Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le séisme de Yalova-İzmit-İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

Les urgences et les conséquences à court terme : reloger, réparer, vérifier

Texte intégral

A. Héberger et surveiller sanitairement les délogés ou mal logés : tentes et préfabriqués

11. La question des centaines de milliers de sans-abri n’est pas résolue.
Or la perspective de l’hiver qui s’annonce ne laisse pas d’inquiéter. Il y a urgence, sachant que l’hébergement en tente n’est qu’un pis- aller. Face à ce problème, les solutions pro­posées varient selon les ministères : l’armée paraît favorable à la solution des « villes de tentes » (megaçadırkent), alors que le ministère des Travaux publics semble pencher pour les maisons préfabriquées. Quand on voit ce que sont devenues les maisons préfabriquées de Dinar ou d’Erzincan, il y a lieu de s’interroger sur la pertinence de cette solution. Les dernières déclarations (le 8/09/1999) du mi­nistre des Travaux publics et du Logement lais­saient entendre, en tout cas, que 46 000 loge­ments préfabriqués devaient être terminés d’ici 2 à 5 mois. Les premiers même sont annoncés pour début octobre, à Sakarya et Düzce. Un appel d’offre devrait être fait -aussi en direction d’entreprises étrangères-, très rapidement. En outre, plusieurs pays ont d’ores et déjà proposé une aide en logements préfabriqués : Israël (cf. Cumhuriyet, 1/09/1999), les États-Unis d’Amérique (cf. Milliyet, 6/09/1999, p. 3), la Grèce et le Japon (cf. Evrensel, 8/09/1999, p. 5). Mais les mécanismes « d’attribution des marchés » (ihale) de construction sont d’ores et déjà contestés en raison du favoritisme partisan (au bénéfice d’entrepreneurs liés au MHP et à l’ANAP) qui semble prévaloir.

2Par ailleurs, une « aide à la location » est consentie pour les familles qui se sont relogées par ce biais ; et un soutien aux coopératives de construction sera apporté par l’État, afin de pro­poser aussi des logements durables (kalıcı). Toutes les voies du relogement sont ainsi simultanément explorées (Milliyet, 10/09/1999, p. 19).

3De ce fait, plusieurs « villes de tentes » fonc­tionnent déjà. Au total, d’après les chiffres officiels du « Centre de Gestion de la Crise » (8/09/1999), 157 « villes de tentes » ont été installées, qui rassemblent globalement 101 843 tentes. Ainsi la « ville de tentes » d’Emirdağ (à Adapazarı), abrite-t-elle 8040 per­sonnes dans 1368 tentes composant neuf quartiers distincts. À Gölcük (Kocaeli), on dénombre le 5/09 douze « villes de tentes ».

4Mais certaines victimes du tremblement sont logées dans leur propre tente, dans des camping-cars ou chez des membres de leur famille, voire chez des amis. Cependant, en plusieurs lieux, les sans-abri doivent encore -en septembre 1999- se débrouiller par eux-mêmes, en bricolant des abris en toile plas­tique. C’est le cas à Darıca, port dépendant de l’arrondissement de Gebze (département de Kocaeli), où près de 500 personnes attendaient encore le 5/09 de quoi se loger dans de meilleures conditions que celles qu’ils avaient pu improviser.

52. Quant à la surveillance sanitaire des délogés, elle est à parfaire, notamment en ce qui concerne l’eau et le suivi des jeunes enfants. Des cas de pneumonie (zatürree) ont été décelés. L’Union des Médecins Turcs a d’aille­urs récemment attiré l’attention de l’opinion sur le sous-encadrement médical et sanitaire des sans-abri (cf. Cumhuriyet, 5/09/1999, p. 5).

B. Reconstruire certaines petites villes (comme Kocaeli) et certains îlots (ou quartiers), dans un esprit planificateur plus prévoyant

61. Il s’agit d’une urgence et d’une exigence à plus long terme, puisque le projet de déplacer la population des zones les plus exposées ne paraît pas très défendable. Pourtant, à cette fin, des terrains investissables sont d’ores et déjà convoités et définis par les « autorités » (cf. Hür­riyet, Avrupa, 31/08/1999, p. 9 : « Geçici iskan alanları »). Un débat existe à ce sujet, pour savoir si la fuite est une solution, plutôt que l’adoption de sérieuses mesures de prévention.

7Quoi qu’il en soit, les plans d’urbanisation sont à repenser totalement, en intégrant cette fois les données sismiques de façon sérieuse.

82. À cette urgence s’ajoute en effet une nécessité plus large et davantage de moyen terme : celle de repenser les modalités de plani­fication urbaine, touristique et industrielle.

9Comme l’explique fort bien O. Ekinci, archi­tecte-journaliste, dans un article paru dans le quotidien Cumhuriyet (et intitulé « Contre le séisme, la planification » : Depreme karşı planlama ; cf. Cumhuriyet, 4/09/1999, p. 6), les règles de la planification urbaine et leurs modalités d’application doivent être révisées. Selon Ekinci, l’élaboration de cartes géophysiques à échelle très fine doit être systématisée, eu égard à l’importance de la nature du sol et du sous-sol, comme du site, dans les vari­ations d’intensité des effets d’un séisme ; de même, une coordination entre les différentes municipalités se partageant un même littoral se doit d’être instituée. Dans cette perspective, une meilleure participation des Chambres de métier doit être assurée.

10Dans le domaine touristique, la tendance à l’appropriation des terrains en bord de mer, même mal consolidés (alluvions ou dépôts récents), doit être renversée. Des réglementations plus strictes doivent régir la construction littorale.

11En ce qui concerne l’industrie, l’appropria­tion sauvage reste de mise et même la localisa­tion des « zones industrielles » (sanayi siteleri), pourtant réfléchie, ne semble pas toujours irréprochable, sismiquement parlant. Par exem­ple, les installations de parcs d’activité et d’industrie qui se font dans le secteur de Tekirdağ (Thrace), à l’heure actuelle, devraient davantage tenir compte des risques sismiques, quelles que soient les opportunités foncières et les commodités de desserte automobile. Tant qu’il est encore temps, dans ce tissu industriel en voie de formation, il serait important d’imposer quelques règles minimales.

C. Assurer le contrôle technique des bâtiments et ouvrages d’art soumis aux secousses mais ayant résisté

121. Les bâtiments : un énorme travail de véri­fication et de certification.
Le travail est en cours, à l’échelle de chaque municipalité, sans que tous les moyens nécessaires pour qu’il soit mené dans les meilleures conditions soient réunis. Pour l’instant, le con­trôle s’opère surtout à la vue. Seuls les bâti­ments les plus manifestement ébranlés par la secousse du 17/08 sont scellés.

13Mais l’idéal serait de systématiser la certifi­cation antisismique des bâtiments (et de leur site) par des instances scientifiques compé­tentes. On imagine les difficultés (à la fois tech­niques, administratives et politiques) qui peu­vent se poser pour la réalisation de ce projet ; pour autant, cela contribuerait à réduire la psy­chose généralisée. Une responsabilité de taille incombe donc aux municipalités.

142. Les ouvrages d’art aussi.
Déjà des équipes américaines, anglaises et japonaises ont été envoyées pour examiner l’état de certains ponts notamment. Déjà des rumeurs non fondées circulent à İstanbul sur de prétendues fissures décelées sur un des deux ponts par-dessus le Bosphore. Début octobre 1999, en tout cas, une campagne de vérification systéma­tique des ouvrages d’art était officiellement lancée par le ministère des Travaux publics.

15L’exemple du barrage d’İzmit, géré par la société britannique Thames Water est à cet égard intéressant ; cf. Sabah, Avrupa, 30/08/99. Il S’AGIT d’une des premières réalisations sur le modèle « Yap-İşlet-Devret », qui semble ici, avoir fait ses preuves, puisque l’ouvrage a résisté.

D. Quelles conséquences démographiques : vers une inversion des mouvements migratoires et un « retour à l’est » ?

161. Si sous le choc du tremblement des cen­taines de familles originaires du centre-est ou de l’est anatolien ont décidé de « rentrer », il est trop tôt pour dire si cette tendance va s’ampli­fier, se confirmer ou non. Il faut, en tous les cas, être vigilants sur ce chapitre (cf. Nokta, n° 917, 5-11 sept. -99)... À ce jour, ce sont quelques mil­liers de familles qui ont fait ce « choix », plus ou moins incitées pour les familles issues de l’est anatolien, par les antennes de l’institution chargée de gérer la crise (Kriz masası). Les frais de retour sont pris en charge par ladite institu­tion, mais les conditions de la réinstallation là- bas ne sont pas envisagées. Ainsi, plusieurs familles qui s’étaient installées dans la région de Marmara après le tremblement de terre d’Erzincan en 1992, voire après celui de Varto en 1966, ont-elles dû à nouveau reprendre le chemin de l’exil (cf. Özgür Bakış, 3/09/1999, p. 13 et ibid., 6/09/1999). Au total, d’après les chiffres fournis par les préfectures des départe­ments concernés, on peut estimer que plusieurs dizaines de milliers de personnes issues de l’est anatolien sont déjà retournées dans leur mem­leket (ou « petit pays » d’origine) : 1000 à Sivas (cf. Cumhuriyet, 4/09/1999), 600 à Erzurum, 300 à Iğdır et Ardahan, 700 à Ağrı, 700 environ à Muş, 300 à Bingöl, 720 à Kars et 1800 à Erzincan (cf. Evrensel, 8/09/1999).

17Dans le seul département de Sakarya, les répliques sismiques ont eu pour effet d’ac­célerer les mouvements de départ : le 1/09/1999, le gouverneur du département estimait que 9275 personnes étaient déjà officiellement parties, avec une aide (soit 1750 familles) (cf. Cumhuriyet, 2/09/1999, p. 5) ; de celui de Yalova 8100 et de celui de Kocaeli 14 250 (cf. Milliyet, 2/09/1999, p. 12 ; Evrensel, 1/09/1999, p. 12 & 8/09/1999, p. 9).

18Ces événements redonnent sens à une insti­tution mise en place en 1996 à İstanbul, dénommée la « Compagne pour le Retour au village » (cf. Milliyet, 8/09/1999, p. 14), qui avait pour objectif d’aider les migrants récents à repartir dans leurs contrées d’origine. Depuis la fonda­tion de cette institution par la Mairie Métropolitaine d’İstanbul (İBŞB), 5400 person­nes auraient recouru à cette institution pour rentrer « au pays ».

19En conséquence et à l’évidence, les équili­bres démographiques du pays sont loin d’être remis en question. Mais localement, comme à Yalova, des bouleversements sont notables (puisque début octobre 10 000 familles auraient déjà quitté l’arrondissement ; cf. Cumhuriyet, 4/10/1999, p. 4).

20On déplore enfin, à l’inverse, la venue de profiteurs (fırsatçı) dans les zones sinistrées, qui se feraient passer pour des victimes du séisme, afin de bénéficier de l’aide matérielle consentie à ceux-ci.

212. En deuxième lieu, on peut dire qu’il n’y a pas de repli des délogés de la Marmara sur İstanbul, comme certains avaient pu le prédire.

22Si quelques délogés sont allés trouver refuge dans leur famille ou chez des amis à İstanbul, ce mouvement ne paraît pas massif, surtout compte tenu du fait qu’Istanbul n’est globale­ment plus perçue comme très sûre au plan sismique.

233. Enfin, on note une indéniable propension à partir en Europe, comme en témoignent les demandes de délivrance de passeport qui afflu­ent auprès des autorités compétentes dans les secteurs les plus sévèrement touchés par le séisme (ainsi Adapazarı ; cf. Milliyet, 10/09/1999, p. 17).

© Institut français d’études anatoliennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr