Chronologie

Bertrand Buchwalter
1991

30 août

Déclaration d’indépendance de la République d’Azerbaïdjan.

31 août

Déclaration d’indépendance des Républiques d’Ouzbékistan et du Kirghizistan.

9 sep.

Déclaration d’indépendance de la République du Tadjikistan.

16 déc.

Déclaration d’indépendance de la République du Kazakhstan (Nursultan Nazarbaev élu à la présidence le 1er décembre).

19 déc.

Signature du Traité fondateur de la Communauté des États Indépendants (C.E.I.) à Alma- Ata (Almaty). 11 républiques ex-soviétiques y adhèrent. L’Azerbaïdjan reste à l’écart.

29 déc.

Islam Karimov est réélu à la présidence en Ouzbékistan.

nov. 1991- jan. 1992

Visites successives des présidents des républiques d’Asie centrale et d’Azerbaïdjan à Ankara.

1992

janvier

Création de la TIKA (Türk İşbirliği ve Kalkınma Ajansı, Agence Turque de Coopération et de Développement).

février

Visite de Hikmet Çetin, ministre des Affaires étrangères turc, en Asie centrale.

Le sommet de Téhéran ranime l’Organisation de la Coopération Économique (O.C.E.) créée en 1985 par la Turquie, l’Iran et le Pakistan. Adhésion des républiques centre-asiatiques.

27 avril-4 mai

Visite de Süleyman Demirel (alors PM) en Asie centrale (sauf Tadjikistan) et en Azerbaïdjan. Présence d’Alparslan Türkeş dans la délégation turque. Début des programmes de la chaîne turque Avrasya.

mai

Signature à Tachkent du Traité de sécurité collective de la C.E.I.

Le président tadjik Rakhmon Nabiev accepte de former un gouvernement de coalition avec les islamo-démocrates mais la guerre civile éclate entre communistes soutenus par Moscou et islamistes. En fait, tout le monde s’accorde pour dire que le conflit oppose plutôt deux clans régionaux, Garmis (sud et est du pays) contre Koulabis.

10 mai

Sommet à Achkhabad des républiques centre-asiatiques. Présence de Demirel et de Rafsandjani. Le sommet est le théâtre de la rivalité entre la Turquie et l’Iran, qui se pose en médiateur dans le conflit du Tadjikistan.

4 juin

Aboulfaz Elchibey est élu président de la République d’Azerbaïdjan.

25 juin

Lancement officiel de la Zone de Coopération Économique de la Mer Noire à Istanbul, forum qui réunit les pays riverains de la Mer Noire ainsi que l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

30-31 octobre

1er sommet de la turcophonie à Ankara.

décembre

Prise de pouvoir d’Emomali Rakhmonov au Tadjikistan. Il sera élu président en novembre 1994.

hiver

Hiver très rude en Arménie. Ankara accepte d’ouvrir ses frontières avec l’Arménie pour laisser passer l’aide humanitaire jusqu’à Erevan. Incompréhension à Bakou.

1993

mars

Tournée centre-asiatique du chef d’État-major des armées turques, Doğan Güreş.

avril

Tournée de dix jours du président Özal dans les pays d’Asie centrale et en Azerbaïdjan. Affaibli par une cohabitation forcée avec le DYP de Demirel, Özal donne des gages au lobby dit des « néo-ottomans » en déclarant, à propos du Karabagh, qu’il aimerait que « la Turquie montre les dents ». Demirel relativise immédiatement ses propos.

Mort de Turgut Özal.

juin

Sur fond de défaites au Karabagh, Aboulfaz Elchibey est démis de ses fonctions par un coup d’État qui met au pouvoir l’ancien dirigeant de l’Azerbaïdjan soviétique, Heydar Aliev. Espérant une attitude plus neutre de la Russie, Aliev se rapproche de Moscou et adhère à la C.E.I. Certaines décisions de son prédécesseur favorables à la Turquie (accord pétrolier) sont remises en cause.

juillet

Deuxième sommet d’une O.C.E. élargie à Istanbul. L’Azerbaïdjan n’est représenté qu’au niveau ministériel.

