Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une nouvelle donne dans les relations gréco-turques ?

 | 
Samim Akgönul

2. Les périodes de détente précédentes

Texte intégral

a) Atatürk et Venizélos, rapprochement sincère ?

  • 38 Une série d’accords gréco-turcs est alors signée dans des domaines aussi variés que ceux de la cult (...)
  • 39 Début des mesures contre les minoritaires en Turquie : turquification de la langue (Vatandaş Türkçe (...)
  • 40 Fin de la Guerre civile grecque avec la défaite des forces communistes.
  • 41 Crise gréco-turque grave due à l’envenimement du problème chypriote, expulsion des Grecs de nationa (...)
  • 42 Débordements visant les Grecs d’Istanbul dus à la propagande de presse et climat anti-grec dans l’o (...)

1Si on prend comme point de départ l’année 1923 au moins deux périodes de rapproche­ment - assez longues et régulières pour préten­dre à ce nom - peuvent être observées. La pre­mière est celle instituée par Atatürk et Venizélos eux-mêmes et qui s’étale entre les années 193038 et 194239. La deuxième est celle allant de 194940 à 196441, avec la césure, il est vrai, de l’année 195542.

  • 43 Premier ministre turc en 1999.
  • 44 Ministre des Affaires étrangères grec en 1999.

2Les cinq dates précisées ci-dessus ne sont qu’indicatives car les faits qui leur sont attachés ne peuvent expliquer à eux seuls le renverse­ment des tendances. Ce constat est bien entendu valable pour l’année 1999 aussi. En effet, il s’agit là d’un débat braudélien déjà très ancien entre les ruptures et l’évolution lente dans la science historique. Depuis longtemps, on admet que l’histoire n’est pas faite par les héros au sens dramaturgique du terme. Ainsi, attribuer le bénéfice de la détente aux seuls Atatürk et Venizélos en 1930 ou aux seuls Ecevit43 et Papandréou44 en 1999 relève du non-sens. Même si la corrélation entre l’opinion publique, les pressions médiatiques et l’action politique est difficile à définir, il faut admettre que les faits qui survinrent à ces dates sont les fruits d’une évolution plus lente et plus complexe.

  • 45 Pour plus de détails sur les années 1920 en Grèce voir entre autres : Contogeorgis G., Histoire de (...)
  • 46 La dictature du Général Papagos en juin 1925 suivie du coup d’État militaire de Kondilis en août 19 (...)
  • 47 Pour une vue d’ensemble des accords bilatéraux voir : Soysal I., Türk Dış Politikası İncelemeleri i (...)

3Le premier rapprochement commença avec le retour de Venizélos au pouvoir en 1928. Les premières années qui avaient suivi Lausanne avaient vu une grande instabilité politique en Grèce45. Trois gouvernements s’étaient succédé en 1924, suivis de deux coups d’État militaires46. Malgré l’accord du 1er décembre 1926 concernant les biens des établis47 (ceux qui ont été exclus de l’échange de population de 1923), les relations gréco-turques restaient tendues. Mais le retour du Crétois Venizélos détendit cette atmosphère. Un rapprochement était, en tout état de cause, nécessaire dans la mesure où Venizélos et Atatürk voulaient asseoir leur pouvoir.

4Ce rapprochement n’était pas uniquement dû aux préoccupations internes et bilatérales, la conjoncture internationale poussait aussi les deux pays à une sorte d’entente cordiale. La Grèce craignait les volontés révisionnistes de la Bulgarie et la montée du fascisme italien - l’Italie étant soumise depuis 1922 à Mussolini. De son côté, la Turquie voulait désormais échapper au cercle d’influence de l’Union soviétique de Staline.

5Dans ces conditions, la signature d’une série d’accords était profitable aux deux pays. Nous y trouvons : un traité d’amitié de neutralité et de coopération, un protocole de limitation des forces navales et un accord de résidence, de commerce et de coopération maritime.

  • 48 Er T., Turkish-Greek Friendship, Ankara, p.e., 1986, p. 31.

