Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique en Anatolie, un patrimoine archéologique aux origines de nos sociétés actuelles

 | 
Martin Godon

III : L'Anatolie centrale : une région clef mais des connaissances lacunaires

Texte intégral

III.1 : Situation géographique

1Dans ces conditions, que dire de l'Anatolie centrale ? Si dans le Sud-Est anatolien les influences levantines sont encore perceptibles, l'Anatolie centrale en semble exempte.

2En comparaison avec le Sud-Est anatolien et la région de Marmara qui sont, à présent, relativement bien documentés, l'Anatolie centrale nécessite encore de plus amples recherches pour permettre la compréhension de l'ori­gine des cultures qui s'y développent ainsi que de leurs liens avec l'ouest de l'Anatolie.

3Résumons arbitrairement l'Anatolie centrale aux plateaux de Cappadoce et aux plaines de Konya et d'Ereğli. Au sud de ces plaines, les contreforts du Taurus se dressent telle une frontière naturelle, arrêtant l'horizon au sud de Konya jusqu'à Niğde. Deux routes traversent cette barrière : l'une, celle des Portes ciliciennes, relie la plaine de Niğde aux plaines de Cilicie (Adana) ; l'autre, de Karaman à Mut, longe la vallée de la rivière Göksu.

4Les volcans récents de l'Anatolie centrale sont disséminés d'Isparta à l'ouest (le Gölcük) à la Cappadoce à l'est (Hasan Dağ, Göllü Dağ, Acıgöl et Erciyes Dağı) en passant par ceux de Karaman (Karadağ) et de Karapınar (les « Meke ») dans la plaine de Konya. En aucun cas ils ne constituent une barrière infranchissable pour se rendre vers le nord, dans la plaine du Tuz Gölü par exemple. Le passage est également aisé vers l'ouest de l'Anatolie, le massif volcanique Erenler Dağları présentant plusieurs passages entre les plaines de Konya-Suğla, de Beyşehir, et de la région des Lacs.

III.2 : Le Néolithique acéramique en Anatolie centrale

5Du point de vue chronologique et par certains aspects culturels, le Néolithique acéramique en Anatolie centrale (8 800-7 700 BC cal.) coïncide avec le PPNB de l'Euphrate. Les seuls sites d'habitats fouillés à ce jour sont Aşıklı Höyük en Cappadoce, Can Hasan III dans la plaine de Konya, et Suberde près du lac de Suğla.

6La fouille du site acéramique d'Aşıklı Höyük débuta en 1989 sous la direction d'Ufuk Esin (université d'Istanbul). Les résultats ont abouti à un changement radical dans la manière d'appréhender la néolithisation en Anatolie Centrale.

7Deux mille ans après l'apparition des pre­miers villages sur le Haut Euphrate, Aşıklı Höyük est aujourd'hui le premier signal de la sédenta­risation néolithique en Anatolie centrale. Les plus anciens niveaux fouillés ont été datés des environs de 8500 cal. BC. On ne sait ni le con­tenu ni l'âge des niveaux antérieurs présent mais non encore fouillés, la fouille n'ayant pas encore atteint les premiers niveaux d'occu­pation. Le site est localisé dans la vallée de la rivière Melendiz, à environ mille mètres d'altitude, à quarante kilomètres au nord du volcan Hasan Dağ.

8D'une superficie de quatre hectares, le site est occupé tout un millénaire durant ; la constance culturelle y est remarquable dans cha­cun des niveaux d'occupation, tant dans l'organisation générale du site, dans l'architecture et les techniques de construction que dans les industries qui y furent produites et utilisées. Cette constance sur une aussi longue période est pour le moins intéressante, car elle révèle l'existence d'un modèle social qui pourrait presque être défini comme « figé ». Exceptée la présence d'une industrie lithique de débitage de lames sur nucléus bipolaires, méthode com­parable au « naviforme » levantin, rien ne rappelle les cultures levantines ni celles de l'Euphrate. Le reste de l'industrie lithique, toujours sur obsidienne, présente des caractéristiques locales, c'est-à-dire originales et particulières au site. Peu avant l'abandon d'Aşıklı Höyük, une sorte d'apogée peut être observée, avec l'apparition et le développement du site voisin de Musular, (fouilles sous la direction de Mihriban Özbaşaran, université d'Istanbul), qui semble être une extension d'Aşıklı Höyük destinée à la réalisa­tion d'activités particulières.

