Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l'époque byzantine

 | 
Aksel Tibet
, 
Olivier Henry
, 
Dominique Beyer

III. De la période classique à l'Antiquité tardive

Fonctions des espaces des niveaux hellénistiques et romains du site de Porsuk

Françoise Kirner

Résumé

The function of the spaces from the Roman and Hellenistic levels in Porsuk can be inferred by the articulation artifacts and spaces in which they are discovered. Comparison with other sites of Anatolia or the Syro-Palestinian coast allows defining the activities, including a typology of furnaces, and assuming hypothesis in the case of isolated facilities. The study of materials, including ceramics, in relation with other publications and with the old excavations, provides some answers as to the exact nature of the activities. The site also allows to observe the evolution of the architectural organization and traffic between the Hellenistic and Roman levels. These works engage a first approach concerning influences that were at work on the site Porsuk, rural village at the gates of Cilicia where domestic and craft activities coexisted.

Texte intégral

  • 1 Se reporter à Pelon 1970 ; 1972 et 1992 pour les premières fouilles et à Beyer et al. 2004 ; 2005 ; (...)

1À l’occasion des Troisièmes Rencontres d’archéologie de l’IFEA portant sur la Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l’époque byzantine, il convenait de réfléchir à la fonction et à la circulation des espaces des niveaux hellénistiques et romains du site de Porsuk-Zeyve höyük. Le site est fouillé depuis 1969, sous la direction d’O. Pelon puis de D. Beyer depuis 2003. Ces niveaux n’ont pas fait l’objet d’un bilan exhaustif, mais les rapports préliminaires ont été publiés dans Syria et dans Anatolia Antiqua après chaque campagne de fouilles1. En l’état le site se présentait comme un bourg rural, situé au pied du Taurus sur la Via Tauri et dont les occupations étaient de type domestique et artisanal. L’analyse approfondie de l’habitat, des aménagements mis au jour et du matériel retrouvé devrait nous permettre d’affiner les interprétations quant aux fonctions précises de ces espaces, à l’aide d’une étude comparative avec d’autres sites de la région, du plateau anatolien jusqu’à la Syrie.

  • 2 Pour plus de détails et d’actualisation lire l’article de St. Lebreton dans le présent ouvrage.

2L’histoire complexe de la fouille a conduit à la formation de plusieurs chantiers, numérotés de I à IV (fig. 1). Nous nous intéresserons plus particulièrement au chantier IV, qui se situe à l’extrémité est du höyük. À cet endroit, la proximité avec la couche de surface, l’installation de la nécropole et l’érosion des pentes engendrent une difficulté à lire les niveaux les plus récents2.

Fig. 1 : Plan des chantiers

Fig. 1 : Plan des chantiers

Fr. Laroche-Traunecker

3De plus le niveau I, que l’on peut dater du 1er au 3e siècle pC, s’est souvent installé sur les vestiges du niveau II en gardant les mêmes orientations des murs (3e au 1er siècle aC), ce qui en rend parfois difficile la compréhension. Cependant des bâtiments distincts se font jour, et le matériel aide à distinguer les différents niveaux.

  • 3 Sur la question des étages et de leur lisibilité en fouilles, J.-C. Margueron montre que lorsqu’un (...)

4Le niveau I (fig. 2) présente des aménagements le plus souvent associés avec des bâtiments orientés Nord-Sud. Les murs se réduisent à quelques assises de soubassement, du fait du peu d’épaisseur de la couche végétale, et parce que le site a servi de champ cultivé. Les murs des grands bâtiments visibles dans le niveau I sont assez épais, avec une largeur de plus d’un mètre souvent qui pourrait éventuellement suggérer la présence d’étages3. Les superstructures étaient en brique crue, les assises de fondation en pierre, grès et gypse local. On ne retrouve pas de trace de bois, ce qui laisse penser qu’il a disparu ou a été récupéré. Des espaces de circulation sont identifiables au nord (fig. 3). Au sud ces identifications sont plus difficiles, la détermination de la circulation étant également rendue problématique par l’absence de seuils, de crapaudines, puisque seuls les soubassements des murs sont retrouvés.

Fig. 2 : Plan du niveau I

Fig. 2 : Plan du niveau I

Fr. Laroche-Traunecker

Fig. 3 : La circulation dans le niveau I

Fig. 3 : La circulation dans le niveau I

Fr. Laroche-Traunecker

  • 4 Abadie-Reynal 1992, 350 et 366.

5En ce qui concerne les couvertures, certains bâtiments devaient être couverts de tuiles, comme le laisse penser l’amas mis au jour au nord du secteur (fig. 4). Il consistait en une vingtaine de tegulae et d’imbrices, dont on a également retrouvé quelques exemplaires disséminés au sud du secteur4. Ces tuiles appartenaient à une toiture de type corinthien, associant des tuiles plates et des couvre-joints de section pentagonale à l’extérieur.

Fig. 4 : Amas de tuiles

Fig. 4 : Amas de tuiles

I. Chalier et Fr. Kirner

  • 5 Voir le rapport de I. Chalier in Beyer et al. 2012, 196 et Hellman 2002, 301.
  • 6 Se reporter aux publications des fouilles : Kramer 2004, pour Gindaros ; Goldman 1950 pour Tarse et (...)
  • 7 Tuiles que nous avions pu comparer grâce aux échanges fructueux avec l’équipe de fouilles de Tyane (...)

6Les tuiles de dessous présentent des rebords à angle droit et une butée qui permettait de bloquer celles de la rangée supérieure. Ce système de couverture pouvait reposer directement sur la charpente ou bien sur un matelas d’argile appelé dorôsis5. Ce sont les mêmes que l’on retrouve à Gindaros, Pergame ou Tarse6. Les tuiles de Porsuk, romaines, sont plus proches par leur format des tuiles de Gindaros que de celles de Tyane et proviennent probablement d’un atelier local, laissant ainsi penser que les modèles seraient ciliciens, et donc qu’en la matière les relations que le site de Porsuk entretenaient étaient plus tournées vers le Sud que vers le Nord, du fait de sa proximité avec les voies de circulation vers la Cilicie7.

7La disposition de cet amas fait penser à une destruction lente des toitures, certainement due à un abandon, où les tuiles sont tombées les unes sur les autres. Très peu de tuiles entières ayant été retrouvées, nous pouvons penser à une récupération dans un deuxième temps des tuiles réutilisables. L’hypothèse d’un abandon non violent du site peut également être induite par l’absence de bois constatée dans ce niveau. De même, le peu de matériel découvert en place laisse penser que les biens ou le matériel, bois ou autre, ont pu être récupérés sans contrainte de temps. Il est en effet à noter que cette phase d’abandon et de récupération a pu s’étaler plus longuement dans le temps que ce qu’on ne pensait jusqu’à présent : on faisait coïncider la datation proposée pour la fin de l’habitat romain, le 3e siècle pC, avec le début de l’installation de la nécropole. Les résultats de l’analyse C14 des ossements d’une des tombes, datant la nécropole des 11e-12e s. pC, peuvent montrer que le site a pu servir de récupération de matériaux tels que pierres ou bois longtemps après l’abandon de l’habitat.

Fig. 5 : Exemple de zone de travail enduite

Fig. 5 : Exemple de zone de travail enduite

St. Lebreton

  • 8 Pour plus de détails, voir I. Chalier in Beyer et al. 2009, 218.
  • 9 La fabrication de chaux nécessite des températures importantes (entre 900° et 1100°) et donc pour l (...)

8Dans tout le secteur, on constate une forte présence de zones de travail enduites (fig. 5). Ainsi, de petits bassins enduits circulaires et calés de pierres se retrouvent au Nord et au Sud du chantier IV8. Leur fonction reste difficile à déterminer. Ils étaient certainement destinés à recevoir un liquide en petite quantité, ou participaient à une activité qui nécessitait du liquide. L’absence de matériel associé pose cependant des problèmes pour l’interprétation ainsi que pour la datation. Une aire de travail au Sud-Ouest du secteur (fig. 6) présente un foyer associé et une zone enduite plus importante. Elle aurait pu servir à fabriquer ou à récupérer de la chaux, lors de la dernière phase d’habitation ou lors de la phase d’abandon. Néanmoins, ce dispositif paraît bien éloigné des fours à chaux construits, ce qui laisserait supposer que ce travail ou cette récupération n’ont été que ponctuels9. Il pourrait plus vraisemblablement s’agir d’une zone de travail du plâtre, pour le revêtement des murs notamment.

  • 10 180° pour la transformation du gypse en plâtre, qui peut s’effectuer sur des aires extérieures, voi (...)
  • 11 Revêtement et emplacement que l’on retrouve en fouilles. Voir Aurenche 1985, 221-223.

9Le travail du plâtre ne demande pas de structure particulière liée à un temps long de cuisson ou de hautes températures10. Ces aires auraient donc été contemporaines des habitats, ce qui expliquerait également leur emplacement, à l’écart des habitations11.

Fig. 6 : Bassin de travail de la chaux

Fig. 6 : Bassin de travail de la chaux

St. Lebreton

  • 12 Numéro US 01571.
  • 13 Pelon 1972, 310.
  • 14 Là encore, la proximité avec la couche de surface rend difficile l’explication de cette interruptio (...)

10Une interprétation plus sûre peut être donnée pour les bassins enduits au Nord-Est du chantier IV (fig. 7)12. À l’Ouest et à l’Est d’un mur se trouvaient deux zones enduites, dont l’une, à l’Est, avait été relevée en 197113. La trace de ces installations et du mur est perdue au Nord, peut-être à cause d’une fosse ou d’un creusement14.

Fig. 7 : Bassins enduits 1571

Fig. 7 : Bassins enduits 1571

photographie I. Chalier, plan et dessin Fr. Laroche

  • 15 Ibid., 218-219.
  • 16 Ses mesures précises sont de 1 m 80 de long avec une interruption à l’ouest, et 1 m 30 de large. L’ (...)
  • 17 Se reporter à I. Chalier in Beyer et al. 2012, 197.
  • 18 Yenai 2009, 149-152.

11Le bassin mis au jour en 200915 se présente comme une surface rectangulaire enduite en pente Nord-Sud16. Dans sa partie Est, le massif de briques est percé d’une conduite également enduite, recouverte d’une dalle, qui relie le bassin à une jarre enterrée de 60 cm de diamètre intérieur à l’ouverture et de 60 cm de profondeur, d’une contenance de 60 litres environ. Au Sud de cette installation se trouvait une surface de travail enduite en partie calcinée qui a livré une lampe à huile ornée d’un cerf17. Cette lampe, sur le modèle de celles de Tarse, nous permet de proposer une fourchette de datation du 1er au 3e siècle pC pour la zone. La fonction de ce bassin doit être reliée à une surface de travail d’un liquide. En l’absence d’un broyeur et d’une meule, ou de traces de pressoir, le travail de l’huile ne peut être retenu. La récupération de l’eau de pluie pose la question d’un espace extérieur ou intérieur, mais aussi de l’utilité de garder un réceptacle enterré. Une interprétation peut être proposée à la lumière de la comparaison avec un pressoir à vin de Tell Hefer en Israël, de l’époque byzantine18.

  • 19 Le fouloir est de 35 m² et la cuve de 12,5 m3, les compartiments mesurent 3 m 30 de long et 2 m 30 (...)
  • 20 J.-P. Brun précise que les fouloirs étaient généralement creusés dans le roc ou construits en céram (...)
  • 21 Brun, 2005, 27.

12Ce pressoir comprenait un fouloir, avec une fosse pour la meule et un canal jusqu’à une cuve. Une série de trois compartiments rectangulaires et adjacents, déconnectés du pressoir lui-même, peut rappeler le système du bassin de Porsuk. Chaque bassin est en pente légère et draine le liquide par un canal ouvert vers une petite cuve ronde et enterrée d’une contenance de 55 litres environ19. E. Yanai propose de voir dans l’installation de Tell Hefer la récupération du ’premier moût’, le jus rendu par le propre poids des raisins qui seraient entreposés à cet endroit avant la presse. Ce premier moût devait donner un vin de meilleure qualité. Notre installation s’en rapproche, tant dans les dimensions que dans les aménagements, à moins que ce ne soit plus simplement un fouloir20. Son interruption au Nord ne nous permet pas d’être catégorique. Des éléments en bois peuvent avoir disparu ou avoir été récupérés, mais l’absence de pressoir, de cuve et le peu de profondeur du bassin nous incite à pencher pour une zone d’artisanat du vin. Celui-ci serait alors produit plutôt pour une consommation locale. La vigne est attestée dans ces régions dès l’époque néolithique et fut cultivée de tout temps21.

  • 22 Il est à noter qu’O. Pelon (1972, 311), pour la campagne de fouilles de 1971, mentionne la découver (...)

13Pour l’époque qui nous concerne, l’hypothèse d’une production et d’une consommation locales est renforcée par le peu d’amphores mises au jour, qui témoigneraient d’une importation22.

  • 23 Lamb 1936, 59 et Prevost-Dermarkar 2002, 232. Les pithoi de Porsuk sont enfoncés verticalement et e (...)
  • 24 Amouretti 1986, 150.

14La question d’un espace artisanal est également posée par la présence de fours, dont certains ont été mis au jour au sud du secteur principalement (fig. 8). Il s’agit de pithoi qui ont été réutilisés en fours, une pratique attestée dès le Bronze Ancien23. À Porsuk, ils étaient installés sur d’anciens fours appartenant au même niveau, ce qui peut faire penser à une utilisation relativement courte dans le temps, peut-être 2 à 4 ans, comme le propose M.-C. Amouretti24. Il est à noter également la présence de recharges en argile pour les consolider.

Fig. 8 : Fours pithoi au Sud du secteur

Fig. 8 : Fours pithoi au Sud du secteur

St. Lebreton

  • 25 Pelon 1972, 311, pl. XVII 2.
  • 26 N. Mulder-Heymans propose cette définition du tanur : “four circulaire d’un diamètre en moyenne de (...)

15Ce système de four, déjà identifié en 1970 dans le même secteur25, présente les caractéristiques d’un four à pain de type tanur26. Mais à Porsuk, sauf pour un four découvert en 1970, la partie supérieure des fours mis au jour n’a pas été conservée, ce qui peut s’expliquer par le fait que dans ces types de fours la partie supérieure s’effondre fréquemment sur elle-même lorsque le four n’est plus en usage.

  • 27 Prevost-Dermarkar 2002, 235

16Ce mode de cuisson fixe est le plus souvent appuyé contre des murs. On peut supposer à la suite de S. Prevost-Dermarkar que ce type d’installations est situé la plupart du temps au fond de la pièce, ce qui nous renseigne sur la disposition des pièces à l’intérieur des bâtiments27.

  • 28 Il mesurait 3 m de diamètre et sa paroi nord était bien conservée : trois assises de briques crues, (...)
  • 29 Voir D. Beyer in Beyer et al. 2005, 299, numéro US 01053.

17Un autre type de four, de taille plus importante, a été découvert au Sud-Est (fig. 9), malheureusement en partie détruit par l’érosion de la pente est28. Ce four semble avoir eu un usage plus artisanal que domestique, bien que peu de matériel ait pu y être associé. En effet, seuls quelques tessons ont été retrouvés dans ce contexte29. Sa position, en K 41 sur le plan, et sa taille laissent penser qu’il se trouvait à l’extérieur d’un bâtiment, probablement dans une cour. Mais une restitution semble difficile, au vu de la destruction due à l’érosion dans cette partie du höyük.

Fig. 9 : Four 01053

Fig. 9 : Four 01053

D. Beyer

  • 30 Abadie-Reynal 1992, 368 et fig. 35.

18Les fours de type tanur se trouvaient dans des espaces où des pithoi ont été retrouvés, disséminés sur tout le secteur et le plus souvent appuyés contre des murs30. La question reste posée pour l’instant quant à leur fonction, difficile à estimer en l’absence d’études approfondies tant du contenu que du contenant. On peut tout de même supposer qu’ils servaient à la conservation de denrées alimentaires ou agricoles, ou bien encore de liquide. Ces pithoi n’étaient pas associés à proprement parler avec les fours, ce qui peut laisser penser qu’ils n’étaient pas directement utilisés pour la transformation alimentaire. Ils posent également la question des espaces intérieurs ou extérieurs. Il paraîtrait en effet surprenant de conserver des denrées ou du liquide à l’extérieur d’un bâtiment.

19Parallèlement, une activité de tissage peut être inférée de la découverte homogène dans tout le niveau I de nombreux pesons circulaires en terre crue, percés en leur centre. Cette activité n’a pas laissé d’autres traces, ce qui peut se comprendre puisque les métiers à tisser étaient en bois et devaient être transportés avec le reste des biens mobiliers lorsque les populations quittaient leur habitation, à moins qu’ils n’aient pas résisté au temps.