6Les bonnes relations gréco-turques ne se limitent pas aux conventions et aux accords entre les deux États. Plusieurs manifestations de bonne volonté émanent alors des deux côtés. En 1931, le Premier ministre turc İsmet İnönü se rendit en visite officielle à Athènes ; de l’autre côté, une délégation de trois cents Crétois vint visiter Istanbul. Ce qui est intéres­sant et qui peut nous fournir des indices pour comprendre la psychologie des deux peuples dans les années 1930, c’est l’accueil chaleureux fait à İnönü par les Grecs d’Anatolie échangés, identique à l’accueil fait aux Crétois par les Crétois turcs également échangés48.

  • 49 Pour plus de détails voir : Kitsikis D., Historia ton Hellinikon chronon apo ton e. Venizelo ston Y (...)
  • 50 Pour plus de détails voir : Ahmad F., Ahmad B. T., Türkiye’de Çok Partili Politikanın Açıklamalı Kr (...)

7L’isolement de la Grèce entre deux puissances qui lui sont de plus en plus hostiles, l’Italie et la Bulgarie, accélère ce processus de rapprochement. Déjà en 1929, la Grèce pro­posait une Union balkanique lors du Congrès Universel de la Paix qui s’était réuni à Athènes49. Ce projet se réalise grâce à des initiatives des deux pays. Une première Conférence balkanique se tient à Athènes le 5 octobre 1930 avec la participation de l’Albanie, de la Roumanie, de la Turquie, de la Yougoslavie et de la Grèce. L’expérience est répétée l’année suivante à Istanbul mais se solde par un échec dû au révisionnisme de la Bulgarie50. Le scénario se réédite en 1932, à la Troisième Conférence à Bucarest. Ces efforts ne seront couronnés de succès que le 9 février 1934 à Belgrade avec la signature d’un pacte balkanique. Mais c’est un succès mitigé du fait de l’absence de l’Albanie, subissant de plus en plus l’influence italienne, et de la Bulgarie qui se rapproche de l’Allemagne depuis que le Parti national-socialiste y est au pouvoir. D’ailleurs, c’est à la suite de ce dernier événement, en 1933, que la Turquie et la Grèce se garantissent mutuellement le respect de leurs frontières. Mais avec la faillite économique de l’État, la Grèce replonge dans un climat d’instabilité politique qui se solde par le retour du Roi mais surtout par l’établissement du régime dictatorial du Premier ministre Metaxas. Malgré tout, la dictature n’entrave pas les bonnes relations gréco-turques. La meilleure preuve en est le voyage en Turquie de Metaxas en février 1938 pour présider le Conseil permanent de l’Entente balkanique qui a lieu à Ankara. Pour se rendre en Turquie, Metaxas traverse toute la Thrace occidentale, où il est accueilli très chaleureusement par la communauté turque. Le Premier ministre turc de l’époque, Celal Bayar, se rend en Grèce la même année, en empruntant le même chemin.

8Cette période de bonne entente et de relations cordiales s’arrête avec l’entrée en guerre de la Grèce. La Turquie, on l’a vu, bien que neutre, subissait de plein fouet l’impact économique et idéologique de la guerre. Un climat de suspicion régnait alors à l’égard des minoritaires, et notamment à l’égard des Grecs de Turquie. Mais il est tout de même difficile d’affirmer que les épisodes relatés ci-dessus concernant la mobilisation des minoritaires dans des corps spéciaux et le varlık vergisi survenus durant la Deuxième Guerre mondiale soient le résultat de la seule détérioration des relations bilatérales. Ainsi considérer la date de 1942 comme la fin brutale d’une période de bonne entente gréco-turque serait artificiel. Il s’agit plutôt d’une évolution lente qui ne connaît que rarement des ruptures radicales. Néanmoins, l’analyse de cette période nous donne des indices sur les conditions et les causes d’une détente. Dans ce cas précis, un environnement international hostile aux deux pays, les préoccupations internes ainsi que la volonté, certes calculée, de dirigeants vision­naires ont permis cette détente. Il est vrai que parler d’une pression de l’opinion publique des deux pays en faveur de ce rapprochement serait abusif. Néanmoins, dans la mesure où les premiers bénéficiaires de cette détente étaient les minoritaires des deux pays, on peut suppo­ser que les gouvernements avaient l’appui de leurs bases. Avec le changement de ces paramètres, nous revenons aux relations plus froides et plus éloignées sans pour autant connaître de crises graves.

b) 1951-1964 : États-Unis, acteur incontournable des relations gréco-turques

9De 1942 à 1951, la Turquie observe la Grèce. La défaite des forces communistes ouvre une deuxième période de relations bilatérales apaisées.

10La période qui suivit immédiatement la guerre civile grecque est marquée par une rela­tive stabilité politique des deux côtés, stabilité qui a favorisé ce rapprochement. La popularité des deux régimes facilitait les initiatives de relations cordiales qui, dans d’autres circon­stances, auraient pu attiser le mécontentement des deux opinions publiques. Outre ce climat de relative stabilité politique, il existe d’autres facteurs conjoncturels. En premier lieu, il faut mentionner le rôle des États-Unis qui voyaient en la Turquie et en la Grèce les meilleurs bastions en Méditerranée orientale contre le stalinisme. La volonté d’adhérer à l’OTAN poussait les deux capitales à œuvrer ensemble pour prouver à Washington qu’elles étaient indispensables et efficaces en Égée contre l’URSS. La meilleure preuve de cette coopération militaire fut la participation à la Guerre de Corée. Les deux pays sont intégrés officiellement à l’Alliance atlantique le 15 février 1952. D’un autre côté, en Grèce, les séquelles de la guerre civile sont encore très présentes et la peur du communisme bulgare se fait de plus en plus ressentir. Dans ces conditions, la coopération avec la Turquie lui semble indispensable.

  • 51 Alexandris, op.cit., p. 234.

11D’autres raisons sont parallèlement avancées. Un changement radical dans la poli­tique grecque concernant Chypre s’est opéré avec le gouvernement du Maréchal Papagos qui a officiellement porté la question devant l’ONU. De l’autre côté, les inquiétudes de la Turquie, dues au transfert de la souveraineté du Dodécanèse de l’Italie à la Grèce lors du traité de Paris de 1947, s’étaient atténuées avec la décision de démilitariser les douze îles51.

12Ainsi, toutes les conditions se trouvaient réunies pour un rapprochement politique, militaire et culturel. Le 26 avril 1952, une délégation turque présidée par le Premier ministre Adnan Menderes, et dans laquelle figuraient le ministre des Affaires étrangères Fuat Köprülü et le chef d’état-major des armées Şükrü Kanatlı, arrive à Athènes pour une visite officielle. Le Premier ministre grec Sophocles Vénizelos, lui, était venu à Ankara en février. Le but de ces rencontres était de décider de la nature de la coopération militaire après l’intégration dans l’OTAN.

  • 52 Pour la description des manifestations de joie pendant la visite du Roi Paul et de la Reine Frederi (...)
  • 53 Cet accord défensif conduira à la signature du Pacte de Bled le 9 août 1954. Mais dès l’année suiva (...)

13L’échange diplomatique le plus significatif de cette période a certainement été la visite du Roi Paul et de la Reine Frederika en Turquie en juin 1952. Le Roi Paul était le premier souverain grec à fouler le sol turc. De surcroît, c’était le premier voyage officiel à l’étranger du Roi depuis son accession au trône52. En octobre 1952, le Président turc Celal Bayar vient à Athènes en train, en traversant toute la Thrace occidentale. Ces négociations de l’hiver 1952­1953 vont déboucher, en février 1953, sur un accord défensif signé à Ankara entre la Grèce et la Turquie mais aussi la Yougoslavie53.

14Outre ces rapprochements politiques et militaires, une coopération est également visible dans le domaine culturel. Après de multiples négociations, un accord de coopération culturelle est signé à Ankara le 12 mai 1952, c’est à dire à la veille de la visite du Roi Paul et de la Reine Frederika en Turquie.

15Cette période de bonnes relations est entachée par les événements de 1955. Comme nous l’avons expliqué plus haut, les événe­ments anti-grecs du 6/7 septembre 1955 sont le fruit de facteurs multiples : actions politiques et médiatiques se conjuguent pour déboucher sur les débordements de cette nuit. La leçon à tirer de ces événements est importante. Premièrement, il faut comprendre que la détente commencée en 1951 est le fruit des intérêts individuels de chaque pays à court terme et non pas d’une volonté de normali­sation et de pacification sincère. Dès que les intérêts immédiats, selon les critères des dirigeants, changent, l’attitude à l’égard de tout ce qui est grec change. Par ailleurs, les événe­ments du 6/7 septembre démontrent que sans caution authentique de l’opinion publique, la bonne entente bilatérale n’est jamais durable. Les gouvernants ne peuvent assurer la conti­nuité du climat de confiance sans acquérir l’approbation de l’opinion publique. C’est un travail de longue haleine, passant par l’éducation scolaire et universitaire, par l’ad­hésion des médias aux idées amicales et sincères, sans tomber dans des mélancolies sentimentales ponctuelles.

16En revanche, considérer les événements du 6/7 septembre 1955 comme une rupture de la période de rapprochement serait une erreur. Cette rupture est plus lente et plus progressive, due exclusivement, semble-t-il, au problème chypriote. Le règlement provisoire de cette affaire avec la création, en 1960, de la Répub­lique de Chypre accorde quelques années supplémentaires de répit à la détente gréco- turque.

17La vraie rupture, s’il y a lieu d’utiliser le terme, se situe en 1964, avec l’expulsion des Grecs (de nationalité hellénique) d’Istanbul sous le prétexte de pressions exercées par Makarios sur les Turcs de Chypre. Le principe de réciprocité intervient dans toute sa perver­sité dans cet épisode et les relations gréco- turques entrent alors dans une phase de tension quasi permanente.

18Cette période de tension voit apparaître de nouveaux contentieux techniques mais aussi politiques et psychologiques. En tête de ces contentieux bilatéraux on peut faire état des problèmes liés à la souveraineté étatique en général, dans la mer Égée en particulier. Paradoxalement, deux événements nuancent ces tensions. Deux événements qui sont dus à l’intervention des États-Unis dans la politique intérieure des deux pays. Il s’agit d’une part de la prise du pouvoir par les colonels grecs en 1967, contre les dérives communistes supposées du pouvoir athénien, et d’autre part, en Turquie, de la mise sous tutelle du pouvoir civil par les militaires en 1971, toujours contre les forces progressistes.

  • 54 idem, p. 292.

19Les deux pouvoirs militaires amorcent un rapprochement à la suite d’une autre crise chypriote, en 1967, alors que Süleyman Demirel est chef du gouvernement. Le souci principal des Colonels était de sortir de leur isolement international. Ainsi, le régime militaire accepte volontiers la proposition turque d’organiser une conférence à la frontière gréco-turque, en Thrace, plus précisément à Kesan-Alexandroupolis. Cette conférence, qui eut lieu les 9 et 10 septembre 1967, fut considérée comme un désastre diplomatique pour le ministre des Affaires étrangères Oikonomou-Gouras et le Colonel Papadopoulos qui étaient les chefs de la délégation grecque. Des concessions furent accordées non seule­ment sur le problème de Chypre mais aussi sur d’autres problèmes bilatéraux, comme les minorités et le patriarcat. Suite à ces concessions, Ankara semble décidé à reprendre les relations diplomatiques avec Athènes. Ainsi, le 20 janvier 1968, la Turquie devient le deuxième pays à reconnaître officiellement le régime militaire en Grèce54 après le Congo- Kinshasa !

20Le besoin de régler en urgence les problèmes bilatéraux, la volonté de profiter de la situation politique fragile de la Grèce pour arracher des concessions, et peut-être l’existence d’une tradition de pouvoir militaire en Turquie, avaient préparé Ankara à reconnaître la junte en Grèce. La conséquence première de cette reconnaissance fut les accords de 1968 qui concernaient directement les deux minorités.

21Les premières négociations eurent lieu à Athènes en mars 1968 entre John Tzounis, chef du département « Turquie » au ministère des Affaires étrangères grec et Adnan Bulak, directeur général du département des affaires chypriotes et grecques au ministère des Affaires étrangères turc. Les négociations se pour­suivirent à Ankara au mois d’avril et à Vienne en mai. La décision prise durant ces négo­ciations de former une commission mixte déjà prévue par les accords de 1951, fut approuvée à Londres le 27 juillet par les ministres des Affaires étrangères des deux pays, Panayotis Pipinelis et İhsan Sabri Çağlayangil. La commission mixte se réunit à Ankara (21 octobre-9 novembre) et à Athènes (10-20 décembre) et s’acheva par un accord culturel concernant l’éducation des deux minorités.