Violents combats au Karabagh. Les Arméniens concrétisent un peu plus leur avantage.

septembre

Visite de Tansu Çiller (PM) à Moscou. Elle tient des propos apaisants sur les ambitions de la Turquie dans l’ex-orbe soviétique.

28-29 décembre

Visite du ministre des Affaires étrangères azéri, Hasan Hasanov, à Ankara qui marque le début de la normalisation des relations entre la Turquie et l’Azerbaïdjan.

1994

8-11 février

Visite du président Demirel à Bakou. Accompagné d’une importante délégation, Demirel assure que la Turquie continuera à soutenir les positions de l’Azerbaïdjan dans les organisations internationales. De retour de Bruxelles où il a adhéré au Partenariat pour la Paix, Aliev se rend, à son tour, à Ankara en mai.

mai

Visite de Demirel en Ukraine et en Moldavie. Soucieux de souligner le rôle modérateur de la Turquie, il invite les Tatars de Crimée à « agir avec prudence ». À Kichinev, il décrit les Gagaouzes comme un pont entre la Moldavie et la Turquie. À peu près au même moment, Moscou se plaint ouvertement des contacts entre officiels turcs et tchétchènes.

juillet

Visite du président turkmène, Saparmurat Niazov, à Ankara.

Entrée en vigueur, après la collision sur le Bosphore, en mars, entre un tanker grec et un cargo chypriote, de nouvelles réglementations plus strictes sur le transit par les détroits, nouvel épisode de la rivalité entre Moscou et Ankara au sujet des pipelines.

été

Après la visite de Karimov à Ankara en juin, 1ère crise dans les relations turco-ouzbèkes à propos de la présence, à Istanbul, de Mohammed Solih, dirigeant du parti d’opposition Erk. Tous les étudiants ouzbeks ainsi que l’ambassadeur à Ankara sont rappelés à Tachkent. Le nouvel ambassadeur ouzbek arrivera à Ankara à la veille du deuxième sommet de la turcophonie.

septembre

Signature à Bakou du « contrat du siècle ». Un consortium mené par British Petroleum et la compagnie norvégienne Statoil accepte d’investir 8 milliards de $ sur trente ans pour développer l’exploitation de trois champs pétroliers off-shore (Azeri, Chirag et Guneşli).

octobre

Visite officielle du président Demirel à Achkhabad à l’occasion du 3e anniversaire de l’indépendance du Turkménistan.

2e sommet de la turcophonie à Istanbul le 19 octobre. Sommet extraordinaire de la CEI dans la foulée.

novembre

Démission de Mümtaz Söysal, ministre des Affaires étrangères turc, nommé en juillet. Partisan d’une diplomatie « ayant du caractère », il avait révisé les principes traditionnels de la politique extérieure turque et durci le ton à l’égard de Bruxelles.

1995

28 février

Le Parlement ouzbek (Olii Majlis) vote la prolongation du mandat présidentiel d’Islam Karimov jusqu’en 2000.

mars

Tentative de coup d’État contre Heydar Aliev. Certains observateurs suggèrent que les services secrets turcs (MIT) auraient prêté la main aux organisateurs, au nombre desquels on compte, d’ailleurs, un citoyen turc, le Pr. Ferman Demirkol, conseiller d’Aliev.

En visite à Bakou, en avril 1995, Tansu Çiller adresse des excuses à l’Azerbaïdjan, imputant l’événement à un « groupe d’extrême-droite difficilement contrôlable ». Elle nie toutefois la participation d’officiels turcs.

mai

Visite officielle de trois jours du président Demirel en Ouzbékistan. Les échanges commer­ciaux ouzbéko-turcs ont atteint un niveau de 280 millions de $ en 1995.

12-14 juin

Visite de Demirel au Kazakhstan. Le président turc se rend dans la ville de Turkestan pour y visiter le mausolée Ahmet Yesevi [La Turquie a engagé 20 millions de $ pour sa restaura­tion] et pour y poser les bases de l’université turco-kazakhe. En 1994, les investissements turcs au Kazakhstan se sont élevés à 164 millions de $ (30 millions de $ seulement en 1992).

juillet

Visite du PM turc Tansu Çiller en Ouzbékistan et en Azerbaïdjan. Ankara accorde un prêt de 100 millions de $ à l’Ouzbékistan.

août

Visite de cinq jours de Tansu Çiller et du ministre de l’Énergie turc en Asie centrale (Turkménistan, Kazakhstan, Kirghizistan). Le ministre des Affaires étrangères iranien, Ali Akbar Velayati, avait fait une tournée similaire le mois précédent.

28 août

3ème sommet de la Turcophonie à Bichkek (Kirghizistan). Karimov déclare que l’Ouzbékis­tan ne participera plus à ces sommets s’ils « continuent à être trop politisés ».

27 septembre

Demirel reçoit Georgi Tabunshchik, le dirigeant de la région autonome moldave gagaouze. Demirel l’assure du soutien de la Turquie mais souligne que « la consolidation de l’autonomie gagaouze doit se faire pacifiquement ».

novembre

La fondation Diyanet Vakfı annonce qu’elle ouvrira des antennes dans les républiques cen­tre-asiatiques [Indépendante du Département des Affaires Religieuses turc (Diyanet), la Diyanet Vakfı soutient néanmoins son action].

1996

janvier

Des citoyens turcs d’origine caucasienne (dont Mohammed Tokcan, un citoyen d’origine abkhaze qui s’est battu aux côtés de Bassaev en Abkhazie et en Tchétchénie), détournent le ferry turc Avrasya pour médiatiser le sort des Tchétchènes et autres nord-caucasiens : ils menacent de faire sauter le bateau si les Russes n’arrêtent pas leur assaut sur Pervomaïsk. Courant de sympathie dans une partie non négligeable de l’opinion turque pour la cause tchétchène.

avril

En visite à Bakou, le PM Mesut Yılmaz rencontre des réfugiés meshkètes qui réclament l’aide de la Turquie pour être réinstallés dans les régions méridionales de Géorgie dont ils ont été déportés en 1944.

28 mai

Le quotidien Cumhuriyet révèle les dessous du projet de restauration du mausolée Ahmet Yesevi à Turkestan : six mois après la fin prévue du chantier (septembre 1994), ce dernier n’était avancé qu’à hauteur de 20 %. Une étude adressée au PM rapporte de nombreuses irrégularités et indique qu’au moins 2 millions de $ auraient été détournés.

28 juin

Après la démission de Mesut Yılmaz, le Refah Partisi et le DYP de Tansu Çiller forment un gouvernement de coalition. Necmettin Erbakan devient PM.

août

Les cendres d’Enver pacha, mort en août 1922, sont rapatriées à Istanbul.

6 août

En visite privée à Ankara, le député arménien Telman Ter-Petrossian (frère du président arménien, Levon Ter-Petrossian) invite la Turquie à rouvrir sa frontière avec l’Arménie. La frontière est restée fermée depuis fin 1992.

22-23 octobre

4e sommet de la turcophonie à Tachkent, en marge des célébrations officielles du 660e anniversaire de la naissance de Tamerlan.

18 novembre

Visite de Saparmurat Niazov à Ankara. Selon le président turkmène, le montant des investissements turcs dans son pays a atteint 1,5 milliard de $.

15-17 décembre

Visite de Demirel au Kazakhstan. Inauguration de chantiers conduits par des entreprises turques.

1997

4 avril

Mort du leader du MHP, Alparslan Türkeş, à l’âge de 80 ans. Plaidant dès 1991-1992 pour la création d’une communauté des États türk dirigée par un Haut-Conseil, Türkeş a organisé, en Turquie, pas moins de cinq conférences des peuples türk sous le patronage de la Fondation de Coopération, de Fraternité et d’Amitié des États et Communautés Türk (TUDEV). En plus de délégations venant de Chypre, du Caucase et d’Asie centrale, ces réunions à coloration panturquiste auxquelles assistaient régulièrement les personnalités du gouvernement turc, rassemblent des représentants venus du Tatarstan, de Yakoutie ou du Bachkortostan.

mai

La Turquie livre au Turkménistan 3 millions de manuels scolaires imprimés en caractères latins.

