Version classiqueVersion mobile

La littérature turque à l’aube du millénaire : 1999 – 2000

 | 
Timur Muhiddine

La tyrannie des modes

Texte intégral

1L’un des motifs les plus évidents de la vie culturelle, c’est l’exploration des strates de l’histoire de la Turquie. Dans l’ordre, deux péri­odes ont été particulièrement à l’honneur : tout d’abord les commémorations de l’héritage byzantin et les publications dont l'une des plus intéressantes est le n° 17 de la revue Cogito (avec une section du dossier : « Les Turcs vus par Byzance, Byzance vue par les Ottomans »). Ensuite l’Empire ottoman : le bilan historique et littéraire se poursuit et l’on remarquera les deux volumes de l’anthologie Yapı-Kredi ; le second, dirigé par M. Kalpaklı propose pour la première fois un florilège de la critique consacrée à la poésie du Divan. Ce qui permet l’émergence de quelques jeunes spécialistes de plus en plus souvent sollicités : I. Pala, E. Eroğlu, etc., alors qu’il y a encore quelques années ils auraient été cantonnés dans un classicisme universitaire.

2Que dire de ces deux ensembles commémoratifs ? Ce qui semble être un surgissement dans une vie culturelle peu axée sur le passé était en réalité préparé depuis longtemps par les recherches historiques, l’ouverture des archives ottomanes ayant dû jouer un rôle non négli­geable dans ce processus. Les revues d’histoire sociale, plusieurs revues d’antiquités, le goût retrouvé pour les objets anciens et son corol­laire, les ventes aux enchères, ont également joué un rôle important. On remarquera plusieurs traductions en 1999 de turcologues français dont le volume collectif dirigé par Robert Mantran, Osmanlı İmparatorluğu Tarihi (Adam Yay., 2 vol. ), Altay Türklerinde Ölüm (Kabalcı) de Jean-Paul Roux, ainsi que Kahve­haneler Kitabı (Yapı Kredi Yay.) de François Georgeon.

3La France, elle, accueille des expositions comme celle organisée à Versailles dans l’été 1999, mais aussi de plus en plus souvent de céramiques, de tapis ou de miniatures ottomanes. Un déploiement du monde ottoman qui se remarque aussi dans le domaine des tra­ductions : la plus notable est celle d’un choix de textes d’Evliya Çelebi malheureusement uniquement consacré aux batailles, La Guerre des Turcs (Sindbad/Actes Sud), confirmant un aller-retour de plus en plus régulier entre les deux cultures.

La poésie

4Le corpus de la poésie turque contempo­raine cherche à se fixer à travers une « guerre » des anthologies : les deux volumes compilés par Memet Fuat (Adam Yay.) font face aux cinq volumes du choix de Refik Durbaş (Soyut Yay.) ; par ailleurs plusieurs CD-rom ont fait leur apparition : Poésie moderne (1998) ou Poésie ottomane (Yapı-Kredi) (1999).

5Dans la production elle-même, on assiste à d’importantes rééditions de classiques moder­nes : Oktay Rifat (2 volumes déjà parus), F. H. Dağlarca et İlhan Berk. D’autres encore, moins connus mais dont l’œuvre s’épanouit depuis une quarantaine d’années : Ülkü Tamer, Süreya Berfe, etc. Les revues restent actives et nom­breuses : Lundingirra, Adam Sanat, Hayalet Gemi, etc. tandis que la poésie en traduction reste particulièrement bien représentée : chez İyi Şeyler et Öteki Yay. en particulier. Il faut aussi noter la parution du volume 7 de Şiir Atlası, anthologie permanente de la poésie mondiale telle que Cevat Çapan la présente toutes les semaines dans Cumhuriyet Kitap.

6Un aspect inquiétant du débat poétique est la raréfaction des ouvrages de critique (ou de biographie et critique) concernant des poètes. Outre les rééditions d’articles anciens de Memet Fuat et de Mehmet H. Doğan, de trop rares textes émergent : l’essai général de Metin Celâl, Yeni Türk Şiiri (Çizgi Yay.), une étude sensible de Selim İleri en hommage à Behçet Necatigil (Kâf Yay.), l’ouvrage d’Ahmet Soysal consacré à Fazıl Hüsnü Dağlarca : Arzu ve Varlık - Dağlarca’ya Bakışlar (Yapı Kredi Yay.) et pour finir l’essai du jeune poète Veysel Çolak : Yabancılaşma ve Öteki Şiir (Gendaş Yay.).