  • 31 À noter également la mise au jour d’un rouleau à grain (ou rouleau pour tasser les toits en terrass (...)
  • 32 Il reste très difficile en l’état de conclure à la présence d’étages, avec par exemple un rez-de-ch (...)
  • 33 Amouretti/Comet 1993, 70.

20Au total, les aménagements du niveau I dessinent un secteur d’activités artisanales et domestiques. On y devine en effet une possible production de vin, un artisanat de tissage et des pièces et aménagements à fonction plus alimentaire31. Le matériel, constitué d’épingles, de fragments de flacons en verre et de vaisselle fine et de cuisson, trouvé dans les couches à l’intérieur des bâtiments peut laisser supposer des pièces à fonctions multiples32. Nous serions, sans surprise, dans le cadre classique d’une occupation rurale dans laquelle activités artisanales et domestiques se complètent33.

  • 34 Appelées ‘niveau a’ pour la phase la plus récente et ‘niveau b’ pour la phase antérieure.

21Pour le niveau II se posait la question de la continuité de fonction des espaces, les murs du niveau I s’étant souvent installés sur les vestiges du niveau inférieur. Ce niveau n’a pas été entièrement dégagé sur le chantier IV (fig. 10), ce qui rend difficile une vue d’ensemble. Il comprenait plusieurs phases, et des réaménagements de pièces eurent lieu à l’intérieur de ces phases34.

Fig. 10 : Plan du niveau II

Fig. 10 : Plan du niveau II

Fr. Laroche-Traunecker

22Dans la partie ouest, de grands bâtiments aux murs larges (1 m en moyenne), semblent se dessiner. Seules les fondations des murs restent visibles. Elles sont composées de pierres de gypse et de grès, en appareil plutôt important pour le niveau a, de pierres de plus petite taille pour le niveau b.

  • 35 D. Beyer in Beyer et al. 2005, 305.
  • 36 Les osselets et les dés sont bien connus dans le monde gréco-romain, à l’image des scènes de tavern (...)

23Les superstructures, certainement en briques crues, ont laissé peu de traces. On distingue à l’extrémité sud-est du höyük l’extrémité nord-ouest d’un bâtiment dont la majeure partie a disparu avec l’érosion de la pente (J-K 42 sur le plan). Au Nord, un grand bâtiment se fait jour (H-I 41) et au Nord-Est, de petites pièces s’organisaient autour d’une cour (H-I 42) auxquelles nous nous intéresserons un peu plus bas. Il semble que l’aspect habitat soit plus marqué qu’au niveau supérieur, comme le laisse penser le matériel associé à ces bâtiments : céramique fine et matériel de jeu tel qu’osselets entiers ou percés (fig. 11), petits jetons en verre, ou encore un dé (fig. 12)35. Ce matériel est assez homogène dans tout le secteur36.

Fig. 11 : Osselets

Fig. 11 : Osselets

St. Lebreton

Fig. 12 : Dé

Fig. 12 : Dé

D. Beyer

Fig. 13 : Pièces et cour dallée

Fig. 13 : Pièces et cour dallée

I. Chalier

  • 37 Certaines ont pu être restaurées. Se reporter à I. Chalier in Beyer et al. 2009, 321 fig. 5 et 322 (...)

24Au nord-est du chantier IV, trois pièces s’articulaient autour d’une cour (fig. 13). Cette cour était pavée et comportait un escalier constitué de gros blocs de gypse. Une profonde fosse à détritus venait la perturber, livrant de la vaisselle hellénistique, des coupes et des assiettes, brisées et jetées là37. Dans le même cadre ont été mis au jour des os et une importante quantité de coquilles d’escargots, visiblement consommés. Le matériel est cohérent avec la datation proposée pour le secteur. Il apparaît donc que cette fosse aurait fonctionné simultanément avec la cour et les pièces, sans livrer du matériel des niveaux antérieurs.

  • 38 Amouretti 1986, 150.
  • 39 Goldman 1950, 14 et fig. 6 et 21 et Thalmann 1978, 54-55 pl. IV fig. 2.
  • 40 Voir Invernizzi 1972, 13-16 et Valtz 1986, 11-20.

25À l’Est de l’escalier se développaient trois pièces : un petit espace à la fonction indéterminée, probablement un vestibule, une pièce au Sud qui a servi de zone de stockage, le sol étant jonché de fragments de différents pithoï et d’amphores. Plus au Nord, une autre pièce comportait un four circulaire en terre crue destiné à la cuisson des aliments, associé probablement à une jarre disparue, comme le laissent supposer la forme de la fosse et les grands fragments de jarres qui y ont été repérés. Ce type d’installation associant four et jarre est très présent dans ce niveau II (fig. 14). Les fours sont circulaires, parfois peu profondément enterrés dans le sol ou reposant dessus. Ils étaient en terre crue et souvent calés de pierres ou de fragments de jarres. Là encore, la partie supérieure est souvent abîmée ou n’a laissé que peu de traces. Ce type de four est bien attesté dans tout l’Orient ancien : il s’agit encore une fois de tanur traditionnel, four à pain, équivalent du kribanos grec que mentionne M.-C. Amouretti dans son étude sur les céréales38. On retrouve ce type de four dans tout le Proche-Orient pour les périodes hellénistiques et romaines, telles les découvertes de Tarse et de Tell Arqa39. À Séleucie du Tigre en Irak actuel, plusieurs dispositifs ont été repérés dans des contextes domestiques d’un quartier artisanal, contextes datés du 3e siècle aC au 1er siècle pC40.

