Version classiqueVersion mobile

Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ?

 | 
Bertrand Buchwalter

L’impossible dialogue turco-arménien ?

Texte intégral

1. La question arménienne dans les relations turco-soviétiques

  • 1 Claire Mouradian, De Staline à Gorbatchev, histoire d’une république soviétique, l’Arménie, Paris, (...)

1La place de la question arménienne dans les relations turco-soviétiques a largement été analysée par Claire Mouradian1. Elle a notamment montré la part des manipulations du pouvoir central soviétique dans l’« orientation prioritairement irrédentiste et anti-turque du nationalisme arménien » à partir des années 50. À partir de 1920-1921 et jusqu’au déclen­chement de la Deuxième Guerre mondiale, les relations sont plutôt placées sous le sceau du rapprochement et de l’entente cordiale. Les deux partenaires, en mal de soutiens à l’extérieur, avaient objectivement besoin l’un de l’autre. Certes, les Soviétiques se sont rapidement rendu compte que le mouvement de Kemal ne visait pas à proprement parler à la Révolution en Orient, mais ils continuaient au moins à trouver leur compte dans la politique d’indépendance adoptée par Ankara. Dans cette équation, la question arménienne est clairement étouffée sous l’éteignoir des intérêts du pouvoir central.

  • 2 Le traité de Sèvres signé en août 1920 (mais jamais ratifié) stipulait que la Turquie reconnaissait (...)

2Les relations soviéto-turques ont initiale­ment été réglées par le traité d’amitié turco-soviétique de Moscou (16 mars 1921). Ce traité qui met fin à toute une série de conflits et de tracés successifs des frontières a été ratifié par les trois républiques transcaucasiennes le 13 octobre 1921 à Kars. Conclu à un moment où Lénine courtisait Atatürk (et réciproquement), le traité était assez avantageux pour la Turquie qui récupérait des territoires perdus lors des précédentes guerres (comme celle de 1877­1878), notamment les provinces de Kars et Ardahan. L’Arménie devait, pour sa part, renoncer aux gains territoriaux prévus par le traité de Sèvres (1920)2.

  • 3 Staline a ainsi réclamé en 1945 à Potsdam la révision du traité de Montreux (qui fixe, en 1936, le (...)
  • 4 Mouradian (1990), op. cit.
  • 5 1915. Le génocide des Arméniens, Bruxelles, Complexe, 1991, p. 177. On lit notamment sous la plume (...)
  • 6 Mouradian (1998), art. cité, p. 291.
  • 7 "Face à la crise arménienne en URSS, la Turquie a choisi la prudence", Le Monde, 8 avril 1988.
  • 8 La Turquie avait obtenu lors de la signature des traités turco-russes successifs que le Nakhitcheva (...)

3Les termes de l’équation se modifieront néanmoins après 1945. Au lendemain de la vic­toire, en marge de la création de l’ONU, Arméniens de la diaspora et d’Arménie soviétique font à nouveau resurgir la question arménienne (et celle, lancinante, du tracé des frontières3), en le portant notamment sur le terrain du droit international. Elle deviendra de proche en proche l’un des leviers utilisés par Moscou pour souffler le chaud et le froid sur un voisin qui s’ancre de plus en plus nettement (notamment à partir de l’intervention en Corée) dans le camp occidental. On peut se demander, à l’instar de Claire Mouradian, « quelle est la part respective de la dynamique du renouveau national et de l’instrumentalisation pour des enjeux diplomatiques dans la réactivation de la question arménienne à partir des années 60 »4 ? La commémoration officielle à Erevan, le 24 avril 1965, du cinquantenaire de la déportation de nombreux intellectuels arméniens d’Istanbul marque nettement le rejaillissement d’une mémoire assourdie, retenue, sinon vraiment catalysée par le pouvoir soviétique, tout au moins canalisée. Signe de cette canalisation : la construction, en 1967, du mémorial de Tzitzernakapert sur l’une des collines surplom­bant Erevan. Moscou continue, néanmoins, à ménager Ankara comme en témoigne, la même année, la visite du Premier ministre turc à Bakou. La décennie suivante est marquée par l’activisme terroriste arménien, notamment celui de l’ASALA (Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie) qui s’attaquera, en priorité, mais pas exclusivement, à des cibles turques (diplomates essentiellement). Les ressorts de cette vague terroriste sont diverse­ment interprétés. Il faut probablement éviter de suivre aveuglément ceux qui n’y voient -de même que dans l’activisme de la gauche marxiste turque de la seconde moitié des années 1970 ou dans le mouvement autonomiste kurde - que la main de Moscou. Ce terrorisme que Gérard Chaliand qualifie de « publicitaire »5dispose indubitablement d’une dynamique propre. Le mouvement est, en effet, porté par une jeunesse arménienne en diaspora (celle de la troisième génération) qui souffre d’une perte de repères. Il se situe aussi dans le contexte des années 70, celui de la radicalisation politique et idéologique. Le pouvoir soviétique a beau s’être toujours publiquement désolidarisé du mouve­ment et de ses revendications (reconnaissance du génocide par la Turquie, redéfinition de la frontière conformément aux provisions du Traité de Sèvres), l’ASALA comme, quelques années plus tard, le PKK ont cependant très vraisemblablement pu compter sur son soutien. En tout état de cause, en laissant s’enchâsser ainsi la question arménienne dans le cadre de la mémoire et de l’histoire, Moscou évitait que le débat aille se porter sur le terrain démocratique ou sur la critique du régime soviétique6. Celle- ci allait pourtant s’épanouir peu après avec les événements du Haut-Karabakh (1988). Ankara choisit, alors, d’adopter une position très pru­dente comme lors du Janvier noir (janvier 1990) en Azerbaïdjan : les schémas sont encore ceux, tenaces, de la guerre froide7. L’extrême droite a certes donné de la voix mais les gouvernants se sont contentés de rappeler qu’en vertu du traité turco-soviétique de Moscou, toute modification du statut de l’autre république autonome azérie, celle du Nakhitchevan, nécessitait l’approbation d’Ankara8.

2. Les relations turco-arméniennes au courant des années 1990

4Trois années après les premières manifesta­tions réclamant, à Erevan, le retour du Karabakh à l’Arménie, Ankara prend acte de l’effon­drement de l’Union soviétique et reconnaît l’ensemble des nouvelles républiques indépen­dantes, Arménie comprise (peu de temps après l’Azerbaïdjan). La Turquie établit dès le courant de l’année 1992 des relations diplomatiques avec l’Azerbaïdjan et la Géorgie. En ce qui concerne l’Arménie, le dialogue - initié dans le cadre du futur marché commun de la mer Noire et prolongé par la visite de Volkan Vural alors ambassadeur en Russie, à Erevan - bute encore sur quelques désaccords. Ankara exige, en effet, d’Erevan qu’elle renonce 1) à toute revendica­tion territoriale (et donc supprime certaines clauses constitutionnelles y faisant référence), 2) à toute campagne pour la reconnaissance du génocide. Les Arméniens de leur côté - trait constant, on va le voir, de leur politique extérieure - ne posaient aucune pré-condition à l’établissement des relations diplomatiques et s’étaient bien gardés d’inscrire ces questions sur l’agenda. S’agissant des revendications territoriales, Erevan argumentait qu’en adhérant courant 1992 à la CSCE, elle avait implicite­ment reconnu le tracé existant et qu’il n’était donc pas nécessaire d’aller plus loin. En dépit des développements sur le terrain, Ter Petrossian était persuadé qu’il était possible de dissocier la question du Karabakh de la question des relations avec la Turquie.

5La question du Haut-Karabakh (Artsakh en arménien), largement occultée à l’époque soviétique, a resurgi en 1987 lorsqu’une pétition adressée à Gorbatchev a exigé la révision du tracé des frontières intérieures imposées par Staline au lendemain des éphémères indépen­dances des républiques de Transcaucasie (1918-1920) et le rattachement de la province, région autonome de l’Azerbaïdjan peuplée à majorité d’Arméniens, à l’Arménie. Les frontières en question avaient été établies en juin 1921 par une décision du Kavburo (Bureau caucasien du PC) qui, dans un contexte où le pouvoir soviétique était à peine établi et affermi en Transcaucasie, a voulu ménager la Turquie en attribuant le Nakhitchevan et le Karabakh à l’Azerbaïdjan. Ayant déjà fait le deuil d’un retour de l’enclave du Nakhitchevan pour laquelle il était trop tard (encore peuplée de 50 % d’Arméniens en 1917, la province n’en comptait plus que 1,3 % en 1979), l’opinion publique arménienne (comme celle de la diaspora) se passionna pour la question karabakhtsie, craignant une évolution similaire des équilibres démographiques. De 1923 à 1979, la part relative des Arméniens dans la population du Karabakh est passée de 95 à 75 %. Encore gelé jusqu’au craquèlement définitif de l’empire soviétique, le conflit éclata au tournant de l’année 1991-1992 lorsque l’Azerbaïdjan indépendant annula le statut d’autonomie de la province. Dès le 10 décembre 1991, les Arméniens du Karabakh plébiscitent, en retour, l’indépendance. Déchaînant passions nationales et arguments historiques, opposant logique de l’autodétermination des peuples au dogme de l’intangibilité des frontières, le conflit a coûté la vie, de part et d’autre, à au moins 30 000 hommes. Le cessez-le-feu signé le 12 mai 1994 sous les auspices de la Russie, n’a pas vraiment réglé le problème (même s’il est, depuis, globalement respecté) : les forces arméniennes occupent toujours 15 à 20 % du territoire de l’Azerbaïdjan qui a accueilli, depuis 1992, plus de 700 000 réfugiés.

