Partir à l’assaut des murailles

  • 1 Plusieurs experts stambouliotes de la planification urbaine travaillent actuellement sur cette noti (...)

1En entamant l’exploration de la muraille terrestre de Théodose II à Istanbul, la question qui nous préoccupait était celle-ci : avec les phénomènes actuels dits de « mondialisation », de délocalisation de déspatialisation, que décrivent notamment les théories des flux relatives aux « conurbations »1, que deviennent les notions traditionnelles de territoire et de fron­tière en milieu urbain ?

2La muraille semblait pouvoir être un révéla­teur pertinent pour aborder ces questions, dans une mégapole de plus de 10 millions d’habi­tants, livrée à des processus d’urbanisation complexes et confrontée à un contexte de changement social rapide.

3Bâtie au Ve siècle, la muraille terrestre a joué jusqu’aux années 1950 un véritable rôle de frontière entre la ville historique et la nature extérieure. Ce lieu, ou ce bâti, est aujourd’hui noyé dans l’aire urbaine stambouliote mais conserve, de par ses dimensions, un poids certain dans la ville. Est-ce encore une frontière ? Ou, plus globalement, quelle est aujourd’hui la fonction de la muraille terrestre de Théodose II à Istanbul ?

4C’est avec ces questions en tête que nous sommes partis à Yedikule, à Mevlanakapı, à Ayvansaray, à l’intérieur des murs avec les tziganes d’Adana, ou à l’ombre des cimetières suryani de Merkezefendi. Car ce qui caractérise la muraille, c’est aussi la vie qui s’y déroule. Point de romantisme oriental ici, cependant : l’occupation humaine de la muraille de Théodose II relève plus des conflits et des lignes de rupture de la ville, de l’économie, voire de la société turque. C’est à la découverte de ce hors-lieu, ou lieu hors-la-ville, que convient les pages qui suivent.

Notes

1 Plusieurs experts stambouliotes de la planification urbaine travaillent actuellement sur cette notion, dont le Pr. M. Çubuk de l’Université Mimar Sinan.