La prose continue de chercher ses marques

7Qui sont les jeunes romanciers ? Peut-on dégager une tendance générale ? Non, il n’y a que des voix, multiples et très diverses comme celles de Hasan Ali Toptaş, de Aslı Erdoğan ou de Celâl Hafifbilek. La seule remarque que l’on pourrait avancer est la suivante : les thèmes qui dominent en ce moment sont l’aspiration à un renouvellement formel ou à une virtuosité tech­nique telle que la génération précédente l’affec­tionnait. Nous ne prendrons ici que quelques cas, disons les auteurs ayant connu un succès immédiat : Hasan Ali Toptaş n’est pas un débu­tant, il publie chez Adam son quatrième roman, Kayıp Hayaller Kitabı. On note chez lui un remarquable intérêt pour le style, une phrase complexe qui parvient à restituer le cha­toiement de la vie. De ses romans se dégage une intense mélancolie qui semble remodeler la réalité et en même temps rejoint une approche de la vie assez caractéristique des prosateurs turcs d'A. H. Tanpınar à Füruzan. On l’a récemment comparé à Kafka, ce qui, malgré d’indéniables qualités, paraît néanmoins un peu loin du compte...

8Kaan Arslanoğlu, lui, publie İntihar (Adam Yay.) : cet auteur déjà connu comme essayiste a voulu brosser le portrait d’un « héros de notre temps ». Il introduit dans son roman une large palette des aspects supposés aliénants de l’époque : le stress généralisé, l’obsession du temps compté, la part trop grande dévolue au travail ainsi que la place de plus en plus impor­tante du sport dans la société. Pourtant, plus qu’un regard sociologique, c’est une approche psychologique que privilégie Arslanoğlu.

9Hakan Şenocak est un jeune nouvelliste d’Ankara apparu à la fin des années 1980. Naj (Can Yay.) est son premier roman que l’auteur lui-même définit comme antiréaliste (karşıgerçekçi) : à la fois roman contemporain et fable, le récit raconte un grand amour contrarié et con­naissant un dénouement tragique. Ce texte qui travaille contre un réalisme trop prégnant semble plonger aux racines du conte populaire, avec succès.

10Halil Gökhan, traducteur de littérature française, poète déjà lauréat de plusieurs prix, donne aussi un premier roman : Yedinci (Gendaş Yay.). Au début du roman, sept cinéastes de différents pays méditerranéens se retrouvent dans un festival du Film noir ; ils sont incarcérés mais seule Alev İpek, la Turque, risque de ne pas être libérée... le récit s’enchaîne ensuite comme une série de nouvelles où s’impose un regard ironique sur l’état pitoyable de la littérature, concurrencée par le cinéma (qualifié de « littérature de l’ère technologique »). On y trouve aussi la critique d’une création littéraire qui s’est peu à peu coupée du monde extérieur et fonctionne sur de fausses valeurs.

11Quant à Hikmet Temel Akarsu, il donne avec Medya /Rock’n Roman 4 (İnkılâp Kitabevi) le dernier volume d’un « Quartet d’İstanbul » qui met en scène la jeunesse contemporaine de la ville, avec ses bandes, son goût du rock, ses sociétés satanistes et aussi les groupes d’étrangers (anglo-saxons et autres) perpétuant un goût de société coloniale au sein de la ville turque.

12On pourrait en dernier lieu mentionner un certain reflux des textes d’écrivaines : le volume reste stable mais pas d’augmentation nette.

Alamancı

13En ce qui concerne la littérature de langue turque de l’extérieur, la problématique semble peu évoluer depuis cinq ans : les romanciers turcs d’Allemagne de la génération des années 1960 et 70 continuent de chercher une légiti­mité en Turquie, comme si la publication en Allemagne n’avait été qu’un tremplin pour accéder au monde littéraire d’İstanbul. Ainsi, Yüksel Pazarkaya, Habib Bektaş et Güney Dal publient-ils tous un livre cette année, recueil­lant un écho souvent très mitigé.

14À l’exception de Akif Pirinçci (auteur de la série des Felidae, policiers « félins » à l’œuvre dans une Allemagne un peu déjantée) publié à grand renfort de publicité par Güncel Yay., les jeunes auteurs les plus talentueux - et parfois malgré le succès connu en Allemagne - restent ignorés. Après le second roman de Emine Sevgi Özdamar paru en 1998 (Die Brücke des Goldenen Horns) et récompensé par le prix Adalbert von Chamisso 1999, l’événement fut quand même le quatrième et dernier volume du quartet de Zafer Şenocak : Der Erottomane, paru en octobre 1999 chez Babel Verlag (Munich). En réalité c’est l’ensemble des auteurs d’origine turque et vivant en Europe qui semblent privés d’image lors de leur apparition sur le marché turc : pourtant des développements récents ont amené au-devant de la scène des auteurs de cette catégorie en Allemagne, aux Pays-Bas mais aussi en Grande-Bretagne... C’est proba­blement leur choix d’une expression littéraire dans une autre langue que le turc qui les pénalise - même si cela semble paradoxal quand on sait l’intérêt pour les autres littéra­tures en Turquie.

Une infrastructure culturelle en refonte

15L’édition et les revues bouillonnent, les prix littéraires se multiplient jusqu’à friser l’absur­dité, le Salon du Livre d’İstanbul gagne chaque année en importance, bref l’activité littéraire est tout sauf morne... L’élément le plus frappant reste le rapport toujours difficile entre İstanbul et le reste du pays : il existe, qu’on le veuille ou non, un centre et des périphéries, Ankara, İzmir et Bursa faisant figure de satellites ; les villes de plus faible importance comme Erzurum ou Trabzon continuent d’être caractérisées par un provincialisme pesant. Parallèlement, diverses enquêtes (comme celle de E Dergisi) sur les ventes des librairies de province indiquent un assez clair découpage idéologique du territoire (accompagné de fortes demandes pour les textes en sciences humaines et la production « ethnique ») de même qu’une refonte de la grande librairie de province qui met l’ensemble de la production à la portée du lecteur aux quatre coins du pays. Mais une unité continue d’exister puisque le titre cité comme vente n° 1 par tous les libraires consultés en 1999 est Benim Adım Kırmızı de Orhan Pamuk !

16L’édition turque (en littérature particulière­ment) reste très largement concentrée à İstan­bul : comme on peut le constater en notant les principaux succès littéraires, les maisons domi­nantes sont Can, Yapı-Kredi et Remzi (qui a choisi de se rénover en 1999 : un nouveau recrutement d’auteurs comme une refonte des couvertures et de la publicité). Suivies de près par İletişim, Metis, Adam et Ayrıntı (tous genres confondus, roman comme poésie). Une pléiade d’autres maisons cherchent leur voie : Kabalcı, Öteki, etc. Des maisons minuscules parviennent, le temps d’un titre ou deux, parfois plus, à faire entendre leur voix : Om Yay. par exemple. Pour les sciences humaines, la situation est différente mais on doit citer Bağlam Yay. et Dost Yay. (Ankara). Belge (un éditeur resté fameux pour ses prises de position en matière de multiculturalisme et « d’histoire parallèle ») est situé au confluent de plusieurs genres : littérature et histoire sociale... Certaines maisons, peu soucieuses de leur présentation, semblent en chute libre : par exemple Afa ou Cem.

17On a assisté à une reprise en main des éditions Türkiye İş Bankası Kültür Yay. : sans doute stimulé par le succès des éditions Yapı Kredi, cet éditeur à l’histoire déjà ancienne (né dans les années 1960) périclitait un peu depuis le début des années 1980. On a choisi d’y rééditer deux romans introuvables, Salon Köşelerinde (1910) de Safveti Ziya et Halâs (1929) de Mehmet Rauf. Le premier se situe dans les milieux de la haute bourgeoisie de Péra tandis que le second est un de ces romans de la Guerre d’Indépendance qui composent un genre assez important des toutes premières années de la République. L’action se situe - et là aussi est l’intérêt - à İzmir.

18D’autres titres, des essais, sont venus à l’automne compléter ce premier catalogue (V. Günyol, S. Eyüboğlu, M. C. Anday, etc.) mais aussi des traductions intéressantes. La qualité de la présentation - qui est devenue une constante de la production des maisons d’édi­tion privées depuis le milieu des années 90 -, du papier se retrouve aussi dans les très beaux livres d’art de la même maison.

19On mentionnera pour finir deux éditeurs en effet classiques dans le paysage littéraire et qui ont subi une refonte assez complète : les édi­tions Milliyet et les éditions İnkılâp. D’autre part, de jeunes loups de l’édition sont apparus : les éditions Gendaş (encore à la recherche d’une image) et les éditions Doğan Kitapçılık, qui bénéficient de très puissants moyens financiers. Ici, la source de référence de la ligne éditoriale semble être la France mais aussi les États-Unis et l’on sent l’influence à la fois des agents littéraires et de la Foire de Francfort. Une édition plus en phase avec le marché mon­dial peut en naître, si l’on réussit à contrôler l’aspect exclusivement commercial. Pourtant, comment expliquer autrement que par la volon­té de réaliser un « coup éditorial » la parution en janvier 2000 des Particules élémentaires (Doğan Kitap) de Michel Houellebecq ?

Jeunisme ou tendance ?

20Grand absent du paysage littéraire turc (seul subsiste le souvenir des épisodes des enquêtes du privé Mike Hammer), le roman policier con­naît un essor remarqué en 1999 ; parmi les derniers développements en date, on notera que l’éditeur Doğan Kitap a décidé de lancer une collection Ülkeler ve Polisiye avec un enquêteur israélien.... On retrouve ainsi ce qui avait été dit au début de ce dossier à propos du texte d’Ahmet Ümit, Patasana et la confirma­tion d’un double phénomène dans le domaine du récit policier : une tendance s’oriente plutôt vers la critique sociale et le portrait crypté des grandes villes (le roman policier rural reste une denrée rare) alors que l’autre recouvre l’inscription dans une époque passée (faisant aussi office de roman historique) et dans un groupe de population particulier ou lointain. Il s’agit donc de rien moins qu’une mode que l’on voit se répéter pays après pays malgré une réticence assez forte des pays musulmans : ainsi le monde arabe a pour l’instant bien résisté à cette déferlante. Il est donc intéressant de noter que la Turquie - jamais en reste d’occidentali­sation - semble être la première à accéder à cet élément essentiel du paysage littéraire contem­porain. Avec le risque d’être un peu plus vite absorbée dans le paysage éditorial occidental. Le concert des nations a parfois un air d’unifor­mité...

21En 1999 toujours, un prix littéraire est créé (dit du « café Kaktüs » (İstanbul)) et récompense deux lauréats : Celil Oker pour Çıplak Ceset et Cenk Eden pour Rüzgarsız Şehir (paru chez Oğlak Yay.). Celil Oker a par ailleurs publié un roman situé dans les milieux du football (Kramponlu Ceset) et Birol Oğuz un texte inti­tulé Siyah Beyaz, tous deux chez Maceraperest Kitaplar.

22Au-delà de l’essor de l’édition pour enfants en Turquie (on reste encore loin du dynamisme et de l’inventivité des Anglo-saxons ou des Français dans ce domaine), plusieurs « niches » du marché de la jeunesse semblent se garnir : à commencer par la bande dessinée qui n’est pas stricto sensu nouvelle en Turquie : elle existe sous une forme populaire depuis les années 50 mais aussi dans le domaine satirique où les Leman et autres Gırgır continuent de se vendre très bien. Cependant, les albums de BD tels qu’on les connaît devaient trouver leur propre circuit, des maisons d’édition capable d’assurer une fabrication adéquate (la quadrichromie étant chère) et son public, jeune et « branché ». Après Astérix puis les rééditions de l’excellent Abdülcanbaz (chez Yapı Kredi), on découvre maintenant deux volumes de Corto Maltese (Dost Yay.), auxquels viennent s’ajouter les premières productions de jeunes dessinateurs turcs...

23Il n’est pas indifférent de constater l’arrivée de la matière rationaliste que représente la science-fiction dans une culture encore peu axée sur les sciences : d’ailleurs beaucoup plus que les textes de SF traditionnels (on traduit depuis dix ans Brian W. Aldiss, Isaac Asimov ou Stanislas Lem), c’est le domaine de la fantasy, aux limites du fantastique, qui ren­contre un intérêt. Ursula K. Le Guin (régulièrement publiée chez Metis) mais surtout l’incontournable J. R. R. Tolkien ; après Le Seigneur des anneaux, on aborde un autre cycle avec Silmarillion (Altıkırkbeş Yay.) : vaste roman cosmogonique paru de manière posthume en 1977 et qui conte les premiers temps mythologiques de la Terre du Milieu.

24Entre inclination pour une forme de culture New Age et naissance d’un groupe de jeunes consommateurs culturels urbains, les signes de reconnaissance de l’internationalisation se mul­tiplient : la méthode est anglo-saxonne, sans complexe...

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search