Version classiqueVersion mobile

La mégapole d’Istanbul 1960-2000

 | 
Jean-François Pérouse

Désorientaliser l’approche d’Istanbul, au risque du désenchantement : à la recherche du « paradigme perdu »...

Texte intégral

1Partons d’un simple constat d’évidence : l’Istanbul contemporain (notre objet d’étude privilégié) demeure étonnamment méconnu, tant en ce qui concerne ses limites mouvantes, ses populations, qu’en ce qui concerne ses diverses modalités d’extension ou de transformation interne. L’Istanbul actuel -cette méga­pole encore « en mouvement perpétuel », mal délimitée, que l’on peut survoler dans toute son immensité quand on tente d’atterrir à Istanbul alors que l’aéroport de Yeşilköy est saturé- sem­ble ne pas intéresser les « communautés scien­tifiques ». Elle n’intéresse pas non plus le « grand public », ni, apparemment, les chercheurs en sciences sociales. Le « grand public » préfère manifestement la Constantinople antique, byzantine, voire l’Istanbul ou la Konstantiniyye ottomane. Pour s’en rendre compte, il suffit de suivre les productions éditoriales ou les pro­grammes de recherche ayant trait à Istanbul, en Turquie comme en Europe occidentale ; ou de considérer les titres des conférences concernant Istanbul qui peuvent être données çà et là. Quand on évoque Istanbul, c’est avant tout à travers son passé. « Parlez-nous des sultans, de leur harem ou des janissaires, mais pas des cités-satellites qui poussent comme des champignons et concourent à durablement transformer la réalité d’Istanbul » ; telle semble être la demande dominante implicite ou non. On pourrait même dire que l’Istanbul turc est un objet d’étude foncièrement négligé, voire tout à fait relégué. Pourtant, comme le dit joli­ment Şirin Tekeli (1996), Istanbul est bien pour nous « le paradigme perdu permettant de comprendre la société turque ».

2Cette cécité pourrait être interprétée comme un refus -tout empreint de passéisme nostal­gique ou de mauvaise conscience- de « voir les choses en face », pour parler trivialement. Pourtant, la recherche à prétentions scien­tifiques se devrait de résister à ces molles et érudites inclinations, pour aider à saisir et affronter le contemporain, en dépit de ses abords difficiles. Une des raisons de cet aveuglement (ou de cette façon très biaisée d’aborder Istanbul) réside sans doute dans le fait qu’Istanbul est devenu une destination touris­tique majeure pour les Européens et ne peut pas, de ce fait, être approchée sous un angle désenchanteur et banalisant. On y vient chercher, goûter, savourer -nourri de lectures convenues qui prédisposent à la consommation exclusives de turqueries dépaysantes : P. Loti, C. Farrère ou d’autres... - de l’Orient, des harems, du narghilé, des moustaches et des noirs çarşaf (les tchadors, version turque). Et on ne veut pas voir ce qui rappellerait trop la tri­vialité des lieux de provenance. Il y a plus grave : les « académiciens » turcs, à de notables exceptions près, semblent d’une certaine façon avoir intégré ce point de vue, plus confortable, et plus monnayable aussi. Ce que dit E. Saïd, dans son désormais classique Orientalism, sur l’orientalisation pernicieuse de la recherche « indigène » dans les pays arabes, par adoption du point de vue du maître, pourrait s’appliquer dans une certaine mesure à la situation des études urbaines en Turquie.

