Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l'époque byzantine

 | 
Aksel Tibet
, 
Olivier Henry
, 
Dominique Beyer

II. De la Préhistoire à l'Âge du Fer

Quelques nouvelles données sur la chronologie des phases anciennes de Porsuk, du Bronze Moyen à la réoccupation du Fer

Dominique Beyer

Résumé

In recent years, various surveys made on the ground, supported by dendrochronology or radiocarbon, helped correct or refine historical data concerning the foundation destructions and reconstructions phases of the city of Porsuk, identified as the ancient Tunna or Dunna according to Hittite and Assyrian sources. If there are still many questions, it is clear that the occupation phase of the Old Hittite Kingdom is much more important than previously thought. The evaluation of the gap between the end of the Bronze Age and the Iron Age remains delicate to assess precisely.

Texte intégral

1La publication, dans ce volume, du texte du regretté Olivier Pelon, directeur de la mission de Porsuk depuis son origine, en 1968, jusqu’en 2003, me dispensera d’une longue introduction sur l’historique de la mission et sur les principaux résultats des campagnes menées sous sa direction en ce qui concerne l’occupation d’époques hittite et néo-hittite du site. Le but de ma contribution est ici de tenter de faire le point sur les données chronologiques actuellement à notre disposition pour éclairer, dans la mesure du possible, l’histoire du site de Zeyve Höyük-Porsuk depuis sa fondation jusqu’aux phases de l’Âge du Fer qui marquent la réoccupation du site consécutive aux destructions violentes de l’Âge du Bronze.

  • 1 Cf. Beyer 2010.

2Cette question a déjà fait l’objet, ces dernières années, de tentatives d’actualisation, toutes provisoires, tant les difficultés sont grandes en matière d’interprétation des données, aussi bien celles qui concernent l’archéologie proprement dite que celles qui appartiennent aux deux domaines scientifiques sollicités, la dendrochronologie et le radiocarbone1.

3Quelques remarques s’imposent :

  • les opérations de fouille à Porsuk, depuis le début des travaux concernant les niveaux les plus anciens du site, ont porté essentiellement sur les deux extrémités ouest (chantier II) et est (chantier IV) du site, les plus accessibles, où des systèmes puissants de fortifications ont été dégagés, appartenant aussi bien à l’Âge du Bronze qu’à celui du Fer. En revanche, les caractéristiques de l’habitat, à l’intérieur du site, nous échappent encore presque totalement, pour ces périodes anciennes au moins. Les raisons en sont très simples : le niveau le plus ancien dégagé à Porsuk, appartenant à la phase dénommée Porsuk VI, est à rechercher à 7, 8 et même 9 mètres de profondeur, sous les couches successives des niveaux romains/hellénistiques (Porsuk I-II), de ceux des périodes du Fer (Porsuk III-IV), enfin du Bronze Récent (Porsuk V). Seuls quelques sondages trop ponctuels, à l’intérieur du site, ont pu être ainsi menés jusqu’en profondeur, avec les difficultés que l’on imagine. En matière d’histoire de l’occupation du site, il convient par conséquent d’être prudent. Les destructions, avec traces d’incendies violents, qui marquent la fin des phases VI et V par exemple, ont-elles systématiquement concerné l’ensemble du site ? La présence des éléments d’un niveau architectural non incendié du Bronze Récent, dans le sondage profond de H42 (cf. infra), invite à garder cette question à l’esprit ;

  • dans le secteur des fortifications, les sols de terre peu soignés n’ont pas toujours pu être repérés avec précision lorsque les couches d’incendie se superposaient et surtout, parfois, s’interpénétraient, avec le chaos des enchevêtrements de poutres carbonisées, des briques brûlées, des pierres de grès, des galets ou des pierres de gypse, parfois transformées en plâtre pulvérulent par la violence du feu ;

  • en Anatolie, les techniques de construction des murs, depuis les périodes les plus anciennes, qui superposent volontiers soubassements de pierres, superstructures de briques, parfois de pierres, avec chaînages de bois plus ou moins élaborés, créant autant de strates horizontales, peuvent être à l’origine d’erreurs d’interprétations : face à une élévation de mur, en dehors des observations stratigraphiques, il n’est pas toujours évident de déterminer si on est en présence de plusieurs états, de remaniements ou d’une construction homogène d’un seul tenant. De même, on peut confondre dans certains cas un sol d’occupation avec le sol effondré d’un étage et réciproquement ;

    • 2 C’est une des raisons qui font d’ailleurs notre vif intérêt pour les progrès de la fouille engagée (...)

    dans le secteur des fortifications toujours, le matériel archéologique en place a été la plupart du temps assez rare, ou pauvre, rendant ainsi les datations, à partir de la céramique surtout, assez délicates, d’autant que le matériel de comparaison, en Cappadoce méridionale, n’est pas jusqu’à présent très abondant2, et que la céramique de la période hittite n’est pas réputée avoir beaucoup évolué durant les derniers siècles du Bronze ;

    • 3 Pour Porsuk, les débats sur cette question difficile ont entraîné plusieurs prises de position : cf (...)

    l’étude de la transition entre la fin du Bronze et le début du Fer rencontre, à Porsuk comme dans l’ensemble du domaine anatolien, bien des difficultés liées à l’existence d’une phase Fer Ancien ou non, selon les différents centres qui peuvent offrir, soit une sorte de continuité Bronze-Fer, soit une rupture et un hiatus plus ou moins important dans leur occupation3.

Les données du chantier IIi

  • i Pour la localisation des chantiers, voir dans ce volume Pelon, fig. 5.
  • 4 Kuniholm et al. 1992 ; Kuniholm et al. 2005.
  • 5 Nous lui en sommes particulièrement reconnaissants, comme à son mentor, P.I. Kuniholm. Ils nous ont (...)

4La découverte, depuis les premières campagnes de fouilles à Porsuk, de nombreuses poutres carbonisées dans les couches de destruction successives ou encore en place dans les murs, comme éléments de chaînage, ont poussé O. Pelon à entreprendre plusieurs campagnes de prélèvements d’échantillons pour des analyses de Carbone 14 (initialement au Laboratoire de Lyon) et de dendrochronologie grâce au dynamisme de P.I. Kuniholm, du Laboratoire de l’Université de Cornell4. Ce dernier s’était engagé dans une vaste opération de recensement des vestiges utilisables pour cette technique de datation à travers le territoire anatolien. Par la suite, au moment de la reprise des fouilles sous ma direction, en 2003, la mission de Porsuk a poursuivi sa collaboration avec P.I. Kuniholm puis avec son successeur à Cornell, S. Manning. Tout récemment, c’est avec Charlotte Pearson, directrice d’un nouveau laboratoire, à Tucson, Arizona, que la mission a engagé des relations nouvelles et le réexamen des données recueillies jusqu’à présent5, opération qui est loin d’être achevée. En parallèle, des analyses par le Carbone 14 ont été confiées au Laboratoire de l’IFAO du Caire puis, à la suite du décès tragique de son directeur Michel Wuttmann, au laboratoire polonais de Poznan, dirigé par Tomasz Goslar.

  • 6 Tous mes remerciements à Françoise Laroche-Traunecker, qui a pris la peine de réunir ces données et (...)

5En attendant le recensement et l’interprétation de toutes ces données, anciennes ou récentes, on dressera ici un tableau encore largement provisoire et prudent de l’essentiel des données les plus utiles à notre propos, sans se dissimuler les problèmes liés à tel ou tel résultat d’analyse. La fig. 1 montre ainsi le plan schématique des principaux vestiges architecturaux du chantier II, en dehors de la partie sud abordée plus loin, avec les données les plus significatives6.

Fig. 1 : Plan schématique du chantier II, avec les indications des principales mesures de dendrochronologie et de 14C pour les phases du Bronze et du Fer

Fig. 1 : Plan schématique du chantier II, avec les indications des principales mesures de dendrochronologie et de 14C pour les phases du Bronze et du Fer

La phase Porsuk VI (Bronze Moyen)

  • 7 Sur ces questions très débattues, voir entre autres Bryce 1999, 68 et ss. ; d’Alfonso et al. 2010, (...)

6Si les datations 14C réalisées en 1981 ou en 1985 dans la partie ouest de la ‘poterne hittite’ sont sans doute encore trop peu précises, en revanche, les analyses plus récentes, de dendrochronologie comme de 14C, permettent maintenant de confirmer que la construction du dispositif des fortifications, et sans doute la fondation de Porsuk, doivent remonter à la seconde moitié du 17e s. aC, c’est-à-dire à la fin du Bronze Moyen et au moment où l’on situe la formation de l’Ancien Royaume hittite. Si la plupart des résultats proviennent des échantillons de boutisses carbonisées dans les murs, dont on ne connaît pas toujours, actuellement, la situation altimétrique précise, ou encore des nombreuses poutres des couches de destruction, un échantillonnage de graines carbonisées retrouvées sur le sol à la base du dispositif du ‘couloir coudé’ correspond à une situation stratigraphique plus précieuse : les dates fournies par le laboratoire 14C de Heidelberg en 1996 ont été de 1685-1525. L’imprécision relative de cette mesure peut être réduite si l’on considère que plusieurs analyses, 14C ou dendrochronologie, au chantier II comme au chantier IV, nous dirigent vers le 17e s. Mais il est difficile d’en tirer des conclusions historiques précises : Porsuk a-t-il été fondé ou au contraire détruit et reconstruit au moment des expéditions dans le Bas Pays des souverains hittites fondateurs de l’Ancien Royaume (Labarna puis Hattusili Ier ?), comme semble l’évoquer le rescrit de Telepinu, mais qui est un document plus tardif7 ?

7Nous avions pris l’habitude de considérer que cette phase initiale VI était à subdiviser en deux sous-phases, VIb, la plus ancienne, et VIa, plus récente de quelques décennies, c’est-à-dire sans doute du début du 16e s., où ont été aménagés la rampe de la ‘poterne hittite’ et les éléments du ‘couloir coudé’. Il s’avère sans doute plus cohérent, sur la base des diverses observations en matière de stratigraphie et de chronologie, de considérer que la phase VIa doit être dorénavant intitulée Vb, ce qui permettra sans doute une harmonisation des données plus aisée entre les chantiers II et IV. Malgré les quelques décennies seulement, qui séparent les deux toutes premières phases de l’occupation de Porsuk, la phase V marque des différences sensibles par rapport à la phase VI.

Porsuk V (Bronze Récent)

  • 8 L’une des difficultés rencontrées par les dendrochronologues réside dans l’existence d’espèces végé (...)
  • 9 Cf. Beyer et al. 2009, 340-344, pour la description de ces divers éléments.

8La seconde grande phase du Bronze à Porsuk (Porsuk V) voit en particulier l’aménagement de la rampe d’accès à la ‘poterne hittite’ et du ‘couloir coudé’, au bout duquel, au Nord-Est, une tour rectangulaire a été partiellement dégagée il y a quelques années (en G05-G06), avec deux états successifs. On notera en particulier les spectaculaires vestiges carbonisés d’un plancher de poutres de bois. Parmi ces poutres, l’une a été, d’après la dendrochronologie8 (Laboratoire de Cornell), coupée un certain temps après 1601, l’autre appartiendrait à l’intervalle 1536-1443 (57,6 %, Laboratoire 14C du Caire, ou 1621-1422, 95 %), ce qui semble bien s’accorder à la phase Porsuk V9, en l’occurrence, ici, Porsuk Vb.

9La phase Vb a été détruite par incendie et la phase Va correspond alors à la reconstruction du dispositif des fortifications. On dispose, pour cette phase, d’assez peu de datations récentes et suffisamment précises. Traditionnellement, la destruction de ce niveau, par violent incendie à nouveau, a été attribuée, comme ailleurs, à la série d’événements qui ont mis fin à l’empire hittite et à la civilisation du Bronze Récent autour de 1200. Mais on ne peut qu’être frappé de l’absence de toute datation précise, et fiable, pour le dernier siècle du Bronze, le 13e. L’impression domine, mais c’est bien encore une impression, d’une destruction bien antérieure, que l’on pourrait fixer, provisoirement, aux environs de 1300, voire plus loin encore.

Les phases Porsuk IV et III (Fer Ancien ? et Moyen)

10Aucune donnée précise, qu’elle soit issue de la dendrochronologie ou du 14C, ne permet sur ce chantier de documenter la phase IV de manière satisfaisante.

  • 10 Voir les rapports préliminaires parus dans Anatolia Antiqua : Beyer et al. 2013, 213 et ss. ; Beyer (...)

11Ces dernières années, le sommet de la butte du chantier II a vu l’ouverture d’un nouveau secteur de fouille, chantier II Sud, où une intéressante succession de niveaux architecturaux, appartenant toujours aux systèmes de fortification, a pu être étudiée10. Au-dessus des vestiges de murs de briques sur soubassements de pierre, et en particulier d’une tour rectangulaire en saillie sur le mur de courtine qui rejoint la ‘poterne hittite’, la fouille a révélé les restes d’un système de murs de pierres de gypse (fig. 2), pour l’essentiel, qui s’est assis au moins partiellement sur les ruines incendiées de la fortification du Bronze (Porsuk VI et V, même si la base du dispositif n’a pu encore être atteinte).

Fig. 2 : Chantier II Sud. Plan des murs du Fer, avec leur situation dans l’ensemble du chantier II

Fig. 2 : Chantier II Sud. Plan des murs du Fer, avec leur situation dans l’ensemble du chantier II
  • 11 C’est bien à Porsuk IV que l’on pensait initialement, sur la base de quelques tessons d’allure rela (...)
  • 12 Chaînage de bois en G06, daté en 1981 par le laboratoire de Lyon entre 1080 et 740. Une analyse den (...)

12Le laboratoire de Poznan a pu dater par 14C un fragment de poutrelle du chaînage de bois d’un de ces murs de pierres (03800) vers 760 +/- 30 aC. Cette datation correspond parfaitement bien à la phase Porsuk III (Fer Moyen), alors qu’on pouvait penser, initialement, à la phase IV11 : par conséquent, et c’est un point particulièrement important, c’est bien un hiatus d’au moins cinq siècles qui sépare, dans ce secteur, les niveaux de fortification du Bronze et du Fer. La phase Porsuk IV y est absente, ce qui montre que les occupants de la première phase du Fer n’ont pas érigé de véritable système de défense fortifiée, au moins sur les parties dégagées du site. Les murs retrouvés au chantier II Sud doivent être mis en relation avec le mur 16 (fig. 1) et la phase ancienne du mur 15, dégagés antérieurement dans la zone est et nord-est du chantier, et que des analyses de 14C avaient déjà datés du Fer Moyen, avec plus ou moins de précision12. Dans ce secteur G06 et H06, les murs 15 et 16 doivent correspondre à deux périodes au sein de la phase Porsuk III, le mur sous-jacent 14 qui n’a pas l’aspect de mur de fortification, remontant alors, normalement, à une période plus ancienne. Les murs 17 et 18 semblent pouvoir être mis en relation avec le mur 15 Il ne sera malheureusement plus possible d’établir, sur le plan, la jonction entre les murs 15-16 et le mur de pierres du chantier II sud en raison des destructions opérées en 1960 par le bulldozer travaillant à la réalisation de la route voisine.

  • 13 Cf. Beyer et al., 2014, 340.

13Au-dessus de ces vestiges du rempart de pierres du Fer Moyen, la fouille du sommet de la butte a montré l’existence d’une sorte de plateforme de briques grises, ou d’une épaisse muraille, dont les limites ne sont pas encore connues en raison de l’érosion, mais que des analyses 14C toutes récentes ont pu permettre de dater, grâce à quelques éléments d’un chaînage de bois, des environs de 500 aC, c’est-à-dire d’une période plus récente encore de la phase Porsuk III ( = Fer Récent), dont nous avions peu d’éléments datés avec précision jusqu’à présent à Porsuk13. Mais cette période sort du cadre de cette contribution consacrée aux phases les plus anciennes du site.

Les données du chantier IV

14Dans ce secteur est du höyük, qui a été régulièrement fouillé depuis les premières campagnes en parallèle aux travaux du chantier II, les fouilles en profondeur ont été limitées à la bordure est et sud-est (fig. 3), en dehors d’un sondage profond réalisé en H42, mais malheureusement très réduit en surface dégagée (fig. 4).

Fig. 3 : Chantier IV. Plan schématique de la partie sud-est, avec les mesures concernant le Bronze et le Fer

Fig. 3 : Chantier IV. Plan schématique de la partie sud-est, avec les mesures concernant le Bronze et le Fer

Fig. 4 : Chantier IV, partie nord-est. Sondage H42. Plan des phases VI et Vb

Fig. 4 : Chantier IV, partie nord-est. Sondage H42. Plan des phases VI et Vb

Les phases Porsuk VI et V des fortifications sud-est

15En bordure sud-est, le niveau le plus ancien est matérialisé par les vestiges de murs en pierres de grès, en sombre sur le plan de la fig. 3, qui constituent les premiers éléments du système de fortification installé sur le socle naturel de conglomérat et qui doit remonter, comme au chantier II, d’après quelques analyses 14C ou de dendrochronologie, au 17e s., donc à la phase Porsuk VI.

  • 14 Cf. Dupré 1991, Blaizot 1991.
  • 15 Analyse IFAO-428

16Au-dessus de ce premier niveau, on constate la présence d’un tracé de rempart mieux conservé, dessinant clairement un système compartimenté à caissons remplis de sables et graviers, que l’on peut donc attribuer à la phase Porsuk V. On notera que ce système compartimenté quadrangulaire est plus régulier qu’au chantier II, où le système a dû s’adapter au tracé des murs du niveau VI. Un élément original peut jouer un rôle important dans l’établissement de la stratigraphie : ce squelette de jeune femme retrouvé par la mission Pelon en 1986 sur un sol au-dessus des vestiges du mur 00032 de Porsuk VI en K42. Il a été longtemps considéré comme un témoin de l’incendie qui aurait mis fin à l’occupation de l’époque hittite impériale car la jeune femme en question, enceinte de surcroît, n’a pas pu échapper à l’effondrement de la couverture de la ‘pièce hittite’14. Or, une analyse récente des ossements au 14C, effectuée par le laboratoire du Caire15, a révélé une datation plus ancienne : 1538-1496. On peut alors considérer que ce bien triste vestige appartient à Porsuk V, mais à la phase ancienne, Porsuk Vb, et qui doit correspondre au tracé plus clair des murs du plan fig. 3. On voit que sur ce même tracé, approximativement, une réfection a été opérée, matérialisée ici par le tracé le plus clair, que l’on peut alors attribuer à une phase Porsuk Va, attribuable au 15e s. sur la base d’analyses des éléments de chaînage de bois.

  • 16 Voir Beyer et al. 2008, 315.
  • 17 Si cette solution paraît la plus raisonnable, elle a fait l’objet de bien des discussions au sein d (...)

17À l’Ouest, en K41 (fig. 3), mais appuyée au système des caissons de fortifications, une occupation à caractère domestique a été mise en évidence par la fouille, mais avec quelques problèmes stratigraphiques que mettent en évidence les résultats de certaines analyses 14C ou de dendrochronologie. Plusieurs cloisons légères, divisant un espace dont nous manquent encore les limites sud et ouest, ont été construites avec un squelette de bois, complété par des galets et de l’argile. Les analyses, selon les deux techniques, permettent clairement d’attribuer ces cloisons à la phase initiale de Porsuk VI : bois de pin, 1690-1626 (14C), 1749-1652 (dendrochronologie, cette dernière datation impliquant une coupe de bois après 1652). La difficulté réside dans le fait que lors de la fouille la couche de destruction paraissait homogène, alors qu’il faut sans doute admettre qu’il y en avait deux, mais celle de Porsuk V alors visiblement évanescente, ou éliminée en grande partie par les installations du Fer. Quant aux murs des caissons voisins, ils montrent clairement l’existence de plusieurs états successifs, appartenant pour l’essentiel aux phases Vb et Va. En K41 nord-est, des jarres ont été retrouvées couchées sur le sommet du mur 04066 : cela pourrait indiquer un sol du niveau Va, même si les vestiges de ce sol n’apparaissaient guère dans une couche de destruction violente16. Dans ce même mur 04066, il reste encore à expliquer la présence d’une jarre retrouvée enchâssée verticalement dans la maçonnerie. Elle contenait des céréales carbonisées dont l’analyse 14C avait donné les dates suivantes : 1525-1490 (laboratoire IFAO), 1505-1447 (laboratoire de Heidelberg). Ces dates conviennent bien à la phase V et il faut sans doute admettre que l’étrange installation de cette jarre dans le mur appartient aux réfections de la phase Va, au moment où un sol a été aménagé, avec utilisation de la jarre comme élément de stockage de grains, ouverture au niveau de ce sol17. Mais ces éléments, ajoutés aux résultats d’analyses portant sur des chaînages de bois en K42 nord-est, témoigneraient d’une destruction générale du dernier niveau du Bronze vers la fin du 15e siècle. Cette datation particulièrement haute est-elle compatible avec les données du chantier II ? Elle reste au moins à confirmer.

Les données du sondage profond de H42

  • 18 Beyer et al., 2008, 327-333 ; 2009, 324-330.
  • 19 Laboratoire de Cornell : coupe après 1529 (POR-180, Cedrus), les mesures POR-183 et POR-184 insuffi (...)

18Ce sondage, dans la partie nord du chantier IV, est à l’emplacement situé jusqu’à présent le plus à l’intérieur du site, relativement éloigné de la ligne des fortifications, il est donc susceptible de présenter éventuellement des différences stratigraphiques. De fait, la fouille y a rencontré une situation originale18. L’aménagement initial correspondait à une sorte de resserre à jarres, creusée dans le terrain naturel jusqu’au socle de conglomérat, avec une sorte de plateforme surélevée et quelques restes de murs. Les vestiges de chaînage de bois de l’un de ces murs (01273) ont permis une analyse au 14C donnant 1631-1493 (IFAO-423), ce qui confirmerait l’appartenance logique de ces vestiges à la phase la plus ancienne, Porsuk VI (fig. 4). Au-dessus, les aménagements retrouvés, avec couche de destruction, ont pu être attribués en gros au 15e s. aussi bien par la dendrochronologie que par le 14C19, bien que cette dernière mesure soit ici la plus imprécise. Il conviendrait alors, toujours provisoirement, d’attribuer cette couche à la phase Porsuk V (Vb). Nous avions initialement attribué cette phase à Porsuk VIa, réservant Porsuk V à un niveau construit au-dessus, lequel offre un plan différent, avec murs de grès majoritaire de qualité (fig. 5). Ce dernier niveau n’a malheureusement pas pu livrer de quoi pouvoir le dater avec précision au sein de cette période du Bronze Récent. Dans l’immédiat, je proposerais donc volontiers Va.

Fig. 5 : Chantier IV, partie nord-est. Sondage H42. Vue des murs de grès de la phase Va, vers le Nord

Fig. 5 : Chantier IV, partie nord-est. Sondage H42. Vue des murs de grès de la phase Va, vers le Nord

19On notera un point important : ce niveau n’a pas livré de traces de destruction par incendie, situation inédite pour les niveaux du Bronze. Reconnaissons ici que le sondage H42 est en revanche trop étroit pour permettre un examen de l’environnement stratigraphique et architectural susceptible d’éclairer une situation très ponctuelle ou au contraire plus étendue. Avons-nous ici les vestiges d’un niveau d’habitat qui aurait survécu aux destructions des secteurs des fortifications et qui aurait ainsi prolongé l’occupation du site à la période hittite, sans que l’on puisse préciser pour l’instant le moment de son abandon ? Au-dessus de ce niveau aux murs bien construits, la phase IV manque, une fois de plus, au moins en tant que niveau d’architecture, car un mur coudé qui est apparu au Sud, fait d’un appareil très hétérogène et de mauvaise qualité, appartient à un niveau Porsuk III, du Fer Moyen.

20Comme on vient de le constater, l’organisation des différentes phases de Porsuk reste pour une bonne part à clarifier, préciser, confirmer. Le travail de réexamen de toutes les données disponibles devrait encore nous permettre d’avancer. Au moins est-il acquis maintenant que la fondation de la ville est bien à placer dans la seconde moitié du 17e s. – c’est d’ailleurs l’un des intérêts majeurs du site –, que la destruction finale de la ville du Bronze est à situer à une date nettement plus ancienne que la date traditionnelle de 1200, et que le hiatus entre la fin de l’occupation du Bronze et la réoccupation du Fer devrait s’étendre à environ cinq siècles.

  • 20 Sur cette question délicate, voir déjà Crespin 1999.

21La question de la définition de la phase IV reste en grande partie posée20. L’impression domine, pour l’instant, d’une occupation réduite, sans grands travaux architecturaux, sans fortifications, avec beaucoup de différences dans le traitement, par les premiers occupants du Fer, de la surface rencontrée : tantôt creusements très profonds dans les couches du Bronze, perturbant gravement la stratigraphie, tantôt installations, comme celles de simples squatters, directement sur les vestiges très irréguliers des couches de destruction du Bronze.

Pelon, O., “Occupation hittite et début de l’âge du Fer à Porsuk”, in Br. Le Guen-Pollet / O. Pelon (éds.), La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine. État des recherches. Actes du colloque d’Istanbul (IFEA), 13-14 avril 1987, ERC, Paris,1991, 15-18.

Pelon, O., “The Site of Porsuk and the Beginning of the Iron Age in Southern Cappadocia”, in A. Çilingiroğlu / D.H. French (éds.), Anatolian Iron Ages 3, Ankara, 1994, 157-162.

Bibliographie

D. Beyer, “From the Bronze Age to the Iron Age at Zeyve höyük/Porsuk : a Temporary Review”, d’Alfonso/Balza/ Mora 2010, 97-109.

Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Patrier, J. / Tibet, A. / sous la dir. de Beyer, D., “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de 2007”, Anatolia Antiqua XVI, 2008, 313-344.

Chalier, I. / Laroche-Traunecker, F. / Lebreton, S. / Tibet, A. / sous la dir. de Beyer, D., “Zeyve Höyük (Porsuk). Rapport sur la campagne de 2008”, Anatolia Antiqua XVII, 2009, 317-349.

Beyer, D. / Laroche-Traunecker, F. / Patrier, J. / Tibet, A., “Zeyve Höyük-Porsuk : rapport préliminaire sur la campagne 2012”, Anatolia Antiqua XXI, 2013, 201-234.

Beyer, D. / Chalier, I. / Kirner, F. / Laroche-Traunecker, F. / Tibet, A., “Zeyve Höyük-Porsuk, rapport préliminaire sur la campagne 2013”, Anatolia Antiqua XXII, 2014, 327-342.

Blaizot, Fr., “Note additionnelle : observations anthropologiques sur le squelette de Porsuk”, in Br. Le Guen-Pollet / O. Pelon (éds.), La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine. État des recherches. Actes du colloque d’Istanbul (IFEA), 13-14 avril 1987, ERC, Paris, 20-21.

Bryce, T., The Kingdom of the Hittites, Oxford University Press, 1999.

Crespin, A.S., “Between Phrygia and Cilicia : The Porsuk area and the beginning of the Iron Age”, in A. Çilingiroğlu / R.J. Matthews (éds.), Anatolian Iron Ages 4. Proceedings of the Fourth Anatolian Iron Ages Colloquium held at Mersin, 19-23 May 1997, AnSt 49, The British Institute of Archaeology at Ankara, London, 61-71.

d’Alfonso, L. / Balza, M.E. / Mora, C. (éds.), Geo-Archaeological Activities in Southern Cappadocia – Turkey, Pavie 2010.

Dupré, S., Porsuk I : la céramique de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer, ERC, Paris.

Dupré, S., “À propos d’un squelette du Bronze Récent découvert à Porsuk”, in Br. Le Guen-Pollet / O. Pelon (éds.), La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine. État des recherches. Actes du colloque d’Istanbul (IFEA), 13-14 avril 1987, ERC, Paris, 19.

Genz, H., “The Early Iron Age in Central Anatolia”, in B. Fischer / H. Genz / É. Jean / K. Köroğlu (éds.), Identifying Changes : The Transition from the Bronze to Iron Ages in Anatolia an its Neighbouring Regions, Istanbul, 2005, 179-191.

Genz, H., Büyükkaya I. Die Keramik der Eisenzeit (Boğazköy-Hattuša XXI), Mayence, 2003.

Kuniholm, P.I. / Tarter, Sh.L. / Newton, M.W. / Griggs, C.B., “Preliminary report on dendrochronological investigations at Porsuk-Ulukışla, Turkey”, Syria 69, 1992, 379-388.

Kuniholm, P. I. / Newton, M.W. / Griggs, C.B. / Sullivan, P.J., “Dendrochronological Dating in Anatolia : The Second Millenium BC”, in Ü. Yalçın, Anatolian Metal III, Der Anschnitt Beiheft 18, Deutsches Bergbau-Museum, Bochum, 2005, 41-47.

Manning, S.W. / Kromer, B. / Kuniholm, P.I. / Newton, M.W., “Anatolian Tree Rings and a New Chronology for the East Mediterranean Bronze-Iron Ages”, Science 294, 2001, 2532-2535.

Matsumura, K., “The Early Iron Age Kamankale-Höyük : The Search for its Roots”, in D. Bonatz / R.M. Czichon / F.J. Kreppner (éds.), Fundstellen. Gesammelte Schriften zur Archäologie und Geschichte Altvorderasiens ad honorem Hartmut Kühne, Wiesbaden, 2008, 41-50.

Matsumura, K. / Omori, T., “The Iron Age Chronology in Anatolia Reconsidered : The Results of the Excavations at Kaman Höyük”, in P. Matthiae / F. Pinnock / L. Nigro / N. Marchetti (éds.), Proceedings of the 6th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, Wiesbaden, Harrassowitz, 2010, vol. I, 443-455.

Mora, C. / d’Alfonso, L., “Anatolia after the End of the Hittite Empire. New Evidence from Southern Cappadocia”, Origini XXXIV, 2012, 385-398.

Notes

1 Cf. Beyer 2010.

2 C’est une des raisons qui font d’ailleurs notre vif intérêt pour les progrès de la fouille engagée par nos collègues italiens sur le site de Kınık Höyük, à une soixantaine de km au Nord-Ouest de Porsuk. Cf. la contribution, dans ce volume, d’Anna-Maria Balza. Cf. également Mora/d’Alfonso 2012.

3 Pour Porsuk, les débats sur cette question difficile ont entraîné plusieurs prises de position : cf. surtout Dupré 1983, Pelon 1994, Crespin 1999, résumé chez Beyer 2010. Pour des considérations relatives à d’autres sites, cf. entre autres Genz 2003, 2004, Matsumura 2008, Matsumara/Omori 2010, Mora/d’Alfonso 2012.

4 Kuniholm et al. 1992 ; Kuniholm et al. 2005.

5 Nous lui en sommes particulièrement reconnaissants, comme à son mentor, P.I. Kuniholm. Ils nous ont fait l’honneur d’une visite sur le chantier en août 2013. Merci en particulier à Charlotte Pearson pour avoir consacré bien du temps et des efforts pour rendre claires, aux yeux des modestes archéologues que nous sommes, les données du monde de la dendrochronologie anatolienne. Certaines corrections de datations, dans les pages qui vont suivre, sont le résultat de ce travail de clarification.

6 Tous mes remerciements à Françoise Laroche-Traunecker, qui a pris la peine de réunir ces données et de les matérialiser sur ses plans. Voir sa contribution, avec Aksel Tibet, dans ce volume-même.

7 Sur ces questions très débattues, voir entre autres Bryce 1999, 68 et ss. ; d’Alfonso et al. 2010, 14.

8 L’une des difficultés rencontrées par les dendrochronologues réside dans l’existence d’espèces végétales diverses pour lesquelles n’existe pas toujours une échelle dendrochronologique. C’est le cas ici pour le sapin (Abies), alors que les autres espèces bien représentées à Porsuk sont le cèdre (Cedrus), le pin (Pinus) et le genévrier (Juniperus).

9 Cf. Beyer et al. 2009, 340-344, pour la description de ces divers éléments.

10 Voir les rapports préliminaires parus dans Anatolia Antiqua : Beyer et al. 2013, 213 et ss. ; Beyer et al. 2014, 336 et ss.

11 C’est bien à Porsuk IV que l’on pensait initialement, sur la base de quelques tessons d’allure relativement ancienne, mais qui provenaient du remblai de terre : cf. Beyer et al. 2013, 219.

12 Chaînage de bois en G06, daté en 1981 par le laboratoire de Lyon entre 1080 et 740. Une analyse dendrochronologique plus récente, en 2009 au laboratoire de Cornell, indiquerait la date de 858 pour le mur 15 (Pinus brutia). Mais elle est considérée comme provisoire.

13 Cf. Beyer et al., 2014, 340.

14 Cf. Dupré 1991, Blaizot 1991.

15 Analyse IFAO-428

16 Voir Beyer et al. 2008, 315.

17 Si cette solution paraît la plus raisonnable, elle a fait l’objet de bien des discussions au sein de l’équipe, et elle ne résout pas tous les problèmes. La question devra être reprise, mais dans un autre cadre.

18 Beyer et al., 2008, 327-333 ; 2009, 324-330.

19 Laboratoire de Cornell : coupe après 1529 (POR-180, Cedrus), les mesures POR-183 et POR-184 insuffisantes, Laboratoire de l’IFAO : 1413-1304 (IFAO-258).

20 Sur cette question délicate, voir déjà Crespin 1999.

Notes de fin

i Pour la localisation des chantiers, voir dans ce volume Pelon, fig. 5.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan schématique du chantier II, avec les indications des principales mesures de dendrochronologie et de 14C pour les phases du Bronze et du Fer
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 2 : Chantier II Sud. Plan des murs du Fer, avec leur situation dans l’ensemble du chantier II
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 3 : Chantier IV. Plan schématique de la partie sud-est, avec les mesures concernant le Bronze et le Fer
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 4 : Chantier IV, partie nord-est. Sondage H42. Plan des phases VI et Vb
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 5 : Chantier IV, partie nord-est. Sondage H42. Vue des murs de grès de la phase Va, vers le Nord
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search