Version classiqueVersion mobile

La littérature turque à l’aube du millénaire : 1999 – 2000

 | 
Timur Muhiddine

Annexe : Chronologie 1999-2000

Texte intégral

Janvier

1Attribution du prix Orhan Arıburnu au poète İlhan Berk. Né en 1916, il est avec Dağlarca et Melih Cevdet Anday le dernier grand homme de la poésie contemporaine ; nova­teur et provocant, il a beaucoup dialogué avec la poésie mondiale (de Rimbaud à Ezra Pound) et ses œuvres dispersées sont main­tenant rassemblées en trois volumes chez Yapı Kredi Yay.

2On traduit un premier roman du Prix Nobel de littérature portugais José Saramago (Bütün İsimler, Gendaş Yay.) : peu à peu les langues de traduction évoluent ; après le japonais, l’es­pagnol et le portugais conquièrent un espace (même si certains titres sont encore traduits de l’anglais : quatre titres vont suivre par Saramago malgré des cadres encore absents).

3Le grand poète F. H. Dağlarca republié par Milliyet Yay. : enfin une édition adéquate (et de belle qualité) pour le plus prolifique des poètes d’un pays qui en compte beaucoup ! Son œuvre poursuivie depuis 1935 que l’on pourrait qualifier d’approche lyrique (et parfois épique au cours des années 1960) totale de la réalité est remise à disposition des lecteurs plusieurs recueils importants n’ayant jamais été repris...

Février

4La revue Kitaplık (Hiver 98/ n° 35) publie un dossier : « Bizans Seçkisi » où une dizaine d’écrivains turcs contemporains évoquent leur passion, leur fascination de Byzance. La revue Cogito consacre également un numéro à Byzance : le dossier se veut plus his­torique.

5Pour la première fois (depuis longtemps), un groupe important d’artistes et d’écrivains se présentent aux élections législatives ; pour le CHP, Zülfü Livaneli et l’acteur Halil Ergün, pour l’ANAP, Yılmaz Karakoyunlu, mais c’est l’ÖDP qui en rallie le plus grand nombre, et non des moindres : Can Yücel, Adalet Ağaoğlu, Mîna Urgan, Erhan Bener, Fethi Naci, Leylâ Erbil et Fakir Baykurt.

Le soldat byzantin : « Ça alors, ce ne sont pas des Janissaires mais des « Vieunissaires » ! On va les aplatir !  »

6Agatha’nın Anahtarı (Can Yay.) : nouvelles poli­cières d’Ahmet Ümit (dont plusieurs s’ancrent dans le passé récent du pays), un des rares auteurs turcs de polars. On remarquera aussi Murat Culçu : Faliku/ Baykuşlar Vadisi (Erciyas Yay.), l’ histoire d’un groupe mafieux située dans une bour­gade perdue d’Anatolie.

7Prémisses du flot de publications sur l’Empire ottoman qui va inonder la librairie cette année : avant les grandes anthologies ou les numéros de revues, paraissent des livres d’histoire populaire, des récits d’orienta­listes (par exemple chez Aksoy Yay. à Ankara), etc. L’ensemble du public est visé, toute la société se doit de se pencher sur l’héritage impérial.

8Présentation du film Yol (de Yılmaz Güney) après 17 ans d’interdiction en Turquie : énorme succès en salle pour une œuvre dont la force de subversion s’est quelque peu amenuisée.

Mars

910 mars : enterrement du poète Salah Birsel (né en 1919). Poète, essayiste, il occupait une place à part par ses poèmes fantaisistes qui confinent parfois à l’absurde. Son quintet (Salah Bey’in Tarihi) sur l’İstanbul des deux derniers siècles est un modèle de récit gigogne, faussement historique et franche­ment mythologique !

1015-21 : 4e Salon du livre d’İzmir organisé par TÜYAP. Les salons de province rivalisent mal avec la Foire du livre d’İstanbul.

1114 (İzmir) et 16 (İstanbul) : conférences de Serge Halimi dont on vient de traduire Les nouveaux chiens de garde (Düzenin Yeni Bekçileri chez Evrensel Basım Yayın)

Avril

12Du 7 au 10 : colloque international : « Constantinople byzantine » à l’Université Boğaziçi.

13Özdemir İnce republie ses traductions de deux classiques de la poésie française, Lautréamont, Rimbaud et y ajoute un nou­veau travail : Gaspard de la nuit d’Aloysius Bertrand (Gendaş Yay.). Peu d’échos pour ces travaux essentiels et rares (ces traduc­tions sont sur le métier depuis une quin­zaine d’années, elles bénéficient des lec­tures, des refontes, des nouvelles inspira­tions du traducteur) Sans doute trop « élaborées » pour le lecteur actuel !

Mai

14Prix Necatigil de poésie à Turgay Fişekçi (1956-) : poète et rédacteur-en-chef de la revue Adam Sanat, T. Fişekçi est une des voix majeures de la poésie des vingt dernières années.

15Publication de Üç Aynalı Kırk Oda de Murathan Mungan (Metis Yay.) : l’auteur (né en 1955, déjà largement connu comme poète et dra­maturge) donne là son sixième recueil de nouvelles (le premier, Son İstanbul, était paru en 1985) et confirme l’orientation de son œuvre vers la prose narrative : de plus la thématique s’affirme, en profondeur. Après avoir beaucoup joué sur les genres traditionnels (conte, légende orientale, récit historisant inspiré par la dernière période ottomane), il aborde dans ces trois textes le cœur de ses références : le contact avec la culture américaine, le paysage nostalgique de Péra et ses propres racines orientales. C’est d’ailleurs dans « Gece Elbiseleri » (le dernier des trois) qu’il atteint à l’essentiel, l’expression des différences, ethniques et sexuelles. Dans ce texte où le sentiment de culpabilité le dispute à la cruauté, on aborde l’image, somme toute réconfortante, d’une « autre Turquie ». L’itinéraire d’Ali, garçon d’une famille aisée de Mardin, couvé par sa mère, brutalement soigné pour sa « maladie » (l’homosexualité) est emblé­matique d’un univers encore dominé par la culture orientale, ce fond arabo-kurde des confins de la Turquie et qui, petit à petit au cours du XXe siècle, s’est vu absorbé par la culture républicaine, laïque et septen­trionale.

« Il se souvenait que lorsqu’elle fut nom­mée à Mardin, le professeur de français de la mère d’Ali - originaire d’İzmir - avait insisté un peu plus que de nécessaire en di­sant : « En terre étrangère, il faut savoir rester soi-même ». C’était une femme mince qui frisait la quarantaine. Ali avait gardé présent à l’esprit ses yeux gris-bleus et son regard impressionnant, dominateur. Elle avait le visage très pâle, entouré de cheveux bruns foncés toujours coupés courts, et possédait une fragilité qui se révélait lorsqu’elle était perdue dans ses pensées. Mais la plupart du temps elle s’exprimait d’une voix ferme, bâtissait des phrases cour­tes et se comportait comme si elle était le professeur de tout le monde. Elle avait constamment besoin de faire savoir à son entourage comme elle était coriace ; dans certaines situations, elle semblait se forcer à adopter une expression moqueuse, comme pour exprimer de la méfiance, et ne pouvait se retenir d’ajouter : « De toute façon, je suis une fille d’Echrefpacha ! »
À l’occasion d’un voyage organisé dans les bourgades des environs par une société de charité, elle était partie avec la mère d’Ali et toute une délégation de femmes. Elles devaient à la fois faire une sorte de pique-nique et se rendre à Cizre chez un hodja. Le hodja s’était fait un nom dans le voisinage et disait la bonne aventure en scrutant l’eau avec l’aide des djinns du Tigre. Même la mère d’Ali qui restait très influencée par les ragots concernant le hodja et doutait de la force de prédiction de ses voyances, s’était radoucie et, comme si elle ne voulait pas froisser des amis communs, s’était ce jour-là fait dire la bonne aventure. Mais elle répé­tait toujours qu’il ne fallait pas que les enfants de la République nourris aux idéaux d’Atatürk abusent de choses aussi supersti­tieuses, ni s’étonnent des sciences exactes. Ils devaient se souvenir de l’exemple des populations primitives de cette région déshéritée et devaient porter le flambeau de l’Occident et de la civilisation à l’est du pays.  »

1621 mai : remise du prix Sait Faik (pour la nou­velle) à Necati Tosuner pour Güneşe Giderken. L’auteur est loin d’être un incon­nu : né en 1944, il publie des nouvelles depuis les années 60 et appartient au courant moderniste depuis ses débuts. Il a publié six recueils de nouvelles et un roman. Comme souvent depuis sa création, le Prix S. Faik récompense ici une œuvre.