9 mai

S’adressant devant le Parlement turc, le président Heydar Aliev reproche à la Turquie de ne pas assez soutenir financièrement l’Azerbaïdjan. Aliev se plaint que l’EximBank demande à l’Azerbaïdjan de payer des intérêts relatifs à un emprunt 70 millions de $ contracté par son prédécesseur. Invitant Ankara à ne pas développer ses échanges avec Erevan, le président azerbaïdjanais s’est, par ailleurs, déclaré convaincu de l’implication de responsables politiques turcs dans la tentative de coup d’État du 17 mars 1995.

18 juin

Démission de Necmettin Erbakan après 11 mois passés à la tête du gouvernement turc. Plus intéressé par le monde islamique proprement dit que par l’Asie centrale, Erbakan a préféré faire des visites (très controversées) en Libye et en Iran. Necmettin Erbakan a, en revanche, entretenu des contacts assez étroits avec la Tchétchénie de Maskhadov.

27 juin

Signature d’un accord de paix au Tadjikistan entre l’opposition et le pouvoir. Les islamistes obtiennent un tiers des postes gouvernementaux.

mi-juillet

Visite officielle de Demirel au Kirghizistan.

8 septembre

En visite à Bakou, Ismail Cem, ministre des Affaires étrangères turc, souligne que les deux pays « sont dépendants l’un l’autre en matière de sécurité ». Moscou et Erevan avaient signé un accord de rapprochement militaire le 29 août.

18-19 septembre

Visite du PM Mesut Yılmaz au Kazakhstan. Il est notamment question, lors des entretiens, de la construction d’un pipeline qui relierait le champ pétrolier de Tengiz à la Turquie via la Transcaucasie.

sept.-octobre

Crispation des relations entre Moscou et Ankara à propos de la vente par la Russie de missiles S-300 à Chypre.

30 octobre

S’exprimant à l’occasion du 77e anniversaire de la reconquête de la ville de Kars par les troupes kémalistes, Demirel souligne que la Turquie n’ouvrira pas sa frontière avec l’Arménie tant que le conflit du Karabagh ne sera pas réglé.

18 novembre

Visite d’Islam Karimov à Ankara. Avant son départ, Karimov a demandé à la Turquie d’expulser Mohammed Solih, leader du parti d’opposition ouzbek Erk (Liberté).

1998

mars

Mohammed Solih est invité par les autorités turques à quitter le territoire : Ankara fait un geste en direction de Tachkent alors que le PM turc, Mesut Yılmaz s’apprête à faire une visite en Ouzbékistan. Solih serait désormais à Bucarest.

9 juin

5e sommet de la turcophonie à Astana (nouvelle capitale du Kazakhstan).

11 octobre

Heydar Aliev est réélu président en Azerbaïdjan avec 76,11 % des voix.

29 octobre

Déclaration dite d’Ankara dans laquelle les présidents ouzbek, kazakh, géorgien, azerbaïdjanais et turc soulignent leur préférence pour le projet de pipeline pétrolier Bakou- Tbilissi-Ceyhan.

13 nov.

Inauguration par Süleyman Demirel de l’université turco-kirghize Manas.

décembre

Assassinat de quatre officiers à Namangan (Ouzbékistan) dans la vallée de Ferghana. Tachkent réagit en lançant des opérations de « ratissage » contre des foyers islamistes.

1999

janvier

Nursultan Nazarbaev est réélu à la présidence du Kazakhstan.

18 janvier

La Turquie, par l’intermédiaire de la banque nationale Eximbank (Export-Import Bank), accepte un rééchelonnement d’une partie de la dettekirghize (75 millions de $).

24 janvier

Vefa Guluzade, principal conseiller du président Aliev, demande l’entrée de l’armée turque au Haut-Karabagh et propose le transfert en Azerbaïdjan de la base américaine d’Incirlik. Ankara déclare ne pas prendre au sérieux les déclarations de Guluzade, Aliev dément. Guluzade démissionnera en octobre de la même année.

16 février

Série d’explosions à Tachkent qui font 16 morts et plus de 100 blessés. Reprise en main, par Karimov, de l’opposition toutes tendances confondues. Nouvelle crispation des relations ouzbéko-turques à partir du mois d’avril-mai.

16 mars

Süleyman Demirel inaugure l’usine automobile ouzbéko-turque Samkochavto à Samarkand. Construite par le groupe turc Koç pour 65 millions de $, elle produira 5 000 véhicules par an [L’usine coréenne Daewoo, ouverte en 1996, à Andijan a une capacité de production de 200 000 véhicules par an]. Demirel assure, lors de l’inauguration, que les « ennemis de Karimov sont [ses] ennemis » et que Mohammed Solih ne se trouve pas en Turquie. Il déclare, par ailleurs, que les investissements turcs en Ouzbékistan depuis 1991 ont atteint 1 milliard de $ et qu’il existe près de 400 joint-ventures ouzbéko-turques.

25 avril

L’Ouzbékistan rejoint l’organisation régionale GUAM (qui devient GUUAM : Géorgie, Ukraine, Ouzbékistan, Azerbaïdjan, Moldavie).

4 août

Des heurts opposent forces gouvernementales et islamistes dans la région de Batken (Kirghizistan). L’aventure se solde par une prise d’otages et par le versement, au bout de quelques mois, d’une forte rançon.

novembre

Sommet de l’OSCE à Istanbul. Signature, sous patronage américain, d’accords sur la réalisation du pipeline pétrolier Bakou-Tbilissi-Ceyhan. Contrairement à ce que les obser­vateurs attendaient, aucun progrès n’est enregistré sur la question du règlement du conflit du Haut-Karabagh [La prise d’assaut du Parlement arménien, à la fin du mois d’octobre, venait de coûter la vie au PM Vazguen Sarkissian et au président de l’Assemblée, Karen Demirtchian, tous deux associés au sein de la coalition Miasnoution].

décembre

La visite de Vladimir Poutine (alors PM) en Ouzbékistan consacre le rapprochement entre Tachkent et Moscou. Un traité de coopération militaire est signé.

2000

9 janvier

Islam Karimov est réélu président avec 91,9 % des voix. Son rival, Abdulhafiz Djalalov, qui n’a obtenu que 4,17 % des voix déclare avoir voté, lui aussi, pour Karimov. L’OSCE avait refusé de déployer des observateurs, arguant que les conditions d’un « authentique choix » n’étaient pas réunies.

fin mars

Visite de Demirel au Turkménistan, notamment pour tenter d’infléchir Saparmurat Niazov, sceptique sur la faisabilité du projet de pipeline gazier transcaspien.

8-9 avril

6e sommet de la turcophonie à Bakou. Absences remarquées des présidents ouzbek et turkmène.

mai

Élection de Ahmet Necdet Sezer à la présidence de la République de Turquie.

29-30 mai

Visite de Ismail Cem, ministre turc des Affaires étrangères, à Bakou.

11-12 juillet

Visite de deux jours d’Ahmet Necdet Sezer à Bakou. Le nouveau président turc est accompagné d’une importante délégation, dont font partie Cumhur Ersümer, ministre de l’Énergie et Ismail Cem.

août

Nouveaux affrontements entre islamistes et forces gouvernementales dans les régions de Batken (Kirghizistan) et du Surkhandarya (Ouzbékistan).

septembre

Visite du ministre de l’Intérieur turc, Sadettin Tantan, en Oubékistan. Ankara propose à Tackhent son aide dans la lutte contre le terrorisme. Les présidents Sezer et Karimov s’étaient entretenus quelques jours auparavant en marge du sommet du millénaire organisé à New York par les Nations Unies.

Auteur

Bertrand Buchwalter