Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l'époque byzantine

 | 
Aksel Tibet
, 
Olivier Henry
, 
Dominique Beyer

III. De la période classique à l'Antiquité tardive

Réflexions sur les relations entre la Cappadoce méridionale et la Cilicie : les deux Kastabala et Artémis Pérasia1

Olivier Casabonne

Résumé

Like the two Komana, Pontus and Cappadocia, there were two Kasbala, one in Cilicia and the other in southern Cappadocia. This duplication allows us to understand the geopolitical relations between the two regions and the importance of the Tyanitide/Tyanide in the transmission of cultural facts from the East to the West.

Pour René Lebrun et Dominique Beyer, Ali Dinçol et Olivier Pelon in Memoriam

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été écrit en 2011 et remis pour publication en février2012. Il est repris et modifié dan (...)
  • 2 Dupont-Sommer/Robert 1964, 36-38. Sur ce sujet, voir déjà Casabonne 2001.

1À deux reprises, Strabon situe une Kastabala en Cappadoce méridionale, près de Kybistra (actuelle Ereğli, hittite Ḫubi/ešna, classique Hérakléia). Il décrit alors certains rites en l’honneur d’une certaine Artémis Pérasia, ainsi dénommée car, selon lui, elle viendrait “d’au-delà” (Str. 12.1.4 et 2.7). Dans la mesure où une Hiérapolis Kastabala est bien connue en Cilicie orientale, au lieu-dit Bodrum Kalesi (fig. 1), dominant la moyenne vallée du Pyramos (Ceyhan Nehri), L. Robert, nourrissant par juste prudence “un si profond respect pour l’opinion de Strabon et sa maîtrise dans la géographie de l’Asie Mineure”, était “peu disposé” à adopter l’hypothèse “violente” accusant le géographe de quelque confusion2.

Fig. 1 : Carte de la Cilicie et des régions adjacentes

Fig. 1 : Carte de la Cilicie et des régions adjacentes

d’après Casabonne 2004, 261

Les Kastabala

  • 3 Lasserre 1981, 194.
  • 4 Casabonne 2004, 186.
  • 5 E.L. Hicks dans le JHS 11 (1890), 243-245.
  • 6 Voir également la carte du Patriarcat d’Antioche reproduite dans e.g. Mutafian 1993, 23.
  • 7 Jones 1971, 214, 441 (note 40) et 541 (avec référence aux textes de Hiéroklès et Georges de Chypre)
  • 8 Casabonne 1999.
  • 9 Ramsay 1890, 342.
  • 10 French 1996, 104.

2Comme le propose F. Lasserre, “il n’y a pas lieu de mettre en doute (…) l’attestation par Strabon d’un culte local de l’Artémis Pérasia” en Cappadoce3. Strabon connaît certainement mieux la Cappadoce que la Cilicie. À propos de celle-ci, il situe par exemple Kyinda “au-delà d’Anchialè” (14.5.10), cette dernière sise entre Soloi et Tarse. Or nous savons bien que Kyinda est l’ancien nom d’Anazarbos (Malalas Chronographia 10 ; La Souda, s.v. ‘Anazarbos’)4, en Cilicie orientale, bien éloignée d’Anchialè. Strabon ne mentionne pas une Kastabala en Cilicie. Il n’y a donc rien de violent à lui imputer quelque confusion voire méconnaissance. Comme le pensait E.L. Hicks5, il pourrait parfaitement exister deux Kastabala, l’une au Sud du Taurus, l’autre au Nord (songeons aux deux Komana). D’ailleurs, Pline l’Ancien (HN 6.3) mentionne également une Kastabala en Cappadoce. Hiéroklès et Georges de Chypre, quant à eux, signalent une Hiérapolis en Isaurie6. Pour A.H.M. Jones7, cette cité pourrait plutôt se trouver en Lykaonie, vers la Cappadoce. On sait bien que les limites entre Lykaonie, Cappadoce, Isaurie et Cilicie ont été mouvantes d’un point de vue strictement géopolitique8. Il suffit de s’en rendre compte en comparant les géographies administratives de Strabon (1er siècle pC) et de Ptolémée (2e siècle pC). C’est dans cette région-charnière de Lykaonie sud-orientale ou de Cappadoce sud-occidentale que Ptolémée situe Khasbia. P.M. Ramsay corrigeait ce nom en Kastabala, non mentionnée par Ptolémée, et localisait cette ville à Ambar/Ambarassis (lieu-dit actuel Kaleköy), à l’Ouest de l’Akgöl, soit non loin de Kybistra-Hérakléia9. Cette localisation n’est plus recevable : Ambar correspond à l’antique Sidamaria10. Nonobstant, l’équation Khasbia/ Kastabala reste intéressante, en dépit de notre ignorance quant à sa position précise sur la carte.

  • 11 Franck 1966, 36 n. 64.

3L. Franck pensait que la Kastabala cappadocienne était celle donnée par Pompée à Ariobarzane Ier, roi de Cappadoce (Appien Mithr. 105), en même temps que d’autres villes de Cilicie et que Kybistra11. Je crois qu’il s’agit là d’une erreur d’appréciation et je serais plutôt enclin à suivre Th. Liebmann-Frankfort :

  • 12 Liebmann-Frankfort 1975, 421. Voir également Sullivan 1980, 1135.

“Au cours de la guerre contre Mithridate, les Romains purent compter sur la Cappadoce comme si elle faisait partie intégrante de l’empire romain. C’est sans doute pourquoi ils n’hésitèrent pas, après les victoires remportées sur les rois du Pont, à doter la Cappadoce de places fortes d’une importance stratégique capitale pour eux : Tomisa sur la rive orientale de l’Euphrate et quelques places fortes en Cilicie [dont la Kastabala cilicienne], situées sur les voies d’accès entre la Cilicie et la Syrie. La Cappadoce commandait ainsi les voies de communication de l’Anatolie vers la Syrie, d’une part, vers la Mésopotamie, d’autre part”12.

  • 13 Goetze 1940.

4L’importance de la Cilicie orientale, où est sise la Kastabala cilicienne, est ancienne. Dès l’époque hittite, Kummanni et Lawazantiya, métropoles du Kizzuwatna, jouent un rôle non négligeable dans les campagnes syriennes menées par les rois de Ḫattuša13. Il est désormais assuré que ces deux villes, véritables sentinelles tournées vers la Syrie et vers l’Euphrate de part et d’autre de l’Amanus sont à situer en Cilicie orientale :

  • 14 Vaumas 1954, 123.

“L’Amanus est une montagne bien individualisée. Très continu, il est tendu du Nord vers le Sud-Ouest comme un arc de cercle qui sépare le domaine taurique du domaine syrien. Au point de vue géographique, il participe de l’un et de l’autre”14,

  • 15 Casabonne 2004, 138-140 (avec références).
  • 16 Casabonne 2009.
  • 17 Kozal 2006.
  • 18 Jean 2010.
  • 19 Casabonne 2005.
  • 20 Hild 1991.

5comme au point de vue historique, ajouterais-je. J’ai proposé de situer Kummanni – toponyme qui, précédé du déterminatif sumérien URU, signifie stricto sensu “la ville-sainte”, hiérapolis en grec – et Lawazantiya à, respectivement, Kastabala de Cilicie (Bodrum Kalesi) et Sirkeli Höyük15, soit à proximité de l’Amanus et de ses cols et défilés qui nous entraînent aujourd’hui encore vers la Syrie et l’Euphrate. Pour le pouvoir hittite, l’accès à cette Cilicie orientale semble s’être davantage opéré au travers de la Kataonie et des routes de l’Antitaurus, plutôt qu’à travers les Portes ciliciennes16. Mais E. Kozal17, puis E. Jean18, ont remarquablement montré l’importance de la voie qui de Cappadoce méridionale et de Lykaonie sud-orientale reliait le plateau anatolien à la Méditerranée via la classique Laranda (actuelle Karaman), le col de Sertavul et la vallée du Kalykadnos et le bassin de Mut. Toute cette zone était, à mon sens, domaine du roi hittite, à distinguer du royaume de Tarḫuntašša, plus à l’Ouest19. De plus, une route trans-taurique reliant la région lykaono-cappadocienne à la Cilicie est reconnue depuis longtemps : de Laranda, elle rejoint directement, dans un sens Nord-Ouest/Sud-Est, Tarse et la Cilicie Plane20. Ceci peut avoir son importance comme nous allons le voir à propos de la déesse Artémis Pérasia.

La Pérasia

  • 21 Laroche 1985, 90.

6Strabon (12.2.7) donne l’épiclèse Pérasia à l’Artémis honorée à Kastabala de Cappadoce. Pourquoi Pérasia ? Parce que la déesse viendrait d’“au-delà” (πέραθεν, pérathen). L’étymologie que propose Strabon de l’épiclèse Pérasia est probablement à ranger dans les jeux de mots et autres calembours qui foisonnent dans la littérature classique, “processus banal de l’étymologie dite ‘populaire’, en réalité d’origine savante et raffinée”. Les auteurs grecs et latins “ont de tout temps pratiqué de la meilleure foi du monde ce qu’une certaine mentalité accueille comme un substitut légitime de la connaissance défaillante : l’art de rapprocher les mots au mépris des réalités”21. Il n’empêche que, à y regarder de près, le calembour de Strabon pourrait refléter une réalité : une transmission culturelle, voire des exodes de la déesse.

7Nous l’avons vu, l’existence de la Kastabala cilicienne est attestée par l’épigraphie et l’archéologie ; celle de Cappadoce par les textes classiques, d’où l’embarras de Robert (supra). Je reste dubitatif et ressens fortement la possibilité de deux Kastabala. Dans l’esprit des Anciens, le Taurus séparait l’Asie en deux :

“L’Asie est divisée en deux par la chaîne du Taurus, qui s’étend des promontoires de Pamphylie jusqu’à la mer orientale en Inde et à la plus lointaine Scythie ; les Grecs donnèrent le nom de Cis-taurique à la partie du continent qui regarde vers le Nord, et le nom de Trans-taurique à la partie qui regarde vers le Sud (…). Suivant immédiatement les peuples cis-tauriques viennent les peuples qui habitent les montagnes : les Paropamisades, les tribus des Parthes, des Mèdes, des Arméniens, et des Ciliciens, des Cataoniens et des Pisidiens. Puis après les montagnards viennent les régions trans-tauriques (…)” (Str. 2.5.31-32).

  • 22 Casabonne 2009.
  • 23 Casabonne 2003.
  • 24 Lebrun 1976.
  • 25 Casabonne 2009 ; 2013 et à paraître.

8Ce passage de Strabon, souvent sous-estimé, révèle un état d’esprit ou plutôt une vision de la géographie non seulement physique mais également politique que l’on retrouve chez Arrien. En effet, après sa conquête de l’Égypte, lorsqu’il revient en Phénicie, Alexandre le Grand décide d’importantes réformes fiscales et confie “à Koiranos de Béroia le soin de percevoir les impôts en Phénicie, ainsi qu’à Philoxène dans l’Asie en deçà du Taurus” (Arrien Anab. 3.6.4). Nous restons bien dans cette même perception que définirait le Taurus perçu comme une frontière22. Dans l’esprit de Strabon l’Artémis Pérasia de Kastabala de Cappadoce viendrait donc de l’autre côté du Taurus ; donc, à mon sens, de la Kastabala de Cilicie. Une comparaison avec les deux Komana de Cappadoce ne me semble pas hasardeuse. Strabon semble en effet indiquer que Komana de Kataonie est plus ancienne que celle du Pont, celle-ci ayant été fondée sur le modèle de celle-là, les ‘exodes’ annuels d’équinoxe de la déesse Mâ reliant les deux villes-saintes23. Ce type d’‘exodes’ saisonniers de divinités est typique de la mentalité religieuse anatolienne, comme l’a remarquablement montré R. Lebrun24, mais au contact du Taurus il peut relever de l’histoire et de la géographie sociales, de l’exploitation des territoires, dont se font encore l’écho les nomades yörüks et les paysans des agglomérations cis-tauriques et trans-tauriques, pour reprendre l’impressionnisme strabonien25. À l’instar des Alpes, des Pyrénées, du Caucase, du Zagros, de l’Amanus et de tant d’autres chaînes de montagnes, le Taurus n’est pas une frontière en soi mais un trait d’union, une région où s’opèrent en s’unifiant les transferts au travers du prisme des personnes qui, bonnes connaisseuses des lieux, l’habitent, au sens où l’entendait Maurice Le Lannou (1949), et la parcourent. En cela, l’étude des sociétés montagnardes, de fait synthétiques et syncrétiques, et non plus rangées dans la catégorie ‘à part’ des barbares insoumis, est des plus importantes pour appréhender une nouvelle vision de l’Autre, marquer l’importance des zones dites tampons et relativiser l’importance de la frontière si chère à nos dangereux États-nations modernes.

9À propos d’Artémis, Lebrun a proposé une très savante et séduisante étymologie de ce nom qui serait un dérivé du substantif louvite ariyatti- “montagne” :

“Il ne serait pas (…) surprenant de retrouver ce même thème nominal dans le nom de la déesse Artémis, elle qui torche à la main, se réjouit de parcourir les sommets montagneux du pays lycien. On relèvera au passage l’existence d’un chien hasmi ‘enfant’ de la déesse Kubaba (…)” ;

10et plus loin :

“La déesse Artémis possède de nombreuses caractéristiques qui la rapprochent des divinités LAMMA des textes cunéiformes du second millénaire, présentes dans tous les panthéons et constituant les dieux protecteurs des forces vives de la nature. Il est envisageable du supposer un verbe *ariyatta- ‘escalader, sauter (de colline en colline)’, dérivé du verbe louvite ari(ya)- ‘dresser, mettre debout, enrayer’ aboutissant normalement au verbe lycien erije- (…) ; moyennant l’haplologie de la syllabe interne -iya-, on aboutirait à une forme participiale louvite artami- débouchant normalement sur le lycien ertemi-”,

  • 26 Lebrun 2005, 425-426, et n. 20.

11à savoir Artémis26.

12La Pérasia de Kastabala de Cilicie est une déesse à la torche bien représentée sur les monnaies romaines de Kastabala comme d’Anazarbos. On peut déjà la retrouver en Cilicie, dès l’époque achéménide, sur des monnaies de Mallos. Je rappelle ici qu’à Kastabala de Cilicie la Pérasia est connue sous le nom de Kubaba PWŠR/D dans une inscription araméenne d’époque achéménide.

  • 27 Lebrun 1989, 87-88 ; Casabonne 2004, 60-61.
  • 28 Casabonne 2006 ; 2007.

13L’épithète PWŠR/D pose problème, mais on peut supposer une erreur du lapicide et restaurer PWRŠ à rapprocher de Pérasia. Lebrun écarte cette idée et propose de voir dans l’épithète Pérasia un dérivé du hittite/louvite parassi qui caractérise la déesse Ištar/Šauška “de la promesse”, plus tard assimilée à la déesse protosémitique Kubaba, fort à l’honneur dans le monde hourrito-syro-cilicien27. Dans l’hypothèse où le nom d’Artémis pourrait étymologiquement avoir un lien avec les hauteurs, la montagne, je verrais pour ma part dans l’épiclèse Pérasia un dérivé du hittite/louvite per(u)- “pierre, roche” qui viendrait justement confirmer le sens du théonyme Artémis. Pérasia pourrait être un dérivé de Pirwa à propos duquel j’ai précédemment évoqué sa possible relation avec Peruwa et qui n’est autre que la grande divinité du mont Argée28. On se rappellera à ce propos que le Hasan Dağ, presque le jumeau de l’Argée, se trouve en Cappadoce méridionale, non loin de Kybistra et la voisine Lykaonie, là-même où il faudrait situer la Kastabala de Cappadoce. De plus, que ce soit en Cilicie orientale ou en Cappadoce méridionale, la montagne est omniprésente au travers du proche Taurus.

Et les Phrygiens dans tout ça ?

  • 29 Hackens 1987, 5.

14Tout ce qui précède est fondé sur des hypothèses, certes recevables d’un point de vue documentaire et intellectuel, mais ce ne sont que des hypothèses. “Hypothèses fondées sur des hypothèses, voilà le danger qui nous guette si nous nous laissons griser par les études quantitatives, même rigoureuses et critiques, sans nous rendre compte de l’état très lacunaire des études préalables qui doivent éclairer à la fois notre problématique et notre interprétation. La vérité historique se dérobe après chaque nouvelle synthèse et nous engage à une reconstruction : ayons l’honnêteté d’étayer nos fondations pour éviter les sables mouvants”29.

15Quelle belle leçon d’exercice du métier d’historien livrée par T. Hackens ! Nonobstant, je me risque. Mais tout d’abord un bref rappel.

16Première hypothèse : il existait deux Kastabala, l’une assurément en Cilicie orientale, l’autre hypothétique aux marges de la Cappadoce, de la Lykaonie et de l’Isaurie, dans la région de l’Ak Göl, non loin du Hasan Dağ et de Kybistra (Ereğli).

17Deuxième hypothèse : la Kastabala de Cappadoce pourrait avoir été créée à partir de celle de Cilicie. La divinité honorée viendrait donc d’au-delà et au travers des montagnes, qu’il s’agisse du Taurus ou de l’Amanus.

18Troisième hypothèse : Artémis Pérasia serait un succédané de Kubaba, déesse des forces vives de la montagne, une déesse-mère.

  • 30 Laroche 1960.
  • 31 Casabonne 2004, 60 n. 178 (avec références bibliographiques).
  • 32 Casabonne/Egetmeyer2002 ; Casabonne 2004, 68-69 ; 2010 et Casabonne à paraître.
  • 33 Lebrun 1990 ; 2007.
  • 34 Les résultats des fouilles de Porsuk paraissent annuellement dans la revue de l’Institut français d (...)

19E. Laroche a bien montré le lien, tout au moins philologique, entre l’asianique Kubaba et la phrygienne Cybèle30. “Toutefois, selon certains, la Cybèle phrygienne aurait son caractère propre et ne devrait que très peu à l’orientale Kubaba. Des représentations d’une déesse-mère, retrouvées en Cilicie Trachée, attesteraient de la présence phrygienne dans la région. On connaît en Cilicie Trachée et en Isaurie deux inscriptions d’époque romaine dans lesquelles apparaît clairement, dans l’anthroponymie, la trace d’un culte rendu à Kubaba”31. Voilà qui est intéressant ! Nous avons trace d’une Kubaba honorée en Cilicie orientale à Kastabala ; nous avons trace d’un culte rendu à une déesse-mère de type phrygien et à une Kubaba en Cilicie Trachée et en Isaurie ; enfin, nous avons trace d’une ville-sainte dénommée Kastabala en Cappadoce sud-occidentale dont la divinité honorée, Artémis Pérasia, peut être mise en relation avec Kubaba. Nous connaissons bien la présence phrygienne en Cappadoce méridionale où, comme en Cilicie, se développa au 8e siècle aC un bilinguisme louvite hiéroglyphique/alphabet phénicien, et nous savons le rôle qu’ont pu jouer les Phrygiens dans la transmission de l’alphabet aux Grecs. Il ne s’agit pas que de l’alphabet, mais plus généralement de transmission de faits culturels : Kubaba > Cybèle ; pih- assassi “à la foudre”, épiclèse du grand dieu de l’orage louvite Tarh-unt dans l’espace cilico-cappadocien > Pégase ; la Chimère, venant justement du monde hourrite… j’en passe et des meilleurs32. Kastabala de Cappadoce, au cas où elle existât, et globalement la Cappadoce méridionale ont dû jouer un rôle non négligeable dans la transmission de ces faits culturels. René Lebrun, en visionnaire clairvoyant, en a fait remarquablement l’aveu, tout d’abord en insistant sur l’héritage hourrito-cilicien, puis en intégrant malicieusement Tunna (Porsuk), en Cappadoce méridionale non loin de Kybistra et Kastabala, dans le cercle cilicien33. À l’instar d’Artémis Pérasia, René Lebrun a franchi les montagnes et affranchi les barrières, de même que Dominique Beyer, directeur des fouilles de Porsuk, les scrute sur ce terrain où fleurissent différentes espèces d’Artemisia, d’armoise, ces plantes d’Artémis34.

Bibliographie

Casabonne, O., “Notes ciliciennes 6”, Anatolia Antiqua VII, 1999, 72-88.

Casabonne, O., “La notion de ville-sainte en Anatolie et les deux Kastabala”, Le Muséon 114/3-4, 2001, 246-250.

Casabonne, O., “Les deux Komana et les exodes de Mâ”, Le Muséon 116/3-4, 2003, 281-283.

Casabonne, O., La Cilicie à l’époque achéménide, Paris, 2004.

Casabonne, O., “Quelques remarques sur Ura et la Cilicie Trachée”, Colloquium Anatolicum IV, 2005, 67-81.

Casabonne, O., “La divinité du mont Argée”, Res Antiquae 3, 2006, 193-200.

Casabonne, O., “Le dieu-taureau et la montagne divinisée : brèves remarques à propos d’un groupe de sceaux de Kültepe-Kaneš”, in M. Alparslan et alii (éds.), Vita, Festschrift in Honor of Belkıs Dinçol and Ali Dinçol, Istanbul, 2007, 133-135.

Casabonne O., “Brèves remarques à propos du Taurus cilicien, des Hittites aux Romains”, in H. Bru et alii (éds.), L’Asie Mineure dans l’Antiquité, Rennes, 2009, 205-212.

Casabonne, O., “Yunanlar ve Anadolu”, Arkeo Atlas, 2010, 20-21.

Casabonne, O., “La chèvre en Asie Mineure méridionale et égéenne dans l’Antiquité : fragments d’histoire sociale”, Res Antiquae X, 2013, 33-40.

Casabonne, O., Asies Mineures et Anatolies des Hittites aux Pères de l’Église (19e siècle avant J.-C. – fin 4e siècle après J.-C.). Essai d’histoire et de géographie politiques et sociales, à paraître (sommaire disponible sur www.academia.edu).

Casabonne, O. / Egetmeyer, M., “Notes ciliciennes”, Anatolia Antiqua X, 2002, 177-181.

Dupont-Sommer, A., / Robert, L., La déesse de Hiérapolis Kastabala (Cilicie), Paris, 1964.

Franck, L., Sources classiques concernant la Cappadoce [=RHA 24], Paris, 1966.

French, D.H., “The Site of Barata and Routes in the Konya Plain”, EA 27, 1996, 93-114.

Goetze, A., Kizzuwatna and the Problem of Hittite Geography, New Haven, 1940.

Hackens, T., “Rythmes de la production monétaire : les monnayages archaïques et classiques de Grèce”, dans G. Depeyrot et al. (éd.), Rythmes de la production monétaire de l’Antiquité à nos jours, Louvain-la-Neuve, 1-10.

Hild, F., “Die Route der Tabula Peutingeriana (Tab. Peut) von Iconium über Ad Fines und Tetrapyrgia nach Pompeiopolis in Kilikien”, Anatolia Antiqua I, 1991, 310-316.

Jean, É., Sociétés et pouvoirs en Cilicie au 2nd millénaire av. J.-C. : approche archéologique, thèse inédite, Paris/Nanterre, 2010.

Jones, A.H.M., The Cities of Eastern Roman Provinces, Oxford, 1971.

Kozal, E., Anatolien im 2. Jt. V.u.Z. und die Hinterlassenschaften materielle Kultur aus dem Ostmittelmeerraum, insbesondere Zyperns, thèse inédite en ligne sur le site internet de l’Université de Tübingen, Tübingen, 2006.

Laroche, E., “Koubaba, déesse anatolienne, et le problème des origines de Cybèle”, in Éléments orientaux dans la religion grecque ancienne, Paris, 1960, 103-114.

Laroche, E., “Toponymes hittites ou pré-hittites dans la Turquie moderne”, Hethitica VI, 1985, 83-102.

Lasserre, F., Strabon, Géographie, Livre XII, Paris, 1981.

Lebrun, R., Samuha, foyer religieux de l’empire hittite, Louvain, 1976.

Lebrun, R., “À propos des déesses Maliades et de quelques épiclèses gréco-asianiques”, Kernos 2, 1989, 83-88.

Lebrun, R., “Quelques aspects de la divination en Anatolie du sud-ouest”, Kernos 3, 1990, 185-195.

Lebrun, R., “Divinités particulières du Tabal”, Res Antiquae 2, 2005, 419-426.

Lebrun, R., “Tynna, la Cilicienne”, Tabula Hethaeorum (Mélanges S. Kosak), Wiesbaden, 2007, 459-466.

Le Lannou, M., La géographie humaine, Paris, 1949.

Liebmann-Frankfort, Th., “Les étapes de l’intégration de la Cappadoce dans l’empire romain”, in J. Bingen (éd.), Le monde grec : pensée, littérature, histoire, documents : hommages à Claire Préaux, Bruxelles, 1975, 416-425.

Mutafian, Cl., Le royaume arménien de Cilicie : XIIe-XIVe siècle, Paris, 1993.

Ramsay, P.M., The Historical Geography of Asia Minor, Londres, 1890.

Sullivan, R.D., “The Dynasty of Cappadocia”, ANRW II.7.2, 1980, 1125-1168.

Vaumas, É (de), “Montagnes du Moyen-Orient : l’Amanus et le Djebel Ansarieh. Étude morphologique”, Revue de géographie alpine 42/1, 1954, 111-142.

Notes

1 Ce texte a été écrit en 2011 et remis pour publication en février 2012. Il est repris et modifié dans Casabonne à paraître où je tiens compte, entre autres, de publications plus récentes.

2 Dupont-Sommer/Robert 1964, 36-38. Sur ce sujet, voir déjà Casabonne 2001.

3 Lasserre 1981, 194.

4 Casabonne 2004, 186.

5 E.L. Hicks dans le JHS 11 (1890), 243-245.

6 Voir également la carte du Patriarcat d’Antioche reproduite dans e.g. Mutafian 1993, 23.

7 Jones 1971, 214, 441 (note 40) et 541 (avec référence aux textes de Hiéroklès et Georges de Chypre).

8 Casabonne 1999.

9 Ramsay 1890, 342.

10 French 1996, 104.

11 Franck 1966, 36 n. 64.

12 Liebmann-Frankfort 1975, 421. Voir également Sullivan 1980, 1135.

13 Goetze 1940.

14 Vaumas 1954, 123.

15 Casabonne 2004, 138-140 (avec références).

16 Casabonne 2009.

17 Kozal 2006.

18 Jean 2010.

19 Casabonne 2005.

20 Hild 1991.

21 Laroche 1985, 90.

22 Casabonne 2009.

23 Casabonne 2003.

24 Lebrun 1976.

25 Casabonne 2009 ; 2013 et à paraître.

26 Lebrun 2005, 425-426, et n. 20.

27 Lebrun 1989, 87-88 ; Casabonne 2004, 60-61.

28 Casabonne 2006 ; 2007.

29 Hackens 1987, 5.

30 Laroche 1960.

31 Casabonne 2004, 60 n. 178 (avec références bibliographiques).

32 Casabonne/Egetmeyer 2002 ; Casabonne 2004, 68-69 ; 2010 et Casabonne à paraître.

33 Lebrun 1990 ; 2007.

34 Les résultats des fouilles de Porsuk paraissent annuellement dans la revue de l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, Anatolia Antiqua.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de la Cilicie et des régions adjacentes
Crédits d’après Casabonne 2004, 261
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search