3Il résulte des remarques qui précèdent que l’élaboration d’une bibliographie consignant les principaux ouvrages et articles consacrés à l’Istanbul contemporain, en langues française, anglaise, italienne ou allemande, n’est pas une tâche démesurée, compte tenu de la paucité des références, très étonnante pour une métropole de cette envergure. À cet égard, il suffirait de comparer Istanbul avec Le Caire, autre « monstre » urbain du bassin oriental de la Méditerranée, mais beaucoup plus étudié. L’inclination de la recherche urbaine occiden­tale pour les grands organismes urbains n’a donc paradoxalement pas joué en faveur de la capitale économique et culturelle turque. Ainsi, la plupart des publications qui traitent de l’Istanbul actuel n’évoque-t-elle que l’hyper-centre -cœur de la fréquentation touristique et de l’ancienne présence économico-diplomati­que européennes-, qui représente cependant moins de 5 % de la superficie actuellement urbanisée (environ 4500 km2), et moins de 10 % de la population totale de la mégapole ; ou se répand-elle en stéréotypes exaltant un Istanbul prétendument « intangible », figé dans une image fallacieuse et sécurisante.comme si Istanbul ne pouvait encore être abordé que sous l’angle réducteur d’un orientalisme passéiste, minoritariste (judéo-chrétien) et monumentaliste. Donc si, à la limite, on consent à parler de l’Istanbul contemporain, c’est pour évoquer les travesti(e)s (Middle East Report, 1998), les femmes voilées, les enfants de la rue ou les violences urbaines : toujours cette recherche d’exotisme, qui empoisonne et biaise les études stambouliotes. L’entrée littéraire est cependant davantage prisée, comme plusieurs publications intéressantes et récentes le prouvent (Critique, sept. 1992, Méditerranéennes n° 12, Cahiers de ï’exotisme-1998, et Istanbul rêvé, Istanbul réel, 1998).

4Dans ce contexte, nous plaidons pour une recherche urbaine enfin affranchie des tabous des histoires officielles, des lamentations nostalgiques et des exigences-marketing de l’économie touristique turque. En effet, s’il est bien vu de s’intéresser au passé d’Istanbul -dans le sens d’une valorisation et d’une exalta­tion de l’exception stambouliote-, il est plus délicat d’affronter la face jugée moins glorieuse d’Istanbul. Les recherches habituelles sur Istanbul sélectionnent à outrance et donc occultent : elles aiment les figures mortes et les monuments vides, et pestent contre l’Istanbul d’aujourd’hui, défiguré et peuplé de soi-disant rustres. L’Istanbul d’aujourd’hui est donc un objet non assumé par la recherche, refoulé, comme en attente...

5C’est pourquoi nous pourrions aussi inti­tuler cette nouvelle Lettre d’Information de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) « Désorientaliser Istanbul », tant, à notre avis, l’approche dominante (en Europe surtout) de la métropole turque -qui reste, en termes quanti­tatifs très limitée- souffre d’a priori qui sont autant de filtres déformants, de biais et d’ob­stacles à une analyse sereine, féconde et opéra­tionnelle. Il est donc temps, au-delà de tous les tenaces clichés orientalistes et de toutes les ten­tations nostalgiques, d’étudier Istanbul pour ce qu’il est, sans se voiler la face ni se bercer d’illusions. En effet, n’en déplaise aux traqueurs de pittoresque, Istanbul est avant tout une grosse métropole, aux logiques de développe­ment et de fonctionnement et aux paysages dominants à la vérité bien peu pittoresques. Un travail préalable de table rase est donc nécessaire pour se débarrasser de ces impensés encombrants.

La nécessité de faire le point, avant toute chose

6À partir de ce constat, l’attitude la plus fréquente consiste à poser l’approche du contemporain comme impossible et à fuir dans l’évocation du passé (souvent sélectivement considéré), dans un culturalisme émotionnel, ou dans des généralités d’esquive, parfois à ambitions théorisantes... Si l’on refuse ce genre de démission, un premier (et humble) travail s’impose d’urgence : arpenter la mégapole (megakent), l’observer sans trop d’a priori et sans tenir compte des discours, bornages et sta­tistiques officiels ou convenus, pour tenter d’en prendre la mesure concrète et complexe, y mul­tiplier les itinéraires, les entretiens, les photos ou films. C’est ce que s’emploie à faire l’OUI, en fonction de ses moyens, depuis sa fondation fin 1988.

7Ceci dit, il faut aussi tenir compte de ce qui est a déjà été fait, en Turquie, sans fanfare et parfois dans les marges. C’est pourquoi en tant qu’OUI, nous devons nous efforcer de faire con­naître les travaux universitaires turcs et les études faites par des institutions, associations et fondations diverses. Cette Lettre, donc, en faisant connaître des travaux turcs ou plus rarement « européens » (au sens étroit), par trop négligés, devrait contribuer à initier une approche plus réaliste d’Istanbul, au risque du désenchantement.

