Version classiqueVersion mobile

Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ?

 | 
Bertrand Buchwalter

Turquie-Arménie (1991-2001) : chronologie

Texte intégral

1991

30 août

Déclaration d’indépendance de la République d’Azerbaïdjan.

21 septembre

Déclaration d’indépendance de la République d’Arménie.

19 décembre

Signature du traité fondateur de la Communauté des États Indépendants (C. E. I.) à Alma-Ata (Almaty). 11 républiques ex-soviétiques y adhèrent dont l’Arménie. L’Azerbaïdjan reste à l’écart et n’adhérera qu’en septembre 1993.

1992

8 mai

Les milices arméniennes du Karabakh enlèvent la ville de Chouchi sur les hauteurs de Stepanakert et s’emparent, quelques jours après, du corridor de Latchine.

4 juin

Aboulfaz Elchibey est élu président de la République d’Azerbaïdjan. Heydar Aliyev, qui n’a pas pu se présenter aux élections, se replie sur son fief du Nakhitchevan.

25 juin

Lancement officiel de la Zone de Coopération Économique de la Mer Noire à Istanbul, forum qui réunit les pays riverains de la mer Noire ainsi que l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

16 octobre

Démission de Raffi Hovanissian, ministre des Affaires étrangères arménien. Elle avait été exigée par le président Levon Ter Petrossian qui lui reprochait ses orientations trop anti-turques.

1993

janvier

Hiver très rude en Arménie. Le PM turc, Süleyman Demirel, assure qu’il ne fera pas obstacle au transit par la Turquie de l’aide humanitaire destinée à l’Arménie à condition qu’elle ne « soit pas de nature à augmenter [sa] capacité de guerre ».

Incompréhension à Bakou. En novembre 1992, Ankara avait accepté de livrer de l’électricité à Erevan.

Le projet avait été abandonné en raison de la vive opposition de l’Azerbaïdjan.

avril

Les Arméniens s’emparent de Kelbadjar le 2 avril.

Le 3 avril, une décision gouvernementale suspend la livraison de blé vers l’Arménie, le poste frontière entre l’Arménie et la Turquie est fermé.

Tournée de dix jours du président Özal dans les pays d’Asie centrale et en Azerbaïdjan.

Affaibli par une cohabitation forcée avec le DYP de Demirel, Özal donne des gages au lobby dit des néo-ottomans en déclarant, à propos du Karabakh, qu’il aimerait que la Turquie montre les dents. Demirel relativise immédiatement ses propos en affirmant que la Turquie ne peut envisager de fournir une aide militaire à l’Azerbaïdjan.

Mort de Turgut Özal le 17 avril.

juin

Sur fond de défaites au Karabakh, Aboulfaz Elchibey est démis de ses fonctions par un coup d’État qui met au pouvoir l’ancien dirigeant de l’Azerbaïdjan soviétique, Heydar Aliyev.

Espérant une attitude plus neutre de la Russie, Aliyev se rapproche de Moscou et adhère à la CEI. Certaines décisions de son prédécesseur favorables à la Turquie (accord pétrolier) sont remises en cause.

D’après le Sunday Times (26 mars 2000), qui cite notamment comme source les services secrets turcs (MIT), les compagnies pétrolières BP et Amoco auraient joué un rôle significatif dans les événements.

juillet

Violents combats au Karabakh. Les Arméniens concrétisent encore un peu plus leur avantage.

18 août

Tansu Çiller, nouveau PM turc, appelle l’Arménie « à réviser son attitude » dans le conflit qui l’oppose à l’Azerbaïdjan ou à « s’apprêter à en subir les conséquences ». Un peu plus tard dans le mois, Tansu Çiller annonce qu’elle demandera à l’Assemblée nationale l’autori­sation d’utiliser ses troupes si l’Arménie s’attaquait au Nakhitchevan.

septembre

Visite officielle de Tansu Çiller à Moscou. Elle prône la coopération plutôt que la confrontation. Quelques jours auparavant, la Turquie avait renforcé ses effectifs militaires à la frontière arménienne et les avait placés en état d’alerte. Aucun résultat probant sur la question du Karabakh, mais Ankara et Moscou signent un contrat aux termes duquel la Russie doublera ses livraisons de gaz naturel à la Turquie.

28-29 décembre

Visite du ministre des Affaires étrangères azéri, Hasan Hasanov, à Ankara qui marque le début de la normalisation des relations entre la Turquie et l’Azerbaïdjan.

1994

8-11 février

Visite du président Demirel à Bakou. Accompagné d’une importante délégation, Demirel assure que la Turquie continuera à soutenir les positions de l’Azerbaïdjan dans les organisations internationales. De retour de Bruxelles où il a adhéré au Partenariat pour la Paix (OTAN), Aliyev se rendra, à son tour, à Ankara en mai.

1995

24 février

Le PM turc, Tansu Çiller, reçoit Gerald Libaridian, le premier conseiller du Président arménien Levon Ter Petrossian.

mars

Tentative de coup d’État contre Heydar Aliyev. Certains observateurs suggèrent que les services secrets turcs (MIT) auraient prêté la main aux organisateurs au nombre desquels on compte, d’ailleurs, un citoyen turc, le Pr. Ferman Demirkol, conseiller d’Aliyev. En visite à Bakou, en avril 1995, Tansu Çiller adresse des excuses à l’Azerbaïdjan, imputant l’événement à un « groupe d’extrême droite difficilement contrôlable ». Elle nie toutefois la participation d’officiels turcs.

Selon le quotidien turc Cumhuriyet (16 février 2001), le DYP (Parti de la Juste Voie) de Tansu Çiller aurait soutenu financièrement le MHP (Parti de l’Action Nationaliste) de Türkeş à hauteur de 2 millions de dollars. Somme qui aurait été utilisée pour financer l’or­ganisation du coup d’État contre Aliyev (mars 1995) et les réunions du TÜDEV (Fondation de Coopération, de Fraternité et d’Amitié des États et Communautés Türk).

1996

avril

Lancement de l’hebdomadaire Agos, nouveau titre de la presse arménienne de Turquie. À la différence de Marmara et de Jamanak, Agos est majoritairement rédigé en turc.

28 juin

Après la démission de Mesut Yılmaz, le Refah Partisi et le DYP de Tansu Çiller forment un gouvernement de coalition. Necmettin Erbakan devient PM-adjoint.

août

Les cendres d’Enver pacha, mort dans l’actuel Tadjikistan en août 1922, sont rapatriées à Istanbul.

juillet-août

En visite avec une délégation d’hommes d’affaires arméniens, le député Telman Ter-Petrossian (frère du président Levon Ter-Petrossian) invite la Turquie à rouvrir sa frontière avec l’Arménie (la frontière est restée fermée depuis fin 1992). Telman Ter Petrossian rencontre aussi le fils du leader du MHP, Tuğrul Türkeş. À l’issue de leur entretien, les deux hommes invitent les responsables politiques à se joindre au mouvement initié par les hommes d’affaires des deux pays.

septembre

Dans une entrevue au journal Hayastani Hanrapetoutioun, Mehmet Yılmaz, président de la chambre de commerce et d’industrie de Kars, demande la réouverture du poste frontière de Doğukapı/Akhourian. Il affirme que les autorités de Kars ont recueilli plus de cent mille signatures pour soutenir cette revendication. Mehmet Yılmaz annonce aussi la création d’une commission mixte des Chambres de commerce et d’industrie de Kars et Gumri [cette commission est, à notre connaissance, au point mort].

Le 23 septembre, le PM-Adjoint Necmettin Erbakan prend une directive en vue du développement des relations économiques avec les pays de la CEI. La directive autorise le commerce frontalier entre Iğdır et l’Arménie.

1997

4 avril

Mort du leader du MHP, Alparslan Türkeş, à l’âge de 80 ans. Plaidant dès 1991-1992 pour la création d’une communauté des États türk dirigée par un Haut-Conseil, Türkeş a organisé, en Turquie, pas moins de cinq conférences des peuples türk sous le patronage de la Fondation de Coopération, de Fraternité et d’Amitié des États et Communautés Türk (TÜDEV). En plus de délégations venant de Chypre, du Caucase et d’Asie centrale, ces réunions à coloration panturquiste auxquelles assistaient régulièrement les personnalités du gouvernement turc, rassemblent des représentants venus du Tatarstan, de Yakoutie ou du Bachkortostan. Türkeş avait rencontré le président arménien, Levon Ter Petrossian, en 1993.

mai

En visite officielle à Ankara, le président Aliyev critique la position de la Turquie sur la question du Haut-Karabakh. Il reproche à Tansu Çiller d’avoir accepté d’ouvrir un corridor aérien sans obtenir en contrepartie un assouplissement de la position d’Erevan. Aliyev se dit aussi consterné par le refus d’Ankara d’accorder l’aide de 117 millions de dollars que Bakou réclamait. Les deux parties signent néanmoins un accord de coopération militaire.

Conférence à Istanbul de la Zone de Coopération des Pays Riverains de la mer Noire. Participation de la délégation arménienne.

Création du Conseil pour le Développement des Relations Economiques Turco - Arméniennes.

18 juin

Démission de Necmettin Erbakan après 11 mois passés au gouvernement. Plus intéressé par le monde islamique proprement dit que par l’Asie centrale, Erbakan a préféré faire des visites (très controversées) en Libye et en Iran. Necmettin Erbakan a, en revanche, entretenu des contacts assez étroits avec la Tchétchénie de Maskhadov.

8 septembre

En visite à Bakou, İsmail Cem, ministre des Affaires étrangères turc, souligne que les deux pays « sont dépendants l’un de l’autre en matière de sécurité ». Moscou et Erevan avaient signé un accord de rapprochement militaire le 29 août.

30 octobre

S’exprimant à l’occasion du 77e anniversaire de la reconquête de la ville de Kars par les troupes kémalistes, Demirel souligne que la Turquie n’ouvrira pas sa frontière avec l’Arménie tant que le conflit du Karabakh ne sera pas réglé.

21-25 novembre

Visite d’une délégation d’hommes d’affaires arméniens en Turquie.

1998

Au lendemain de la démission de Levon Ter Petrossian, Robert Kotcharian déclare -à propos des relations arméno-turques et de l’ouverture de la frontière- à une délégation d’hommes d’affaires turcs en visite à Erevan que « l’Arménie a souvent mis cette question à l’ordre du jour. Désormais nous ne sommes plus en position de demandeur (...). N’attendez pas d’initiative de notre part sur l’ouverture de la frontière, c’est le problème de la Turquie ! ».

10 mars

Mort de Karékine II, patriarche des Arméniens de Turquie. La commission chargée de l’élection du nouveau patriarche désigne deux candidats à sa succession : les archevêques Mesrop Mutafyan (qui assure l’intérim) et Chahan Svadjian. Les autorités turques (notamment le gouverneur d’Istanbul), très réticentes à l’égard de Mesrop Mutafyan, gêneront pendant plusieurs mois la tenue de ces élections.

29 mai

L’Assemblée nationale française adopte une proposition de loi dont l’article unique dispose que la « France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 ».

11 octobre

Heydar Aliyev est réélu président en Azerbaïdjan avec 76,11 % des voix.

29 octobre

Déclaration dite d’Ankara dans laquelle les présidents ouzbek, kazakh, géorgien, azerbaïdjanais et turc soulignent leur préférence pour le projet de pipe-line pétrolier Bakou-Tbilissi-Ceyhan.

