Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Albanais à Istanbul

 | 
Gilles de Rapper

Introduction et préliminaires

Volltext

1La guerre du Kosovo des années 1998 et 1999 a rendu visible un trait marquant de la population albanaise, à savoir l’importance numérique, économique et politique de la dia­spora et de l’émigration : les communautés albanaises d’Europe occidentale (principale­ment en Allemagne et en Suisse) et d’Amérique du nord (États-Unis et Canada) ont joué un rôle non négligeable dans le financement des opéra­tions militaires des Kosovars albanais et ont servi de relais entre ceux-ci et l’opinion internationale, en particulier par l’organisation de manifestations de soutien dans la plupart des grandes villes européennes et nord-américaines et par la transmission d’informations et de représentations géopolitiques vers les médias occidentaux.

2La Turquie abrite une partie de la diaspora et de l’émigration albanaises. Les liens qui exis­tent entre les Albanais et la Turquie ne tiennent donc pas uniquement à l’histoire de l’Empire ottoman, mais reposent sur la présence effective d’Albanais et de gens d’origine albanaise dès les débuts de la République. Parmi eux, une part importante est originaire du Kosovo ou de Macédoine, qu’ils ont quitté au cours du 20e siècle, à plusieurs reprises et dans des circons­tances qui sont directement liées aux événe­ments des deux dernières années. Ne serait-ce que pour cette raison, la crise du Kosovo a eu un impact sur la population albanaise de Turquie, qui justifie que l’on s’intéresse à la situation présente de cette population, à la fois segment de la diaspora albanaise et de la société turque.

3Albanais d’Istanbul ou de Turquie ? Le matériel contenu dans ce dossier a été recueilli exclusivement à Istanbul, qui rassemble la majorité de la présence albanaise en Turquie. On y traite donc avant tout des Albanais d’Is­tanbul. L’enquête effectuée au mois de février 2000 ne constitue cependant que la première étape d’un travail de recherche portant sur l’ensemble de la communauté albanaise de Turquie, et nous avons à ce titre inclus un cer­tain nombre de données relatives à d’autres villes et régions d’implantation albanaise. Il faut préciser que, à la différence de celles recueillies à Istanbul, ces dernières ne sont pas issues d’une enquête de terrain et n’ont pu faire l’objet d’une observation directe.

4Signalons enfin quelques points de méthode. Ce qui suit ne constitue pas une étude his­torique des Albanais en Turquie, mais s’attache à décrire la situation présente. Les références à l’histoire ne visent qu’à éclairer certains aspects de la situation telle qu’elle est observable aujourd’hui. Par ailleurs, parler d’Albanais en Turquie ou d’Albanais de Turquie pose un problème de définition : qui est Albanais, qui ne l’est pas ? Nous avons choisi de regrouper sous ce terme les gens qui ont effectivement la nationalité albanaise (les moins nombreux) ainsi que tous ceux qui se reconnaissent une origine albanaise (en Albanie comme en ex-Yougoslavie ou en Grèce) à partir du moment où la revendica­tion de cette origine s’ap­puie sur une expérience personnelle ou familiale datable. Il s’agit donc d’une définition subjec­tive, reposant sur l’identi­fication des gens à la caté­gorie « Albanais », qui ne tient pas compte de cri­tères objectifs comme la nationalité (citoyenneté), la langue ou le lieu de naissance. En consé­quence, la question du nombre des « Albanais » ainsi définis n’est pas la plus importante, et on ne cherchera pas à la préci­ser. Nous employons le terme « communauté » pour désigner l’ensemble ou un sous-ensemble des Albanais de Turquie. Ce mot doit être entendu dans le sens où l’entendait Max Weber : ce sont les gens qui ont quelque chose en commun, ici le fait d’être, eux-mêmes ou leurs ascendants, arrivés de régions albanaises des Balkans. Il ne sous-entend jamais un groupe­ment organisé, doté d’une structure propre et ten­dant vers un objectif commun (« sociation » dans le vocabulaire wébérien). Comme on le verra, la plupart des Albanais ainsi définis ne remettent pas en cause leur appartenance à la nation turque.

5Enfin, ce dossier ne prétend pas être exhaus­tif, il ne représente qu’une étape de la recherche et nous avons à ce titre volontairement donné la priorité aux sources et au point de vue albanais, moins accessibles et moins connus, tout en nous appuyant sur un certain nombre de travaux non-albanais

Carte 1 : Les Albanais dans les Balkans.

Carte 1 : Les Albanais dans les Balkans.

Frontières internationales
Frontières du Kosovo et du Montenegro (R. F. de Yougoslavie) — Limites de l’aire de peuplement albanophone Principaux itinéraires routiers Projet de création ou d’aménagement d’itinéraire

Abbildungsverzeichnis

Titel Carte 1 : Les Albanais dans les Balkans.
Bildunterschrift Frontières internationalesFrontières du Kosovo et du Montenegro (R. F. de Yougoslavie) — Limites de l’aire de peuplement albanophone Principaux itinéraires routiers Projet de création ou d’aménagement d’itinéraire
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/522/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 195k

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access

Kaufen

Printversion

amazon.fr