9Les causes du brutal abandon d'Aşıklı Höyük vers 7500 cal. BC, au moment même où dans la plaine de Konya le site de Çatal Höyük présente un tout autre système d'organisation sociale (économie de subsistance, technologie lithique, apparition de la technologie céramique, prati­ques funéraires), restent à déterminer. Du fait de la grande différence culturelle entre les deux sites d'habitats, l'apparition de Çatal Höyük dans la plaine de Konya ne peut être liée à une quelconque réimplantation des communautés d'Aşıklı. Les caractéristiques culturelles des populations, reflétées par les modes de subsis­tance, de production, d'habitat sont tellement différentes que l'origine Çatal Höyük semble plutôt s'enraciner dans un fond culturel local déjà présent dans les sites acéramiques de Can Hasan III (Karaman), Suberde (Suğla) ou encore Pınarbaşı A (Konya) auxquels s'ajoute peut- être des influences méridionales ciliciennes. Dès les plus anciens niveaux de Çatal Höyük, les populations possédaient une parfaite connaissance de la région, acquisition de connais­sances ne pouvant s'expliquer que par un passé enraciné localement.

Le Göllü Dağ et le village de Kömürcü

Le Göllü Dağ et le village de Kömürcü
  • 6 S. Gülçur, Some Unknown Aspects of Western Cappadocia, in : Reading in Prehistory, Studies Presen (...)

10Aşıklı Höyük est, avec Musular, le seul site fouillé pour la période acéramique en Cappadoce. Des prospections récentes6 ont révélé d'autres sites correspondant à la période d'occupation d'Aşıklı Höyük, principalement des ateliers de tailles d'obsidienne mais également certains sites d'habitats, eux aussi, semble-t-il, abandonnés vers 7500 cal. BC.

11Des causes démographiques au sein du site ne semblent pas pouvoir expliquer l'abandon d'Aşıklı Höyük. De même, les résultats des travaux paléoenvironnementaux n'ont pas mis en évidence, vers 7500 BC cal., de changement climatique important ni d'événements géologiques (par exemple une éruption volcanique catastrophique) qui auraient pu conduire à la désertion du site.

12Une autre hypothèse, pour la moins intéres­sante, a été avancée par F. Gérard (Gérard, 2001), qui lance le débat sur le rôle du développement interne des cultures préhistoriques et de ses répercussions sur l'économie dont elles dépen­dent. Selon cette hypothèse, la société d'Aşıklı est présentée comme étant refermée sur elle- même, conservatrice dans son choix de favoriser exclusivement l'élevage du mouton, tout en con­tinuant des activités de chasse et de cueillette.

13Les conséquences de choix auraient conduit à l'éclatement de la sphère sociale, les derniers habitants d'Aşıklı optant alors pour un mode de vie fondé sur un pastoralisme excluant la sédentarisation permanente.

14Après 7500 BC cal., la Cappadoce n'est pas pour autant délaissée complètement. L'exploitation de l'obsidienne par exemple persiste dans la région. Ainsi, pendant cette période, l'atelier de taille de Kaletepe, contemporain d'Aşıklı, continue de produire même si les aires de distribution des outils qui y sont façonnés changent et se restreignent à l'Anatolie alors que, durant la période précédente (acéramique), les productions de Kaletepe étaient distribuées au Levant Sud, sur le Moyen Euphrate et jusqu'à Chypre.

15Les outils sur obsidienne n'étaient pas unique­ment voués à une exportation sur de longues distances ainsi, à Aşıklı, l'obsidienne de Kayırlı et du Nenezi Dağ étaient également utilisées pour le débitage de lames selon le même concept qu'à Kaletepe, à savoir un débitage bipolaire. Eux non plus, ne semblent pas être affectés par cet abandon qui marque la fin de l'occupation des sites de Musular et d'Aşıklı. Les cultures acéramiques de Cappadoce ont donc peut-être entretenu deux types de spé­cialisations spécifiques. L'une, l'élevage des moutons qui, se spécialisant, conduit à un changement radical dans l'organisation sociale et l'autre, l'exploitation de l'obsidienne qui, orientée vers des échanges permanents avec les régions environnantes et lointaines, perdure sans interruption jusqu'au Chalcolithique. Souvent, les motifs des changements culturels observés sur les sites sont recherchés dans des stress extérieurs comme des variations climati­ques éventuelles, ou des épidémies. Mais il existe aussi des causes internes susceptibles de provoquer des ruptures. La définition de ce type de caractère culturel interne reste délicate, puisqu'elle repose sur la mise en évidence de critères archéologiques déterminants et perti­nents.

16Les travaux suscités par la fouille d'Aşıklı ont donc abouti à la mise en évidence de l'importance des choix sociaux et économiques d'une culture, dans l'évolution de son développement.

17Les récentes prospections montrent qu'Aşıklı n'est en rien un site isolé. Au moins quatre sites d'habitats, localisés en fond de vallée, peuvent être rattachés à Aşıklı, bien que présentant des durées d'occupation moins longues. C'est le cas d'Acıyer, de Yellibelen ou encore de Sırçantepe. Malheureusement, les données collectées sont lacunaires, ces sites n'ayant fait l'objet que de prospections et les seuls artefacts étudiés étant ceux ramassés en surface. Le mode de subsistan­ce de leurs habitants était-il semblable à celui d'Aşıklı ? S'étaient-ils eux aussi spécialisés dans l'élevage du mouton tout en gardant une partie de leur économie de subsistance fondée sur la chasse et la cueillette ? Le même éclatement de la sphère communautaire les ayant conduits vers un pastoralisme exclusif est-il imaginable ?

18Ces questions montrent combien il est nécessaire et urgent, étant donné la rapide détérioration des sites archéologiques, d'entre­prendre des fouilles et des prospections ciblées, notamment sur les contreforts des massifs bordant les plaines, si tant est que l'érosion n'ait point détruit les restes d'abris et de camps pouvant correspondre à de possibles commu­nautés semi-nomades vivant du pastoralisme.

III.3 : L'apparition de la céramique en Anatolie centrale (7500 - 5500 BC cal.)

19Iann Todd, lors de ses prospections, releva en Cappadoce douze sites pouvant correspondre à la période du Néolithique céramique (qui débute mille ans après l'abandon d'Aşıklı) et aux débuts du Chalcolithique. Comme tout résultat de prospections, cette chronologie est à prendre avec précaution. Deux de ces douze sites sont fouillés et donc susceptibles d'apporter des éléments de datations fiables ainsi que des stratigraphies détaillées.

20Cependant, la majeure partie des douze sites présentent des industries sur obsidienne comparables, dans leurs concepts, avec celles du Néolithique acéramique de Cappadoce. Ces sites restent situés dans les environs immédiats des différentes sources d'obsidiennes ou dans un rayon ne dépassant pas cinquante kilomètres. Ainsi, les deux sites en cours de fouilles, Tepecik-Çiftlik et Köşk Höyük, ainsi que celui de Pınarbaşı-Bor, pour lequel on dispose que d'une seule coupe, sont très proches des ateliers de taille du massif du Göllü Dağ.

21Jusqu'à la fin de la période Chalcolithique, Köşk Höyük et Tepecik-Çiftlik semblent avoir joué un rôle important dans l'exploitation de l'obsidienne et dans sa distribution vers le Levant via la Cilicie.

Un projet de carrière à ciel ouvert sur le Göllü Dağ ou la disparition annoncée d'un patrimoine mondial tout juste découvert

22Nous avons évoqué la place que tenait l'obsi­dienne anatolienne durant le Néolithique. Diffu­sée jusqu'au Levant et à Chypre, cette matière première joue également un rôle considérable dans la formation des cultures préhistoriques d'Anatolie centrale.

23Le Göllü Dağ est un massif volcanique contenant les sources d'obsidiennes les plus importantes de Cappadoce. Son diamètre est de douze kilomètres environ et son point le plus haut culmine à 2143 mètres d'altitude. Sa période d'activité est d'âge Pléistocène moyen.