Fig. 14 : Fours et jarres associées

Fig. 14 : Fours et jarres associées

I. Chalier

  • 41 Se reporter à Fiorina 1997, 7-62 pour Khirbet Hatara ; Rostovtzeff 1934 pour Doura-Europos et Frasc (...)

26On retrouve des tanur à Khirbet Hatara en Irak ou encore à Doura-Europos et Zeugma pour ces mêmes périodes, d’après la recension établie par A.-S. Martz41. Malheureusement, comme le souligne cette archéologue, on dispose de peu de représentations dans les publications de ces dispositifs fixes de cuisson permettant les comparaisons. Cette relative discrétion s’expliquerait par leur quantité et leur banalité. Leur intérêt n’est pas à négliger cependant, notamment pour l’interprétation des organisations spatiales. On peut en effet se demander s’ils étaient placés à l’intérieur ou à l’extérieur des habitations, situés dans des espaces plus proprement spécifiques de type cuisine, artisanaux ou encore coexistant dans des pièces à vivre. À Porsuk, ces fours sont le plus souvent associés à des jarres, parfois enterrées. Celles-ci étaient situées à proximité immédiate du four. On peut penser que ces jarres devaient contenir soit de la farine soit des graines que l’habitant moulait sur place. Des outils de transformation alimentaire tels que des meules ou des rouleaux n’ont cependant pas été retrouvés pour ces niveaux.

27Ces fours sont bien à comprendre dans le contexte d’un espace plus domestique qu’artisanal, différant sensiblement du niveau I, et à l’intérieur-même de pièces liées à une fonction alimentaire.

28Les nombreuses fosses à détritus retrouvées dans ce contexte et leur contenu mélangeant vaisselle, os ou même escargots viennent renforcer cette interprétation.

  • 42 A. Tibet in Beyer et al. 2012, 180-184.
  • 43 La sole forme un rectangle de près de 3 m de long et de 1 m 70 de large. Elle est enduite de terre (...)
  • 44 Pour reprendre les mots de Mulder-Heymans 2002, 204, à savoir “communal baking”.

29Un autre four situé sur le chantier II, à l’Ouest du site, présente quant à lui pour ces périodes un fonctionnement plus artisanal. Mis au jour en 2011 par Aksel Tibet (fig. 15)42, daté de l’époque hellénistique, et sous lequel ont été retrouvés trois Alexandres d’argent en cours d’étude, il ne présente pas les mêmes caractéristiques43. À l’évidence, ce four est d’un usage collectif44. La forme et la taille font penser à un four de potier ou à un four de briques ou de tuiles, mais sa fonction précise reste encore à déterminer. En effet, aucun raté de cuisson n’a été découvert, ce qui ne laisse de surprendre.

Fig. 15 : Four hellénistique du chantier II

Fig. 15 : Four hellénistique du chantier II

A. Tibet

30On peut supposer que le four et son contexte ont été soigneusement nettoyés avant son abandon, mais cela est peu probable. Plus encore, le site ne présente pas de brique cuite.

  • 45 Sur les techniques de tissage et le rôle des pesons, voir Béal 1996, 121-132 et Blin et al. 2003, 1 (...)
  • 46 I. Chalier in Beyer et al. 2006, 219 et pl.11a.

31Une autre activité domestique peut être inférée du matériel exhumé. Sur tout le secteur, pour le niveau II, des pesons ont été retrouvés en grande quantité, ainsi que des fusaïoles et des lamelles en os. Les pesons sont en terre crue, généralement de forme circulaire, percés en leur centre. Quelques pesons de forme tronconique, également percés dans leur partie la plus étroite, ont été mis au jour. Ils devaient servir à tendre le fil sur un métier à tisser45. Les lamelles en os poli tiennent en main et permettent de démêler les fils. Les fusaïoles, en pierre, en terre crue ou en fritte, permettaient de maintenir et de faire tourner le fuseau. Une installation de pesons sur une brique retrouvée au nord du secteur doit être en lien avec le tissage, comme la fabrication de pesons ou la préparation du métier à tisser46. Cependant aucune trace proprement dite de métier à tisser n’a été retrouvée, tout comme au niveau I.

  • 47 Une étude approfondie des ossements de faune, retrouvés en grande quantité, permettrait de confirme (...)

32Le tissage semble une activité assurée pour le niveau II au vu de tout ce matériel, et se serait déroulée dans des espaces domestiques. On peut supposer également une activité d’élevage en lien avec le tissage47.

33Ainsi, le niveau II présente des espaces aux fonctions plus clairement domestiques, en lien avec la maisonnée, et de manière très homogène sur tout le chantier IV. On y lit en effet des activités de transformation et de cuisson alimentaire, du tissage, des jeux. Il est à noter que les fonctions des espaces ne sont pas perturbées par les différents réaménagements qu’a connu ce niveau, comme si on gardait la trace des zones d’activités et qu’elles ne changeaient pas selon les différentes occupations. Il y aurait donc bien une continuité des fonctions des espaces à l’intérieur du niveau II.

34Les fonctions domestiques et artisanales restent donc difficiles à cerner et à identifier finement. Si pour le niveau I certains aménagements, comme les bassins enduits ou les fours, dessinent des espaces aux fonctions plus clairement artisanales, et si pour le niveau II le contexte paraît être plus domestique, le mélange d’artefacts relevant de la vie quotidienne et d’activités artisanales pour les deux périodes ne nous permet pas de conclure définitivement de la fonction des pièces. Celles-ci peuvent avoir été polyvalentes, sans spécialisation de l’artisanat ou sans présence de quartiers liés à des activités précises, du moins pour les zones fouillées.

  • 48 Voir notamment Pelon 1992, 342 ; D. Beyer in Beyer et al. 2004, 276 et D. Beyer in Beyer et al. 200 (...)

35Il est à souligner que malgré la présence de la mine de plomb argentifère de Bulgarmaden, à 9 km au Sud-Est du site, aucune trace tant dans les aménagements (type de fours) que dans le matériel (scories) n’évoque un travail artisanal important du métal pour ces périodes, contrairement aux découvertes des niveaux hittites48. Ceci soulève d’intéressantes questions concernant la continuité de l’exploitation de la mine, comme la fin de l’extraction, son possible abandon pour ces époques, ou encore une zone spécifique (et non encore mise au jour) dédiée à ce travail.

36En périphérie du site, sur une surface qui ne représente qu’un huitième du höyük, les bâtiments présentent un habitat homogène, de type rural, où des activités domestiques et artisanales se déroulent à l’intérieur de la maison pour les époques concernées. Différencier les fonctions artisanales et domestiques des espaces reste une question délicate et complexe, notamment parce qu’à ces époques et au vu des aménagements mis au jour, ces fonctions coexistent. De plus, la question reste entière de savoir si la partie fouillée est caractéristique de l’ensemble du höyük ou si nous n’avons qu’une image des activités de la périphérie.

Bibliographie

Abadie-Reynal, C., “Porsuk. Rapport sur la campagne de fouille de 1989. Chantier Est”, Syria 69, 1992, 349-377.

Adam, J.-P., Les techniques de construction romaine, Paris, 2011.

Amouretti, M.-C., Le pain et l’huile dans la Grèce antique : de l’araire au moulin, Paris, 1986.

Amouretti, M.-C. / Comet, G., Hommes et techniques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 1993.

André, J.-M., “Jeux et divertissements dans le monde gréco-romain”, Les Dossiers d’Archéologie 168, février 1992, 36-45.

Aurenche, O., “Note sur la fabrication actuelle du plâtre à Qdeir (Syrie)”, Cahiers de l’Euphrate 4, 1985, 221-223.

Béal, J.-C., Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranée (Égypte, Grèce, monde romain), Lyon/Paris, 1996, 121-132.

Beyer, D. / Nadeau, A. / Sabrina, S. / Tibet, A. / Verbeek, M. / de Vos, J., “Porsuk : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2003”, Anatolia Antiqua XII, 267-281.

Beyer, D. / Chalier, I. / Lebreton, S. / Tibet, A. / Yılmaz, Y., “Porsuk (Zeyve Höyük) : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2004”, Anatolia Antiqua XIII, 2005, 295-318.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Lebreton, St. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2005”, Anatolia Antiqua XIV, 2006, 205-244.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2006”, Anatolia Antiqua XV, 2007, 289-314.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2007”, Anatolia Antiqua XVI, 313-344.

Beyer, D. / Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Lebreton, St., / Tibet, A., “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sur la campagne de 2008”, Anatolia Antiqua XVII, 2009, 317-349.

Beyer, D. / Chalier, I. / De Backer, F. / Laroche-Traunecker, F. / Lebreton, St. / Tibet, A., “Campagne 2009 de la mission archéologique de Zeyve Höyük (Porsuk)”, Anatolia Antiqua XVIII, 2010, 215-242.

Beyer, D. / Chalier, I. / Kirner, F. / Patrier, J. / Tibet. A., “Zeyve Höyük-Porsuk : rapport préliminaire de la campagne 2011”, Anatolia Antiqua XX, 2012, 177-203.

Blin, O. / Médard, F. / Puybaret, M.-P., “Fils et pesons : éléments pour une approche des techniques de tissage en Gaule romaine du Nord”, Revue archéologique de Picardie, 2003, 157-176.

Brun, J.-P., Le vin et l’huile dans la Méditerranée antique, Paris, 2003.

Brun, J.-P., Archéologie du vin et de l’huile en Gaule romaine, Paris, 2005.

Chalier, I. / Lebreton S. “Zeyve-Porsuk : un ‘bourg rural’ sur la via Tauri”, in H. Bru / G. Labarre (éds.), L’Anatolie des peuples, cités et cultures, Besançon, 2014, 31-40.

Fiorina, P., “Khirbet Hatara - La stratigrafia”, in “Rapporto di scavo a Khirbet Hatara, Eski Mossul, Irak”, Mesopotamia 32, 1997, 7-62.

Frascone, D., “Le chantier 14”, in C. Abadie-Reynal et al., “Zeugma. Rapport préliminaire des campagnes de fouilles de 2000”, Anatolia Antiqua IX, 2001, 243-305.

Goldman, H., Excavations at Gözlü Kule, Tarsus, I, The Hellenistic and Roman Periods, Princeton, 1950.

Hellmann, M.-C., L’architecture grecque. 1. Les principes de construction, Paris, 2002.

Invernizzi, A., “The excavations at the Archives Building – Fifth preliminary report of the excavations at Seleucia and Ctesiphon, season 1971/72”, Mesopotamia 7, 1972, 13-16.

Kramer, N., Gindaros, Geschichte und Archäologie einer Siedlung im nordwestlichen Syrien von hellenistischer bis in frühbyzantinische Zeit, Leidorf, 2004.

Lamb, W., Excavations at Thermi in Lesbos, Cambridge, 1936.

Margueron, J.-C., “Notes d’archéologie et d’architecture orientales”, Syria 74, 1997, 15-32.

Martz, A.-S., Les dispositifs de cuisson domestiques au Proche-Orient d’après les sources archéologiques (IIIe s. av. JC – IIIe s. ap. JC), 2011, http://hal.archives-ouvertes.fr/ hal-00608958

Mulder-Heymans, N., “Archaelogy, experimental archaeology and ethnoarchaeology on bread ovens in Syria”, in K. Fechner / M. Mesnil (éds.), Pain, fours et foyers des temps passés. Archéologie et traditions boulangères des peuples agriculteurs d’Europe et du Proche-Orient, Bruxelles, 2002, 197-221.

Pelon O., “Rapport préliminaire sur la première campagne de fouilles à Porsuk-Ulukisla (Turquie) ”, Syria 47, 1970, 279-286.

Pelon, O., “Rapport préliminaire sur la deuxième et la troisième campagne de fouilles à Porsuk-Ulukisla (Turquie) en 1970 et 1971”, Syria 49, 1972, 303-317.

Pelon, O., “Quatre campagnes à Porsuk (Cappadoce méridionale) de 1986 à 1989”, Syria 69, 1992.

Poplin, F., “Les jeux d’osselets antiques”, Les Dossiers d’Archéologie 168, février 1992, 46-47.

Prevost-Dermarkar, S., “Les foyers et les fours domestiques en Egée au néolithique et à l’âge du bronze”, in K. Fechner / M. Mesnil (éds.), Pain, fours et foyers des temps passés. Archéologie et traditions boulangères des peuples agriculteurs d’Europe et du Proche-Orient, Bruxelles, 2002, 223-237.

Rostovtzeff, M. (éd.), The Excavations at Dura-Europos, New Haven, 1934.

Suméra, F., “Les fours à chaux gallo-romains de ‘Brétinoust’, commune de Sivry-Courtry (Seine-et-Marne)”, Revue archéologique du centre de la France, 36, 1997, 118.

Thalmann, J.-P., “Tell ‘Arqa (Liban Nord) campagnes I-III (1972-1974) Chantier I. Rapport préliminaire”, Syria 55, 1978, 1-151.

Valtz, E., “Trench on the East Side of the Archive Square (Seleucia, 12th Season)”, Mesopotamia 21, 1986, 11-20.

Wulf, U., Die Stadtgrabung. Die hellenistischen und römischen Wohnhäuser von Pergamon. Unter Berücksichtigung der Anlagen zwischen der Mittel- und der Ostgasse, Berlin, 1999.

Yenai, E., “A Byzantine Wine Press at Tell Hefer”, in E. Ayalon / R. Frankel / A. Kloner (éds.), Oil and Wine Presses in Israel from the Hellenistic, Roman and Byzantine Periods [BAR 1972], Oxford, 2009, 149-152.

Notes

1 Se reporter à Pelon 1970 ; 1972 et 1992 pour les premières fouilles et à Beyer et al. 2004 ; 2005 ; 2006 ; 2007 ; 2008 ; 2009 ; 2010 et 2012 pour les dernières missions.

2 Pour plus de détails et d’actualisation lire l’article de St. Lebreton dans le présent ouvrage.

3 Sur la question des étages et de leur lisibilité en fouilles, J.-C. Margueron montre que lorsqu’un habitat est abandonné et sujet à l’érosion, il devient très difficile de savoir s’il y avait un étage, surtout dans l’architecture de briques crues du Proche-Orient. Margueron 1997, 29-32.

4 Abadie-Reynal 1992, 350 et 366.

5 Voir le rapport de I. Chalier in Beyer et al. 2012, 196 et Hellman 2002, 301.

6 Se reporter aux publications des fouilles : Kramer 2004, pour Gindaros ; Goldman 1950 pour Tarse et Wulf 1999 pour Pergame.

7 Tuiles que nous avions pu comparer grâce aux échanges fructueux avec l’équipe de fouilles de Tyane sous la direction de Guido Rosada et Maria Teresa Lachin. La céramique mise au jour montre également des relations avec le Sud, notamment des influences syriennes et tarsiotes. Pour un examen plus détaillé de la céramique de Porsuk, se référer à Chalier/Lebreton 2014.

8 Pour plus de détails, voir I. Chalier in Beyer et al. 2009, 218.

9 La fabrication de chaux nécessite des températures importantes (entre 900° et 1100°) et donc pour l’époque une alimentation en bois importante ainsi qu’une structure construite solide, le plus souvent en terre cuite. Se reporter à Adam 2011, 69-75 pour le travail de la chaux à l’époque romaine et à Suméra 1997, 118 pour des exemples de fours gallo-romains.

10 180° pour la transformation du gypse en plâtre, qui peut s’effectuer sur des aires extérieures, voir Adam 2011, 75.

11 Revêtement et emplacement que l’on retrouve en fouilles. Voir Aurenche 1985, 221-223.

12 Numéro US 01571.

13 Pelon 1972, 310.

14 Là encore, la proximité avec la couche de surface rend difficile l’explication de cette interruption. Pour plus de précisions, se référer à I. Chalier in Beyer et al. 2010, 218.

15 Ibid., 218-219.

16 Ses mesures précises sont de 1 m 80 de long avec une interruption à l’ouest, et 1 m 30 de large. L’enduit remonte légèrement sur le mur, sur lequel le bassin devait s’appuyer. Au sud, l’enduit remonte sur 13 cm sur une surface en briques crues de 43 cm de large. Il mesure souvent plus de 5 cm d’épaisseur et présente plusieurs recharges. Sa déclivité est de 11 cm.

17 Se reporter à I. Chalier in Beyer et al. 2012, 197.

18 Yenai 2009, 149-152.

19 Le fouloir est de 35 m² et la cuve de 12,5 m3, les compartiments mesurent 3 m 30 de long et 2 m 30 de large pour une profondeur de 30 cm, et le petit réceptacle a un diamètre de 55 cm et une hauteur de 50 cm.

20 J.-P. Brun précise que les fouloirs étaient généralement creusés dans le roc ou construits en céramique, avec des jarres qui récupéraient le liquide. Il note également que le vin est meilleur lorsque les jarres sont enterrées pour la vinification dans les régions chaudes et autour du bassin oriental de la Méditerranée. Brun 2003, 53 et 66.

21 Brun, 2005, 27.

22 Il est à noter qu’O. Pelon (1972, 311), pour la campagne de fouilles de 1971, mentionne la découverte d’anses d’amphores timbrées.

23 Lamb 1936, 59 et Prevost-Dermarkar 2002, 232. Les pithoi de Porsuk sont enfoncés verticalement et enduits de terre crue, avec un alandier creusé dans la paroi pour l’un deux. Pour plus de détails, se référer à St. Lebreton in Beyer et al. 2006, 209-213.

24 Amouretti 1986, 150.

25 Pelon 1972, 311, pl. XVII 2.

26 N. Mulder-Heymans propose cette définition du tanur : “four circulaire d’un diamètre en moyenne de 60 cm, calé par des pierres ou des tessons, d’une hauteur de 1 m en général et de forme conique. Le pain était introduit sous forme de galettes par l’ouverture supérieure”. Mulder-Heymans 2002, 199-200.

27 Prevost-Dermarkar 2002, 235

28 Il mesurait 3 m de diamètre et sa paroi nord était bien conservée : trois assises de briques crues, partiellement cuites par le feu. Le remplissage du four était hétérogène, cendres noires et blanches, terre briqueteuse et débris de briques. Au centre la sole n’a pas été conservée.

29 Voir D. Beyer in Beyer et al. 2005, 299, numéro US 01053.

30 Abadie-Reynal 1992, 368 et fig. 35.

31 À noter également la mise au jour d’un rouleau à grain (ou rouleau pour tasser les toits en terrasse), et de fragments d’une meule tournante pour ce même niveau, qui confirme la fonction alimentaire des pièces : Pelon 1972, 311.

32 Il reste très difficile en l’état de conclure à la présence d’étages, avec par exemple un rez-de-chaussée consacré à l’artisanat et des pièces d’habitation à l’étage.

33 Amouretti/Comet 1993, 70.

34 Appelées ‘niveau a’ pour la phase la plus récente et ‘niveau b’ pour la phase antérieure.

35 D. Beyer in Beyer et al. 2005, 305.

36 Les osselets et les dés sont bien connus dans le monde gréco-romain, à l’image des scènes de taverne de Pompéï : André 1992, 39. Trouvés dans un contexte domestique, les osselets sont le plus souvent en relation avec les jeux. F. Poplin précise que les dés étaient destinés plutôt aux hommes, et les osselets aux femmes et enfants. En dehors du divertissement, ces derniers pouvaient également servir à tirer au sort (l’auteur parle “d’astragalomancie”). Pour plus de détails se reporter à Poplin 1992, 46.

37 Certaines ont pu être restaurées. Se reporter à I. Chalier in Beyer et al. 2009, 321 fig. 5 et 322 fig. 6.

38 Amouretti 1986, 150.

39 Goldman 1950, 14 et fig. 6 et 21 et Thalmann 1978, 54-55 pl. IV fig. 2.

40 Voir Invernizzi 1972, 13-16 et Valtz 1986, 11-20.

41 Se reporter à Fiorina 1997, 7-62 pour Khirbet Hatara ; Rostovtzeff 1934 pour Doura-Europos et Frascone 2001 pour Zeugma. Voir également Martz 2011.

42 A. Tibet in Beyer et al. 2012, 180-184.

43 La sole forme un rectangle de près de 3 m de long et de 1 m 70 de large. Elle est enduite de terre argileuse et percée de carneaux, plus ou moins alignés, de diamètre variable (10 à 25 cm). L’espace inférieur est divisé en galeries.

44 Pour reprendre les mots de Mulder-Heymans 2002, 204, à savoir “communal baking”.

45 Sur les techniques de tissage et le rôle des pesons, voir Béal 1996, 121-132 et Blin et al. 2003, 157-176.

46 I. Chalier in Beyer et al. 2006, 219 et pl.11a.

47 Une étude approfondie des ossements de faune, retrouvés en grande quantité, permettrait de confirmer cette hypothèse.

48 Voir notamment Pelon 1992, 342 ; D. Beyer in Beyer et al. 2004, 276 et D. Beyer in Beyer et al. 2007, 314.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan des chantiers
Crédits Fr. Laroche-Traunecker
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 2 : Plan du niveau I
Crédits Fr. Laroche-Traunecker
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 3 : La circulation dans le niveau I
Crédits Fr. Laroche-Traunecker
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 4 : Amas de tuiles
Crédits I. Chalier et Fr. Kirner
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 5 : Exemple de zone de travail enduite
Crédits St. Lebreton
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6 : Bassin de travail de la chaux
Crédits St. Lebreton
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 7 : Bassins enduits 1571
Crédits photographie I. Chalier, plan et dessin Fr. Laroche
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 8 : Fours pithoi au Sud du secteur
Crédits St. Lebreton
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 9 : Four 01053
Crédits D. Beyer
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 10 : Plan du niveau II
Crédits Fr. Laroche-Traunecker
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 11 : Osselets
Crédits St. Lebreton
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 12 : Dé
Crédits D. Beyer
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 13 : Pièces et cour dallée
Crédits I. Chalier
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 14 : Fours et jarres associées
Crédits I. Chalier
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 15 : Four hellénistique du chantier II
Crédits A. Tibet
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3307/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search