Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le séisme de Yalova-İzmit-İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

Les attendus et conséquences juridico- politiques de la catastrophe : des effets insoupçonnés ?

Texte intégral

A. Vers une moralisation et une professionnalisation du secteur de la construction et de l’immobilier ?

1. Les constructeurs

1On pourrait s’attendre à ce qu’enfin en Turquie n’importe qui ne puisse pas s’impro­viser et s’autoproclamer bâtisseur ou constructeur , quels que soient ses relations politiques et son capital financier. Plusieurs promoteurs sont déjà dénoncés avec virulence par la presse turque, qui cependant peuvent n’être que des fusibles ou des boucs-émissaires, alors que c’est tout un système de production du bâti et de gestion de l’urbanisation qui est en cause. Gare aux arbres qui cachent la forêt de corrup­tion et d’impéritie. L’exemple et le triste précé­dent du tremblement de terre d’Adana en juin 1996 incitent en effet à demeurer prudent quant aux perspectives de moralisation des professions de la construction. Puisque seule une part infime des responsables, pourtant parfaitement identifiés et connus, des con­structions défectueuses s’étant effondrées sur leurs habitants n’a été vraiment, jusqu’à ce jour, inquiétée et poursuivie. Mais les plaintes affluent et les autorités sont obligées de les recueillir et de les prendre en considération. Là encore, sur ce chapitre, la mobilisation de la société civile est spectaculaire, qui n’a pas l’intention que les responsables demeurent impunis.

2En matière de formation à la base, signalons l’initiative originale de la Municipalité de Gaziosmanpaşa qui vient de lancer des cours de sensibilisation aux techniques antisismiques, à destination des contremaîtres, en construction (kalfa).

2. Des arrestations, des procès en série déjà engagés, des condamnations, des emprisonnements

3Moins de trois semaines après le séisme, les procureurs de la République départementaux sont déjà « passés à l’action », et ont lancé des mandats d’arrêt contre de nombreux entrepreneurs fautifs, dont certains ont commencé à être jugés (Radikal, 3/09/1999, p. 5). Les procé­dures sont rapides, comme pour l’exemple, ou pour montrer que la puissance publique ne fait preuve, désormais, d’aucune complaisance à l’endroit des responsables. En vertu de la procé­dure mise en place, les victimes du séisme ont un an pour ouvrir des procès.

4De plus, la « loi d’amnistie » (Af Yasası) qui était en préparation va être, sous l’effet du séisme, révisée de façon à exclure les promo­teurs sans foi des grâces de cette mesure.

3. Les agents immobiliers prêts à travailler autrement ?

5De même, une professionnalisation des métiers d’agent immobilier et de promoteur semble urgente et d’ores et déjà réclamée. En effet, les agents immobiliers n’ont souvent aucune formation spécifique. Il s’agit souvent plus de « chef de terre » qui ont eu la chance d’anticiper le mouvement d’urbanisation à tel ou tel endroit que de professionnels.

6Très récemment, signe d’un changement de mentalité, une association d’agents immobiliers vient de s’engager à ne plus commercialiser des immeubles défectueux. On se demande ce que certains vont pouvoir vendre (cf. 3/09/1999) !

4. Vers une nouvelle « loi sur la construc­tion » (İmar Yasası) ?

7En projet depuis longtemps cette nouvelle loi était à l’étude (aux mains d’universitaires d’ODTÜ) mais l’examen du projet par l’Assemblée Nationale Turque était différé. Reste donc en vigueur l’ancienne, qui date de 1934.

B. Vers un meilleur conseil en matière de constructions antisismiques et surtout de suivi de celles-ci (par les pouvoirs locaux ou par des entreprises privées auxquelles on concéderait ce suivi)

8Cette exigence se fonde sur un souci crois­sant que semble exprimer la population, tant dans la région frappée que dans les autres (sachant que plus de 90 % du territoire turc est sérieusement exposé aux risques sismiques). Les associations et les organisations professionnelles jouent à cet égard un rôle important dans l’émergence de cette revendication de qualité et de contrôle du bâti. « La sensibilité du peuple au tremblement de terre s’est accrue » titrait avec bon sens un quotidien début septembre 1999.

91. Dans la zone touchée : de l’insouciance à la psychose
Ici, en quelque sorte, ce souci va de soi. Eu égard aux dégâts causés, on peut s’attendre à ce qu’enfin les normes antisismiques les plus élé­mentaires soient respectées. Les erreurs grossières commises ne pourront plus l’être en toute impunité, en dépit de la faculté d’oubli qu’alimente l’urgence au quotidien et de l’iner­tie des structures en place.

102. Hors de celle-ci : « l’effet-İzmit » partout en Turquie ?
Sachant que plus de 90 % du territoire turc est exposé aux risques sismiques, cette catastrophe a eu pour effet d’amener chaque urbain, dans l’ensemble de la Turquie, à se poser la qu­estion de la conformité aux normes de sécurité de son habitation. « Erzincan, c’était loin ; aujourd’hui c’est la région la plus active de la Tur­quie qui est touchée ; demain, ce sera peut-être nous-mêmes. » : telle est l’obsession présente. En conséquence, entrepreneurs, agents immobiliers et maires ne pourront plus faire tout à fa­it n’importe quoi, en toute impunité. Si on ne change pas de mauvaise habitude du jour au lendemain, il est des événements qui obligent à quelque remise en cause et infléchissement. En tout cas, des garde-fous vont être mis en place. Il règne donc une espèce de fureur du contrôle technique, alimentée par la peur.

11C’est le cas déjà à Bodrum (cf. Milliyet, 31/08/99), où quelques jours seulement après la catastrophe le maire a lancé une grande entre­prise de contrôle et d’homologation du bâti, dans le but simple et assez légitime de rassurer la population touristique (« Bodrum, ce n’est pas Yalova »).

12De même à İzmir (cf. Özgür Bakış, 3/09/1999, p. 1 et 3), plusieurs maires de l’agglomération ont annoncé des projets de con­trôle technique du bâti.

C. Un travail d’éducation de la population, compte tenu de l’importance de l’auto construction, un effort de formation et un nécessaire effort de « veille scientifique » et de recherche

131. L’initiative de la mairie métropolitaine d’İstanbul (İBŞB)
Il faut surtout signaler, sous ce chapitre, une petite brochure sur les tremblements de terre, dont on nous assure sur la couverture que la première édition a été faite en 1997 (une manière de se disculper ?). T. C. İBŞB. (1999), « Deprem zararlarından korunmak için yapa­bileceklerimiz » (ce que nous pouvons faire pour nous prémunir des nuisances des tremble­ments de terre), 8 pages.

142. Chambres de métier
De leur côté, les Chambres de Métier poursuivent leur travail d’éducation et de sensibilisation, dans la limite de leurs moyens. « Ya bilim, ya ölüm » (soit la science, soit la mort) : la devise du responsable de la Chambre des Architectes d’İzmir est, à cet égard, très révélatrice du souci d’éducation populaire et de l’idéologie scientiste qui -par réaction face à l’irrationnalisme et au fatalisme ambiants- anime ces acteurs sociaux.

153. Vers un changement dans l’enseignement technique ?
Un des constats faits à l’issue du tremble­ment de terre (notamment par Atilla Ansal) a trait au faible niveau de la formation des ingénieurs en construction. Aussi une refonte de cette formation est-elle largement souhaitée, de façon à la mieux adapter aux exigences du métier d’aujourd’hui. De même, une réforme de la « Loi sur les Ingénieurs », qui date de 1938, est demandée.