1999

24 janvier

Vefa Guluzade, principal conseiller du président Aliyev, demande l’entrée de l’armée turque au Haut-Karabakh et propose le transfert en Azerbaïdjan de la base américaine d’İncirlik. Ankara déclare ne pas prendre au sérieux les déclarations de Guluzade, Aliyev dément. Guluzade démissionnera en octobre de la même année.

février

Signature d’un protocole entre l’Université d’État d’Erevan et l’Université Technique du Moyen-Orient. Un premier échange d’étudiants a lieu.

novembre

Sommet de l’OSCE à Istanbul. Signature, sous patronage américain, d’accords sur la réalisation du pipe-line pétrolier Bakou-Tbilissi-Ceyhan. Contrairement à ce que les observateurs attendaient, aucun progrès n’est enregistré sur la question du règlement du conflit du Haut-Karabakh [la prise d’assaut du Parlement arménien, par un groupe armé à la fin du mois d’octobre, venait de coûter la vie au PM Vazguen Sarkissian et au président de l’Assemblée, Karen Demirtchian, tous deux associés au sein de la coalition Miasnoution, Unité].

2000

14-15 janvier

En visite officielle à Tbilissi, le président turc Süleyman Demirel lance l’idée d’un pacte de stabilité pour le Caucase, qui associerait les présidents arménien, azéri et géorgien.

21 mars

Le Sénat français, appelé à se prononcer sur la mise en discussion immédiate d’une propo­sition de loi relative à la reconnaissance du génocide arménien, le refuse par 172 voix contre 130.

24 avril

En marge des cérémonies officielles pour commémorer l’anniversaire du génocide de 1915, Robert Kotcharian déclare que l’Arménie continuera ses efforts pour que la communauté internationale reconnaisse le génocide. Le président ajoute cependant qu’il est en faveur d’un nouveau type de relations entre l’Arménie et la Turquie.

mai

Élection de Ahmet Necdet Sezer à la présidence de la République de Turquie.

1er mai

Signature d’un accord entre les universités d’Ankara et d’Erevan. Celui-ci prévoit la mise en place d’une coopération et de programmes d’échanges (qui sont cependant, depuis, en veilleuse).

16 mai

Ankara et Bakou signent un accord étendant le programme officiel d’assistance militaire turque à l’Azerbaïdjan. Le nouvel accord prévoit une aide supplémentaire de 3,1 millions de dollars.

27-29 juin

La municipalité (ANAP) de Kars organise une conférence régionale placée sous le signe du projet de Pacte de stabilité pour le Caucase esquissé en janvier par Demirel. La délégation arménienne (composée d’officiels de la ville de Gumri) est, cependant, expulsée de Turquie, ce qui suscite de vives critiques de la part de la presse turque.

11-12 juillet

Visite de deux jours d’Ahmet Necdet Sezer à Bakou. Le nouveau président turc est accompagné d’une importante délégation dont font partie Cumhur Ersümer, ministre de l’Énergie, et İsmail Cem (qui s’était déjà rendu en visite officielle à Bakou les 29 et 30 mai).

21 septembre

La Commission des relations internationales et des droits de l’homme de la Chambre des Représentants (États-Unis) adopte un projet de résolution relatif à la reconnaissance du génocide arménien.

5 octobre

La Turquie annonce qu’elle ne délivrera plus de visas à ses frontières pour les ressortissants arméniens. Ces derniers doivent désormais l’obtenir auprès des services consulaires turcs à l’étranger (Tbilissi essentiellement).

10 octobre

Un avion turc, chargé de médicaments et d’aide humanitaire, atterrit à Bagdad. Le lendemain, le quotidien Türkiye annonce que BOTAŞ a ouvert les vannes du pipeline qui relie la Turquie à l’Irak.

20 octobre

Retrait, in extremis, du projet de résolution à la Chambre des Représentants (États-Unis).

8 novembre

Le Sénat français vote une proposition de loi dont l’article unique dispose que « La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 ». Le Sénat a voté le même texte que l’Assemblée nationale (29 mai 1998), mais les auteurs de la proposition de loi n’étant pas les mêmes, celle-ci doit à nouveau être soumise à un vote de l’Assemblée nationale.

15 novembre

Le Parlement Européen invite, dans une résolution, la Turquie à reconnaître publiquement le génocide arménien et à établir des relations diplomatiques avec Erevan.

2001

18 janvier

L’Assemblée nationale française adopte la proposition de loi votée le 8 novembre 2000 par le Sénat.

19 janvier

Visite de Faruk Loğoğlu, secrétaire d’État turc aux Affaires étrangères, à Bakou. La presse turque estime que Loğoğlu s’est rendu à Bakou pour convaincre le président Aliyev d’exiger l’exclusion de la France du groupe de Minsk (OSCE) chargé de superviser les accords de paix du Haut-Karabakh. Refus d’Aliyev qui déclare que l’Azerbaïdjan ne saurait être plus royaliste que le Roi. Critiques véhémentes dans la presse turque.

3-5 mars

Impasse à Paris des pourparlers de paix entre les présidents Kotcharian, Aliyev et Chirac. Les présidents arménien et azéri s’étaient déjà rencontrés à Paris à la mi-février, en marge des cérémonies pour l’adhésion de leurs pays au Conseil de l’Europe.

3-6 avril

Poursuite des pourparlers de paix pour le Haut-Karabakh, sous l’égide de l’OSCE, à Key West (Floride).

Mai

Signature d’un contrat entre la Turquie et l’Azerbaïdjan aux termes duquel Ankara s’engage à acheter 2,2 milliards de m3 -6,6 milliards à terme- de gaz naturel (extrait du gisement de Shah Deniz) à partir de 2004.

23-24 mai

Robert Kotcharian rencontre le président kazakh, Nursultan Nazarbaev, en marge du som­met consacré à la sécurité collective de la CEI à Erevan. Nazarbaev révèle que la délégation kazakhe a bloqué une résolution hostile à l’Arménie présentée par l’Azerbaïdjan au cours du dernier sommet des pays turcophones (avril 2001).

20-26 juin

Tenue à Bakou de la première de deux tables rondes informelles entre journalistes azéris, turcs et arméniens, réunis pour voir comment les médias peuvent contribuer à l’amélioration des relations entre les trois pays.

9 juillet

Le New York Times révèle l’existence d’une commission officieuse de réconciliation turco- arménienne. Composée de 10 membres (6 Turcs, 4 Arméniens) ayant eu des responsabilités administratives ou politiques assez élevées, elle est chargée de préparer la voie à un dialogue entre la Turquie et l’Arménie. Son existence est officialisée.

10 juillet

Au cours de la visite d’une délégation azérie menée par le Président du Parlement, Murtuz Aleskerov, le vice-Premier ministre turc, Mesut Yılmaz, réitère les propos qu’a tenus le PM Bülent Ecevit à propos de la régularisation des relations avec l’Arménie. La Turquie exige non seulement la résolution préalable du conflit du Karabakh mais aussi l’ouverture d’un corridor reliant l’Azerbaïdjan à l’enclave azérie du Nakhitchevan.

septembre

Ouverture d’une mission arménienne à Istanbul : nomination du représentant permanent de l’Arménie au sein de la Zone de Coopération des Pays Riverains de la mer Noire.

Réunion de la Commission de Réconciliation turco-arménienne à Istanbul.

11 décembre

Cessation des activités de la Commission de Réconciliation turco-arménienne.

Sources principales utilisées : RFE/RL Caucasus Report, RFE/RL Newsletter, GROONG, TransCaucasus : A Chronology (chronologie préparée par Richard Giragosian), Agos, presse quotidienne turque, Lettre de l’UGAB, Le Monde.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search