Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hittitology today: Studies on Hittite and Neo-Hittite Anatolia in Honor of Emmanuel Laroche’s 100th Birthday

 | 
Alice Mouton

IV. Archéologie

Le site de Zeyve-Höyük-Porsuk aux époques hittite et néo-hittite

Remarques sur la succession des systèmes défensifs

Dominique Beyer et Françoise Laroche-Traunecker

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Dupré 1983 : 13-14 et Pelon 2015 : 93.

1Ces Rencontres de l’IFÉA dédiées à Emmanuel Laroche, créateur de la mission de Porsuk, nous fournissent l’occasion d’apporter des témoignages personnels sur la suite des événements qui l’ont amené à ouvrir une fouille sur le site de Zeyve Höyük (Fig. 1a). Formant un plateau surélevé à la jonction de deux vallées, il avait déjà été repéré par divers géographes, historiens ou archéologues1.

Fig. 1 : Le voyage d’Emmanuel Laroche dans la région de Porsuk

Fig. 1 : Le voyage d’Emmanuel Laroche dans la région de Porsuk

a. Carte des environs de Porsuk ; b. Page du carnet du voyage de septembre 1961

  • 2 Forrer 1937 : 147.
  • 3 Lebrun 2007 : 459.

2Les recherches toponymiques ont permis d’avancer des hypothèses sur les noms du höyük dans l’Antiquité. En 1937, E. O. Forrer a proposé de l’identifier au site antique de Dunna/Tynna dont parlent certains textes d’époque hittite2. Les Annales assyriennes mentionnent une campagne militaire de Salmanazar III, engagée pendant la 22e année de son règne, au royaume de Tabal jusqu’au mont Tunni, nom étrangement proche de celui de Tynna. Le texte assyrien définit le mont Tunni comme la « montagne de marbre − ou d’albâtre » et l’on a pu se demander si la blancheur associée à ce terme ne désignerait pas en fait la montagne de gypse très blanc qui surplombe le höyük de Porsuk. Plus récemment, René Lebrun a réexaminé la question : « À la suite de l’opinion fondée de plusieurs spécialistes, la tentation est grande d’identifier les vestiges en cours d’exhumation à Porsuk avec les restes éventuels de la gréco-romaine Tunna/Tynna… Il est clair que Tunna/Tynna peut renvoyer au toponyme hittito- louvite Tun(n)a/ Dun(n)a mentionné dans les tablettes hittites retrouvées à Boghazköy-Hattusa, mais aussi dans des documents du premier millénaire av. J.-C. »3.

  • 4 Beyer/Henry/Tibet 2015 (éds).
  • 5 Aspects des niveaux hittites de Porsuk présentés en 2012 : descriptions archéologiques (Pelon2015 : (...)

3Lors des 3e Rencontres d’Archéologie de l’IFÉA dédiées à Olivier Pelon et consacrées à « La Cappadoce méridionale de la préhistoire à la période byzantine »4, trois communications portaient sur divers aspects des fortifications hittites de Porsuk5. Nous ne reviendrons donc pas sur les descriptions déjà présentées des systèmes défensifs de la fin du Bronze Moyen (Ancien Royaume hittite), du Bronze Récent (Royaume puis Empire hittite) et du Fer Moyen (période néo-hittite), mais sur leur succession. En effet, le programme de recherches soutenu par le ministère des Affaires étrangères à partir de la reprise des fouilles en 2003 avait été fixé ainsi : « L’un des objectifs scientifiques de la mission est précisément d’étudier la transition entre les niveaux hittites de l’âge du Bronze et l’occupation du Fer ». Partant des données des premières fouilles, nous rappellerons les principales étapes de découvertes dans ce domaine et les apports des dernières missions menées sur le terrain, afin de mesurer le chemin parcouru et de suggérer de nouveaux objectifs à atteindre.

La genèse de la mission : de la découverte fortuite de l’inscription hiéroglyphique dite « de Porsuk » à l’ouverture de la fouille (1960-1968)

4En 1961, comme chaque été depuis 1959, Emmanuel Laroche et son épouse parcouraient en voiture les pistes d’Anatolie pour y découvrir et photographier des sites antiques. D’après les notes de son carnet de voyage (Fig. 1b), ils ont quitté le 17 septembre la grande route Adana-Ankara, remonté la vallée de Maden par une voie empruntant le lit asséché de la rivière et passé la nuit au village d’Ali Hoca (Fig. 1a).

  • 6 Entrée au musée en juillet 1960 (Hawkins 1969 : 99) ; la mention 1961 (Pelon 2015 : 93) est à corri (...)
  • 7 Traduction en français : Laroche 1963 : 301 n. 2 ; publications : Hawkins 1969 : 99-109 ; Hawkins 2 (...)

5Le lendemain, après avoir atteint et examiné l’inscription de Bulgar Maden, ils sont allés visiter le musée de Niğde où ils ont appris la découverte récente6 de l’inscription hiéroglyphique dite « de Porsuk »7 (Fig. 2). Ils sont ensuite allés deux fois à Porsuk, le 19 et le 20 septembre.