164. Un travail de recherche et de veille scien­tifique plus poussé et plus cohérent ?
Le système d’aide à la recherche scientifique en Turquie est actuellement assez violemment mis en question, en raison à la fois de ses mai­gres moyens et de ses priorités (cf. Prof. T. Şengör, Cumhuriyet, 4/09/1999). En fait, le seul organisme public qui finance la recherche scientifique est TÜBİTAK (Türkiye Bilim ve Teknik Araştırma Kurumu), auquel s’associe parfois « l’Organisation de Planification d’État » (DPT : Devlet Planlama Teşkilâtı). Selon le professeur Şengör, ces organismes ont par trois fois refusé de financer un projet de « Prévision des Séismes Influents », qui leur a été présenté pour la première fois en 1993, préférant soutenir un projet de station d’écoute des satellites dans la Çukurova. Choix a posteriori sans doute contestable. Donc dans un pays aussi massive­ment menacé par les séismes, la paucité des moyens (financements) publics dont dispose la recherche est paradoxale, voire inacceptable. Si la TÜBİTAK (dépendant du Premier ministre) fait quelques efforts, ses moyens demeurent limités et l’appel au secteur privé apparaît à cer­tains comme une solution.

17En outre, parmi les propositions qui sont faites, tant par des spécialistes turcs que par des spécialistes étrangers de géophysique (comme le Français X. Le Pichon, dernièrement en vis­ite en Turquie ; cf. Milliyet, 2/09/1999), on note la mise en place d’un « réseau de surveillance nationale » (Ulusal Deprem Ağı), à l’échelle de toute la Turquie. Ce qui suppose une bonne connexion entre les différents points du réseau. Car s’il existe des centres de veille et d’enregistrement, ponctuellement, ceux-ci ne sem­blent pas assez fonctionner en parallèle et en synergie. Par ailleurs, un renforcement du dis­positif et une mise aux normes internationales paraissent, pour certains (cf. A. A. Barka, 1999), indispensables.

185. La nécessaire mise en place de pro­grammes de recherches interdisciplinaires sur le séisme et une nécessaire concertation des « spécialistes ».
Cependant, l’ensemble des disciplines con­cernées (géologie, géophysique, sismologie, géomorphologie, ingénierie du bâtiment, géotechnique.) doivent conduire et appro­fondir ces recherches de front. C’est en tout cas un souhait instamment exprimé par des spé­cialistes (H. Eyidoğan, 1999, p. 70).

19Par ailleurs, les querelles « scientifiques » dont les médias se font ces jours complaisamment l’écho révèlent des travers de la recherche qu’il conviendrait de corriger (cf. Cumhuriyet, 9/09/199, p. 17). Dans l’article précité, un col­lègue du très médiatisé Directeur de l’Observatoire de Kandilli, Ahmet Mete Işıkara, lui reproche de s’être trompé sur l’intensité du séisme, d’avoir entretenu la psychose de la réplique violente et enfin de ne pas avoir divul­gué certaines informations à ses collègues de la « communauté scientifique » (comme celles relatives au séisme, a posteriori considérés comme prémonitoires, du 16/07/1999). Dans ces condi­tions, on pourrait parler d’une concurrence entre les chercheurs, qui aboutit à une mauvaise circulation de l’information, alors même qu’une collaboration active serait plus souhaitable (surtout sur des questions aussi vives et vitales pour la Turquie). La médiatisa­tion actuelle des spécialistes de recherche sismique ne fait d’ailleurs qu’exacerber cette com­pétition. On note une espèce de surenchère dans la prévision sismique à l’emporte-pièce, avec le camp des catastrophistes et le camp des rassurants-, sans qu’aucune argumentation sérieuse ne soit apportée pour fonder tel ou tel point de vue (cf. Cumhuriyet, 9/09/1999, p. 16).

20L’approfondissement des recherches sou­haité passe aussi par la coopération avec des équipes étrangères et par l’échange d’informa­tions, de technologies et d’expériences à l’échelle mondiale. C’est en tout cas ce qu’ap­pelle de ses vœux le professeur X. Le Pichon, en Turquie début septembre 1999 (cf. Cumhuriyet, 10/09/1999, p. 1 et 19 & Bilim Teknik-Cumartesi Parasız Cumhuriyet Eki, N° 651, 11/09, 1999, p. 12-14). Une collaboration avec la Grèce, l’Italie, l’Arménie et l’Iran serait à cet égard sou­haitable.

216. Les médias à nouveau mis en cause
« Catastrophe du siècle » : telle est l’expres­sion inlassablement utilisée par les médias pour désigner le tremblement de terre. Qu’il s’agisse de la radio, de la télévision ou de la presse quotidienne, le traitement de l’événe­ment par les médias ne s’est pas fait sans déra­page. C’était prévisible : le sensationnel se vend. Non vérification de l’information, rumeurs non fondées de répliques ou nouvelles secousses, présence encombrante lors des opérations de dégagement des blessés des décombres : tels sont les principaux griefs formulés à l’endroit de la presse.

22Pour autant, et comme pour se racheter, les mêmes médias ont lancé des campagnes d’aide aux victimes du tremblement de terre, comme de mise en contact des membres des familles dispersées.

D. Vers un contrôle citoyen plus grand de la politique urbaine locale et vers une transparence dans les procédures d’attribution des permis de construire ?

231. L’autre « leçon » du tremblement de terre a trait à la nécessité, de plus en plus ressentie et ouvertement exprimée, d’assurer un meilleur contrôle des décisions politiques par les « citoyens » (yurttaşlar), notamment en ce qui concerne les mécanismes et procédures de délivrance des permis de construire et ceux de contrôle technique des constructions, a priori, en cours de chantier, comme a posteriori. En effet, si les municipalités d’arrondissement (ilçe belediyeleri) sont investies de compétence en la matière, l’application concrète de celles-ci laisse encore à désirer.

24Par ailleurs, et c’est une exigence majeure des représentants de la « société civile » -expression très à la mode aujourd’hui en Turquie, qui renvoie à la fois aux associations, aux fondations, aux individus, aux chambres de métier et aux « organisations de masse » (kitle örgütleri). -, des efforts devront être faits pour développer en Turquie la mentalité de consommateur, au sens actif et critique du terme, de façon à ce que les « clients » des entrepreneurs puissent être en mesure d’exiger de leur fournisseur des garanties minimales. Autrement dit, des rapports marchands davan­tage marqués par le droit et le souci d’une certaine transparence sont préférables aux rela­tions teintées de fatalité et d’obscurité.

  • 4 Pour un exemple de mobilisation à Gölyaka (département de Bolu), cf. Özgürlük, 4/09/1999, p. 3

25Ainsi, l’implication de la « société civile » dans le travail de « constat des dégâts » (hasar tespiti)4 et sa mobilisation contre les entrepre­neurs sans vergogne est assez exemplaire : des avocats bénévoles aident les « victimes du séisme » (depremzede) à porter plainte et à con­naître leurs droits et une pression est exercée sur les pouvoirs publics afin que ceux-ci fassent tout pour que justice soit rendue. Et les com­plicités politiques et administratives sont aussi mises en cause (Radikal, 4/09/1999, p. 5). Ainsi le 7/09/1999, grâce à l’action des bénévoles des « bureaux d’aide juridique » mis en place dans la région sinistrée par des avocats du barreau d’İstanbul, 700 plaintes ont été enregistrées à Avcılar, 1043 à Gölcük, 238 à Değirmendere, et 775 à Yalova (cf. Evrensel, 8/09/1999, p. 9).

26Sur le terrain de l’aide aux victimes, l’action de la « Coordination Séisme pour Sakarya » (Sakarya için Deprem Koordinasyonu) est à cet égard exemplaire : elle réunit associations, unions professionnelles, chambres de métier et syndicats, en vue d’apporter l’aide la plus efficace et cohérente aux victimes du séisme (cf. Cumhuriyet, 8/09/1999, p. 3).

27En l’espèce, la campagne « Que chacun porte son cordon noir », émanant de « L’initiative citoyenne pour la lumière » est un exemple de cette mobilisation des citoyens aspirant à la majorité (cf. Özgür Bakış, 6/09/1999, p. 7). De même, la déclaration solennelle intitulée « à l’opinion publique » (Kamuoyuna), parue dans les journaux turcs au tout début du mois de septembre 1999 mérite d’être citée en exemple. En effet, elle place l’opinion devant un choix entre, d’une part, la voie (« bien connue ») de la résignation (tevekkül) et de la paranoïa (« ce sont les autres »), garantes du conservatisme, et d’autre part, la voie de l’initiative citoyenne et de la concertation, selon laquelle « l’État est fait pour les individus et non les individus pour l’État » (... bireylerin devlet için değil, devletin bireyler için var olduğu kabul eden bir zihniyetle...).

28Par ailleurs, les associations et autres « vo­lontaires » (Gönüllüler) souhaitent pouvoir trouver leur place dans le dispositif de défense civile, associées à d’autres acteurs. Elles l’ont trouvée spontanément, puisqu’après la catastro­phe elles ont souvent été les premières sur place ; de même que ce sont elles qui ont instal­lé les premières tentes pour les délogés (Hürriyet, Avrupa, 31/08/99, p. 27). Mais pour que cette reconnaissance ait lieu, une modifica­tion de la « Loi sur les Associations » (Dernek Yasası) est requise (cf. Cumhuriyet, 5/09/1999, p. 5). En effet, dans l’urgence de la catastrophe, les associations ont eu du mal à faire entendre leur voix, alors même qu’elles étaient sur le ter­rain, plus aisément et plus rapidement que les acteurs officiels et patentés de la Défense Civile. De même, ces associations participent au relogement provisoire ou non des sans-abri, manifestant parfois une imagination et un pou­voir d’entreprendre saisissants.

29Indéniablement donc, à l’occasion de ce séisme, dans la région de Marmara en tout cas, les citoyens ont comme pris conscience « de leur propre force positive » (Hürriyet, Avrupa, 31/08/1999, p. 27), face à la gabegie généralisée : une force d’initiative et de réaction en même temps. Le jugement du président de l’Union des Institutions de la Société Civile (STKB) sur la médiocrité des cadres administratifs turcs est sans appel : « des cadres de troisième classe » (cf. Cumhuriyet, 11/09/1999, p. 4). Reste à savoir comment la modernisation et la mise aux normes de l’État, de plus en plus vivement réclamées, pourra s’effectuer sur le plan institu­tionnel...

30Cependant, parler du tremblement de terre comme de « l’acte de naissance » (milat) de la société civile turque (cf. Milliyet, 2/09/1999) nous paraît très exagéré, sauf à ignorer les mutations sociétales déjà à l’œuvre depuis des années en Turquie.

312. Les Chambres de métier (meslek odaları) sur le qui-vive
La démocratisation souhaitée passe aussi par une prise en compte plus grande de l’avis des organisations professionnelles compétentes, comme les Chambres d’Architectes ou de Planificateurs. Celles-ci jusque-là ont été largement court-circuitées et leurs multiples avertissements et mises en garde -relatives aux manquements de la politique urbaine et de con­struction- n’ont pas été pris en compte par les pouvoirs politiques locaux et nationaux qui ont préféré « laisser-faire ». Depuis la catastrophe, ces organisations professionnelles exigent enfin d’être reconnues et mieux impliquées dans les processus de décision. Ce souci n’est d’ailleurs pas sans provoquer quelque réaction d’hostilité, notamment de la part des autorités locales las­ses ou irritées d’être mises en cause, comme le sous-préfet, responsable du « Centre de Crise » de Gebze ; (cf. Cumhuriyet, 4/09/1999, p. 3) par les Chambres de métier participant aux « travaux d’évaluation des dégâts » (hasar tespit çalışması).

