Version classiqueVersion mobile

Les présences arabes contemporaines à Istanbul

Travailleurs syriens à Istanbul : le cas du secteur textile et de l’habillement

Omar Kouch
Traduction de Marianne Babut

Texte intégral

Introduction

1La présence en Turquie d’un nombre significatif de Syriens a marqué de son empreinte la société turque à plusieurs niveaux, à la fois démographiques, culturels, sociaux et politiques. D’autant qu’en l’absence de toute perspective de résolution politique en Syrie, dix ans après le début de la révolution, ces Syriens ne peuvent plus être considérés comme des « réfugiés » attendant que cesse la guerre qui a ravagé leur pays afin d’y revenir. Ils sont désormais de véritables « immigrés » qui essaient tant bien que mal de s’acclimater, de s’adapter à leur condition nouvelle au sein de la société qui les accueille. La plupart ont tourné la page et sont aujourd’hui pleinement disposés à repartir de zéro, dans une nouvelle vie, comme s’il s’agissait pour eux d’une seconde naissance. Dans leur expérience de l’exil, ils se sentent souvent comme des arbres déracinés puis replantés dans un autre sol, où il faut peu à peu faire racine. À cette fin, ils se sont lancés dans différents secteurs d’activité susceptibles de profiter à leur communauté. Ils ont ainsi ouvert en Turquie des restaurants et des cafés que fréquentent des clients syriens. Ils ont mis en place leurs fournils pour produire leur propre pain. Ils ont également ouvert des épiceries et des magasins qui fournissent toutes sortes de marchandises syriennes. Par ailleurs, de nombreux ateliers de couture, de tissus et de vêtements tenus par des Syriens ont vu le jour. De même que des écoles pour les enfants syriens couvrant tous les degrés du cursus scolaire, ainsi que des centres d’enseignement des langues – notamment de la langue turque à un public syrien, mais pas uniquement.

2Dans le secteur de la santé, des hôpitaux et des centres médicaux dont les équipes sont composées de médecins et d’infirmiers syriens, ont vu le jour. D’autres parmi leurs pairs ont ouvert leur propre cabinet, afin d’y recevoir en consultation leurs compatriotes. Les immigrés syriens en Turquie ont également mis sur pied différentes instances culturelles et médiatiques, donnant naissance à de nombreuses publications imprimées et numériques, ainsi que plusieurs chaînes de télévision et stations de radio. Par ailleurs, une kyrielle d’associations syriennes agit en Turquie dans des domaines très divers.

3Aussi, alors que leur exil se pérennise au fil des ans, les Syriens ont organisé de véritables communautés de travail, à Istanbul comme dans toutes les villes où leur présence est importante. Ils travaillent dans des entreprises créées par des Syriens. Ils fréquentent des cafés et des restaurants tenus par des Syriens. Ils se coupent les cheveux chez des coiffeurs syriens. Ils font leurs courses chez des commerçants syriens, à qui ils achètent des produits syriens. Ils résident dans des quartiers où vivent majoritairement des Syriens. Résultat, la plupart d’entre eux n’entrent quasiment jamais, sauf en de rares occasions, en contact avec les citoyens turcs, et forment ce qui ressemble à une société parallèle.

  • 1 Voir le rapport de l’Organisation internationale du Travail intitulé Refugees: ILO’s support to ref (...)

4D’après différentes études, le nombre de Syriens résidant en Turquie et en âge de travailler (15-65 ans) s’élèverait à 2,1 millions de personnes1. On ne sait toutefois pas précisément combien d’entre eux sont effectivement actifs sur le marché du travail. Selon certaines estimations, ils seraient entre sept cent mille et un million à occuper une activité. La moitié d’entre eux travaillerait dans le secteur textile et de l’habillement. L’autre moitié se répartirait entre divers domaines d’activité, notamment dans les services, le bâtiment, l’enseignement et l’agriculture.

5Notre étude, qui a pour objet la présence syrienne dans la ville d’Istanbul, adopte une approche qualitative. Il s’agit d’examiner la situation des réfugiés syriens travaillant dans le secteur textile et de l’habillement et d’en dresser un état des lieux, en se basant sur une série d’entretiens menés par mes soins, ainsi que sur le travail d’autres chercheurs. L’objectif étant de dégager et d’analyser les facteurs qui, dans la vie de ces travailleurs, déterminent leurs manières de s’adapter économiquement et d’assurer leur subsistance. Il s’agit également de repérer les mécanismes à l’œuvre dans leur façon d’intégrer les différents corps de métier et secteurs d’activité à l’échelle de la ville d’Istanbul.

6Le choix du secteur textile et de l’habillement à Istanbul comme cadre d’étude est motivé par le fait qu’il s’agit là d’un secteur de première importance dans l’économie turque, mais aussi par le fait qu’il concentre une importante proportion de travailleurs syriens, comparativement aux autres. En outre, il s’agit d’un secteur dont les caractéristiques, les relations hiérarchiques et les modalités de production sont relativement simples à déchiffrer.

7Cette étude, qui entend faire la lumière sur leurs conditions de travail, leurs différents ancrages socio-culturels, ainsi que les difficultés qu’ils rencontrent dans leur travail et leur vie quotidienne, se structure en deux parties.

8La première partie – « Les Syriens en Turquie » – traite de la présence des exilés syriens sur le territoire turc de manière générale. Elle examine leur répartition entre les villes du pays, ainsi que leurs différents statuts juridiques avec une attention particulière accordée à la métropole d’Istanbul où les Syriens résident en plus grande proportion que dans les autres villes du pays, en quête d’opportunités de travail. Nous aborderons ensuite la question de leurs modes de vie et d’adaptation au sein de la société turque.

9La seconde partie – « les Syriens dans le secteur textile et de l’habillement » – traite de la situation des travailleurs syriens dans ce secteur et du rôle des entrepreneurs syriens, en examinant leurs différents lieux de travail. Nous aborderons ici les difficultés auxquelles ces travailleurs sont confrontés, à travers l’analyse d’un cas défini pour l’étude.

10Cette dernière révèle que l’ensemble des Syriens travaillant dans les usines et ateliers du secteur textile résident à Istanbul depuis plus de cinq ans et proviennent de différentes villes syriennes, comme Alep, Homs, Idlib, Hama et leurs périphéries, ainsi que de différentes classes sociales – qu’ils soient d’origine citadine ou rurale. Ils ont également des niveaux d’éducation et de qualification professionnelle hétérogènes. Certains sont mariés et entretiennent une famille de plus de trois personnes ; d’autres sont célibataires et subviennent à leurs propres besoins tout en apportant une aide matérielle à leurs proches restés en Syrie.

11Les travailleurs syriens souffrent de nombreux maux en raison de la médiocrité des salaires qu’ils perçoivent, de la longueur de leurs journées de travail, des mauvais traitements qu’ils subissent de la part de leurs employeurs, ainsi que de l’absence de sécurité sociale. S’ajoutent à cela une mauvaise maîtrise de la langue turque, l’impossibilité de convertir certaines de leurs expériences et de leurs compétences sur le marché du travail local, et une dévalorisation générale de leur niveau d’éducation. Il est en effet difficile pour les Syriens d’obtenir en Turquie une équivalence de leurs diplômes universitaires, ce qui contraint un grand nombre d’entre eux à travailler dans des métiers autres que les leurs, de surcroît mal payés et où il est fréquent qu’ils se fassent exploiter. D’autres encore parmi les diplômés se retrouvent tout bonnement exclus du marché du travail, ce qui constitue un regrettable manque à gagner pour l’économie turque. Car ces Syriens représentent au final une véritable force économique et sociale de par leurs expériences, leurs compétences et leur désir de travailler.

Les Syriens en Turquie

Le réfugié et le migrant

12Il n’existe pas de définition univoque du terme « réfugié », qui varie en contexte. Cependant, on lui attache communément la définition donnée par les Nations Unies dans la Convention de Genève de 1951, selon laquelle le terme « réfugié » s’applique à toute personne qui, « craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays »2. Le terme « migrant » ne possède pas, lui non plus, de définition juridique uniforme. Toutefois, l’organisation des Nations Unies qualifie de migrant, « toute personne qui a résidé dans un pays étranger pendant plus d’une année, quelles que soient les causes, volontaires ou involontaires, du mouvement, et quels que soient les moyens, réguliers ou irréguliers, utilisés pour migrer »3.

13Notons que si la définition susdite du réfugié précise que ce dernier a été contraint de quitter son pays et se trouve dans l’impossibilité d’y retourner dans un avenir proche, elle n’évoque cependant pas explicitement le fait qu’il ait dû fuir son pays en raison d’un conflit armé. Par ailleurs, cette définition ayant été conçue à partir de faits historiques antérieurs à 1951, les législateurs l’ont depuis précisée à l’aide du protocole additionnel de 1967 et, dans certains cas, au moyen d’instruments juridiques régionaux spécifiques.

La situation juridique

14Désigner les Syriens établis en Turquie comme « réfugiés » est un abus de langage, dans la mesure où la législation turque ne permet pas de les qualifier comme tels au sens défini par la Convention de Genève. Car, si la Turquie a bien ratifié la Convention onusienne de 1951, elle y a cependant apposé une « réserve géographique » qui lui permet de se soustraire en partie au droit international en matière d’asile. À la place, le gouvernement turc a mis au point un régime de « protection temporaire » qui garantit aux exilés syriens un droit de résidence sur le territoire turc pour une période indéfinie, les met à l’abri de tout rapatriement forcé et leur assure un accès aux soins et à l’enseignement, ainsi que la satisfaction des besoins élémentaires et services essentiels.

15Ce régime de protection temporaire est accordé à tous les Syriens, y compris ceux qui ne possèdent pas de pièces d’identité (carte d’identité nationale et passeport). Il inclut également les Palestiniens apatrides originaires de Syrie.

16En vertu de l’article 1 du règlement sur la protection temporaire entré en vigueur le 22 octobre 2014, le statut légal des Syriens résidant en Turquie a été fixé comme suit :

  • 4 M. Erdoğan (2020), Suryeliler Barometresi 2019. Suriyelilerle Uyum İçinde Yaşamın Çerçevesi [Baromè (...)

Les citoyens de la République arabe syrienne, les apatrides et les réfugiés qui sont arrivés ou ont traversés nos frontières en provenance de la République arabe syrienne, collectivement ou individuellement, à des fins de protection temporaire en raison des évènements qui ont eu lieu en République arabe syrienne depuis le 28 avril 2011, bénéficient de la protection temporaire, même s’ils ont déposé une demande de protection internationale. Les demandes de protection internationale ne seront pas traitées pendant la mise en œuvre de la protection temporaire.4

Les différents titres de séjour

17Il existe quatre titres de séjour possibles pour les Syriens en Turquie. Le premier est accordé à tout ressortissant syrien, qu’il possède ou non des documents permettant de l’identifier comme tel. C’est ce que l’on appelle le permis de résidence au titre de la protection temporaire, ou kimlik. Il autorise son bénéficiaire à travailler en Turquie. Le deuxième consiste en un permis de séjour touristique, valable un an et renouvelable. Pour l’obtenir, il faut toutefois remplir plusieurs conditions, à commencer par la possession d’un document de voyage valide avec lequel a été effectuée de manière régulière l’entrée sur le territoire turc. Il faut en outre détenir un bail d’habitation établi pour une durée d’un an et certifié conforme par la municipalité de résidence. Ce titre ne permet pas à son détenteur de travailler de manière légale dans le pays. Le troisième type est le permis de résidence au titre du travail, qui suppose la détention d’un contrat de travail avec une institution ou une entreprise exerçant son activité en Turquie. Le quatrième et dernier type est un permis de séjour pour titre de propriété, qui est accordé aux hommes d’affaires syriens ayant investi leurs capitaux sur le sol turc.

18Avant le début de la révolution syrienne, à la mi-mars 2011, le principal facteur qui poussait les Syriens à émigrer était d’ordre économique (à l’exception des périodes de conflit, comme celle que connut le pays au cours de la décennie 1980). Mais la guerre menée depuis 2011 par le régime de Bachar al-Assad contre la majorité de ses concitoyens a profondément modifié la donne, en provoquant la plus grande vague d’exil qu’ait connue la Syrie contemporaine. À tel point que les réfugiés syriens représentent aujourd’hui près du tiers de l’ensemble des réfugiés recensés à travers le monde.

La répartition géographique des exilés syriens

19La Turquie accueille la majorité des exilés syriens, à hauteur de 65 % de leur nombre total à l’échelle mondiale. En août 2020, le nombre de bénéficiaires de la « protection temporaire » turque s’élevait à 3 610 022 personnes, sur un total de 5 553 905 Syriens ayant été contraints de quitter leur pays, selon les chiffres avancés par les Nations Unies5. Ces exilés représentent désormais près de 4,5 % de la population de la Turquie, qui compte 82 millions d’habitants. D’après les statistiques officielles publiées en 2011, la population syrienne s’élevait à 20,8 millions d’habitants, ce qui signifie que 17 % de la population totale de la Syrie réside désormais en Turquie.

20En observant la répartition géographique des 3,6 millions de Syriens bénéficiant de la protection temporaire turque, il s’avère qu’ils sont en grande majorité établis dans les villes. En effet, seuls 63 443 d’entre eux sont recensés dans les camps de réfugiés syriens, officiellement appelés « Centres de résidence temporaire », qui se trouvent en périphérie d’Urfa, d’Adana, de Kilis, de Kahramanmaraş, de Hatay, d’Osmaniye et de Gaziantep. L’exil des Syriens en Turquie est donc essentiellement urbain ou citadin.

  • 6 M. Erdoğan (2020) op. cit., p. 29.
  • 7 Mülteciler Derneği (2021), “Türkiyedeki Suriyeli Sayısı Mart 2021” [Nombre de Syriens en Turquie ma (...)

21Istanbul est la ville qui compte le plus grand nombre d’exilés syriens. On en dénombrait 549 903 au 1er novembre 2019, soit 3,65 % de la population stambouliote. Vient ensuite Gaziantep, où l’on recense 452 000 Syriens, soit 22,2 % de la population de la ville, puis Hatay, où les 440 000 Syriens qui y vivent représentent désormais 27,3 % de la population de la ville. En quatrième lieu vient la ville d’Urfa, avec 429 000 Syriens, soit 21,1 % du nombre total de ses habitants. La ville de Kilis est celle qui compte la plus grande proportion de Syriens (116 000), rapportée à sa population totale (142 000), soit 81,7 % de ses habitants6. Enfin, Bayburt dans le nord-est du pays est considérée comme la ville accueillant le plus petit nombre de Syriens – en l’occurrence 25 – selon les chiffres officiels7.

Les Syriens à Istanbul

22Soumis à l’urgence d’assurer leur subsistance, les réfugiés syriens en Turquie, majoritairement établis hors des camps humanitaires, se sont lancés dès le début de leur exil à la recherche d’un travail à travers les différentes villes du pays. Et c’est assez naturellement qu’ils se sont rendus en premier lieu à Istanbul, la plus grande ville cosmopolite de Turquie, sa capitale économique et touristique, qui offre davantage d’opportunités de créer sa propre affaire ou de trouver un emploi, notamment en dehors du cadre légal.

23On ne connaît pas le nombre exact de Syriens qui vivent à Istanbul. Les chiffres officiels y recensent 549 903 résidents syriens bénéficiaires de la protection temporaire. Mais on ignore le nombre de ses résidents syriens détenteurs d’un titre touristique, ainsi que celui des hommes d’affaires et des étudiants syriens. Sans parler du nombre important de Syriens qui vivent de fait à Istanbul où ils sont venus chercher du travail, mais qui sont enregistrés comme résidents dans d’autres villes du pays. Ni a fortiori de la quantité, impossible à connaître, de Syriens qui y résident sans aucun titre légal de séjour.

