Dire que la Grèce tend actuellement la main à la Turquie parce que l’actuel ministre des Affaires étrangères, Giorgios Papandréou, a une mère américaine et a reçu une éducation occidentale61 relève du simplisme dans la mesure où le climat d’adoucissement actuel est en grande partie dû à l’opinion publique.

6Mais il est vrai que quelques faits politiques ont contribué à préparer le terrain de ce rapprochement.

a) L’arrestation d’Abdullah Öcalan

  • 62 Cumhuriyet, 17 février 1999.
  • 63 Au nom de Lazaros Mavros, Cumhuriyet, 20 février 1999.

7Le fait le plus marquant survenu en 1999 est l’arrestation de l’ennemi public numéro 1 de la Turquie, le chef du PKK, Abdullah Öcalan. La capture, par les services secrets turcs, d’Öcalan, au Kenya, alors qu’il sortait de l’Ambassade grecque62 en possession d’un passeport diplo­matique chypriote63 (sans compter ses deux passages par la Grèce avant d’arriver au Kenya) ont formellement démontré l’implication de certains milieux officiels grecs dans cette affaire. Les gouvernements grecs successifs se défendaient jusque-là de soutenir le PKK, en précisant qu’ils ne soutenaient que les droits du peuple kurde en Turquie. L’arrestation d’Abdullah Öcalan a mis dans un embarras sans précédent le gouvernement grec.

  • 64 « Türk-Yunan dostluğuna baş koydum », Cumhuriyet, 14 juin 1998.
  • 65 Cumhuriyet, 4 octobre 1999.

8La situation de la Grèce était insoutenable, la presse grecque reprochait à l’Assemblée et aux membres du gouvernement Simitis non pas d’avoir soutenu et aidé Abdullah Öcalan, mais d’avoir commis des maladresses inexcu­sables. Les jours suivant l’arrestation, trois ministres du Gouvernement ont été forcés de démissionner. Il s’agissait du ministre de l’Ordre public, Filippos Petsalnikos, du ministre de l’Intérieur, Alekos Papadopoulos, mais surtout du ministre des Affaires étrangères extrêmement critiqué par la Turquie, Théodoros Pangalos. Ce dernier, habitué à tenir un langage fort peu diplomatique, était tenu par les officiels turcs pour responsable principal des tensions entre les deux pays. Il faut signaler que les déclarations de Pangalos à la presse turque et à la presse grecque avaient été remplies de contradictions. En juin 1998, celui qui était considéré comme le chef de file des « faucons » parmi les diplomates grecs déclarait : « je me suis engagé à fond dans l’amitié gréco-turque »64. Son attitude à l’égard du rapprochement gréco-turc de ces derniers mois et à l’égard de son successeur Giorgios Papandréou a confirmé les craintes turques. Tout récemment, il précisait que si le père, Andréas Papandréou, aimait beaucoup la Grèce mais n’était pas un vrai démocrate, son fils, lui, était tout le contraire65.

  • 66 Et ces déclarations accusant, entre autres, la Grèce, Cumhuriyet, 1er juin 1999.
  • 67 Cumhuriyet, 18 juin 1999.

9Quoi qu’il en soit, alors que l’opinion publique turque s’attendait à une tension sans précédent dans les relations bilatérales après l’arrestation d’Öcalan, l’émotion qui a suivi en Turquie a rejeté l’implication grecque au second plan. C’est à partir du mois de mai, avec les déclarations du ministre des Affaires étrangères turc, İsmail Cem, suivies en juin par celles du Premier ministre, Bülent Ecevit, que nous avons été témoins d’une conséquence paradoxale, à savoir, des prémisses d’un rapprochement. Les déclarations qui coïncidaient avec le procès du chef des rebelles kurdes66 appelaient Athènes à venir à la table des discussions et à ouvrir une nouvelle page dans les relations gréco-turques67.

  • 68 Cumhuriyet, 28 mai 1999.

10Ce rapprochement était voulu de tous les côtés et les initiatives de Cem et d’Ecevit étaient très bien réfléchies. La Grèce voulait se débarrasser de son image dégradée après l’arrestation d’Öcalan et désirait briser la résis­tance turque concernant les négociations chypro-européennes ; la Turquie voulait qu’on la laisse régler le cas Öcalan librement mais souhaitait en même temps profiter de cette occasion pour briser la résistance grecque concernant les négociations turco-européennes. De leur côté, les États-Unis voulaient enfin profiter de la situation pour régler les con­tentieux gréco-turcs. L’entrevue entre Madeleine Albright et le nouveau ministre des Affaires étrangères grec Giorgios Papandréou montre à quel point Washington peut se montrer insistant68.

  • 69 Pour ne pas dire la politique étatique grecque.

11Toujours est-il que l’arrestation d’Abdulllah Öcalan, dans des conditions qui prouvent l’implication active de certains milieux athéniens69, semble avoir troublé l’opinion publique grecque et la vision du monde qu’avaient les membres de la vouli.

b) Giorgios Papandréou

  • 70 Cumhuriyet, 13 juin 1998.
  • 71 L’article 19 du code de la nationalité disposait que « si un ressortissant grec d’origine non-grecq (...)

12Les jours suivant cette capture, un autre paramètre vint s’ajouter aux relations bilatérales. Il s’agit du remplacement de Théodoros Pangalos par le dernier de la dynastie Papandréou, Giorgios. Jeune politicien formé à l’américaine, Giorgios Papandréou était déjà connu dans les milieux internationaux pour ses positions occidentalistes et libérales. Jusqu’au mois de février 1999, il avait été le ministre des Affaires européennes du gouvernement Simitis, poste éminemment important aux yeux du Premier ministre. Déjà en 1998, il avait soutenu le projet de suppression de l’article 19 du code de la nationalité70 qui était « la dernière loi discriminatoire de l’Europe »71.

  • 72 Il est né dans le Minnesota aux États-Unis en 1952. Il a fait des études de sociologie aux États-Un (...)

Giorgios Papandréou devant les photos de son grand-père Giorgios Papandréou et de son père Andréas72

Giorgios Papandréou devant les photos de son grand-père Giorgios Papandréou et de son père Andréas72
  • 73 La demande de réunion est venue de Papandréou, Cumhuriyet, 30 juin 1999.
  • 74 Concernant l’île d’Angathonisi, Cumhuriyet, 1er juin 1999 ; concernant un sous-marin grec, Cumhuriy (...)
  • 75 Cumhuriyet, 28 juin 1999. Il faut ici attirer l’attention sur le fait que Papandréou n’a pas déclar (...)

13Ainsi, sa vision humaniste des affaires inter­nationales, conjuguée à une volonté publique et politique, a pu préparer le terrain à un rapprochement bilatéral. Toutes les conditions semblaient être réunies pour que, des deux côtés, une volonté d’apaisement apparaisse. Si l’initiative de relancer les relations bilatérales est venue, au départ, des autorités turques, il faut créditer les autorités grecques des premiers actes. À la suite de l’entrevue des deux ministres des Affaires étrangères à New York73, qui s’est d’ailleurs déroulée autour d’une nou­velle mini-crise égéenne74, le premier pas a été fait par le biais de la « reconnaissance » de la turcité de la minorité de Thrace occidentale75.

  • 76 Cumhuriyet, 28 juillet 1999.
  • 77 Cumhuriyet, 8 juillet 1999.

14D’un autre côté, et c’est peut-être le plus important, à partir de l’initiative de Cem et de Papandréou a été mis en place un cycle de réunions bilatérales d’équipes techniques pour discuter des problèmes dits « secondaires »76. Il faut entendre par cela que les deux délé­gations ne discutent pas des principaux dif­férends bilatéraux, à savoir de Chypre ou de la mer Égée. Mais à y regarder de près, les ques­tions traitées ne sont pas si secondaires que cela. Les accords qui ont vu le jour concernant la coopération dans les domaines de la culture, de l’environnement et du tourisme peuvent à terme devenir les bases d’accords plus poli­tiques. Mais il ne faut pas négliger non plus les pourparlers autour de sujets éminemment politiques comme le terrorisme, le trafic de drogue, les crimes en bande organisée ou encore l’émigration clandestine, sujets qui font partie de l’agenda des diplomates77. Pour l’instant, il est difficile de faire un bilan de ces négociations. Trois cycles de pourparlers ont déjà eu lieu à Ankara et à Athènes, et pour ne pas mettre en danger le déroulement de ces réunions, le sujet le plus polémique, à savoir celui du terrorisme, a été gardé pour la fin.

15Il semble que n’étant pas sûrs des résultats de ces réunions, les leaders politiques ne veulent pas prendre de responsabilités difficiles à gérer. Ainsi, une hiérarchisation à trois niveaux est apparue. Simitis et Ecevit semblent surveiller d’en haut les activités et déclarations de Papandréou et Cem. Bien que plus actifs par le biais de déclarations et de rencontres, les deux ministres délèguent aux diplomates la tâche de se réunir et d’arriver éventuellement à des conclusions susceptibles de préparer des accords décisifs sur les problèmes les plus politiques.

  • 78 Cumhuriyet, 16 mai 1999.
  • 79 Cumhuriyet, 16 mai 1999.
  • 80 Cumhuriyet, 1 juin 1999.
  • 81 Cumhuriyet, 3 juin 1999.
  • 82 Cumhuriyet, 17 juin 1999.
  • 83 Cumhuriyet, 18 juin 1999.
  • 84 To Vima, 21 juin 1999.

16Néanmoins, il faut préciser que les accrochages devenus classiques dans les relations gréco-turques n’ont pas cessé du jour au lendemain. Les six mois qui ont séparé l’arrestation d’Öcalan et les tremblements de terre ont été témoins de plusieurs faits « habituels ». Au mois de mai 1999, une nou­velle crise égéenne est apparue concernant l’île de Platia78. Au même moment, la Turquie tentait d’empêcher l’utilisation militaire de la base de Baf à Chypre par les avions grecs79. Quinze jours plus tard, les autorités grecques donnaient l’autorisation à une association de hisser un drapeau grec de 40 m2 sur un mât de 13 mètres de haut dans l’île d’Angothonisi80. La Turquie a considéré cet acte comme une provo­cation. Avec l’ouverture du procès d’Öcalan, les relations ont de nouveau été tendues81. Durant le même mois de juin, la Turquie a accusé la Grèce d’avoir pénétré dans les eaux territoriales turques82 et la presse turque rapportait des exactions commises contre les Turcs de Thrace occidentale83. De la même manière, Athènes a accusé la Turquie de provocation à cause des célébrations du 25e anniversaire de l’inter­vention turque à Chypre84.