17Parution d’un essai du grand historien de l’art britannique Quentin Skinner chez Dost Yay. (Ankara) : Sanatçının Bir Siyaset Düşünürü Olarak Portresi : Ambrogio Lorenzetti (un peintre de Sienne du XIVe siècle). Une par­ticularité à noter : la préface de cet ouvrage très soigné et augmenté de quinze planches couleur a été rédigée spécialement pour l’édition turque.

Juin

18Soutenus par 46 grands noms de la littérature mondiale (dont Günter Grass, Adonis, Harold Pinter, etc.), cinq auteurs turcs et kurdes réputés réclament plus de démocra­tie et le mise en place de véritables Droits de l’Homme dans la Turquie du XXIe siècle : il s’agit de Yaşar Kemal, Zülfü Livaneli, Orhan Pamuk, Ahmet Altan et Mehmet Uzun. Le même groupe organise une conférence de presse sur ce thème à la société des journalistes de Turquie en octobre 1999.

19Prix du roman Orhan Kemal (le principal prix dans le domaine du roman) attribué à Ahmet Karcılılar : Yağmur Hüznü (Can Yay.)

20Le recueil de témoignages Mehmedin Kitabı (compilé par Nadire Mater et publié aux éditions Metis) est saisi sur l’accusation « d’insulte et mépris envers les Forces armées ». Le texte aura connu quatre réédi­tions (ventes estimées : 22 000 exemplaires) avant d’être mis en cause officiellement. Importante réaction en Turquie même, puis dans la presse occidentale et américaine et protestations officielles adressées au Premier Ministre Ecevit.

21Plusieurs films récents (Sınır, Güneşe Yolculuk) avaient choisi de mentionner la guerre au sud-est : la littérature s’est montrée beau­coup moins prodigue et l’on pourrait compter sur les doigts de la main les nou­velles qui abordent ce thème. La censure (ou l’autocensure) y est certainement pour quelque chose, qui a frappé de nombreux titres et auteurs depuis dix ans : Şebnem İşigüzel, Kaan Arslanoğlu, l’éditeur Erdal Öz, etc.

Juillet

22Le 53e prix du roman Yunus Nadi est attribué à Ahmet Altan pour Kılıç Yarası Gibi (Can Yay.) : le livre en est alors à sa 37e édition et les droits seront vendus dans l’été à Actes Sud. La traduction française doit paraître courant 2000.

23Le prix de poésie du même nom est revenu à Ahmet Uysal pour Acının Gümüşü. On notera simplement que le profil de l’auteur (diplômé d’un Institut villageois et longtemps professeur dans le secondaire) est assez peu conforme à la nouvelle généra­tion d’écrivains turcs...

24Publication du volume 10 des œuvres de Bilge Karasu (Lağımlararası Ya da Beyoğlu) : des inédits (œuvres posthumes) rassemblés par l’essayiste Füsun Akatlı et desquels émerge un long texte consacré au mythe de Beyoğlu.

25Un peu comme les deux volumes (Galata et Péra) de İlhan Berk consacrés aux strates de la ville, c’est un texte qui cherche à restituer à la fois l’histoire d’une cité chrétienne et levantine dans la ville et à énoncer un mystère.

26Renouvellement de la direction du PEN Club turc, organisme très vigilant dans le domaine des libertés d’expression. Le critique Konur Ertop devient le second président en titre.

27Nouveau recueil de nouvelles de Füruzan : Sevda Dolu Bir Yaz (Yapı Kredi Yay.) ; l’un des talents « révolutionnaires » des années 70 et 80, l’auteur n’avait rien publié dans ce domaine depuis 1985. Le même cas que celui de Nezihe Meriç (écrivaine née « avec la République ») réapparaissant chez les libraires en début d’année 1999.

Août

2812 : Mort de Can Yücel. Le poète connu pour ses frasques et son franc-parler avait fait l’objet de poursuites et d’une condamnation en 1999 (malgré ses 72 ans) ; un soutien apporté en avril 1999 par une centaine d’artistes et d’écrivains réunis à Stockholm pour une Conférence mondiale sur la culture avait repoussé de quelques temps la peine.

2917 : Le tremblement de terre dévaste la région d’Izmit et propulse la Turquie sur le devant de la scène internationale. Les conséquences sociales, politiques et morales restent diffi­ciles à mesurer de par leur ampleur.

Septembre

30Une remarquable anthologie de poésie turque du XXe siècle (2 vol.) dirigée par Memet Fuat paraît chez Adam Yay. Mais le cœur n’y est pas... Le tremblement de terre du mois d’août continue d’occuper tous les esprits.

Octobre

31Importante soirée en l’honneur de Nâzım Hikmet : à l’AKM (İstanbul), avec Genco Erkal. Le poète communiste réintègre l’establishment : il a été cité à plusieurs reprises par les hommes politiques au cours des derniers mois, dont le président Demirel.

32Décès de Fakir Baykurt. L’écrivain, l’un des principaux représentants de la littérature villageoise des années 50 à 70, vivait en Allemagne depuis 1979. L’essentiel de son œuvre parue après cette date (une trilogie romanesque, des nouvelles, des poèmes et une autobiographie dont trois volumes sont parus à ce jour) repose sur la thématique des Turcs immigrés en Allemagne. Il s’était également montré très actif envers les jeunes auteurs turcs de la région de Rhénanie-Westphalie et de Duisburg, sa ville d’adoption. Avec sa disparition, une page semble définitivement tournée dans la littérature turque : celle de l’évocation (romanesque ou cinématographique) d’une réalité rurale en pleine mutation, juste avant que la Turquie ne devienne un pays majori­tairement urbain.

33Publication du second volume des mémoires de Mîna Urgan : Bir Dinozorun Gezileri. On procède en l’espace d’un mois à 7 réimpres­sions (!).

34Essai polémique de Özdemir İnce : Yaşasın Cumhuriyet (Telos Yay.). Dans la droite lignée des brûlots du poète résistant (comme il se définit lui-même, en particulier depuis 1994), ce nouveau recueil de chroniques sur la montée des intégrismes et la volonté de maintenir coûte que coûte un modèle répu­blicain laïque ne recueille aucun écho. Cette colère saine et justifiée est malheureuse­ment dispensée à contre-courant : l’adhé­sion à l’Europe occupe tous les esprits et l’amnésie frappe la plupart des esprits.

Novembre

3512 novembre : deuxième tremblement de terre dévastateur en moins de six mois.

36Salon du Livre d’İstanbul : 18e édition du 6 au 14 novembre, dans les bâtiments de TÜYAP. 256 maisons d’édition sont représentées ainsi qu’une cinquantaine d’organisations de la société civile. Plus de deux cents écrivains, intellectuels, journalistes, par­ticipent à des rencontres et des animations au cours de la semaine. Le thème retenu pour cette année : « Les Lumières en Turquie à l’aube du troisième millénaire »; à ce titre, l’universitaire et essayiste Server Tanilli (vivant en Europe depuis 1979) rentre pour la première fois en Turquie comme invité d’honneur du Salon.

37Plusieurs auteurs français figurent au rang des invités : Tahar Ben Jelloun, Daniel Pennac, Jacques Lacarrière, Christine Delphy. Également invité du Salon, Jean-Claude Kebabçiyan : né en 1942, le Président du centre de recherches sur la diaspora arménienne (Paris) dont la famille est originaire de Yozgat, incarne le renouveau des rela­tions turco-arméniennes.

38Le prix de littérature de la revue Dünya Kitap est décerné le 11 novembre à Tahsin Yücel (1933- ) pour son recueil de nouvelles Komşular (Les voisins) (Can Yay., 1999). T. Yücel avait déjà été l’invité d’honneur des Journées de la nouvelle d’Ankara en mai et reçu le prix de littérature Sedat Simavi 99 pour son livre d’essais - des mythologies proches de celles de Roland Barthes - Söylemlerin İçinden (Yapı Kredi Yay., 1998). Un livre amusant et profond qui s’ancre dans la problématique de la société turque contemporaine et dans les questions de langue. Feyza Hepçilingirler s’attaque aussi au bon usage, traquant les incorrections du turc moderne : Ah Dedim Türkçe (Remzi Yay.)

« Depuis pas mal d’années, nous consta­tons la parution de nombreuses revues féminines plus brillantes les unes que les autres. On ne les compte plus et il semble qu’on puisse les différencier nettement, con­firmant l’idée que certaines sont du type féministes à la solde de l’étranger, d’autres bien de chez nous, certaines plutôt hot et d’autres plutôt pépères. Mais presque toutes ces revues ne contredisent pas une idée force : mettre en place, instaurer une image de femme moderne. Que ce soit dans les essais, les nouvelles, les entretiens, les enquêtes, les questionnaires et même dans les réponses du courrier des lectrices, saturées de questions allant des soins de la peau aux problèmes sexuels, on remarque la présence de cette idée.
(... )
Le seul problème, c’est que la modernité ne consiste pas en ces qualités données avant la libération voulue mais ce sont des valeurs gagnées à force de connaissance et d’expérience. C’est pourquoi nos revues féminines considèrent de leur ressort de fab­riquer des femmes modernes, les éduquent en ce sens et ne se lassent pas de leur don­ner des leçons. Mais elles n’effectuent jamais cette tâche par l’intermédiaire de professeurs au visage grave, ni à l’aide d’écrivains un peu trop sérieux. Les rédactri­ces de ces revues - on comprend qu’elles sont toujours jeunes mais déjà pleines d’expérience - abordent les lectrices en toute amitié, souriantes, et leurs proposent sincèrement des « secrets » ou des « tuyaux ». Par exemple l’une de nos revues pose la question suivante : « Votre patron ou un collègue de travail vous fait-il des avances ? Ou il vous a traversé l’esprit qu’il pouvait le faire ?, puis mettent du baume au cœur des lectrices en ajoutant : « Il n’y a aucune raison de vous inquiéter. Lisez simplement nos articles et décidez pour vous-mêmes.  »
Ou encore : « Voulez-vous aller plus loin avec votre meilleur ami ? Alors vous avez besoin de ces tuyaux », et elles leur livrent la solution en dévoilant les tuyaux en question. »
(Extrait, pp. 80-81. )

39Fethi Naci publie le résultat de trente ans de réflexion sur le roman turc : Yüzyılın 100 Romanı (Adam Yay.). Ce qui avait com­mencé en 1971 comme On Türk Romanı (Ok Yay., à peine 90 pages !) est aujourd’hui - constamment revu et augmenté - une somme unique en son genre qui permet de suivre l’évolution de ce monstre qui tire à hue et à dia la littérature turque dans le vingt-et-unième siècle : le genre romanesque.

Décembre

40İstanbul Sanat Fuarı : 9e Salon des arts plas­tiques d’İstanbul organisé à TÜYAP du 30 novembre au 6 décembre. De nombreuses expositions, débats, panels ont lieu tandis que des prix sont attribués à cette occasion ; un prix de peinture des jeunes artistes et un concours de critiques d’art. De nombreuses galeries (turques et étrangères) ainsi que les départements d’esthétique de plusieurs uni­versités sont associés à la manifestation qui provoque des polémiques... Oiseuses ou nécessaires, elles forment la « respiration » de la vie intellectuelle d’un pays. On remar­quera que ces dernières sont de plus en plus esthétiques, même si le fond politique reste présent (affaire de Sivas, questions des Droits de l’Homme, etc. ).

41Nazlı Eray qui s’est fait connaître dès le début des années 1970, poursuit l’exploration d’un monde très singulier avec Elyazması Rüya­lar (Can). Elle est la seule à proposer des récits d’imagination débridés dans la prose turque actuelle.

42Parution des essais rassemblés d'Orhan Pamuk : Öteki Renkler (İletişim Yay.). Cet ensemble volumineux (de presque 450 pages) rappelle le recueil des textes de Salman Rushdie, Imaginary Homelands par sa diversité et aussi par la proximité des thèmes abordés : l’identité, le roman comme genre mondial à l’aube du XXIe siècle, la tra­dition en matière de littérature ou les grandes villes comme mythe littéraire. C’est en tous cas un recueil très représentatif et presque exemplaire des qualités et des défauts d’un romancier d’aujourd’hui : le grand nombre d’essais consacrés au roman (quelques poètes sont néanmoins présents) permet aussi de définir sa famille littéraire : sur un fond de référence plutôt anglo-saxon, se détache un profil très international où l’on retrouve Borges, Kundera, Thomas Bernard et Salman Rushdie que O. Pamuk fut l’un des premiers à défendre en Turquie et qui constitue un peu sa mesure dans le cadre romanesque. On peut également lire d’intéressants essais autobiographiques (alors que l’auteur avait jusque-là gommé sa personnalité privée), une nouvelle (« Pencereden Bakmak »), des vignettes con­sacrées à İstanbul (« İstanbulluyum »). On a également un tableau assez complet des débats qui agitent la vie culturelle : le texte « Zelzele » (écrit quelques jours après le tremblement de terre) ou « Yahudilerle birlikte İstanbul’da Büyümek ». On remarquera dans les références de plusieurs articles les contributions données au TLS londonien ou à divers périodiques américains, cas véritablement unique en ce qui concerne les lettres turques. C’est aussi une démonstra­tion supplémentaire de l’avantage conféré par un accès direct à l’anglais - en dehors de toute considération de qualité littéraire.

43Ce qui est par contre négatif c’est la partie inti­tulée « Kitaplarım » et constituée d’extraits d’entretiens parus dans la presse à divers moments de sa carrière : un camaïeu d’im­pressions et de réflexions à but promotion­nel. Qui brise l’unité du livre et l’entraîne sur les chemins douteux de l’autopromotion. On remarquera pour finir la couver­ture : un habile cliché légèrement sépia dévoile le fouillis très significatif de la table de l’écrivain et ne dépareillerait pas une revue de décoration...

4415 décembre : journée commémorative con­sacrée à A. H. Tanpınar à l’Institut français d'études anatoliennes d’İstanbul. À l’occasion de la réédition aux éditions Yapı Kredi de son principal roman, Huzur (Sérénité), un débat (mêlant critiques, historiens de la littérature et traducteurs) annonce l’ensemble d’une relecture à venir : seul auteur (on pourrait lui ajouter Halit Ziya) à être accepté par les intellectuels des deux bords comme un clas­sique moderne, il incarne à lui seul tout le débat sur la modernité, l’écriture romanesque et la possibilité d’une mystique dans le cadre républicain.

Janvier 2000

45Remise du Prix Nâzım Hikmet à Aimé Césaire le 17 janvier ; l’auteur martiniquais, qui est âgé, ne peut se déplacer et se fait représen­ter par un jeune acteur sénégalais. Le poète libanais Adonis est également invité à la cérémonie ; on notera qu’au même moment, une exposition d’art contemporain libanais a lieu à la galerie Borusan (İstanbul). Les relations entre Turquie et Liban connaissent une certaine régularité depuis quelques années : outre le poète de langue arabe Adonis, on a traduit (et invité à İstanbul) les francophones Salah Stétié, Vénus Khoury-Ghata et Amin Maalouf. Difficile de dire si l’image de la littérature arabe évolue favo­rablement en Turquie mais par contre - et l’on doit ici rappeler les traductions de Tahar Ben Jelloun, du « beur » Azouz Begag, de Malika Mokkadem, etc. - l’ensemble francophone, présenté sous l’angle de sa composante méditerranéenne devrait peu à peu modifier l’image globale de la littérature de langue française. Même s’il faut aussi se réjouir de voir paraître le début de À La Recherche du Temps Perdu en turc (chez Yapı Kredi Yay.)...

46Parution du dernier roman de Nedim Gürsel : Resimli Roman (Can Yay.) Un historien de l’art turc étudie les représentations de sul­tans dans la peinture classique vénitienne et revit en Italie les étapes d’une existence névrosée.

L’air s’était refroidi. Il s’abrita au creux de son manteau. S’il avait trouvé une bar­que ou une gondole, il y serait monté pour dormir. Comme Fikret Muallâ. Il avait entendu dire que le peintre avait, pendant ses années de jeunesse, vécu dans des chambres de célibataires d’Asmalımescit et que lorsqu’il n’avait pas de quoi payer son loyer, il s’était installé dans une des bar­ques amarrées à l’embarcadère de Bebek, y avait dormi tout l’hiver enroulé dans son manteau et avait même été poursuivi en jus­tice par le propriétaire du bateau. Il l’imagi­na dans sa maison de Reillanne. Il avait enfin trouvé un point de chute. Mais cette fois-ci, c’étaient ses pieds qui avaient été frappés de paralysie. Dans les cercles artis­tiques on racontait toujours la dépendance de Muallâ envers l’alcool, son entêtement, son incompatibilité avec le pays et son com­bat contre les « marchands du Temple », tel Don Quichotte combattant les moulins à vent. Une nuit, après avoir manqué le dernier vapeur, Kâmil avait traversé de Kandilli à Bebek en barque. Lorsque le pro­priétaire eut amarré le bateau et fut parti, Kâmil était revenu et, bien enveloppé dans son manteau, muni de sa petite bouteille de cognac, il s’était glissé dans la barque pour pouvoir regarder les étoiles qu’avait vues Muallâ, entendre le bruit des vagues et les sirènes des vapeurs au petit matin. L’aube est fraîche sur le Bosphore. Lorsque le brouillard se lèverait, İstanbul lui tendrait la main. Une lumière d’un blanc immaculé se lèverait d’abord sur le rivage puis sur les arbres des collines. Les chats se réveilleraient avec le premier appel à la prière, les mouettes commenceraient à battre des ailes et les macareux à tourner au-dessus des yachts ancrés au large. Une bande de vanneaux surgit et survole la mer. Des chiens errants entreprennent leur pro­menade matinale sans inspecter les poubelles. Les marchands de salep et les vendeurs de simit arrivent juste à ce moment-là sur le port. Les passagers du premier vapeur boivent leur salep fumant en y ajoutant de larges quantités de cannelle. Ce n’est pas par goût qu’il en buvait mais à cause de la cannelle. Et cette journée commençant par l’odeur de cannelle se ter­minerait avec l’anis. Quelquefois, les soirs où il avait trop bu, il errait dans les rues comme pour vivre cette bohème d’artiste si peu en accord avec son statut d’universi­taire. Désirant être Muallâ, il rêvait de s’en­dormir dans une barque et lorsqu’au petit matin il tombait de fatigue, il rentrait dans son appartement bien meublé. Lors de ces retours nocturnes, il lui apparaissait nette­ment que les tableaux accrochés au mur étaient mauvais. L’idée lui venait alors de tout décrocher et d’y mettre à la place des toiles de Muallâ ou d’un autre de ses peintres favoris. Avait-on jamais vu qu’un professeur d’histoire de l’art fût aussi peintre ? Il savait bien que le professeur Uzman avait tué Kâmil le peintre et pourtant il n’arrivait pas à se résoudre à cette idée.
(Extrait du chapitre 12)

47À l’initiative du rédacteur en chef de Gösteri, publication d’un long poème, bâti sur la trame de quarante-deux vers empruntés à des textes célèbres de la poésie turque moderne : Le Poème du millénaire. Le résultat s’avère plutôt convaincant.

48Dernier roman de l’auteur à succès Ayşe Kulin : Füreya (Remzi Yay.). Il prend pour sujet la vie d’une grande céramiste turque, Füreya Koral, issue de la famille de Şakir Paşa et qui compte parmi ses membres l’écrivain Cevat Şakir (le « Pêcheur d’Halicarnasse »), Aliye Berger, Fahrünissa Zeyd et Füreya elle- même. Un livre de souvenirs de Şirin Devrim (paru aux États-Unis sous le titre : A Turkish Tapestry, 1994) avait connu une version turque fin 1998 : Şakir Pasa Ailesi (Doğan Kitap) et permet de replacer tous ces personnages en contexte. La biographie romancée fait son entrée dans la prose turque...

49Les manifestations de l’année Pierre Loti (150e anniversaire de la naissance de l’écrivain) commencent : un bon dossier (« Türk Dostu » Pierre Loti) de la revue Toplumsal Tarih (n° 73) vient s’ajouter à des articles de Varlık et Tarih ve Toplum.

Février

50Publication du roman de Mehmed Uzun : Aşk Gibi Aydınlık, Ölüm Gibi Karanlık chez Gendaş Yayınları (traduit du kurde, paru en 1998). L’auteur fait la couverture de E Dergisi et accorde un long entretien à la revue où il s’exprime sur l’histoire de la littérature kurde, la place de la langue kurde dans le concert mondial, le poids des littératures turque et kurde face aux productions européennes ainsi que les obstacles idéologiques qui se dressent devant l’auteur exilé et minoritaire. En réalité, M. Uzun a mangé son pain noir en Suède (de 1977 à 1992) mais accède actuellement à une reconnaissance internationale : fondateur à lui seul du roman kurde contemporain, son attitude équili­brée, conciliante envers les intellectuels turcs qu’il fréquentait - mais aussi son réseau assez large de connaissances en Suède et en Angleterre - ont réussi à mettre en place une image très positive qui ne demande qu’à être diffusée et poursuivie : pour cela il faudrait assurer une suite, une autre génération de prosateurs mais qui doivent affronter une douloureuse question linguistique.

51La revue offre en supplément un inédit : « Époque enchaînée » (Zincirli Zaman) évoquant l’expérience politique de l’auteur depuis le milieu des années 1970 puis ses grandes orientations esthétiques. L’accueil enthousiaste qu’il reçoit dans les différentes villes où il signe son ouvrage (İstanbul et Diyarbakır en particulier) n’empêchera pas la saisie de l’ouvrage en mars, censure appliquée quelques semaines seulement...

« Bâtir une langue littéraire moderne sur la base d’une langue interdite dans l’éduca­tion, la communication, la radio et la télévi­sion me paraît franchement difficile. Mais lorsque j’ai commencé à écrire, trois alter­natives se sont présentées à moi : le turc, le suédois et le kurde. Tout le monde me pous­sait à choisir le turc ou le suédois. Lorsque je disais que je voulais écrire en kurde, mes amis proches se moquaient de moi et me disaient que je devais écrire en turc. La langue littéraire moderne n’existe pas, les lecteurs non plus, il n’y a pas d’écoles, pas d’organismes, pas d’organes de presse ou de radio, le milieu intellectuel kurde est des plus réduits, il n’y a pas de critiques lit­téraires, pas de traductions, le marché est absent...
(... )
De plus, il n’existe pas de tradition du roman kurde en Turquie. Et malgré tous ces handicaps, j’ai choisi d’écrire en kurde. Mon choix ne répondait à aucune obligation poli­tique, idéologique ou économique. Je ressen­tais simplement une obligation morale. »
(Extrait de E Dergisi, n° 11, p. 8)

52L’architecte et historien de l’art Oktay Ekinci propose (Cumhuriyet, 10 février) le classe­ment au titre d’« héritage national » des bâti­ments (souvent à l’abandon) des Instituts villageois, une trentaine au total. Serait-ce la fin du purgatoire pour cette période parti­culièrement glorieuse de la politique d’éducation de la République ? Il faut dire que l’on se prépare à commémorer la fondation des Instituts.

Mars 2000

53Sortie en salle de Güneşe Yolculuk, film de Yeşim Ustaoğlu : la question kurde passe vraiment à l’ordre du jour avec ce film récompensé par six prix au Festival d’Ankara en mai 1999.

54Kanat Hareketleri de Enis Batur (Altıkırkbeş) : ce recueil marque le retour à la poésie lyrique d’E. Batur et constitue un bilan des années 1993-1999. Formes fixes (inspirées des moules de la poésie du Divan comme les « Gazeller Cemi ») et vers libre alternent pour démontrer la maîtrise d’un poète ayant atteint la maturité littéraire. Le premier cycle de poèmes, Ağlayan Kadın Lahdi paraîtra en octobre 2000 en France (Éditions Fata Morgana).

55La revue Kitaplık n° 40 consacre son dossier à A. H. Tanpınar au moment où (mais d’autres signes avant-coureurs existent) paraissent une édition critique - en tous cas ce qui s’en approche le plus - du roman Huzur (Sérénité) et le fac-similé du manuscrit corrigé de Şiirler (Poésies). On assiste à une phase de relance du grand romancier, le seul (?) capable d’effectuer une synthèse entre passé ottoman et modernité, entre conservatisme et ouverture politique, bref le cas idéal que la littérature moderne semble avoir produit... Ou comment la littérature de la période républicaine cherche ses points de repère, oubliant régulièrement ses grands auteurs.

Table des illustrations

Légende Le soldat byzantin : « Ça alors, ce ne sont pas des Janissaires mais des « Vieunissaires » ! On va les aplatir !  »
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Nazlı Eray
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search