323. Des « luttes écologistes » relancées ?
Suite au tremblement de terre, la question de l’implantation des centrales nucléaires (comme celle de Büyükeceli/Akkuyu) et ther­miques (Gökova) a été reposée avec une grande acuité, donnant lieu à la manifestation de vives protestations de la part de riverains de zones élues (cf. Cumhuriyet Dergi, 5/09/1999, p. 10-11 et Cumhuriyet, 30/09/1999, p. 6). Le gouverne­ment états-unien est à cet égard préoccupé par cette affaire dans la mesure où ce sont des entreprises américaines qui étaient censées construire la centrale nucléaire projetée.

E. Vers une « Deuxième République » turque plus décentralisée ? La question sensible de la démocratisation (ou de l’autonomisation des citoyens)

331. Les modalités de secours et les commen­taires faits à cette occasion par la presse turque et une partie de la classe politique
Il n’est pas de notre compétence de juger la façon dont les secours ont été organisés et coordonnés. Les dénonciations de l’extérieur sont souvent faciles et habituelles. Mais même dans des pays considérés comme développés les séismes surprennent parfois plus qu’on n’aurait pu le croire.

34Toutefois, ce que déplorent une partie de la presse turque et un certain nombre de partis et associations, c’est l’absence de « culture du séisme » en Turquie -contrairement à un pays comme le Japon, incessamment cité en contre- exemple-, et la maigreur des moyens immédiatement mis en œuvre par l’État, ainsi que les modalités de déploiement de ceux-ci. La parti­cipation de l’armée, l’accueil des équipes étrangères et l’intégration des équipes de volon­taires sont aussi sujets à discussion.

35De plus, la non mise en place d’un « Plan d’intervention d’urgence et de réaction rapide » (Erken Uyarı ve Acil Mühadele Projesi), pourtant annoncé de longue date, est reprochée aux autorités qui étaient, on le sait, suffisamment prévenues, sinon pleinement conscientes, quant aux dangers encourus. Une fois de plus, les pesanteurs bureaucratiques sont à incriminer.

36Si l’on prend l’exemple du département d’İstanbul, il existe depuis 8 mois un « centre de crise sismique », attaché au vice-gouverneur. Mais les moyens disponibles n’ont pas du tout été à la hauteur des ambitions de ce centre qui est donc resté une sorte de coquille vide.

37À ce propos, les premiers éléments du rap­port de la commission d’enquête parlementaire turque sont clairs et sans appel (cf. Radikal, 4/09/1999, p. 6 : « Deprem değil ihmal vurdu » : Ce n’est pas le séisme qui a frappé, mais la nég­ligence). On peut résumer les grandes lignes de ce rapport, en reprenant les têtes de chapitre de l’article précité :

  • Paralysie des pouvoirs locaux et régionaux sous le choc

  • Inaptitude du Croissant Rouge turc

  • Fiasco de l’Organisation de la Défense Civile (Sivil Savunma Teşkilâtı)

  • Manque de personnel compétent dans les municipalités

  • Manquements dans le travail de nettoyage des décombres à Gölcük

  • Nécessité d’appliquer les règlements tech­niques

  • Impossibilité de déplacer les villes (plutôt que de prendre les mesures qui s’imposent)

382. Vers plus de décentralisation ?
Un des contrecoups politiques possibles du tremblement de terre pourrait être l’accéléra­tion de la réforme du système de gestion terri­toriale. En effet, depuis plusieurs années une revendication dans le sens de plus d’autonomie de gestion aux niveaux local et régional s’est faite jour, émanant à la fois des municipalités de la mer de Marmara (regroupées en une influente association) et des milieux économiques (comme de la puissante organisation patronale, TÜSIAD). Cette revendication a été relayée un temps par certains des partis institutionnalisés, ou plutôt par certaines fractions de ceux-ci, comme au sein du DYP (Parti de la Juste Voie) ou de l’ANAP (Parti de la Mère Patrie). Le fait que ce soit le cœur de l’appareil de production turque et les « régions » les plus développées qui aient été frappées a des incidences impor­tantes. Ce qui paraît sûr, en tout cas, c’est qu’une mise en cause du fonctionnement de l’État turc, dénoncé comme hyper centralisé et obscur, est en cours. Le débat institutionnel, visant à amender radicalement, voire à rem­placer la Constitution d’essence militariste et autoritaire de 1982 -toujours en vigueur dans ses grandes lignes, près de 20 ans après le coup d’État- est donc relancé. Même au plus haut niveau de l’État, les aveux sont clairs.