  • 9 La Géorgie, alors plongée dans la guerre civile, ne permettait pas vraiment à Erevan de rompre son (...)
  • 10 Pour cette période, Joseph R. Masih et Robert O. Krikorian, Armenia at the Crossroads, Amsterdam, H (...)
  • 11 Raffi Hovannisian, citoyen américain - il est le fils du célèbre historien Richard Hovannisian - av (...)
  • 12 Nicole et Hugh Pope rappellent ainsi que Demirel a ostensiblement refusé de rencontrer Ter Petrossi (...)
  • 13 De fait, Ankara, se contentera d’envoyer quelques avions de chasse patrouiller à la frontière et re (...)

6De la part d’Erevan, c’était surtout une ques­tion de pragmatisme : alors que les effets du blocus azerbaïdjanais se faisaient de plus en plus durement ressentir, que l’enclavement du pays devenait de plus en plus préoccupant9, l’établissement de liens avec la Turquie était - différend historiographique ou pas - néces­saire10. Des citoyens, des entrepreneurs arméniens avaient, d’ailleurs, déjà franchi le pas. Ter Petrossian, tout à sa politique d’apaisement avec Ankara, obtient en octobre 1992 la démission de son bouillant ministre des Affaires étrangères, Raffi Hovannisian, aux orientations trop franchement anti-turques11, ce qui alimentera les dissensions avec toute une partie de la diaspora qui le juge trop tiède. À Ankara, la diplomatie turque est alors divisée en deux camps. Le premier soutient que l’étab­lissement de relations apaisées avec l’Arménie pourrait renforcer l’influence d’Ankara dans le Caucase méridional tout en permettant d’amener les Arméniens sur la voie du compromis au Karabakh. Le second camp, le lobby dit des néo-ottomans, a l’oreille du président Turgut Özal. Adoptant volontiers un discours panturquiste - jouant sur la proximité linguistique et culturelle avec les républiques turcophones d’Asie centrale, il fait alors figure d’un rêve de rechange susceptible de conforter l’influence régionale de la Turquie -, il milite pour un soutien plus actif à l’Azerbaïdjan, où le pouvoir est justement passé courant 1992 aux mains d’un tenant du panturquisme, Aboulfaz Elchibey. Tout au long de l’année 1992, tant que les Azéris n’ont pas vraiment perdu pied sur le terrain militaire, aucun camp ne semble vraiment l’emporter, la Turquie se contentant de dépêcher des conseillers militaires auprès des Azéris. Le pont reliant l’enclave azérie du Nakhitchevan à la Turquie est néanmoins inauguré en grande pompe au début de l’année 1992. L’Arménie est présente à la signature du traité instituant le marché commun de la mer Noire à Istanbul, le 3 février 1992. Certes, de temps à autre, notamment en février 1992 lors de la mise à sac du village de Khodjaly par les troupes arméniennes, les dents turques grincent quelque peu et les positions officielles se durcissent12. La Turquie décide, cependant, d’ouvrir son espace aérien et ses ports à l’Armé­nie. Des Arméniens de la diaspora s’intéressent même de près à un projet d’investissement qui permettrait d’accroître la capacité du port de Trabzon, alors principal lien avec l’extérieur de la jeune république d’Arménie. Ankara signe -sous la pression des États-Unis- un accord aux termes duquel il autorise le transit de 100 000 tonnes de blé de l’Union Européenne destiné à la population arménienne et prévoit même un moment de livrer de l’électricité, au grand dam d’Aboulfaz Elchibey qui critique vertement ces décisions. Le tournant décisif date du prin­temps 1993, quand avec la prise de Kelbadjar, les Arméniens prennent un très net avantage au Karabakh, allant jusqu’à occuper les territoires azéris adjacents. Ankara qui a, déjà, quelques mois auparavant annulé le contrat de livraison d’électricité, prend la décision de fermer la frontière avec l’Arménie et d’imposer un blocus de fait. Au terme d’un voyage épuisant en Asie centrale et en Azerbaïdjan, Özal brandit même, début avril 1993, la menace d’une intervention. Moscou prévient cependant Ankara que toute intervention directe de la Turquie au Karabakh serait susceptible de provoquer la Troisième Guerre mondiale. Süleyman Demirel, alors Premier ministre, relativisera immédiatement les propos d’Özal13. Inquiète devant l’émancipa­tion de l’Azerbaïdjan, soucieuse des ambitions turques en Asie centrale - la Turquie s’y présente alors et avec quelque succès comme un modèle - et désireuse de recouvrer son influence en Transcaucasie, la Russie avait dès le début de l’année 1992 accentué le rééquilib­rage de sa politique au profit de l’Arménie, en choisissant de soutenir Erevan et Stepanakert sur le plan militaire.

7La mort d’Özal à la fin du mois d’avril 1993 semble pouvoir permettre une décrispation : Levon Ter Petrossian fait le voyage d’Ankara pour assister aux obsèques et a des entretiens avec Demirel et Elchibey. Un projet de réso­lution, soutenu par la Turquie, la Russie et les États-Unis paraît même sur le point d’aboutir mais la chute rapide d’Elchibey, sur fond de défaites militaires, repousse toute perspective de règlement du conflit du Karabakh. D’autant, que sur le terrain, les Arméniens ont - de manière désormais irréversible - concrétisé leur avantage. Tansu Çiller (DYP), le nouveau Premier ministre turc, n’hésite pas à son tour à sacrifier à l’escalade rhétorique. Elle met les troupes turques en alerte et assure qu’elle demandera au Parlement l’autorisation d’engager l’Armée turque au cas où les forces arméniennes envahiraient le Nakhitchevan. L’arrivée au pouvoir à Bakou, de Heydar Aliyev -ancien premier secrétaire du PC azéri de 1969 à 1982, membre du politburo jusqu’en 1987, puis prési­dent en exil de la république autonome du Nakhitchevan- affaiblit cependant temporaire­ment la main d’Ankara dans la région. Faisant le choix d’infléchir la politique émancipatrice de son prédécesseur -jugée excessive et contre- productive-, Aliyev opère un rapprochement avec la Russie : des décisions favorables aux entreprises pétrolières turques sont annulées, l’Azerbaïdjan intègre la CEI. Aliyev refusera néanmoins la présence de troupes russes sur le territoire azéri : après une pause de quelques semaines, les troupes arméniennes reprennent leur offensive au Karabakh. Dans l’esprit des Azéris (et des Turcs), c’est une preuve de plus que c’est encore Moscou qui distribue les cartes dans la région. Profitant de son influence en partie restaurée, la Russie impose, de fait, le 12 mai 1994, un cessez-le-feu au Karabakh qui est depuis globalement respecté.

  • 14 Les deux hommes n’ont évidemment aucun rapport.
  • 15 "Il faut trouver un compromis sur la question du Haut-Karabagh", entretien avec Marie Jégo, Le Mond (...)

8Ayant connu leur « nadir » au cours de l’année 1993-1994, les relations turco-arméniennes ne peuvent plus, dès lors, que s’améliorer. En fait d’amélioration, elle est si peu sensible qu’il est préférable de parler de statu quo. En Arménie, Ter Petrossian continue à être convaincu de la nécessité d’un apaisement des relations. Saigné à blanc par le blocus azerbaïdjanais et par l’émigration massive de ses habitants, l’Arménie n’a, il est vrai, guère le choix. Ter Petrossian et Gerard Libaridian, son influent conseiller pour les questions de politique étrangère, continuent à croire en la possibilité d’un dialogue. Du côté turc, les rares initiatives de rapprochement sont alors surtout le fait des milieux politiques ou économiques locaux, rarement du pouvoir central. La Turquie a, en effet, constamment souligné qu’elle ne réviserait pas sa politique à l’égard de l’Arménie tant que les territoires azerbaïdjanais n’auront pas été évacués. Sous la pression américaine, Ankara ouvre néanmoins, en 1995, un corridor aérien, emprunté deux fois par semaine par un bimoteur de la compagnie nationale arménienne pour relier Erevan à Istanbul. Gerard Libaridian sera reçu par Tansu Çiller le 24 février 1995 pour mettre au point les détails de cet « arrange­ment ». Courant 1996-1997, quelques signes semblent, cependant, annoncer un dégel des relations turco-arméniennes. Mehmet Yılmaz, le président de la chambre de commerce et d’industrie de la ville frontalière de Kars, demande publiquement la réouverture du poste frontière de Doğukapı/Akhourian. Il affirme que les autorités de Kars ont recueilli plus de cent mille signatures pour soutenir cette revendica­tion. Pour le nouveau Premier ministre turc, Mesut Yılmaz14, la question n’a pas l’air taboue puisqu’il l’évoque à l’automne 1997. Il était manifestement trop tôt. La Turquie, selon les mots de Ter-Petrossian, continuait à être « prise au piège de son obligation de solidarité avec I’Azerbaïdjan et sa volonté de normaliser ses relations avec l’Arménie »15. Ankara ne pouvait, en tout état de cause, prendre le risque de déplaire à Bakou au plus fort des négociations sur le tracé des pipelines transcaucasiens. Le président Demirel trancha la question en rap­pelant, à l’occasion du 77e anniversaire de la reconquête de la ville de Kars, le 30 octobre 1997, que la Turquie camperait sur ses posi­tions tant que la question du Haut-Karabagh ne serait pas réglée.

  • 16 octobre 1997.
  • 17 Lettre de l’UGAB, samedi 10 janvier 1998, p. 1.