Fig. 2 : Vue et relevé de l’inscription hiéroglyphique de Porsuk au musée de Niğde

Fig. 2 : Vue et relevé de l’inscription hiéroglyphique de Porsuk au musée de Niğde

cliché et copie Hawkins 1969

  • 8 La route a été prolongée vers le sud, entre le site et le village de Porsuk, après la construction (...)

6Le bloc portant l’inscription hiéroglyphique incomplète avait été repéré dans la benne d’un engin de chantier transportant de la terre pour aménager le talus d’une piste en construction. Cette voie nord-sud, reliant la grande route ouest-est Ankara-Adana à la carrière de gypse exploitée par une usine de nitrates (Fig. 3), devait être surélevée pour passer sur des ponts au-dessus de la rivière et de la voie ferrée8.

Fig. 3 : Plan topographique du site et de ses alentours

Fig. 3 : Plan topographique du site et de ses alentours
  • 9 Meriggi 1963 : pl. L, fig. 14.

7La terre utilisée pour construire le talus provenait de l’extrémité ouest du höyük de Zeyve : le sommet avait été à moitié écrêté et le flanc du site entaillé par une excavatrice, comme le montre la première photographie publiée du site (Fig. 4). Celle-ci fut prise en 1962 par la mission italienne de P. Meriggi9, venu lui aussi voir le site après avoir appris la découverte de l’inscription. Les traces des creusements successifs opérés perpendiculairement au front occidental du höyük sont bien visibles, ainsi que le remblai de la nouvelle piste.

Fig. 4 : L’extrémité occidentale du site après les travaux de l’excavatrice et la construction de la piste

Fig. 4 : L’extrémité occidentale du site après les travaux de l’excavatrice et la construction de la piste

cliché Meriggi 1962

8En 1964, Emmanuel Laroche présente sa candidature à la direction de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul. Ayant organisé un voyage en Anatolie avec des étudiants de Strasbourg, il les mène à Porsuk et leur demande de marcher le long de la piste, de part et d’autre du talus, pour examiner les remblais à la recherche de blocs − en particulier la suite de l’inscription − qui auraient pu y être remployés. Mais la recherche a été vaine.

9Devenu directeur de l’Institut en 1965, il entreprend des démarches pour obtenir l’autorisation de créer une mission française à Porsuk. Ayant l’accord des autorités turques, il propose en 1968 à Olivier Pelon, alors enseignant à l’Université de Strasbourg, de l’accompagner pour effectuer une courte campagne de fouilles et de relevés topographiques. L’année suivante, il lui confie la direction de la fouille et effectue les démarches afin qu’il puisse être nommé directeur de la mission de Porsuk.

Les premières campagnes d’olivier Pelon (1968-1976) et l’identification de deux systèmes de fortification distincts, du Bronze récent et du fer moyen10

  • 10 Pelon 1991 : 15-18.

10Sur ce site tabulaire dont l’épaisseur variable des niveaux archéologiques repose sur un socle de conglomérat, les premiers travaux − comme d’ailleurs les opérations ultérieures − portent sur les extrémités ouest, sud et est, où les diverses couches sont plus faciles d’accès (Fig. 5).

Fig. 5 : Plan topographique du site de Zeyve Höyük montrant la position des chantiers et les enceintes hittites du Bronze Récent

Fig. 5 : Plan topographique du site de Zeyve Höyük montrant la position des chantiers et les enceintes hittites du Bronze Récent

1968 est l’année de la première mission

  • 11 Pelon 1970 : 284-286. Des blocs de même type pouvant dépasser deux mètres de long ont été trouvés p (...)

11Elle est consacrée au relevé topographique du secteur ouest et à un premier sondage en bordure au sud (chantier III), où les vestiges dégagés sont qualifiés de « fortifications », alors que les travaux ultérieurs révèleront que les murs de très gros blocs de gypse retrouvés appartiennent à des restes d’un habitat tardif11.

Fouilles du chantier II (1969 et 1970)12 : murs de fortifications hittites et du fer moyen (fig. 6)

  • 12 Pelon 1970 : 279-284 ; Pelon 1972 : 304-309.

Fig. 6 : Les premières fouilles du chantier II

Fig. 6 : Les premières fouilles du chantier II

a. Vue, prise du sud-est, sur la tour et l’espace triangulaire en brique du Bronze ; b. Vue, prise du nord-est, du massif 16 en gypse du Fer Moyen ; c. Plan des deux systèmes défensifs côte à côte

a. cliché S. Sadler 1970 ; b. cliché Fr. Laroche 1970

12Dès la première campagne de 1969, la plus grande partie de la surface fouillée atteint la base des installations du site, les sols et les murs de la période hittite de l’Âge du Bronze. La découverte, ici ou là, de matériel céramique de l’Âge du Fer entretient longtemps des incertitudes sur la datation des murs de briques crues, cuites par le feu des incendies que révèlent des couches spectaculaires de destruction, avec nombreuses poutres calcinées. Ces murs de briques, renforcés par un chaînage de bois, reposent sur un soubassement de pierres, de grès local en majorité, avec quelques pierres de gypse de la carrière voisine.

