Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le séisme de Yalova-İzmit-İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

Conclusion

Texte intégral

1Un « dossier » comme celui-ci n’a pas voca­tion à être conclu définitivement.

2Cependant, à titre provisoire, on peut se ris­quer à esquisser quelques remarques. Les tremblements de terre sont de terribles révélateurs des dysfonctionnements de l’urbanisme et, au- delà, de ceux de la gestion des espaces urbains et de leur croissance. Celui du 17/08/99 n’échappe pas à cette règle implacable. En effet, bien qu’attendu et presqu’annoncé, il a révélé de façon fracassante les faiblesses accumulées des modalités du développement urbain en Turquie.

3Au-delà, la catastrophe a eu pour effet de faire resurgir et de mettre sur le devant de la scène et en débat de multiples questions (de tous ordres), éludées par les pouvoirs publics jusque-là. S’il permet une meilleure prise de conscience à la fois des risques objectifs encou­rus et des lacunes de leur gestion socio-poli­tique, le tremblement de terre n’aura pas servi à rien. Dès lors, et sans tomber dans le sordide, on pourrait étendre la remarque d’un scien­tifique qui déclarait « D’un point de vue scien­tifique voilà une faille très stimulante

  • 1 Cf. Aykut Barka, Bilim ve Ütopya, septembre 1999, p. 17
  • 2 Cf. Bilim ve Ütopya, septembre 1999, p. 8.
  • 3 Lieu d'un accident survenu à l'automne 1996 au cours duquel un haut fonctionnaire de la Sécurité et (...)

41 ». On pourrait rajouter qu’il en va de même du point de vue socio-politique. L’enjeu qui se profile, en suivant Murat Balamir2, est bien un enjeu de société, celui du passage d’une société « fata­liste » (kaderci) (se nourrissant de l’ignorance dominante) à une société « intelligente » (dirayetçi), consciente et prévoyante. Certains observateurs parlent d’un « Deuxième Susurluk3 » (cf. Radikal, 5/09/1999), comme pour suggérer en quoi le tremblement de terre est un événement-choc, qui devrait, malgré toutes les résistances, modifier les données du jeu poli­tique en Turquie. Aussi, comme l’écrivit un éditorialiste du quotidien Cumhuriyet (2 septem­bre 99, p. 2), si le séisme a violemment mis en face des citoyens turcs tous les manquements (eksiklerimizi) et toutes les faiblesses (zaafları) de leur système, deux voies se dessinent pour la Turquie : celle de l’aveuglement, de la paranoïa, et du retour aux vieilles et mauvaises habi­tudes, ou celle de l’ouverture, de l’examen de conscience et de la réforme en profondeur des institutions défectueuses.

5Pour finir, on peut reprendre les grandes lignes d’un article paru dans Cumhuriyet le 11/09/1999 (p. 2), intitulé : « Le séisme, c’est certes physique, mais c’est surtout social ». L’auteur, qui se refuse à prédire la date du prochain tremblement de terre, y tente seule­ment, près d’un mois après le séisme, de chercher quelques causes « sociales » du lourd bilan du séisme. Suivons-le dans son analyse :

  • La question de la population est selon lui centrale ; la population de la Turquie s’ac­croît encore trop vite, ce qui contraint à con­struire en dépit du bon sens ;

  • Le manque de qualité de l’enseignement, presqu’à tous les niveaux ;

  • Les pratiques politiques douteuses ;

  • L’incurie des pouvoirs locaux ;

  • L’absence d’organisation et l’individua­lisme ;

  • La mauvaise maîtrise des technologies importées ;

  • L’avidité matérielle et la passion de l’en­richissement.

6Cet élargissement du débat, qui prête évidemment à discussion, montre en tout cas tout ce que le séisme a révélé de la société turque contemporaine. Un séisme qui ne peut donc « simplement » s’envisager comme une catastrophe naturelle.

Notes

1 Cf. Aykut Barka, Bilim ve Ütopya, septembre 1999, p. 17

2 Cf. Bilim ve Ütopya, septembre 1999, p. 8.

3 Lieu d'un accident survenu à l'automne 1996 au cours duquel un haut fonctionnaire de la Sécurité et un extrémiste recherché depuis des années par Interpol ont été tués tandis qu'un député du DYP était blessé. Cet incident qui a mis à jour des collusions a suscité un grand émoi dans l'opinion publique.

© Institut français d’études anatoliennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr