Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l'époque byzantine

 | 
Aksel Tibet
, 
Olivier Henry
, 
Dominique Beyer

II. De la Préhistoire à l'Âge du Fer

Porsuk – Zeyve höyük à l’Âge du Fer : le cas des fibules comme marqueurs d’échanges et de datation

Julie Patrier-Lacambre

Résumé

Fibulae are important historical and cultural markers for the Iron Age. Since the first excavations at Porsuk in 1969 until the 2011 campaign, fourteen fibulae have been discovered on the site. The study of these objects, still unpublished, aims at providing a contribution to the assessment of the links that could have been existed, in the region of Porsuk and Tyanitide, between Phrygians and Neo-Hittites.

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Je remercie Dominique Beyer pour ses relectures et commentaires lors de la préparation de cet artic (...)
  • 2 Stronach 1959. Voir aussi Pedde 2000, 3 et 2001, 485. Cf. ci-dessous pour la question de la nouvell (...)

1Au Proche-Orient, les fibules ont principalement été utilisées à l’Âge du Fer où elles remplacent l’épingle à vêtement. D’Europe, elles passent en Grèce, où leur usage se développe à partir de la fin de la période mycénienne. Elles auraient été introduites au Proche-Orient vers 1200 aC et ne se trouveraient fréquemment en Anatolie qu’à partir du 8e s. aC2. Les fibules constituent des objets importants pour l’étude de l’Âge du Fer, celles-ci étant considérées par les chercheurs comme des marqueurs de datation et de différenciation régionale.

  • 3 Pour une présentation plus approfondie du site, je renvoie notamment aux différentes contributions (...)
  • 4 Je tiens à remercier chaleureusement pour cela les deux directeurs successifs du site : tout d’abor (...)

2Depuis les premières fouilles en 1969 jusqu’à la campagne de 2012, quatorze fibules, encore inédites, ont été mises au jour sur le site de Porsuk – Zeyve Höyük (Cappadoce du Sud)3. Leur étude fait partie de la future publication du petit matériel des Âges du Bronze et du Fer de Porsuk qui m’a été confiée4. Il s’agit donc d’un travail en cours et seules quelques pistes de recherche seront mentionnées ici. Après avoir brossé un rapide tableau de l’occupation du site au Ier millénaire aC, je m’attacherai à présenter les fibules découvertes à Porsuk – Zeyve Höyük en évoquant les difficultés inhérentes à leur étude ; en conclusion, je tenterai de les replacer dans le contexte plus général de l’Anatolie du Ier millénaire aC.

Le site de Porsuk à l’Âge du Fer moyen et récent

3À Porsuk, on distingue jusqu’à présent deux phases datées de l’Âge du Fer : la phase Pk IV ( = Porsuk phase IV) correspondrait au Fer ancien (env. 10e-9e s. aC) et la phase Pk III au Fer moyen et récent (env. 8e-7e s. aC) et comprenant deux niveaux successifs.

4Je ne ferai pas référence ici à la phase Pk IV, qui n’a livré aucune fibule pour le moment, et me concentrerai sur la phase Pk III.

Quelques données archéologiques

  • 5 Voir par exemple Dupré 1983, 128 ou encore Pelon/Dupré 1987, 22 et 24.
  • 6 Dupré 1983, 82-83. Voir aussi le compte-rendu de l’ouvrage par Contenson 1985 ; Crespin 1999 et 200 (...)

5La compréhension de l’occupation du site à la phase Pk III demeure problématique, les vestiges dégagés étant souvent d’interprétation délicate. Mais le constat suivant peut tout de même être dressé : si au Fer ancien (Pk IV), Porsuk semble résolument en lien avec la Cilicie5, à la phase Pk III il paraît se tourner principalement vers le plateau anatolien. À côté de la céramique locale, de la céramique phrygienne noire ou grise lissée a été mise au jour ainsi que des céramiques de type Alişar IV. Par ailleurs, des exemplaires “black-on-red” importés du sud-ouest anatolien ont également été identifiés, tout comme des importations à plus longue distance (on citera par exemple la présence de quelques céramiques importées d’Égypte et celle d’au moins un tesson isolé de céramique rhodienne)6.

La place de Porsuk à l’Âge du Fer moyen et récent

  • 7 La Tyanitide peut correspondre au moins en partie au Tabal des sources néo-assyriennes (dont les li (...)
  • 8 Hawkins 2000, 527-528 (n° X.48. Porsuk).

6Au Fer moyen et récent, Porsuk est en général considéré comme appartenant à la Tyanitide (région de Tyane, l’ancienne Tuwana de l’Âge du Fer), zone louvitophone au centre-sud de l’Anatolie7. On rappellera par exemple la découverte de l’inscription hiéroglyphique louvite de Porsuk8.

  • 9 Cimok 2013, 14 ; Freu/Mazoyer 2012, partie I, chapitre VII, plus particulièrement 134-135.
  • 10 Akkaya 1991.
  • 11 Cf. par exemple Beyer 2012, 260, 262-263 ; Cimok 2013, 41-42 ; Sams 2011, 611.

7Des indices de contacts entre la Tyanitide et la Phrygie ont été relevés dans la région, contacts dont témoignent par exemple les inscriptions phrygiennes de Kemerhisar – Tyane9, le tumulus de Kaynarca, proche de Niğde10, ou encore le relief d’Ivriz représentant Warpalawas, roi de Tuwana, portant notamment une fibule phrygienne (cf. ci-dessous). Par ailleurs, on peut rappeler que Midas (fin du 8e-début du 7e s. aC) avait fait alliance avec des rois du Tabal, et plus particulièrement Warpalawas, mais aussi avec le roi de Que (actuelle Cilicie) et le roi Pisiris de Karkémiš pour tenter de résister aux Assyriens, et notamment à Sargon II11.

8On peut alors s’interroger sur la nature exacte des relations entretenues entre la Tyanitide et la Phrygie. S’agissait-il de simples échanges culturels, commerciaux et/ou diplomatiques ou une sorte de protectorat avait-t-il été mis en place à un moment donné ?

9Par ailleurs, le matériel découvert à Porsuk atteste de liens avec la zone culturelle d’Alişar (cf. ci-dessus) et il est fort probable que Porsuk ait été au cœur d’un vaste réseau d’échanges, lié à sa position stratégique due, entre autres, à sa proximité avec les Portes Ciliciennes, voie de circulation principale entre la Syrie du Nord et la Turquie.

Le corpus des fibules de Porsuk

Présentation générale

État de la question

  • 12 Pour une présentation générale sur les fibules au Proche-Orient ancien, l’historique de leur diffus (...)
  • 13 On citera entre autres exemples Boehmer 1983 ; Muscarella 1967b ; 1984 ; Ogün 1979.
  • 14 Sur cette question spécifique, voir avant Caner les travaux d’O. Muscarella et notamment Muscarella (...)
  • 15 Voir, pour un résumé de sa thèse en anglais, Pedde 2001.

10Avant d’aborder la présentation du corpus, un rapide état de la question s’impose12. La première typologie de “fibules grecques et orientales”, selon le titre de l’ouvrage, a été mise en place en 1926 par Chr. Blinkenberg. Il s’agit encore de la typologie la plus couramment employée par les chercheurs travaillant sur le Proche-Orient ancien alors même que cet ouvrage portait essentiellement sur le matériel grec. D’autres travaux sont parus depuis. On rappellera d’une part les nombreuses études ponctuelles dues le plus souvent à la découverte d’une ou plusieurs fibules sur un site donné13. D’autre part, plusieurs publications plus détaillées et fournissant des typologies de ce type d’objets peuvent être citées : celle de D. Stronach en 1959 sur le Proche-Orient ancien, celle d’E. Caner, parue en 1983 et spécifiquement dédiée aux fibules phrygiennes14, et celle de Fr. Pedde, parue en 2000, englobant une zone géographique allant du Levant à l’Iran, mais ne traitant que de manière ponctuelle de l’Anatolie15. Enfin, pour le domaine anatolien, quelques articles sont plus spécifiquement consacrés aux découvertes urartéennes, comme celui de B. Ogün (1979) ou, plus récemment, celui de K. Köroğlu et E. Konyar (2008). Cependant, aucun des travaux cités ci-dessus ne s’intéressent directement à la Cappadoce du Sud.

Critères typologiques

11Les fibules sont composées de différents éléments (fig. 1) : il s’agit de l’arc, de l’ardillon, du porte-ardillon et du ressort ainsi que divers ornements. Les variations de ces différentes parties ainsi que les techniques de fabrication sont les critères de base sur lesquels se sont fondés les chercheurs pour classer ces objets.

Fig. 1 : Éléments constitutifs d’une fibule

Fig. 1 : Éléments constitutifs d’une fibule

d’après Pedde 2000, 7, fig. 2

  • 16 Je renvoie à son compte-rendu paru dans JNES : Bjorkman 2004.

12Ainsi, les typologies disponibles actuellement s’appuient plus spécifiquement sur l’un ou l’autre de ces éléments et comportent un nombre tout à fait variable de groupes. La première typologie établie par Chr. Blinkenberg (1926) utilise des critères stylistiques donnant une répartition en seize groupes (I-XVI) avec des sous-groupes. Il en va de même pour celle d’E. Caner, qui comprend sept groupes (I-VII), pouvant eux-mêmes être subdivisés. La dernière, celle de Fr. Pedde, divise en quatre grands groupes (A à D) les fibules selon des critères techniques (martelage ou moulage et forme de l’arc), critères discutables de l’avis de J. Bjorkmann16.

Questions méthodologiques

13On remarquera tout d’abord qu’il règne une certaine confusion, entretenue par l’emploi souvent inadéquat du terme “phrygien” appliqué plus généralement à tout ce qui concerne l’Âge du Fer anatolien. Dans le cas des fibules, on renvoie d’ailleurs le plus souvent aux “Phrygiens” lorsqu’il est question de fibules “anatoliennes”. Or, il me semble y avoir une certaine distorsion dans la vision des chercheurs, une sorte de “phrygiocentrisme” pour reprendre une expression d’A.-S. Crespin, du fait de l’importance prise par cette population à l’Âge du Fer, sans nécessairement tenir compte d’autres facteurs. Par exemple, la Phrygie n’est pas le seul centre de production de fibules à avoir été identifié en Anatolie. Cette disproportion est peut-être également due aux publications actuellement disponibles, le domaine phrygien faisant l’objet de nombreuses études, notamment grâce aux découvertes de Gordion, contrairement à d’autres régions moins bien connues.

  • 17 Il faut en effet rester prudent, certains types de fibules pouvant avoir été utilisés pendant plusi (...)
  • 18 Celle-ci daterait plutôt des alentours de 800 aC que de 696 aC comme cela était autrefois proposé ( (...)

14En ce qui concerne les questions de chronologie, deux points importants sont à préciser : tout d’abord, aucune typologie ne permet véritablement de dater les fibules en l’absence de contexte archéologique fiable mais seulement d’attester qu’elles étaient en usage à une période donnée17. De plus, la classification des fibules phrygiennes s’appuyant principalement sur la stratigraphie de Gordion, leurs datations doivent maintenant être revues. En effet, l’attribution habituelle de la destruction de Gordion par les invasions cimmériennes n’est plus valable, les datations du niveau en question ayant été modifiées grâce à des analyses 14C et dendrochronologiques18.

Le matériel de Porsuk et son traitement

15La description des fibules proposées dans le présent article s’appuie tout particulièrement sur un catalogue préparatoire des petits objets de Porsuk établi par A.-S. Crespin dans les années 1990. En effet, il ne m’a pas encore été possible d’effectuer une campagne d’étude au musée archéologique de Niğde, où elles sont conservées. Il m’a donc fallu me contenter des photos, dessins et descriptions anciennes à ma disposition, ce qui a entraîné un certain nombre de difficultés.

  • 19 Un tableau récapitulatif est proposé à la fin de l’article.
  • 20 En effet, il est souvent difficile de déterminer la forme précise de certaines fibules, surtout en (...)

16Comme je l’ai déjà mentionné, quatorze fibules (fig. 2) ont été découvertes sur le site19 : quatre en 1971, deux en 1976, une en 1987, six en 1994 et une en 2011. Il s’agit d’objets relativement petits, dont la longueur de l’arc varie entre 2,2 cm et 6,4 cm, si ce n’est un grand modèle, avec 9,8 cm de longueur (Pk 94-031) ; elles n’ont en revanche pas encore été pesées. Toutes sont en bronze, à l’exception d’une en fer ( ?) (Pk 71-025). Certaines sont trop corrodées ou lacunaires pour permettre de reconnaître leur forme originelle et seules trois sont véritablement complètes (Pk 87-005, Pk 94-004 et Pk 00770.0002)20.

Fig. 2 : Les quatorze fibules de Porsuk classées dans l’ordre de découverte

Fig. 2 : Les quatorze fibules de Porsuk classées dans l’ordre de découverte

dessins de Mary-Jane Schumacher et Alexis Beyer et photos d’Olivier Pelon et Philippe Collet

  • 21 Pedde 2001, 490.

17Leur méthode de fabrication n’a pu être étudiée mais on pourrait envisager qu’elles aient majoritairement été réalisées en deux pièces, ce qui correspondrait aux observations faites par Fr. Pedde sur l’abandon du type coulé dans un seul moule et le développement des divers types réalisés en plusieurs pièces notamment aux 8e-7e s. aC21.

Les types de fibules

  • 22 Une photo et un commentaire succinct en ont déjà été publiés dans Beyer et al. 2012, 188 et 190, fi (...)

18Le type XII de Chr. Blinkenberg regroupe les fibules dites d’“Asie Mineure”. Il serait “caractérisé par la forme régulière et symétrique de l’arc” avec un ressort en général en forme de demi-cercle, type lui-même subdivisé en plusieurs catégories. Parmi les plus répandus sur le plateau anatolien, on trouve principalement le type XII-9 : fibule à cabochon sur l’arc (fig. 9), véritable type “phrygien” que l’on ne retrouve pas à Porsuk, et les types XII-13 et XII-14 (fig. 3) correspondant à des fibules cannelées à trois ou quatre anneaux centraux. Ces derniers types peuvent eux-mêmes être subdivisés en sous-catégories, l’arc pouvant aussi être doté de boules ou d’anneaux à ses extrémités. La fibule découverte en 2011 à Porsuk (Pk 00770.0002, fig. 2n), particulièrement bien conservée, correspond parfaitement au type XII-1422. En revanche, la majorité des fibules du site semble ne pas avoir d’anneau sur la partie centrale mais seulement vers les extrémités de l’arc ( ?). Le porte-ardillon est le plus souvent décoré de trois doigts. L’ardillon est toujours simple et lisse quand il est conservé. Selon A.-S. Crespin, la fibule Pk 71-039 (fig. 2b) serait de type “proche-oriental” mais, d’après ce que l’on distingue sur la photo, elle pourrait tout aussi bien ressembler à une fibule de type XII-13 (fig. 3).

Fig. 3 : Les types XII-13 et XII-14 de Blinkenberg

Fig. 3 : Les types XII-13 et XII-14 de Blinkenberg

a. Blinkenberg 1926, 222, fig. 254, XII-13u acheté à Athènes; b. Blinkenberg 1926, 223, fig. 255, XII-14d Ankara

  • 23 Crespin 2001, 234.
  • 24 Cf. notamment Blinkenberg 1926, 243-247.
  • 25 Pedde 2000, 359-364 et 2001, 490.
  • 26 Elle ressemble étrangement à une fibule de Tarse (38.828) découverte dans le niveau hittite récent (...)

19La fibule Pk 87-005 (fig. 2g) a un arc de type “en fer à cheval”23 ou en triangle tout comme Pk 71-059 (fig. 2c), ce qui pourrait permettre de les rapprocher de fibules du type XIII de Chr. Blinkenberg24 (type “chypriote”, fig. 4) et surtout du groupe D de Fr. Pedde. Elles dateraient plutôt du 7e s. aC25, tout comme, éventuellement, Pk 94-004 (fig. 2i)26.

Fig. 4 : a-c. Fibules de type XIII-1, XIII-10, XIII-12 de Blinkenberg ; d. fibule du groupe D de Pedde

Fig. 4 : a-c. Fibules de type XIII-1, XIII-10, XIII-12 de Blinkenberg ; d. fibule du groupe D de Pedde

a. Blinkenberg 1926, 234, fig. 268, XIII-1d Kourion; b. Blinkenberg 1926, 241, fig. 284, XIII-10g Chypre; c. Blinkenberg 1926, 244, fig. 291, XIII-12g Ninive; d. 2000, pl. 68, n° 1001, groupe D.2.2 Sar Kabûd

  • 27 Cf. Blinkenberg 1926, 60-61.
  • 28 Pedde 2000, 113 (il cite ici une information inédite). Ce type serait attesté dès le 12e s. aC (Ped (...)

20Enfin, une fibule (Pk 94-023, fig. 2k) pourrait être de type submycénien II-1 (à arc symétrique, fig. 5a)27 mais cela reste à confirmer. Quoi qu’il en soit, cela correspondrait parfaitement au groupe A3 (einteiligen Bogenfibeln : “fibule à arc en une seule pièce”, fig. 5b) de Fr. Pedde autant stylistiquement que chronologiquement (9e-8e s. aC), groupe dont la majorité des exemplaires proviendrait de Chypre et du Levant mais avec une attestation remarquable à Kaman – Kalehöyük28.

Fig. 5

Fig. 5

a. Fibule II-1 de Blinkenberg (1926, 60, fig. 30, II-1a Vrokastro) ; b. Fibule A3 de Pedde (2000, pl. 7, n° 73, groupe A3 Enkomi) ; c. Fibule de Tarse (Goldman 1940, fig. 48)

Le contexte archéologique des découvertes de Porsuk

21Les contextes de découvertes des fibules ne sont pas toujours très clairs et un dépouillement complet des archives de fouilles doit encore être effectué.

  • 29 Le carroyage de Porsuk a changé en 2003.

22Pour le moment, deux n’ont aucune localisation connue, les autres ont été mises au jour dans les deux grands chantiers du site, chantier II à l’Ouest et chantier IV à l’Est (fig. 6) ; huit ont été découvertes dans le chantier IV (fig. 7), dans des secteurs assez proches : une dans le carré H43, une en I43, une en K41 et cinq en K42. Quatre proviennent du chantier II (fig. 8), toutes découvertes en 1994, dans le carré H06 (anciennement B4, quart B43)29. D’après les informations dont on dispose, elles apparaissent dans des couches du Fer moyen ou récent (Pk III), souvent qualifiées de “phrygiennes”. On ne peut préciser de contexte de découverte particulier, si ce n’est pour l’une d’entre elles, trouvée dans un mur de briques (Pk 76-004, Ch. IV, carré K42). Par conséquent, le problème de la datation exacte de ces fibules se pose, faute de contexte assuré.

Fig. 6 : plan topographique de Porsuk

Fig. 6 : plan topographique de Porsuk

Fig. 7 : Plan du chantier IV

Fig. 7 : Plan du chantier IV

Fig. 8 : Plan du chantier II, ancien et nouveau carroyages

Fig. 8 : Plan du chantier II, ancien et nouveau carroyages

Les fonctions des fibules

  • 30 On renverra pour des synthèses générales et les références précises à Crespin 2001, 307 et Beyer 20 (...)
  • 31 Son vêtement est parfois aussi considéré comme phrygien. Cf. par exemple Beyer 2012, 260, 262-263 ; (...)
  • 32 Muscarella 1967b, 84.
  • 33 Voir Hawkins 2000, 518-521 (n° X.44. BOR), avec les références bibliographiques antérieures. Pour u (...)
  • 34 Voir par exemple Charpin/Zeigler 2003, 207 et Kupper 1998, 236, pour l’interprétation de l’offrande (...)
  • 35 Crespin 2001, 307.

23Ces fibules servaient en premier lieu à maintenir en place les vêtements mais elles pouvaient également recouvrir d’autres fonctions qui seront rapidement énumérées ici, celles-ci étant bien connues par ailleurs30. Le port par un roi ou un haut personnage d’une fibule de type étranger a souvent été considéré comme la marque d’un cadeau royal. C’est dans ce sens qu’est interprétée le plus souvent la représentation de la fibule phrygienne portée par le roi Warpalawas sur le relief d’Ivriz (fin du 8e s. av. J.-C.) (fig. 9), fibule de type XII-9 (à double ardillon et rail d’ornement) dont des exemplaires ont été mis au jour à Gordion et Ankara par exemple31. L’autre relief de la région où apparaîtrait représentée une fibule du même type, celui de Bor, est sujet à discussion. En effet, il s’agit d’une restitution ajoutée dans la cassure lors de la restauration par le musée d’Istanbul en prenant précisément pour modèle le relief d’Ivriz32, la stèle de Bor représentant également le roi Warpalawas33. Quoi qu’il en soit, cette pratique pourrait peut-être dans le même temps traduire une marque de soumission au roi ayant offert le cadeau en question même si cette interprétation n’a, semble-t-il, pas encore été envisagée34. Les fibules ont aussi pu faire partie des objets donnés en guise de tributs35.

Fig. 9

Fig. 9

a-b. Photo du relief d’Ivriz (D. Beyer) et dessin de la fibule phrygienne (Beyer 2012, 260, fig. 8) ; c. Fibule de type XII-9 de Blinkenberg (1926, 215, fig. 241, XII-9h province d’Ankara)

  • 36 Boehmer 1983, 75-78 et fig. 1 et récemment Beyer 2012, 260, 262-263.
  • 37 Voir par exemple Muscarella 1967b, 82 et pl. II, fig. 1.

24Par ailleurs, des représentations de fibules dans les défilés de tributaires des bas-reliefs néo-assyriens et perses auraient pour but d’identifier les origines géographiques des différents groupes représentés36. L’exemple le plus fréquemment cité est le relief du palais de Sargon II à Khorsabad montrant notamment un Phrygien dont la cape est fixée par une fibule de type XII-737. Les fibules seraient donc utilisées comme marqueurs “ethniques” ou de “nationalité”.

  • 38 Jantzen 1962, 42. Pour une mention d’importations de fibules “phrygiennes” en Grèce, cf. Braun-Holz (...)

25U. Jantzen (1962) s’interrogeait, quant à lui, sur les raisons pour lesquelles des fibules phrygiennes ont été découvertes en Grèce et envisageait tour à tour une qualité de production supérieure, un attrait pour l’exotisme et, les objets venant de l’étranger, le fait qu’elles aient pu être à la mode ou encore qu’elles étaient moins chères à acheter mais il évoque aussi les dons entre hauts personnages et/ ou délégations étrangères38.

  • 39 Crespin 2001, 307 ; Burke 2010, 158-159.

26Les fibules ont enfin pu être offertes de manière votive à des divinités dans des temples (comme les vêtements) et elles pouvaient également être déposées dans les tombes comme offrandes funéraires39 (autant pour leur fonction concrète que symbolique ?).

Les fibules en Anatolie à l’Âge du Fer

Les centres de production

  • 40 Voir aussi Crespin 2001, 307.
  • 41 Pour une analyse récente sur la question, je renvoie à l’ouvrage de Pedde 2000.

27Plusieurs centres de production ont été identifiés en Anatolie, notamment par R.M. Boehmer (1983), d’abord en Phrygie et dans le royaume du Tabal, et par la suite en Lydie40. Ainsi, il existerait pour la période qui nous intéresse plus particulièrement ici (Fer moyen-récent) trois grandes régions de production : deux en Anatolie, la Phrygie et le royaume du Tabal, auxquelles il faut ajouter une zone “proche-orientale” assez large englobant la Syrie du Nord, l’Assyrie et le Levant. Les centres de production identifiés pour l’Urartu semblent encore peu nombreux41.

La diffusion des fibules en Anatolie

  • 42 Crespin 2001, 307.

28En ce qui concerne la diffusion des fibules, A.-S. Crespin a mis en évidence, grâce à une carte de répartition (fig. 10), la présence majoritaire de fibules de type “arrondi” (à savoir XII-9, XII-12, XII-13 et leurs variantes) spécifiquement anatoliennes, plus particulièrement dans la zone des “hauts plateaux phrygiens”42.

Fig. 10

Fig. 10

Carte de répartition des fibules de Crespin (2001, pl. 517)

29R.M. Boehmer (1983) avait déjà proposé une carte montrant l’expansion du type XII (fig. 11), allant jusqu’à Ivriz à l’Est. Une diffusion importante vers l’Ouest est également à noter.

Fig. 11

Fig. 11

Carte de répartition des fibules par types de Boehmer (1983, fig. 8)

30On pourrait alors s’interroger sur la véritable origine de ce type XII prétendument phrygien mais qui semble être plus globalement anatolien et dont certaines variantes seulement seraient alors caractéristiques de la Phrygie.

31A.-S. Crespin allait déjà dans ce sens en proposant qu’il n’existe pas vraiment de type exclusivement phrygien, mais plutôt “phrygo-anatolien” par exemple, ce qui serait entre autre le cas du type XII-9 selon elle.

  • 43 Idem.

32Le type “proche-oriental” quant à lui, bien qu’attesté sur un certain nombre de sites, est de fait moins représenté en Anatolie. Par ailleurs, pour A.-S. Crespin, au vu du faible nombre d’attestations de ce type de fibules en Anatolie, celles-ci n’auraient pas été produites localement et résulteraient plus probablement d’un commerce à longue distance43.

Les fibules de Porsuk : production locale ou importation ?

  • 44 Mori/Omura 1993, fig. 12.6.
  • 45 Voir aussi Atasoy/Buluç 1982, 159-160, évoquant également la possibilité de moules réalisés en maté (...)

33À Porsuk (comme à Gordion d’ailleurs), aucun moule à fibules n’a été découvert qui aurait permis d’attester qu’elles étaient produites localement, contrairement à Kaman – Kalehöyük qui en a livré plusieurs44. Mais cela n’est pas nécessairement significatif, l’argument du silence n’ayant pas valeur de preuve et les fibules pouvant également avoir été martelées entre autres exemples45.

34En revanche, comment considérer la présence d’objets d’origine étrangère sur un site ? S’agit-il de simples importations (cf. les raisons proposées par U. Jantzen ci-dessus) ou sont-ils la marque d’influences politiques et/ou culturelles ? Le fait d’exporter certains objets ne témoigne pas nécessairement de l’expansion de la population qui les a produits ni même de sa culture mais simplement de l’attrait d’une population pour ces objets. En l’absence de données historiques assurées, aucune conclusion ne peut être tirée des seuls objets.

  • 46 Pour une présentation générale de ce site, voir par exemple Balatti/Balza 2012, D’Alfonso/Mora 2010 (...)

35À Porsuk, la présence de fibules de type “phrygien” semble en tout cas correspondre à ce que l’on sait du jeu des alliances aux 8e-7e s. aC, mais on manque malheureusement d’éléments de comparaison dans la région. Les fouilles récemment entreprises à Kınık Höyük par une mission conjointe entre les États-Unis (New-York), l’Italie (Pavie) et la Turquie (Niğde et Erzurum), sous la direction de Cl. Mora et L. d’Alfonso, apporteront probablement un éclairage nouveau sur la question dans un avenir proche46.

Conclusion

36Bien que la situation soit encore complexe et les données insuffisantes, on insistera sur quelques aspects que cette étude préliminaire a pu confirmer ou mettre en évidence. Tout d’abord, les fibules peuvent constituer des marqueurs d’échanges tout à la fois politiques, économiques et culturels. Le matériel découvert dans le niveau Pk III de Porsuk semble permettre d’envisager que le site ait bénéficié de son emplacement stratégique faisant de lui une zone de carrefour. Espérons que les découvertes à venir, à Porsuk mais aussi sur les sites contemporains voisins, et notamment à Kınık Höyük, nous permettent de préciser ces données.

Bibliographie

Akkaya, M., “Objets phrygiens du tumulus de Kaynarca”, in Br. Le Guen-Pollet / O. Pelon (éds.), La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine - État des recherches. Actes du colloque d’Istanbul, Institut Français d’Études Anatoliennes d’Istanbul, 13-14 avril 1987, Paris, 1991, 25-27.

Atasoy, E. / Buluç, S., “Metallurgical and Archaeological Examination of Phrygian Objects”, Anatolian Studies 32, 1982, 157-160.

Balatti, S. / Balza, E., “Kınık-Höyük and Southern Cappadocia (Turkey): Geo-Archaeological Activities, Landscapes and Social Spaces”, in R. Hofmann / F.-K. Moetz / J. Müller (éds.), Tells: Social and Environmental Space. Proceedings of the International Workshop “Socio-Environmental Dynamics over the Last 12,000 Years: The Creation of Landscapes II (14th–18th March 2011)” in Kiel, vol. 3 [Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie 207], Bonn, 2012, 93-104.

Beyer, D., “Le détail signifiant. Étude de cas dans l’iconographie du Proche-Orient ancien”, in St. Lazaris (éd.), Le détail dans les cultures visuelles (Antiquité - XXIe siècle). Actes du Colloque international organisé par l’UMR 7044 (ArcHiMèdE), Strasbourg, 16-17 mars 2012 [Ktèma 37], Strasbourg, 2012, 255-263.

Beyer, D. / Chalier, I. / Kirner, Fr. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük – Porsuk : rapport préliminaire de la campagne 2011”, Anatolia Antiqua XX, 2012, 177-203.

Bjorkman, J., “Compte-rendu de Pedde 2000”, JNES 63/2, 2004, 158-160.

Blinkenberg, Chr.S., Fibules grecques et orientales [Det Kgl. Danske Videnskabernes Selskab. Historisk-filologiske Meddelelser XIII,1, Lindika V], Copenhague, 1926.

Boehmer, R.M., “Eine tabalische XII 9 α-Fibel aus Assur”, in R.M. Boehmer / H. Hauptmann (éds.), Beiträge zur Altertumskunde Kleinasiens. Festschrift für Kurt Bittel, Mayence, 1983, 75-82.

Braun-Holzinger, E.A. / Rehm, E., Orientalischer Import in Griechenland im frühen 1. Jahrtausend v. Chr. [Alter Orient und Altes Testament 328], Münster, 2005.

Bryce, Tr. The World of the Neo-Hittite Kingdoms: A Political and Military History, Oxford/New York, 2012.

Burke, R.Br., From Minos to Midas. Ancient Cloth Production in the Aegean and in Anatolia [Ancient Textiles Series 7], Oxford/Oakville, 2010.

Caner, E., Fibeln in Anatolien I [Prähistorische Bronzefunde 14,8], Munich, 1983.

Charpin, D. / Ziegler, N., Florilegium marianum V. Mari et le Proche-Orient à l’époque amorrite. Essai d’histoire politique [Mémoires de N.A.B.U. 6], Paris, 2003.

Cimok, F., The Phrygians, Istanbul, 2013.

Contenson, H. (de), “Compte-rendu de Dupré 1983”, Syria 62/3, 1985, 358.

Crespin, A.-S., “Between Phrygia and Cilicia: The Porsuk Area at the Beginning of the Iron Age”, in Anatolian Iron Ages 4. Proceedings of the Fourth Anatolian Iron Ages Colloquium Held at Mersin, 19-23 May 1997 [Anatolian Studies 49], 1999, 61-71.

Crespin, A.-S., Le plateau anatolien de la fin de l’empire hittite aux invasions cimmériennes, XIIe-VIIe siècle avant J.-C., Thèse inédite, réalisée sous la direction d’O. Pelon, Lyon, 2001. Thèse consultable à l’adresse suivante : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=336&action=pdf et http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2001/crespin_as#p=0&a=top (dernière consultation le 20 mai 2013).

D’Alfonso, L., “Tabal. An Out-group Definition in the First Millennium BC”, in G.B. Lanfranchi / D. Morandi Bonacossi / C. Pappi / S. Ponchia (éds.), Leggo! Studies Presented to Frederick Mario Fales on the Occasion of His 65th Birthday, Wiesbaden, 2012, 173-194.

D’Alfonso, L. / Mora, Cl., “‘Viaggi anatolici’ dell’Università di Pavia. Rapporto preliminare della quarta campagna di ricognizione archeologica nella Tyanitide settentrionale (2009)”, Athenaeum 98/II, 2010, 569-576.

D’Alfonso, L. / Mora, Cl.,“Archaeological Survey in Northern Tyanitis”, in P. Matthiae / Fr. Pinnock / L. Nigro / N. Marchetti (éds.), Proceedings of the 6th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East. vol. 2 Excavations, Surveys and Restorations: Reports on Recent Field Archaeology in the Near East, Wiesbaden, 2010, 123-137.

Dercksen, J.G., “Anitta and the Man of Purušhanda”, in Ş. Dönmez (éd.), Veysel Donbaz’a Sunulan Yazılar DUB.SAR É.DUB.BA.A/Studies Presented in Honour of Veysel Donbaz, Istanbul, 2010, 71-75.

DeVries, K., “The Date of the Destruction Level at Gordion: Imports and the Local Sequence”, in A. Çilingiroğlu / A. Sagona (éds), Anatolian Iron Ages 6. The Proceedings of the Sixth Anatolian Iron Ages Colloquium Held at Eskişehir, 16-20 August 2004 [Ancient Near Eastern Studies Suppl. 20], Louvain/Paris/Dudley (MA), 2007, 79-101.

Dupré, S., Porsuk I : La céramique de l’Âge du Bronze et de l’Âge du Fer [“Mémoire” n° 20], Paris, 1983.

Dupré, S., “Un pithos à relief trouvé à Porsuk”, in IX. Türk Tarih Kongresi, Ankara, 21-25 Eylül 1981. Kongreye Sunulan Bildiriler. I. Cilt [Türk Tarih Kurumu Yayınları IX/9], 1986, 375-381.

Freu, J. / Mazoyer, M., Les royaumes néo-hittites à l’Âge du Fer. Les Hittites et leur histoire [Collection Kubaba. Série Antiquité], Paris, 2012.

Goldman, H., “Excavations at Gözlü Kule, Tarsus, 1938”, AJA 44/1, 1940, 60-86.

Goldman, H., Excavations et Gözlü Kule, Tarsus. Volume 2, From the Neolithic through the Bronze Age, Princeton, 1956.

Hawkins, J.D. Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscriptions. Volume I: Inscriptions of the Iron Age [Untersuchungen zur indogermanischen Sprach- und Kulturwissenschaft. N.F. 8/1], Berlin/New York, 2000.

Jantzen, U., “Phrygische Fibeln”, in N. Himmelmann-Wildschütz / H. Biesant (éds), Festschrift für Friedrich Matz, Mayence, 1962, 39-43.

Kealhofer, L. / Grave, P., “The Iron Age on the Central Anatolian Plateau”, in Sh.R. Steadman / Gr. McMahon (éds), The Oxford Handbook of Ancient Anatolia (10,000-323 BCE), Oxford, 2011, 415-442.

Köroğlu, K. / Konyar, E., “Comments on the Early/Middle Iron Age Chronology of Lake Van Basin”, Ancient Near Eastern Studies 45, 2008, 123-146.

Kupper, J.-R., Lettres royales du temps de Zimri-Lim [Archives Royales de Mari 28], Paris, 1998. Mikami/Omura 1991 Mikami, Ts. / Omura, S., “A Preliminary Report on the First Excavation Season at Kaman – Kalehöyük in Turkey (1986)”, BMECCJ IV, 1991, 87-130.

Mikami, Ts. / Omura, S., “A Preliminary Report on the Second Excavation Season at Kaman – Kalehöyük in Turkey (1987)”, BMECCJ VI, 1992, 23-59.

Mori, M. / Omura, S., “A Preliminary Report on the Third Excavation at Kaman-Kalehöyük in Turkey”, BMECCJ VII, 43-74.

Muscarella, O.Wh., Phrygian Fibulae from Gordion [Monograph Series 4], Londres, 1967. Muscarella 1967b Muscarella, O.Wh., “Fibulae Represented on Sculpture”, JNES 26/2, 1967, 82-86.

Muscarella, O.Wh., “Phrygian or Lydian?”, JNES 30/1, 1971, 49-63.

Muscarella, O.Wh., “Fibulae and Chronology, Marlik and Assur”, Journal of Field Archaeology 11/4, 1984, 413-419.

Ogün, B., “Urartäische Fibeln”, in Akten des VII. Internationalen Kongresses für Iranische Kunst und Archäologie, München, 7.-10. September 1976 [Archäologische Mitteilungen aus Iran suppl. 6], 1979, 178-188.

Omura, S., “Preliminary Report on the 14th Excavation at Kaman-Kalehöyük (1999)”, AAS IX, 2000, 1-35.

Omura, S., “Preliminary Report on the 20th Excavation Season at Kaman – Kalehöyük (2005)”, AAS XV, 2006, 1-61.

Pedde, Fr., Vorderasiatische Fibeln. Von der Levante bis Iran [Abhandlungen der Deutschen Orient-Gesellschaft 24], Sarrebruck, 2000.

Pedde, Fr. 2001, “Development and Expansion of Near Eastern Fibulae in the Iron Age”, in R. Eichmann / H. Parzinger (éds.), Migration und Kulturtransfer. Der Wandel vorder- und zentralasiatischer Kulturen im Umbruch vom 2. zum 1. vorchristlichen Jahrtausend. Akten des Internationalen Kolloquiums, Berlin, 23. bis 26. November 1999 [Kolloquien zur Vor- und Frühgeschichte 6], Bonn, 2001, 485-496.

Pelon, O. / Dupré, S. “Porsuk : une fouille française en Turquie”, Archéologia 221, 1987, 14-25.

Rose, C.Br. / Darbishire, G., The New Chronology of Iron Age Gordion [Gordion Special Studies 6, Museum monograph 133], Philadelphie, 2011.

Sams, G.K., “Anatolia: The First Millennium B.C.E. in Historical Context”, in Sh.R. Steadman / Gr. McMahon (éds.), The Oxford Handbook of Ancient Anatolia (10,000-323 BCE), Oxford, 2011, 604-622.

Stronach, D., “The Development of the Fibula in the Near East”, Iraq 21/2, 1959, 180-206.

Twilley, J., “Scientific Analysis of Six Bronze Fibulae from Kaman-Kalehöyük”, AAS V, 1996, 237-250.

Weeden, M., “Tuwati and Wasusarma: Imitating the Behaviour of Assyria”, Iraq 72, 2010, 39-61.

Annexes

Tableau récapitulatif des fibules

N° d’inventaire

Lieu de découverte

Date de découverte

Matériau

Dimensions

État

Pk 71-025

Ch. IV, carré K42

1971

Fer ?

L. 5,4 cm ; l. 1,5 cm ; H. 2,5 cm

Très corrodé, incomplet. Seule une partie de l’arc est conservée.

Pk 71-039

Ch. IV, carré H43

1971

Bronze

L. 3,3 cm ; H. 2 cm ; D. tige 0,5 cm ; D. d’une spirale 1 cm

Corrodé, incomplet. Seule une partie de l’arc est conservée.

Pk 71-059

Ch. IV, carré K42

1971

Bronze

L.5,7 cm ; H. 3 cm , D. 0,2 cm

Très corrodé, incomplet. Seule une partie de l’arc est conservée.

Pk 71-061

Ch. IV, carré I43

1971

Bronze

L. 6,4 cm; H. 4,2 cm; Ep. 0,7-0,9 cm

Incomplet. Seule une partie de l’arc et le porte-ardillon sont conservés.

Pk 76-003

Ch. IV, carré K42

1976

Bronze

L. 4,1 cm ; H. 2 cm ; D. 0,6 cm

Très corrodé, incomplet. Seule une partie de l’arc est conservée avec le ressort fragmentaire.

Pk 76-004

Ch. IV, carré K42

1976

Bronze

L. 2,7 cm ; H. 2,2 cm ;

D. 0,9 cm

Très corrodé, incomplet. Arc complet, ressort fragmentaire, porte-ardillon conservé.

Pk 87-005

Ch. IV, carré K42

1987

Bronze

L. 4,3 cm ; H. 4,5 cm ; l. 0,8 cm ;

Ép. 0,8 cm ; L. ardillon 3,2 cm ;

D. ardillon 0,3 cm

Presque complet mais en 2 fragments. Le ressort manque.

Pk 94-002

1994

Bronze

L. 2,9 cm ; H. 1,57 cm ;

D. centre 0,52 cm

Très corrodé, incomplet. Seule une partie de l’arc a été conservée.

Pk 94-004

1994

Bronze

L. ardillon 4,7 cm ; D. ressort 0,7 cm ; L. arc 3,3 cm

Très corrodé, complet.

Pk 94-022

Ch. II, carré B43/E

1994

Bronze

L. 2,9 cm ; D. centre 0,4 cm ;

D. boule 0,8 cm

Très corrodé, incomplet. Seule une partie de l’arc est conservée.

Pk 94-023

Ch. II, carré B43/E

1994

Bronze

L. 4,7 cm ; D. 0,55 cm.

Très corrodé, incomplet. Seuls le ressort et un départ d’ardillon ou d’arc sont conservés.

Pk 94-031

Ch. II, carré B43/S

1994

Bronze

L. 9,8 cm ; D. ardillon 0,6 cm

Très corrodé, incomplet. 2 fragments : ressort et ardillon.

Pk 94-033

Ch. II, carré B43/N

1994

Bronze

L. 2,2 cm ; D. centre 1,1 cm

Très corrodé, incomplet. Seule une partie de l’arc a été conservée.

Pk 00770.0002

Ch. IV SE,

carré K41

2011

Bronze

L. 3 cm ; H. 3,3 cm ; D. centre 0,4 cm ; D. anneaux 0,9 cm

Complet. En partie restauré.

Abréviations

AAS= Anatolian Archaeological Studies AJA= American Journal of Archaeology

BMECCJ= Bulletin of the Middle Eastern Culture Center in Japan

JNES= Journal of Near Eastern Studies

Notes

1 Je remercie Dominique Beyer pour ses relectures et commentaires lors de la préparation de cet article. Je reste bien évidemment seule responsable des erreurs qui subsisteraient.

2 Stronach 1959. Voir aussi Pedde 2000, 3 et 2001, 485. Cf. ci-dessous pour la question de la nouvelle chronologie de Gordion.

3 Pour une présentation plus approfondie du site, je renvoie notamment aux différentes contributions dans ce volume.

4 Je tiens à remercier chaleureusement pour cela les deux directeurs successifs du site : tout d’abord O. Pelon, récemment décédé, qui m’avait confié l’étude du matériel découvert lors des fouilles sous sa direction ; puis D. Beyer, actuel directeur du site, qui a bien voulu me permettre de publier les petits objets mis au jour depuis 2001.

5 Voir par exemple Dupré 1983, 128 ou encore Pelon/Dupré 1987, 22 et 24.

6 Dupré 1983, 82-83. Voir aussi le compte-rendu de l’ouvrage par Contenson 1985 ; Crespin 1999 et 2001, notamment 274. De la phase Pk III date aussi le grand pithos orné de bucranes (Dupré 1986).

7 La Tyanitide peut correspondre au moins en partie au Tabal des sources néo-assyriennes (dont les limites géographiques varient au cours du Ier millénaire aC). Pour un point récent sur le sujet, cf. par exemple D’Alfonso 2012 ou Weeden 2010. Voir aussi Bryce 2012 et Freu/Mazoyer 2012.

8 Hawkins 2000, 527-528 (n° X.48. Porsuk).

9 Cimok 2013, 14 ; Freu/Mazoyer 2012, partie I, chapitre VII, plus particulièrement 134-135.

10 Akkaya 1991.

11 Cf. par exemple Beyer 2012, 260, 262-263 ; Cimok 2013, 41-42 ; Sams 2011, 611.

12 Pour une présentation générale sur les fibules au Proche-Orient ancien, l’historique de leur diffusion, les différents éléments les constituants, etc., voir notamment Pedde 2000, 3-20 et 2001, 485.

13 On citera entre autres exemples Boehmer 1983 ; Muscarella 1967b ; 1984 ; Ogün 1979.

14 Sur cette question spécifique, voir avant Caner les travaux d’O. Muscarella et notamment Muscarella 1967a ; 1967b ; 1971.

15 Voir, pour un résumé de sa thèse en anglais, Pedde 2001.

16 Je renvoie à son compte-rendu paru dans JNES : Bjorkman 2004.

17 Il faut en effet rester prudent, certains types de fibules pouvant avoir été utilisés pendant plusieurs siècles (cf. par exemple le tableau chronologique présenté dans Pedde 2000, 369, tableau 24).

18 Celle-ci daterait plutôt des alentours de 800 aC que de 696 aC comme cela était autrefois proposé (pour cette nouvelle datation, cf. par exemple DeVries 2007 ; Kealhofer/Grave 2011, 218-420 et 429 ; Rose/Darbyshire 2011). Les travaux de Fr. Pedde peuvent tout de même être utilisés comme point de comparaison.

19 Un tableau récapitulatif est proposé à la fin de l’article.

20 En effet, il est souvent difficile de déterminer la forme précise de certaines fibules, surtout en l’absence de restauration de ces dernières, celle-ci pouvant révéler des motifs importants et tout à fait inattendus de prime abord comme l’a bien mis en évidence Fr. Pedde (pour un exemple particulièrement significatif, cf. Pedde 2000, 4, fig. 1). Il est donc délicat d’entreprendre une véritable étude typologique pour le moment.

21 Pedde 2001, 490.

22 Une photo et un commentaire succinct en ont déjà été publiés dans Beyer et al. 2012, 188 et 190, fig. 22.

23 Crespin 2001, 234.

24 Cf. notamment Blinkenberg 1926, 243-247.

25 Pedde 2000, 359-364 et 2001, 490.

26 Elle ressemble étrangement à une fibule de Tarse (38.828) découverte dans le niveau hittite récent et également classée par H. Goldman dans les fibules mycéniennes de Chypre (Goldman 1940, 82-84 et fig. 48 et 1956, 286, 297 et pl. 432, n° 246).

27 Cf. Blinkenberg 1926, 60-61.

28 Pedde 2000, 113 (il cite ici une information inédite). Ce type serait attesté dès le 12e s. aC (Pedde 2000, notamment 369, tableau 24). Aucune synthèse n’existe pour le moment sur les fibules de ce site ou leurs moules. Je renvoie donc aux différents rapports préliminaires parus dans les journaux BMECCJ et AAS. On trouvera par exemple mention de plusieurs fibules dans AAS V (Twilley 1996), AAS IX (Omura 2000), AAS XV (Omura 2006), BMECCJ IV (Mikami/ Omura 1991) ou encore BMECCJ VI (Mikami/Omura 1992).

29 Le carroyage de Porsuk a changé en 2003.

30 On renverra pour des synthèses générales et les références précises à Crespin 2001, 307 et Beyer 2012, 260, 262-263.

31 Son vêtement est parfois aussi considéré comme phrygien. Cf. par exemple Beyer 2012, 260, 262-263 ; Boehmer 1983 ; Burke 2010, 159-160.

32 Muscarella 1967b, 84.

33 Voir Hawkins 2000, 518-521 (n° X.44. BOR), avec les références bibliographiques antérieures. Pour une critique de la restauration, cf. par exemple Pedde 2000, 7-8 indiquant que celle-ci n’a rien d’assuré.

34 Voir par exemple Charpin/Zeigler 2003, 207 et Kupper 1998, 236, pour l’interprétation de l’offrande d’un trône et d’habits à Mari d’un roi puissant à un vassal comme une volonté d’alliance, voire, surtout, de reconnaissance de subordination. La notion de cadeau peut en effet recouvrir différentes significations. Pour une situation analogue entre Anitta et “l’homme de Puhušhanda”, cf. Dercksen 2010, notamment 74.

35 Crespin 2001, 307.

36 Boehmer 1983, 75-78 et fig. 1 et récemment Beyer 2012, 260, 262-263.

37 Voir par exemple Muscarella 1967b, 82 et pl. II, fig. 1.

38 Jantzen 1962, 42. Pour une mention d’importations de fibules “phrygiennes” en Grèce, cf. Braun-Holzinger/Rehm 2005, 169-170. 39.

39 Crespin 2001, 307 ; Burke 2010, 158-159.

40 Voir aussi Crespin 2001, 307.

41 Pour une analyse récente sur la question, je renvoie à l’ouvrage de Pedde 2000.

42 Crespin 2001, 307.

43 Idem.

44 Mori/Omura 1993, fig. 12.6.

45 Voir aussi Atasoy/Buluç 1982, 159-160, évoquant également la possibilité de moules réalisés en matériaux périssables. On peut aussi rappeler ici la faible surface de fouille à Porsuk, par rapport à l’emprise globale du site.

46 Pour une présentation générale de ce site, voir par exemple Balatti/Balza 2012, D’Alfonso/Mora 2010a ; 2010b et http://isaw.nyu.edu/discoveries-at-kinik-hoyuk-discovered-by-the-press (consulté le 21 mai 2013) ou encore la contribution de E. Balza dans le présent volume.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Éléments constitutifs d’une fibule
Crédits d’après Pedde 2000, 7, fig. 2
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2 : Les quatorze fibules de Porsuk classées dans l’ordre de découverte
Crédits dessins de Mary-Jane Schumacher et Alexis Beyer et photos d’Olivier Pelon et Philippe Collet
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 3 : Les types XII-13 et XII-14 de Blinkenberg
Légende a. Blinkenberg 1926, 222, fig. 254, XII-13u acheté à Athènes; b. Blinkenberg 1926, 223, fig. 255, XII-14d Ankara
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 4 : a-c. Fibules de type XIII-1, XIII-10, XIII-12 de Blinkenberg ; d. fibule du groupe D de Pedde
Légende a. Blinkenberg 1926, 234, fig. 268, XIII-1d Kourion; b. Blinkenberg 1926, 241, fig. 284, XIII-10g Chypre; c. Blinkenberg 1926, 244, fig. 291, XIII-12g Ninive; d. 2000, pl. 68, n° 1001, groupe D.2.2 Sar Kabûd
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 5
Légende a. Fibule II-1 de Blinkenberg (1926, 60, fig. 30, II-1a Vrokastro) ; b. Fibule A3 de Pedde (2000, pl. 7, n° 73, groupe A3 Enkomi) ; c. Fibule de Tarse (Goldman 1940, fig. 48)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 6 : plan topographique de Porsuk
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 7 : Plan du chantier IV
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 8 : Plan du chantier II, ancien et nouveau carroyages
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 9
Légende a-b. Photo du relief d’Ivriz (D. Beyer) et dessin de la fibule phrygienne (Beyer 2012, 260, fig. 8) ; c. Fibule de type XII-9 de Blinkenberg (1926, 215, fig. 241, XII-9h province d’Ankara)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-9.png
Fichier image/png, 674k
Titre Fig. 10
Légende Carte de répartition des fibules de Crespin (2001, pl. 517)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 11
Légende Carte de répartition des fibules par types de Boehmer (1983, fig. 8)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3298/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 680k

Auteur

UMR 7044 – ArcHiMèdE Strasbourg
Fernand Braudel-IFER outgoing (Eberhard Karls Universität, Tübingen)
patrierj@yahoo.fr

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search