  • 85 To Vima, 29 juin 1999.
  • 86 Cumhuriyet, 29 juin 1999.
  • 87 Cumhuriyet, 28 juin 1999.
  • 88 Cumhuriyet, 17 juillet 1999.

17Au-delà de ces faits, les milieux diploma­tiques turc et grec ont accueilli la nouvelle plate-forme de dialogue avec des sentiments contradictoires, pour ne pas dire avec un certain scepticisme. Alors que la presse grecque radicale reprochait à Papandréou de faire des concessions inutiles à la Turquie85, les diplomates turcs qualifiaient le dialogue de « cosmétique »86, ou pire, de « désespéré »87. La méfiance ne s’arrête pas là. Selon ces mêmes milieux, les efforts de Cem et de Papandréou ne sont que des tactiques différentes pour arriver aux objectifs anciens. C’est-à-dire qu’il n’y a aucun changement d’approche et donc pas de nouvelle donne88.

c) Tremblements de terre : vers un rapprochement populaire

  • 89 À ce jour, plus de 17 000 morts, 40 000 blessés, des centaines de milliers de sans-abri.
  • 90 Sabah, 23 août 1999, Hürriyet, 23 août 1999.
  • 91 Le journal télévisé d’ATV, 22 août 1999.

18Le processus de rapprochement commencé à partir du mois de février 1999 a été principale­ment politique et sans véritable base populaire. Le vrai printemps des relations gréco-turques commence en été. Plus précisément, le 17 août 1999 à 03h07 du matin. Un paramètre non prévu, non-politique et donc qui ne pouvait être pris en compte par avance est apparu à ce moment-là. Il s’agit, du séisme de magnitude 7.4 qui a secoué pendant 45 secondes l’ouest et le sud-ouest de la mer de Marmara. Les images retransmises par les télévisions du monde entier dès les premières heures du tremblement de terre, les chiffres catastrophiques annoncés par les journalistes89 et l’impuissance relative des autorités turques face à cet événement sans précédent ont ému l’ensemble de la planète. La population de la Grèce n’est pas restée insen­sible non plus. Un élan de solidarité jamais vu commence dès la première journée. L’arrivée des secouristes grecs, les campagnes d’aide lancées par les différents organismes en Grèce, une collecte de sang qui atteint des proportions inimaginables touchent de près l’opinion publique turque. Les journaux populaires (po­pulistes) qui, jusque-là, traitaient de tout ce qui touche au Grec avec un certain préjugé et des formules stéréotypées ont du jour au lende­main, et ce au sens propre du terme, changé de ton. Des messages de remerciement en grec90s’étalaient à la une de plusieurs journaux, les chaînes de télévision ont ouvert leurs bulletins avec des déclarations d’amitié en grec91, etc.

  • 92 Les déclarations du ministre de la Santé, Osman Durmuş, Cumhuriyet, 26 août 1999.

19Mis à part quelques voix discordantes concer­nant l’acceptation des aides grecques (et arméniennes)92, l’ensemble de la classe poli­tique turque, les médias et les différentes orga­nisations de la société civile ont manifesté leur gratitude au peuple (et à la classe politique ?) grec(s).

  • 93 Cumhuriyet, 9 septembre 1999.

20Les liens qui se sont manifestés après le tremblement de terre en Turquie se sont renfor­cés suite à celui qui a frappé la banlieue d’Athènes le 8 septembre. Ce dernier, bien que plus faible en intensité, a donné une fois de plus aux Turcs et aux Grecs le sentiment d’avoir la même destinée, d’où l’idée du partage d’une même géographie en tant que paramètre inchangeable dans les relations gréco-turques93.

21Depuis ces deux séismes, des initiatives bilatérales de coopération, d’aide aux victimes mais aussi plus généralement de paix se multi­plient. Celles-ci sont de trois ordres.

1. Initiatives privées :

Gölcük : la Turquie glisse vers la Grèce

Gölcük : la Turquie glisse vers la Grèce
  • 94 Cumhuriyet, 31 août 1999.
  • 95 Cumhuriyet, 1 septembre 1999.
  • 96 Cumhuriyet, 2 septembre 1999.

22Depuis les tremblements de terre, la nature des initiatives privées a été modifiée. Alors qu’au départ il s’agissait principalement de la recherche des victimes enfouies sous les décombres, d’une aide d’urgence, l’euphorie du climat de rapprochement aidant, les initiatives sont devenues plus générales. Elles ont été l’œuvre d’artistes et d’intellectuels, mais aussi de simples regroupements de citoyens, soucieux de ne pas rater cette occasion de paci­fication. Au lendemain du tremblement de terre d’İzmit, plusieurs Grecs lançaient individuelle­ment des appels à la solidarité et pour certains, ils sont venus en personne en Turquie pour les acheminer94. Par ailleurs, la diaspora grecque s’est parallèlement mobilisée95. Une initiative des sportifs grecs a suivi : avec un slogan « Le sport diminue les peines et rapproche les peuples », les champions grecs des jeux olympiques sont venus en Turquie pour apporter les aides grecques96. Dans le même registre, il faut signaler les matchs de basketball et de football organisés entre des équipes turques et grecques en vue de rassembler des fonds.

Athènes : et la Grèce vers la Turquie ?

Athènes : et la Grèce vers la Turquie ?
  • 97 Parmi les lauréats 1999 de ce prix figurent : les Théâtres nationaux d’Athènes et d’Istanbul, l’org (...)
  • 98 Cumhuriyet, 18 octobre 1999. Il faut signaler que l’auteur de Tamama : la fille perdue de Pontus et (...)
  • 99 NTV, 18 octobre 1999. Le concert a réuni 2000 personnes à l’Olympia.

23Les figures incontournables de l’amitié gréco-turque se sont, bien sûr, manifestées aussi. Zülfü Livaneli, Mikis Theodorakis et Maria Farandouri, qui étaient déjà très connus dans ce domaine, ont organisé des concerts tant pour les victimes que pour le rapprochement entre les deux peuples en général. Par ailleurs, les actions des membres du « prix de la paix Abdi İpekçi »97 se sont intensifiées à l’instar de celles de l’écrivain Giorgios Andréadis98. Et finalement les chanteurs turcs et grecs se sont réunis à Paris pour un concert d’aide aux victimes99.

2. Initiatives des organisations de la société civile :

  • 100 Cumhuriyet, 30 août 1999.
  • 101 Cumhuriyet, 9 septembre 1999.
  • 102 Cumhuriyet, 10 septembre 1999. À un journaliste qui faisait remarquer qu’un des rescapés sauvés par (...)

24C’est sans doute là que l’on enregistre les progrès les plus notables. À tous les niveaux de la société, les initiatives se sont multipliées. Logiquement, les premières initiatives sont venues de la part des organismes de secours. Dix heures après le tremblement de terre en Turquie, une équipe grecque de « Médecins sans frontières » était en place et allait opérer pendant 3 mois100. En contrepartie, l’équipe de secours civil turque composée de volontaires, le très médiatisé AKUT, était, elle, en place dès le lendemain du tremblement de terre athénien101. Mais l’action de ces organismes a été limitée dans le temps, même si les journa­listes ont essayé de leur faire dire qu’ils étaient là pour l’amitié gréco-turque102. D’autres organismes ont pris le relais pour des actions d’une envergure plus générale.

25Tout d’abord, il faut mentionner les initia­tives de l’eglise orthodoxe. Tant au niveau local (Istanbul) qu’international, l’eglise orthodoxe s’est montrée très affectée par ce drame. Dès les premiers jours du tremblement de terre, le

  • 103 NTV, 30 août 1999.
  • 104 NTV, 10 octobre 1999.
  • 105 Cumhuriyet, 31 août 1999.

26Patriarche Vartholoméos déclarait qu’il lançait un appel à l’aide dans les paroisses et que le Patriarcat mettait les églises d’istanbul inoccupées au service des sans-abris103. Lorsque Vartholoméos a remis à Bülent Ecevit un chèque d’aide aux victimes, le Premier ministre turc a déclaré qu’il s’agissait d’une aide sentimentalement très importante pour la Turquie104. Dans le même registre, les églises orthodoxes américaine, canadienne et australienne ont lancé des programmes d’aide105. Il faut néanmoins préciser que l’Église de Grèce a été la grande absente de ces activités.

  • 106 Cumhuriyet, 3 septembre 1999.
  • 107 NTV, 9 octobre 1999.

27Ensuite, il faut signaler des initiatives plus générales. La Fédération des Syndicats des Travailleurs du Secteur bancaire (OTOE) est venue en Turquie pour amorcer une coopération avec les syndicats turcs106. Le Conseil gréco-turc des Affaires, fondé sur l’initiative de Rahmi Koç, qui avait été suspendu lors de la crise gréco-turque au lendemain de l’arrestation d’Öcalan, a repris ses activités sous la présidence de l’homme d’affaire turc Şarık Tara107. La première réunion du conseil s’est tenue à Athènes le 12 octobre et on y a débattu du tourisme.

  • 108 Voir les numéros de janvier 1996 de Hürriyet, Sabah, Elefterothypia et Chronos.

28Une autre initiative de coopération et de pacification des relations non négligeable est venue des journalistes. Il est inutile de préciser le rôle, d’habitude néfaste, que jouent les médias dans les relations gréco-turques. Le populisme, le sensationnalisme, la volonté de choquer sont des points communs de la presse populiste écrite et télévisuelle des deux pays. La meilleure démonstration de ce rôle néfaste a été la création de toute pièce de la crise de l’îlot d’Imia/Kardak en 1996 où les deux pays ont failli s’engager dans un conflit armé108.

  • 109 Cumhuriyet, 14 mai 1998.
  • 110 Cumhuriyet, 14 mai 1998.
  • 111 Cumhuriyet, 18 octobre 1999.
  • 112 Haluk Şahin et Nur Batur de Turquie, Alkis Kourkoulas, Panos Kolypanos et Yannis Tzanetakos de Grèc (...)
  • 113 NTV, 19 septembre 1999.
  • 114 Hürriyet, 21 octobre 1999.
  • 115 To Vima, 20 septembre 1999.
  • 116 Elefteros Typos, 20 octobre 1999.
  • 117 To Vima, 22 septembre 1999.
  • 118 Cumhuriyet, 18 juin 1999.