24Six affleurements importants d'obsidiennes ont été recensés sur les pentes du Göllü Dağ : Kayırlı, Kayırlı village, Sırça Deresi, Bozköy, Kömürcü et Gösterli. Des ateliers de taille de l'obsidienne sont présents sur les gîtes de Bozköy, Kömürcü et Kayırlı. À Kayırlı il s'agit de deux ateliers de taille distincts (Bitlikeler et Ekinlik) dans lesquels ont été retrouvés des préformes bifaciales, des nucléus unipolaires et des nucléus bipolaires similaires à ceux retrouvés à Aşıklı, ainsi que des nucléus égale­ment bipolaires mais similaires à ceux d'un autre atelier, celui de Kaletepe. L'industrie lithique sur obsidienne retrouvée à Aşıklı est caractérisée par une chaîne opératoire liée à un débitage de lame effectué sur le site même. Par contraste, les ateliers de tailles proprement dits, comme celui de Kaletepe, sont situés sur les gîtes de matière première eux-mêmes. À Aşıklı, le schéma d'exploitation du matériau est donc caractérisé par un transfert de la matière pre­mière sur le site où elle est exploitée. Une par­tie des déchets de taille résultant du façonnage de la préforme (nucléus bipolaire aux dépends duquel sont obtenues des lames) y sont utilisés pour la fabrication de divers autres outils tels des racloirs ou grattoirs. Cet emploi des déchets de taille pour produire une industrie spécifique perdure durant les périodes postérieures à l'occupation néolithique acéramique d'Aşıklı, jusqu'au Chalcolithique Ancien.

25Les gîtes d'obsidienne de Kömürcü ont été exploités par plusieurs ateliers de taille correspondant chacun à des périodes différentes de la Préhistoire, du Paléolithique (bifaces, éclats Levallois...) au Chalcolithique. Ces ateliers sont à présent mieux connus grâce aux fouilles de Kaletepe par l'université d'Istanbul (Nur Balkan-Atlı) et le CNRS (Didier Binder). Situés auprès des sources d'obsidienne de Kömürcü, ces ate­liers de taille ont livré nombre d'informations pertinentes pour l'étude des problématiques de peuplement en Anatolie Centrale, aussi bien durant le Paléolithique Ancien que durant le Néolithique.

26Les trois campagnes de fouilles de l'atelier paléolithique de Kaletepe, dirigées par Ludovic Slimak (Mission Française de Préhistoire Anatolienne MAE-CNRS, Université d'Istanbul), ont permis de caractériser plusieurs niveaux d'occupation Paléolithique et de mettre en évi­dence que le Göllü Dağ recèle également des séquences paléolithiques, majeures pour la compréhension des premiers peuplements humains en Anatolie (Slimak, 2002 ; Slimak & Balkan-Atlı, à paraître)

27Petite zone diagnostique pour une grande découverte. En effet, une séquence paléolithique d'une telle ampleur, en position primaire, est chose rare, qui plus est en Anatolie.

28Le niveau le plus ancien fouillé à ce jour détient, parmi des outillages de type « galets aménagés » sur support basaltique, un biface façonné sur obsidienne. Ce niveau correspon­drait vraisemblablement au Paléolithique infé­rieur ancien, encore peu connu en Turquie. Nous sommes donc en présence, sur le Göllü Dağ, de la première preuve tangible d'une occu­pation humaine en Anatolie Centrale peu après 1 million d'années avant notre ère.

29Dans ces conditions, la nécessité de préser­ver ce massif de toute destruction possible devient indiscutable. Or, un projet d'exploita­tion industrielle des perlites associées à l'obsidienne de ce massif volcanique met en péril ce patrimoine essentiel ainsi qu'une faune et une flore endémiques exceptionnelles.

30L'exploitation des perlites, avec son cortège de carrières à ciel ouvert, pistes pour camions, zones de stockage, logistique d'exploitation et de transport, conduit à envisager la perte définitive de ces premières traces d'anthropisation en Turquie.

  • 7 J.P Rocci, 1987, Mémento des Roches et Minéraux industriels Paris, BRGM-Service Géologique National (...)

31Une définition succincte de la perlite peut être trouvée en introduction du « Mémento des roches et minéraux industriels » publié par le BRGM7.

« La perlite est un verre volcanique acide qui s'expanse après un chauffage brutal vers 900°C. Cette expansion provoque une chute brutale de la densité et de la conductibilité thermique. Ces nouvelles caractéristiques confèrent à la perlite un intérêt dans les secteurs de la construction, de l'horticulture, de la filtration et de la cryogé­nie. »

32Plus précisément, la perlite est une roche alumino-siliceuse issue de l'hydratation secondaire de l'obsidienne, contenant après hydratation naturelle entre 2 % et 5 %. Cette teneur en eau prend son importance lors du processus de chauffage en conférant à la perlite une capacité d'expansion entre 20 à 40 % du volume initial avant chauffe.

33Sa faible densité, son inertie chimique et le peu de conductibilité thermique en font donc un matériau de choix dans des secteurs d'utili­sation divers et variés :

  • Le secteur du bâtiment, le plus consomma­teur de perlite, l'utilise dans les bétons, isolants, enduits, peintures, revêtements de toitures et terrasses, revêtements anti-incendie...

  • Le secteur de la filtration utilise la perlite pour sa capacité d'absorption et de rétention des particules solides pouvant altérer les capacités des filtres. L'inertie chimique de la perlite présente d'autant plus d'intérêt dans ce domaine quand on sait que ces filtres sont également utilisés dans les secteurs de l'alimentation.

  • Incorporée aux tourbes, la perlite est un ma­tériau fréquemment utilisé en horticulture, qui permet de maintenir un taux d'humidité dans les terreaux et tourbes de jardinage, ralentissant le processus d'évaporation.

  • La demande croissante du marché du stocka­ge et du transport des produits pétroliers et gazeux conduit à des commandes de perlites expansées parce qu'elles entrent dans la composition du revêtement des cuves de stockage des gaz liquéfiés. Là encore, son inertie chimique utilisée pour annuler tout risque d'altération des cuves par réaction chimique aux produits qui s'y trouvent. Par ailleurs, la perlite est aussi un excellent absorbant des hydrocarbures, utilisé pour la lutte contre les pollutions pétrolières (marées noires...).

34Ressource naturelle de première importance, l'exploitation de la perlite est inévitable et son utilisation bénéfique. En effet, les produits de substitution à la perlite sont le plus souvent élaborés selon des procédés polluants ; la perlite offre donc une alternative naturelle à des matériaux qui se transforment en produits polluants après usage.

35Les ressources naturelles de perlites se répartissent sur tous les continents et des gise­ments sont exploités aux États-Unis, en Russie, en Grèce, au Japon, en Hongrie, en Turquie, en Tchécoslovaquie et au Mexique.

  • 8 Les réserves des États-Unis étaient estimées à 635 millions de tonnes en 1985 contre 3628,8 million (...)

36La Turquie possède la plus grande réserve de perlites au monde et, les demandes à l'exporta­tion croissant, l'exploitation des gisements est en pleine expansion8. Les États-Unis, dont la capacité de production ne parvient pas à sub­venir au besoin de son marché intérieur, équilibre la demande par des importations croissantes de perlites turques, soutenant ce processus par l'implantation de compagnies minières américaines en Turquie.

37C'est une telle compagnie, la World Mineral Brand Perlite et ses filières européennes Harborlite et Europerl (déjà implanté à Dikili), qui tente d'obtenir aujourd'hui l'autorisation d'ex­ploiter la perlite du Göllü Dağ. La localisation de ce massif présente l'intérêt majeur de se trouver à une centaine de kilomètres des ports turcs sur la Méditerranée, réduisant le coût du transport par rapport à une autre exploitation possible de gisements localisés dans le Nord-Est.

38En dépit de la loi de protection des sites archéologiques, en dépit du fait qu'en vertu de cette loi le Göllü Dağ dans son ensemble est protégé (outre les ateliers de tailles préhistoriques, s'y trouve aussi un site hittite impor­tant), il semble bien que ce projet de carrière ait toutes les chances d'aboutir. Le contrat d'exploitation représenterait un bénéfice sub­stantiel pour la Turquie et ce, pendant une dizaine d'années. Il produira des bénéfices importants pour les acteurs plus ou moins directs de l'exploitation du gisement. Sociétés de transport par camions, création d'emplois pour les villageois de la région, dynamisation du commerce local, sont autant de raisons économiques annexes qui rentrent en ligne de compte pour prendre la décision d'octroyer à cette compagnie le droit d'exploiter les gise­ments de l'ancien volcan.

39Devant le désastre culturel qu'une telle décision entraînera, l'embarras des autorités turques était perceptible jusqu'à ces derniers mois. Le Göllü Dağ est en effet un site naturel et archéologique protégé par une loi qui ne tolère pas d'exception. Légalement, tout s'oppose à la réalisation de ces projets de carrière. Malgré les pressions, les archéologues sont restés fermes dans leur refus de tout accord ou compromis, renvoyant la responsabilité du désas­tre à la décision des politiques.

40La situation peut changer, non pas au profit mais au désavantage de la préservation du patrimoine culturel et environnemental. En effet, une proposition de loi émanant du Minis­tère de l'Énergie et des Ressources Naturelles, datée du 15 avril 2002, propose de donner priorité à tout projet d'exploitation minière en cas de conflit avec des questions relevant de la protection du patrimoine. Cette loi est aujourd'hui en bonne voie d'être acceptée, mal­gré des critiques au sein même de plusieurs ministères. Elle sonnerait, si elle est votée, le glas du patrimoine préhistorique présent sur le Göllü Dağ.

Carte n° 4 : Répartition des sites du Néolithique et du Chalcolithique ancien en Anatolie centrale

Carte n° 4 : Répartition des sites du Néolithique et du Chalcolithique ancien en Anatolie centrale

Poterie à décor en relief provenant de la fouille de Tepecik-Çiftlik

Poterie à décor en relief provenant de la fouille de Tepecik-Çiftlik

La fouille de Tepecik-Çiftlik

La fouille de Tepecik-Çiftlik

41Malgré la césure marquée par à l'abandon d'Aşıklı, ces nouvelles communautés établies vers 6000 cal. BC témoignent d'un usage per­sistant de l'obsidienne cappadocienne. Il paraît possible de proposer que cette constance dans l'industrie lithique, depuis le Néolithique acéramique jusqu'aux débuts du Chalcolithique, puisse être le signe de la continuité des pratiques héritées des communautés qui délaissè­rent Aşıklı.

42Tepecik-Çiftlik et Köşk Höyük sont similaires en plusieurs points et peuvent être perçus comme faisant partie d'une même entité cultu­relle.

43À Tepecik-Çiftlik n'ont pas encore été retrou­vés d'éléments (préformes, nucléus ou déchets de taille) permettant de dire que la production lithique était réalisée sur le site d'habitat lui-même, à la différence de Köşk Höyük où une préforme a été retrouvée. Par ailleurs, la liaison ateliers-habitats n'a pas encore été établie.

44Deux scénarios de productions lithiques sont remarquables à Tepecik-Çiftlik. L'un, hautement spécialisé, concerne la production de pointes de flèches réalisées sur des lames provenant d'un débitage bipolaire. Ces lames sont fine­ment retouchées par pression, soit par retouches couvrantes sur la face supérieure soit sur les deux faces de la lame. Elles résultent d'une chaîne opératoire nécessitant un savoir-faire important. Cette industrie sur lames devait être réalisée par des artisans spécialisés, comme c'était déjà le cas pour les productions hautement maîtrisées et standardisées de Kaletepe durant la période néolithique acéramique.

45Au côté de cette production spécialisée, une autre industrie est réalisée à partir des déchets de taille de la première ou sur de simples éclats issus d'un débitage peu élaboré, certainement obtenu sans investissement technique particu­lier, donc par tout un chacun.

46Il semble qu'à partir de 6000 cal. BC, l'obsi­dienne de Cappadoce ne soit plus employée avec autant d'intensité en Anatolie centrale. À Çatal Höyük East, par exemple, des productions sur obsidienne de grande qualité ont été réalisées durant les périodes néolithiques d'occupation du site. Cependant, après que, vers 6 000 BC cal., l'habitat ait été déplacé à l'ouest de sa pre­mière localisation (Çatal Höyük West), la pro­duction lithique en obsidienne se caractérise par un investissement technique bien moindre qu'à la même époque en Cappadoce.

47Alors, l'Anatolie centrale se distingue-t-elle par la coexistence de différentes cultures préhistoriques, les unes en Cappadoce et les autres dans la plaine de Konya ?

48C'est bien l'insuffisance de données archéolo­giques, de fouilles et de datations encore lacunaires, qui empêche de répondre à cette ques­tion. Par exemple, si le site de Köşk Höyük ne semble pas avoir été durablement occupé, Tepecik-Çiftlik présente une accumulation de niveaux d'occupation bien plus longue, sous les trois niveaux supérieurs aujourd'hui fouillés, qui correspondent aux niveaux les plus anciens de Köşk Höyük. Pour les périodes finales de l'occupation de Tepecik-Çiftlik, la contemporanéité et la similitude entre ces deux sites est très claire. La production céramique, avec notamment la réalisation de poteries à décors en reliefs mettant en scène un bestiaire animal composé d'animaux domestiques (bovidés et chèvres), des animaux sauvages (cervidés) ou encore des représentations humaines en situa­tion quotidienne, est un caractère commun aux deux sites.

49Ces décors, que certains interprètent comme un transfert de l'iconographie murale de Çatal Höyük East, renseignent aussi sur certains aspects de l'économie de subsistance. La faune sauvage exploitée et consommée à Tepecik- Çiftlik, est principalement représentée par les cervidés. Les animaux domestiques sont, eux, dominés par les ovicapridés suivis des bovidés. Les décors céramiques sont donc une représen­tation culturelle frappante de la réalité économique des populations. Ces premiers résultats sont extrêmement intéressants car ils montrent une importante variabilité dans la gestion de la faune et donc du territoire alentour, ce qui diffère du modèle présent dans la plaine de Konya où la domestication animale domine, notamment l'élevage des ovicapridés.

50Des données fragmentaires certes, mais déjà se détache une vision riche et variée des cultures occupant les plaines cappadociennes, au moins à partir de 6000 cal. BC. D'ailleurs, cette impres­sion d'abandon des sites en plaines durant le septième millénaire BC est à vérifier, sachant que des höyüks comme Tepecik-Çiftlik ou encore Pınarbaşı-Bor présentent une puissance stratigraphique qui pourrait correspondre à des occupations humaines antérieures à 6000 cal. BC. Tant que ces sites qui présentent de longues stratigraphies n'auront pas livré le matériel archéologique des niveaux anciens, la « césure » entre le Néolithique acéramique et le Néolithique céramique en Cappadoce ne sera pas confirmée.

Notes

6 S. Gülçur, Some Unknown Aspects of Western Cappadocia, in : Reading in Prehistory, Studies Presented to Halet Çambel, Istanbul, 1995.

S. Gülçur, 1996. Western Cappadocia, Distribution of Mounds and Flat-Settlements in : Çağlar Boyunca Anado­lu'da Yerleşim ve Konut Uluslararası Sempozyumu. Istanbul, Ege Yayınları.

Voir également les publications des prospections entreprises dans les années quatre-vingt-dix par S. Omura, pub­liées dans les comptes rendus des symposiums d'archéologie à Ankara : Araştırma Sonuçları Toplantısı, N° 8, 9, 10, 12, 14 et 15.

7 J.P Rocci, 1987, Mémento des Roches et Minéraux industriels Paris, BRGM-Service Géologique National, Ministère de l'Industrie et du Commerce extérieur.

8 Les réserves des États-Unis étaient estimées à 635 millions de tonnes en 1985 contre 3628,8 millions de tonnes pour la Turquie (Türkiye Perlit Envanteri, Maden Tetkik ve Arama Genel Müdürlüğü yayınlarından, N° 193. Ankara, 1985.)

Table des illustrations

Titre Le Göllü Dağ et le village de Kömürcü
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Carte n° 4 : Répartition des sites du Néolithique et du Chalcolithique ancien en Anatolie centrale
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Poterie à décor en relief provenant de la fouille de Tepecik-Çiftlik
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre La fouille de Tepecik-Çiftlik
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/493/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search