Version classiqueVersion mobile

Hittitology today: Studies on Hittite and Neo-Hittite Anatolia in Honor of Emmanuel Laroche’s 100th Birthday

 | 
Alice Mouton

III. Histoire et géographie historique

Le rôle de Purušḫanda dans l’histoire hittite

Massimo Forlanini

Texte intégral

Le système monarchique de l’Anatolie Centrale

1Les quelque 250 ans d’histoire anatolienne qui précèdent la formation de l’État hittite sont décrits par les documents paléo-assyriens, qui n’offrent malheureusement que de rares renseignements isolés de nature politique. Nous connaissons les noms des principales cités-états qui avaient un prince, mais nous ne savons rien des liens familiaux entre ces roitelets, ni s’il y avait une politique de mariages interdynastiques, ou si des rois reconnaissaient la suzeraineté d’autres rois. La politique de Labarna Ier, qui plaça ses fils comme princes dans les villes conquises, ne devait pas être une nouveauté dans la région. Même chose pour les liens dynastiques basés sur la figure de l’antiyant-, un beau-fils adopté par le roi, que nous trouvons au début de l’histoire de l’État hittite. De ce système probable, peut-être semblable au monde des dynasties européennes, nous ne savons rien, mais nous pouvons supposer une continuité linguistique et politique entre cette période et la suivante, dans laquelle la « Grande Famille » du Ḫatti, le clan qui a régi l’Empire, a su interpréter la multiplicité ethnique et linguistique de l’Anatolie centrale, ne fut-ce que par le choix des noms de ses membres. Je n’hésiterais donc pas à parler d’une « monarchie centranatolienne », en opposant ce clan à un autre, celui de la famille royale d’Arzawa en Anatolie occidentale.

  • 1 Forlanini 1995, Forlanini 2004, Forlanini 2007, Forlanini 2009b et Forlanini 2010. Le Décret de Tel (...)
  • 2 CTH 7. Éditions : Güterbock 1938 et Beckman 1995. Voir aussi Kempinski 1983 : 33-41 et Haas 2006 : (...)
  • 3 Aussi la rédaction de la « Chronique du Palais » (CTH 8 et 9, édition : Dardano 1997), un recueil d (...)
  • 4 Il s’agit de Zalp(uw)a sur la Mer Noire, à ne pas confondre avec Zalbar/Zalwar (probablement Tilmen (...)
  • 5 Pour un résumé de ces interprétations, à côté de celles plus historiques, voir Stipich2012 : 703 et (...)
  • 6 Ḫuzziya, envoyé par son père à Tappašanda, avait été impliqué dans la rébellion de cette ville (sel (...)
  • 7 Cf. notamment les études de Soysal 1989b, Pecchioli Daddi 1994 et de Martino 2003. Les documents do (...)

2Le thème de cet article est lié à une recherche que je mène depuis quelques années sur les branches de la Grande Famille et leurs relations avec des villes de l’Empire et les traditions locales. Cette recherche m’a amené à une reconstruction (encore hypothétique dans les détails) des liens entre les branches dynastiques, basée sur la tradition des noms personnels de leurs membres, et à l’attribution des principaux textes remontant à cette époque à des auteurs ou à des périodes différents de ceux qui ont été proposés par la majorité des savants1. Cette reconstruction permet de donner un nouveau sens historique à des documents très étudiés : c’est le cas du « Siège d’Uršu »2 et des « Chroniques du Palais », qui ont été rédigés, à mon avis, sous les ordres de Ḫattušili Ier, pour accuser l’élite de l’époque de Labarna et pouvoir la substituer par des éléments fidèles au nouveau roi (nous dirions aujourd’hui qu’il voulait adopter un « spoil system »)3. Le même roi aurait fait rédiger l’« Histoire de Zalp(uw)a » pour montrer les liens entre la dynastie originaire de cette ville, à laquelle il appartenait, et la famille de Labarna, originaire de Kaniš, qui proclamait sa descendance d’Anitta de Kuššar. En même temps, il voulait éviter l’accusation d’avoir détruit Zalpa, action attribuée au « vieux roi », c’est-à-dire à Labarna4. Toute autre interprétation liée aux mouvements ethniques (l’arrivée des Indo-européens) et à un matriarcat originel qui les aurait précédés est plutôt tributaire des mythes modernes que de la réalité historique5. Ainsi, les frères du roi mentionnés dans la « Chronique » sont des fils de Labarna, en accord avec le texte de Telepinu qui lui attribue plusieurs enfants, et non pas de Ḫattušili, qui, sur la base de ces documents sûrs, semble avoir eu seulement deux fils, Ḫuzziya et Muršili6. Je n’attribue aucun texte à Muršili Ier, et, en particulier, certainement pas les Annales CTH 13 qui, par leur contexte, ne décrivent pas le règne de ce roi ni celui de son prédécesseur, mais très probablement celui de Ḫantili Ier (voir ci-dessous). En effet, on a voulu attribuer au conquérant de Babylone une partie des textes historiques (décrets ou annales) de l’Ancien Royaume7, alors que dans aucun d’entre eux il n’est mentionné comme auteur, à la différence de son père Ḫattušili Ier, auquel peuvent être attribués avec certitude les « Annales des 6 ans » (CTH 4), le « Testament » (CTH 6) et le décret KBo 3.27 (CTH 5).

  • 8 CTH 6 II 69 et suivantes. Pour le nom de cette reine, voir Soysal 2005 : 205 et Forlanini 2010 : 12 (...)
  • 9 Identification déjà proposée par Steiner 1996 : 608.
  • 10 Les lignes I 35-63 lui sont dédiées, alors que I 24-34 font allusion à Muršili. Cf. Kempinski 1983  (...)

3Muršili a été choisi comme successeur par Ḫattušili quand il était encore jeune, certainement plusieurs années après que le roi avait écarté de la succession sa fille, la sœur aînée de Muršili, qui à ce moment-là avait déjà des enfants8. On peut identifier cette dame à Harapšeli, sœur de Muršili et femme de Ḫantili, celui qui, plus tard, aurait fait tuer Muršili9. Ḫantili devait donc être bien plus âgé que son beau-frère Muršili mais, quand il lui succéda, il n’était pas encore vieux. Telebinu lui dédie, dans l’introduction historique de son Décret, une narration beaucoup plus longue que celle dédiée aux autres rois10 et, seulement après la description de plusieurs événements de son règne, en atteint la partie finale par les mots : « quand Ḫantili devint vieux ».

  • 11 L’attribution de plusieurs textes de l’époque à Muršili Ier amène à des contradictions, cf. Kempins (...)
  • 12 Bibliographie chez Soysal 1989b : 161. Cf. aussi Kempinski/Košak 1983 : 57.
  • 13 CTH 24, récemment étudié par Cammarosano 2006, auquel je renvoie pour la bibliographie. Pour d’autr (...)
  • 14 Sauf peut-être KBo 12.14, selon Soysal 1989b : 145-146, mais la nature de ce fragment n’est pas cla (...)
  • 15 Il s’agit de CTH 10.2 (A = KBo 3.45, B = KBo 22.7), voir Hoffner 1975 : 56-57. Cf. aussi Soysal 198 (...)

4Il est donc difficile d’attribuer à Muršili un long règne, avec une période paisible qui lui aurait permis de faire rédiger une bonne partie des documents attribuables à cette période11. Il est beaucoup plus probable que, comme on l’avait bien compris dans le passé, Muršili a été tué au moment de son retour de Babylone12 et que son règne ne nous a pas laissé de documents historiques, sauf, probablement, le Décret de Pimpira13. Aucun fragment hittite ne contient d’ailleurs de description détaillée et fiable de la prise d’Alep14 ni de l’expédition contre Babylone, comme ce serait le cas si Muršili avait disposé de plusieurs années de règne après son retour et s’il avait vraiment fait écrire des Annales telles que celles qu’on lui attribue. En revanche, on possède deux textes où l’entreprise de Muršili contre Babylone est durement critiquée15.

Zalp(uw)a à l’origine de la royauté anatolienne

  • 16 CTH 6 III 41-45. Pour la ville de Šanaḫuitta, voir Miller 2009, avec bibliographie, et aussi Yiğit (...)
  • 17 Dinçol/Dinçol/Hawkins/Wilhelm 1993 : 106.
  • 18 KBo 28.137 (2478/c) 3’ : IPa-wa-]ah-di-il-ma-ah IHu-uz[-zi-ya. Cf. Forlanini 2004 : 381 n. 47. Voir (...)
  • 19 Le catalogue de bibliothèque KUB 30.68 conserve le titre de CTH 733 et mentionne un Ḫuzziya parmi l (...)
  • 20 Cf. Forlanini 2004 : 381 n. 49 : *P/Wawah-te-l/n(i)mah « œil d’aigle ».
  • 21 Cf. Bin-Nun 1975 : 8-9, 55, Carruba 1998 : 105, Beal 2003 : 16, Forlanini 2004 : 381, Forlanini 201 (...)
  • 22 On pense généralement que ce roi s’est appelé Labarna et a changé de nom après avoir établi à Ḫattu (...)

5L’histoire hittite commence avec le « grand père » anonyme de Ḫattušili Ier dont nous savons par le « Testament de Ḫattušili » qu’il nomma Labarna (Ier) son successeur dans la ville de Šanaḫuitta près du fleuve Zuliya16, ce qui provoqua la rébellion de Papadilmaḫ (Pawaḫtelmaḫ). Nous connaissons aussi les problèmes que lui causa la ville de Zalp(uw)a. Nous en avons finalement appris le nom quand le sceau cruciforme a été publié17 : il s’agissait d’un Ḫuzziya, le même que nous trouvons avant Labarna Ier dans une liste d’offrandes pour les anciens rois et avec Pawaḫtelmaḫ dans un fragment en akkadien18. Le nom Ḫuzziya est lié au nord : un roi de Zalpuwa de ce nom aurait été capturé vivant par Anitta de Kuššar, un prêtre de ce nom participait au culte de la région de Zalpuwa et l’on sait que la divinité de la ville de Ḫakpiš, située dans le nord en direction de Nerik et Zalpuwa, s’appelait aussi Ḫuzziya19. Il est très probable que Pawaḫtelmaḫ, dont le nom a une étymologie hattie évidente20, était le fils de ce roi et le père anonyme de Ḫattušili Ier21. Il n’avait pas accepté Labarna comme successeur adopté par son père et s’était rebellé. Peut-être, avant d’être écarté de la ligne de succession, avait-il reçu de son père Ḫattuša en principauté, d’où le nom de Ḫattušili porté par son fils, qui, en compensation, devait être adopté à son tour par Labarna et en devenir le successeur sous le nom de trône de Labarna II22.

  • 23 Sur le rôle de Zalp(uw)a à l’origine de la monarchie, voir Haas 1977, Haas 1994 : 185-187, Haas 199 (...)
  • 24 Sur ce texte et les dieux de Zalpuwa, voir Haas 1994 : 608-609, Popko 2004, Corti 2010a et Corti 20 (...)

6L’importance et la position de la ville de Zalpuwa a été mieux comprise à la suite de la publication par Otten de CTH 3, l’« Histoire de Zalpa », et grâce aux études de V. Haas23 qui a montré la fonction de la ville au début de l’histoire hittite. Cependant, Laroche (1947b) avait déjà publié son étude des fragments bilingues hatti-hittite de CTH 733, fragments qui, comme je l’ai montré (Forlanini 1984), relèvent de fêtes cultuelles de la région de Zalpuwa célébrées par un fils du roi24.

  • 25 Sur la monarchie à Ḫattuša, voir Haas 1994 : 188-189.
  • 26 La présence de l’« Histoire de Zalpa » à Boğazköy s’explique par la volonté de démontrer que les ge (...)

7Ainsi, le nom du premier roi hittite est un nom dynastique de Zalpuwa « sur Mer » et c’est bien de la Mer que la divinité Ḫalmašuit apportait les symboles de la royauté au Labarna siégeant sur le trône de Ḫattuša25. Le mythe de la reine de Kaniš affirmait que les 30 jeunes frères élevés à Zalpuwa et arrivés à Kaniš étaient bien les fils de la reine que celle-ci avait abandonnés dans un panier sur le fleuve Maraššanda. Ils étaient donc légitimes à Kaniš26. Si l’« Histoire de Zalpa » est strictement liée à l’origine de l’État hittite, la ville ne pouvait pas être seulement un adversaire défait par Anitta. En outre, on pratiquait, à Zalpuwa, des rituels au moment de la mort d’un roi hittite. Les textes qui témoignent de cette idéologie du pouvoir sont :

    • 27 Éditions : Carini 1982 : 488-489 et Marazzi 1982. Carini 1982 : 509 et suivantes interprète ce text (...)

    CTH 414 (Rituel pour la fondation d’un palais) I 23-2527 : « À moi, le roi, Ḫalmašuit (la divinité du trône) a porté de la mer l’autorité et le chariot. Ils (le dieux ?) ouvrirent le pays de ma mère et ils m’appelèrent, moi le roi, Labarna. »

    • 28 Traduction selon Laroche 1947a : 75. Édition : Schuster 1974 : 66-67. Le hatti a (A II 42) tabarna (...)

    CTH 725 (Rituel pour l’inauguration d’un temple) II 40-44 : « Les dieux ont distribué les pays ; or ils l’ont mise à Ḫattuša, la capitale, ils l’ont mise. Et le Labarna-roi (y) est installé28 »

    • 29 Le joint avec KUB 57.84 a été proposé par C. Corti. Édition : Kassian/Korolëv/Sidel’tsev2002 : 689- (...)

    CTH 667 I.G Colophon (IBoT 2.130 1’-7’)29 : « Une tablette d’une colonne (IM.GÍD.DA). Si le roi devient dieu, comment ils renouvellent dans le pays de Zalpuwa l’équipement du temple… »

  • 30 Dans le « Siège d’Uršu », on indique (Ro 26’) qu’au Hatti « il n’y a pas de mal » (bištum ul ibašši(...)

8Le nom de l’État hittite avant Ḫattušili peut être débattu, mais des indices incitent à penser qu’il s’appelait déjà Ḫatti30, sa base ayant été donnée plutôt par les rois de Zalpuwa que par la famille de Labarna originaire de Kuššar et Kaniš. Il se peut que Ḫuzziya Ier ait fixé sa capitale à Šanaḫuitta dans la haute vallée du Zuliya entre les pays de Kaniš (Haut Pays) et le Ḫatti, pour pouvoir contrôler l’ensemble de son royaume. Quoi qu’il en soit, l’idéologie royale qui déclare Zalpuwa comme lieu d’origine de la monarchie et Ḫattuš comme son siège établi par les dieux, est certainement liée aux intérêts de Ḫattušili Ier, qui descendait des rois de Zalpuwa et avait établi à Ḫattuša sa capitale. Si la mère de Ḫattušili Ier venait de la famille de Labarna, comme la théorie de la succession par mariage et adoption le demande, les mots de CTH 414 à propos du « pays de ma mère » deviennent clairs : Ḫattušili avait hérité l’ancien pays de Kaniš et le nom de trône de son père adoptif Labarna.

  • 31 C’est la thèse de Giorgieri 1990 : 276 et suivantes et Giorgieri 1992 : 53-54, 92-93. Ces rituels s (...)

9Par ailleurs, on peut bien comprendre que le fils naturel de Pawaḫtelmaḫ ait encouragé la rédaction de rituels bilingues hatti-hittite comme CTH 725 ou que des rituels pour la santé de Labarna, dont l’un avec des formules hatties, aient été developpés à partir de l’époque du « Testament » à l’occasion de sa maladie. Cette dernière pourrait avoir été causée par les mauvais mots de ses ennemis au sein de la famille royale31.

  • 32 Cf. Haas 1993. La guerre contre le Yamhad et l’expédition contre Babylone témoignent de la volonté (...)

10L’idéologie royale adoptée par Ḫattušili est celle d’un empire universel (dont l’exemple est donné par celui de Sargon) ayant son siège à Ḫattuša, que les dieux ont réservé au Tabarna roi32. Ce type de pouvoir autocratique ira bientôt s’opposer à celui de la noblesse, en grand partie liée à la cour de Ḫurma, et des autres membres de sa famille, qui voulaient contrôler le roi.

La « Geste d’Anitta » : Zalpuwa, Ḫattuša et Purušḫanda

  • 33 CTH 1. Éditions : Neu 1974 et Carruba 2003.

11La « Geste d’Anitta »33 n’est peut-être pas le premier document « historique » hittite dans le sens du moment de sa rédaction, mais il l’est certainement dans le sens de l’âge auquel remontent les événements rapportés, c’est-à-dire la deuxième partie du 18ème siècle av. J.-C. D’autres documents se réfèrent à Sargon et Naram-Sin d’Akkad, à une ancienne reine de Kaniš ou au roi Anum-herwa (de Ḫaššuwa), donc à des périodes encore plus anciennes, mais ils ne peuvent pas être considérés comme vraiment historiques.

  • 34 Le long article de Steiner 1984 contient une analyse exhaustive de ce problème. Cet auteur divise l (...)
  • 35 Cf. de Martino 1999.
  • 36 Cf. de Martino 2003 : 81-87.

12Parmi les manuscrits de CTH 1 que nous connaissons, l’un, KBo 3.22 (le manuscrit A) est considéré comme le plus ancien (althethitisch) et contient déjà le texte complet, même si ce document est interprété composite par les philologues34. Les autres manuscrits, B et C, sont plus récents (14ème-13ème siècles av. J.-C.). Vu que la formation du texte précède la rédaction du premier manuscrit, la comparaison des manuscrits trouvés à Boğazköy ne permet pas de suivre l’histoire de ce texte composite. Le manuscrit A montre qu’il doit avoir été établi d’une façon définitive avant le règne de Telebinu. Les manuscrits récents font partie de Sammeltafeln : dans le CTH 1.C (KUB 36.98 a, b, c) la « Geste d’Anitta » est suivie par la « Chronique d’Ammuna » (CTH 18 B)35, et dans CTH 1.B (KUB 26. 71) par la même composition, dans la colonne 1 et, dans la colonne 4, par les Annales d’un roi dont le nom est perdu, roi qui pourrait être Telebinu36.

  • 37 Selon Steiner 1984 : 67-68, le mot perdu à la fin de la l. 33 serait un impératif de la forme GTn d (...)
  • 38 Ro21-29. Les villes vaincues dont on peut lire le nom sont Ullamma (ligne 13, dans la ligne suivant (...)

13Comme Steiner l’a remarqué, le texte présente aux lignes 32-35 une formule typique de conclusion, avec la malédiction de celui qui détruirait la tablette. Selon les différentes restaurations possibles, cette dernière était exposée à la porte du palais de Neša ou devait être lue devant cette porte37. Il est donc possible qu’Anitta même ou un de ses successeurs ait fait rédiger une tablette en écriture paléo-assyrienne, tablette dont le contenu devait être proclamé (en traduction) au peuple de la ville. Le document original correspondrait donc aux lignes 1-35 et serait une proclamation, plutôt qu’une narration. Dans cette première partie, on trouve déjà une menace contre celui qui repeuplerait certaines villes conquises38.

14La malédiction contre celui qui repeuplera Ḫattuša, qui se trouve aussi, avec une formulation plus dure, dans la deuxième partie du texte, n’est donc pas la seule et ne doit pas être considérée, comme le voulait Steiner, comme une preuve d’une ultérieure division du texte en trois parties. Les deux paragraphes dédiés à la construction des fortifications, des temples et d’un « parc zoologique » à Neša (55-63) pourraient plutôt être considérés comme la partie finale d’une deuxième rédaction, en tant que description des œuvres de la paix obtenue après tant de guerres. Le texte aurait été élargi par la suite par l’addition d’une troisième partie commençant par une description plus détaillée de la guerre contre Šaladiwara (64-72), déjà mentionnée dans la deuxième partie (52-54). Selon les analyses des philologues, le document original d’Anitta peut donc avoir été remanié une ou deux fois et il ne reste plus qu’à comparer le texte « original » avec les parties ajoutées pour tenter de comprendre cette altération. En effet, dans la première partie, qui devrait correspondre au document rédigé par Anitta, la conquête de Ḫattuša et des pays à partir de Zalpuwa « sur mer » est déjà mentionnée, mais, après la formule de malédiction contre celui qui aurait détruit la tablette, la narration reprend, dans la deuxième partie, la description de la lutte contre Zalpuwa et Ḫattuša avec des détails très précis :

  • 39 Cf. dans la première partie la répétition aux lignes Ro 31-32 des mots « I..]URUZalpuwaš arunaš[… » (...)
  • 40 Je suis ici la traduction de Neu 1974 : 13. Parmi les interprétations différentes, je mentionne cel (...)

(36-44) « Pour la deuxième fois vi[nt] Piušti roi de Ḫatti et [j’ai vaincu] à Šalampa ceux qu’il avait conduits pour l’aider. [J’ai ……] tous les pays à partir de Zalpuwa, à l’intérieur à partir de la mer39. Dans le passé, Uhna, roi de Zalpuwa, avait amené le dieu Šiušummi de Neša à Zalpuwa, mais à la fin moi, Anitta, j’ai ramené Šiušummi de Zalpuwa à Neša et j’ai amené Ḫuzziya, roi de Zalpuwa, vivant à Neša (…….) (45-48) Cependant, quand à la fin elle (Ḫattuša) mourait de faim, le dieu Šiušmiš la livra à Ḫalmašuit et je la pris d’assaut dans la nuit et, à sa place, je semai de la mauvaise herbe. Qui deviendra roi après moi et rebâtira Ḫattuša, que le Dieu de l’orage le frappe40 ! »

15Ce texte affirme que les rois de Zalpuwa étaient les ennemis par excellence de Neša et que Ḫuzziya de Zalpuwa fut capturé vivant par Anitta. Mais nous savons que Ḫuzziya était le nom du premier roi hittite, le grand-père de Ḫattušili Ier. Par la suite, nous apprenons qu’Anitta, avec l’aide de son dieu Sius, mais aussi de la divinité hattie du trône Ḫalmašuit, conquit et maudit la ville de Ḫattuša et celui, parmi ses descendants, qui voudrait la rebâtir. Malgré cela, la ville devint la capitale du royaume sous Ḫattušili Ier. Selon CTH 414, c’est la divinité hattie du trône qui apporta de la mer (de Zalpa) le pouvoir royal à ce roi. Toutes les bases de l’idéologie de la royauté que nous avons vues auparavant sont ainsi contestées par celui qui a interpolé le Texte d’Anitta. Nous comprenons donc qu’il était un adversaire de Ḫattušili, de sa famille et de son idéologie royale. Pour en savoir plus, pour comprendre qui pouvait tirer un avantage de la propagande cachée dans la « Geste d’Anitta », il suffit de continuer la lecture de ce document, et en particulier des dernières lignes, qui marquent d’une étrange façon la vraie acmé de la narration.

(74-79) « L’homme de Purušḫanda m’[apporta] des cadeaux et il m’apporta en cadeau un trône de fer et un sceptre de fer. Et quand je revins à Neša j’amenai avec moi l’homme de Purušḫanda. Quand il va dans la salle du trône (B : « à Zalpa ») il (celui-là) s’assoit devant moi à (ma) droite. »

  • 41 Pour la localisation et l’histoire de la ville, voir Forlanini 2008a : 60 n. 13 et Barjamovic 2011  (...)

16Il est possible que l’apparition dans le texte du prince de Purušḫanda soit liée à la campagne d’Anitta contre Šaladiwar, dont le territoire devait être en contact avec celui de Purušḫanda. Peut-être les deux villes étaient-elles en guerre entre elles, si Šaladiwar avait pris à cette période la place de Wahšušana, l’ancienne ennemie de Purušḫanda41. Anitta aurait alors agi à l’avantage de Purušḫanda. On a débattu de la valeur des cadeaux et on les a généralement interprétés comme la preuve de la soumission de Purušḫanda à Neša.

  • 42 Dercksen 2010. Il s’agirait d’un « successful attempt by the ruler of Purushanda to make Anitta an (...)
  • 43 Comme l’a proposé Haas 1977 : 24.

17Toutefois, comme l’a démontré Dercksen sur la base d’exemples contemporains issus des sources paléo- babyloniennes, des cadeaux de ce type étaient faits par des rois importants à des rois locaux ou moins puissants pour marquer une alliance42. Même si le but du rédacteur était de glorifier Anitta et de souligner le fait qu’il avait été reconnu (comme son égal) par le roi de Purušḫanda, il se serait arrêté là, sans ressentir le besoin d’ajouter les passages qui montrent le respect particulier d’Anitta envers celui-ci. Pour quelle raison l’auteur de la version de la Geste d’Anitta que nous possédons voulait-il marquer l’importance du roi de Purušḫanda, sa place à la droite d’Anitta dans la salle du trône ou, même, selon le manuscrit B, à Zalpa (il ne me semble pas nécessaire de localiser à Zalp(uw)a la salle du trône d’Anitta43) ? Cette interpolation du texte montre plutôt le dessein de l’auteur de célébrer la supériorité du roi de Purušḫanda et son lien avec Anitta, en humiliant au même temps la ville de Zalpuwa, origine de la royauté selon l’idéologie de Labarna II/ Ḫattušili.

18Il ne s’agit donc pas seulement d’un texte volontairement orienté contre la personne de Ḫattušili Ier, sa politique et sa ligne dynastique, mais aussi d’un document favorable à la ville de Purušḫanda, et même, si nous cherchons celui cui prodest, à la branche de la « grande famille » hittite liée à cette ville après sa conquête par Labarna Ier. La Geste d’Anitta témoigne de la résistance des princes qui se considéraient comme les descendants de ce roi contre l’idéologie imposée par Ḫattušili, lui-même descendant des rois de Zalpuwa. Ces princes se dressent même contre la stratégie de Hattušili consistant à se débarrasser de la branche méridionale de la « grande famille » et à éviter son alternance sur le trône en imposant son jeune fils Muršili à la place des héritiers par mariage et adoption (le mari de sa fille ou le fils de sa sœur).

Les héritiers de Ḫattušili Ier écartés de la succession

  • 44 L’édition de Sommer/Falkenstein 1938 de ce texte bilingue reste toujours fondamentale. Pour l’akkad (...)

19Le Testament de Ḫattušili Ier (CTH 6)44, un document dont l’aspect littéraire a souvent été étudié, est en même temps un texte historique, si nous considérons son but et la chronologie des événements qui y sont mentionnés. Le but du roi était de montrer qu’il avait bien essayé de régler sa succession en accord avec les liens dynastiques et la tradition de son époque, mais que les candidats successifs s’étaient conduits d’une façon telle qu’il avait été obligé à choisir le jeune Muršili comme successeur. Ces candidats sont donc critiqués dans CTH 6 comme le sont les fonctionnaires dans les épisodes de la « Chronique du palais ». La rhétorique du texte ne nous empêche pas de voir dans ses motivations des prétextes : la mère de Muršili, qui devait être Ḫaštayar, avait probablement eu le dessus sur les autres membres de la famille du vieux roi.

20Ce dernier, ayant le dessein de faire de son fils tardif son successeur, devait écarter les autres candidats en démontrant leur indignité devant les « grands » du royaume.

  • 45 Pour la chronologie des événements mentionnés dans le Testament, voir notamment Bryce 1981 : 14 et (...)
  • 46 Voir ci-dessus n. 6.

21Le prétexte qui, apparemment, donna lieu à l’assemblée dans laquelle Muršili fut proclamé comme successeur fut donné par le jeune Labarna, fils de la sœur du roi, chassé à cause de son caractère : il ne pleurait pas pour la maladie du roi. Son cas sert d’introduction au texte (I 1-36). Il s’agissait donc du dernier candidat avant Muršili45. Mais le jeune Labarna avait à son tour pris la place de deux autres membres de la famille royale dont la conduite avait été mauvaise : le fils, probablement aîné, de Ḫattušili, Ḫuzziya (II 63-74), prince de la ville de Tappaššanda, qui portait le nom de son grand-père Ḫuzziya Ier, et la fille du roi (III 1-22). Laissons de côté le cas de Ḫuzziya, qui, en tant que fils naturel du roi, n’aurait pas dû lui succéder, mais qui aurait pu se considérer comme plus légitime qu’un autre fils plus jeune que lui. Il fut probablement dédommagé par la suite par la principauté de Ḫakmiš, soit du temps de Ḫattušili même, soit du temps de l’un de ses successeurs46. Restent donc les deux dames. Il est évident à ce propos que le Testament ne nous montre pas tous les aspects du problème, l’attention du roi étant fixée, dans ce document, sur les aspects familiaux, sur le fils, la fille et la sœur, dont on juge la fidélité au roi et le caractère. Pour adopter une vision vraiment politique, on peut dire que l’importance des deux dames dépendait de leur place dans la transmission du pouvoir, qui s’effectuait par le biais du mariage. C’était bien le mari de la fille, ou le fils de la sœur, qui aurait dû devenir le successeur du roi, mais les maris de ces deux dames ne sont pas nommés. Dans le cas de la fille, c’était son mari, l’antiyant- adopté comme successeur, qui était le premier candidat sur la liste. Dans le cas de la sœur, l’héritier adopté aurait été son fils Labarna et ce nom avait dû être choisi en prévoyant sa succession, probablement quand le mari de la fille du roi avait déjà été écarté.

22Il serait donc très utile pour la reconstruction historique et la compréhension des rapports de force de connaître le nom du père du jeune Labarna, qui à l’époque du Testament était déjà devenu le premier dans l’ordre de succession. Comme on l’a vu, nous ne devons pas prendre en considération dans ce sens le fils du roi, Ḫuzziya. En effet, quand Muršili Ier sera tué, le pouvoir sera pris par Ḫantili, mari de la fille de Ḫattušili, Ḫarapšili, et le premier dans l’ordre de succession original, ordre perturbé par les interventions du roi.

  • 47 CTH 661, listes A I 3 // B 5 (Otten 1951).

23Si le grand péché de Ḫattušili a été d’avoir imposé une succession « illégitime », selon la loi coutumière de son époque, on peut se demander la raison de ses décisions. Il semble que cela était dû à l’influence de sa favorite, Ḫaštayar, la mère de Muršili, en contraste avec la famille de Tawananna et de son fils aîné probablement le fils de Kattuši, la reine légitime que nous connaissons par les listes Ḫuzziya, qui était royales47.

  • 48 Cf. déjà Forlanini 2010 : 124 n.49.
  • 49 Güterbock 1938 : 99 n. 2 (se référant à Forrer 1926 : 4*-5*).
  • 50 L’ont considéré comme un décret : Güterbock 1938 : 99 (« … dieselbe Form, eines Erlasses… »), Bin-N (...)

24L’exclusion du deuxième fils, le jeune Labarna, dans la ligne de succession a dû opposer le roi au père de celui-ci. Nous ne connaissons pas le nom de ce dernier, mais il pourrait avoir été l’un des fils de Tawananna et de Labarna Ier. Pour la recherche de son identité, on peut avoir recours à un document qui présente des parallèles avec le Testament et qui, à mon avis, peut être reconstitué au moyen des fragments KBo 3.28 et KBo 3.2748. Forrer les considérait, avec KBo 3.24, comme les parties d’une même tablette (2BoTU 10 α, β, γ), ce qui a été exclu par Güterbock49. KBo 3.27 a été classé parmi les décrets et attribué à Ḫattušili Ier (CTH 5), comme il est évident par son contenu. En revanche, KBo 3.28 a été considéré par Laroche comme étant un fragment de la « Chronique du palais » (CTH 9.6), mais, par la suite, plusieurs savants l’ont aussi identifié comme un fragment de décret50. Si le ton et la nature de ces textes semblent converger, par leur contenu, ils peuvent être placés dans une même séquence logique. En effet, l’appartenance des deux fragments au même texte s’expliquerait bien si la proclamation de Muršili comme successeur (KBo 3.27) était introduite par l’explication des raisons que le roi avait pour exclure les autres héritiers de la succession au trône, à savoir les descendants de Tawananna, et si les décisions du roi étaient justifiées, comme il semble naturel pour les décrets de cette époque, par des anecdotes se référant en l’occurrence au règne de Labarna Ier.

  • 51 Soysal 1989b : 31-32, 91, de Martino 1989 : 14-15, de Martino 1992 : 26-27, Pecchioli Daddi 1994 : (...)

25Le fragment KBo 3.28 débute, après deux lignes mal conservées, par l’histoire du « fils » de Purušḫanda51 :

(….) (3’ ) [i]š-ta-ma-aš-ta URUḪa-at-tu-ši ku-u-ru-ur e-e[p-ta ….. ] (4’) [š]a-kán-zi LUGAL-un URUḪa -at-tu-ša-an na-at-ta[……. ] (5’) [e]-eš-ta DUMU URUPu-ru-uš-ḫa-an-du-um-na-an da-a-ir ki-x[…. ](6’) ke-e-da-am-mu a-pa-a-aš i-iz-zi šu-mu DINGIRDIDLI DUMU URUPu -r[u-uš-ḫa-an-du-um-na-an] (7’) ki-iš-ri-mi da-i-ir LUGAL-uš A-NA DAM-ŠU ne-ga-aš-ša-aš-ša (8’) i-it-te-en az-zi-kat-te-en ak-ku-uš-kat-te-en LUGAL-wa-ša (9’) ša-a-ku-wa-aš-me-et le-e uš-te-ni

  • 52 Pour cette expression, voir Dardano 2010.

« …Quand il apprit [……] il entreprit la guerre contre Ḫattuša [……] ils reconnaissent, le roi et Ḫattuša ils ? ne [reconnaissent pas ? ……] était. Ils prirent le « fils » de Purušḫanda [……]. Ainsi il agit contre moi. Et les dieux ont mis dans ma main le « fils » de Purušḫanda. Le roi à sa femme et à ses sœurs : ‘Allez, continuez à manger et boire, (mais) de (moi, le) roi, ne regardez pas les yeux52 !’« 

  • 53 Bin-Nun 1975 : 79 remarquait que le sort du prince n’était pas précisé, tandis que le texte nous pa (...)
  • 54 On considère généralement les révoltes de Purušḫanda décrites dans CTH 13 et dans KBo 3.27 comme un (...)
  • 55 CTH 8 A III 15’-16’ (Dardano 1997 : 58-59, 114-115).

26La révolte du prince de Purušḫanda fut donc matée et celui-ci fut capturé, sa femme et sa sœur exilées53. Qui était sa femme ? Peut-elle être identifiée à la sœur que mentionne Ḫattušili au début de son Testament ou s’agit-il de la fille de ce roi, la femme du futur roi Ḫantili Ier ? Cette dernière ayant été écartée de la succession bien avant la rédaction du Testament, la révolte du « fils de Purušḫanda » n’aurait pas été mentionnée. Il me semble donc plus probable qu’il s’agisse de la sœur du roi, mère du jeune Labarna, car la révolte aurait pu avoir lieu après la rédaction du Testament et profiter de la maladie du roi. L’attribution à Ḫantili des Annales CTH 13, dans lesquelles on parle d’une révolte de l’homme de Purušḫanda54, serait en accord avec cette hypothèse. En faisant tuer Muršili Ier, Ḫantili doit avoir bénéficié de l’aide de tous les adversaires de ce roi. Pour ce faire, il a dû réintégrer l’« homme » de Purušḫanda dans sa principauté, quitte à le retrouver par la suite comme son concurrent. L’utilisation du terme DUMU par Ḫattušili se comprend bien, ce prince étant l’un des fils auxquels Labarna Ier avait confié les villes conquises, parmi lesquelles nous trouvons Purušḫanda. Le même terme apparaît dans la « Chronique du Palais » pour les princes de Nenašša et Šugziya55. On peut comprendre que Ḫantili, en se référant à ce même personnage ou à son successeur, ait utilisé quant à lui le terme LÚ (CTH 13 B 29 »).

  • 56 Sur Kizzuwa et sa présence dans la « Chronique du palais », cf. Laroche 1973 : 187-198, Pecchioli D (...)

27Le passage étudié par Laroche concernant l’ordalie est inséré à cet endroit pour donner un exemple de châtiment royal. Il s’agit du cas de Kizzuwa qui avait été exécuté par le père du roi, Labarna. Comme dans la « Chronique du palais », le roi veut montrer ici que son prédécesseur était plus sévère que lui. Ce Kizzuwa pourrait bien être le Kišwa de l’« Histoire de Zalpa »56. Dans cette section du texte, le roi résume la partie précédente par les mots : (20-21) ki-nu-na LUGAL-uš i-da-lu me-ek-ki u-uh-hu-un ta LUGAL-wa ud-da-ar-ra-me-et le-e šar-ra-at-tu-ma (« À présent moi, le roi, j’ai vu tant de mal, vous ne devez pas trahir la parole du roi. »).