  • 13 Pelon 1992 : 315-321.

13La deuxième campagne de 1970 voit l’élargissement de la fouille vers l’intérieur du site, là où les travaux du bulldozer de 1960 ont épargné les couches archéologiques plus récentes : c’est ainsi que sont alors retrouvés des murs du Fer Moyen de 4 m d’épaisseur, cette fois plutôt en pierres de gypse avec chaînages de bois ; la superstructure de briques, qui les surmontait très vraisemblablement, n’a pas été conservée. Les campagnes suivantes13 permettent de compléter les premières informations, de déceler différentes phases dans ces fortifications et de dégager également les vestiges d’un habitat de la période gréco-romaine. Ici comme ailleurs, on remarque que les murs des remparts du Fer ont eu tendance à s’installer un peu plus à l’extérieur par rapport au dispositif du Bronze. Ici, le contact entre les murs de ces différentes périodes ne peut pas être bien observé en raison de la destruction des vestiges (en particulier le prolongement vers l’ouest du mur 16) opérée par l’intervention du bulldozer à la recherche de terres de remblai.

Fouilles du chantier IV (1971-72 et 1976-77)14 : murs de fortifications du Bronze et du fer parallèles (fig. 7)

  • 14 Pelon 1972 : 309-317 ; Pelon 1978 : 347-359 ; Pelon 1979 : 233-237.

Fig. 7 : Les fortifications au chantier IV

Fig. 7 : Les fortifications au chantier IV

a. Plan schématique et restitution des phases VI et III ; b. Le massif du Fer (III) en gypse vu du sud-ouest ; c. Les murs du Bronze (V et VI) vus du nord

b. cliché O. Pelon 2001 ; c. cliché O. Pelon 1989

14En même temps qu’est opéré le dégagement, sur une aire assez vaste, des niveaux de surface, révélant un habitat hellénistique puis romain (Porsuk II et I), ainsi qu’une nécropole tardive, les fouilles mettent en évidence, en bordure est du höyük, l’existence de plusieurs systèmes de murs défensifs superposés appartenant à diverses phases : tout d’abord, deux états hittites superposés observés au nord et au sud.

15Le système le plus ancien ( = Porsuk VI, appartenant à la phase de création de l’Ancien Royaume hittite, dans la seconde moitié du 17e s. av. J.-C.), s’appuie directement sur la table de conglomérat. Construit en beaux blocs de grès, il n’est bien conservé que dans sa partie nord. Le niveau hittite qui lui succède (Porsuk V) montre clairement l’utilisation d’un système compartimenté, en caissons quadrangulaires juxtaposés (Fig. 7c), formés de murs relativement étroits avec remplissage intérieur de sables et galets de rivière sans aucun matériel archéologique. Par la suite, durant la période du Fer Moyen (néo-hittite, Porsuk III, aux environs du 8e s. av. J.-C.) est bâti un puissant mur de pierres de gypse, épais de 4 m comme au chantier II, mal conservé en raison de sa position en porte-à-faux au-dessus de la pente est (Fig. 7b). Sur le plan de la Fig. 7a on se rend bien compte du décalage topographique dans la ligne du rempart entre les phases du Bronze et du Fer : bien que ces deux grands systèmes soient en gros parallèles en plan, les murs du Fer sont nettement décalés vers l’est, vers l’extérieur (cf. remarques supra) et aucune superposition directe n’est alors observable.

Les résultats des campagnes dirigées par Dominique Beyer (2003-2015) et l’observation de la superposition des deux systèmes

  • 15 Voir la problématique exposée par Pelon 1994 et Crespin 1999.

16Au passage de relais entre Olivier Pelon et Dominique Beyer, les objectifs du programme de recherche, en accord avec la Commission des fouilles auprès du ministère des Affaires étrangères, comprennent l’étude du passage du Bronze Récent au Fer, avec en particulier la question d’une réoccupation éventuelle au Fer Ancien15, et l’étude des liens entre le site et l’exploitation antique des gisements métallurgiques (plomb argentifère surtout) des mines du Taurus.

Fouille des fortifications hittites au chantier II (2006-2010)16 : une tour du Bronze récent sous les enceintes du Fer moyen (fig. 8)

  • 16 Beyer et al 2006 : 234-244 ; 2007 : 306-3014 ; 2008 : 341-343 ; 2009 : 340-344 ; 2010 : 240.

Fig. 8 : Les fortifications du chantier II

Fig. 8 : Les fortifications du chantier II

a. Vue vers le nord de la tour du Bronze en brique sous les enceintes du Fer en gypse (cliché A. Tibet 2006) ; b. Plan des systèmes défensifs du Bronze et du Fer superposés

  • 17 Tibet/Laroche-Traunecker 2015 : 128 fig. 15.

17Les travaux engagés en bordure nord du höyük par Aksel Tibet, en G05-G06, sous les vestiges amputés par le bulldozer du rempart du Fer (mur 16 essentiellement) entraînent la découverte d’une nouvelle tour du Bronze, de plan rectangulaire, même si la partie orientale nous échappe encore. L’élévation, conservée sur 5,50 m de haut avec superstructure de briques sur socle de pierres, est impressionnante. Entre autres caractéristiques particulières, une sorte de tribune de poutres de bois, retrouvées effondrées et calcinées par l’incendie, fait partie des aménagements prévus par les bâtisseurs17. Dans ce secteur de la limite nord du site, même si certains tronçons nous manquent encore, on peut considérer que les fortifications du Bronze et du Fer se superposent avec une certaine permanence dans le tracé.

Fouille des fortifications hittites au chantier IV (2005-2009)18 : identification de trois états hittites à l’est du site (fig. 9)

  • 18 Beyer et al 2006 : 225-234 ; 2007 : 289-301 ; 2008 : 315-333 ; 2009 : 339-340 ; 2010 : 226-229 ; La (...)

Fig. 9 : Les fortifications du chantier IV

Fig. 9 : Les fortifications du chantier IV

a. Vue des murs superposés prise du sud-ouest (cliché Fr. Laroche-Traunecker 2007) ; b. Plan des premiers murs (VI) et des caissons (Vb et Va) du Bronze Récent, sous des murs du Fer (IV ou III)

18La reprise du secteur déjà en partie étudié par la mission Pelon permet alors de préciser les différentes phases des fortifications de la période hittite. Au-dessus des restes très évanescents du niveau initial (VI), le système à caissons présente dès lors un plan différent, avec deux phases superposées en continuité (Vb puis Va). Ce dispositif semble être repris, au moins partiellement, par les occupants de l’Âge du Fer.

19On peut encore hésiter sur l’attribution de ces vestiges ponctuels du Fer au niveau IV (phase ancienne) ou III (Fer Moyen).

Fouilles des fortifications du chantier II sud (2012-2015) : superposition et similitude des tracés aux époques hittites du Bronze et du Fer (fig. 10)

Fig. 10 : Chantier II Sud : Coupe sur les enceintes superposées et plans des niveaux supérieurs (phases II et III) et du Bronze Récent (phases V et VI)

Fig. 10 : Chantier II Sud : Coupe sur les enceintes superposées et plans des niveaux supérieurs (phases II et III) et du Bronze Récent (phases V et VI)
  • 19 Beyer 2004 : 276-279 ; Tibet/Laroche-Traunecker 2015 : 129 fig. 16, 130.
  • 20 Briques crues grises, non cuites par un quelconque incendie, et d’un type encore inédit à Porsuk.
  • 21 Beyer et al. 2014 : 336-340 ; 2015 : 281-283.

20Les travaux opérés sur le sommet de la butte ouest, où la mission soupçonnait depuis toujours la présence de plusieurs niveaux tardifs, révèlent en fait la superposition assez précise des murs du Fer sur les vestiges du rempart du Bronze. À vrai dire, les plans et coupe de la Fig. 10 montrent une situation assez complexe : au-dessus d’une nouvelle tour rectangulaire de briques sur socle de pierres appartenant aux deux phases majeures de la période hittite, Porsuk VI puis V, et révélant deux plans différents dans le détail (Fig. 10c et d), les bâtisseurs du Fer Moyen (Porsuk III) ont construit leur épais mur de pierres de gypse, avec chaînage de bois, directement sur les vestiges brûlés une nouvelle fois par l’incendie de la phase V, mais en débordant un peu plus vers l’extérieur, comme le montre le plan de la tour en J04 (Fig. 10a). Ce léger décalage les a amenés à devoir aménager un nouveau glacis sur les débris du niveau du Bronze, qui devait comprendre lui aussi un glacis, comme l’ont montré antérieurement les travaux réalisés de part et d’autre de la « poterne hittite »19. Par la suite, durant une phase récente de Porsuk III, datée par le C14 des environs de 500 av. J.-C., un massif de briques carrées20 (03807-844-847 sur le plan de la Fig. 10a) est venu coiffer l’ensemble, tout en s’encastrant profondément dans les niveaux antérieurs. Complication supplémentaire : un nouveau mur de pierres (03840), vraisemblablement d’époque hellénistique (Porsuk II), est venu lui aussi s’encastrer (Fig. 10b), cette fois dans la partie orientale du massif de briques carrées21.

Prospections géophysiques et fouille d’une nouvelle porte (2014-2015) : prolongement vers le sud des fortifications ouest (fig. 11)

Fig. 11 : Plans de la partie occidentale du site

Fig. 11 : Plans de la partie occidentale du site

a. Murs existants et prospections géomagnétiques en 2014 ; b. Restitution hypothétique des premières fortifications hittites ; c. Plan schématique après les fouilles de 2015

  • 22 Beyer et al. 2015 : 283-286.
  • 23 Beyer et al. 2016 : 254-268.

21Après plusieurs tentatives avortées, la mission réussit en 2014 à s’assurer la collaboration d’une équipe de géophysiciens de l’université de Sakarya, dirigée par Can Karavul. Les prospections géomagnétiques et de résistivité électrique débutent alors, mais durant une trop courte période, par la partie ouest du site (Fig. 11a). Elles parviennent à mettre en évidence, entre autres éléments, l’existence de deux puissants massifs de briques brûlées sur le flanc sud-ouest du höyük, qui doivent correspondre, en raison de leur emplacement et de leur écartement, à une porte de la ville encadrée par deux tours22. Les travaux de fouille de la campagne de 2015 se portent par conséquent sur ce secteur et mettent en évidence les vestiges très dégradés dans la pente, mais reconnaissables, du rempart de pierres et chaînage de bois du Fer Moyen (Porsuk III). Le prolongement sud du rempart est donc bien attesté et, une nouvelle fois, la muraille du Fer s’appuie directement sur les vestiges du rempart du Bronze (Fig. 11c). Des éléments d’une tour de briques brûlées sur soubassement de pierres de la période hittite sont en effet mis au jour, avec la superposition bien connue dorénavant entre les phases V et VI, une élévation et un plan comparables à ceux de la tour du sommet du höyük mentionnée ci-dessus23. Sur le plan schématique de la Figure 11c, on notera le décalage topographique entre les deux phases V et VI de la tour : la partie la plus ancienne, VI, retrouvée entièrement remplie de briques, est décalée de quelques mètres vers le sud-est, en aval. Au-dessus des vestiges de cette tour, dans la partie sud-est, une partie du sol du passage de cette porte de ville du niveau V a pu être exceptionnellement bien conservée.

Nouvelles hypothèses sur les fortifications à l’ouest (fig. 11 et 12)

Fig. 12 : Les fortifications hittites à l’ouest du site

Fig. 12 : Les fortifications hittites à l’ouest du site

a. Plan des tours et courtines visibles ou restituées sur une vue du site prise du haut de la carrière de gypse (cliché D. Beyer 2012) ; b. Restitution de l’aspect de la façade à l’époque du Bronze Récent (phase V)

22L’examen de toutes ces données, encore très provisoires, permet de suggérer quelques hypothèses sur l’existence d’une sorte de citadelle haute, une acropole, dans la partie occidentale du höyük de Porsuk. La figure 11b propose de restituer des murs d’enceinte en tenant compte des vestiges révélés par les fouilles et en suivant les courbes de niveau, lesquelles soulignent nettement l’existence de cette butte occidentale qui domine le reste du site. Le mur restitué à titre hypothétique dans la partie orientale pourrait en effet rejoindre d’autres murs (Fig. 11c : massif 15 et mur 19), perpendiculaires à l’enceinte du Fer (massif 16) au nord du site. Plus au sud, dans le prolongement du mur 19, un sondage profond réalisé par Aksel Tibet a permis de dégager une série de plusieurs murs superposés de l’époque du Fer. Au niveau du Bronze, la tour nord faisait sans doute également un retour vers le sud d’après certains indices : les supports du plancher en bois et des traces de briques rouges. On ajoutera qu’un mur de partition orienté nord-est–sud-ouest a pu exister, si l’on tient compte du départ d’un mur (03828) du niveau VI de la tour du sommet de la butte (Fig. 10d).

  • 24 Lebrun 2007 : 459-466 : « Disposons-nous d’une documentation relative à Tunna remontant en particul (...)

23La continuité architecturale entre les remparts du Bronze et du Fer observés à Porsuk, dans cette partie occidentale du site, permet de suggérer l’existence d’une acropole dominant une zone basse, elle-même fortifiée, comme les recherches au chantier IV l’ont bien montré. Toutes ces observations peuvent être mises en parallèle avec la mention par les textes d’habitants d’une ville haute et d’une ville basse d’après René Lebrun24. La « ville haute » de cette citation pourrait s’étendre vers l’est au-delà des limites de la petite citadelle occidentale, jusqu’à une dénivellation bien visible sur le terrain près de la courbe de cote 110 du plan topographique (Fig. 5). Au-delà, une vaste dépression, non explorée, sépare le site en deux parties toutes deux entourées de fortifications dont les prolongements vers la partie centrale sont inconnus.

24En bordure ouest du site, la restitution des courtines et des tours hittites que nous avions présentée comme une hypothèse au colloque de 2014 (Fig. 11b) a pu être confortée par les dernières fouilles de l’été 2015, avec la mise au jour d’une des tours et d’un passage d’entrée au sud (Fig. 11c). Les fortifications du Fer reprenant dans ce secteur, on l’a vu, les tracés de ceux du Bronze, nous avions restitué, parallèlement à l’épaississement du mur du Fer (carré J04), une tour du Bronze intermédiaire dans l’intervalle entre la poterne au nord et la tour du Bronze du carré J05-K05. Une autre pourrait se situer plus au sud, dans le carré L05, mais l’existence purement hypothétique de ces tours reste à vérifier.

25Le long de la bordure sud du site, bien que l’érosion, surtout en sommet de pente, y soit forte, quelques tronçons de murs d’enceinte du Fer en petits blocs de gypse sont repérables en surface (Fig. 12a). Cette constatation nous incite à prolonger vers le sud et l’est du site la restitution des fortifications hittites occidentales (Fig. 12b).

Conclusion

26Depuis le tout début des travaux à Porsuk, l’étude des fortifications a toujours constitué un objectif majeur. L’exceptionnelle conservation des murs de briques des niveaux hittites du Bronze, unique jusqu’à présent dans toute l’archéologie anatolienne, invite naturellement à poursuivre les investigations, d’autant que des interrogations subsistent sur plusieurs points. On notera par exemple que la base des remparts du niveau VI, le plus ancien, et donc les sols correspondants, n’ont pas encore pu être réellement atteints au chantier II Sud en raison de la profondeur trop importante des sondages, même en bordure de pente.

  • 25 Une incertitude subsiste quant à l’existence de dispositifs élaborés de défense pour la période la (...)

27Le développement des prospections géophysiques, à l’échelle de l’ensemble du site, devrait permettre d’accroître le nombre des données, en particulier sur les tracés, que ce soit pour les murailles du Bronze ou celles du Fer25, ces dernières naturellement plus faciles à retrouver, car plus proches de la surface, mais en revanche souvent dégradées par l’érosion éparpillant volontiers leurs divers éléments, appareil de pierres de gypse souvent assez lâche et poutrelles du chaînage de bois disloquées. L’excellente conservation des murs du Bronze au contraire implique également la nécessité de préserver et de restaurer autant que possible ces vestiges vénérables, mais fragiles, du savoir-faire des anciens Anatoliens. Ceci nécessite naturellement des capacités budgétaires nettement accrues, et on ne peut que formuler des vœux pour que la nouvelle direction de la mission de Porsuk soit en mesure de pouvoir les obtenir.

Bibliographie

Beyer, D., “Porsuk : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2003”, Anatolia Antiqua 12, 2004, 267-281. Beyer 2015

Beyer, D., “Quelques nouvelles données sur la chronologie des phases anciennes de Porsuk, du Bronze Moyen à la réoccupation du Fer”, in : Beyer/Henry/Tibet (éds.) 2015 : 101-110.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Lebreton, S. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2005”, Anatolia Antiqua 14, 2006, 205-244.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2006”, Anatolia Antiqua 15, 2007, 289-314.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de 2007”, Anatolia Antiqua 16, 2008, 313-344.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük (Porsuk). Rapport sur la campagne de 2008”, Anatolia Antiqua 17, 2009, 317-349.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Lebreton, S. / Tibet, A., “Campagne 2009 de la mission archéologique de Zeyve Höyük (Porsuk)”, Anatolia Antiqua 18, 2010, 215-242.

Beyer, D. / Karavul, C. / Laroche-Traunecker, F. / Tibet, A., “Zeyve Höyük- Porsuk, rapport préliminaire sur la campagne 2013”, Anatolia Antiqua 22, 2014, 327-342.

Beyer, D. / Chalier, I. / Kirner, F. / Laroche-Traunecker, F. / Tibet, A., “Rapport préliminaire sur les travaux de la mission archéologique de Zeyve Höyük-Porsuk 2014”, Anatolia Antiqua 23, 2015, 275-290.

Beyer, D. / Chalier, I. / Kirner, F., “Rapport préliminaire sur les travaux de la mission archéologique de Zeyve Höyük- Porsuk 2015”, Anatolia Antiqua 24, 2016, 253-280.

Beyer, D. / Henry, O. / Tibet, A. (éds.), La Cappadoce méridionale de la préhistoire à la période byzantine, Actes des 3e Rencontres d’archéologie de l’IFÉA, Istanbul 8-9 novembre 2012. IFÉA, Istanbul, 2015.

Crespin, A. S., “Between Phrygia and Cilicia : The Porsuk area and the beginning of the Iron Age”, in : Anatolian Iron Ages 4. Proceedings of the Fourth Anatolian Iron Ages Colloquium held at Mersin, 19-23 May 1997 (AnSt 49), Çilingiroğlu, A. / Matthews, R. J. (éds.). The British Institute of Archaeology at Ankara, Londres, 1999, 61-71.

Dupré, S., Porsuk I : la céramique de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer (Recherches sur les civilisations Mémoire 20). ERC, Paris, 1983.

Forrer, E. O., “Kilikien zur Zeit des Hatti-Reiches”, Klio 30, 1937, 146-149. Hawkins 1969

Hawkins, J. D., “A Hieroglyphic Hittite inscription from Porsuk”, AnSt 19, 1969, 99-109.

Hawkins, J. D., Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscriptions I. Inscriptions of the Iron Age (Untersuchungen zur indogermanischen Sprach- und Kulturwissenschaft 8/1). De Gruyter, Berlin – New York, 2000.

Laroche, E., “Le dieu anatolien Sarruma”, Syria 40, 1963, 277-302.

Laroche-Traunecker, Fr., “La construction des murs à Porsuk (Zeyve-Höyük), de l’Ancien Royaume hittite au Bas-Empire romain”, in : Patrier, J. / Quenet, Ph. / Butterlin, P. (éds.), Mille et une empreintes. Un Alsacien en Orient. Mélanges en l’honneur du 65e anniversaire de D. Beyer (SUBARTU 36). Brepols Publishers, Turnhout, 2016.

Lebrun, R., “Tynna la cappadocienne”, in : Tabula Hethaeorum. Hethitologisches Beiträge Silvin Košak zum 65. Geburtstag (DBH 25), Groddek, D. / Zorman, M. (éds.). Harrassowitz, Wiesbaden, 2007, 459-466.

Meriggi, P., “Terzo viaggio anatolico”, Oriens Antiquus 2, 1963, 275-299.

Pelon, O., “Rapport préliminaire sur la première campagne de fouilles à Porsuk-Ulukışla (Turquie)”, Syria 47, 1970, 279-286.

Pelon, O., “Rapport préliminaire sur la deuxième et la troisième campagne de fouilles à Porsuk-Ulukışla (Turquie) en 1970 et 1971”, Syria 49, 1972, 303-317.

Pelon, O., “Six campagnes de fouilles à Porsuk (Turquie méridionale) de 1969 à 1977”, Comptes Rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres séance de janvier-mars 1978, 347-359.

Pelon, O., “Cinq campagne de fouilles à Porsuk (1969-1976)”, VIII. Türk Tarih Kongresi, Ankara, 11-15 Ekim 1976. Türk Tarih Kurumu Basımevi, Ankara, 1979, 233-237.

Pelon, O., “Occupation hittite et début de l’âge du Fer à Porsuk”, in : La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine. État des recherches. Actes du colloque d’Istanbul (IFÉA), 13-14 avril 1987, Le Guen-Pollet, Br. / Pelon, O. (éds.). ERC, Paris, 1991, 15-18.

Pelon, O., “Quatre campagnes à Porsuk (Cappadoce méridionale) de 1986-1989”, Syria 69, 1992, 305-347.

Pelon, O., “The Site of Porsuk and the Beginning of the Iron Age in Southern Cappadocia”, in : Anatolian Iron Ages 3 (British Institute of Archaeology at Ankara Monograph 16), Çilingiroğlu, A. / French, D. H. (éds.). British Institute of Archaeology at Ankara, Ankara, 1994, 157-162.

Pelon, O., “Le höyük de Porsuk, une forteresse hittite en Cappadoce méridionale”, in : Beyer/Henry/Tibet (éds.) 2015 : 91-100.

Tibet, A. / Laroche-Traunecker, Fr., “Les fortifications occidentales de Porsuk, restitution et modélisation des états les plus anciens”, in : Beyer, Henry, Tibet (éds.) 2015 : 111-130.

Notes

1 Voir Dupré 1983 : 13-14 et Pelon 2015 : 93.

2 Forrer 1937 : 147.

3 Lebrun 2007 : 459.

4 Beyer/Henry/Tibet 2015 (éds).

5 Aspects des niveaux hittites de Porsuk présentés en 2012 : descriptions archéologiques (Pelon 2015 : 91-100) ; datations et chronologie (Beyer 2015 : 101-110) ; modélisation et restitutions en 3D (Tibet/Laroche-Traunecker 2015 : 111-130).

6 Entrée au musée en juillet 1960 (Hawkins 1969 : 99) ; la mention 1961 (Pelon 2015 : 93) est à corriger.

7 Traduction en français : Laroche 1963 : 301 n. 2 ; publications : Hawkins 1969 : 99-109 ; Hawkins 2000 : 527-528. Voir un relevé détaillé : Pelon 2015 : 94 fig. 4.

8 La route a été prolongée vers le sud, entre le site et le village de Porsuk, après la construction du pont sur la rivière (Darboğaz çayı) en 1969.

9 Meriggi 1963 : pl. L, fig. 14.

10 Pelon 1991 : 15-18.

11 Pelon 1970 : 284-286. Des blocs de même type pouvant dépasser deux mètres de long ont été trouvés plus tard dans les habitats du chantier IV (Beyer et al. 2006 : 218 pl. 8).

12 Pelon 1970 : 279-284 ; Pelon 1972 : 304-309.

13 Pelon 1992 : 315-321.

14 Pelon 1972 : 309-317 ; Pelon 1978 : 347-359 ; Pelon 1979 : 233-237.

15 Voir la problématique exposée par Pelon 1994 et Crespin 1999.

16 Beyer et al 2006 : 234-244 ; 2007 : 306-3014 ; 2008 : 341-343 ; 2009 : 340-344 ; 2010 : 240.

17 Tibet/Laroche-Traunecker 2015 : 128 fig. 15.

18 Beyer et al 2006 : 225-234 ; 2007 : 289-301 ; 2008 : 315-333 ; 2009 : 339-340 ; 2010 : 226-229 ; Laroche-Traunecker 2016.

19 Beyer 2004 : 276-279 ; Tibet/Laroche-Traunecker 2015 : 129 fig. 16, 130.

20 Briques crues grises, non cuites par un quelconque incendie, et d’un type encore inédit à Porsuk.

21 Beyer et al. 2014 : 336-340 ; 2015 : 281-283.

22 Beyer et al. 2015 : 283-286.

23 Beyer et al. 2016 : 254-268.

24 Lebrun 2007 : 459-466 : « Disposons-nous d’une documentation relative à Tunna remontant en particulier au début de l’âge du Fer ? De fait, il convient de relever la mention d’une cité « Tuna » sur des lamelles de plomb comportant des textes en louvite hiéroglyphique et datables du 8ème s. av. J.-C. ; elles furent trouvées au printemps 1967 dans le village de Kululu situé à quelque 43 km de Kültepe. Il y est question d’un relevé d’offrandes de moutons effectuées par plusieurs personnes issues de cités ciliciennes, dont Tun(n)a. Une particularité réside dans le fait qu’il est plusieurs fois question de gens provenant de la ville de Tuna haute (sar(ra)lis) ou basse (ana(n)taris). Par exemple, au § 3 : il est question d’offrandes de moutons au nom de citoyens de la Tuna d’en haut, et au § 4 il est question d’offrandes émanant de citoyens de la Tuna d’en bas. Qu’entendre exactement par cette distinction ? Désigne-t-elle deux parties de la ville en référence au relief (ville basse >< acropole), ou s’agit-il d’une distinction opérée à partir d’une des portes de la cité ? »

25 Une incertitude subsiste quant à l’existence de dispositifs élaborés de défense pour la période la plus ancienne du Fer, correspondant à la phase de Porsuk IV. Dans les cas où la superposition des vestiges a pu être bien observée, ce n’est qu’au Fer Moyen (phase Porsuk III) que les bâtisseurs, lointains successeurs des Hittites du second millénaire, ont pu réaliser une nouvelle ceinture de remparts pour protéger leur cité.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le voyage d’Emmanuel Laroche dans la région de Porsuk
Légende a. Carte des environs de Porsuk ; b. Page du carnet du voyage de septembre 1961
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 2 : Vue et relevé de l’inscription hiéroglyphique de Porsuk au musée de Niğde
Crédits cliché et copie Hawkins 1969
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 3 : Plan topographique du site et de ses alentours
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4 : L’extrémité occidentale du site après les travaux de l’excavatrice et la construction de la piste
Crédits cliché Meriggi 1962
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 5 : Plan topographique du site de Zeyve Höyük montrant la position des chantiers et les enceintes hittites du Bronze Récent
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 6 : Les premières fouilles du chantier II
Légende a. Vue, prise du sud-est, sur la tour et l’espace triangulaire en brique du Bronze ; b. Vue, prise du nord-est, du massif 16 en gypse du Fer Moyen ; c. Plan des deux systèmes défensifs côte à côte
Crédits a. cliché S. Sadler 1970 ; b. cliché Fr. Laroche 1970
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 861k
Titre Fig. 7 : Les fortifications au chantier IV
Légende a. Plan schématique et restitution des phases VI et III ; b. Le massif du Fer (III) en gypse vu du sud-ouest ; c. Les murs du Bronze (V et VI) vus du nord
Crédits b. cliché O. Pelon 2001 ; c. cliché O. Pelon 1989
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 8 : Les fortifications du chantier II
Légende a. Vue vers le nord de la tour du Bronze en brique sous les enceintes du Fer en gypse (cliché A. Tibet 2006) ; b. Plan des systèmes défensifs du Bronze et du Fer superposés
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Fig. 9 : Les fortifications du chantier IV
Légende a. Vue des murs superposés prise du sud-ouest (cliché Fr. Laroche-Traunecker 2007) ; b. Plan des premiers murs (VI) et des caissons (Vb et Va) du Bronze Récent, sous des murs du Fer (IV ou III)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 10 : Chantier II Sud : Coupe sur les enceintes superposées et plans des niveaux supérieurs (phases II et III) et du Bronze Récent (phases V et VI)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Titre Fig. 11 : Plans de la partie occidentale du site
Légende a. Murs existants et prospections géomagnétiques en 2014 ; b. Restitution hypothétique des premières fortifications hittites ; c. Plan schématique après les fouilles de 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Fig. 12 : Les fortifications hittites à l’ouest du site
Légende a. Plan des tours et courtines visibles ou restituées sur une vue du site prise du haut de la carrière de gypse (cliché D. Beyer 2012) ; b. Restitution de l’aspect de la façade à l’époque du Bronze Récent (phase V)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3567/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 787k

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access