Version classiqueVersion mobile

La littérature turque à l’aube du millénaire : 1999 – 2000

 | 
Timur Muhiddine

Roman et politique, politique et autobiographie

Texte intégral

1Vedat Türkali (1919-) a déjà donné deux grands romans à tonalité politique : Bir Gün Tek Başına (1975) et Mavi Karanlık (1983). Lui- même engagé dans la voie de la contestation depuis longtemps, ayant purgé entre 1951 et 1958 une longue peine de prison, il semblait tout désigné pour faire le portrait romanesque de plusieurs « générations perdues » de mili­tants de gauche. Pourtant le texte (Güven) pub­lié cette année chez Gendaş Yay. réserve quelques surprises, même s’il se présente comme son œuvre maîtresse : résultat de dix ans de travail et d’innombrables recherches effectuées dans son exil londonien, c’est un texte de grande ampleur où se fondent réel et fiction. Couvrant la période allant des années 1940 à nos jours, il intègre de nombreux personnages réels, tels que Halide Edip (alors enseignante à l’Université d’İstanbul), Nâzım Hikmet, Şefik Hüsnü ou Yunus Nadi... Ce roman se veut l’équivalent turc du roman d’Aragon, Les Communistes, et trouve sa place dans le phénomène de réévaluation de la cul­ture politique clandestine en Turquie. En réa­lité, toute une frange de l’intelligentsia turque peut à raison se présenter comme l’orpheline d’une grande idée : le débat sur cette gauche n’a jamais pu avoir lieu.

2La même période voit d’ailleurs se dessiner un regard de plus en plus critique sur Nâzım Hikmet. La biographie en anglais (Romantic Communist, 1999) que viennent de lui consacrer Saime Göksu et Edward Timms en est sans doute le meilleur exemple ; la vie politique de gauche et les accointances culturelles des « socialistes turcs » (un terme générique pour toute la gauche active) sont mises en perspec­tive : on a surtout l’impression qu’une purge était devenue nécessaire car la figure intou­chable, largement idéalisée de Hikmet s’était figée. Ce n’est sans doute pas un hasard si la superposition entre convictions communistes et l’admiration pour Nâzım Hikmet semble sou­vent totale : sans être un idéologue, et parce que le Parti communiste turc fut si longtemps clan­destin, c’est le poète engagé, puis établi au cœur du système communiste mais en conservant toutes ses facultés critiques, qui incarne plus que tout autre cette forme de communisme à la turque. Il représente aussi - le thème est répété par de nombreux intellectuels - la jeunesse, le fol espoir d’une partie importante des créateurs, écrivains, peintres ou cinéastes. Une seconde figure (là aussi en voie de réhabilitation), dont l’image reste connotée, est celle de Yılmaz Güney qui représentera presque la même chose pour les années 70 et 80.

3Au point que l’essayiste Ali Akay y déchiffre cette tendance plus large à se procurer des témoignages sur la « guerre froide » qui s’est prolongée jusqu’au milieu des années 1980, constituant une sorte de marque de fabrique du pays :

« De Peyami Safa à Necip Fazıl, de Nâzım Hikmet à Mîna Urgan et Vedat Türkali, qu’il s’agisse de littérature ou de souvenirs littéraires forgés à partir du passé des gauchistes ou des conservateurs, le fait remarquable reste l’exis­tence de ces livres que recherche le lecteur et son désir de les lire au point que, dans une société majoritairement dévote, des ouvrages évoquant l’expérience de gauche de Vedat Türkali ou de Mîna Urgan prennent place parmi les best­sellers. Et ce phénomène présente ainsi de gran­des similitudes avec le développement sociologique de la Turquie.  »
(E Dergisi n° 10, p. 43)

Il faudrait encore mentionner les titres suivants qui cherchent à retracer l’expérience communiste : Eski Tüfeklerin Sonbaharı (Gendaş) de Emin Karaca, par ailleurs l’auteur de quatre livres sur Nâzım Hikmet depuis 1992 ; il donne ici un recueil d’interviews de 10 célèbres com­munistes turcs (dont R. N. İleri et V. Türkali). La recherche de Hamit Erdem sur le dirigeant du TKP assassiné en 1919 : Bir Hayat Bir Ölüm. Mustafa Suphi. (Sel Yay.) Mais aussi les mémoires de Mihri Belli (1915- ) : deux volumes chez Doğan Kitap qui racontent la traversée du siècle d’un homme ayant été membre du Parti communiste américain, a combattu en Grèce à la fin des années 40, a fondé le Parti du Travail en Turquie, connu la prison puis l’exil en Suède après 1980...

4Études ou fictions, les textes où s’exprime le besoin de présenter un bilan historique et socio­logique permettent de dire, tant d’années plus tard, la validité d’un choix politique radical. Et ce au moment où toutes les idéologies - particu­lièrement celles des années 1960 à 80 - sont dévaluées.

Musée des fractions de gauche d’avant-80 :
Bulle 1 : « L’IGD (Jeunesse révolutionnaire islamique), c’est quel étage, siouplaît ?  » Bulle 2 : « Au deuxième. Dans la même salle que le PC turc...  »

Musée des fractions de gauche d’avant-80 :Bulle 1 : « L’IGD (Jeunesse révolutionnaire islamique), c’est quel étage, siouplaît ?  » Bulle 2 : « Au deuxième. Dans la même salle que le PC turc...  »

De grands témoins intellectuels du siècle

5Le premier à s’engager dans cette voie avait été Memet Fuat : Gölgede Kalan Yıllar (Adam Yay., 1997) où il s’attachait surtout à retracer la vie de sa mère, Piraye, de ses relations avec Nâzım Hikmet et de sa propre enfance et jeunesse, c’est-à-dire les années 1930 et 1940. Mais on assiste désormais à une floraison de textes de souvenirs : le critique littéraire Fethi Naci (Dönüp Baktığımda chez Adam Yay.), Fakir Baykurt qui publie le troisième volume de son autobiographie, Memet Fuat qui poursuit et s’attache à ses souvenirs de spectateur sportif : Tribünden Palavra Anıları (Adam Yay., 1999).

6Pourtant c’est une universitaire, Mîna Urgan qui crée l’événement en 1998 avec Bir Dinozorun Anıları (Yapı Kredi Yay.) ; sur la demande instante de ses lecteurs, elle publie une séquelle en novembre 1999 : Bir Dinozorun Gezileri.

« S’il fallait l’énoncer clairement et con­sidérant que je suis turque, je n’ai au départ aucune joie de vivre ni de goût particulier pour la Nature. Vous trouverez peut-être cela étrange mais ma joie de vivre est apparue aux alentours de mes vingt ans, lorsque je me suis engagée à gauche et que j’ai dû reléguer ma personnalité à l’arrière- plan. Même si ma propre vie comportait des catastrophes véritables, de la misère, j’ai considéré qu’il était honteux de bouder pour de banales questions d’amour propre. En ce qui concerne les catastrophes dont j’ai été personnellement victime (j’en retiens deux), j’ai trouvé malvenu, d’un point de vue moral, de les exposer et d’inquiéter mon entourage. Quant à mon amour de la Nature, en raison des exigences de mon métier (M. Urgan enseignait la littérature anglaise, N. d. T.), il m’a fallu lire les poètes romantiques anglais qui étaient fous de Nature. Car il existe un gouffre entre voir et regarder. Contempler bêtement la beauté de la Nature, c’est une chose, voir véritable­ment cette beauté en est une autre. C’est ce que les poètes anglais m’ont appris : ne pas simplement regarder mais voir la Nature.  »
(Extrait de Bir Dinozorun Gezileri, 1999)

7Les mémoires ne sont pas l’autobiographie : elles n’en constituent qu’une première approche, la trame sur laquelle la déconstruc­tion du moi peut-être jouée. Ainsi la question de l’élaboration autobiographique indique l’un des sérieux handicaps de la production, le faible développement en Turquie de la veine autobiographique, introspective (dont on nous a souvent dit qu’elle fut inspirée, en Occident, par une longue habitude de l’examen de con­science). Souvent marquée par l’anecdote - et même la « chaîne » d’anecdotes - elle ne ressem­ble en rien aux grandes autobiographies parues depuis le XVIIIe siècle. D’ailleurs doit-on voir l’ancêtre du genre dans les Confessions de Jean- Jacques Rousseau ou remonter jusqu’à Saint Augustin ? On aurait bien du mal à établir une filiation aussi prestigieuse dans le domaine turc même si certains textes ottomans (tout au moins des passages) restent empreints d’un subjectivisme assez poussé. Pour les débuts de la période républicaine, on dispose d’assez nombreuses mémoires (par exemple celles de Halit Ziya Uşaklıgil ou de Halide Edip, vrais classiques du genre) mais où l’on perçoit une réticence à se dire : la franchise, même feinte à la manière d’André Gide, reste pour ces auteurs des débuts de la modernité littéraire difficile à conceptualiser. En tous cas, la parution en 1998 puis 1999 de plusieurs grandes fresques auto­biographiques, rédigées par des témoins majeurs de la vie culturelle (d’ailleurs dans le cadre plus précisément littéraire) constitue l’indice d’un développement du genre ainsi qu’une présen­tation du bilan du siècle écoulé : l’entrée du siècle dans l’Histoire. C’est en même temps le plus éclatant témoignage de l’inévitable recherche d’identité des intellectuels turcs.

8On peut se poser la question du succès phénoménal des deux livres successifs de Mîna Urgan. Outre la question du « déballage » des opinions - rappelons que l’affirmation de son communisme a déclenché une longue série de réactions et sûrement rallié de nombreux lecteurs -, les raisons en restent obscures. Elle- même s’en est étonnée et amusée à plusieurs reprises ; mais le ton libre forgé par de nom­breuses années de résistance intellectuelle, de réflexion, de fréquentation aussi des grands textes (essentiellement anglo-saxons) tout comme de personnages engagés dans l’histoire et la politique contemporains constituent la meilleure explication de la formation de Mîna Urgan. Oui, cette femme de tête, esprit fort et ennemie de la pensée unique, incarne à elle seule plusieurs traditions de l’insoumission alla turca et honore un monde universitaire souvent décrié.

À lire :

On rappellera l’existence de trois titres de Philippe Lejeune : L’Autobiographie en France (1971), Le Pacte autobiographique (1975) et Je est un autre (1980). Du même, traduit en turc : « Özyaşamöyküsünde Yenilik Yapılabilir mi ? », Kitaplık Sayı : 37, Yaz 1999.

A. Lapidot-Firilla: « The Memoirs of Halide Edip. The Public Persona and the Personal Narrative», New Perspectives on Turkey n° 21, Autumn 1999.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Musée des fractions de gauche d’avant-80 :Bulle 1 : « L’IGD (Jeunesse révolutionnaire islamique), c’est quel étage, siouplaît ?  » Bulle 2 : « Au deuxième. Dans la même salle que le PC turc...  »
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search