  • 57 Voir surtout de Martino 1989 : 15-16.

28Le passage suivant a donné lieu à des interprétations très différentes57 :

  • 58 Sur Kizzuwa et sa présence dans la « Chronique du palais », cf. Laroche 1973 : 187-198, Pecchioli D (...)

(21) a-ši MUNUS.LUGAL URUḪu-ru-ma É.GI4.ḪI.A(22) e-eš-ta ad-da-aš-mi-iš-ša-mu58 ke-e-da-ni a-ra i-ya-an har-ta / (23) […]x-ta ? MUNUS.LUGAL-aš DUMU.MUNUS.É-TIM ku-wa-ta-an pí-ta-at-te-ni x[ (24) [….]-x-ni ku-in LUGAL-uš GIŠ.ŠÚ.A-mi a-ša-aš-hé MUNUS.LUGAL[ (….)

« La reine sus-mentionnée était à Huruma une épouse (promise), mais mon père m’avait considéré comme légitime pour elle […], la reine, la fille du palais, pourquoi l’amenez-vous ? […..] que moi, le roi, sur mon trône je fais asseoir, la reine[…

  • 59 Avec Bin-Nun 1975 : 83-84 qui attribue ce texte à Ḫattušili Ier. Cf. de Martino 1989 : 17.
  • 60 Quelle est la relation de Ḫaštayar par rapport à Ḫattušili ? Elle était la (ou une) femme de Ḫattuš (...)
  • 61 Cf. Bin-Nun 1975 : 52 et suivantes, de Martino 1991b : 54-56, 58-61 et Carruba 1992 : 77-82.
  • 62 Sur le problème de Tawananna, nom d’une reine ou titre, voir notamment : Bin-Nun 1972, Bin-Nun 1975 (...)

29Si cette interprétation est acceptée, il s’agit d’une jeune dame de la Cour de Ḫurma qui avait été promise au roi par son père et que le roi a fit asseoir sur son trône. La mention de cette dame devrait être liée aux problèmes de succession. Il est assez logique de penser à Ḫaštayar59 qui avait vécu à Ḫurma et qui a une place importante au moment de la proclamation de Muršili comme successeur. Si elle était la favorite du roi et la mère de Muršili60, tout s’expliquerait facilement. Convaincre les grands de l’accepter comme reine constituait les prémisses nécessaires pour en faire accepter le fils comme héritier. En même temps, le roi devait exclure de la succession les parents par alliance, les descendants de sa tante Tawananna, qui s’étaient mariés à la fille et la sœur du roi. En effet, dans le fragment KBo 3.27, avant de présenter Muršili comme successeur, le roi menace tous ceux qui (pour la succession) prononceront le nom de Tawananna ou de l’un de ses fils. S’ils en font mention, ils seront « égorgés et pendus à leur porte ». Il s’agit vraisemblablement des alliés de Ḫantili, mari de sa fille, et du mari de sa sœur (le prince de Purušḫanda ?), tous deux descendants de Tawananna61. Voici ce passage très discuté62 :

(6) UR-RA-AM ŠE-RA-AM fTa-wa-na-an-na-aš [ŠUM-ŠU] (7) le-e ku-iš-ki te-ez-zi ŠA DUMUMEŠ-ŠU [DUMU. MUNUSMEŠ-ŠU ?] (8) ŠUM-ŠU-NU le-e ku-iš-ki te-ez.zi ták-ku DUMUM[ É.GAL ? iš-tár-na ŠUM-ŠU-NU ku-iš-ki te-ez-zi ?] (9) kap-ru-uš-še-e[t] ḫa-at-ta-an-ta-ru na-an a-aš-ki[-iš-ši] (10) kán-kán-du ták-ku [A]RADMEŠ-am-ma-an iš-tár-na ŠUM-Š[U-NU] (11) ku-iš-ki te-ez-zi ARAD-mi-iš le-e káp-ru-u[š-še-et] (12) ha-at-ta-an-ta-ru na-an a-aš-ki-iš-ši kán-kán-[du]

« À l’avenir, que personne ne prononce le nom de Tawananna, que personne ne prononce le nom de ses fils. Si [quelqu’un parmi] les « fi[ls du palais » prononce leurs noms], qu’on lui coupe l[a] gorge et qu’on le pende à [sa] porte. Si quelqu’un parmi mes serviteurs prononce l[eurs] noms, (qu’il) ne (soit plus) mon serviteur, qu’on lui coupe l[a] gor[ge] et qu’on le pen[de] à sa porte ! »

  • 63 Cf. Hoffner 1975 : 56 et suivantes, Soysal 1989b : 54-55, 100-101, 164-165, Soysal 1998 : 30-31, Fr (...)

30À cet endroit du texte, le roi présente Muršili comme son successeur (13’ et suivante). Il est certain que le choix de Muršili n’a pas dû plaire à ceux qui avaient été écartés et qui se considéraient toujours comme les héritiers légitimes de Ḫattušili Ier. Le meurtre du jeune roi après son retour de Babylone doit être vu dans ce cadre. Pour Ḫantili, il devait s’agir plutôt d’un rétablissement de ses droits de succéder à son père adoptif, dont il était le antiyant-. La double présentation de Muršili Ier comme conquérant, positive dans CTH 11 et négative dans CTH 10.2 (et probablement aussi CTH 12.1 III 15’ et suivantes), a animé la discussion sur l’attribution de ces deux textes à son successeur, ce qui serait possible si les deux documents avaient des fonctions différentes ou s’ils avaient été rédigés dans deux moments politiques différents63. Il est très remarquable que Ḫantili utilise, dans CTH 10.2 :15’, contre ceux qui feront mention du nom de Muršili, la même menace que Ḫattušili avait proclamée contre celui qui aurait prononcé le nom des fils de Tawananna : « qu’on l’égorge et qu’on suspende son corps à sa porte ».

31Aucun document sûrement attribuable à Muršili Ier n’a été reconnu. À l’opposé, l’activité de la chancellerie de son père est bien attestée par le Testament, les Annales et le Décret KBo 3.27. Tout cela jette des soupçons sur l’attribution hypothétique de plusieurs documents de l’Ancien Royaume à Muršili, comme j’ai déjà essayé de le démontrer. Je me réfère ici en particulier aux Annales CTH 13 qui, par leur nature et la mention de Šugziya, peuvent trouver un parallèle dans la description du règne de Ḫantili faite par Telebinu et qui peuvent donc être attribuées à ce roi. La mention du « père du roi » ne demande pas d’explications particulières, car, si Ḫantili en était bien l’auteur, il pouvait considérer Ḫattušili, dont il était le beau-fils, comme son père adoptif, même s’il avait été écarté par lui de la ligne de succession. Nous verrons par la suite quelles peuvent être les conséquences de cette attribution.

La position particulière de Purušḫanda, du kârum II à la révolte mentionnée dans CTH 13

  • 64 La localisation fut proposée par J. Lewy (apud Garelli 1963 : 123 n. 4). Voir aussi del Monte/Tisch (...)

32La mention très fréquente de Purušḫanda dans les textes cappadociens de la phase II (avant 1830 av. J.-C.) montre son rôle important dans le réseau commercial de l’époque. Sa position géographique dans le Bas Pays, la Lycaonie classique, ne peut pas être mise en question, et Acem Höyük, par sa grandeur et les trouvailles des fouilles, se prête toujours bien à sa localisation64. Sa fonction particulière dans le cadre de l’activité des marchands assyriens pendant la période II du kārum peut être caractérisée par deux faits : la ville avait un « grand prince » et les marchands assyriens qui y étaient actifs ne pouvaient pas voyager librement dans son territoire. Ils ne pouvaient surtout pas parcourir la route des Portes Ciliciennes.

  • 65 Cf. Forlanini 1985 : 52-53 et Forlanini 2008a : 62-63. Dans l’onomastique « cappadocienne » nous tr (...)
  • 66 Cf. Dercksen 2001 : 61 et Forlanini 2008a : 61.
  • 67 Pour les empreintes de sceaux retrouvées à Acem Höyük, voir Özgüç 1980, Tunca 1989 et Tunca 1993.

33Tuwanuwa, Tunna et Zabarašna, le long de la route des Portes, apparaissent dans l’onomastique de Kaniš, mais ne sont jamais mentionnées en tant que lieux, de même que les villes de la plaine cilicienne, Tarša et Adaniya65. On a parlé du marché de l’argent à Purušḫanda, qui pourrait être lié au contrôle des Portes Ciliciennes et à des mines de Bolkarmaden. La disparition de Purušḫanda dans les textes de la période Ib66 ne peut pas signifier que la ville n’existait plus, en contradiction avec la « Geste d’Anitta », mais plutôt que les Assyriens ne pouvaient plus y aller. Les empreintes des bullae d’Acem Höyük, si ce site correspond bien à Purušḫanda, montrent que la ville était, dans la première partie de cette période, en relation avec le monde amorrite, avec lequel elle devait communiquer par les Portes Ciliciennes67.

  • 68 La version hittite, CTH 310, est documentée par des fragments de la fin de l’Empire (éd. : Güterboc (...)
  • 69 La montagne d’argent pourrait être la section du Taurus qui domine les Portes Ciliciennes (le mont (...)
  • 70 Il s’agirait d’une projection dans le passé des guerres d’Anitta (Torri 2009 : 114-115, Yakubovich (...)
  • 71 Cf. Haas 2006 : 68 et suivantes.
  • 72 Éditions et commentaires : Günbattı 1997, van de Mieroop 2000 et Alster/Oshima 2007. Cf. Westenholz (...)

34Dans le Šar Tamhari, une légende créée autour du personnage de Sargon d’Akkad, le grand roi akkadien, répondant à l’appel de ses marchands, monte une expédition contre le roi de Purušḫanda et saisit la ville, dans laquelle il séjourne pendant trois ans avant de la mettre à sac68. On a longtemps débattu de la formation de cette légende. Il est difficile d’y reconnaître des événements historiques, car les textes authentiques qui remontent à la dynastie akkadienne ne mentionnent pas Purušḫanda mais seulement la Montagne des Cèdres (l’Adalur au nord de l’Amanus) et la Montagne d’Argent (le Taurus ?) comme limites de l’expansion de Sargon69. On a pensé que l’histoire avait été créée à l’époque de Ḫattušili Ier, qui se considérait comme un nouveau Sargon, ou qu’elle était liée au souvenir de la relation entre Anitta et le roi de Purušḫanda70. Cependant, comme nous l’avons vu, la présence des marchands est l’élément le plus caractéristique de cette composition et la traversée du fleuve Aranzah mentionnée dans l’histoire nous oriente aussi dans la direction des itinéraires paléo-assyriens71. Par conséquent, il doit très probablement s’agir d’une histoire créée par des marchands assyriens qui n’aimaient pas les limitations qui leur étaient imposées par le roi de Purušḫanda. Un autre récit légendaire autour de Sargon a d’ailleurs été trouvé dans la maison d’un marchand assyrien à Kültepe72. La vieille dynastie assyrienne n’était pas de souche amorrite et se considérait plutôt liée à la tradition akkadienne, comme le montre aussi la reprise du nom de Sargon par l’un de ses membres. Le succès du Šar Tamhari à la Cour hittite peut, en revanche, avoir dépendu de l’adaptation anatolienne du récit ou de la position du roi de Purušḫanda qui y est humilié par Sargon.

  • 73 Cf. de Martino 2003 : 128-130 (commentaire), 132-153 (transcription et traduction), avec bibliograp (...)
  • 74 Cf. Kempinski 1983 : 57 et Soysal 1998 : 29.
  • 75 L’épisode de Šugziya a été étudié par Helck 1984 et par Soysal 1990. Ce dernier a compris que, dans (...)
  • 76 Sur les villes alliées au prince de Purušḫanda, voir Kempinski/Košak 1982 : 106-107. Cf. aussi Forl (...)
  • 77 Dans la triade Ḫatti, Haut Pays/Kaniš, Bas Pays/Purušḫanda (avec la région de Tuwanuwa), on peut vo (...)

35Après la fin de la période Ib, la ville a dû se déplacer, si nous devons en juger par la stratigraphie d’Acem Höyük. La nouvelle ville devait en tout cas se trouver dans la même région. Par la suite, elle fut conquise par Labarna Ier qui y installa un fils comme prince. Vu l’importance de la ville, il ne devait pas s’agir du dernier de ses fils. Toutefois, celui-ci et sa dynastie furent écartés du pouvoir par Ḫattušili Ier, du moins selon mon hypothèse précédente. Les Annales CTH 13 ont été attribuées à Muršili Ier ou à son père73. Cependant, le cadre historique qu’elles décrivent ne correspond absolument pas à la révolte contre Ḫattušili, révolte causée ou encouragée par les Hourrites (des mercenaires ?). Celle-ci n’a pas duré plus d’une année. Le cadre historique des Annales CTH 13 ne correspondent pas non plus à la guerre hourrite de Muršili Ier qui a dû suivre la conquête d’Alep. Il s’agit au contraire d’une longue guerre durant plusieurs années, guerre qui a dévasté l’Anatolie entière et durant laquelle les Hittites sont sur la défensive. Cet aspect et le rôle des villes de Tegaramma et de Šugziya dans ce document nous rappellent la description du règne de Ḫantili Ier faite par Telebinu74 : la présence du roi à Tegaramma, les Hourrites, « les renards » appelés par les dieux pour venger le sang de Muršili et, en fin d’épisode, de la reine de Šugziya75. S’il fallait bien attribuer ce texte à Ḫantili Ier, il y aurait trace d’une deuxième révolte d’un prince de Purušḫanda (A Ro II 4’-13’ ; Vo III 2 »-7 » = B 29 »-35 »), différente de celle qui avait eu lieu du temps de Ḫattušili Ier et dans laquelle furent impliquées plusieurs villes, d’Arimatta, dans la zone des lacs Pisidiens, jusqu’à Šinnuwanda, au nord des Portes Ciliciennes, en passant par Zunnahara, probablement Mopsouestia en Cilicie76. Peut-être déjà sous Muršili ou, du moins, lors de la prise du pouvoir par Ḫantili, la famille du prince de Purušḫanda aurait été réintégrée pour en recevoir le soutien. Cependant, le (nouveau) prince de la ville aurait tôt ou tard essayé d’exercer son droit de succession au moment où Ḫantili se trouva en difficulté. Le prince de Purušḫanda devait donc avoir une vaste zone d’influence, et deux villes en particulier, Arimatta et Šinnuwanda, nous rappellent les frontières du royaume de Tarḫundašša du XIIIème siècle av. J.-C. On peut même suggérer que la zone contrôlée par le prince correspondait à la partie louvite de l’Empire77.

  • 78 Texte : de Martino 2003 : 132-133. Cf. aussi Dardano 2004 : 241.
  • 79 CTH 19 III 28 (Hoffmann 1984 : 42-43).
  • 80 Cf. Kempinski/Košak 1982 : 99. Il s’agit de KBo 4.13 I 47’ (sur la valeur de cette liste de dieux, (...)
  • 81 Voir à ce sujet Weeden 2010 : 55-58, avec bibliographie.

36Si Purušḫanda a été détruite, comme on peut le déduire des Annales CTH 13 (A Ro II 7 »-13 »)78, elle a dû être rebâtie par la suite. Du temps de Telebinu, elle possédait une « maison du sceau »79, mais plus tard elle perdit sans doute son importance, puisque nous ne la retrouvons plus que dans des textes qui ont affaire à son culte80. Son nom a évolué vers la forme /Paršhunda/ qui pourrait bien expliquer le toponyme Parzuta (probablement /Parzuda/) de l’inscription hiéroglyphique de Topada remontant au premier millénaire av. J.-C81.

Le fils de Purušḫanda et ses descendants

  • 82 On pourrait penser à Purušḫanda avant sa destruction. Archi2015 : 6-7 pense d’ailleurs qu’elle aura (...)

37Une recherche qui vise à découvrir des témoignages sur le « fils » de Purušḫanda et sur ces descendants pourrait nous faire mieux comprendre quand et où82 la « Geste d’Anitta » fut rédigée. Les conséquences de l’idéologie exprimée par ce texte sur des événements plus récents de l’histoire hittite pourraient également être appréhendées par ce biais. Si cette branche de la « grande famille » a bien survécu à ses révoltes et ses exils et si la Geste d’Anitta, rédigée sous son influence, a été dûment recopiée dans les siècles suivants, on devrait en retrouver des descendants, même au niveau des empereurs, à l’époque du Nouvel Empire. Le retour de noms dynastiques déjà connus à la fin de l’époque Ib du kārum pourrait en être un indice.

  • 83 Forlanini 2010 : 128-129.
  • 84 Ce texte, un iqqāti de Zuzzu, le dernier roi connu de Kaniš, a été publié par Donbaz 1993 : 140. Cf (...)
  • 85 CTH 7 Vo. 17-18. Güterbock 1938 :122-123, 128, 133 : « Schliesslich ( ?) hat sich mir Tuthaliia wei (...)
  • 86 Ce fragment (CTH23.2) mentionne l’exil d’Alluwamna et de Harapšeki à Mallidaškuriya (10-13). On y l (...)
  • 87 LHK 22 :69 ; LHK 23 :Vo 3’, Rüster/Wilhelm 2012 : 146-147, 151-152. Les éditeurs proposent pour LHK (...)
  • 88 Le père de Tuthaliya Ier apparaît dans la légende du sceau publié par Otten 2000. Sur cette période (...)
  • 89 Cf. Forlanini 2009a : 42-43, 60-61.
  • 90 Le mont Šarpa appartenait au territoire d’Uda (class. Hydē, aujourd’hui Gölören près d’Emirgazi). I (...)
  • 91 Rüster/Wilhelm2012 : 48, 231-232, avec bibliographie.

38Comme j’ai déjà eu l’occasion de le proposer83, le nom de Tuthaliya mérite d’être pris en considération pour cette recherche. En effet, nous connaissons l’existence, à la fin du XVIIIème siècle, d’un Zuru, fils de Tuthaliya (Kt 89/k 370 : 7)84. Un Tuthaliya réapparaît dans le « Siège d’Uršu »85, dont les événements sont datables des dernières années de Labarna Ier, mais surtout dans KUB 26.77 :17-18 avec [Tahurw]aili, qui était un fils de Zuru selon Telebinu (II 5-6)86. S’agit-il de Tuthaliya l’urianni des sceaux LHK 22-23, de l’époque de Telebinu87 ? Quoi qu’il en soit, une double connexion entre les noms Zuru et Tuthaliya à deux siècles de distance ne doit pas être fortuite. Quant au fondateur du Nouvel Empire, Tuthaliya Ier, le fils de ce Kantuzzili qui avait été le UGULA LÚMEŠ KUŠ7 GUŠKIN de Muwattalli Ier et, en compagnie de son frère Ḫimmuili, l’assassin de ce roi usurpateur88, peut-on reconnaître en lui un membre d’une branche dynastique dans laquelle ce nom était habituel ? Le successeur de Tutḫaliya Ier et mari d’Ašmu-Nikkal était Arnuwanda Ier. Or, soit Muwattalli, soit Arnuwanda sont des noms qui nous amènent vers le Pays Bas, le premier comme épithète de Tarhunt, et le deuxième comme nom d’une montagne vénérée à Mammananta (CTH 505 A 24-33) avec le « Mont Blanc » (BABBAR/Ḫarki), très probablement le Hasan Dağ89 que KBo 56.62, 4’,7’ mentionne avec le Šarpa, la montagne au sud d’Emigazi90. Nous sommes donc dans la région de l’ancienne Purušḫanda et, si sa tradition avait été gardée, nous aurions pu comprendre l’apparition, dans la dynastie, d’un nom personnel basé sur celui d’une montagne de la région. Il faut en outre remarquer que la femme d’Arnuwanda, la reine Ašmu-Nikkal, associe à son nom, dans l’empreinte de sceau de la tablette de donation de terres pour Kuwattalla (Bo 2004, LSU 1 =LHK 91)91, celui de Tawananna, la reine dont les descendants avaient été exclus de la succession royale par Ḫattušili Ier. Cette association serait en accord avec l’idéologie des descendants des princes de Purušḫanda.

Malédiction et abandon des capitales : les cas de Ḫattuša et de Tarḫundašša

39Je considère toujours important d’appréhender les noms de trône des rois hittites de la phase du « Nouvel Empire » hittite (à partir de Tutḫaliya Ier dans la deuxième moitié du XVème siècle av. J.-C.) dans le sens de leur idéologie dynastique et de leur programme de règne. Le retour de noms dynastiques oubliés depuis longtemps doit trouver une explication, qui ne peut plus être due à l’opposition de lignes dynastiques liées à des villes ou des régions comme pendant l’« Ancien Empire ». Il s’agit plutôt d’un choix « idéologique » fait par des rois de la même famille. Dans certains cas cette explication est évidente, par exemple pour Muršili II, qui porte un nom dynastique qui n’était plus utilisé depuis quelque 270 ans. Ce roi atteignit le pouvoir quand il était très jeune, mais il fut capable de vaincre en dix ans tous ses ennemis, qui s’étaient moqués de lui.

  • 92 Être devenu grand roi en jeune âge et, avec l’aide des dieux, avoir vaincu tous les ennemis qui s’é (...)

40En outre, son ancêtre Muršili Ier avait succédé à Ḫattušili Ier quand il était encore très jeune et avait détruit par la suite les royaumes du Yamhad et de Babylone92. Son fils Muwattalli II choisit un nom louvite, une épithète du dieu de l’orage Tarhunt son protecteur, auquel il dédiera sa nouvelle capitale de Tarḫundašša dans le Bas Pays louvite (la Lycaonie classique). Mais son choix doit encore être examiné d’un autre point de vue : le seul roi qui avait porté ce nom avant lui était l’usurpateur Muwattalli Ier, qui avait été tué et rayé des listes des offrandes aux ancêtres royaux. Malheureusement, nous ne savons rien de la politique de ce roi, ni si Muwattalli II pouvait le considérer comme l’un de ses ancêtres. Par conséquent, certaines raisons du choix de ce nom peuvent nous échapper. Il est possible que le manque de résultats définitifs dans les guerres continuelles contre les Kaskas dans les régions autour de la capitale puisse avoir été interprété par Muwattalli comme la manifestation de l’ancienne malédiction d’Anitta. Ou, encore, le développement, partout dans l’empire, de l’élément louvite, favorisé par les déportations de gens de l’ouest (Arzawa) sur les propriétés de l’élite impériale, a convaincu le roi de faire une action d’éclat dans la direction de la composante désormais majoritaire de son état, pour s’en assurer la fidélité.

41Muwattalli abandonna Ḫattuša en emportant avec lui les dieux et les mânes de la dynastie pour s’installler dans sa nouvelle ville au cœur du Bas Pays, région dont l’ancienne capitale avait été Purušḫanda.

42Pour ce faire, il confia le nord de l’empire à son frère Ḫattušili, qui, déjà comme roi du Haut Pays, portait un nom inusité depuis Ḫattušili Ier. C’est ce dernier qui avait établi l’idéologie royale liée à Zalpuwa sur mer comme origine et Ḫattuša comme siège de la royauté, si l’on exclut la problématique de Ḫattušili II mentionnée seulement dans le traité de Talmi-Šarruma. Même si Ḫattušili III ne contrôlait pas l’ancienne capitale, le choix de Ḫakpiš comme centre de son royaume et la tâche qu’il s’était donnée de reconquérir Nerik nous montrent qu’il était lié à l’idéologie de son prédécesseur homonyme. Les deux frères s’étaient donc partagé l’empire selon les deux idéologies opposées, mais, à ce moment-là, aucun d’eux ne siégeait à Ḫattuša, la ville maudite par Anitta.

  • 93 Sur le déplacement de la capitale, voir notamment : Ünal 1997 :525-527, Singer 1996 : 191-193, Sing (...)
  • 94 Otten 1981 : 15, Bittel 1970 : 20-21, Ünal 1997 : 525-527, Houwink ten Cate 1983-84 : 68 (avec réfé (...)

43Dans son Apologie, Ḫattušili III déclare que Muwattalli avait initialement transféré les dieux et les mânes dans un territoire du Bas Pays dont le nom est perdu et, seulement par la suite, dans la nouvelle capitale de Tarḫundašša, qui avait probablement été bâtie et aménagée pour les accueillir93. Le transfert en deux étapes n’est pas passé par Kummanni, comme on l’avait pensé94, mais par un territoire (étrangement pas une ville) qui était compris dans le Bas Pays. S’agissait-il du territoire de Paršḫunda/Purušḫanda ? Si l’on considère l’ancien prestige de la ville dans toute la zone louvite et la valeur idéologique de la Geste d’Anitta, cela ne serait pas impossible.

  • 95 CTH 383 KUB 14.7 I 1’-15’ (éd. : Sürenhagen 1981 : 90-91). Ḫattušili III déclare à la déesse que le (...)
  • 96 Melchert 2002 : 140 et suivantes. À propos du § 13 de l’inscription, il traduit : « I Suppiluliuma, (...)
  • 97 Cf. Seeher 1998 et Seeher 2010 : 220-222. Pour les conséquences historiques et les questions ouvert (...)
  • 98 Pour la valeur des lettres d’Ougarit RS 94.2530 et RS 94.2523, voir surtout Singer 2006, de Martino (...)

44Le déplacement de la capitale à Tarḫundašša et l’abandon de Ḫattuša par Muwattalli II ont été considérés comme un péché, comme le montre la Prière de Ḫattušili III et de Puduḫeba à la déesse d’Arinna95. Si l’on accepte l’interprétation de H. C. Melchert d’un passage de l’inscription de Südburg96, Šuppiluliuma II aurait à son tour vidé Tarḫundašša de ses habitants. Toutefois, nous savons aussi qu’après quelques années Ḫattuša fut abandonnée et vidée, probablement par ce même roi97. Ce choix du roi hittite était-il lié seulement à des raisons stratégiques ou économiques, surtout après la perte du Kizzuwatna probablement occupé par des mercenaires originaires de l’Ahhiyawa98, ou faut-il penser qu’à ce moment la vieille malédiction d’Anitta lui donnait aussi une raison idéologique et religieuse de prendre cette décision dramatique ?

Bibliographie

Alster, B. / Ohima, T., « Sargonic Dinner at Kaneš. The Old Assyrian Legend of Sargon », Iraq 69, 2007, 1-20.

Archi, A., Compte rendu de Bin-Nun 1975, Or NS 46, 1977, 480-487.

Archi, A., « The Cult of the Royal Ancestors at Hattusa and the Syrian Practices », in : Vita. Festschrift in Honor of Belkıs Dinçol and Ali Dinçol, Alparslan, M. / Doğan-Alparslan, M. / Peker, H. (éds.). Ege Yayınları, Istanbul, 2007, 49-55.

Archi, A., « How the Anitta Text Reached Hattusa », in : Saeculum. Gedenkschrift für Heinrich Otten anlässlich seines 100. Geburtstags (StBoT 58), Müller-Karpe, A. / Rieken, E. / Sommerfeld, W. (éds.). Harrassowitz, Wiesbaden, 2015, 1-13.

Barjamovic, G., A Historical Geography of Anatolia in the Old Assyrian Colony Period (CNI Publications 38). Museum Tusculanum Press, Copenhague, 2011.

Bayun, L., « The Legend about the Queen of Kanis : a Historical Source ? », Journal of Ancient Civilizations 9, 1994, 1-13.

Beal, R. H., « Studies in Hittite History », JCS 35, 1983, 115-126.

Beal, R. H., « Kule- and Related Words », Or NS 57, 1988, 165-180.

Beal, R. H., « The Predecessors of Ḫattušili I », in : Hittite Studies in Honor of Harry A. Hoffner Jr., Beckman, G. / Beal, R. /

McMahon, G. (éds.). Eisenbrauns, Winona Lake, 2003, 13-35.

Beckman, G. M., « The Siege of Uršu Text (CTH 7) and Old Hittite Historiography », JCS 47, 1995, 23-34.

Beckman, G. M., « Edicts and Proclamations : Bilingual Edict of Ḫattušili I », in : The Context of Scripture, vol. II : Monumental Inscriptions from the Biblical World, Hallo, W. W. / Younger, K. L. (éds.). Brill, Leyde – Boston – Cologne, 2000, 79-81 (Nr. 2.15).

Beckman, G. M., « Sargon and Naram-Sin in Ḫatti : Reflections of Mesopotamian Antiquity among the Hittites », in : Die Gegenwart des Altertums - Formen und Funktionen des Altertumsbezugs in den Hochkulturen der Alten Welt, Kuhn, D. / Stahl, H. (éds.). Edition Forum, Heidelberg, 2001, 85-91.

Beckman, G. M., « Tawan(n)anna », RlA 13, 2012, 488-490.

Bin-Nun, S. R., « The Anatolian Background of the Tawananna’s Position in the Hittite Kingdom », RHA 30, 1972, 54-80.

Bin-Nun, S. R., « Who was Taḫurwaili, the Great Hittite King ? », JCS 26, 1974, 112-120.

Bin-Nun, S. R., The Tawananna in the Hittite Kingdom (THeth 5). Winter, Heidelberg, 1975.

Bittel, K., Hattusha. The Capital of the Hittites (Flexner Lectures 1967). Oxford University Press, New York – Oxford, 1970.

Bryce, T. R., « Ḫattušili I and the Problems of the Royal Succession in the Hittite Kingdom », AnSt 31, 1981, 9-17.

Bryce, T. R., The Major Historical Texts of Early Hittite History (Asian Studies Monograph 1). University of Queensland, St. Lucia, 1982.

Bryce, T. R., The Kingdom of the Hittites. New Edition. Oxford University Press, Oxford, 2005.

Cammarosano, M., Il decreto anto-ittita di Pimpira (Eothen 14). LoGisma, Florence, 2006.

Carini, M. F., « Il rituale di fondazione KUB XXIX 1. Ipotesi intorno alla nozione etea arcaica della regalità », Athenaeum 60, 1982, 483-520.

Carruba, O., « Tahurwaili von Ḫatti und die hethitische Geschichte um 1500 v. Chr. G. », in : Anatolian Studies Presented to Hans Gustav Güterbock on the Occasion of his 65th Birthday, Bittel, K., Houwink ten Cate, Ph. H. J. / Reiner, E. (éds.). NINO, Leyde, 1974, 73-93.

Carruba, O., « Muwattalli I. », in : X. Türk Tarih Kongresi (Ankara, 22-26 Eylül 1986). Türk Tarih Kurumu Basımevi, Ankara, 1990, 539-554.

Carruba, O., « Die Tawananna des alten Reiches », in : Hittite and Other Anatolian Studies in Honour of Sedat Alp, Otten, H. et al. (éds.). Türk Tarih Kurumu Basımevi, Ankara, 1992, 73-89.

Carruba, O., « Tauananna III. De Tauanannae nomine atque officiis », AoF 25, 1998, 215-221.

Carruba, O., Anittae res gestae (Studia Mediterranea 13, Series Hethaea 1). Italian University Press, Pavie, 2003.

Carruba, O., « Tuthalija 00I. (und Hattusili II.) », AoF 32, 2005, 246-271.

Carruba, O., « Regalità cattica, pre- o proto-etea ? A proposito di CTH 414 », in : Narrare gli eventi. Atti del convegno degli egittologi degli orientalisti italiani in margine alla mostra “la battaglia di Qadesh” (Studia Asiana 3), Pecchioli Daddi, Fr. / Guidotti, M. C. (éds.). Herder, Rome, 2005, 49-82.

Cohen, Y., Taboos and Prohibitions in Hittite Society. A Study of the Hittite Expression natta āra (‘not permitted’) (THeth 24). Winter, Heidelberg, 2002.

Corti, C., « I frammenti “minori” di CTH 3 : ipotesi di interpretazione », in : Anatolia antica. Studi in memoria di Fiorella Imparati (Eothen 11), de Martino, St. / Pecchioli Daddi, Fr. (éds.). LoGisma, Florence, 2002, 171-180.

Corti, C., « Il racconto delle origini : alcune riflessioni sul testo di Zalpa », in : Narrare gli eventi. Atti del Convegno degli Egittologi e degli Orientalisti italiani in margine alla mostra “La battaglia di Qadesh” (Studia Asiana 3), Pecchioli Daddi, Fr. / Guidotti, M. C. (éds.). Herder, Rome, 2005, 113-121.

Corti, C., « The Religious Traditions of the “Zalpa Kingdom”. New Edition of CTH 733 and Related Documents », in : Acts of the VIIth International Congress of Hittitology, Çorum, August 25-31, 2008, Süel, A. (éd.). Anıt Matbaa, Ankara, 2010, 139-156.

Corti, C., « “Because for a Long Time (the Gods of Zalpa) Have Been Ignored… Hence These Offerings in this Way Do Not We Donate”. New Celebrations in the Zalpuwa Land », JANER 10, 2010, 92-102.

Dardano, P., L’aneddoto e il racconto in età antico-hittita : la cosiddetta “Cronaca di palazzo” (Biblioteca di ricerche linguistiche e filologiche 43). Il Calamo, Rome, 1997.

Dardano, P., « “La main est coupable”, “le sang devient abondant” : sur quelques expressions avec des noms de parties et d’éléments du corps humain dans la littérature juridico-politique de l’Ancien et du Moyen Royaume hittite », Or NS 71, 2002, 333-392.

Dardano, P., « Il re, il grasso e l’argilla : per una proposta d’interpretazione di KBo 3. 46+, Ro II 13’« , in : Šarnikzel. Hethitologische Studien zum Gedenken Emil Orgetorix Forrer (DBH 10), Groddek, D. / Rössle, S. (éds.). Technische Universität Dresden, Dresde, 2004, 239-251.

Dardano, P., « “Guardare gli occhi del re” : per l’analisi di una formula antico-ittita », in : Investigationes Anatolicae – Gedenkschrift für Erich Neu (StBoT 52), Klinger, J. / Rieken, E. / Rüster, Chr. (éds.). Harrassowitz, Wiesbaden, 2010, 47-60.

de Martino, St., « Ḫattušili e Ḫaštayar : un problema aperto », Oriens Antiquus 28, 1989, 1-24.

de Martino, St., « Himuili, Kantuzzili e la presa di potere da parte di Tuthaliya », in : Quattro studi ittiti (Eothen 4), F. Imparati (éd.). LoGisma, Firenze, 1991, 5-21.

de Martino, St., « Alcune osservazioni su KBo III 27 », AoF 18, 1991, 54-66.

de Martino, St., « I rapporti tra Ittiti e Hurriti durante il regno di Muršili I », Hethitica 11, 1992, 19-37.

de Martino, St., « La cosiddetta ‘Cronaca di Ammuna’« , in : Studi e testi II (Eothen 10), de Martino, St. / Imparati, F. (éds.). LoGisma, Florence, 1999, 69-83.

de Martino, St., Annali e res gestae antico ittiti (Studia Mediterranea 12, Series Hethaea 2). Italian University Press, Pavie, 2003.

de Martino, St., « Anatolia After the Collapse of the Hittite Empire », in : Dall’Egeo all’Adriatico : organizzazioni sociali, modi di scambio e interazione in età postpalaziale (XII-XI sec. a. C.) (Studi e richerche di protostoria mediterranea 8), Borgna, E. / Càssola Guida, P. (éds.). Quasar, Rome, 2009, 21-28.

de Martino, St., « Western and South-Eastern Anatolia and Syria in the 13th and 12th Centuries. Possible Connections to the Poem », in : Lag Troia in Kilikien ? Der aktuelle Streit um Homers Ilias, Ulf, Ch. / Rollinger, R. (éds.). WBG, Darmstad, 2011, 181-205.

de Martino, St. / Imparati, F., « Stifting Through the Edicts and Proclamations of the Hittite Kings », in : III. Uluslararası Hititoloji Kongresi Bildirileri, Çorum 16-22 Eylül 1996 – Acts of the IIIrd International Congress of Hittitology, Çorum, September 16-22, 1996, Alp, S. / Süel, A. (éds.). Nokta Ofset, Ankara, 1998, 391-400.

del Monte, G. / Tischler, J., Die Orts- und Gewässernamen der hethitischen Texte (Répertoire Géographique des Textes Cunéiformes 6). L. Reichert, Wiesbaden, 1978.