39Pour autant, donner trop de compétences aux pouvoirs locaux comporte aussi quelques risques (compte tenu du mode de fonction­nement du « système local de la construction »). Quand on voit par exemple la façon dont, dans certaines municipalités, quelques jours après le séisme, les décombres ont été repoussés dans la mer, sans aucune précaution préalable -pour gagner un peu de surface urbanisable ?-, il y a lieu de s’interroger sur la pertinence d’une décentralisation plus poussée. Cf. Hürriyet, Avrupa, 22/08/1999, p. 10. Pourtant, les revendications décentralisatrices demeurent vivaces : « plus d’autonomie pour les municipalités » titrait récemment Cumhuriyet (30/09/1999).

403. Vers une mise en cause de l’État conçu comme « père absolu », autorité investie de toutes les compétences et prérogatives ?
À la suite de ce traumatisme, la société civile turque semble en pleine effervescence et réclamer une plus grande participation aux processus de décision et de contrôle à l’avenir. La contribution de fait des associations de volontaires (comme la désormais célèbre « As­sociation de Recherche et de Sauvetage » : Arama ve Kurtarma Derneği ou AKUT) aux opérations de sauvetage a imposé la société civile comme acteur à part entière et reconnu en cas de crise majeure ; ce, de facto, malgré les obstacles juridiques et les rigidités institution­nelles. Les initiatives locales ont en effet pris la place des initiatives « par le haut », souvent déficientes ou insuffisantes. Il en résulte une exigence de reconnaissance de la part de la société civile qui conteste la prétention au monopole encore revendiquée par l’État ; un monopole qui a montré ses limites -tout le monde en convient désormais-, tant en termes de capacité de réaction à une catastrophe que d’organisation rapide des secours. « Devlet hazırlıksızlık yakalandı » (l’État surpris en pleine impréparation) : voilà le ton des accusa­tions portées au lendemain du séisme (Hürriyet, Avrupa, 19/09/1999, p. 20), qui révèlent encore la tentation de tout attendre de l’État. On pour­rait aussi citer l’article du Prof. B. Güvenç (Cumhuriyet, 2/09/1999, p. 2) : « Ey Devlet, Neredesin ? » (Eh, État, où es-tu donc ?) ; ou rap­peler le mot (qui a fait couler beaucoup d’encre et de fiel, depuis) : « Le système administratif et politique de la Turquie est resté sous les décombres » (cf. Milliyet, 2/09/1999, p. 18).

41Ce que l’opinion publique semble avoir mieux réalisé à cette traumatique occasion c’est que l’État n’est pas tout puissant, et que s’en remettre à lui aveuglément n’a pas de sens. « L’image de l’État-père (Devlet Baba) s’est effondrée » déclarait récemment Nihal İncioğlu (cf. Milliyet, Avrupa, 31/08/1999, p. 16). Telle semble être une des leçons, majeures, du séisme.

42À ce propos, il est intéressant de constater que le débat sur la réforme de la Constitution de 1982 coïncide avec les lendemains du tremble­ment de terre. Les adversaires de cette Constitu­tion prétendent avoir eu la preuve tragique, « en direct », de l’autoritarisme stérile de cette Cons­titution (cf. Radikal, 5/09/1999, p. 4).

43Plus ou moins d’État ? Telle est la question (apparemment simple et non proprement turque) que se posent les milieux politiques et intellectuels à l’issue de la catastrophe (cf. Erhan Karaesmen, 1999, p. 14). En effet, pour les chambres de métier et certains intel­lectuels « de gauche », l’État a plutôt péché par son manque de présence et d’efficacité, alors que pour certains « libéraux » c’est l’absence de pouvoirs alternatifs d’initiative et de contre- pouvoirs qui a aggravé le bilan. Nous n’avons pas la prétention de trancher, sachant qu’en fait les deux exigences ne nous paraissent pas tout à fait contradictoires. Si pour le Prof. Asim Erdilek, économiste enseignant aux États-Unis, « il faut confier le travail de reconstruction à la société civile » (cf. Milliyet, 2/09/1999, p. 18), cet avis n’est pas partagé par les membres des Chambres de métier, conscients des risques de dérapage (népotisme... ).

44Ce qui est sûr c’est que l’appareil d’État a été ébranlé : des hauts fonctionnaires ont été démis de leurs responsabilité pour ne pas avoir fait face lors du séisme ou pour avoir manqué de prévoyance : ainsi le directeur de l’Institut de Statistiques d’État (DİE) et le responsable de la « Direction des situations de catastrophe » (Afet İsleri Genel Müdürl.), liée au ministère des Travaux publics (cf. Hürriyet, Avr., 20/08/1999, p. 24) (cf. Radikal, 3/09/1999, p. 5). Mais on n’a pas assisté à des démissions (voire à des sui­cides) d’honneur, comme au Japon.

45En tous les cas, des réformes structurelles du fonctionnement de l’État paraissent inévitables. Même le Président S. Demirel y consent : « Il est nécessaire de procéder à une réforme totale de l’État » (Türkiye’de bir topyekûn devlet reformu yapılması lazım...) a-t-il récemment déclaré au président de la Chambre de Commerce d’Ankara (cf. Cumhuriyet, 3/09/1999, p. 8). Déclaration de circonstance ou franches intentions ?

464. Des conséquences géopolitiques insoup­çonnées ?
Sans faire du rapprochement de la Turquie avec la Grèce -ou du climat de détente constructive, voire de collaboration, qui semble régner dans les rapports officiels entre les deux pays- une conséquence du tremblement de terre, ce qui reviendrait à nier une évolution amorcée bien avant le séisme, il est important de relever l’attitude des opinions publiques au cours de cette catastrophe. İstanbul n’est pas une mégapole indifférente pour la Grèce. Tout ce qui l’affecte affecte les Grecs, dans leur his­toire et leur chair. Et à l’inverse, le Premier mi­nistre B. Ecevit admettait que Turquie et Grèce partageaient un destin commun, face à la nature... (cf. Milliyet, 9/09/1999, p. 1), faisant écho au ministre d’État H. Gemici qui déclarait fin août : « La catastrophe nous a rapprochés » (cf. Sabah, Avrupa, 30/08/1999, p. 14). Conjoin­tement, dans l’opinion publique turque, de nombreuses manifestations de fraternité à l’en­droit du peuple grec sont à noter : « Les peuples ne pensent pas comme les gouvernements » déclarait récemment, à ce sujet, le président de l’« Association d’Amitié Turquie-Grèce » (Türkiye Yunanistan Dostluğu Derneği) (cf. Öz­gürlük, 4/09/1999, p. 8).

47De plus, la rapidité avec laquelle, en retour, après le tremblement d’Athènes du 7/09, les équipes turques ont afflué vers la Grèce est un signe du souci de réciprocité. « Pas de frontière pour AKUT » titrait en première page Milliyet le 9/09/1999. On ne peut qu’espérer que les cham­pions, politiciens ou chercheurs, de l’« antago­nisme gréco-turc » -trop souvent présenté comme une donnée définitive et intemporelle- nuancent leur discours en observant les mutations en cours.

48Par ailleurs, la candidature de la Turquie à l’UE semble devoir être davantage prise en considération. Certains politiques turcs n’hésitent pas à profiter du climat pour recueillir quelques promesses.

Notes

4 Pour un exemple de mobilisation à Gölyaka (département de Bolu), cf. Özgürlük, 4/09/1999, p. 3

© Institut français d’études anatoliennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr