Version classiqueVersion mobile

Analyses pluridisciplinaires sur la crise sanitaire COVID-19 en Turquie

Introduction

Bayram Balcı, Philippe Bourmaud et Sümbül Kaya

Texte intégral

Coronavirus : 2-day Curfew in Turkey

Coronavirus : 2-day Curfew in Turkey

Le 11 avril 2020, Istanbul est pour la première fois complètement déserte en raison d'un couvre-feu de deux jours imposé le week-end par le gouvernement turc pour tenter d'empêcher la propagation du coronavirus dans les grandes villes de Turquie. À Eminönü, un travailleur de la municipalité de Fatih s'autorise une pause pour contempler ce calme.

Marie Tihon, avril 2020

1Le 12 mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé a qualifié de « pandémie » l’épidémie de COVID-19 qui début février 2021 avait contaminé plus de 100 millions de personnes dans le monde et causé 2,25 millions de décès1. Après les États-Unis qui comptent 443 256 morts, les pays les plus touchés sont le Brésil (226 309), l’Inde (154 703), le Mexique (159 533), et le Royaume-Uni (108 013)2. La Russie a recensé plus de 3,9 millions de cas et enregistré près de 75 000 morts. En Turquie, le nombre total de cas d’infection était estimé officiellement à 2 492 977 alors que le nombre de décès total est de 26 237. Malgré l’annonce de la mise au point de vaccins dans différents laboratoires en Chine, Allemagne, Royaume Uni et États-Unis, cette crise pourrait perdurer étant donné l’incertitude quant à l’approvisionnement simultané de chaque pays, le manque de recul sur l’efficacité de ces vaccins et leurs éventuels effets indésirables et l’apparition récente de variantes du virus en différents points du globe. Ce qui est certain est que cette crise a des effets multiples tant sur le plan sanitaire que social, politique et économique. L’objet de ce dossier vise justement à croiser les regards et les approches disciplinaires pour proposer des analyses plurielles de la crise sanitaire COVID-19 en Turquie.

2Les différentes approches font émerger des questionnements transversaux. Un premier questionnement tient à la pertinence des différents pouvoirs (locaux, étatiques, internationaux) face à des épidémies qui présentent toutes des spécificités, tant du point de vue de la diffusion et de la prévention, que des savoirs ou de la prise en charge. Le COVID-19 a amené un rappel de certaines évidences de longue durée de la santé publique, non sans créer de multiples incertitudes personnelles, politiques, géopolitiques et économiques, entretenues par la multiplicité des sources d’autorité. Quels sont les acteurs qui font autorité face au COVID-19 en Turquie, et pourquoi ? Quels discours, quelles recommandations ont contribué à saper ces diverses autorités ?

3Une deuxième interrogation transversale porte sur la compénétration des pratiques et rituels sociaux et des dispositifs techniques. Les épidémies transforment le quotidien en validant ou répudiant certaines pratiques, et en induisant des réponses techniques qui sont à leur tour ritualisées. Comment interpréter cette transformation des pratiques ? Dans son contenu, s’agit-il à proprement parler d’une médicalisation ? Que doit cette évolution à la communication publique sur la pandémie, conçue à différentes échelles ? Dans quelle mesure reflète-t-elle une culture politique et des valeurs revendiquées par la société de la Turquie contemporaine ?

4Un troisième questionnement porte sur la frontière entre experts et profanes et à son évolution dans la temporalité de la pandémie. L’idée qu’un événement de l’ampleur d’une épidémie nécessitait une réponse organisée, et par conséquent un pilotage politico-sanitaire surplombant s’est heurtée à la durée de la pandémie, à l’évolution des connaissances à son sujet et à la compétition des objectifs stratégiques des politiques publiques, même lorsque ceux-ci, la santé et l’économie notamment, ne pouvaient aller l’un sans l’autre. La Turquie a connu son lot d’experts hâtifs ou improvisés, et sa part de théories du complot, mais tout ceci n’a pu s’exprimer que dans la mesure où l’action publique contre la pandémie était soumise à un facteur temps souligné et dramatisé à outrance. Quel rôle la temporalité du COVID-19, dont la présence en Turquie a été officiellement reconnue avec un décalage avec les pays voisins, le 11 mars 2020, a-t-elle joué dans la conception de la réponse à la maladie ? Quelle incidence les discours des experts, des contre-experts, et les perceptions des profanes ont-ils eu sur les anticipations, tant personnelles qu’économiques, de la population de la Turquie ? Quels horizons d’attente la gestion technologique de la maladie, et en particulier les discours d’experts sur la perspective du vaccin ou l’incertitude à son endroit, ont-ils eu sur les réponses politiques à la pandémie, sur la politique de recherche, sur les investissements, et sur le quotidien ?

Se souvenir des épidémies anciennes ...

5Un détour historique nous permet d’éclairer l’épidémie de coronavirus grâce à celles qui l’ont précédées, choléra, ou tuberculose. Cette crise n’est donc pas sans précédent mais peut-on comparer le COVID-19 à ces anciennes épidémies qui ont eu des effets dévastateurs sur l’Empire ottoman ou la Turquie ? Déjà sous l’Empire ottoman, des épidémies de choléra entre autres avaient obligé les autorités à prendre des mesures sanitaires drastiques pour stopper la diffusion. Les contributions historiques de Sylvia Chiffoleau et de Ceren Gülser İlikan Rasimoğlu rappellent que ces épidémies avaient amené une innovation sanitaire et géopolitique, par leur traitement international, à grand renfort de diplomatie et de débats d’experts. L’État ottoman allait se retrouver associé à la lutte contre le choléra sur son propre sol, amené à louvoyer entre les grandes puissances pour que les mesures de contrôle, et en particulier la surveillance des pèlerinages, ne soient pas détournées contre sa souveraineté. Les événements – telle l’épidémie de 1865 qui tue un tiers de la caravane de La Mecque avant de poursuivre sa circulation en direction de l’Europe – échappaient aux moyens d’action impériaux et fournissaient des justifications à des dispositifs sanitaires intrusifs. Localement, les mesures sanitaires suscitaient le ressentiment et des résistances parfois fortes. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil dans les manifestations d’opposition aux préconisations médicales face au COVID-19, même si en Turquie, ce sont surtout des formes d’inertie, par exemple face au confinement des personnes âgées, qui ont défrayé la chronique.

6Toujours dans une perspective à la fois historique et contemporaine, Philippe Bourmaud et Fatmagül Bolat analysent la mise en récit des épidémies comme le choléra ou le COVID-19 par le biais des caricatures en Turquie. La comparaison est instructive, car elle révèle des formes d’intercompréhension entre dessinateur et lecteurs face aux contraintes créées par les épidémies, et, comme l’article de Ceren Gülser İlikan Rasimoğlu, laisse apercevoir des incertitudes et des doutes face aux informations et aux recommandations sanitaires.

7Enfin, afin de relativiser le caractère exceptionnel du COVID-19 dans l’histoire récente de la Turquie, Léa Delmaire montre qu’une tension entre économie et santé publique existait déjà à travers son analyse des politiques de lutte contre la tuberculose dans la Turquie des années 1950. Elle montre que la diffusion des maladies, qu’elle soit soudaine comme le choléra ou le COVID-19, ou de longue durée comme pour la tuberculose, est indissociablement un problème sanitaire et économique à la fois, dont la résolution suppose des niveaux d’investissement collectif, de transformation de la condition économique des individus et de prise en charge lourdes des patients que les pouvoirs publics turcs tendent à négliger en faveur du maintien de l’organisation macroéconomique existante.

8Ces différentes contributions nous permettent de comprendre comment la crise du COVID-19 s’insère dans une histoire plus longue, et de constater certaines formes de continuités tout en étant singulière tant la pandémie est mondialisée et sa gestion alla turca. L’enjeu de ce dossier est également d’historiciser la crise actuelle.

Une gestion du COVID-19 alla turca qui ne confine pas l’autoritarisme…

9La gestion de cette crise sanitaire est marquée partout dans le monde par un retour de l'État. La Turquie ne fait pas exception à la règle. Cependant, elle emprunte une voie singulière dans la gestion de la crise qui ne laisse aucune place à une gouvernance locale, et notamment aux autorités métropolitaines de l’opposition comme le montre Jean-François Pérouse à partir de son étude de cas qui porte sur Istanbul. Au niveau des politiques de santé publique, les décisions restent elles aussi prisonnières du politique et de l’idéologique plutôt que de s’appuyer sur l’expertise médicale et les scientifiques qui ne participent guère à l’élaboration de la décision. Deniz Mardin nous permet d’observer les faiblesses des politiques de santé publique qui, par le biais de coopérations privé-public, fragilisent encore plus les ressources humaines du secteur de la santé. De même, un manque de transparence dans le partage des données a conduit à l’échec de l’organisation adéquate des services de santé dans la lutte contre l’épidémie, et à ébranler la confiance du public dans les institutions étatiques. Ce déficit de confiance entraîne un défaut d’adhésion à la gestion étatique de la crise. Parallèlement, ce défaut d’adhésion de la population conduit aussi à des écarts dans le respect des normes sanitaires et de distanciation sociale comme l’illustre bien l’exemple des « usagers du masque sous le menton » ou ceux qui refusent de se faire tester pour ne pas subir un confinement qui les empêcherait de travailler et ainsi de gagner leur pain. Comme le rappelle Youenn Gourain en étudiant les dispositifs sociotechniques de gestion du risque de COVID-19 qui visent à limiter la circulation du virus, une pluralité d’acteurs les produisent, et en font des usages variés. Il convient donc de ne pas oublier les usagers de ces dispositifs qui sont les principaux concernés. En outre, certaines mesures prises face au risque sanitaire conduisent l’auteur à observer une hybridation du risque sanitaire lié au COVID-19 avec d’autres risques déjà présents en Turquie, tel que le risque terroriste, qui va renforcer le contrôle et la surveillance de la population. Sümbül Kaya et Bayram Balcı reviennent justement sur les effets du COVID dans le champ politique et du pouvoir en montrant que la crise renforce la polarisation politique et sociale existante, et qu’elle ne confine pas les pratiques autoritaires. Au contraire, même, puisqu’on assiste en pleine crise sanitaire à une militarisation de la politique étrangère turque, prérogative exclusive de Recep Tayyip Erdoğan, avec l’intervention en Libye et le déploiement concomitant d’une diplomatie du coronavirus par le biais de dons de produits médicaux et de masques à différents pays. Ces aides visent tout autant à rassurer la population de Turquie sur la capacité de l’État à gérer la crise qu’à revaloriser le principe de solidarité de l’islam. C’est également l’irruption du secteur religieux dans cette lutte contre le COVID alla turca que mettent en évidence Sümbül Kaya et Bayram Balcı sans que cela l’exonère de ses effets avec la fermeture des mosquées ou la mise en quarantaine des pèlerins de retour de la Mecque. Le renforcement du régime autoritaire en Turquie se reflète également dans les restrictions imposées aux activités associatives. Les organisations de la société civile qui luttent pour les droits de l’Homme se voient limitées dans leur droit à la liberté de réunion et de manifester comme le montre dans ce dossier Ekin İlke Keleşoğlu. Ces restrictions découlent tout autant de mesures sanitaires que de choix gouvernementaux qui opèrent une sélection entre les manifestations ou rassemblements légitimes comme celui lors de l’inauguration de la mosquée de Sainte Sophie et ceux considérés comme illégitimes, c’est-à-dire la lutte pour les droits et libertés fondamentales.

Une crise entraînant une autre : le vacillement de l’économie turque…

10Les mesures de lutte contre le coronavirus ont eu dans le monde entier un effet concret sur la production économique, le marché du travail et l’inflation. En Turquie, cet impact a été d’autant plus fort que l’économie était déjà en récession, ce qui explique, comme le montrent dans leurs contributions Seyfettin Gürsel et Ali Rıza Güngen, les efforts du pouvoir public de limiter autant que possible le confinement, ou du moins de ne l’appliquer que très peu aux forces productives. Avec la seconde vague de l’épidémie, certains commerces ont été contraints de mettre la clé sous la porte mais les effets économiques du COVID-19 se conjuguent à une très forte dévaluation de la livre turque qui aggrave à son tour les problèmes économiques structurels existants.

Notes

1 Les données sont du 4 février 2021 https://covid19.who.int/.

2 Ibid.

Table des illustrations

Titre Coronavirus : 2-day Curfew in Turkey
Légende Le 11 avril 2020, Istanbul est pour la première fois complètement déserte en raison d'un couvre-feu de deux jours imposé le week-end par le gouvernement turc pour tenter d'empêcher la propagation du coronavirus dans les grandes villes de Turquie. À Eminönü, un travailleur de la municipalité de Fatih s'autorise une pause pour contempler ce calme.
Crédits Marie Tihon, avril 2020
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© Institut français d’études anatoliennes, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search