Dercksen, J. G., « When we met in Ḫattuš », in : Veenhof Anniversary Volume : Studies presented to Klaas R. Veenhof on the Occasion of His Sixty-fifth Birthday (Publications de l’Institution Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 89), van Soldt, W. H. (éd.). NINO, Leyde, 2001, 39-66.

Dercksen, J. G., « Anitta and the Man of Purušḫanda », in : DUB.SAR É.DUB.BA.A - Veysel Donbaz’a Sunulan Yazılar – Studies Presented in Honour of Veysel Donbaz, Dönmez, Ş. (éd.). Ege Yayınları, Istanbul, 2010, 71-75.

Dinçol, A. / Dinçol, B. / Hawkins, J. D. / Wilhelm, G., « ‘The Cruciform Seal’ from Boğazköy-Hattusa », Istanbuler Mitteilungen 43, 1993, 87-106, Tafel 6.

Doğan-Alparslan, M., Hitit Kralı II. Muwatalli : Kişiliği ve İcraatı Filolojik Belgeler Işığında (Studia ad Orientem Antiquum 1). Ege Yayınları, Istanbul, 2012.

Doğan-Alparslan, M. / Alparslan, M., « Wohnsitze und Haupstädte der hethitischen Könige », Istanbuler Mitteilungen 61, 2011, 85-103.

Donbaz, V., « Some Remarkable Contracts of I-B Period Kültepe Tablets », in : Anatolia and the Ancient Near East : Studies in Honor of Tahsin Özgüç, Emre, K. et al. (éds.). [s. n.], Ankara, 1989, 75-98.

Donbaz, V., « Some Remarkable Contracts of I-B Period Kültepe Tablets II », in : Aspects of Art and Iconography : Anatolia and Its Neighbours. Studies in Honor of Nimet Özgüç, Mellink, M. J. / Porada, E. / Özgüç, T. (éds.). Türk Tarih Kurumu Basımevi, Ankara, 1993, 131-154.

Easton, D. F., « Hittite Land Donations and Tabarna Seals », JCS 33, 1981, 3-43.

Forlanini, M., « Die ‘Götter von Zalpa’. Hethitische Götter und Städte am Schwarzen Meer », ZA 74, 1984, 245-265.

Forlanini, M., « Remarques géographiques sur les textes cappadociens », Hethitica 6, 1985, 45-67.

Forlanini, M., « Le mont Sarpa », Hethitica 7, 1987, 73-87.

Forlanini, M., « The Kings of Kaniš », in : Atti del II Congresso Internazionale di Hittitologia (Studia Mediterranea 9), Carruba, O. / Giorgieri, M. / Mora, Cl. (éds.). Gianni Iuculano Editore, Pavie, 1995, 123-132.

Forlanini, M., « La nascità di un impero. Considerazioni sulla prima fase della storia hittita : da Kaniš a Hattuš », in : Studi di ittitologia in onore di Onofrio Carruba (Or NS 73), Archi, A. / Pecchioli Daddi, Fr. (éds.), 2004, 363-389.

Forlanini, M., « The Offering List of KBo 4.13 (I 17’-48’) to the local gods of the kingdom, known as “Sacrifice List”, and the history of the formation of the early Hittite state and its initial growing beyond central Anatolia », in : VI Congresso Internazionale di Ittitologia (Roma, 5-9 settembre 2005), Parte I (SMEA 49), Archi, A. / Francia, R. (éds.), 2007, 259-280.

Forlanini, M., « The Historical Geography of Anatolia and the Transition from the kārum-Period to the Early Hittite Empire », in : Anatolia and the Jazira during the Old Assyrian Period (Publications de l’Institution Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 111), Dercksen, J. G. (éd.). NINO, Leyde, 2008, 57-86.

Forlanini, M., « The Central Provinces of Ḫatti : an Updating », in : New Perspectives on the Historical Geography and Topography of Anatolia in the II and I Millennium B.C. (Proceedings of the International Symposium, Udine 15th-16th December 2006) (Eothen 16), Strobel, K. (éd.). LoGisma, Florence, 2008, 145-188.

Forlanini, M., « On the Middle Kızılırmak, II », in : Central-North Anatolia in the Hittite Period – New Perspectives in Light of Recent Research. Acts of the International Conference Held at the Uiversity of Florence (7-9 February 2007) (Studia Asiana 5), Pecchioli Daddi, Fr. / Torri, G. / Corti, C. (éds.). Herder, Rome, 2009, 39-69.

Forlanini, M., « Upper Mesopotamia in the Middle of the 17th Century B.C. according to the Hittite Texts », Kaskal 6, 2009, 49-75.

Forlanini, M., « An Attempt at Reconstructing the Branches of the Hittite Royal Family of the Early Kingdom Period », in : Pax Hethitica – Studies on the Hittites and their Neighbours in Honour of Itamar Singer (StBoT 51), Cohen, Y. / Gilan, A. / Miller, J. L. (éds.). Harrassowitz, Wiesbaden, 2010, 115-135.

Forlanini, M., Compte rendu de Barjamovic 2011, BiOr 69, 2012, 290-299.

Forlanini, M., « La survie des toponymes de l’Âge du Bronze dans le Pont et en Cappadoce : peut-on parler d’une continuité ethnique et linguistique et d’une survie des traditions de l’époque hittite impériale pendant les siècles “obscurs” et jusqu’au début de l’âge classique ? », in : L’Anatolie des peuples, des cités et des cultures (Colloque international, Besançon, 26-27 nov. 2010), Bru, H. / Labarre, G. (éds.). Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2013, 69-84.

Forlanini, M., « How to Infer Ancient Roads and Itineraries from Heterogeneaus Hittite Texts : The Case of the Cilician (Kizzuwatnean) Roads System », Kaskal 10, 2013, 1-34.

Forlanini, M., « The Survival of Dynastic Traditions of Bronze Age Anatolia during the Transition to the Iron Age : The Case of Ḫalpa-šulubi and the Historical Connections Between Išuwa and Milidia », in : From Source to History : Studies on Ancient Near Eastern Worlds and Beyond. Dedicated to Giovanni Battista Lanfranchi on the Occasion of His 65th Birthday on June 23, 2014 (Alter Orient und Altes Testament 412), Gaspa, S. et al. (éds.). Ugarit-Verlag, Münster, 2014, 251-271.

Forrer, E. O., Die Boghazköi-Texte in Umschrift, 2. Bd. : Geschichtliche Texte aus dem alten und neuen Chatti-Reich (Wissenschaftliche Veröffentlichung der Deutschen Orient-Gesellschaft 42). J. C. Hinrich, Leipzig, 1926.

Francia, R., « Storia degli studi sulla poesia ittita e una nuova chiave di lettura di un testo ‘classico’ : CTH 414 », SMEA Suppl. 1, 2012, 79-105.

Freu, J., « L’affirmation du nouvel empire hittite », in : Les Hittites et leur histoire II. Les débuts du nouvel empire hittite (Kubaba Série Antiquité 12), Freu, J. / Mazoyer, M. (éds.). L’Harmattan, Paris, 2007, 9-311.

Freu, J., « Telepinu et l’ancien royaume de Ḫatti », in : Les Hittites et leur histoire I. Des origines à la fin de l’ancien royaume hittite (Kubaba Série Antiquité 7), Freu, J. / Klock-Fontanille, I. / Mazoyer, M. (éds.). L’Harmattan, Paris, 2007, 29-186.

Gander, M., « Aḫḫiyawa – Ḫiyawa – Que : gibt es Evidenz für die Anwesenheit von Griechen in Kilikien am Übergang von der Bronze- zur Eisenzeit ? », SMEA 54, 2012, 1-29.

Garelli, P., Les Assyriens en Cappadoce (Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut Français d’Archéologie d’Istanbul 19). A. Maisonneuve, Paris, 1963.

Gilan, A., « Epic and History in Hittite Anatolia. In Search of a Local Hero », in : Epic and History, Konstan, D. / Raaflaub, K. A. (éds.). Wiley-Blackwell, Malden, 2010, 51-65.

Giorgieri, M., « Magia e intrighi alla corte di Labarna-Ḫattušili », Rendiconti Istituto Lombardo 124, 1990, 247-277.

Giorgieri, M., « Un rituale di scongiuro antico ittita per Labarna-Ḫattušili », SMEA 29, 1992, 47-98.

Goetze, A., « Die historische Einleitung des Aleppo-Vertrages (KBo I, 6) », in : Altorientalische Studien Bruno Meissner zum sechzigsten geburtstag am 25. April 1928 gewidmet von Freunden, Kollegen und Schülern, (Mitteilungen der Altorientalischen Gesellschaft 4). Harrassowitz, Leipzig, 1928-29, 59-66.

Günbattı, C., « Kültepe’den Akadlı Sargon’a âit bir tablet », Archivum Anatolicum 3, 1997, 131-155.

Güterbock, H. G., « Die historische Traditon und ihre literarische Gestaltung bei Babyloniern und Hethitern bis 1200. Zweiter Teil : Hethiter », ZA NF10, 1938, 45-149.

Güterbock, H. G., « Ein neues Bruchstück der Sargon-Erzählung ‘König der Schlacht’« , Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft zu Berlin 101, 1969, 14-26.

Haas, V., « Zalpa, die Stadt am Schwarzen Meer und das althethitische Königtum », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft zu Berlin 109, 1977, 15-26.

Haas, V., « Eine hethitische Weltreichsidee. Betrachtungen zum historischen Bewußtsein und politischen Denken in althethitischer Zeit », in : Anfänge politischen Denkens in der Antike. Die nahöstlichen Kulturen und die Griechen (Schriften des Historischen Kollegs Kolloquien 24), Raaflaub, K. (éd.). Oldenbourg, Munich, 1993, 135-144.

Haas, V., Geschichte der hethitischen Religion (Handbuch der Orientalistik I/15). Brill, Leyde – New York – Cologne, 1994.

Haas, V., « Das hethitische Königtum », in : Das frühe ägyptische Königtum. Akten des 2. Symposions zur ägyptischen

Königsideologie, Kunsthistorisches Museum Wien 24.-26.9.1997 (Ägypten und Altes Testament 36, Beiträge zur altägyptischen Königsideologie 2), Gundlach, R. / Seipel, W. (éds.). Harrassowiitz, Wiesbaden, 1999, 171-198.

Haas, V., Die hethitische Literatur : Texte, Stilistik, Motive. De Gruyter, Berlin – New York, 2006.

Hardy, R. S., « The Old Hittite Kingdom. A Political History », American Journal of Semitic Languages and Literatures 58, 1941, 177-216.

Hawkins, J. D., « Tudhaliya the Hunter », in : The Life and Times of Ḫattušili III and Tuthaliya IV – Proceedings of a Symposioum held in Honour of J. De Roos, 12-13 December 2003 (Publications de l’Institut Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 103), van den Hout, Th. P. J. (éd.). NINO, Leyde, 2006, 49-76.

Hecker, K., « Purušḫattum », RlA 11, 2006, 119-120.

Helck, W., « Zur ältesten Geschichte des Ḫatti-Reiches », in : Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens. Festschrift für Kurt Bittel, Boehmer, R. M. / Hauptmann, H. (éds.). Ph. von Zabern, Mayence, 1983, 271-281.

Helck, W., « Die Sukzija-Episode im Dekret des Telepinus », Die Welt des Orients 15, 1984, 103-108.

Hoffmann, I., Der Erlass Telipinus (THeth 11). Winter, Heidelberg, 1984.

Hoffner, H. A., « Propaganda and Political Justification in Hittite Historiography », in : Unity and Diversity. Essays in the History, Literature, and Religion of the Ancient Near East (The Johns Hopkins Near Eastern Studies), Goedicke, H. / Roberts, J. J. M. (éds.). Johns Hopkins University Press, Baltimore – Londres, 1975, 49-62.

Hoffner, H. A., « Histories and Historians of the Ancient Near East : the Hittites », Or NS 49, 1980, 283-332.

Holland, G. B. / Zorman, M., The Tale of Zalpa. Myth, Morality, and Coherence in a Hittite Narrative (Studia Mediterranea Series Hethaea 6). Italian University Press, Pavie, 2007.

Houwink ten Cate, Ph. H. J., « Sidelights on the Ahhiyawa Question from Hittite Vassal and Royal Correspondence », Jaarbericht van het Vooraziatisch-Egyptisch Genootschap “Ex Oriente Lux” 28, 1983-84, 33-79.

Hutter, M., « Religious Traditions in Hupisna », in : Proceedings of the Eighth International Congress of Hittitology. Warsaw, 5-9 September 2011, Taracha, P. (éd.). Agade, Varsovie, 2014, 344-357.

Kassian, A. S. / Korolëv, A. / Sidel’tsev, A., Hittite Funerary Rituals, šalliš waštaiš (Alter Orient und Altes Testament 288). Ugarit-Verlag, Münster, 2002.

Kawakami, N., « The Location of Purušḫanta », Al Rāfidān 27, 2006, 59-99.

Kempinski, A., Syrien und Palästina (Kanaan) in der Letzten Phase der Mittelbronze IIB-Zeit (1650 – 1570 v. Chr.) (Ägypten und Altes Testament 4). Harrassowitz, Wiesbaden, 1983.

Kempinski, A. / Košak, S., « CTH 13 : The Extensive Annals of Ḫattušili I ( ?) », Tel Aviv 9, 1982, 87-116.

Kimball, S., « Tawananna », in : Studia Anatolica in memoriam Erik Neu dicata (Hethitica 16), Lebrun, R. / De Vos, J. (éds.), 2010, 79-86.

Klengel, H., Geschichte des hethitischen Reiches (Handbuch der Orientalistik I/34). Brill, Leyde, 1999.

Klinger, J., Untersuchungen zur Rekonstruktion des hattischen Kultschicht (StBoT 37). Harrassowitz, Wiesbaden, 1996.

Klinger, J., « Herrscherinschriften und andere Dokumente zur politischen Geschichte des Hethiterreiches. 1. Der sogennante Anitta-Text ; 2. Das Testament Ḫattušilis I. ; Der Tatenbericht des Šuppiluliumas I. – Auszug », TUAT NF 2, 2005, 139-150.

Laroche, E., « Études ‘protohittites’« , RA 41, 1947, 67-98.

Laroche, E., « Ḫattic Deities and Their Epithets », JCS 1, 1947, 187-216.

Laroche, E., « Fleuve et ordalie en Asie Mineure Hittite », in : Festschrift Heinrich Otten, Neu, E. / Rüster, Chr. (éds.). Harrassowitz, Wiesbaden, 1973, 179-189.

Lebrun, R., Hymnes et prières hittites (Homo Religiosus 4). Centre d’histoire des religions, Louvain-la-Neuve, 1980.

Lebrun, R., « Propos concernant Urikina, Ussa et Uda », in : Akten des IV. Internationalen Kongresses für Hethitologie (Würzburg 4.-8. Oktober 1999) (StBoT 45), Wilhelm, G. (éd.). Harrassowitz, Wiesbaden, 2001, 326-332.

Lombardi, A., « Note su Šarpa e Šarlaimmi, montagne sacre di Hupišna », in : Studi e testi 1 (Eothen 9), de Martino, St. / Imparati, F. (éds.). LoGisma, Florence, 1998, 65-84.

Marazzi, M., « “Costruiamo la reggia, ‘fondiamo’ la regalità” : Note intorno ad un rituale antico-ittita (CTH 414) », Vicino Oriente 5, 1982, 117-169.

Marazzi, M., Beiträge zu den akkadischen Texten aus Boğazköy in althethitischer Zeit (Biblioteca di Ricerche Linguistiche e Filologiche 18). Dipartimento di studi glottoantropologici Università « La Sapienza », Rome, 1986.

Marazzi, M., « Gli editti reali hittiti : definizione del genere e delimitazione del corpus », in : Tabularia Hethaeorum. Hethitologische Beiträge Silvin Košak zum 65. Geburtstag (DBH 25), Groddek, D. / Zorman, M. (éds.). Harrassowitz, Wiesbaden, 2007, 487-502.

Mayer, W. R., « Sargon Märchen-Gürtel », Or NS 75, 2006, 182-183.

Melchert, H. C., « Death and the Hittite King », in : Perspectives on Indo-European Language, Culture and Religion. Studies in Honor of Edgar G. Polomé, vol. I (Journal of Indo-European Studies Monograph 7). McLean, Institute for the study of man, 1991, 182-188.

Melchert, H. C., « Tarhuntašša in the SÜDBURG Hieroglyphic Inscription », in : Recent Developments in Hittite Archaeology and History. Papers in Memory of Hans G. Güterbock, Yener, K. A. / Hoffner, H. A. (éds.). Eisenbrauns, Winona Lake, 2002, 137-143.

Mellink, M. J., « An Akkadian Illustration of a Campaign in Cilicia », Anatolia 7, 1963, 101-115.

Meriggi, P., « Die hethitischen Fragmente von šar tamhâri », in : Studien zur Sprachwissenschaft und Kulturkunde. Gedenkschrift für Wilhelm Brandenstein (Innsbrucker Beiträge zur Kulturwissenschaft 14), Mayrhofer, M. / Lochner- Hüttenbach, F. / Schmeja, H. (éds.). Sprachwissenschaftliches Institut der Leopold-Franzens-Universität, Innsbruck, 1968, 259-267.

Miller, J., « Šanaḫuitta », RlA 12, 2009, 4-6.

Neu, E., Der Anitta-Text (StBoT 18). Harrassowitz, Wiesbaden, 1974.

Otten, H., « Die hethitischen ‘Königslisten’ und die altorientalische Chronologie », Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft zu Berlin 83, 1951, 47-71.

Otten, H., Hethitische Totenrituale (Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Institut für Orientforschung, Veröffentlichung 37). Akademie-Verlag, Berlin, 1958.

Otten, H., Eine althethitische Erzählung um die Stadt Zalpa (StBoT 17). Harrassowitz, Wiesbaden, 1973.

Otten, H., Die Apologie Hattusilis III. Das Bild der Überlieferung (StBoT 24). Harrassowitz, Wiesbaden, 1981.

Otten, H., « Ein Siegelabdruck Duthalijas I.( ?) », Archäologischer Anzeiger 2000, 375-376.

Özcan, A., « Uda şehri’nin yeri hakkında », Tarih Araştırmaları Dergisi 32/53, 2013, 195-212.

Özgüç, N., « Seal Impressions from the palaces at Acemhöyük », in : Ancient Art in Seals, Porada E. (éd.). Princeton University Press, Princeton, 1980, 61-99.

Pecchioli Daddi, Fr., « Il re, il padre del re, il nonno del re », Orientis Antiqui Miscellanea 1, 1994, 75-91.

Popko, M., « Zu den Göttern von Zalpa », in : Studia Anatolic et Varia. Mélanges offerts au Professeur René Lebrun (Volume II) (Kubaba Série Antiquité 6), Mazoyer, M. / Casabonne, O. (éds.). L’Harmattan, Paris, 2004, 241-251.

Rieken, E., « Der hethitisch šar-tamhari-Text : archaisch oder archaisierend ? », in : Akten des IV. Internationalen Kongresses für Hethitologie, Würzburg, 4.-8. Oktober 1999 (StBoT 45), Wilhelm, G. (éd.). Harrassowitz, Wiesbaden, 2001, 576-585.

Riemschneider, K. K., « Die Thronfolgeordnung im althethitischen Reich », in : Beiträge zur sozialen Struktur des alten Vorderasien (Schriften zur Geschichte und Kultur des Alten Orients 1), Klengel, H. (éd.). Akademie-Verlag, Berlin, 1971, 79-102.

Rüster, Chr. / Wilhelm, G., Landschenkungsurkunden hethitischer Könige (StBoT Beiheft 4). Harrassowitz, Wiesbaden, 2012.

Schuster, H.-S., Die hattisch-hethitischen Bilinguen I. Einleitung, Texte und Kommentar. Teil 1 (Documenta et Monumenta Orientis Antiqui 17). Brill, Leyde, 1974.

Seeher, J., « Neue Befunde zur Endzeit von Ḫattuša : Ausgrabungen auf Büyükkaya in Boğazköy », in : Acts of the IIIrd International Congress of Hittitology, Çorum, September 16-22, 1996, Alp, S. / Süel, A. (éds.). Nokta Ofset, Ankara, 1998, 515-523.

Seeher, J., « After the Empire : Observations on the Early Iron Age in Central Anatolia », in : ipamati kistamati pari tumatimis. Luwian and Hittite Studies Presented to J. David Hawkins on the Occasion of His 70th Birthday (Monograph Series 28), Singer, I. (éd.). Emery and Claire Yass Publications in Archaeology, Tel Aviv, 2010, 220-229.

Simon, Zs., « Die ANKARA-Silberschale und das Ende des hethitischen Reiches », ZA 99, 2009, 247-269.

Singer, I., « Hittites and Ḫattians in Anatolia at the Beginning of the Second Millennium B.C. », Journal of Indo-European Studies 9, 1981, 119-134.

Singer, I., Muwatalli’s Prayer to the Assembly of Gods through the Storm-God of Lightning (CTH 381). Shcolars Press, Atlanta, 1996.

Singer, I., « From Ḫattuša to Tarhuntašša : Some Thoughts on Muwatalli’s Reign », in : Acts of the IIIrd International Congress of Hittitology, Çorum, September 16-22, 1996, Alp, S. / Süel, A. (éds.). Nokta Ofset, Ankara, 1998, 535-541.

Singer, I., Hittite Prayers (SBL Writings from the Ancient World 11). Society of Biblical Literature, Atlanta, 2002.

Singer, I., « Ships Bound for Lukka : A New Interpretation of the Companion Letters RS 94.2530 and RS 94.2523 », AoF 33, 2006, 242-262.

Sommer, F. / Falkenstein, A., Die hethitisch-akkadische Bilingue des Ḫattušili I. (Labarna II) (Abhandlungen der Bayerischen Akademie der Wissenschaften 16). Verlag der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Munich, 1938.

Soysal, O., « KUB XXXI 4 + KBo III 41 und 40 (Die Puhanu-Chronik). Zum Thronstreit Ḫattušilis I. », Hethitica 7, 1987, 173-253.

Soysal, O., « “Der Apfel möge die Zähne nehmen !” », Or NS 58, 1989, 171-192.

Soysal, O., Mursili I – Eine historische Studie, Thèse de doctorat inédite de l’Université de Würzburg, 1989.

Soysal, O., « Noch einmal zur Šukziya-Episode im Erlass Telipinus », in : Gedenkschrift Einar von Schuler (28. 10. 1930 - 15. 2. 1990) (Or NS 59), Marazzi, M. / Wilhelm, G. (éds.), 1990, 271-279.

Soysal, O., « Beiträge zur althethitischen Geschichte (II) », AoF 25, 1998, 5-33.

Soysal, O., « Kantuzzili in Siegelinschriften », BiOr 60, 2003, 41-56.

Soysal, O., « On the Origin of the Royal Title tabarna / labarna », Anatolica 31, 2005, 189-209.

Soysal, O., « Neues zu den Kantuzzili- und älteren Tutḫaliya-Siegeln », NABU 2011/62, 2011.

Starke, Fr., « Ḫalmašuit im Anitta-Text und die hethitische Ideologie vom Königtum », ZA 69, 1979, 47-120.

Steiner, G., « Struktur und Bedeutung des sog. Anitta-Textes », Oriens Antiquus 23, 1984, 54-73.

Steiner, G., « How was the city of Ḫattuša taken by “Anitta” ? », in : Uluslararası 1. Hititoloji Kongresi Bildirileri (19-21 Temmuz 1990). Ünal Ofset, Ankara, 1992, 170-185.

Steiner, G., « Muršili I : Sohn oder Enkel Labarna-Ḫattušilis I ? », Ugarit Forschungen 28, 1996, 561-618.

Stipich, B., « “... Ich bin bei meinem Vater nicht beliebt...” : Einige Bemerkungen zur Historizität des Zalpa-Textes », in : Organization, Representation,and Symbols of Power in the Ancient Near East, Proceedings of the 54th Rencontre Assyriologique Internationaleat Würzburg, 20–25 July 2008, Wilhelm, G. (éd.). Eisenbrauns, Winona Lake, 2012, 699-714.

Süel, A. / Soysal, O., « The Ḫattian-Hittite Foundation Rituals from Ortaköy (I). Fragments to CTH 725 “Rituel Bilingue de Consécration d’un Temple” », Anatolica 33, 2007, 1-22.

Sürenhagen, D., « Zwei Gebete Ḫattušilis und der Puduhepa. Textliche und literaturhistorische Untersuchungen », AoF 8, 1981, 83-168.

Sürenhagen, D., « Verwandtschaftsbziehungen und Erbrecht im althethitischen Königshaus vor Telepinu – ein erneuter Erklärungsversuch », AoF 25, 1998, 75-79.

Tavernier, J., « Les Hittites dans les sources mésopotamiennes », in : Identité et altérité culturelles. Le cas des Hittites dans le Proche-Orient ancien, Klock Fontanille, I. / Biettlot, S. / Meshoub, K. (éds.). Safran, Bruxelles, 2010, 171-192.

Torri, G., « Sargon, Anitta, and the Hittite Kings against Purušḫanda », AoF 36, 2009, 110-118.

Torri, G. / Görke, S., « Baurituale. Zur Textgeschichte von CTH 413-415 und CTH 725-726 », in : Proceedings of the Eighth International Congress of Hittitology, Warsaw, 5-9 September 2011, P. Taracha (éd.). Agade, Varsovie, 2014, 331-343.

Tunca, Ö., « Cylinder Seal Inscriptions of Šamši-Adad I and His Officials from Acemhöyük », in : Anatolia and the Ancient Near East. Studies in Honor of Tahsin Özgüç, Emre, K. et al. (éds.). [s. n.], Ankara, 1989, 481-483, pl. 137.

Tunca, Ö., « Des Inscriptions de Sceaux-Cylindres Diverses Provenant d’Acemhöyük », in : Aspects of Art and Iconography : Anatolia and its Neighbors. Studies in Honor of Nimet Özgüç, Mellink, M. J. / Porada, E. / Özgüç, T. (éds.). Türk Tarih Kurumu Basımevi, Ankara, 1993, 629-633, pl. 121.

Ünal, A., « Muwatalli II », RlA 8, 1997, 524-527.

van de Mieroop, M., « Sargon of Agade and His Successors in Anatolia », SMEA 42, 2000, 133-159.

van den Hout, Th. P. J., « Tarḫund/tašša », RlA 13, 2012, 460-463.

van Gessel, B. H. L., Onomasticon of the Hittite Pantheon, Part one (Handbuch der Orientalistik I/33). Brill, Leyde – New York – Cologne, 1998.

Weeden, M., « Tuwati and Wasusarma : Imitating the behaviour of Assyria », Iraq 72, 2010, 39-61.

Weeden, M., Hittite Logograms and Hittite Scholarship (StBoT 54). Harrassowitz, Wiesbaden, 2011.

Weidner, E. F., Politische Dokumente aus Kleinasien. Die Staatsverträge in akkadischer Sprache aus dem Archiv von Boghazköi (Boghazköi Studien 8-9). J. C. Hinrichs, Leipzig, 1923.

Westenholz, J. G., Legends of the Kings of Akkade. The Texts (Mesopotamian Civilizations 7). Eisenbrauns, Winona Lake, 1997.

Westenholz, J. G., « Notes on the Old Assyrian Sargon Legend », Iraq 69, 2007, 21-27.

Westenholz, J. G., « The Transmission and Reception of the Sargonic Sagas in the Hittite World », in : Hethitische

Literatur. Überlieferungsprozesse, Textsrukturen, Ausdruckformen und Nachwirken. Akten des Symposiums vom 18. bis

Februar 2010 in Bonn (Alter Orient und Altes Testament 391), Hutter, M. / Hutter-Braunsar, S. (éds.). Ugarit-Verlag, Münster, 2011, 285-303.

Wilhelm, G., « Zur Datierung der älteren hethitischen Landschenkungsurkunden », AoF 32, 2005, 272-279.

Wilhelm, G., « Taḫurwaili, heth. Grosskönig des 15. Jhs. », RlA 13, 2012, 414-415.

Yakubovich, I., Sociolinguistics of the Luvian Language (Brill’s Studies in Indo-European Langues and Linguistics 2). Brill, Leyde – Boston, 2010.

Yiğit, T., « Sequence of Internal Events During the Foundation Period of the Hittite Kingdom », in : Acts of the Vth International Congress of Hittitology, Süel, A. (éd.). T.C. Çorum valiliği, Ankara, 2005, 779-788.

Yiğit, T., « Ḫaštayar and Kadduši », in : Vita : Festschrift in Honor of Belkis Dinçol and Ali Dinçol, Alparslan, M. / Doğan-Alparslan, M. / Peker, H. (éds.). Ege Yayınları, Istanbul, 2007, 797-801.

Yiğit, T., « Šanaḫuitta and Some Observations on the Early Period of the Hittite Kingdom », in : VI Congresso Internazionale di Ittitologia. Roma 5-9 settembre 2005, II ( = SMEA 50), Archi, R. / Francia, R. (éds.), 2008, 829-836.

Zorman, M., « CTH 3 : The Conquest of Zalpa Justified », in : VI Congresso Internazionale di Ittitologia. Roma 5-9 settembre 2005, II ( = SMEA 50), Archi, R. / Francia, R. (éds.), 2008, 861-870.

Notes

1 Forlanini 1995, Forlanini 2004, Forlanini 2007, Forlanini 2009b et Forlanini 2010. Le Décret de Telebinu montre clairement que la règle de la succession royale avant lui n’était pas patrilinéaire, mais qu’elle était basée sur l’alternance entre familles du clan au moyen de mariages et d’adoptions (cf. Sürenhagen 1998), d’où l’importance des femmes pour la transmission du pouvoir (même s’il ne s’agit pas d’un matriarcat) comme au Moyen Âge européen. La publication du sceau cruciforme (Dinçol/Dinçol/Hawkins 1993) a confirmé la ligne de succession des rois hittites pendant le XVIIème siècle av. J.-C. : Ḫuzziya Ier – Labarna Ier - Ḫattušili Ier /Labarna II – Muršili Ier . Ḫuzziya était le grand-père de Ḫattušili Ier , Labarna était le mari de Tawananna, fille de Ḫuzziya, et Ḫattušili Ier était le fils du frère de Tawananna. Muršili fut imposé comme successeur par Ḫattušili Ier , seulement après que la fille du roi (et son mari) et le fils de la sœur furent écartés de la succession, mais, avec Ḫantili, mari de la sœur de Muršili, on revint au vieux système. L’étude de G. Wilhelm 2005 (voir aussi Rüster/Wilhem 2012 : 49 et 88-90) sur les actes de donation de terres (Landschenkungsurkunden) a montré que la tablette d’Inandık ne pouvait pas remonter à l’époque de Ḫattušili Ier, mais plutôt au début du règne de Telebinu et donc que toute déduction sur la chronologie des textes hittites archaïques dépendant de la vieille attribution n’avait plus de valeur. Sur cette base, en utilisant aussi les documents paléo-assyriens de la fin de la période Ib et en partant de l’idée que chaque famille du clan royal devait avoir ses traditions onomastiques, souvent liées à des territoires d’origine (ou aux villes contrôlées), j’ai pu proposer une nouvelle reconstruction du début de l’Histoire hittite.

2 CTH 7. Éditions : Güterbock 1938 et Beckman 1995. Voir aussi Kempinski 1983 : 33-41 et Haas 2006 : 42-46 (traduction et commentaire). Ce document, un vrai unicum, est aujourd’hui considéré comme très ancien et probablement un témoin de la phase pendant laquelle les scribes d’origine syrienne arrivés à la Cour hittite, commençaient à introduire des mots hittites dans leur akkadien. Sur le problème de la graphie et de la langue de ce texte, voir Weeden 2011 : 74-76. Voir aussi Forlanini 2009b : 59 n. 45. On pense généralement que le « Siège d’Uršu » décrit un épisode de la campagne contre Uršu de la deuxième année de Ḫattušili, mais celle-ci fut un raid mené par le roi dans le territoire d’Uršu, en partant d’Alalaḫ et bien avant la (re)conquête de Ḫaššuwa, tandis qu’à l’époque du siège le roi hittite se trouvait à Luhuzzandiya et la montagne de Ḫaššuwa était contrôlée par les Hittites (Forlanini 2009b : 50, 59-63).

3 Aussi la rédaction de la « Chronique du Palais » (CTH 8 et 9, édition : Dardano 1997), un recueil d’anecdotes surtout liés à la vie de la Cour dans la ville de Ḫurma, a généralement été attribuée à l’époque de Muršili Ier, et les événements au règne de Ḫattušili Ier (le « père du roi »). La nouvelle datation de la tablette d’Inandık élimine le seul indice en faveur d’une datation des épisodes de la Chronique du Palais pendant le règne de Ḫattušili. Ceux-ci auraient dû se dérouler, si cette datation avait été correcte, plutôt à la Cour de Ḫattuša qu’à Ḫurma. Cf. Forlanini 2010 : 118.

4 Il s’agit de Zalp(uw)a sur la Mer Noire, à ne pas confondre avec Zalbar/Zalwar (probablement Tilmen Höyük), Zalpa des marchands assyriens (en Commagène), ou Zalpaḫ du Balih en Haute Mésopotamie. Voir sur ce point Forlanini 2008a : 75-76, avec bibliographie. L’« Histoire de Zalpa » (CTH 3.1) reconnue déjà par Forrer (2BoTU 13) a été publiée par Otten 1973, qui a pu intégrer dans ce texte le fragment KBo 22.2 contenant l’histoire de la reine de Kaniš. D’autres fragments mentionnant Zalpa et « mon grand-père » (CTH 3.2) appartiennent à un texte de type religieux mais lié aux mêmes événements (Corti 2002). L’édition la plus récente est celle de Holland et Zorman (Holland/Zorman 2007) basée sur cinq manuscrits fragmentaires (A-E, un sixième, F, reconnu par Fuscagni est mentionné dans Konkordanz). Ce texte a été utilisé pour la reconstruction du début de l’État hittite notamment par Güterbock 1938 : 101-102, Haas 1977 : 21 et suivantes, Helck 1983, Soysal 1989b : 139-144, Bayun 1994, Pecchioli Daddi 1994 : 85-86, Beal 2003 : 21-24, Haas 2006 : 20-26 et Stipich 2012. En général, on pense que le texte aurait été composé et copié pour justifier la destruction de Zalpa : cf. Zorman 2008 : 861-862 et 870. Les rois hittites impliqués dans cette narration sont présentés comme : le « grand père du roi », le « vieux roi » et le « roi », tandis que le « père du vieux roi » peut ne pas avoir régné. L’identification de ces personnages a longtemps été discutée (voir surtout Beal 2003 : 21-22 avec références bibliographiques). La majorité des savants pensent que le « roi » était Muršili (Otten 1973 : 62 ; Hoffner 1980 : 291 n. 29 ; Soysal 1989b : 45-49, 124, 139-140 ; Klinger 1996 : 118-119 ; Freu 2007b : 55-59). Dans ce cas, le « grand père » serait Ḫattušili et le « vieux roi » Pimpira, mais Muršili est toujours, sauf dans un cas, appelé « fils » de Ḫattušili (voir note 6). D’autres considèrent Ḫattušili le « roi » (Beal 2003 : 23), mais Pecchioli Daddi 1994 : 86 pensait que le « vieux roi » et son père étaient des rois de Zalpa. Je partage l’idée de Beal que le « vieux roi », dont le père avait reçu Ḫurma en principauté, est Labarna Ier, dont la Cour était à Ḫurma. Par conséquent, le « roi » était Ḫattušili et le « grand père » Ḫuzziya (voir la référence au « grand père » dans le Testament). Cette reconstruction comporte une période de corégence de Labarna Ier avec Ḫattušili, dans laquelle se situerait la chute de Zalpa. Labarna Ier en aurait alors été responsable selon le manuscrit A plus ancien, KBo 22.2 Vo 14’. Dans la copie B, récente, KBo 3.38 Vo 30’, le LUGAL ŠU.GI, dont le scribe ne devait pas comprendre le rôle, a été remplacé par LÚMEŠ GAL, probablement en passant par LÚMEŠ ŠU.GI. Sur ce dernier point, voir Forlanini 2004 : 382, Freu 2007b : 56, Corti 2005 : 118 et Forlanini 2010 : 130.

5 Pour un résumé de ces interprétations, à côté de celles plus historiques, voir Stipich 2012 : 703 et suivantes.

6 Ḫuzziya, envoyé par son père à Tappašanda, avait été impliqué dans la rébellion de cette ville (selon le Testament CTH 6 II 63 et suivantes, cf. Sommer/Falkenstein 1938 : 8-11, 113-114, 227). Il a été identifié au Ḫuzziya roi de Hakpiš de la liste des offrandes aux ancêtres CTH 661.1 (liste A KUB 36.120 : 7, B KUB 11.11+ 7-8, Otten 1951 : 64 et Soysal 1989b : 69), où il apparaît après Muršili et Pimpira, et à celui de la liste de rois KBo 11.36 III 9’-12’ (Otten 1958 : 111 et Soysal 1989b : 67), où des offrandes sont attribuées au « rois » Ḫattušili, Labarna, Pimpirit et Ḫuzziya, les trois derniers étant plutôt des princes héritiers de Ḫattušili ou des corégents de Muršili. Cf. Soysal 1989b : 126, Steiner 1996 : 606, Forlanini 2004 : 388-389 et Forlanini 2010 : 124 n. 45. Muršili Ier est généralement considéré comme un petit-fils de Ḫattušili sur la base de l’introduction historique du traité entre Muršili II et Talmi-Šarruma (CTH 75 Ro. 13, Weidner 1923 : 82-83), mais dans tous les autres témoignages il est toujours le « fils » de ce roi. Il serait donc un « fils adoptif », mais on n’a pas pu trouver avec certitude les noms de ses parents (on a pensé à Haštayar, dans ce cas fille de Ḫattušili Ier, et Maratti, voir Beal 1983 : 122-124 et Soysal 1989b : 128), et on peut se demander s’il était nécessaire d’adopter comme fils un petit-fils. Ces difficultés ont amené des savants à se poser la question (voir Goetze 1928-1929 : 84, Riemschneider 1971 : 82 et Bryce 1981 : 9). Steiner a démontré dans un long article (Steiner 1996) qu’il était un fils tardif du roi. Quant à une possible explication du passage du traité de Talmi-Šarruma, cf. note 92 ci-dessous. L’attribution à Ḫattušili d’autres fils (Ḫakkarpili et Ḫappi en particulier) dépend de l’identification du « grand père du roi » de l’Histoire de Zalpa avec Ḫattušili Ier , ce qui est très improbable. Si la fille de Ḫattušili pouvait déclarer, selon le Testament (CTH 6 II 69-72), qu’elle avait des enfants et que le roi, en l’excluant et en n’ayant pas d’autres successeurs (Ḫuzziya avait déjà été exclu), a dû choisir l’un de ses serviteurs, nous pouvons penser que Muršili n’était pas encore né à l’époque.

7 Cf. notamment les études de Soysal 1989b, Pecchioli Daddi 1994 et de Martino 2003. Les documents dont on a proposé une rédaction sous Muršili Ier sont surtout : la « Chronique du Palais », l’« Histoire de Zalpa », le décret KBo 28 (avec d’autres fragments analogues), les Annales CTH 13 et CTH 12 et les Lois.

8 CTH 6 II 69 et suivantes. Pour le nom de cette reine, voir Soysal 2005 : 205 et Forlanini 2010 : 124 n. 46 (*Ḫarapšedi).

9 Identification déjà proposée par Steiner 1996 : 608.

10 Les lignes I 35-63 lui sont dédiées, alors que I 24-34 font allusion à Muršili. Cf. Kempinski 1983 : 54 et Soysal 1990 : 271. Voir aussi Forlanini 2010 : 118 n. 20.

11 L’attribution de plusieurs textes de l’époque à Muršili Ier amène à des contradictions, cf. Kempinski/Košak 1982 : 98. L’attribution des Annales CTH 13 à Muršili serait incompatible avec la longue période de paix pendant laquelle ce roi aurait fait rédiger les lois.

12 Bibliographie chez Soysal 1989b : 161. Cf. aussi Kempinski/Košak 1983 : 57.

13 CTH 24, récemment étudié par Cammarosano 2006, auquel je renvoie pour la bibliographie. Pour d’autres fragments de ce numéro de CTH, voir Konkordanz.

14 Sauf peut-être KBo 12.14, selon Soysal 1989b : 145-146, mais la nature de ce fragment n’est pas claire.

15 Il s’agit de CTH 10.2 (A = KBo 3.45, B = KBo 22.7), voir Hoffner 1975 : 56-57. Cf. aussi Soysal 1989b : 54-55, 101-102, 164-165 (Ḫantili aurait détruit les textes rédigés sous son prédécesseur !) ; Soysal 1998 : 30-31 et de Martino 1991b : 60.

16 CTH 6 III 41-45. Pour la ville de Šanaḫuitta, voir Miller 2009, avec bibliographie, et aussi Yiğit 2008. Pour la localisation que j’ai proposée, voir Forlanini 2008b : 156 et Forlanini 2008a : 81 n. 115. L’épisode de Papahdilmah peut être à l’origine de l’état de rébellion de la ville au tout début du règne de Ḫattušili Ier (CTH 4, hitt. A I 4-8, akk. Ro 2-3). Peut-être la ville, si elle avait été la capitale de Ḫuzziya Ier, n’avait-elle pas accepté que Ḫattuša devienne la nouvelle capitale sous Ḫattušili Ier.

17 Dinçol/Dinçol/Hawkins/Wilhelm 1993 : 106.

18 KBo 28.137 (2478/c) 3’ : IPa-wa-]ah-di-il-ma-ah IHu-uz[-zi-ya. Cf. Forlanini 2004 : 381 n. 47. Voir aussi Otten 1951 : 52 n. 2 et Klengel 1999 : 76 (texte B4). Au sujet de Papaḫdilmaḫ/Pawaḫtelmaḫ, voir Forlanini 2010 : 116-117 n. 11.

19 Le catalogue de bibliothèque KUB 30.68 conserve le titre de CTH 733 et mentionne un Ḫuzziya parmi les officiants du culte de Zalpuwa (Forlanini 1984 : 253). Pour la divinité de Hakm/piš, voir van Gessel 1998 : I 175-176. La ville de Hakm/piš avait conservé des cultes du nord après la perte de Nerik du temps d’Arnuwanda Ier. Ḫattušili III en fera la capitale de son royaume du nord avant de reprendre Nerik.

20 Cf. Forlanini 2004 : 381 n. 49 : *P/Wawah-te-l/n(i)mah « œil d’aigle ».

21 Cf. Bin-Nun 1975 : 8-9, 55, Carruba 1998 : 105, Beal 2003 : 16, Forlanini 2004 : 381, Forlanini 2010 : 123 et Freu 2007b : 54-55.

22 On pense généralement que ce roi s’est appelé Labarna et a changé de nom après avoir établi à Ḫattuša sa capitale (cf. par exemple Freu 2007b : 62). Je pense au contraire qu’il est né à Ḫattuša. Il aurait pris le nom de Labarna (II) après avoir été adopté par Labarna I . La présence de Pawaḫtelmaḫ dans les listes des ancêtres montre qu’il a dû mourir à Ḫattuša (cf. Archi 2007 : 50-51 et Forlanini 2010 : 117). Son nom est glosé par les mots « père de L[abarna] » parce qu’il a été pratiquement oublié par la tradition.

23 Sur le rôle de Zalp(uw)a à l’origine de la monarchie, voir Haas 1977, Haas 1994 : 185-187, Haas 1999 : 171-173 et Forlanini 2004 : 379-380.

24 Sur ce texte et les dieux de Zalpuwa, voir Haas 1994 : 608-609, Popko 2004, Corti 2010a et Corti 2010b.

25 Sur la monarchie à Ḫattuša, voir Haas 1994 : 188-189.

26 La présence de l’« Histoire de Zalpa » à Boğazköy s’explique par la volonté de démontrer que les gens de Zalpa n’étaient pas des barbares, mais qu’ils étaient les fils de la reine de Kaniš qui étaient retournés à leur patrie. Le texte indiquait aussi que la destruction finale de la ville de Zalpa n’était pas due au « roi », Ḫattušili Ier, descendant des rois de Zalpa, mais au « vieux roi » (Labarna), qui avait dû répondre ainsi aux rébellions fréquentes (cf. Beal 2003 : 21, Forlanini 2004 : 382 et Freu 2007b : 56). L’interprétation de Zorman 2008 est opposée : le texte justifierait, selon elle, la possession de la ville par le roi de Ḫattuša.

27 Éditions : Carini 1982 : 488-489 et Marazzi 1982. Carini 1982 : 509 et suivantes interprète ce texte comme une alliance entre Labarna et le trône (la divinité Ḫalmašuit/Hanwašuit au nom hatti, contra Starke 1979) qui vient de Zalpa sur la mer lui apporter la royauté et ses symboles. Cf. Carruba 2005b, Freu 2007b : 45, Francia 2012 : 83 et suivantes, Torri/Görke 2014.

28 Traduction selon Laroche 1947a : 75. Édition : Schuster 1974 : 66-67. Le hatti a (A II 42) tabarna kātti pour le hitt. (A II 44) labarnaš LUGAL-. Nouveaux fragments d’Ortaköy : Süel/Soysal 2007.

29 Le joint avec KUB 57.84 a été proposé par C. Corti. Édition : Kassian/Korolëv/Sidel’tsev 2002 : 689-691.

30 Dans le « Siège d’Uršu », on indique (Ro 26’) qu’au Hatti « il n’y a pas de mal » (bištum ul ibašši), en se référant certainement au pays du roi, ce dernier étant, selon ma reconstruction, Labarna Ier. La présence de troupes du Hatti à Hana sur le moyen Euphrate sous le règne de Kuwari, ne peut malheureusement pas prouver l’existence d’un royaume de Ḫatti vers 1700 av. J.-C. comme le propose Freu 2007b : 112, car la datation de ce roi doit être baissée. Cette présence coïncide probablement avec le raid de Muršili Ier contre Babylone (cf. Forlanini 2009b : 56-57).

31 C’est la thèse de Giorgieri 1990 : 276 et suivantes et Giorgieri 1992 : 53-54, 92-93. Ces rituels sont CTH 412, CTH 458.10 et CTH 732 (avec des formules en langue hattie).

32 Cf. Haas 1993. La guerre contre le Yamhad et l’expédition contre Babylone témoignent de la volonté de Ḫattušili et de son fils d’ériger un empire universel sur les ruines des deux puissances amorrites, qui seules pouvaient prétendre à une dignité semblable et leur barrer la route.

33 CTH 1. Éditions : Neu 1974 et Carruba 2003.

34 Le long article de Steiner 1984 contient une analyse exhaustive de ce problème. Cet auteur divise le texte en trois parties (A 1-35, B 36-51, C 52- 79). Pour Carruba 2003 : 14, il s’agirait de deux textes (A 1-51, B 52-79). Haas 2006 : 30-31, considère déplacée par le scribe la formule de malédiction de 33-35, mais remarque aussi l’étrange position des paragraphes concernant les œuvres de paix. Déjà Güterbock 1938, 140, considérait les lignes 1-35 « eine geschlossene Inschrift » et les lignes 55-58 (« …Baubericht, der nach dem Schema das Ende einer Inschrift bilden sollte »). Cf. aussi Neu 1974 : 133-135 et Archi 2015 : 3-4.

35 Cf. de Martino 1999.

36 Cf. de Martino 2003 : 81-87.

37 Selon Steiner 1984 : 67-68, le mot perdu à la fin de la l. 33 serait un impératif de la forme GTn du verbe akkadien šasû « déclamer, lire à haute voix », correspondant au hittite halzešša-. Il traduit : « Diese Worte von einer/der Tontafel (tuppiaz) l[ies]/l[est] in meinem Tor [immer wieder vor]. »

38 Ro 21-29. Les villes vaincues dont on peut lire le nom sont Ullamma (ligne 13, dans la ligne suivante apparaît le « roi de la ville de Ḫatti »), […] tešma (l. 15, ou Tešma = Taišama ?) et Harkiuna. Celui qui les repeuplera (l. 24-25) « qu’il soit ennemi de Neša », selon la traduction de Neu sur la base des mots conservés (Neu 1974 : 10-11 : « Nešas Feind soll er sein, und jener soll der ganzen Bevölkerung F[eind] sein ! Und wie ein Löwe das Lan[d…] »). La traduction de Carruba 2003 : 26-27 qui corrige le texte par des restaurations et propose de lire šarkuš à la place de kurur, est opposée (« …soll von Nesa aus niemand wieder besiedeln. Er soll von Nesa starker König sein, der soll der König aller Länder sein ! Und wie ein Löwe soll er über das Land verfügen”). Dans le paragraphe suivant, l. 28, on peut lire les mots ]xx ašaši nan dIŠKUR-ni[ : « qui re]peuplera (les villes) lui au dieux de l’orage[… » (cf. Carruba 2003 : 26-27 : « …wieder besiedelt, den sollt ihr dem Wettergott überantworten »).

39 Cf. dans la première partie la répétition aux lignes Ro 31-32 des mots « I..]URUZalpuwaš arunaš[… », qui semblent appartenir à deux phrases conclusives sur les conquêtes du roi « à partir de Zalpuwa, de la mer ».

40 Je suis ici la traduction de Neu 1974 : 13. Parmi les interprétations différentes, je mentionne celle de Steiner 1984 : 69 à la l. 36 pour tan namma (« zweitens, ferner »), qui n’indiquerait pas une deuxième guerre contre Ḫattuša, mais serait l’élément de liaison entre le texte original et la première adjonction. La description de cette guerre serait donc reprise une deuxième fois d’une façon différente. Selon Steiner 1992 : 174, Ḫattuša ne fut pas prise suite à une famine, mais parce qu’elle était vide, son roi Piušti étant ailleurs avec l’armée. Pour la place de Ḫalmašuit dans la conquête de Ḫattuša, voir aussi la discussion de Carruba 2003 : 115-116, et Carruba 2005b : 65-66, en réaction à l’interprétation de Starke 1979.

41 Pour la localisation et l’histoire de la ville, voir Forlanini 2008a : 60 n. 13 et Barjamovic 2011 : 350-357.

42 Dercksen 2010. Il s’agirait d’un « successful attempt by the ruler of Purushanda to make Anitta an ally… ». Les savants (parmi eux Otten, Bryce et Güterbock) considéraient plutôt ce geste comme un acte de soumission du roi de Purušḫanda à Anitta. Steiner 1984 : 54, pensait que le roi de Purušḫanda était apprécié par Anitta pour l’avoir aidé pendant la guerre de Šaladiwara, mais il s’agit plutôt du contraire : il avait été soulagé par la campagne d’Anitta et, par ses dons, il le remerciait en lui reconnaissant une plus haute dignité. Pour Yakubovich 2010 : 245 et suivantes, la présence louvite à Kaniš serait liée à Purušḫanda, dont le « grand roi » aurait concédé le titre de l/tabarna au roi de Kuššar ou de Kaniš « in exchange for his formal submission ». Sur Anitta et Šaladiwara, cf. aussi Forlanini 2004 : 376-377, n. 34, et Forlanini 2008b : 60. Je ne crois pas qu’Anitta, aux lignes 64-72, célébrait sa propre défaite par le roi de Šaladiwara comme montreraient les intégrations et la traduction de Carruba 2003 : 47, 122-123 (avec Steiner 1984 : 61-62), interprétation à laquelle je préfère celle de Neu 1974 : 15, 33-35.

43 Comme l’a proposé Haas 1977 : 24.

44 L’édition de Sommer/Falkenstein 1938 de ce texte bilingue reste toujours fondamentale. Pour l’akkadien et la typologie de ce texte, voir Marazzi 1986 : 1-23 et Marazzi 2007 : 495. Pour une interprétation particulière des dernières lignes, voir Melchert 1991. Autres traductions : Bryce 1982 : 99-100, Beckman 2000 et Klinger 2005 : 142-146.

45 Pour la chronologie des événements mentionnés dans le Testament, voir notamment Bryce 1981 : 14 et 17.

46 Voir ci-dessus n. 6.

47 CTH 661, listes A I 3 // B 5 (Otten 1951).

48 Cf. déjà Forlanini 2010 : 124 n.49.

49 Güterbock 1938 : 99 n. 2 (se référant à Forrer 1926 : 4*-5*).

50 L’ont considéré comme un décret : Güterbock 1938 : 99 (« … dieselbe Form, eines Erlasses… »), Bin-Nun 1975 : 79 et suivantes (qui l’attribuait à Ḫattušili Ier), Kempinski/Košak 1982 : 99 (un fragment de décret attribué à Ḫattušili Ier, et l’épisode de Purušḫanda correspondant à celui de CTH 13), Marazzi 2007 : 494 (il pense à Ḫattušili Ier). Le texte est attribué à Muršili Ier par Beal 2003 : 25. Si KBo 3.27 et KBo 3.28 sont des fragments de décret attribuables à Ḫattušili Ier et leur contenu est compatible, il devient naturel, par le rasoir d’Ockham, de les considérer comme des parties d’un même document.

51 Soysal 1989b : 31-32, 91, de Martino 1989 : 14-15, de Martino 1992 : 26-27, Pecchioli Daddi 1994 : 82-84, Dardano 2002 : 377, 388, Dardano 2010 : 47-48 et Beal 2003 : 25.

52 Pour cette expression, voir Dardano 2010.

53 Bin-Nun 1975 : 79 remarquait que le sort du prince n’était pas précisé, tandis que le texte nous parle de celui de sa femme et de sa sœur. Tout cela nous rappelle le Testament, où l’on ne parle que des dames, mais pas de leurs maris. Toutefois, les lignes 10-16 de KBo 3.28 montreraient que le prince n’avait pas été puni (voir la traduction de Laroche 1973 : 187).

54 On considère généralement les révoltes de Purušḫanda décrites dans CTH 13 et dans KBo 3.27 comme un même événement historique (voir par exemple Soysal 1989b : 136, et Soysal 1989a, qui l’attribue au règne de Muršili). Toutefois, des doutes ont été exprimés par Dardano 2002 : 368.

55 CTH 8 A III 15’-16’ (Dardano 1997 : 58-59, 114-115).

56 Sur Kizzuwa et sa présence dans la « Chronique du palais », cf. Laroche 1973 : 187-198, Pecchioli Daddi 1994 : 84, Dardano 2002 : 365, Beal 2003 : 25, Corti 2005 : 117 (le même que le Kiswa de l’« Histoire de Zalpa ») et Freu 2007b : 71.

57 Voir surtout de Martino 1989 : 15-16.

58 Sur Kizzuwa et sa présence dans la « Chronique du palais », cf. Laroche 1973 : 187-198, Pecchioli Daddi 1994 : 84, Dardano 2002 : 365, Beal 2003 : 25, Corti 2005 : 117 (le même que le Kiswa de l’« Histoire de Zalpa ») et Freu 2007b : 71.

59 Avec Bin-Nun 1975 : 83-84 qui attribue ce texte à Ḫattušili Ier. Cf. de Martino 1989 : 17.

60 Quelle est la relation de Ḫaštayar par rapport à Ḫattušili ? Elle était la (ou une) femme de Ḫattušili selon Forrer 1926 : 3*, VII, Sommer/Falkenstein 1938 : 188-189, 209, 251, Bin-Nun 1975 : 256, passim, Soysal 1989b : 116-117, de Martino 1989 et Haas 2006 : 64. Elle était la fille du roi et mère de Muršili pour Beal 1983 : 122-124 (femme de Maratti), Freu 2007b : 98 et Yiğit 2007.

61 Cf. Bin-Nun 1975 : 52 et suivantes, de Martino 1991b : 54-56, 58-61 et Carruba 1992 : 77-82.

62 Sur le problème de Tawananna, nom d’une reine ou titre, voir notamment : Bin-Nun 1972, Bin-Nun 1975, Archi 1977, Bryce 1981 : 15-16, de Martino 1991b : 58-59, Carruba 1992 : 88, Carruba 1998 : 216-217, Beal 2003 : 14-15, Bryce 2005 : 92-94, Freu 2007b : 64-65, Kimball 2010 : 79-83 et Beckman 2012 avec bibliographie. La majorité des savants supposent que la Tawananna de KBo 3.27 n’est pas un titre, mais un nom de personne et qu’elle n’est pas la tante de Ḫattušili, mais sa sœur ou sa fille. Cf. notamment Bin-Nun 1975 : 70-71, de Martino 1991b : 98-99, de Martino/Imparati 1998 : 392-395, Yiğit 2005 : 788 et Dardano 2010 : 59. Pour son identification avec la tante, voir Beal 1983 : 124-126, Beal 2003 : 29-30 et Soysal 1987 : 251. À mon avis, le roi veut ici châtier les partisans des candidats à la succession qui descendaient de sa tante Tawananna et étaient donc des antiyant- du roi, pour laisser sa succession au seul Muršili.

63 Cf. Hoffner 1975 : 56 et suivantes, Soysal 1989b : 54-55, 100-101, 164-165, Soysal 1998 : 30-31, Freu 2007b : 116-117 et Tavernier 2010 : 177-178.

64 La localisation fut proposée par J. Lewy (apud Garelli 1963 : 123 n. 4). Voir aussi del Monte/Tischler 1978 : 124, Kempinski/Košak 1982 : 99-100 et Hecker 2006. Récemment Kawakami 2006 a étudié la localisation de Purušḫanda avec une conclusion plutôt favorable à l’identification avec Acem Höyük. On peut se référer à son article pour la bibliographie relative à toutes les hypothèses proposées auparavant : près de Nevşehir (Garstang et Gurney), près de Konya (Bilgiç, Hawkins) à Karahöyük de Konya (S. Alp), près de Niğde (B. Landsberger), sur le lac de Beyşehir (Gordon). Plus récemment, Barjamovic 2011 : 357-375 a proposé une position beaucoup plus occidentale, Üç Hüyük près des Bolvadin, où devait passer plus tard la frontière entre l’Arzawa et le Ḫatti. Üç Hüyük est un site intéressant, mais, à mon avis, il correspond plutôt à une ville comme Waliwanda : cf. ma critique (Forlanini 2012 : 297-298).

65 Cf. Forlanini 1985 : 52-53 et Forlanini 2008a : 62-63. Dans l’onomastique « cappadocienne » nous trouvons : Tunumna, Tù-a-nu-wa et Zaparašna. Sur la position de Tuwanuwa, Tunna et du mont/ville Z/Šabarašna (qui n’apparaissent jamais en tant que toponymes dans les textes paléo-assyriens) le long de la route des Portes Ciliciennes, cf. Forlanini 2013b : 16 et suivantes. Cette route, évidemment accessible aux marchands « éblaïtes » (du Yamhad), passait à côté de la montagne d’argent (Tunni, Tunniyari) où se trouvent les mines de Bolkarmaden. Purušḫanda était un centre important du commerce de l’argent.

66 Cf. Dercksen 2001 : 61 et Forlanini 2008a : 61.

67 Pour les empreintes de sceaux retrouvées à Acem Höyük, voir Özgüç 1980, Tunca 1989 et Tunca 1993.

68 La version hittite, CTH 310, est documentée par des fragments de la fin de l’Empire (éd. : Güterbock 1938 : 45 et suivantes, Güterbock 1969 : 14-26, Meriggi 1968 : 259-269 et Rieken 2001 : 578-579). Selon Rieken 2001 : 583-584, la langue archaïsante fait supposer l’existence d’une rédaction « moyen »-hittite. Pour les copies akkadiennes d’Amarna, Aššur et Ninive, voir Westenholz 1997 : 102-139. Concernant la copie d’Amarna (bibliographie chez Westenholz 2011 : 292 et suivantes), on a pensé qu’elle avait était importée de Ḫattuša ou de la Syrie sous influence hittite, ou même qu’elle était l’œuvre d’un scribe hittite présent sur place (une sorte de visiting professor selon Beckman 2001 : 88).

69 La montagne d’argent pourrait être la section du Taurus qui domine les Portes Ciliciennes (le mont Tunni en particulier). La possibilité que Sargon, ou l’un de ses successeurs, ait atteint la Cilicie pourrait être documentée par un fragment en albâtre trouvé en Mésopotamie (Mellink 1963).

70 Il s’agirait d’une projection dans le passé des guerres d’Anitta (Torri 2009 : 114-115, Yakubovich 2010 : 208, 307 et Westenholz 2011 : 290). Selon Gilan 2010 : 54, le roi hittite (Ḫattušili Ier) s’identifiait avec Sargon. C’est pour cette raison que cette épopée aurait été conservée dans sa bibliothèque, même si le roi vaincu était anatolien. On pourrait dire, au contraire, que ce texte était apprécié parce que le roi vaincu était celui de Purušḫanda !

71 Cf. Haas 2006 : 68 et suivantes.

72 Éditions et commentaires : Günbattı 1997, van de Mieroop 2000 et Alster/Oshima 2007. Cf. Westenholz 2007.

73 Cf. de Martino 2003 : 128-130 (commentaire), 132-153 (transcription et traduction), avec bibliographie. L’attribution à Muršili est surtout due à la révolte de Purušḫanda qui serait liée à la condamnation de son prince en KBo 3.28. Ce texte est attribué à son tour à Muršili, mais, comme nous l’avons vu, il devrait plutôt faire partie, avec KBo 3.27, d’un décret de Ḫattušili Ier. Dans un long article, Kempinski et Košak (Kempinski/Košak 1982) avaient déjà donné CTH 13 en transcription et traduction et l’avaient attribué à Ḫattušili Ier . Toutefois, les analogies avec les « Annales des 6 ans » (CTH 4) de ce dernier sont très vagues, ce qui a obligé les auteurs à placer les campagnes syriennes du roi dans une lacune de CTH 12 et à se demander pourquoi la révolte de Purušḫanda de CTH 13 n’est pas mentionnée dans CTH 4 (Kempinski/Košak 1982 : 109-110).

74 Cf. Kempinski 1983 : 57 et Soysal 1998 : 29.

75 L’épisode de Šugziya a été étudié par Helck 1984 et par Soysal 1990. Ce dernier a compris que, dans cette histoire, sont nommées deux reines : Harapšili, femme de Ḫantili Ier, qui, capturée par les Hourrites, tombe malade et meurt dans la ville, et la « reine de Šugziya » qui est mise à mort avec ses fils par Ilaliyuma contre les ordres du roi. Dans les Annales CTH 13 (A II 16’), la ville de Šugziya passe du côté des Hourrites, qui, après avoir essayé de prendre Ḫurma, se replient sur Šugziya où ils passent l’hiver (A II 32’-38’). Leurs généraux meurent à cause de la peste (la même qui avait tué Ḫarapšili ?). Pour cette reconstruction, cf. Forlanini 2010 : 125-126.

76 Sur les villes alliées au prince de Purušḫanda, voir Kempinski/Košak 1982 : 106-107. Cf. aussi Forlanini 2008a : 64-65. Pour une seule révolte de Purušḫanda, cf. de Martino 1992 : 27 qui la date du début du règne de Muršili. Dardano 2002 : 368 (et Dardano 2004 : 241), penche pour deux révoltes différentes.

77 Dans la triade Ḫatti, Haut Pays/Kaniš, Bas Pays/Purušḫanda (avec la région de Tuwanuwa), on peut voir aussi une répartition linguistique : langue hattie, hittite/nésite, louvite (cf. Singer 1981 : 124, Forlanini 2008a : 80 et Yakubovich 2010 : 239-240, 245 n. 47). Les lois hittites ont, dans la version la plus ancienne, un pays de Luwiya substitué par Arzawa dans la deuxième version. Si la première remonte à l’âge de Labarna Ier et la deuxième à celui de Ḫattušili Ier, on aurait là un indice du déplacement de l’horizon occidental hittite du Bas Pays à l’Arzawa après la conquête de Purušḫanda. Dans ce cas, le terme Luwiya pourrait se référer au territoire de cette ville avant la conquête.

78 Texte : de Martino 2003 : 132-133. Cf. aussi Dardano 2004 : 241.

79 CTH 19 III 28 (Hoffmann 1984 : 42-43).

80 Cf. Kempinski/Košak 1982 : 99. Il s’agit de KBo 4.13 I 47’ (sur la valeur de cette liste de dieux, cf. Forlanini 2007 : 261-262, 272 et suivantes). CTH 381 (Prière de Muwattalli, liste des dieux), KUB 6.45 II 38//46 III 7 ; KUB 17.19 4’.

81 Voir à ce sujet Weeden 2010 : 55-58, avec bibliographie.

82 On pourrait penser à Purušḫanda avant sa destruction. Archi 2015 : 6-7 pense d’ailleurs qu’elle aurait pu être rédigée à Kuššar ou dans une autre capitale locale, pour être par la suite portée à Ḫattuša pendant le règne de Telebinu.

83 Forlanini 2010 : 128-129.

84 Ce texte, un iqqāti de Zuzzu, le dernier roi connu de Kaniš, a été publié par Donbaz 1993 : 140. Cf. Forlanini 2010 : 121 n. 32. Le même Tuthaliya pourrait aussi avoir été le GAL šaqê du roi Zuzzu (Kt j/k 625 : 2, Donbaz 1989 : 84-85).

85 CTH 7 Vo. 17-18. Güterbock 1938 : 122-123, 128, 133 : « Schliesslich ( ?) hat sich mir Tuthaliia weibisch benommen ( ? ?). » Kempinski 1983 : 36, 40 : « Letztes Jahr handelte Tudhalija in schamvoller Weise. » Beckman 1995 : 25-26, 30 : « Last year Tuthaliya engaged in hesitation (cf. Beal 1988 : 170). » Quoi qu’il en soit, nous comprenons que ce Tuthaliya avait fait quelque chose de mal l’année avant celle du siège et, selon mon interprétation, il ne devait pas être apprécié par le roi qui a fait rédiger ce texte (probablement Ḫattušili Ier) : cf. Forlanini 2009b : 63.

86 Ce fragment (CTH 23.2) mentionne l’exil d’Alluwamna et de Harapšeki à Mallidaškuriya (10-13). On y lit par la suite : (14-16) « Mais [quand] nous arrivâmes à Ḫattuša, Šanku exécuta […] l’ordre écrit du roi et rassembla les méchants, Tuthaliya, [Tahurw]aili le fils d’une prostituée… » Cf. Carruba 1974 : 80 et suivantes, Bin-Nun 1974, Bin-Nun 1975 : 223-224, donnent une traduction différente. L’intégration de Tahurwaili est très probable mais incertaine. Sur ce personnage de l’époque de Telebinu, qui aurait régné avant Zidanda II, s’il ne s’agit pas d’un cas d’homonymie, voir Wilhelm 2012 avec bibliographie.

87 LHK 22 :69 ; LHK 23 :Vo 3’, Rüster/Wilhelm 2012 : 146-147, 151-152. Les éditeurs proposent pour LHK 22 une datation entre la fin du règne de Telebinu et le début de celui d’Alluwamna (Rüster/Wilhelm 2012 : 51).

88 Le père de Tuthaliya Ier apparaît dans la légende du sceau publié par Otten 2000. Sur cette période, voir par exemple : Carruba 1990, de Martino 1991a, Klengel 1999 : 100-116, Carruba 2005a et Freu 2007a : 33-34. L’attribution du sceau à Tuthaliya Ier a été contestée par Soysal 2003 et Soysal 2011. Le débat au sujet de l’existence d’un seul ou de deux Tuthaliya (I/II) et d’un Ḫattušili (II) au début du Nouvel Empire ne peut pas être abordé ici.

89 Cf. Forlanini 2009a : 42-43, 60-61.

90 Le mont Šarpa appartenait au territoire d’Uda (class. Hydē, aujourd’hui Gölören près d’Emirgazi). Il était vénéré à Hubišna (cf. Hutter 2014 : 351-352) et est mentionné dans l’inscription hiéroglyphique des autels d’Emirgazi (voir Lebrun 2001 : 331). J’avais proposé le Hasan Dağ (Forlanini 1987 : 77), mais il faut plutôt penser pour ce dernier au mont Harki (BABBAR) : cf. Forlanini 2009b : 43. Mieux : Lombardi 1998 : 77 (Karacadağ) ou Hawkins 2006 : 56-58 (Arısama Dağ). Le Kötü Dağ suggéré par Özcan 2013 ne serait pas visible de Hubišna (Cybistra).

91 Rüster/Wilhelm 2012 : 48, 231-232, avec bibliographie.

92 Être devenu grand roi en jeune âge et, avec l’aide des dieux, avoir vaincu tous les ennemis qui s’étaient moqués de lui est le Leitmotiv des ses « Annales des dix ans » (CTH 61.I). Il faut remarquer que le seul texte où Muršili Ier est DUMU.DUMU-ŠU de Ḫattušili (ailleurs il est toujours son « fils ») est l’introduction historique du traité de Muršili II avec Talmi-Šarrumma d’Alep (CTH 75 Vo 13, Weidner 1923 : 82-83). Ce traité nous est connu par la copie commandée par Muwattalli II) : faudrait-il lire plutôt DUMU.TUR-ŠU ? Dans ce cas, on aurait encore une référence voulue par Muršili II pour s’identifier avec cet ancêtre. Voir dans la « Prière pour la peste » (CTH 378 Ro 11, Lebrun 1980, 193, 198) de ce roi le cas de Tuthaliya « le jeune, fils de Tuthaliya » (TUR-RI ŠA DUMU Tuthaliya), lecture acceptée même si DUMU et TUR sont représentés par le même signe.

93 Sur le déplacement de la capitale, voir notamment : Ünal 1997 : 525-527, Singer 1996 : 191-193, Singer 1998 : 539-540, Klengel 1999 : 210, Doğan-Alparslan/Alparslan 2011 : 91-93 ; Doğan-Alparslan 2012 : 118-119, 176-177, van den Hout 2012 : 461. Les étapes du déplacement sont décrites dans l’Apologie (CTH 81) I 75-II 2 (Otten 1981 : 10-11 : « Als aber mein Bruder Muwatalli auf Geheiss seiner Gottheit ins Untere Land hinabzog, die Stadt Hattusa aber verliess, da nahm [mein Bruder die Götter von] Ḫatti und die Manen auf und brachte sie ins Land […….] ») et II 52-53 (Otten 1981 : 14-15 : « Dann nahm er die Götter von Ḫatti und die Manen an ihrer Stelle auf und brachte sie hinab in die Stadt Tarhuntassa und nahm Tarhuntassa (zum Wohnsitz). »).

94 Otten 1981 : 15, Bittel 1970 : 20-21, Ünal 1997 : 525-527, Houwink ten Cate 1983-84 : 68 (avec référence à KBo 22.11, voyage à Kummanni) et Singer 1998 : 540. La Prière de Muwattalli pour Tešub de Kummanni, CTH 382 (Lebrun 1980 : 294 et suivantes, Singer 2002 : 82-85) montre l’intérêt de Muwattalli II pour la capitale religieuse du Kizzuwatna. Le site de Sirkeli a des bonnes chances d’être Kummanni et les reliefs de Muwattalli dans ce site s’expliquent donc bien (cf. Forlanini 2013b : 6). Cependant, Kummanni n’était pas dans le Bas Pays et ne peut donc pas être la première étape du déplacement des dieux.

95 CTH 383 KUB 14.7 I 1’-15’ (éd. : Sürenhagen 1981 : 90-91). Ḫattušili III déclare à la déesse que le déplacement des divinités à Tarhuntašša avait été fait par son frère contre sa volonté et malgré ses craintes.

96 Melchert 2002 : 140 et suivantes. À propos du § 13 de l’inscription, il traduit : « I Suppiluliuma, the Great King, … took away the people of the land Tarhuntašša. » La raison serait que Muwattalli avait amené avec lui dans cette ville les dieux (leurs statues) de Ḫattuša et les morts de la famille royale, Muršili III avait ramené à Ḫattuša les dieux, mais les morts étaient restés à Tarhuntašša. Cette ville était donc salie par l’impiété envers les morts.

97 Cf. Seeher 1998 et Seeher 2010 : 220-222. Pour les conséquences historiques et les questions ouvertes par cette nouvelle vision, voir notamment de Martino 2009. Sur l’hypothèse d’un nouveau déplacement de la capitale vers le sud : Simon 2009 et Forlanini 2013a : 73-74.

98 Pour la valeur des lettres d’Ougarit RS 94.2530 et RS 94.2523, voir surtout Singer 2006, de Martino 2011 : 190-191, Gander 2012 : 4-5, Forlanini 2013a : 73 et Forlanini 2014 : 258-259.

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search