24C’est à Istanbul que se trouvent les plus grandes usines textiles du pays, celles qui représentent la plus grosse part du marché de l’habillement en Turquie. C’est également d’Istanbul qu’est exportée dans le monde entier la majeure partie des tissus et vêtements de confection turque. Sur la rive européenne d’Istanbul, les quartiers de Zeytinburnu et de Merter comptent à eux seuls plus de dix mille commerces spécialisés dans la vente de vêtements, et emploient près de cent mille travailleurs turcs et étrangers dans ce secteur.

25Sur le marché du travail turc, le secteur textile est celui qui recourt le plus massivement au travail non déclaré. C’est aussi celui qui emploie le plus grand nombre de Syriens, notamment à Istanbul où travailleraient près de 50 % des réfugiés, la plupart en tant qu’ouvriers non qualifiés.

Vie quotidienne et adaptation

26Afin d’assurer leur subsistance, les exilés syriens ont dû s’adapter à leur nouvel environnement de vie. Cela est particulièrement vrai pour la grande majorité établie dans les villes turques, l’aide matérielle accordée depuis 2011 aux réfugiés concernant uniquement ceux établis dans les camps (sauf à de très rares exceptions). Il leur a donc fallu trouver rapidement une façon de participer à l’activité économique, en obtenant un emploi ou en créant leur propre activité. Mais le gouvernement turc ayant tardé à produire une législation qui règlemente le travail des Syriens, ces derniers ont la plupart du temps pénétré le marché du travail de manière irrégulière. Il a en effet fallu attendre le 15 janvier 2016 pour que le gouvernement turc adopte une série de décrets accordant à l’ensemble des Syriens bénéficiaires de la protection temporaire le droit de travailler8.

27L’engagement rapide des Syriens sur le marché du travail turc a permis d’atténuer en partie la précarité de leurs conditions de vie et a contribué à faciliter leur intégration. Mais la réglementation turque tardivement adoptée n’ayant rien prévu pour permettre de régulariser le travail non déclaré, la plupart des travailleurs syriens n’ont eu d’autre choix que de se maintenir dans l’irrégularité. Aussi, deux modes de vie et d’adaptation se sont dessinés au sein de la communauté en exil :

  1. Un mode actif ou productif. Il s’inscrit dans la dynamique d’un travail stable, grâce auquel le travailleur peut subvenir de manière autonome à ses besoins et se constituer un certain capital. Beaucoup des Syriens qui travaillent aujourd’hui dans le secteur textile et de l’habillement en Turquie travaillaient déjà dans ce même secteur en Syrie, que ce soit dans les usines et ateliers détenus par l’État syrien, ou dans des entreprises privées. Parmi les travailleurs syriens, certains exercent leur activité de manière déclarée, après avoir obtenu un permis de travail. Ils représentent toutefois une petite minorité. Les autres travaillent de manière non déclarée, ce qui les expose à la menace permanente de sanctions légales qui peuvent aller jusqu’à leur expulsion hors d’Istanbul.

  2. Un mode passif ou improductif. Il procède d’une dynamique instable dans laquelle le travail manque, s’effectue par intermittence ou à la demande et qui condamne l’individu à recourir à l’aide de ses proches installés en Turquie ou ailleurs à l’étranger. De cette « adaptation passive » découlent de nombreuses conséquences négatives, comme les logements collectifs surpeuplés, l’endettement, la sous-alimentation et la malnutrition, le rationnement de la consommation d’électricité et d’eau, la déscolarisation des enfants envoyés sur le marché du travail, le recul de l’âge du mariage pour les jeunes gens, etc. Autant de privations qui rendent la vie en Turquie difficile pour cette partie de la population syrienne en exil.

Les Syriens dans le secteur textile et de l’habillement

La main-d’œuvre syrienne

28Certaines usines de fabrication textile en Turquie exigent de leurs employés une qualification dans le domaine, d’autres non. La majeure partie de la main-d’œuvre de ce secteur ne possédant pas de qualification, elle se fait employer dans les usines qui n’en requièrent pas, en contrepartie d’une rémunération moindre. Par ailleurs, la plupart des travailleurs dans ce secteur ont obtenu leur emploi par l’intermédiaire de connaissances ou de parents, ce qui signifie qu’ils jouissent d’un certain capital social. Leur âge oscille entre 16 et 35 ans, ce qui veut dire que le secteur emploie essentiellement des jeunes, et que les offres d’emploi pour les plus âgés s’y font rares.

29La main-d’œuvre dans ce secteur se divise en trois catégories : les ouvriers hautement qualifiés ou experts qui connaissent tous les rouages du métier ; les ouvriers qualifiés qui maîtrisent bien leur travail ; et les ouvriers non qualifiés, parmi lesquels on compte les manutentionnaires, que l’on appelle « ortacı ».

  • 9 Regional Refugee Resilience Plan (R3P), Regional Strategic Overview 2020-2021, p. 12. https://data2 (...)

30D’après le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), le nombre de permis de travail accordés aux Syriens en Turquie est passé de 80 000 en 2919 à 132 497 en 20209. Toutefois, ces chiffres – qui correspondent approximativement à ceux fournis par les autorités turques – sont à rapporter à l’effectif total des Syriens effectivement actifs sur le marché du travail turc, qui est estimé à un million.

  • 10 M. Erdoğan (2019) op.cit.

31Les Syriens employés dans le secteur textile et de l’habillement ne jouissent d’aucun droit associé au travail, dans la mesure où plus de 95 % d’entre eux continuent d’y travailler de manière irrégulière10. Mais en dépit des difficultés, cette force de travail syrienne « non officielle » a su assurer une vie décente aux réfugiés, tout en participant au fonctionnement de l’économie turque. De fait, l’économie officieuse est ce qui permet à une proportion très importante de Syriens établis en Turquie de travailler.

Les entrepreneurs syriens

  • 11 “Bakan Pekcan: 15 bin 159 Suriyeli şirket var” [Ministre Pekcan : il y a 15 159 entreprises syrienn (...)

32Les entrepreneurs syriens ont contribué de manière non négligeable à l’adaptation et à l’intégration économique de leurs compatriotes exilés en Turquie, en réussissant à redéployer leurs activités en conformité avec la loi commerciale locale. La majeure partie des entreprises étrangères fondées en Turquie au cours des années 2017-2018 l’ont été par des Syriens. Sur cette période, le nombre d’entreprises comptant au moins un partenaire de nationalité syrienne parmi ses propriétaires s’élevait à 15 15911.

33Un certain nombre de ces entrepreneurs et hommes d’affaires syriens ont investi le secteur textile et de l’habillement et ont ouvert de nombreux ateliers de confection textile et de couture à Istanbul, entièrement financés par leurs capitaux propres. En effet, le gouvernement turc ne prévoit aucune aide particulière pour les entrepreneurs syriens, susceptible d’alléger un peu le coût que représente pour eux la main-d’œuvre et, par conséquent, d’améliorer les conditions de travail et de vie des ouvriers. La législation turque ne prévoit pas non plus de modalité pour faciliter le prêt bancaire aux entrepreneurs syriens, ce qui leur permettrait de développer plus rapidement leur activité. Aucune instance ne leur apporte par ailleurs de soutien pour l’exportation de leurs marchandises.

34Aussi, de nombreux entrepreneurs syriens s’épargnent les coûts associés au travail déclaré en employant leurs compatriotes de manière non officielle, afin de ne pas avoir à payer de charges pour eux. Cette situation contraint les Syriens à accepter de travailler dans ces ateliers en contrepartie de salaires bas et sans aucune protection sociale, sans quoi ils seraient condamnés au chômage. Les travailleurs syriens se retrouvent donc confrontés à une réalité nouvelle pour eux, imposée par un marché du travail qui ne leur autorise d’autre perspective que le travail irrégulier. En l’absence d’un cadre légal réglementant les conditions de leur accès au marché du travail, et en l’absence de tout capital en dehors de leur seule force de travail, ils ne peuvent compter que sur leur persévérance, leurs compétences et leur savoir-faire pour trouver un emploi. La plupart d’entre eux ont été acculés à travailler dans des secteurs et des métiers qui n’étaient pas les leurs en Syrie. Pour beaucoup, le choix est d’autant plus limité qu’ils ne maîtrisent pas bien la langue turque. De leur côté, les autorités turques ferment les yeux sur les conditions d’emploi de ces travailleurs, qui se retrouvent entièrement livrés au pouvoir discrétionnaire de leurs patrons ainsi qu’aux aléas de l’économie turque, sans aucune protection ni garantie. Dans une telle configuration, les conditions de travail varient largement d’un Syrien à un autre, ainsi que leur niveau de salaire, mensuel ou hebdomadaire.

Les lieux du travail

35Les ateliers de confection textile et de couture se situent dans différents quartiers d’Istanbul, de part et d’autre du Bosphore. La majeure partie des ateliers se trouve toutefois dans la partie européenne de la ville, concentrés dans les quartiers d’Esenyurt, Güngören, Bağcılar, Zeytinburnu, Avcılar, Nişantaşı et Kartal, à Ümraniye et Tuzla pour la rive asiatique.

36Les ateliers et usines textiles dans lesquels travaillent les Syriens sont de deux sortes, totalement distinctes, que ce soit au niveau de la production et des procédés de travail ; de la nature de la clientèle et de la commercialisation ; ou encore des salaires et de la qualité des rapports entre employeurs et employés :

  1. Les ateliers détenus par des Syriens, qui sont pour la plupart relativement petits et où employeurs comme employés sont tous syriens. Ces entreprises sont généralement spécialisées dans la couture, la broderie et le tissage, et leur équipement ne compte souvent pas plus de cinquante machines.

  2. Les usines et ateliers possédés par des hommes d’affaires turcs, qui emploient des Turcs, des Syriens et des personnes d’autres nationalités encore. La proportion des Syriens en leur sein varie en fonction de la taille globale de l’entreprise.

37Les marchandises syriennes produites en Turquie sont commercialisées à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Une partie est écoulée sur les marchés populaires turcs et dans des magasins détenus ou fréquentés par des Syriens à Istanbul. Les exportations à l’étranger se font soit de manière directe à l’initiative des propriétaires des ateliers et usines ; soit de manière indirecte par l’intermédiaire d’un négociant, vers des pays arabes comme les États du Golfe, la Libye, l’Irak, l’Algérie et la Tunisie notamment. Souvent, les acheteurs de produits syriens dans ces pays sont des commerçants avec qui les entrepreneurs syriens faisaient déjà affaire avant leur exil en Turquie.

Étude de cas

  • 12 L’ensemble des prénoms figurant dans cette étude ont été modifiés, afin de respecter la volonté d’a (...)

38L’usine dans laquelle travaille Shadi12 se situe dans le quartier d’Esenyurt, qui abrite près de 150 usines et ateliers textiles. Spécialisée dans la confection de vêtements en coton, son usine compte en tout soixante-dix machines, entre les piqueuses plates, les surjeteuses, les recouvreuses, les brodeuses ou encore les machines à boutonnière. Elle comporte en outre deux chaînes de production. La première chaîne produit en moyenne mille pantalons par jour et la seconde près de mille chemisiers. Il y a également une chaîne de repassage, qui traite quotidiennement près de deux mille pièces. Il s’agit d’une usine « mixte », dont les propriétaires et les cadres techniques et administratifs sont turcs. Elle emploie plus de 65 ouvriers dont les âges vont de 20 ans à 60 ans, parmi lesquels il y a 50 Syriens, 7 Turcs, 5 Afghans et 3 Pakistanais. Il arrive régulièrement que des travailleurs journaliers, syriens ou autres, soient appelés en renfort lorsque le volume de production augmente. Ces derniers sont recrutés par des agences spécialisées dans le travail intérimaire.

39Les ouvriers sont répartis selon leur expérience entre les postes d’ouvrier spécialisé (makineci), sur une seule machine ; celui de manutentionnaire, (ortacı), qui effectue les transferts de tissus et s’occupe de leurs coupes ; celui de kompleci, l’ouvrier qualifié qui maîtrise l’ensemble des machines ; et enfin celui de reis, l’ouvrier hautement qualifié, capable d’utiliser toutes les machines et qui possède une connaissance exhaustive du processus de production propre à l’usine.

40La majeure partie des Syriens employés dans cette usine travaille ici depuis au moins cinq ans. Ils proviennent du nord et du centre de la Syrie, notamment d’Alep, d’Idlib et de leurs périphéries. Plus de la moitié d’entre eux ont un niveau d’instruction assez bas et n’ont pas été au-delà de l’école primaire. Le reste détient au moins un brevet des collèges. Quatre d’entre eux avaient entamé des études universitaires en Syrie, qu’ils n’ont pas été en mesure de poursuivre en Turquie pour des raisons d’ordre matériel. Près de la moitié des ouvriers syriens de cette usine ont une expérience assez solide dans le secteur textile, où ils travaillaient déjà par le passé. Quelques-uns n’ont cependant qu’une expérience limitée dans le domaine. Quant au reste de leurs compatriotes, ils sont arrivés dans l’usine sans les savoir-faire requis par le métier, car ils travaillaient en Syrie dans d’autres domaines, comme celui des services, du bâtiment ou de l’agriculture. Au moment de leur embauche, ils ont donc dû suivre des sessions intensives de formation et ont d’abord travaillé sous la supervision de leurs collègues. Sur les cinquante travailleurs syriens, vingt-deux sont des femmes et quatre sont des enfants de moins de seize ans, qui effectuent des tâches élémentaires comme le nettoyage des fils, le lavage, etc.

41Ces employés vivent dans différents lieux. Une partie d’entre eux loge gratuitement dans une annexe de l’usine, un dortoir relativement grand d’environ 200 mètres carré, équipé d’une salle de bain et d’une cuisine communes. Les sommiers et la literie sont fournis. Treize employés célibataires y habitent. Quant aux autres, ils sont hébergés par leurs parents ou leur famille élargie, ou alors ils paient un loyer dans une location collective.

42Aucun employé syrien de cette usine ne détient un permis de travail ni n’occupe un emploi déclaré. Plus de la moitié d’entre eux détient une carte de résidence temporaire établie ailleurs qu’à Istanbul. D’autres ne possèdent aucun titre de séjour régulier. Par conséquent, aucun des employés syriens de cette usine ne bénéficie d’une assurance maladie, et aucun ne possède de document attestant de son travail en ce lieu.

Les difficultés au travail

43Les travailleurs syriens se plaignent de nombreux maux, qui peuvent être synthétisés comme suit :

Des rémunérations médiocres

  • 13 Les montants sont indicatifs. Ils correspondent à la valeur de la livre turque au moment de la réda (...)

44À tâche égale, ils touchent en moyenne un salaire deux, voire parfois trois fois moindre que celui des ouvriers turcs. En fonction du volume et de la rapidité de sa production, le salaire mensuel de l’ouvrier syrien non qualifié oscille entre 1000 et 1500 livres turques (134-200 $13). L’ouvrier spécialisé qui jouit d’une bonne expérience, perçoit quant à lui de 2000 à 3000 livres (268-400 $). Quant au kompleci, il touche mensuellement entre 3000 et 3500 livres turques (400-466 $).

45Les femmes syriennes sont encore moins bien payées que leurs compatriotes masculins. À tâche égale, elles perçoivent en moyenne 500 livres turques (67 $) de moins qu’eux. Les enfants quant à eux perçoivent entre 800 et 1000 livres turques par mois, soit entre 107 et 134 dollars mensuels.

Des journées de travail trop longues

46Ils travaillent onze heures par jour, de 8h du matin à 19h le soir. Leur pause déjeuner dure trois quarts d’heure, de 13h à 13h45. Ils ont le droit par ailleurs à deux petites pauses d’un quart d’heure dans la journée : la première, de 10h à 10h15 et la seconde, de 16h à 16h15. Ils travaillent le samedi jusqu’à 13h et ont leur congé hebdomadaire le dimanche.

De mauvais traitements de la part des patrons

47Cela se traduit par des propos insultants à l’encontre des employés syriens et par des moqueries dégradantes de la part de leurs collègues turcs, notamment lorsqu’un incident impliquant des Syriens se produit. À cela s’ajoute souvent la menace d’être mis à la porte. En effet, de nombreux ouvriers syriens sont régulièrement licenciés de manière arbitraire, sous des prétextes divers.

L’absence d’un cadre légal qui régularise leur travail

48En raison de l’impossibilité d’obtenir un permis de travail, la plupart d’entre eux sont exposés au risque d’être exploités : il arrive qu’ils perçoivent des salaires dérisoires ou pire, qu’ils n’en perçoivent aucun. À cela s’ajoute l’absence de toute protection sociale.

L’impossibilité d’accéder à un emploi adapté

49Beaucoup de Syriens ne parviennent pas à trouver d’emploi dans leur domaine professionnel d’origine. Cela est d’autant plus difficile que le marché du travail est relativement instable en Turquie. Cela dit, une petite poignée d’ouvriers syriens ont réussi à obtenir un permis de travail et ne souffrent plus de la plupart de ces maux.

Quelques parcours individuels

Mohammed

50Mohammed vit avec son épouse et leurs quatre enfants dans un appartement au deuxième étage d’un immeuble du quartier de Zeytinburnu, où se trouvent de très nombreux ateliers de confection textile. Il travaille dans un atelier de couture situé au rez-de-chaussée de l’immeuble dans lequel il habite. Lui et sa famille ont fui Alep en 2014, lorsque les combats se sont rapprochés de leur quartier. Après plusieurs mois passés à Gaziantep où Mohammed a établi sa carte de résidence temporaire, il s’est rendu avec les siens à Istanbul pour trouver du travail. À cette époque, son fils ainé, Ahmad, avait 15 ans ; le cadet, Mustafa, avait 13 ans ; Mahmoud avait alors 11 ans et sa fille Mouna, 9 ans. Dès leur arrivée à Istanbul, Mohammed a dû faire travailler ses quatre enfants afin de subvenir aux besoins essentiels de la famille. Il dit trouver anormal d’avoir à faire travailler ses enfants, sans quoi ils n’auraient rien à se mettre sous la dent. Mais nécessité faisant loi, il n’a pas eu d’autre choix. Et il est loin d’être le seul Syrien exilé en Turquie à devoir compter sur le travail de ses enfants. Mohammed raconte que, lorsqu’ils sont arrivés à Istanbul, il a d’abord essayé d’inscrire ses enfants à l’école, mais que cela n’a pas été possible car ils n’avaient pas les documents nécessaires.
À Alep, Mohammed travaillait déjà dans un atelier textile. Deux mois après son installation à Istanbul, il a pu louer le rez-de-chaussée de son immeuble, qu’il a transformé en un petit atelier de confection de robes, de chemises et de chemisiers bon marché. Il s’est mis d’accord avec un commerçant de vêtements pour que ce dernier distribue ses produits. Son atelier compte quatre machines. En plus des membres de sa famille, cinq autres Syriens y travaillent onze heures par jour. L’atelier de Mohammed a continué de tourner, ses enfants ont grandi et ont aujourd’hui acquis une bonne expérience dans la confection textile. Toutefois, il a l’air gêné lorsque je lui demande s’il déclare ou non son activité. Il me répond laconiquement qu’il est dans la même situation que la plupart des très nombreux ateliers textiles qui occupent les rez-de-chaussée des immeubles de ce quartier.

Hassan et Imad

51Hassan, 27 ans, est employé par une usine de vêtements dans le quartier de Merter. Il travaille sur une surjeteuse, onze heures par jour. En Syrie, il travaillait dans la climatisation. Hassan déplore la pression qu’il subit au travail, l’absence d’assurance maladie, les horaires trop longs et les salaires trop bas (il touche 2250 livres turques par mois, soit 300 $). Imad quant à lui s’occupe de fixer les boutons de chemises et de pantalons, dans la même usine que Hassan. En Syrie, il étudiait l’ingénierie mécanique à l’université d’Alep avant de devoir quitter son pays pour la Turquie, en 2013. Ici, il n’a pas pu poursuivre ses études. Il se plaint des mêmes maux que Hassan.

Majd

52Majd, 48 ans, est détenteur d’un master en littérature française de l’université d’Alep. Il travaille dans une usine textile située à Tuzla, qui emploie 320 ouvriers, dont 105 Syriens. À son arrivée à Istanbul, Majd a essayé de trouver du travail dans son domaine, à savoir la traduction ou l’enseignement du français, mais il n’y est pas parvenu. Après plus d’un an sans travail, il a été contraint pour subvenir à ses besoins de chercher autre chose. Cela fait désormais plusieurs années qu’il travaille dans cette usine, où il s’est progressivement qualifié. Il ne cesse de déplorer que les études qu’il a suivies ne lui servent à rien ici. Parmi les collègues de Majd, il y a Jihad, 39 ans, originaire d’un village en périphérie d’Alep. Diplômé en droit, Jihad exerçait le métier d’avocat à Alep avant de devoir s’exiler en Turquie. À Istanbul, il n’a pas trouvé de travail dans son domaine et a été forcé d’intégrer cette usine textile. Selon lui, il n’y a ici aucune perspective d’amélioration de sa situation, ni de ses conditions de travail. Il a tenté à plusieurs reprises de quitter la Turquie et de rejoindre l’Europe, en vain. Il continue de réfléchir à une façon de mener son projet à bien.

Conclusion

53Il semblerait que la politique du gouvernement turc consistant à ne pas obliger les Syriens à résider dans les camps et à leur permettre de travailler, quand bien même de manière irrégulière, a permis d’alléger leurs difficultés en leur garantissant de quoi subvenir à leurs besoins essentiels. Dans le même temps, cela a contribué au dynamisme de l’économie turque, qui a profité de l’énergie et des savoir-faire de la main-d’œuvre syrienne.

54En outre, les exilés syriens ont pu se reconstruire une vie en Turquie, après avoir tout perdu dans leur pays. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux aspirent aujourd’hui à rester en Turquie et à y être naturalisés, cela facilitant notamment l’accès au travail. Ils ne songent plus à retourner vivre en Syrie où a disparu tout espoir de solution politique au conflit qui les a frappés de plein fouet.

55Toutefois, au fil du temps et en raison de rivalités politiques internes à la société turque, la présence syrienne en Turquie est devenue une question politique dont se sont saisi les nationalistes au mépris du droit international et humanitaire, ainsi que de toute considération éthique. La question des réfugiés syriens fait office de « test démocratique » pour le modèle politique turc, en ce qu’elle interroge la capacité de son appareil législatif à protéger les droits de l’individu, quelle que soit sa nationalité, dès lors qu’il se trouve sur son territoire.

56Cette question met à l’épreuve la marge de manœuvre qu’a le gouvernement turc pour prendre des mesures réglementaires en vue de l’intégration des Syriens dans le marché du travail et la société turcs. Il s’agit ici de rompre l’immobilisme dans la gestion de cette crise humanitaire subie par des millions de Syriens. Contraints à l’exil par la guerre totale que le régime syrien et ses alliés russes et iraniens ont menée contre la majorité d’entre eux, ils souffrent désormais d’une xénophobie latente qui se surajoute aux séquelles de l’exil forcé et aux difficultés d’adaptation matérielle et sociale qu’ils connaissent.

Notes

1 Voir le rapport de l’Organisation internationale du Travail intitulé Refugees: ILO’s support to refugees and host communities in Turkey (2020), https://www.ilo.org/ankara/projects/WCMS_379375/lang--en/index.htm.

2 . UNHCR, Convention and Protocol Relating to the Status of Refugees, United Nations, https://cms.emergency.unhcr.org/documents/11982/55726/.

3 OIM, “Key Migration Terms”, https://www.iom.int/key-migration-terms.

4 M. Erdoğan (2020), Suryeliler Barometresi 2019. Suriyelilerle Uyum İçinde Yaşamın Çerçevesi [Baromètre Syriens 2019 : Un cadre pour vivre en harmonie avec les Syriens], Istanbul, Orion. https://www.unhcr.org/tr/wp-content/uploads/sites/14/2020/09/SB2019-TR-04092020.pdf.

5 https://data2.unhcr.org/en/situations/syria.

6 M. Erdoğan (2020) op. cit., p. 29.

7 Mülteciler Derneği (2021), “Türkiyedeki Suriyeli Sayısı Mart 2021” [Nombre de Syriens en Turquie mars 2021], https://multeciler.org.tr/turkiyedeki-suriyeli-sayisi/.

8 M. Erdoğan (2019), Syrian Refugees in Turkey, Konrad Adenauer Stiftung. https://www.kas.de/documents/283907/7339115/Syrian+Refugees+in+Turkey.pdf/5d3d4091-e56d-3c42-2a9c-4e7f5d98706f?version=1.0&t=1571303379232

9 Regional Refugee Resilience Plan (R3P), Regional Strategic Overview 2020-2021, p. 12. https://data2.unhcr.org/en/documents/download/73116.

10 M. Erdoğan (2019) op.cit.

11 “Bakan Pekcan: 15 bin 159 Suriyeli şirket var” [Ministre Pekcan : il y a 15 159 entreprises syriennes], CNNTürk, 14 juin 2019. https://www.cnnturk.com/ekonomi/bakan-pekcan-15-bin-159-suriyeli-sirket-var.

12 L’ensemble des prénoms figurant dans cette étude ont été modifiés, afin de respecter la volonté d’anonymat des personnes interviewées.

13 Les montants sont indicatifs. Ils correspondent à la valeur de la livre turque au moment de la rédaction de l’article.

Auteur

Chercheur associé à l’ORSAM (Center for Middle Eastern Studies, Ankara)

Marianne Babut (Traducteur)

© Institut français d’études anatoliennes, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search