22En revanche, l’année 1974 porta un coup sévère au processus de rapprochement. La tentative échouée de coup d’État à Chypre, la double intervention de l’armée turque dans l’île et la chute du régime des colonels en Grèce mais aussi l’instabilité politique en Turquie éloignent toute perspective de normalisation des relations gréco-turques. De surcroît, les années 1970 voient s’ajouter au différend gréco- turc les problèmes liés à la mer Égée.

c) 1988 : Davos ou l’économie peut-elle régler tous les problèmes ?

  • 55 Après avoir fait accepter une nouvelle constitution qui les plaçait comme tuteurs de la vie politiq (...)

23Pour une nouvelle période de détente, il faut attendre l’année 1988. Depuis 1982, la scène politique turque était dominée par une figure emblématique : Turgut Özal. Ingénieur de formation, passé à l’école du libéralisme aux États-Unis, Özal était l’un des hauts bureau­crates les plus brillants avant le coup d’État militaire de 1980. Sa personnalité, qui incarnait la synthèse turco-islamique moderne, et son engagement libéral, l’ont amené à occuper des postes importants sous le régime militaire. Naturellement, lorsque les militaires ont décidé de se retirer de la scène politique55, ils ont soutenu Özal, les hommes politiques turcs « classiques » étant écartés de la vie publique. Ainsi, c’est lui et sa vision du monde qui ont dominé la scène publique de 1982 jusqu’à sa mort en avril 1993.

24En bon libéral convaincu, Turgut Özal avait une vision nouvelle des relations gréco-turques. Une véritable nouvelle donne était apparue dans ces relations depuis la chute du régime des colonels en Grèce. La modernisation de la vie politique et le règlement démocratique des problèmes sociaux avait rapproché Athènes des standards occidentaux. Ce rapprochement avait donné des fruits concrets. En 1981, non seule­ment la Grèce avait réintégré l’OTAN sans d’ailleurs que la Turquie, alors sous pouvoir militaire, ne s’y oppose, mais en plus elle intégrait la Communauté Économique Européenne alors que la Turquie n’était pas membre mais souhaitait l’être. Dans ces nouvelles conditions, Turgut Özal croyait fer­mement qu’un rapprochement économique allait non seulement suffire à régler les prob­lèmes politiques, techniques et psychologiques mais aussi lui ouvrir les portes de l’Europe avec l’appui de la Grèce.

25C’est ainsi que commence ce que tout au long du début des années 1990, la presse turque et grecque a appelé « l’esprit de Davos ». La ville suisse avait été la scène d’une rencontre historique les 30 et 31 janvier 1988. En marge d’une conférence internationale, MM. Andréas Papandréou et Turgut Özal se sont rencontrés au lendemain d’une manifestation importante des Turcs de Thrace réclamant plus de droits. De cette rencontre est née une période de détente éphémère bien que non dépourvue de conséquences pratiques. Plusieurs rencontres bilatérales ont préparé le terrain à des mesures importantes. Parmi elles, il faut mentionner la visite du ministre des Affaires étrangères turc, Mesut Yılmaz, à Athènes, du 24 au 27 mai 1988, et celle du Premier ministre Turgut Özal du 13 au 16 juin 1988. Une série d’initiatives, alors considérées comme de simples gestes mais qui se sont avérées très importantes par la suite, ont été prises par le gouvernement turc. On peut tout d’abord signaler la création d’un « groupe parlementaire d’amitié gréco-turc » à l’initiative d’un proche collaborateur d’Özal, Bülent Akarcalı, député d’Istanbul depuis 1983. Néanmoins, il faut avouer que ce groupe, toujours présent à l’Assemblée parle­mentaire turque, n’a pas eu une activité intense, peut-être parce que son pendant n’a toujours pas été créé en Grèce.

26Mais les deux mesures les plus spectacu­laires ont été d’une part l’abolition de l’exigence de visa par la Turquie pour les ressortissants grecs et d’autre part, l’abolition du décret de 1964 bloquant les biens des Grecs d’Istanbul de nationalité grecque expulsés à cette date. Ces deux mesures constituaient surtout un geste en direction des citoyens grecs qui avaient dû quitter la Turquie mais ne réglaient en rien les problèmes politiques bilatéraux sclérosés comme Chypre ou la mer Égée. Cette démarche a, cependant, momentanément créé un climat d’apaisement et de confiance entre les deux peuples. Les bénéficiaires de ces mesures ont été les citoyens grecs ayant un lien avec la Turquie, c’est-à-dire soit les Grecs de Turquie vivant en Grèce et dotés de la nationalité grecque, soit les membres de la minorité musulmane de Grèce, citoyens grecs mais turcophones pour la plupart.

27Malheureusement l’instabilité politique qui suivit la mort d’Özal, les crises égéennes successives mais surtout la montée du ter­rorisme en Turquie avec le PKK et le soutien supposé de la Grèce à cette organisation font que progressivement l’esprit de Davos s’est étiolé pour laisser la place à une autre période de relations tendues.

Notes

38 Une série d’accords gréco-turcs est alors signée dans des domaines aussi variés que ceux de la culture ou de la libre résidence des ressortissants des deux pays.

39 Début des mesures contre les minoritaires en Turquie : turquification de la langue (Vatandaş Türkçe Konuş, « citoyen ! parle en turc »), de l’économie (Impôt sur la fortune) et méfiance envers les minoritaires (mobilisation de minoritaires de vingt classes d’âge).

40 Fin de la Guerre civile grecque avec la défaite des forces communistes.

41 Crise gréco-turque grave due à l’envenimement du problème chypriote, expulsion des Grecs de nationalité hellénique de Turquie.

42 Débordements visant les Grecs d’Istanbul dus à la propagande de presse et climat anti-grec dans l’opinion publique, tout étant lié aux affaires chypriotes.

43 Premier ministre turc en 1999.

44 Ministre des Affaires étrangères grec en 1999.

45 Pour plus de détails sur les années 1920 en Grèce voir entre autres : Contogeorgis G., Histoire de la Grèce, Paris : Hatier, 1992 ; Herzfeld M., Ours Once More : Folklore, Ideology, and the Making of Modern Greece, New York : Pella, 1986 ; Svoronos N., Histoire de la Grèce moderne, Paris : PUF, 1972 ; Tsoukalas K., La Grèce de l’indépendance aux colonels, Paris : Maspéro, 1970 ; Vacalopoulos A., Histoire de la Grèce moderne, Paris : Editions Horvath, 1975 ; Woodhouse C. M., The Story of Modern Greece, Londres : Faber, 1966.

46 La dictature du Général Papagos en juin 1925 suivie du coup d’État militaire de Kondilis en août 1926.

47 Pour une vue d’ensemble des accords bilatéraux voir : Soysal I., Türk Dış Politikası İncelemeleri için Kılavuz (1919-1993), İstanbul : Eren, 1993.

48 Er T., Turkish-Greek Friendship, Ankara, p.e., 1986, p. 31.

49 Pour plus de détails voir : Kitsikis D., Historia ton Hellinikon chronon apo ton e. Venizelo ston Y. Papadopoulo (1928-1973), Athènes : Vivliopoleion tes Hestias, 1981.

50 Pour plus de détails voir : Ahmad F., Ahmad B. T., Türkiye’de Çok Partili Politikanın Açıklamalı Kronolojisi 1945-1971, Ankara : Bilgi, 1976.

51 Alexandris, op.cit., p. 234.

52 Pour la description des manifestations de joie pendant la visite du Roi Paul et de la Reine Frederika en Turquie voir Benlisoy S. « İkinci Dünya Savaşı Sonrasında Türk Yunan Yakınlaşması. Kral ve Kraliçenin Türkiye Ziyareti » in Toplumsal Tarih, 81, 2000, pp. 12-21.

53 Cet accord défensif conduira à la signature du Pacte de Bled le 9 août 1954. Mais dès l’année suivante, de nouvelles tensions apparaissent entre la Grèce et la Turquie et, en mai, Moscou se rapproche de Belgrade et par conséquent le traité perd de sa valeur. En 1975, le traité n’est pas renouvelé entre la Grèce et la Turquie. Ceci n’est pas surprenant, vu les rapports gréco-turcs après l’intervention armée d’Ankara à Chypre.

54 idem, p. 292.

55 Après avoir fait accepter une nouvelle constitution qui les plaçait comme tuteurs de la vie politique par le biais du Milli Güvenlik Kurulu (Conseil de sécurité nationale).

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr