Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Albanais à Istanbul

 | 
Gilles de Rapper

3. Les Albanais de Turquie et la question albanaise dans les Balkans

Texte intégral

3.1. - Présentation de la question albanaise

1On appelle question albanaise l’ensemble des problèmes liés à la présence de fortes com­munautés albanaises à l’extérieur des frontières de l’Albanie, quels que soient leur statut dans les pays où elles vivent et les relations qu’elles entretiennent avec l’Albanie. La question albanaise se pose dès l’indépendance de l’Albanie, avec la création de frontières qui sont à quelques détails près les frontières actuelles. Elle se pose à nouveau à la fin de la première guerre mondiale, lorsqu’il s’agit d’attribuer l’Épire du nord et le Kosovo. Elle apparaît encore pendant la seconde guerre mondiale, lorsque les occupations italienne et allemande permettent la création d’une « Grande Albanie », constituée de l’Albanie et d’une partie du Kosovo et de la Macédoine. De 1948 à 1990, en raison de la situation géopolitique de l’Albanie, elle ne se pose que d’une manière limitée, dans le seul cadre de la Yougoslavie. Les années 1990 voient le retour de la question albanaise et son internationalisation, avec la montée de la contestation albanaise au Kosovo face au nou­veau régime yougoslave, la fin du communisme en Albanie et le développement d’une forte émigration vers l’Italie et la Grèce, et l’indépen­dance de la Macédoine, au sein de laquelle la population albanaise (entre un quart et un tiers de la population totale) conteste son statut de minorité nationale.

2La diaspora albanaise a toujours joué un rôle de premier plan dans le cadre de la question nationale, qu’il s’agisse des Albanais de Turquie et de Roumanie au début du vingtième siècle, à l’époque de l’indépendance, de ceux des États-Unis pendant l’entre-deux-guerres ou, plus récemment, de ceux de Suisse et d’Allemagne en liaison avec le Kosovo. La dia­spora sert alors, selon les cas, de relais vers l’opinion publique internationale, de soutien financier, et peut fournir à l’occasion des per­sonnalités politiques, tel Fan Noli dans l’entre-deux-guerres, originaire d’un village de Thrace (Ibriktepe) et émigré aux États-Unis avant de fonder l’Église orthodoxe autocéphale albanaise et d’entrer dans le gouvernement albanais.

3Pour des raisons qui tiennent autant à la si­tuation en Albanie et en Yougoslavie qu’aux conditions de l’activité politique en Turquie, les Albanais de Turquie n’ont pas eu de rôle politique prépondérant de la fin des années 1950 jusqu’aux années 1990. La chute du com­munisme en Albanie et l’exacerbation des ten­sions au Kosovo et en Macédoine sont alors l’occasion d’un retour de la question albanaise au sein de la diaspora albanaise de Turquie.

3.2. - L’impact de la crise du Kosovo

4Les premières manifestations de la préoccu­pation des Albanais de Turquie pour les événe­ments du Kosovo apparaissent au milieu des années 1990. L’association des Kosovars, aux objectifs explicitement politiques, est fondée en 1994, et l’ouverture d’un Bureau de repré­sentation de la République du Kosovo a lieu en octobre 1996, l’activité du représentant ayant commencé dès 1993. Il assure le relais entre la diaspora et les milieux politiques proches de la Ligue démocratique du Kosovo (LDK) d’Ibrahim Rugova. L’association des Kosovars semble au contraire représenter une mouvance plus critique envers la LDK.

5Avec l’éclatement du conflit entre les Albanais du Kosovo et les forces serbes, à la fin du mois de février 1998, une première vague de réfugiés kosovars arrive en Turquie. Ils sont estimés à 3000 par la Représentation de la République du Kosovo et repartent la même année vers le Kosovo. Certains d’entre eux reviennent l’année suivante, marquée par la guerre menée par l’OTAN contre la Yougoslavie. Ils sont alors entre 15 000 et 20 000 personnes. Leur accueil s’est d’abord fait dans les familles albanaises originaires du Kosovo et de Macé­doine, en attendant que des camps soient prêts à les recevoir. Certaines familles plus aisées ont ouvert les portes de leurs résidences secon­daires. La plupart d’entre eux sont retournés au Kosovo dès la fin des hostilités et l’occupation du territoire par les forces des Nations Unies, au début de l’été 1999. Comme ce fut le cas dans d’autres pays d’accueil, ces retours se sont faits de manière spontanée et rapide, sans organisation. Sur place, les réfugiés ont reçu une assistance médicale, de la nourriture et des cartes de téléphone, afin de pouvoir garder le contact avec le reste de la famille, resté au Kosovo ou dispersé dans d’autres pays d’accueil. Les membres de la diaspora ont pu servir de relais entre les familles que l’exode avait séparées, tel A., qui a établi dès le début de la guerre la liste de toute sa parenté, avec le lieu de résidence et numéro de téléphone, afin de se tenir au courant du sort de chacun.

6Des collectes d’argent ont également été organisées, mais avec un résultat mitigé.

« L’arrivée des Kosovars a été précédée par celle des Bosniaques, au début des années 1990, explique-t-on à la Représentation de la République du Kosovo. À cette époque, les gens ont donné beaucoup d’argent, mais l’aide a été détournée. En conséquence, les gens hésitent maintenant à donner ».

De tels détournements sont pareillement dénoncés dans les quêtes organisées en faveur des Kosovars.

7Enfin, une soixantaine de soldats de l’Armée de libération du Kosovo (ALK) ont été soignés dans des établissements privés d’Istanbul. Selon le responsable d’une clinique à finance­ment albanais, il s’agissait de soldats trop grave­ment blessés pour être soignés à Tirana, qui accueillait la plupart des blessés.

8L’activité de la diaspora a également été politique, sous forme de lobbying auprès de la presse, des autorités turques et de la popula­tion. Des manifestations ont été organisées à Istanbul, en particulier en 1998 et en mars 1999, à la veille des bombardements de l’OTAN.

9Il faut noter dans toute cette activité l’importance des nouveaux moyens de communication, dont Internet, qui ont permis une circulation rapide de l’information depuis le terrain vers les relais de la diaspora puis vers les opinions publiques et les gouvernements. Un tel phénomène avait déjà pu être observé lors de la crise de Macédoine, entre Grecs et Macédoniens (Danforth 1995).

10On peut se demander toutefois si cette revi­talisation du sentiment national albanais n’est pas condamnée à faire long feu, dans la mesure où il ne concerne que certaines générations et que les générations les plus jeunes semblent garder une certaine distance par rapport à leur origine albanaise.

3.2- L’instabilité politique en Albanie

11Il n’est pas nécessaire de revenir ici sur l’instabilité politique en Albanie, sinon pour rappeler que chaque nouvelle crise provoque une vague de départ vers les pays voisins, en particulier Italie et Grèce. À cette émigration ponctuelle s’ajoute une émigration continue, familiale et de longue durée entretenue par la permanence de mauvaises conditions de vie. Du fait de la constitution d’un « noyau » d’Albanais d’Albanie à Istanbul, il n’est pas exclu de voir arriver de nouveaux réfugiés, dans le cas où le pays traverserait une nouvelle crise.

3.3 - Tirana et la diaspora albanaise

12Jusque dans les années 1990, la diaspora albanaise était définie par rapport à la seule Albanie : en faisaient partie tous les Albanais vivant en dehors des frontières nationales, qu’il s’agisse de la Yougoslavie, de l’Amérique du nord et du sud, de l’Australie, etc. (Islami 1981). Avec le développement de l’émigration albanaise et la dissolution de la Yougoslavie, cette définition s’est transformée : les commu­nautés issues de l’émigration vers la Grèce et l’Italie sont désormais comptées, alors que les Albanais du Kosovo et de Macédoine ont ten­dance à faire partie du tronc commun au même titre que ceux d’Albanie. Telle est la définition retenue par l’Institut national de la diaspora, fondé en janvier 1996 à Tirana et rattaché au ministère des affaires étrangères depuis sep­tembre de la même année. Albanie, Kosovo et Macédoine occidentale sont considérés comme « territoires ethniques albanais », dans une tentative pour atténuer l’impact de la frontière albano-yougoslave sur les relations entre les différentes communautés albanaises, et, dans le même temps, la distinction entre diaspora ancienne (issue en particulier des départs qui ont eu lieu au début du vingtième siècle) et émigration récente est estompée.

13Cette politique témoigne d’un regain d’in­térêt de Tirana pour la diaspora. La période communiste était en effet marquée par l’ab­sence de relations entre l’Albanie et sa diaspora, cette dernière étant considérée comme la source de contacts dangereux avec l’étranger, alors que la politique des autorités était au con­traire de maintenir la population à l’abri de tout contact. Quant à l’émigration, elle était inexis­tante. Le régime distinguait deux types d’Albanais ayant quitté le pays : ceux qui l’avaient fait avant la deuxième guerre mondiale étaient appelés « migrants économiques », ceux de l’après-guerre, « fuyards ». La question des Albanais de Yougoslavie, comme celle de la Tchamerie, n’étaient pas soulevées afin de ne pas provoquer les voisins yougoslaves et grecs.

14Pour cette raison, la diaspora issue de l’émigration des Albanais du Kosovo et de Macédoine à partir des années 1970 vers l’Europe occidentale, a d’abord été la seule à acquérir une importance politique et écono­mique. L’engagement politique et économique de cette diaspora a culminé lors de la dernière crise, à la fin des années 1990. Dans le même temps, la mise à mal, durant la guerre, de cer­tains réseaux « traditionnels » entre la diaspora et le Kosovo (en particulier ceux de la LDK), ainsi que le rôle de base arrière, de relais et de pays d’accueil pour les réfugiés kosovars tenu par l’Albanie, ont pu donner à Tirana les moyens de s’affirmer comme centre unique et comme organisateur de la diaspora. Les objec­tifs de l’Institut national de la diaspora sont ainsi de mieux connaître la diaspora et son potentiel humain et matériel, de réduire les dif­férences qui existent au sein de la diaspora entre les gens originaires d’Albanie et ceux de Yougoslavie, de veiller au respect des droits des Albanais dans les pays dans lesquels ils sont établis, et, enfin, d’encourager les Albanais de la diaspora à investir dans les « territoires ethniques » (Albanie, Kosovo, Macédoine).

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr