Version classiqueVersion mobile

La littérature turque à l’aube du millénaire : 1999 – 2000

 | 
Timur Muhiddine

Un difficile rapport entre les arts

Texte intégral

1C’est l’ouverture de la Biennale d’İstanbul qui a permis de cristalliser les aspirations comme le désarroi liés à l’établissement d’un marché de l’art moderne en Turquie. Du côté de sa réception et de sa diffusion, deux problèmes semblent dominer : un désintérêt encore très fréquent du public, mais aussi des intellectuels. Le directeur de TÜYAP, Deniz Kavukçuoğlu, s’est exprimé plusieurs fois à l’automne sur ce thème :

« La raison pour laquelle nos intellectuels ne montrent guère d’intérêt pour les arts plastiques, c’est l’absence d’un lien fort entre eux et la pein­ture. La même réflexion est valable pour les équipes de rédaction des journaux. Ils vont plus volontiers au théâtre ou au cinéma, lisent des livres mais n’ont pas développé l’habitude de visiter des galeries d’art.  »
(Cumhuriyet)

2Ce qui pourrait sans doute expliquer le vide de la critique d’art en Turquie. Relevé à plusieurs reprises par Mehmet Ergüven (à qui l’on a décerné cette année le Prix Sezer Tansuğ), sujet de polémique pour Necmi Ersöz, ce malaise repose sur plusieurs absences : l’en­seignement encore très traditionnel de l’histoire de l’art, la faiblesse du regard critique (longtemps perceptible en matière de critique littéraire) et l’enracinement culturel faible du regard sur la peinture et la sculpture. Pourtant, le nombre de lieux consacré à l’art, aux « événe­ments » dans un sens plus large que la tradi­tionnelle exposition de peinture, ne cesse d’aug­menter, à Ankara comme à İstanbul. 1999 aura vu, par exemple, l’ouverture d’une nouvelle galerie au choix très exigeant, la Galerie Borusan, et la réorganisation de la galerie Yapı Kredi. La question d’un grand musée d’Art moderne reste par contre toujours posée...

3Parmi les signes encourageants de réflexion, on notera que le sociologue Ali Akay, égale­ment œil averti et curateur de nombreuses expositions novatrices à İstanbul ces dernières années, publie un intéressant essai : Sanatın Sosyolojik Gözü (Bağlam). Du côté des écri­vains, Enis Batur et son goût pour la peinture et la musique se confirment ; son Bir(İki) Sergi Öncesinden Tablolar (Sel Yay.) analyse le tra­vail du peintre Fatma Tülin. Il est avec Ferit Edgü l’un des seuls auteurs à mener en perma­nence une réflexion sur les arts plastiques. Tout cela est encore très récent et ne fait que confirmer une réalité : les arts plastiques à l’occi­dentale existent en Turquie mais le goût du public en général, comme de nombreux intel­lectuels, n’y a pas encore matière à intérêt. Par ailleurs, à travers des expositions comme la manifestation Turquoise 2000 (Paris, avril 2000), la création actuelle turque cherche à gagner une visibilité à l’étranger...

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search