Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hittitology today: Studies on Hittite and Neo-Hittite Anatolia in Honor of Emmanuel Laroche’s 100th Birthday

 | 
Alice Mouton

Introduction

Alice Mouton

Texte intégral

1Emmanuel Laroche a sans conteste été l’un des plus grands hittitologues français. Ses nombreuses contributions scientifiques ont durablement marqué la discipline hittitologique. Celles-ci sont principalement de deux types : des outils de travail qui sont encore utilisés par les chercheurs d’aujourd’hui et des études aux thèmes plus ciblés. Emmanuel Laroche était un hittitologue érudit qui s’intéressait à tous les domaines de l’hittitologie : I. la linguistique, la grammaire et l’épigraphie ; II. la philologie et l’histoire des religions ; III. l’Histoire et la géographie historique et IV. l’archéologie, notamment. Chacun de ces champs est toujours d’actualité, comme le montreront les contributions de ce volume. Nous ajouterons à ces domaines celui de l’historiographie qui illustre, entre autres choses, l’impact des travaux d’Emmanuel Laroche dans l’hittitologie d’aujourd’hui.

Linguistique, grammaire et épigraphie

2Emmanuel Laroche était avant tout un linguiste de par sa formation et sa sensibilité scientifique, et c’est sans conteste le domaine dans lequel il a été le plus prolifique. C’est, somme toute, l’ensemble de la famille des langues anatoliennes qui retinrent l’attention du savant. Il réalisa d’ailleurs plusieurs études sur ce qu’il appela simplement l’anatolien, ce qui lui permettait d’englober le hittite, le louvite, le palaïte, mais aussi les langues indo- européennes de l’Anatolie du Ier millénaire avant J.-C. : le lycien, le lydien, le carien et le pisidien. Son intérêt s’étendant à toutes les langues de l’Anatolie hittite, le savant nous a aussi offert un dictionnaire de langue louvite et un glossaire de hourrite, qui sont parmi les seuls outils lexicographiques en langue française. Le premier s’intitulait « Dictionnaire de la langue louvite ». Cet ouvrage publié par la future IFEA parut en 1959.

3Le second livre de référence s’intitulait « Glossaire de la langue hourrite » et parut en premier lieu sous la forme de deux fascicules séparés de la Revue Hittite et Asianique en 1976 et 1977 pour être, dans un second temps, rassemblé en un seul ouvrage publié en 1980. Le lycien devint par la suite l’un de ses domaines de prédilection avec, notamment, sa publication des documents inscrits dans cette langue et mis au jour au Letôon de Xanthos. Aujourd’hui, les linguistes de l’anatolien, les grammairiens et les épigraphistes poursuivent ses travaux. Harry A. Hoffner, Jr. et Craig H. Melchert, d’une part, et Elisabeth Rieken, d’autre part, se penchent sur certains points de la grammaire hittite, alors que Rukiye Akdoğan édite neuf fragments de tablettes hittites de fêtes cultuelles inédits jusqu’à présent. Ilya Yakubovich et Massimo Poetto étudient divers aspects du louvite hiéroglyphique. Ilya Yakubovich analyse la présence de l’élément louvite ura/i aussi bien dans les noms de titres que dans l’onomastique, alors que Massimo Poetto édite de nouvelles inscriptions hiéroglyphiques sur pierre. Enfin, Recai Tekoğlu présente de nouvelles données dans le domaine de l’épigraphie lycienne.

Philologie et histoire des religions

4Dans le domaine de la philologie cunéiforme du hittite et des autres langues du Pays de Hatti, le premier ouvrage d’Emmanuel Laroche qui nous vient à l’esprit est probablement le précieux Catalogue des Textes Hittites dont la numérotation des textes est toujours suivie aujourd’hui. Ce long et rigoureux travail vit le jour en 1956 sous la forme d’un premier fascicule paru dans la Revue Hittite et Asianique et se prolongea par trois autres fascicules avant d’être réédité sous la forme d’une monographie en 1971. Emmanuel Laroche continua à classer les textes hittites après cette date, ajoutant deux suppléments à son ouvrage. Bien sûr, des tablettes ont été attribuées à d’autres numéros et certaines entrées ont été ajoutées au Catalogue, ce qui est attendu dans une discipline jeune et dynamique comme la nôtre. Mais à travers son CTH, comme nous avons l’habitude de l’appeler, c’est un outil indispensable qu’Emmanuel Laroche nous a légué.

5Par ailleurs, en tant que professeur à la section des Sciences Religieuses de l’École Pratique des Hautes Études, Emmanuel Laroche contribua amplement aux débats sur les religions de l’Anatolie hittite. Il collecta les noms des dieux hittites, étudia les pratiques hittites de l’haruspicine (la divination par le foie animal), les divinités lunaires, le dieu Šarruma, les différentes formes de prières, ce qu’il appela la réforme religieuse de Tudhaliya IV (notion qui est remise en question de nos jours) et les panthéons hourrites, entre autres choses. Willemijn Waal examine l’expression hittite šarā ar- dans le contexte de l’archivage de tablettes.

6Quant à Ian Rutherford, Manfred Hutter et moi-même, nous examinons certains aspects des religions anatoliennes, contributions qui illustrent la tendance actuelle consistant à confronter les données hittites aux modèles interprétatifs issus des études classiques ou de l’anthropologie.

Histoire et géographie historique

7Emmanuel Laroche s’intéressa également à l’histoire géo-politique du Pays de Hatti. Il étudia notamment les personnages d’Urhi-Tešub et de šuppiluliuma II, ainsi que les problèmes de chronologie. L’histoire géo-politique reste un domaine très prisé dans l’hittitologie d’aujourd’hui. Massimo Forlanini, Stefano de Martino, Max Gander, Yiğit Erbil et Zsolt Simon exploreront ce domaine pour nous dans ce volume. Massimo Forlanini étudiera l’importance de la ville de Purušhanda dans l’histoire de la dynastie régnante de Hattuša. Stefano de Martino reviendra sur la présence de la langue hourrite en Anatolie hittite, notamment à Šapinuwa. Max Gander donnera sa vision de la géographie de l’Anatolie occidentale et plus particulièrement de l’Arzawa et du pays du fleuve Šeha. Yiğit Erbil proposera quelques réflexions préliminaires sur le réseau de routes hittites de la région sise entre le site de Fasıllar et celui d’Eflatunpınar. Quant à Zsolt Simon, il examinera la nature de la relation entre la région du Kızılırmak et le royaume du Tabal entre le IXe et le VIIIe siècle av. J.-C.

Archéologie

8Emmanuel Laroche suivait de près les découvertes archéologiques faites aussi bien en Anatolie qu’en Syrie sous domination hittite, ayant même été sollicité pour la publication du matériel épigraphique d’Emar et d’Ougarit pour la période hittite, notamment. Pour cette raison, il est légitime d’inclure dans ce volume des contributions sur l’archéologie hittite et néo-hittite. Aslıhan Yener présente les nouvelles découvertes faites sur le site d’Alalah, un important centre religieux à l’époque hittite. Belkıs Dinçol prolonge cette excursion à Alalah par l’étude du matériel épigraphique du site. Dominique Beyer et Françoise Laroche-Traunecker décrivent les travaux archéologiques de l’équipe française de Porsuk, vraisemblablement la ville hittite de Dunna.

Historiographie

9J. David Hawkins met en évidence les contributions d’Emmanuel Laroche dans le domaine du louvite hiéroglyphique à travers ses notes inédites sur les impressions de sceaux d’Emar. Susanne Görke montre, quant à elle, les avancées des études hourrites après la disparition du savant français. Heiner Eichner revient sur les nombreuses contributions d’Emmanuel Laroche dans l’étude du lycien.

10Ainsi, cet hommage à Emmanuel Laroche constitue, me semble-t-il, l’occasion idéale d’établir un bilan des dernières avancées dans les principaux domaines de l’hittitologie. Ce colloque a été organisé dans le cadre des cinquièmes rencontres d’archéologie de l’IFEA en l’honneur du centenaire de la naissance d’Emmanuel Laroche. L’IFEA et Françoise Laroche, qui sont à l’origine de cette initiative, m’ont fait l’amitié de me confier cette tâche. Je souhaite remercier chaleureusement Françoise Laroche pour la confiance qu’elle m’a témoignée, ainsi que toute l’équipe de l’IFEA et plus particulièrement Jean-François Pérouse, Olivier Henry et Martin Godon. Je remercie également les collègues qui ont accepté à ma demande de faire partie du comité scientifique du colloque, à savoir Meltem et Metin Alparslan, Yiğit Erbil et Ilya Yakubovich. Leurs contributions dans l’organisation de ce colloque, ainsi que leurs conseils m’ont été précieux.

© Institut français d’études anatoliennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr