Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Albanais à Istanbul

 | 
Gilles de Rapper

Conclusion

Texte intégral

1La présence albanaise en Turquie ne con­stitue pas une minorité nationale et ne cherche pas à être reconnue comme telle. L’origine albanaise est cependant considérée par ceux qui la partagent comme un dénominateur com­mun sur la base duquel ils peuvent revendiquer une place particulière à la fois dans l’histoire et dans la société turque. Le cas des Albanais d’Istanbul est en ce sens révélateur : nombreux et conscients de leur origine commune sinon d’une identité nationale commune, ils ne for­ment pourtant pas un groupe homogène et ne parviennent pas à s’organiser en tant que communauté unique, pas plus qu’ils ne cherchent à jouer un rôle politique en tant que tels dans le cadre de l’État turc.

2La recomposition politique dans les Balkans et la crise du Kosovo en particulier peuvent cependant favoriser l’émergence de sentiments nationalistes plus affirmés et renforcer les liens existant aujourd’hui encore entre les Albanais d’Istanbul et leurs pays d’origine. On peut pour­tant se demander si un tel sentiment nationa­liste pourra se maintenir parmi les individus des seconde et troisième générations. L’évolution politique des différentes com­munautés albanaises des Balkans, de même que le développement des relations commer­ciales entre ces communautés et les Albanais d’Istanbul, seront déterminantes.

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access