9On observe parallèlement, depuis 1995, la mise en place de tout un enchevêtrement d’alliances et de contre-alliances. Face à l’axe Bakou-Ankara, bientôt élargi à Tbilissi, cristallisé autour du projet de réalisation d’un oléoduc qui relierait Bakou à Ceyhan (en Turquie) en passant par Tbilissi et qui renforce l’isolement et le cloisonnement de l’Arménie, Erevan répond par une double politique. Elle se rapproche d’une part davantage de Moscou en signant, courant 1997, un nouveau traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle, avec un important volet militaire16. Elle forge, d’autre part, un système d’ « alliances de revers » -largement factices dans la pratique mais symboliquement importantes- avec Athènes et Téhéran. La première réunion a lieu en août 1995, à Athènes, suivie d’une deuxième en décembre 1996 en Iran. Le 22 décembre 1997, les trois pays signent un mémorandum sur l’extension de leur coopération dans tous les domaines, en assurant que l’accord n’est dirigé contre « aucun pays tiers »17.

  • 18 Le Yerkrapah (les Défenseurs de la patrie) est une organisation mi-paramilitaire mi-politique formé (...)
  • 19 Vartan Oskanian, affirme, lors d’une conférence à l’Université d’Erevan, début avril 2000 : "Il y a (...)
  • 20 Un vote dans ce sens a, cependant, toutes les chances de survenir dans un avenir proche, cf. Paul G (...)
  • 21 CDCA, Comité de Défense de la Cause Arménienne, fondé en 1965. Lance une campagne de sensibilisatio (...)

10En Arménie, les colombes vont progressive­ment être désavouées. Alors que Ter Petrossian est favorable à une solution par étapes du conflit du Karabakh, solution qui impliquait, au préalable, l’évacuation des territoires occupés, les partis d’opposition, les intellectuels, les vétérans du Yerkrapah18, craignent de voir ainsi disparaître les bases -chèrement acquises- de la négociation et demandent la démission du président. Ces dissensions vont aboutir à une véritable révolution de palais qui dépose Levon Ter Petrossian pour mettre au pouvoir Robert Kotcharian, président de la république autoproclamée du Karabakh de 1994 à 1997, Premier ministre de la république d’Arménie depuis 1997 et a priori tenant d’une ligne dure. L’arrivée de Robert Kotcharian annonce, en effet, un raidissement de l’Arménie, à la fois sur le chapitre du Karabakh et des relations turco- arméniennes. Pour Kotcharian, la politique qu’a suivie Ter Petrossian à l’égard de la Turquie, tissée de concessions, n’a mené nulle part. Elle a buté contre la rigidité d’Ankara. Pire, en voulant mettre la question de la reconnaissance du génocide sous le boisseau, Ter Petrossian a composé avec l’histoire. La politique « turque » de Kotcharian va dès lors se scinder en deux parties qui paraissent pour le moins contradictoires. D’un côté, il va reprendre à son compte le discours de l’administration Ter Petrossian selon lequel l’Arménie ne pose aucune pré­condition à l’établissement du dialogue avec la Turquie19. De l’autre, il va -les yeux en partie braqués sur la diaspora qui dans sa majorité accueille favorablement cette décision- inscrire la question de la reconnaissance du génocide sur l’agenda de la politique étrangère armé­nienne. Sur ce front, Erevan peut être satisfait (cf. tableau 1). Si on excepte les États-Unis où la résolution a été retirée in extremis20, la France, l’Union Européenne ont adopté des textes allant dans ce sens. On ne peut, à cet égard, que souligner le succès de la campagne menée par de nombreuses associations arméniennes de la diaspora (notamment en France, par le CDCA21) et mezzo voce par la République d’Arménie et, en creux, le peu d’effet des contre- feux allumés par le gouvernement turc.

Tableau 1 : Les différents projets de reconnaissance à l’ordre du jour (2000-2001).

21 septembre 2000

États-Unis : la Commission des relations internationales et des droits de l’Homme de la Chambre des Représentants adopte un projet de résolution relatif à la reconnaissance du génocide arménien

21 octobre 2000

États-Unis : retrait du projet de résolution de reconnaissance à la Chambre des Représentants

27 octobre 2000

France : six sénateurs déposent une proposition de loi visant à la reconnaissance du génocide arménien

7 novembre 2000

France : la proposition de loi est votée par le Sénat

15 novembre 2000

Union Européenne : Dans une résolution sur les progrès réalisés par la Turquie sur la voie de l’adhésion, le Parlement européen « invite le gouvernement turc et la Grande Assemblée nationale turque à accroître leur soutien à la minorité arménienne -qui représente une part importante de la société turque- notamment par la reconnaissance publique du génocide que cette minorité a subi avant l’établissement d’un État moderne en Turquie ».

18 janvier 2001

France : l’Assemblée nationale vote le texte adopté par le Sénat. La loi par laquelle la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 est promulguée le 30 janvier par le président de la République.

  • 22 Cf. Agos, début décembre 2000.
  • 23 Entretiens au Ministère des Affaires étrangères turc et arménien, respectivement début juin 2001 et (...)
  • 24 "Bakü’yü İkna Operasyonu" (Opération de séduction de Bakou), Özgür Politika, 21 janvier 2001 (inter (...)

11Paradoxalement, c’est dans ce contexte a priori peu favorable que vont intervenir les premières initiatives turques de dialogue. Au début du mois de décembre 2000, la presse turque révèle l’existence d’un projet de norma­lisation des relations turco-arméniennes préparé par le ministère turc des Affaires étrangères22. De fait, le fil n’a jamais vraiment été coupé entre les deux chancelleries, et diplo­mates turcs et arméniens se sont régulièrement entretenus à Erevan, Istanbul, Ankara ou dans les enceintes multilatérales23. Ce document qui n’a jamais été publié aurait préconisé l’ouverture de la frontière et l’établissement dans un premier temps de relations commer­ciales officielles. Des personnalités très proches du Ministère des affaires étrangères turc, telles Özdem Sandberk, un ancien ambassadeur que l’on retrouvera ensuite dans le forum turco- arménien, s’expriment publiquement sur le sujet au même moment. Début janvier, c’est au tour du quotidien Cumhuriyet d’annoncer la démarche turque et de la lier à la tenue, au courant du mois de février, d’une conférence organisée par le TESEV, un think-tank proche du pouvoir et dirigé par Özdem Sandberk, sur le thème de la stabilité dans le sud-Caucase - conférence à laquelle devraient participer de nombreux délégués arméniens. Dans le con­texte de ce début 2001, la logique n’est cepen­dant pas très claire : on ne sait pas très bien s’il s’agit d’une ultime tentative pour empêcher l’adoption de la loi reconnaissant le génocide par l’Assemblée nationale française, d’une réponse à la visite de Vladimir Poutine à Bakou et à l’apparent resserrement des liens entre l’Azerbaïdjan et la Russie ou bien des prémisses d’une nouvelle politique à l’égard d’Erevan et d’une volonté de peser plus dans le sud- Caucase. Un peu des trois probablement. Ce qui est clair, c’est qu’Ankara semblait, début janvier 2001, vouloir reprendre l’initiative et établir un dialogue direct avec Erevan, avec l’ambi­tion affichée de court-circuiter la diaspora. L’inconnue est évidemment azérie car à Bakou, que ce soit au pouvoir ou dans l’opposition, on ne veut pas en entendre parler. La visite à Bakou de Faruk Loğoğlu, le secrétaire d’État turc aux Affaires étrangères, les 18-19 janvier 2001, a-t-elle constitué une tentative pour convaincre l’Azerbaïdjan de la pertinence d’un éventuel revirement ? Certains journaux turcs, comme le quotidien pro-kurde Özgür Politika en sont persuadés24. Loğoğlu aurait tâché de convaincre Bakou qu’Ankara pourrait par là peser davantage -dans le sens des revendica­tions azerbaïdjanaises- et plus efficacement dans le processus de résolution du conflit du

  • 25 Groupe co-présidé par la France, la Russie et les États-Unis et chargé de trouver un règlement au c (...)

12Haut-Karabakh. Le vote de l’Assemblée nationale française étant, entre-temps, intervenu, Loğoğlu a demandé, sans succès, à Aliyev de s’associer à Ankara pour réclamer l’exclusion de la France du groupe de Minsk25. Du côté arménien, Robert Kotcharian s’est félicité de la reconnaissance du génocide par la France. Interviewé par la chaîne de télévision CNN- Türk, le mercredi 31 janvier, il a, cependant, déclaré que l’Arménie n’entendait, en aucune manière, tirer parti de cette reconnaissance pour formuler des revendications territoriales ou des demandes de dédommagement. Erevan, ajoutait-il, se satisferait de l’ouverture des archives ottomanes et d’un repentir d’Ankara. Interrogé quelques jours plus tard par la chaîne d’information continue turque NTV, Vartan Oskanian confirmait pour sa part que l’Arménie ne posait toujours pas de précondition au dialogue avec Ankara. Depuis janvier 2001 aucun signe nouveau n’est cependant venu du gouvernement turc. Bülent Ecevit a, à plusieurs reprises, répété que la normalisation des relations avec l’Arménie dépendait d’une solution au Karabakh. Ecevit a même énoncé lors de la visite de Donald Rumsfeld, en juin 2001, une nouvelle condition en affirmant qu’il fallait aussi qu’un corridor soit ouvert entre l’Azerbaïdjan et l’enclave du Nakhitchevan. Il est clair cependant que la Turquie tâtonne depuis quelques années à la recherche d’une politique plus cohérente dans le sud-Caucase. Les réunions de la commission de réconciliation turco-arménienne (dont l’existence a été révélée au mois de juillet), le pèlerinage d’Arméniens de la diaspora en Turquie et en Arménie au cours de l’été, l’arrivée, début septembre, à Istanbul, du représentant de l’Arménie auprès de la Coopération écono­mique de la mer Noire sont autant de signes d’une nouvelle donne - pour timide qu’elle soit. À Erevan comme à Ankara, on est cependant loin d’un consensus : les variables sont nombreuses et les agendas différents.

3. Variables des politiques étrangères arménienne et turque

13Cet aperçu diachronique des relations turco- arméniennes étant fait, il nous a paru intéres­sant de détailler les dynamiques présidant à la codification, à Erevan et à Ankara, des poli­tiques arménienne et turque.

a) L’Arménie : comment rompre l’isolement ?

14On a vu que sous l’administration Ter Petrossian, on était favorable à Erevan à l’ouverture d’un dialogue serein et apaisé avec Ankara. Pour le président arménien et pour son conseiller Gerard Libaridian, tout militait pour la normalisation des relations avec la Turquie. Elle aurait permis de desserrer l’étau du blocus azerbaïdjanais, affaibli Bakou, permis de prendre un peu de champ vis-à-vis de Moscou et éventuellement permis d’insérer l’Arménie dans le réseau d’évacuation des richesses (en faisant passer les pipelines transcaspiens par l’Arménie au lieu de les faire passer par le territoire géorgien) de la Caspienne. Certes, cela commandait aussi de ne pas inscrire la question du génocide à l’ordre du jour. Ter Petrossian et Libaridian - qui sont tous deux, au départ, des historiens réputés - faisaient le pari que cette politique d’apaisement serait, sur le long terme, plus payante, même sur la question de la reconnaissance du génocide par la Turquie. Libaridian l’exprime dans ces termes :

  • 26 Gérard Libaridian, La construction de l’État en Arménie, un enjeu caucasien, Paris, Karthala, 2000, (...)

« Si le but est d’obtenir la reconnaissance du géno­cide par la Turquie pour des raisons de justice morale et historique, alors peut-être faut-il repenser la stratégie [de pression]».26 

  • 27 Ce renforcement de la coopération militaire -notamment dans le cadre du Partenariat pour la Paix- s (...)
  • 28 Structure de coopération qui réunit la Géorgie, l’Ouzbékistan, l’Ukraine, l’Azerbaïdjan et la Molda (...)
  • 29 Ara Tadevossian, "Armenia’s Growing Paranoïa", Institute for War and Peace Reporting, Caucasus Repo (...)
  • 30 Il est intéressant de noter qu’Erevan se sent assez concerné, par exemple, par le rapprochement tur (...)
  • 31 Interview accordée à Mediamax, le 23 avril 2001.

15Si cette politique aurait très bien pu, sur le papier, servir de catalyseur à un règlement pacifique du conflit arméno-azéri, elle ignorait plusieurs variables. Erevan n’est pas, en premier lieu, ainsi parvenu à obtenir qu’Ankara dissocie la question du Karabakh de celle de ses relations avec l’Arménie. Cela montre combien il était, in fine, difficile de projeter une normalisation des relations préalable au règlement du conflit quand les deux étaient condamnés à fonctionner de pair. Ensuite, les deux hommes négligeaient l’opposition d’une grande partie de l’opinion publique et de la diaspora arméniennes pour qui cette politique sonnait largement comme une trahison, comme un reniement d’une part constitutive de leur identité. Butant sur l’inflexibilité des positions turques et azéries, ses promoteurs furent enfin privés des résultats tangibles qu’ils auraient pu vendre à cette même opinion publique alors même qu’ils lui donnaient l’impression de faire des concessions. Ils furent donc désavoués. La politique de Kotcharian pour contradictoire qu’elle paraisse n’en a pas moins porté quelques fruits : progrès de la reconnaissance, resserrement des liens avec la diaspora dont les membres sont pour beaucoup des descendants des rescapés de 1915. Le contexte est, il est vrai, différent dans la mesure où le léger mieux au plan économique rend l’ouverture de la frontière turco-arménienne moins urgente. Il est difficile d’estimer son coût sur les relations turco-arméniennes : compte tenu de l’échec de la politique précédemment suivie par Ter Petrossian, et des derniers développements, on peut se demander s’il est vraiment exorbitant. Ce qui est clair, c’est que le problème de l’isolement de l’Arménie est resté entier : le tête-à-tête déséquilibré avec Moscou auquel est, de facto, condamné Erevan est toujours une lourde hypothèque pour la politique étrangère arménienne. Il est d’autant plus préoccupant que Moscou peut régulièrement être tenté de régulariser ses relations avec l’Azerbaïdjan. L’Azerbaïdjan, de son côté, peut compter sur le renforcement de l’axe Bakou-Tbilissi-Ankara (notamment sur le plan de la coopération militaire27) et sur une autre carte, le GUUAM28. De fait, les Arméniens sont régulièrement saisis d’un authentique -et légitime- frissonnement obsidional29 attisé aussi bien par le renforcement des liens entre la Géorgie et la Turquie que, plus bizarrement, par le rapprochement entre Ankara et Tel Aviv30. Cette inquiétude récemment rappelée par Vartan Oskanian31nourrit en retour un renforcement des relations avec Moscou : modernisation de l’armée de l’air arménienne, projet d’installation de missiles S-300 sur la base de Gumri, projet d’une consti­tution d’une force de réaction rapide évoqué lors de la réunion d’Erevan en mai 2001. À bien des égards, l’équivoque dans laquelle se trouve l’Arménie depuis 1991 paraît être une réédition de mai 1918, lorsque après la dissolution de l’éphémère république fédérée de Transcauca­sie, l’Arménie se retrouva complètement isolée (à un moment où les Géorgiens pouvaient compter sur l’Allemagne et les Azéris sur les Turcs). On comprend mieux aussi qu’Erevan se soit lancé dans la construction de contre- alliances avec l’Iran ou la Grèce, même si on a justement souligné leur caractère factice.

16En fin de compte, que se passerait-il si on reconnaissait que le fait d’avoir des relations diplomatiques et économiques normales avec la Turquie était de l’intérêt de l’Arménie aussi bien que du Karabakh ? De meilleures relations arméno-turques n’affaibliraient-elles pas, dans la négociation, la position des Azerbaïdjanais, dont la rigidité est basée sur une politique d’étranglement de l’économie arménienne ? Si on apportait une réponse positive à ces questions (ce qui est tout à fait possible, à condition de les considérer avec un certain détachement, et à condition que le simple fait d’envisager cette option ne soit pas sur le champ taxé de trahison), la normalisation des relations avec la Turquie faciliterait le rôle de l’Arménie comme voie de passage pour les hydrocarbures de la mer Caspienne. De nombreux pays « pro-arméniens » qui encouragent l’Arménie à suivre ses instincts anti-turcs, rivalisent pour que l’oléoduc passe chez eux. Pour eux, le problème n’est pas d’empêcher l’Azerbaïdjan de développer ses propres ressources et de devenir riche, c’est plutôt de pouvoir prendre sa part de cette richesse. Avec des relations problématiques entre l’Arménie et la Turquie et entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, il est difficile que l’Arménie fasse partie du réseau d’oléoduc et que l’oléoduc puisse passer par le sud du Caucase en général.

b) La politique de la Turquie dans le Caucase méridional et la variable azer­baïdjanaise.

  • 32 Gareth Winrow, "Turkey and the Transcaucasus : An Overview", conférence prononcée à l’IFEA en mars (...)
  • 33 Selon le quotidien turc Cumhuriyet (16 février 2001), le DYP (Doğru Yol Partisi, Parti de la Juste (...)

17En Turquie, une poignée d’acteurs ont plaidé pour la normalisation des relations avec l’Arménie. Au premier rang d’entre eux, les milieux politiques et économiques locaux ont souligné les avantages économiques d’une éventuelle réouverture de la frontière. L’expulsion en juin 2000 de la délégation arménienne de la ville de Gumri venue participer à la conférence régionale organisée par la municipalité de Kars, sur ordre venu d’Ankara, a néanmoins révélé la différence d’approche qui existait entre le centre et la périphérie. Depuis plusieurs années, les journaux contiennent de plus en plus d’articles favorables à l’établissement de relations diplo­matiques avec Erevan, arguant de façon classique qu’il permettrait de renforcer l’assise régionale de la Turquie. La position officielle n’a, cependant, guère varié. Si au ministère des Affaires étrangères turc, où la plupart des postes-clés sont tenus par des diplomates qui ont perdu des collègues dans les attentats de l’ASALA, l’idée d’un rapprochement en faisait aussi ciller plus d’un, c’est surtout parce que le soutien à l’Azerbaïdjan est une donnée de base de la politique caucasienne de la Turquie - l’autre étant le rapprochement progressivement opéré avec la Géorgie de Chevarnadzé. La proximité culturelle et linguistique nourrit même un « romantisme » que l’on retrouve dans la formule bir millet, iki devlet (une nation, deux États), martelée à l’envi par les officiels ou les médias même si elle sonne un brin faux. La Turquie est l’un des partenaires commerciaux majeurs de l’Azerbaïdjan (avec un volume de 200 millions de dollars US d’échanges pour les six premiers mois de l’année 2000) et un investisseur important (900 millions de dollars US de 1991 à 199932). La compagnie pétrolière turque TPAO est partenaire de l’AIOC et les deux pays militent pour l’oléoduc Bakou- Ceyhan. Si la coopération militaire est restée relativement limitée et discrète avant le cessez- le-feu au Haut-Karabakh en 1994, elle s’inten­sifie aujourd’hui dans le cadre du Partenariat pour la Paix de l’OTAN. Les relations n’ont, pour autant, pas toujours été idylliques. Le départ contraint d’Aboulfaz Elchibey au profil résolument turquiste et l’arrivée au pouvoir de Heydar Aliyev en 1993 auraient, d’ailleurs, pu sceller le retour de l’Azerbaïdjan dans l’orbe russe. Le dialogue entre Ankara et Bakou est, en effet, resté tendu quelque temps, notamment après la tentative de coup d’État de mars 1995, où plusieurs citoyens turcs auraient prêté la main à Djavadov33. Les relations sont cepen­dant vite redevenues très bonnes, dans l’intérêt bien compris de Bakou. Il n’en reste pas moins que l’Azerbaïdjan critique très régulièrement les velléités turques de dialogue avec l’Arménie, notamment en 1996-1997 à l’époque ou Mesut Yılmaz (ANAP) était Premier ministre. Aliyev a, par ailleurs, choisi d’adopter une politique d’équilibre qui l’amène parfois à se désolidariser ou à prendre ses distances vis-à-vis d’Ankara et à resserrer les liens avec Moscou (visite de Vladimir Poutine en janvier 2001). Plus récem­ment, Bakou a refusé de s’aligner sur les réac­tions d’Ankara au vote par le Parlement français de la loi reconnaissant le génocide arménien (18 janvier 2001). Faruk Loğoğlu, secrétaire d’État aux Affaires étrangères en visite à Bakou, le lendemain du vote, avait proposé de réclamer l’exclusion de la France du groupe de Minsk. Le refus d’Aliyev -il avait aussi déclaré que l’Azerbaïdjan ne « saurait être plus royaliste que le roi »- a quelque peu surpris à Ankara. Mais ces différends ne remettent pas en cause l’essentiel et Bakou sait qu’il peut compter sur Ankara, comme lors de la crise de l’été 2001 en mer Caspienne, lorsque des bateaux prospec­tant pour le compte du consortium pétrolier azéri ont été intimidés par la marine iranienne. L’ambassadeur iranien à Ankara avait été officiellement convoqué pour se voir remettre une note au ton particulièrement véhément. Peu de temps après, le chef d’État-major des Armées turques, le général Kıvrıkoğlu assistait à Bakou à d’importants défilés militaires. Les bonnes relations qu’entretient la Turquie avec Bakou et Tbilissi contribuent, en définitive, largement à asseoir l’influence d’Ankara dans la région. Tant que le conflit du Karabakh n’est pas réglé, l’intérêt d’une normalisation des relations avec l’Arménie est minime. Il est aussi risqué, car la seule perspective d’une ouverture de la frontière n’a jamais suffi à amener les Arméniens sur la voie d’un compromis plus acceptable pour les Azéris. Il semble évident que la Turquie a néanmoins raté l’occasion, au milieu des années 1990, d’établir des relations avec l’Arménie à un coût infiniment moins important qu’il ne l’est aujourd’hui : entre­temps, les positions arméniennes se sont durablement durcies.

Les relations russo-turques

  • 34 Bayram Balcı, Bertrand Buchwalter, La Turquie en Asie centrale, la conversion au réalisme (1991-200 (...)
  • 35 En janvier 1996, des citoyens turcs d’origine caucasienne, emmenés par Mohammed Tozcan (lui-même d’ (...)
  • 36 Le BTC ne se concrétise cependant toujours pas, alors que l’oléoduc concurrent, reliant Tengiz à No (...)

18Ankara a constamment tâché, depuis 1991, de trouver un équilibre dans ses relations avec la Russie. Certes, la Turquie a été un temps ten­tée d’étendre son influence dans les anciennes marches soviétiques du Caucase et de l’Asie centrale - recueillant d’ailleurs, après une courte période euphorique, des résultats plutôt mitigés34. Dans la pratique, cependant, elle a évité toute confrontation directe avec Moscou. Si la population turque d’origine caucasienne (de 4 à 5 millions de personnes selon les estimations) s’est fortement mobilisée au cours des deux guerres de Tchétchénie35, le gouvernement s’est bien gardé de prendre fait et cause pour les Tchétchènes. En retour, Moscou a considérablement diminué son soutien au PKK. Les forces armées turques sont, certes, traditionnellement marquées par une nette défiance à l’égard de la Russie, défiance qui les encourage à soutenir le projet d’oléoduc Bakou- Tbilissi-Ceyhan (BTC) ou récemment à orchestrer l’enquête sur les conditions d’attri­bution du marché de construction du gazoduc reliant la Russie à la Turquie (Blue Stream). Mais leur influence a été contrebalancée par l’existence d’un « lobby russe », majoritairement composé d’entreprises comme Enka, Gama ou Tekfen (entreprises essentiellement de con­struction) qui ont milité avec succès avec l’ANAP de Mesut Yılmaz pour la construction du Blue Stream. Ce gazoduc, dont la construc­tion devrait s’achever au début de l’année 2003, va considérablement accroître la dépendance énergétique de la Turquie vis-à-vis de la Russie. De manière générale, la Russie est l’un des partenaires commerciaux les plus importants de la Turquie. Après un petit ralentissement dû à la crise russe de 1998, le volume des échanges entre la Russie et la Turquie a dépassé à nouveau la barre des quatre milliards de dollars en l’an 2000, ce qui représente à peu près quatre fois plus que le volume des échanges avec toutes les républiques turcophones réunies - de quoi relativiser les schémas simplistes qui feraient croire que les relations entre Moscou et Ankara sont avant tout placées sous le sceau de la rivalité. Cette rivalité existe bel et bien (elle porte notamment sur le tracé des oléoducs ou sur le passage des détroits et s’exprime parfois dans la rivalité russo-américaine36) et il y a eu plusieurs crises (notamment lors du projet d’installation de missiles S 300 de fabrication russe à Chypre), mais la Turquie a compris que Moscou était décidé à garder un rôle important en Transcaucasie.

Perspectives

  • 37 Dans sa Résolution sur le rapport régulier 2000 de la Commission sur les progrès réalisés par la Tu (...)
  • 38 Un des membres, Gündüz Aktan, ambassadeur à la retraite et éditorialiste pour le quotidien Radikal (...)
  • 39 Entretien au MAE arménien, début avril 2001.

19Le dialogue entre l’Arménie et la Turquie n’a peut-être jamais paru aussi prêt de sortir des limbes qu’au cours de l’année 2001 qui a vu se multiplier les initiatives et les enceintes de dialogue. La fin malheureuse de la commission de réconciliation turco-arménienne dont l’existence avait été déclarée le 7 juillet 2001 et qui s’est finalement auto dissoute quelques mois plus tard, le 11 décembre 2001, montre cependant qu’il ne faut pas pécher par excès d’optimisme. Composée d’universitaires et de haut-fonctionnaires turcs et arméniens, a priori indépendants, la commission qui se réunissait depuis près d’un an dans le secret avait pour mérite d’institutionnaliser le dialogue, car si Ankara et Erevan avaient expressément nié être impliqués dans cette démarche, il était probable qu’elle recueillait au moins leur assentiment. L’un des représentants arméniens a ainsi révélé que le choix des personnalités arméniennes avait été discuté pendant plusieurs mois avec le président Kotcharian et Vaskan Oskanian. Dans le même ordre d’idées, les délégués turcs étaient pour la plupart d’anciens hauts fonctionnaires encore proches du pouvoir, à l’image d’Özdem Sandberk ou d’İlter Türkmen, tous deux anciens ambassadeurs. Promue en sous-main par les Américains et soutenue par l’Union Européenne37, l’initiative a d’emblée recueilli des sentiments très partagés en Arménie, dans la diaspora, en Azerbaïdjan alors qu’elle a été plutôt bien accueillie en Turquie. En Arménie et dans la diaspora, on a hésité entre soutien enthousiaste, attentisme ou condamnation. Ici on a salué ce premier pas, ailleurs on s’est interrogé sur les motivations des participants turcs, dont on avait noté qu’aucun n’acceptait de reconnaître le génocide. Pour la FRA Dachnaksoutioune, la commission était surtout un moyen imaginé par la Turquie pour prévenir les futures campagnes pour la reconnaissance du génocide. La commission avait choisi de se saisir de l’ensemble des différends, écartant néanmoins celui portant sur l’histoire, donnant ainsi l’impression de botter en touche. De fait, il faut bien dire que sur ce sujet, le dialogue risquait de tourner court très rapidement. Les membres turcs de la commission, fidèles en cela à l’orientation générale du débat sur la question en Turquie, refusaient le qualificatif de génocide pour désigner les mesures de déportation et les massacres commis par l’Empire ottoman contre les populations arméniennes en 191538. De leur côté, les Arméniens n’étaient certainement pas prêts à composer avec leur histoire. Ce hiatus a eu raison de la commission. La question, dès lors, est de savoir si les deux États peuvent resserrer leurs liens malgré ce profond conflit de mémoires ? Sauf coup de théâtre, il y a peu de chances que ces liens soient désormais resserrés avant le règlement du conflit au Karabakh. S’il est évident que l’ouverture de la frontière turco-arménienne fera partie du paquet des négociations, ce sera un paquet en bloc. La levée de l’hypothèque karabakhtsie lèvera-t-elle pour autant la voie à l’établisse­ment de relations diplomatiques, entre Erevan et Ankara ? Rien n’est moins sûr. La frontière sera ouverte, il y aura des relations écono­miques officielles, probablement des consulats, mais le dialogue turco-arménien risque bien d’être encore longtemps prisonnier de ce qu’un diplomate arménien appelle les 4 T, pour, Tanıma : reconnaissance [du génocide], Toprak Talepleri, revendications territoriales, et Tazmi­nat, dédommagements.39 Malgré quelques frémissements (imputables à quelques fractions isolées de la société civile), la Turquie n’est, en aucun cas, prête, ni désireuse de procéder à une révision de son histoire (cf. encadré). Elle ne peut, cependant, ignorer les progrès de la cause de la reconnaissance du génocide et devra bien d’une manière ou d’une autre, y trouver une réponse. Le rapprochement entamé entre les présidents Bush et Poutine après les événements du 11 septembre dernier pourra peut-être - dans un scénario optimiste - favoriser l’établissement de la paix au sud Caucase et partant, amener la Turquie et l’Arménie à reprendre le dialogue. La reprise des pourparlers entre les dirigeants chypriotes turcs et grecs à la fin 2001 -encouragée il est vrai par la perspective d’une adhésion prochaine de Chypre à l’Union Européenne- montre qu’il n’est aucun différend même sérieux qui ne soit insurmontable.

4. L’actualité des débats sur la question arménienne en Turquie

  • 40 Taner Akçam, Ermeni Tabusu Aralanırken, Diyalogdan Başka Bir Çözüm Var mı ?, Su yayınları, août 200 (...)

20On n’a jamais autant parlé, en Turquie, depuis le mois de septembre 2000 (à un moment où le projet de reconnaissance du génocide arménien était concomitamment à l’ordre du jour aux États-Unis, en France, puis au Parlement européen) de la question arménienne. La reconnaissance du génocide par les parlements européen et français a, d’une part, cristallisé une réaction fière où le nationalisme le disputait au sentiment général d’être mal aimé ou mal compris. On a d’autre part, globalement, dénoncé les manœuvres électoralistes des parlementaires et l’activisme d’une partie de la diaspora arménienne. De manière générale, cette reconnaissance est aussi venu nourrir le syndrome de Sèvres, celui du dépècement du pays, dans la mesure où elle a parfois été interprétée, en Turquie ou ailleurs, comme un prélude à des actions en justice pour obtenir des dédommagements (financiers ou territoriaux). Dans le flot des condamnations, il y a aussi eu des appels de journalistes et d’historiens turcs pour que l’on brise les tabous, pour qu’Ankara prenne à bras le corps sa propre histoire. Dans un livre publié à Istanbul en août 2000 et intitulé En dévoilant le tabou arménien, y a-t-il une autre voie possible que le dialogue ?40, Taner Akçam, historien et sociologue turc qui vit et travaille désormais en Allemagne, tente, par exemple, de tracer les bases et les contours d’un dialogue entre Turcs et Arméniens. Akçam -qui a rédigé plusieurs livres considérés comme hétérodoxes en Turquie sur ce qu’il est encore convenu d’appeler la question arménienne (Ermeni sorunu)- décèle dans la Turquie d’aujourd’hui les signes d’un changement assez profond : petit à petit, la société s’approprie des questions qui sont longtemps restées taboues, l’unanimisme se fendille et on commence à parler plus ouvertement de certaines pages de l’histoire, notamment de ce qui s’est passé en 1915 ou de la forme que doivent désormais revêtir les relations entre la Turquie et l’Arménie.

  • 41 "Ermenileri Özel Örgüt Öldürdü" (Les Arméniens ont été tués par des organisations spéciales), Radik (...)

21Intervenant début février 2001 dans une émission de la chaîne privée TV6, Akçam a très violemment été pris à partie par la veuve de Turgut Özal, qui refusait d’admettre l’éventualité d’un repentir de la Turquie. L’éditeur d’Akçam, Recep Tatar -ils se sont rencontrés dans les rangs du groupuscule d’extrême-gauche DEV-YOL à la fin des années soixante-dix-, est plutôt pessimiste. Pour lui, le débat ne déborde guère le cadre étroit d’une partie de la gauche et est comme interdit ailleurs. Il n’en reste pas moins que, ces derniers mois, plusieurs initiatives ont réuni des chercheurs turcs, arméniens et occidentaux autour de la même table à Chicago, Paris et Istanbul. L’un des participants turcs à la rencontre de Chicago (mars 2000), Halil Berktay, professeur à l’Université Sabancı (Istanbul) déclarait, à l’automne 2000, dans une interview au quotidien Radikal41, que la Turquie n’avait aucune chance de convaincre le monde de sa version des faits. La réaction ne s’est cependant pas fait attendre et Berktay a été immédiatement l’objet de campagnes dans la presse et sur Internet. Emin Çölaşan, éditorialiste populaire à Hürriyet, l’a même traité de « traître à la patrie ».

  • 42 Zaman, 19 janvier 2001, p. 1.

22Le gouvernement turc a ces derniers mois engagé un nouvel effort de mobilisation historiographique pour s’opposer terme à terme à ce qu’il appelle « les thèses arméniennes ». Pour la plupart des observateurs turcs, la reconnais­sance par la France et l’Union Européenne du génocide arménien est une conséquence du manque de mobilisation du champ académique turc ces dernières années. Le lendemain du vote à l’Assemblée nationale française, le quotidien Zaman lançait un verdict sans appel : « Nous avons dormi, nous avons perdu » (uyuduk, kaybet­tik42). Zaman, encore, dénonçait, le 29 janvier, le manque d’intérêt pour la période :

« Amère réalité. Le Parlement français a adopté la loi (reconnaissant le génocide arménien) parce qu’on trouve en France plus de 26 000 œuvres défendant le point de vue arménien. Qu’a-t-on en face à proposer ? 84 livres et 29 travaux universitaires (dont seulement 5 thèses de doctorat et 24 mémoires de 3e cycle) ».

  • 43 Cf. l’article de Hasan Celâl Güzel, "Ermeni Sorununun Çözümü İçin Bazı Teklifler" (Quelques proposi (...)

23Une grande partie de la classe politique et de la presse turques ont tiré, au cours des mois écoulés, le même signal d’alarme, en appelant à un sursaut et à un programme coordonné de « contre-attaque » : préparation de documentaires, de nouveaux livres, de CD-Rom, organisation de conférences internationales43. Au même moment, le YÖK (instance créée par les militaires au lendemain du coup d’État du 12 septembre 1980 pour mettre au pas les universités) déclarait qu’un effort particulier serait fait pour favoriser la réalisation de travaux dans ce domaine. La création au courant de l’automne 2000 d’un Institut de recherches arméniennes dans le giron d’ASAM, un think-tank situé à Ankara qui tout en revendiquant son indépendance est assez proche de la ligne officielle, participe aussi très clairement de cet effort de mobilisation. Dans la préface de la revue (pour partie bilingue) de l’institut, le directeur d’ASAM, Ümit Özdağ, ne mâche d’ailleurs pas ses mots à l’égard des gouvernements successifs qui n’ont pas, selon lui, suffisamment œuvré pour contrer la propa­gande arménienne. Il est urgent, écrit-t-il, de lui apporter une réponse appropriée, d’autant qu’entre-temps un nouveau facteur est apparu :

  • 44 Ümit Özdağ, Ermeni Araştırmaları/Armenian Studies (ASAM), Ankara, n° 1, mars-avril-mai 2001, p. 5.

« Depuis 1990, il s’est publié, en Turquie, plus de vingt-cinq livres soutenant les thèses arméniennes (Ermeni tezini destekleyen 25 kitap çıkmış) et ce, sans provoquer la moindre réaction. Un petit groupe d’hommes d’affaires et d’universitaires pro-arménien s’est parallèle­ment créé. Aujourd’hui, ce groupe est invité à la plupart des forums pro-arméniens qui ont lieu de par le monde et demande pardon pour le génocide arménien au nom du rapprochement turco-arménien »44.

24L’objectif déclaré de cet institut est de constituer un quartier général scientifique pour répondre à la guerre menée par les Arméniens contre la Turquie.

  • 45 Copeaux (1998), p. 339.

25Par-delà ces débats, il importe de souligner le caractère tout problématique d’une éventuelle révision du récit national turc. Toute révision supposerait d’accepter l’idée de remettre en cause un certain nombre de credo. C’est toute une imagerie populaire, toute la représentation d’un État constamment tolérant (déjà écornée, au passage, par le traitement d’épisodes comme ceux du varlık vergisi ou des événements du 6/7 septembre 1955) à laquelle il faudrait renoncer. À bien des égards, l’histoire (ou plus exactement la conception qu’on se fait de l’histoire) en Turquie n’a pas rompu avec l’école de Ranke et sert encore un projet de construction d’un imaginaire national commun. Elle est toujours marquée du coin du dessein kémaliste, celui de construire contre vents et marées une nation unie et indivisible. L’histoire continue, à l’école, à avoir un statut bien particulier : comme le dit Copeaux, « il s’agit autant de créer un rapport affectif au passé que de le faire connaître »45. On craint, enfin, très clairement, de voir s’ouvrir la boîte de Pandore. Ici et là, on souligne ainsi qu’avec la campagne pour la reconnaissance du génocide, la diaspora n’entend pas seulement forcer la Turquie à demander pardon. La suite logique, c’est la demande de dédommagements (tazminat), de compensations pour la saisie des biens immobiliers et enfin, les revendications territoriales (toprak talepleri). La presse popu­laire turque évoque, d’ailleurs, régulièrement les procès pour dédommagements ouverts en diaspora. Une partie de ces angoisses n’est probablement pas dénuée de fondements. Comme le note Ahmet İnsel,

  • 46 Hugh et Nicole Pope abondent dans le même sens, cf. Turkey Unveiled, Atatürk and After, Londres, Jo (...)
  • 47 "Madalyonun İki Yüzü Var" (Il y a deux côtés à la médaille), Radikal iki (supplément du dimanche de(...)

« dans des provinces comme Adana, Erzurum ou Van, tout le monde sait qu’il y a des familles qui se sont considérablement enrichies en mettant la main sur le patrimoine que les Arméniens ont laissé derrière eux. Certaines de nos grosses fortunes se sont constituées ainsi46. Ne nous étonnons pas si l’ouverture des archives des cadastres de ces régions provoque un grand incendie »47.

26La question des revendications territoriales crispe, un syndrome de Sèvres (peur du morcellement du pays) bien peu rationnel qui va parfois de pair avec le sentiment que la Turquie est au cœur d’un complot tramé contre elle.

  • 48 H. F. B. LYNCH, Armenia, Travels and Studies (2 vols.), New York, Armenian Prelacy.
  • 49 Je remercie Claire Mouradian pour ces informations.

Kars : une ville des confins
La ville turque de Kars (souvent appelée Serhat Kars, Kars des confins, 90 000 habitants), dans l’extrême nord-est de la Turquie, à quelques dizaines de kilomètres de Gumri (ex-Alexandropol, ex-Leninakan), vit de plus en plus mal d’être coupée, à cause de la fermeture de la frontière avec l’Arménie, de tout son héritage caucasien. Sous la houlette de son maire, elle essaie de renouer avec les liens historiques qui l’unissent avec Gumri.
À Kars, le Caucase paraît assez lointain lorsqu’on se promène dans les rues tirées au cordeau par l’administration russe entre 1880 et 1920. Il s’y décline, cependant, un peu partout, que ce soit aux devantures des Tekel bayii (échoppes où l’on vend de l’alcool), des gıda pazarı (épiceries), des cafés bondés en ce mois de janvier, à cause du froid ou tout simplement dans les esprits. L’ancienne présence russe se lit non seulement dans le plan de la ville mais aussi dans les immeubles en pierre de taille blonde disséminés dans une ville qui ressemble à la plupart des villes anatoliennes, n’étaient les avenues un peu trop larges et ces quelques traces d’une histoire un peu compliquée. La ville a été la capitale de la dynastie arménienne des Bagratides au 10e siècle avant que ceux-ci ne s’établissent à Ani, aujourd’hui en zone militaire turque, en bordure de l’Araxe qui sépare la Turquie de l’Arménie. Elle a été, par la suite, subjuguée par les Seldjoukides aux 11-12e siècles avant de passer successivement entre les mains de Tamerlan et de Shah Abbas. Le Feld-Maréchal Paskiévitch s’en empare au nom du Tsar en 1828 mais elle reste russe bien peu de temps et ce n’est qu’après la défaite des armées du Sultan, lors de la guerre russo-turque de 1877­78, qu’elle passe sous l’autorité de Pétersbourg et ce, pour environ quarante ans48. La Russie encore tsariste la rétrocède à l’Empire ottoman à Brest-Litovsk. Elle repasse à l’Arménie après l’armistice (en 1919), puis les Kémalistes la reprennent en 1920. Elle est cédée officielle­ment par le traité de Moscou (16 mars 1921) et c’est à Kars qu’est signé le traité qui fixe définitivement la frontière entre la Turquie et la Russie et les républiques transcaucasiennes. La ville fut, par la suite, d’abord officieusement réclamée par Staline en 1945 puis officielle­ment, en 1947, à l’ONU, par le représentant soviétique49. On trouve encore au coin d’une rue, à quelques pas d’un centre-ville veillé par une forteresse noire, un magasin où l’on vient se ravitailler en miel et en produits laitiers (qui font la réputation de Kars) qui porte le nom mêlé de russe et de turc de büyük zavotlar (grandes usines). L’ancienne cathédrale russe a, elle, été partiellement démolie dans les années 20 ou 30 (on a alors fait sauter les coupoles et les clochetons), puis transformée en mosquée (Fethiye Camii, Mosquée dédiée à la victoire) en 1985, connaissant ainsi le même sort que l’église médiévale des Saints-Apôtres. La composition actuelle de la population de la ville porte, elle aussi, les stigmates des revirements de fortune militaire et des modifica­tions du tracé de la frontière. On y trouve d’abord une petite moitié de Kurdes (pour partie alévis), des Azéris (arrivés les uns et les autres pour la plupart à la fin des années 1910, au début des années 20), des Terekeme (Azéris de confession sunnite et de tradition plus rurale) et des Yerli (autrement dit des gens du cru, ceux qui sont considérés comme ayant toujours vécu à Kars) mais évidemment plus d’Arméniens alors qu’ils composaient, avant 1914, une part importante de la population.

Notes

1 Claire Mouradian, De Staline à Gorbatchev, histoire d’une république soviétique, l’Arménie, Paris, Ramsay, 1990, pp. 276-296 et "La mémoire en République d’Arménie. Les contraintes de la politique", in L’actualité du Génocide des Arméniens, Actes du colloque organisé par le Comité de Défense de la Cause Arménienne, Paris, les 16, 17 et 18 avril 1998, Edipol, 1999, pp. 269-306.

2 Le traité de Sèvres signé en août 1920 (mais jamais ratifié) stipulait que la Turquie reconnaissait l’indépendance de l’Arménie et que les différends frontaliers devaient être arbitrés par le Président américain W. Wilson. En décembre 1920, ce dernier tranche et attribue à la jeune république d’Arménie les provinces d’Erzurum, Van, Bitlis et Trabzon. Mais les succès militaires de Mustafa Kemal et la sujétion de l’Arménie au pouvoir bolchevique ont rendu ces dispositions caduques. La Turquie a obtenu un traité bien plus avantageux à Lausanne en juillet 1923. Claire Mouradian, L’Arménie, Paris, PUF, Que sais-je ?, 1996, pp. 71-72.

3 Staline a ainsi réclamé en 1945 à Potsdam la révision du traité de Montreux (qui fixe, en 1936, le régime juridique des détroits des Dardanelles et du Bosphore) et la restitution des provinces de Kars et d’Ardahan, Anahide Ter Minassian, "L’Arménie, la Turquie et le marché commun de la mer Noire", CEMOTI, n° 15, janvier-juin 1993, p. 186.

4 Mouradian (1990), op. cit.

5 1915. Le génocide des Arméniens, Bruxelles, Complexe, 1991, p. 177. On lit notamment sous la plume de Chaliand : "le terrorisme des groupes arméniens a servi la cause arménienne dans la mesure où la réalité et l’ampleur du génocide motivant ces attentats dépassaient largement dans leur horreur la réprobation des crimes".

6 Mouradian (1998), art. cité, p. 291.

7 "Face à la crise arménienne en URSS, la Turquie a choisi la prudence", Le Monde, 8 avril 1988.

8 La Turquie avait obtenu lors de la signature des traités turco-russes successifs que le Nakhitchevan - qui partage avec la Turquie une frontière d’une douzaine de kilomètres - reste sous "protectorat" azerbaïdjanais et qu’il ne puisse être cédé à un autre État, Anahide Ter Minassian, "L’Arménie, la Turquie et le Marché commun de la mer Noire", CEMOTI, n° 15, janvier-juin 1993, p. 185.

9 La Géorgie, alors plongée dans la guerre civile, ne permettait pas vraiment à Erevan de rompre son isolement, d’autant que les voies de communication principales transitaient par le territoire azerbaïdjanais. La nouvelle route du sud vers l’Iran n’était pas encore construite.

10 Pour cette période, Joseph R. Masih et Robert O. Krikorian, Armenia at the Crossroads, Amsterdam, Harwood Academic Publishers, pp. 97-104.

11 Raffi Hovannisian, citoyen américain - il est le fils du célèbre historien Richard Hovannisian - avait prononcé le 10 septembre 1992, à Istanbul, lors d’un sommet du Conseil de l’Europe, un discours assez radical qui avait forte­ment déplu à Ter Petrossian, Anahide Ter Minassian, art. cité, p. 194.

12 Nicole et Hugh Pope rappellent ainsi que Demirel a ostensiblement refusé de rencontrer Ter Petrossian au cours du forum de Davos en février 1992. Nicole et Hugh Pope, Turkey Unveiled, New York, Overlook, 2000, p. 292.

13 De fait, Ankara, se contentera d’envoyer quelques avions de chasse patrouiller à la frontière et refusera d’accéder aux demandes d’un Elchibey acculé qui tentait d’obtenir l’appui d’hélicoptères turcs pour évacuer la population civile de Kelbadjar, ibid., p. 293.

14 Les deux hommes n’ont évidemment aucun rapport.

15 "Il faut trouver un compromis sur la question du Haut-Karabagh", entretien avec Marie Jégo, Le Monde,

16 octobre 1997.

Raymond H. Kévorkian, "La politique étrangère de la République d’Arménie", Les Cahiers de l’Orient, p. 74.

17 Lettre de l’UGAB, samedi 10 janvier 1998, p. 1.

18 Le Yerkrapah (les Défenseurs de la patrie) est une organisation mi-paramilitaire mi-politique formée par des vétérans du Karabakh. Très proche de Vazguen Sarkissian, influent ministre de la Défense au Karabakh puis en Arménie qui l’a formellement dirigé -et qui allait devenir Premier ministre en juin 1999 avant de se faire assas­siner au Parlement avec Karen Demirtchian le 27 octobre de la même année-, le Yerkrapah avait appelé début 1998 à la démission de Ter Petrossian, en critiquant sa politique défaitiste.

19 Vartan Oskanian, affirme, lors d’une conférence à l’Université d’Erevan, début avril 2000 : "Il y a, certes, des problèmes importants sur l’agenda mais [que] nous devrions en parler avec la Turquie. Ces problèmes, cependant, ne constituent en aucune façon une précondition à la normalisation de nos relations."

20 Un vote dans ce sens a, cependant, toutes les chances de survenir dans un avenir proche, cf. Paul Glastris, "Armenia’s history, Turkish dilemma", The Washington Post, 11 mars 2001, p. 1. Gastris -qui a été conseiller spécial de Bill Clinton de 1998 à 2001- note que plus aucun homme politique américain accepte de nier publiquement le génocide arménien. "Dans le monde académique américain, la tendance est similaire. En 1985, il se trouvait encore 69 universitaires pour signer une pétition mettant en doute les allégations de génocide (questioning genocide allegations). Aujourd’hui, poursuit Gastris, il ne reste guère plus qu’une poignée de chercheurs qui maintiennent ce point de vue et un seul, Justin Mc Carthy, historien à l’Université de Louisville, qui accepterait de le faire publiquement". George Bush qui, lors de la campagne présidentielle avait utilisé le terme de campagne génocidaire (genocidal campaign) et assuré que les États-Unis ne manqueraient pas de reconnaître le drame vécu par les Arméniens, n’a pas utilisé le terme de "génocide" le 24 avril 2001.

21 CDCA, Comité de Défense de la Cause Arménienne, fondé en 1965. Lance une campagne de sensibilisation dès le début des années 1970.

22 Cf. Agos, début décembre 2000.

23 Entretiens au Ministère des Affaires étrangères turc et arménien, respectivement début juin 2001 et avril 2001.

24 "Bakü’yü İkna Operasyonu" (Opération de séduction de Bakou), Özgür Politika, 21 janvier 2001 (internet).

25 Groupe co-présidé par la France, la Russie et les États-Unis et chargé de trouver un règlement au conflit du Haut-Karabakh.

26 Gérard Libaridian, La construction de l’État en Arménie, un enjeu caucasien, Paris, Karthala, 2000, p. 133.

27 Ce renforcement de la coopération militaire -notamment dans le cadre du Partenariat pour la Paix- se traduit par des manœuvres communes et un soutien de la Turquie pour la modernisation des infrastructures et des équipements. Les Turcs participent ainsi à la modernisation de la base géorgienne de Marneuli.

28 Structure de coopération qui réunit la Géorgie, l’Ouzbékistan, l’Ukraine, l’Azerbaïdjan et la Moldavie, pays qui sont tous tentés -quoiqu’à des degrés divers et diversement au gré des circonstances- de prendre du champ vis-à-vis de Moscou.

29 Ara Tadevossian, "Armenia’s Growing Paranoïa", Institute for War and Peace Reporting, Caucasus Report, n° 81, 8 mai 2001, disponible sur www.iwpr.net

30 Il est intéressant de noter qu’Erevan se sent assez concerné, par exemple, par le rapprochement turco-israélien esquissé ces dernières années. C’est un sujet sur lequel a planché l’un des principaux think-tanks arméniens (il est vrai dirigé par l’ancien ministre Raffi Hovannisian) : Gajane Novikova, Turetsko-israil’skoe strategiceskoe partnerstvo i ego vlijanie ne politiceskuju situaciju na juznom kavkaze i bliznem vostoke (Le partenariat stratégique turco-israélien et son influence sur la situation au Caucase méridional et au Proche-Orient), Erevan, The Armenian Centre for National and International Studies, septembre 1999.

31 Interview accordée à Mediamax, le 23 avril 2001.

32 Gareth Winrow, "Turkey and the Transcaucasus : An Overview", conférence prononcée à l’IFEA en mars 2001. À titre de comparaison, les échanges arméno-turcs s’élevaient à 40 millions de dollars en 2000 (dont 39,5 millions de dollars d’exportations turques). Chiffres communiqués par l’Ambassade de France en Arménie. Les échanges officieux s’éleveraient, eux, à 80 ou 100 millions de dollars.

33 Selon le quotidien turc Cumhuriyet (16 février 2001), le DYP (Doğru Yol Partisi, Parti de la Juste Voie) de Tansu Çiller aurait soutenu financièrement le MHP de Türkeş à hauteur de 2 millions de dollars, somme qui aurait été utilisée pour financer l’organisation du coup d’État contre Aliev (mars 1995) et les réunions du TÜDEV (Fondation de coopération, de fraternité et d’amitié des États et communautés türk). Selon Cumhuriyet, Djavadov serait venu en Turquie plusieurs mois avant le coup d’État et y aurait rencontré Türkeş et Çiller. On sait qu’au lendemain de ce coup d’État avorté, Tansu Çiller, alors Premier ministre, avait effectué une visite à Bakou au cours de laquelle elle avait présenté les excuses de la Turquie, imputé l’événement à un groupe d’extrême droite difficilement contrôlable et surtout démenti toute participation d’officiels turcs.

34 Bayram Balcı, Bertrand Buchwalter, La Turquie en Asie centrale, la conversion au réalisme (1991-2000), Istanbul, Dossiers de l’Institut français des Études Anatoliennes (IFEA), 2001.

35 En janvier 1996, des citoyens turcs d’origine caucasienne, emmenés par Mohammed Tozcan (lui-même d’origine abkhaze, il s’était battu aux côtés de Bassaev en Abkhazie et en Tchétchénie), ont ainsi détourné un ferry turc pour médiatiser le sort des Tchétchènes. Le détournement s’était terminé sans violence, bénéficiant d’un fort capital de sympathie de l’opinion publique et des dirigeants politiques, ce qui avait à l’époque exaspéré Moscou. Évadé de prison, repris puis libéré lors de l’amnistie de décembre 2000, Tozcan a réédité ce geste en prenant en otage un groupe de touristes dans l’un des grands hôtels d’Istanbul. Si l’étoile de Tozcan était déjà ternie aux yeux d’une opinion publique lasse et préoccupée par les retombées négatives en termes d’image pour le tourisme, la classe politique a encore une fois été assez indulgente, suscitant à nouveau le mécontentement des Russes.

36 Le BTC ne se concrétise cependant toujours pas, alors que l’oléoduc concurrent, reliant Tengiz à Novorossisk, est entré en activité.

37 Dans sa Résolution sur le rapport régulier 2000 de la Commission sur les progrès réalisés par la Turquie sur la voie de l’adhésion, le Parlement européen "soutient l’initiative civile prise par un groupe d’anciens diplomates et académiciens turcs et arméniens, visant à parvenir à une appréciation commune du passé ; est convaincu qu’avec d’autres, cette initiative devrait déboucher sur une normalisation des relations entre les communautés et les États concernés". Dans l’alinéa 34, il prie "instamment la Turquie de prendre toutes mesures nécessaires pour instaurer un climat favorable de stabilité dans l’ensemble de la région du Caucase ; lui demande à cet égard de jouer un rôle actif dans la restauration du dialogue entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, et considère que la levée du blocus en Arménie pourrait constituer une première mesure concrète vers une pacification de la région".

38 Un des membres, Gündüz Aktan, ambassadeur à la retraite et éditorialiste pour le quotidien Radikal a signé plusieurs manchettes. Signalons notamment les Radikal des 27 septembre, 11 et 16 octobre 2000. Dans un inter­view au quotidien Yeni Şafak, le 2 octobre 2000, Gündüz Aktan déclarait : "Si les événements arméniens (ermeni olayları) sont qualifiés de génocide, alors l’exil forcé des Turcs et des musulmans des Balkans, de Crimée ou du Caucase équivalent à au moins dix, voire quinze génocides", Plus loin, Aktan propose d’ouvrir la discussion afin de savoir pour qui il est plus légitime de parler de génocide. Cité par Taner Akçam "ABD Kongresi’ndeki Soykırım Tasarısı", Birikim, n° 139, novembre 2000, p. 15. À noter qu’Aktan, depuis septembre 2000, propose de résoudre le différend en saisissant la Cour Internationale de Justice (CIJ) de la Haye, cf. Milliyet, 22 septembre 2000, p. 22 : "Ce serait une erreur que de laisser cela aux historiens. Les historiens arméniens sont dans ce domaine beaucoup plus influents (etkin) et ils ont déjà convaincu le monde de la vérité de leurs thèses".

39 Entretien au MAE arménien, début avril 2001.

40 Taner Akçam, Ermeni Tabusu Aralanırken, Diyalogdan Başka Bir Çözüm Var mı ?, Su yayınları, août 2000, 219 p.

41 "Ermenileri Özel Örgüt Öldürdü" (Les Arméniens ont été tués par des organisations spéciales), Radikal, 9 octobre 2000 (Interview avec Neşe Düzel).

42 Zaman, 19 janvier 2001, p. 1.

43 Cf. l’article de Hasan Celâl Güzel, "Ermeni Sorununun Çözümü İçin Bazı Teklifler" (Quelques propositions pour résoudre la question arménienne), Yeni Türkiye, n° 37, pp. 180-186 ou celui de Mehmet Ali Kışlalı, "Ermeni Mücadelesi Ciddi mi ?", Radikal, 21 juin 2001, p. 5.

44 Ümit Özdağ, Ermeni Araştırmaları/Armenian Studies (ASAM), Ankara, n° 1, mars-avril-mai 2001, p. 5.

45 Copeaux (1998), p. 339.

46 Hugh et Nicole Pope abondent dans le même sens, cf. Turkey Unveiled, Atatürk and After, Londres, John Murray, 1997, pp. 48-49.

47 "Madalyonun İki Yüzü Var" (Il y a deux côtés à la médaille), Radikal iki (supplément du dimanche de Radikal), 28 janvier 2001, p. 4.

48 H. F. B. LYNCH, Armenia, Travels and Studies (2 vols.), New York, Armenian Prelacy.

49 Je remercie Claire Mouradian pour ces informations.

© Institut français d’études anatoliennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search