29Bien qu’il soit difficile de prétendre que dans les deux pays la presse libre n’existe pas, concernant les affaires « nationales » les jour­nalistes progouvernementaux, d’opposition et neutres adoptent plus ou moins le même ton et le même langage, à quelques exceptions près. Dans ces conditions, parmi toutes les initiatives de rapprochement, celle des journalistes revêt une importance particulière. Il faut signaler que les efforts des journalistes pour créer un climat d’apaisement autour des affaires bilatérales ne datent pas de cette année. Quelques ponts avaient été jetés les années précédentes. Dans le climat de rapprochement éphémère né après l’entrevue entre Demirel et Simitis à Madrid en juillet 1997, les journalistes des deux pays s’étaient réunis à Paris dans le cadre de l’UNESCO109. Mais, comme à l’accoutumée, les journalistes des deux côtés avaient défendu les positions officielles concernant les intérêts nationaux et s’étaient mutuellement accusés de méconnaissance et d’incompréhension110. À la suite des tremblements de terre, ces initiatives ont repris. Un groupe de travail formé de journalistes grecs et turcs a été fondé et s’est réuni à Athènes le 27 novembre 1999111. Ce groupe formé de six journalistes grecs et turcs va tenter d’apporter des réponses aux escalades médiatiques lors des conflits bilatéraux112. Entre-temps, ces mêmes journalistes se sont réunis à Istanbul et ont proposé une charte journalistique. La couverture de trois événe­ments récents par la presse grecque prouve l’utilité de ces démarches journalistiques. En effet, deux faits divers et un fait politique sont venus entacher le climat d’apaisement de ces derniers temps. Il s’agit de l’attentat à la bombe contre l’école minoritaire de Zografeion113 qui a fait des dégâts matériels, de l’incendie crimi­nel de la maison d’une grecque à Gökçeada où son fils de 4 ans a trouvé la mort114, ainsi que des manœuvres militaires gréco-chypriotes Nikiforos effectuées à Chypre. Dans les trois cas, la presse grecque a opté pour une approche sereine des événements. Elle a très peu fait état du cas de Zografeion115 contrairement à l’usage. Pour ce qui est des maisons brûlées à Gökçeada, les journaux grecs l’ont traité comme il se doit, c’est à dire comme un fait divers (mis à part un journal qui a tenté d’en faire une affaire d’État116). Enfin, et c’est peut-être le plus important, les manœuvres militaires gréco- chypriotes ont été critiquées par la presse sérieuse d’Athènes117. De la même manière, des incidents mineurs survenus en Thrace occi­dentale n’ont pas été montés en épingle comme à l’accoutumée par la presse turque118.

3° Initiatives gouvernementales :

30Toute la question est de savoir si ces initia­tives privées et publiques ont, ou vont avoir, une traduction politique ou pas. Il est difficile de donner une réponse nette à cette question primordiale même si on a, de prime abord, tendance à vouloir répondre positivement. En effet, une « diplomatie sismique » a été mise sur pied depuis les deux tremblements de terre. Les diplomates et les politiciens, ne pouvant ignorer l’élan médiatique et public, semblent faire un effort pour s’écouter à défaut de changer de politique. Il est vrai que ces initia­tives politiques et diplomatiques ont été longtemps considérées comme du verbiage sans conséquences réelles. Les journalistes des deux pays ont constaté le processus de manière plutôt sceptique : il est difficile de changer l’orientation d’une machine aussi lourde que la politique extérieure d’un pays du jour au lendemain. Mais ces changements subtils ne sont pas absents dans la vie politique turque : au lendemain de la lettre de Johnson en 1964, le pays en avait vécu un, réussi. À l’arrivée de Necmettin Erbakan au pouvoir, le gouverne­ment de l’époque avait tenté d’opérer un autre changement d’orientation, sans grand succès. Le changement actuel pourrait fort bien donner des fruits, malgré la présence, de part et d’autre, d’éléments conservateurs.

31Dans le cadre de cette « diplomatie sismique », le ministre des Affaires étrangères grec Giorgios Papandréou et son homologue turc İsmail Cem, ainsi que leurs gardes rapprochées, semblent essayer de convaincre ces milieux toujours tenaces de dépasser le cadre restreint de la coopération humanitaire pour travailler et évoluer sur les problèmes bilatéraux plus généraux.

32Quel est le chemin parcouru depuis les séismes dans ce domaine ? La première consta­tation est l’augmentation spectaculaire des rencontres et échanges. Mis à part les réunions des équipes techniques déjà mentionnées, qui discutent surtout de sujets non-polémiques et dont le troisième tour s’est déroulé au mois d’octobre de l’année dernière, des rencontres plus officielles ont eu lieu. Les déclarations successives des deux ministres démontrent une attitude de confiance mutuelle et une volonté de coopération sincère.

  • 119 Cumhuriyet, 15 décembre 1997.

33Ces rencontres - annonçant indéniablement une période de rapprochement qui, espérons- le, ne sera pas aussi éphémère que les précé­dentes - répondent à une série de volontés offi­cielles et de préoccupations étatiques. Compte tenu de la conjoncture, les deux pays ont besoin de gestes mutuels pour atteindre certains objectifs à court et à moyen termes. Ces gestes peuvent être identifiés. La Turquie a besoin de la Grèce dans ses relations avec l’Union européenne, et la Grèce a besoin de la Turquie pour l’adhésion de Chypre à l’UE. Le veto grec a contribué à empêcher le fonctionnement du Quatrième Protocole financier entre la Turquie et la Communauté européenne depuis 1981, et la Grèce entrave le déblocage des aides et crédits promis à la Turquie dans le cadre de l’accompagnement à l’adhésion à l’Union douanière en décembre 1995. La candi­dature de la Turquie n’a jamais reçu un accueil très chaleureux de la part de certains pays membres des Quinze. La Grèce, mais aussi l’Allemagne et les pays scandinaves, ont émis des réserves à la reconnaissance officielle de cette candidature, parfois ouvertement, parfois en se cachant derrière l’attitude intransigeante d’Athènes. Le refus de cette candidature a pris enfin une forme claire à Luxembourg le 13 décembre 1997, date à laquelle la Turquie n’a pas été retenue dans la liste des candidats à court et moyen terme. La liste contenait les pays de l’Europe de l’Est et Chypre et elle a provoqué la colère du gouvernement de Mesut Yılmaz et de l’opinion publique119. Non seule­ment la Turquie se sentait trahie par ses alliés de l’OTAN qui lui préféraient les pays de l’ancien bloc communiste, mais encore Ankara voyait en la reconnaissance de Chypre comme candidate une violation des traités de Zurich et de Londres. L’isolement de la Turquie sur la scène internationale paraissait alors bien grand. Par ailleurs, Ankara a décidé de faire pression sur Athènes pour que la Grèce interrompe son soutien au PKK.

34D’un autre côté, Athènes sent que le moment est idéal pour obtenir quelques concessions d’Ankara concernant le dossier chypriote et égéen. Obtenir de la Turquie que Rauf Denktaş participe aux négociations d’adhésion chypriote à l’UE et forcer Ankara à accepter l’arbitrage de La Haye dans le conflit égéen semblent être, pour le gouvernement de Costas Simitis, des objectifs désormais raisonnables. L’accélération des échanges au plus haut niveau ne peut être appréhendée sans prendre en compte ces paramètres indispen­sables des relations internationales que sont les « intérêts nationaux ».

  • 120 Cumhuriyet, 1 septembre 1999.
  • 121 Cumhuriyet, 14 septembre 1999, Orhan Birgit « Dostluğun Bedeli Kıbrıs » (Le coût de l’amitié est Ch (...)
  • 122 Elefteros Tipos, 7 septembre 1999.

35Les premiers gestes d’ouverture sont donc venus d’Athènes. L’idée de départ était de contourner les rouages de la commission européenne pour débloquer les aides sans pour autant lever le veto120. La formule recherchée était de se rapprocher de la position turque sans choquer l’opinion publique ni les partis d’opposition. La volonté affichée de Giorgios Papandréou de débloquer les aides écono­miques à la Turquie, conjuguée aux nom­breuses déclarations du ministre concernant le soutien de la Grèce à la candidature de la Turquie, une nouvelle fois examinée au sommet d’Helsinki au mois de décembre 1999, a été en quelque sorte un gage pour les obser­vateurs turcs qui y voyaient une tactique pour arracher l’adhésion chypriote à l’UE121. Suite à la réunion informelle des chefs d’État au début du mois de septembre, Papandréou déclarait : « Nous avons ouvert les portes de l’union à la Turquie »122.

  • 123 Déclaration du maire d’Athènes Dimitri Avromopoulos à La Libre Belgique, 9 septembre 1999.

36Pour une normalisation durable des rela­tions, le rapprochement entre les deux peuples ne suffit donc pas : des « gestes politiques »123sont indispensables. Ces gestes politiques, bien que jamais explicitement énoncés, passent par les relations turco-européennes et chypro-européennes.

  • 124 Né en 1940 à Istanbul. Il a fait ses études secondaires au Robert College, l’école américaine d’Ist (...)

Ismail Cem ministre des Affaires Étrangères turc124

Ismail Cem ministre des Affaires Étrangères turc124
  • 125 Notamment par le Conseil de l’Europe. Pour les livres scolaires grecs voir entre autres, Stathis P. (...)
  • 126 Cumhuriyet, 26 septembre 1999, To Vima, 30 septembre. 1999.
  • 127 Cumhuriyet, 19 octobre 1999, article de Leyla Tavşanoğlu, « Heybeliada Ruhban Okulu Türkiye’nin Önü (...)

37Mais pas seulement : à la suite des initia­tives des ministres des Affaires étrangères, il y a eu des initiatives officielles au moins dans deux autres domaines. La première concerne un sujet qui était à l’ordre du jour depuis très longtemps. Il s’agit de « nettoyer » les livres scolaires turcs et grecs du discours de haine décrié par les observateurs internes et externes125. Une coopération entre les deux ministères de l’Éducation nationale semble s’amorcer126. Le sujet des livres scolaires nous semble être d’une importance capitale. Un deuxième geste politique est encore plus spec­taculaire. Il s’agit de la réouverture de l’école théologique de Chalki dont l’importance pour le Patriarcat et pour la minorité grecque de Turquie est soulignée plus haut. Il semblerait que cette réouverture soit revenue à l’ordre du jour durant la visite du Premier ministre turc Bülent Ecevit aux États-Unis127. Il faut tout de même signaler l’indifférence de l’opinion publique grecque à cette réouverture.

Bülent Ecevit, Premier ministre turc : Faucon ou colombe ?

Bülent Ecevit, Premier ministre turc : Faucon ou colombe ?

38Ces deux gestes - même s’ils paraissent mineurs - peuvent préparer le terrain pour une véritable remise à plat des relations gréco- turques et ce au niveau des gouvernements, des militaires, de la société civile et enfin, le plus important, pour les individus.

Notes

56 Cumhuriyet, 19 juin 1998.

57 Cumhuriyet, 27 juin 1998.

58 Comme, par exemple, la possibilité de mettre des têtes nucléaires sur ces missiles, Cumhuriyet, 12 juillet 1998.

59 Alors que la candidature de Chypre y a été confirmée.

60 Dans la plaine libanaise de la Bekaa, sous contrôle syrien.

61 Cumhuriyet, 8 septembre 1999.

62 Cumhuriyet, 17 février 1999.

63 Au nom de Lazaros Mavros, Cumhuriyet, 20 février 1999.

64 « Türk-Yunan dostluğuna baş koydum », Cumhuriyet, 14 juin 1998.

65 Cumhuriyet, 4 octobre 1999.

66 Et ces déclarations accusant, entre autres, la Grèce, Cumhuriyet, 1er juin 1999.

67 Cumhuriyet, 18 juin 1999.

68 Cumhuriyet, 28 mai 1999.

69 Pour ne pas dire la politique étatique grecque.

70 Cumhuriyet, 13 juin 1998.

71 L’article 19 du code de la nationalité disposait que « si un ressortissant grec d’origine non-grecque quittait le pays sans l’intention de revenir, l’Assemblée grecque avait le droit de décider de le déchoir de sa citoyenneté ». Avec l’application abusive de cette loi, des milliers de Turcs de Thrace occidentale ont perdu leur nationalité pour devenir des Heimatlos. Malheureusement, l’abolition de cette loi n’a pas eu d’effet rétroactif et ceux qui ont été déchus de leur citoyenneté ne peuvent la regagner. Cette abolition a suscité beaucoup de commentaires tant en Grèce qu’en Turquie, ainsi que dans les organisations internationales. Selon l’Union européenne, la Grèce a cédé sous la pression de Bruxelles ; selon le Conseil de l’Europe, la Grèce a changé sa législation pour se mettre en conformité avec les critères de Strasbourg ; selon Ankara, la Grèce a aboli la loi sous sa pression ; enfin, selon Athènes, cette décision n’aurait été dictée par personne.

72 Il est né dans le Minnesota aux États-Unis en 1952. Il a fait des études de sociologie aux États-Unis, en Suède à Stockholm University (1972-1973) et en Angleterre, à la London School of Economics (1975). Il a terminé son master de relations internationales à Harvard. Il a été successivement ministre de l’Éducation nationale et des Affaires religieuses (1988-1989), ministre-adjoint des Affaires étrangères (1993-1994), ministre de l’Éducation nationale et des Affaires religieuses (1994-1996), vice-ministre des Affaires étrangères chargé des Affaires euro­péennes (1996-1999) et ministre des Affaires étrangères depuis février 1999. Il a été député de Patras de 1981 à 1996 et il est député d’Athènes depuis 1996. Il a été honoré du prix de la paix gréco-turc Abdi Ipekçi en juin 1997.

73 La demande de réunion est venue de Papandréou, Cumhuriyet, 30 juin 1999.

74 Concernant l’île d’Angathonisi, Cumhuriyet, 1er juin 1999 ; concernant un sous-marin grec, Cumhuriyet, 17 juin 1999.

75 Cumhuriyet, 28 juin 1999. Il faut ici attirer l’attention sur le fait que Papandréou n’a pas déclaré que toute la minorité était « turque » comme la presse turque l’a laissé entendre. En réalité il n’a fait que reconnaître officiellement que parmi les minoritaires il y avait des Turcs et qu’ils avaient le droit de se dire Turcs (Cumhuriyet, 2 août 1999). Vu sous cet angle, la déclaration du ministre n’est pas révolutionnaire et se situe dans la continuité de la politique minoritaire grecque.

76 Cumhuriyet, 28 juillet 1999.

77 Cumhuriyet, 8 juillet 1999.

78 Cumhuriyet, 16 mai 1999.

79 Cumhuriyet, 16 mai 1999.

80 Cumhuriyet, 1 juin 1999.

81 Cumhuriyet, 3 juin 1999.

82 Cumhuriyet, 17 juin 1999.

83 Cumhuriyet, 18 juin 1999.

84 To Vima, 21 juin 1999.

85 To Vima, 29 juin 1999.

86 Cumhuriyet, 29 juin 1999.

87 Cumhuriyet, 28 juin 1999.

88 Cumhuriyet, 17 juillet 1999.

89 À ce jour, plus de 17 000 morts, 40 000 blessés, des centaines de milliers de sans-abri.

90 Sabah, 23 août 1999, Hürriyet, 23 août 1999.

91 Le journal télévisé d’ATV, 22 août 1999.

92 Les déclarations du ministre de la Santé, Osman Durmuş, Cumhuriyet, 26 août 1999.

93 Cumhuriyet, 9 septembre 1999.

94 Cumhuriyet, 31 août 1999.

95 Cumhuriyet, 1 septembre 1999.

96 Cumhuriyet, 2 septembre 1999.

97 Parmi les lauréats 1999 de ce prix figurent : les Théâtres nationaux d’Athènes et d’Istanbul, l’organisation Winpeace, Yaşar Togo (ambassadeur de Turquie à Athènes), Leyla Tavsanoğlu (journaliste), Kemal Yalçın (écrivain), Yavuz Yıldız et Panayotis Karacinis (présidents des associations des immigrés turcs et grecs à Wessel, Allemagne), Alekos Matiellis (ancien gouverneur de Lesbos), Mete Tunçay (professeur à l’Université Bilgi Istanbul), Panayotis Karafotias (poète), Süleyman Gencel (journaliste).

98 Cumhuriyet, 18 octobre 1999. Il faut signaler que l’auteur de Tamama : la fille perdue de Pontus et lauréat 1993 du prix Abdi İpekçi n’a pas l’autorisation d’entrer en Turquie. C’est sa femme qui est venue apporter les aides aux victimes.

99 NTV, 18 octobre 1999. Le concert a réuni 2000 personnes à l’Olympia.

100 Cumhuriyet, 30 août 1999.

101 Cumhuriyet, 9 septembre 1999.

102 Cumhuriyet, 10 septembre 1999. À un journaliste qui faisait remarquer qu’un des rescapés sauvés par AKUT était un Chypriote grec, le sauveteur a répondu « nous, nous parlons le langage de la vie, la politique est l’affaire des politiciens ».

103 NTV, 30 août 1999.

104 NTV, 10 octobre 1999.

105 Cumhuriyet, 31 août 1999.

106 Cumhuriyet, 3 septembre 1999.

107 NTV, 9 octobre 1999.

108 Voir les numéros de janvier 1996 de Hürriyet, Sabah, Elefterothypia et Chronos.

109 Cumhuriyet, 14 mai 1998.

110 Cumhuriyet, 14 mai 1998.

111 Cumhuriyet, 18 octobre 1999.

112 Haluk Şahin et Nur Batur de Turquie, Alkis Kourkoulas, Panos Kolypanos et Yannis Tzanetakos de Grèce sont déjà désignés.

113 NTV, 19 septembre 1999.

114 Hürriyet, 21 octobre 1999.

115 To Vima, 20 septembre 1999.

116 Elefteros Typos, 20 octobre 1999.

117 To Vima, 22 septembre 1999.

118 Cumhuriyet, 18 juin 1999.

119 Cumhuriyet, 15 décembre 1997.

120 Cumhuriyet, 1 septembre 1999.

121 Cumhuriyet, 14 septembre 1999, Orhan Birgit « Dostluğun Bedeli Kıbrıs » (Le coût de l’amitié est Chypre).

122 Elefteros Tipos, 7 septembre 1999.

123 Déclaration du maire d’Athènes Dimitri Avromopoulos à La Libre Belgique, 9 septembre 1999.

124 Né en 1940 à Istanbul. Il a fait ses études secondaires au Robert College, l’école américaine d’Istanbul, puis des études de droit à l’université de Lausanne (1963). Il est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris en sociologie politique (1981). À partir de 1963, il a travaillé dans plusieurs journaux comme journaliste et comme rédacteur en chef. Il a été président du bureau d’Istanbul du Syndicat des journalistes turcs (1971-1974), puis directeur de la télévision publique turque TRT (1974-1975). Aux élections de 1987 et de 1991, il est élu député d’Istanbul puis de Kayseri. Aux élections de 1995, il représente à nouveau Kayseri. En 1996, il devient membre du Comité de la direction du Parti démocratique de Gauche dirigé par Bülent Ecevit. Il a également siégé à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (1987-1996) où il a été vice-président du groupe socialiste (1993-95). Il a été ministre de la Culture du 50e gouvernement turc (1995) et, depuis le 30 juin 1997 il est ministre des Affaires étrangères.

125 Notamment par le Conseil de l’Europe. Pour les livres scolaires grecs voir entre autres, Stathis P., « Yunan (ve Türk) ders kitaplarında ’Ben’ ve ’Öteki’ İmgeleri » in Tarih Eğitimi ve Tarihte Öteki Sorunu, Istanbul : Tarih Vakfı Yurt Yayınları, 1998, p. 125-133. Pour les livres scolaires turcs, voir entre autres Akgönül, S., « Les Grecs et la Grèce dans les livres scolaires turcs » in Akgönül S. (dir.), Images et perceptions dans les relations gréco-turques, Nancy : Genèse, 1999, pp. 36-46.

126 Cumhuriyet, 26 septembre 1999, To Vima, 30 septembre. 1999.

127 Cumhuriyet, 19 octobre 1999, article de Leyla Tavşanoğlu, « Heybeliada Ruhban Okulu Türkiye’nin Önünü Açar » (l’école théologique de Chalki ouvrira l’horizon de la Turquie).

Table des illustrations

Crédits http://come.to/​thepeace
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Giorgios Papandréou devant les photos de son grand-père Giorgios Papandréou et de son père Andréas72
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Gölcük : la Turquie glisse vers la Grèce
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Athènes : et la Grèce vers la Turquie ?
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/546/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Ismail Cem ministre des Affaires Étrangères turc124
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/546/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Bülent Ecevit, Premier ministre turc : Faucon ou colombe ?
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/546/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr