Version classiqueVersion mobile

La littérature turque à l’aube du millénaire : 1999 – 2000

 | 
Timur Muhiddine

Avant-propos

Note de l’auteur

Sauf mention contraire, les textes ont été traduits par T. Muhidine

Texte intégral

Remerciements à E. Batur, H. Gökhan, Ö. İnce, E. Öz, A. Yaraman, T. Yücel.

1Comment effectuer le bilan d’une année de production culturelle ? Le portrait reste difficile à tracer, au risque de ne reproduire que le filigrane des mois qui se succèdent, fuite en avant autant qu’évolution concertée. Il y a en effet une gageure à vouloir présenter en quelques pages ce mouvement permanent qu’est la vie intellectuelle d’un pays... C’est pourquoi il a paru préférable de s’appuyer sur le bilan de quatorze mois (janvier 1999 à mars 2000) de vie littéraire afin de disposer d’une base concrète de travail : en premier chef les publications et leur réception. Ce travail reste limité, interroge quelques grands thèmes qui parcourent les préoccupations des auteurs comme des éditeurs (cette corrélation forte qui continue de s’exercer dans le domaine éditorial, comme en France) et tente de brosser le tableau d’une édition en période de mutation, à deux doigts de se structurer selon le schéma occi­dental : le triangle édition - foires du livre - médias relais et librairie (même si ce dernier maillon reste le plus faible à l’heure actuelle) fonctionne plutôt bien mais justement, peut- être avec une trop grande docilité. Cependant une chose est sûre tout en restant méconnue : la vie littéraire reste soumise à ce balancier entre les intentions, les projets, les œuvres en cours et la loi non écrite du marché où se combinent la pression des modes et un système de com­mande inhérent à la vie éditoriale. On a donc cherché à aborder certains thèmes à la croisée des chemins politiques, historiques ou plas­tiques tout en sachant que le domaine de la philosophie, de l’histoire de la pensée (dont on peut voir à travers les traductions du français et de l’anglais qu’elle est en plein essor) mériterait une enquête à part : son domaine d’expression est aussi plus confidentiel, partagé entre l’Université et certaines associations, groupes de recherche mais aussi le choix indi­viduel, les lectures que chaque enseignant ou romancier peut faire : on y trouverait aussi bien Nietzsche et Husserl que Nusret Hızır et Nermi Uygur...

2On manque aussi - la remarque a été déjà plusieurs fois formulée - d’enquêtes sur la lecture ou sur les bibliothèques ainsi que sur l’impact de certains ouvrages, les fameuses « grosses ventes » telles que les romans his­toriques. Il faut d’ores et déjà réaffirmer que l’on aura ici privilégié la « littérature de qualité », plutôt que les textes célébrés par la presse populaire par exemple. On proposera donc - peut-on vraiment l’éviter et pardon pour le paradoxe - une vision personnelle « aussi objec­tive que possible » dont l’intention centrale reste de présenter aux non-turcophones le tableau d’une année (et pas n’importe quelle année, le tournant du siècle - évitons la gran­diloquence du tournant du millénaire !) ainsi que des suggestions de lecture tout comme de réflexion ou d’investigation à ceux qui souhai­teraient pénétrer dans cet univers de la culture écrite vivante en Turquie...

3Les tendances générales existent : « tribalisation » de la vie sociale en Turquie, globalisa­tion (Küreselleşme) ressentie comme une me­nace et donnée comme la nouvelle grille de lec­ture du monde, événements marquants (par exemple le séisme du 17 août 1999 et son cortège de traumatismes), redéfinition à tous les niveaux de l’État de l’héritage républicain mais aussi points de convergence entre l’évolution d’une société, les productions écrites, audio­visuelles ou plastiques, reflétant les choix idéologiques à un moment donné et la percep­tion qu’a cette même société de son histoire (ce qui, dans le cas de la Turquie, aura toujours représenté un enjeu particulièrement impor­tant). C’est à travers ce maillage complexe qu’il faut essayer de voir pour déchiffrer la situation culturelle et opérer un reclassement. On verra que l’Histoire et l’approche biographique occu­pent le premier rang des préoccupations...

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search