8L’ambition de cette Lettre d’Information rénovée, première « Lettre » de la nouvelle équipe responsable de l’OUI, est donc simple et utilitaire. Il s’agit de faire le point sur la biblio­graphie concernant Istanbul depuis le début des années 1960. En effet, des études existent, en langues française, allemande, anglaise et turque bien sûr, qui méritent d’être mieux connues et parfois prolongées. Mais pour les prolonger et pour s’en nourrir, encore faudrait- il les connaître et les faire connaître. Il nous semble de notre devoir, en tant qu’OUI, de tra­vailler à une meilleure diffusion et circulation de ces travaux, de façon à ce que les études à venir sur Istanbul puissent se développer en pleine connaissance de cause. Une des missions de l’OUI, en effet, est notamment d’œuvrer, dans la mesure de ses moyens, à une meilleure diffusion et valorisation des travaux de nos collègues turcs, que la recherche « européenne » ne saurait négliger sans dom­mage. Il y a donc une grosse lacune à combler, une dette à reconnaître.

Explications préalables

9Pourquoi avoir choisi la date de 1960 ? La date renvoie à la fois à la date de parution des travaux cités et à l’époque décrite et analysée dans ces travaux. Par conséquent, des études récentes consacrées à l’Istanbul ottomane ne seront pas ici mentionnées, pas plus que des études relatives à Byzance ou Constantinople. Chaque chose en son temps. Cette sélection pourra paraître drastique : elle procède avant tout d’une prudence d’ordre pratique. En outre, 1960 marque un tournant pour Istanbul : sa croissance démographique reprend avec vigueur, sous le coup des migrations, et l’agglomération commence à prendre une dimension métropolitaine, tout en sortant, morphologiquement, de certaines de ses limites traditionnelles.

10La bibliographie proposée ici n’a évidem­ment pas la prétention d’être exhaustive. Elle est un premier pas et sera rapidement suivie, nous l’espérons, de bibliographies plus spécia­lisées et complètes. Nous comptons par la suite faire paraître des bibliographies thématiques.

11À chaque fois que nous avons pu le faire, nous nous sommes employé à indiquer si l’ouv­rage ou la revue était à l’IFEA (par la mention « IFEA »). Une liste non exactement datée des ouvrages du fonds de l’Observatoire Urbain à la bibliothèque existe -faite par L. Ammour il y a plusieurs années- : elle doit être complétée en intégrant les acquisitions réalisées depuis environ 1995. Mais elle est en l’état déjà con­sultable.

12Quand nous savions où se trouve l’ouvrage ou la revue, par ailleurs, nous avons aussi indiqué sa localisation et ses références entre parenthèses, encore une fois par souci d’ordre pratique. De plus, nous avons indiqué à la fin de la bibliographie une sélection de plusieurs « lieux-ressources » stambouliotes où les cher­cheurs pourront se rendre avec profit. Enfin, encore par souci de commodité, il nous a paru préférable de fournir une bibliographie ordon­née en plusieurs « rubriques », discutables dans leur définition et délimitation, mais correspon­dant à des types d’approche, qui, sans s’exclure les uns les autres, peuvent être raisonnable­ment (et provisoirement) distingués.

Abréviations utilisées :
Başk. : Başkanlık (Direction)
IFEA : Bibliothèque de l’IFEA (fondsObservatoire Urbain)
BÜ : Boğaziçi Üniversitesi
DİE : Devlet İstatistik Enstitüsü
DPT : Devlet Planlama Teşkilâtı
DTO : Deniz Ticaret Odası (Chambre de Commerce Maritime)
Fak. : Fakülte
İBB : İstanbul Büyükşehir Belediyesi (Mairie Métropolitaine d’Istanbul).
İSO : İstanbul Sanayi Odası
İTO : İstanbul Ticaret Odası (Chambre de Commerce d’Istanbul).
İTÜ : İstanbul Teknik Üniversitesi İÜ  : İstanbul Üniversitesi
MSÜ : Mimar Sinan Üniversitesi
MÜ : Marmara Üniversitesi
Müd. : Müdürlüğü
OUI : Salle de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (IFEA, 1er étage)
s.d. : sans date
T.C. : Türkiye Cumhuriyeti (République de Turquie)
TKBİ : Toplu Konut Başkanlığı İdaresi : Administration de la Direction du Logement Social
TMMOB : Türk Mimar ve Mühendis Odaları Birliği
Yay. : Yayınevi (éditions)

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search