Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l'époque byzantine

 | 
Aksel Tibet
, 
Olivier Henry
, 
Dominique Beyer

II. De la Préhistoire à l'Âge du Fer

Le höyük de Porsuk, une forteresse hittite en Cappadoce méridionale

Olivier Pelon†

Résumé

In this contribution, the late Professor Olivier Pelon, former head of the Porsuk excavations, traces the different stages of the discovery of the site and the first research campaigns conducted since 1969. The site resources, its strategic position near the Cilician Gates and its links with the Taurus lead mines are the reasons for the installation of this settlement, powerfully fortified probably by the Hittites as early as the second half of the 17th century BC and then again by their successors in the Neo-Hittite period around the 8th century BC.

Note de l’éditeur

Texte rédigé par Olivier Pelon avant son décès ; révisions, présentation et notes de Fr. Laroche-Traunecker.

Texte intégral

1. Le cadre géographique et historique (fig. 1)

Fig. 1 : Localisation du site de Zeyve Höyük-Porsuk sur un des axes de circulation à travers le Taurus

Fig. 1 : Localisation du site de Zeyve Höyük-Porsuk sur un des axes de circulation à travers le Taurus

F. Laroche-Traunecker

1Le höyük de Porsuk est placé à peu de chose près dans l’axe d’une large vallée orientée Est-Ouest entre la chaîne du Taurus au Sud et une chaîne parallèle au Nord (fig. 2). À l’Ouest, à la hauteur de la petite ville d’Ulukışla, se termine l’extrémité sud du plateau d’Anatolie centrale, région qui a été occupée dès le 17e s. par les Hittites. Un texte postérieur révèle en effet qu’un des premiers rois hittites, Labarna, a établi des hommes de sa famille comme gouverneurs dans les territoires connus globalement sous le nom de ‘Pays Inférieur’ ou ‘Bas Pays’ parmi lesquels celui de Tuwana, c’est-à-dire Tyana, à une quarantaine de kilomètres au nord d’Ulukışla. Tout permet de penser que l’occupation par de hauts fonctionnaires hittites a pu s’étendre jusqu’à Porsuk, à 9 km seulement à l’Est d’Ulukışla.

Fig. 2 : Vue du site de forme tabulaire entre deux vallées, prise de la colline à l’Ouest

Fig. 2 : Vue du site de forme tabulaire entre deux vallées, prise de la colline à l’Ouest

O. Pelon, 2009

  • 1 Annales du règne du roi assyrien Tiglatpileser III : Naster 1938.

2Après la destruction de l’Empire hittite, vers 1200 aC, il semble que se soient constituées des petites principautés sur les confins du Taurus, en bordure de la plaine cilicienne. Les roitelets qui les gouvernent nous sont connus un peu par les textes en hittite hiéroglyphique, bien davantage par les Annales contemporaines des souverains assyriens1. C’est ainsi que l’on apprend qu’un certain Urbala est à cette époque le souverain d’un petit royaume anatolien, le royaume de Tabal dont la capitale est appelée Tuhana. Or Urbala est identifiable avec le nom du roi Warpalawas qui régnait au 8e s. dans la partie sud du plateau autour de la ville de Tuwana, c’est-à-dire le site de Tyana aujourd’hui connu sous le nom de Kemerhisar, proche de Niğde. Le relief d’Ivriz montre une représentation de ce souverain debout en face du dieu de la fécondité Tarhunt, reconnaissable aux grappes de raisin et à l’épi de blé qu’il porte dans ses mains (fig. 3).

Fig. 3 : Le dieu Tarhunt aux grappes de raisin du relief d’Ivriz

Fig. 3 : Le dieu Tarhunt aux grappes de raisin du relief d’Ivriz

O. Pelon, 1969

3On a là l’image la mieux documentée de l’état de la partie méridionale du plateau anatolien dans la première moitié du Ier millénaire. Or c’est à proximité immédiate d’Ivriz, à une cinquantaine de kilomètres vers le Sud-Est, qu’est placé le site de Porsuk dont la fouille a commencé en 1968.

2. La découverte du site et ses interprétations

4Le site appelé Zeyve dans le pays a été repéré dès 1899 par le géographe anglais William Ramsay qui a été frappé par son aspect tabulaire (fig. 2). Alors que les höyük ou tells anatoliens présentent le plus souvent un profil arrondi comme leurs frères de Mésopotamie, le höyük de Porsuk a un profil aplati en surface et se termine sur les flancs par des pentes plus ou moins raides au-dessus de la plaine environnante. Voici ce que W. Ramsay écrivait en 1903 :

  • 2 Ramsay 1903, 404.

“tout près de la grande route [la route moderne d’Ankara à Adana], [ce höyük] est placé dans une situation tout à fait propice au commerce et pourtant susceptible d’avoir été transformée par les mains romaines en une solide forteresse”2.

  • 3 Forrer 1937, 147. Trad. O. Pelon.
  • 4 Bossert 1954-56, 61.

5Divers historiens ou archéologues se sont intéressés à sa suite à cette table rocheuse nettement visible depuis la route d’Ankara à Tarsus et Adana, tel Emil Forrer qui écrit en 1937 : “cette ville est une des plus grandes villes du pays de Hatti et, par suite de sa signification historique, de sa situation et de ses possibilités techniques, un but de fouille de première importance”3 ; quant à l’épigraphiste autrichien Helmuth Bossert4, replaçant le site dans son environnement, il note que l’une des fonctions la plus probable du site est son activité métallurgique qui en fait l’une des cités industrielles les plus importantes de l’Anatolie ancienne en raison de la proximité de la mine argentifère de Bulgarmaden (fig. 1).

6C’est le hittitologue français Emmanuel Laroche, alors directeur de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul, qui a décidé en 1968 de lancer une fouille sur ce plateau et d’en confier la direction à Olivier Pelon. Il avait été attiré par une découverte fortuite faite en 1961 dans la benne d’un bulldozer travaillant à l’extrémité occidentale du site au remblaiement d’une piste : celle d’un bloc inscrit en hiéroglyphes néo-hittites du 8e s. (fig. 4). La traduction conférait au site un intérêt tout particulier puisqu’y figuraient le nom d’un souverain local, d’un général de son armée, ainsi que celui d’un dieu, Sarma ou Sharruma, connu dès l’époque du grand Empire hittite du IIe millénaire.

Fig. 4 : L’inscription hiéroglyphique de Porsuk : face supérieure du bloc portant des queues d’arondes et face frontale inscrite

Fig. 4 : L’inscription hiéroglyphique de Porsuk : face supérieure du bloc portant des queues d’arondes et face frontale inscrite

D. Beyer, 2010

7Le texte se lisait ainsi :

  • 5 Laroche 1963, 301 n. 2. Publications plus récentes : Hawkins 1969, 99-109 ; 2000, 527-528.

Je suis Parhura, fils d’Ati, petit-fils de Nuna. Mon Seigneur Sarma m’a envoyé son salut ; les rois m’ont envoyé leur salut ; Masaurhisa, le roi, m’a envoyé son salut. J’ai été le chef de l’armée (trad. E. Laroche)5.

8À l’exception de celui de Sarma,.les noms cités sont inconnus. Le personnage de Parhura (ou Parahwaras), bien qu’inconnu, mais dernier élément d’une généalogie sans doute importante à l’époque, est “salué” par un roi dont le nom est indiqué (Masaurhisa), par contraste avec tous les rois indistinctement mentionnés, et qui est vraisemblablement le roi du pays où est situé Porsuk. Il est donc permis de supposer que Parhura commandait la garnison établie sur le site sous le règne du roi Masaurhisa.

9Ce bloc porte des encoches de queues d’arondes à chaque extrémité (fig. 4, haut), mais il a malheureusement été impossible par la suite de retrouver les blocs voisins, en particulier celui de gauche qui aurait utilement complété l’inscription aujourd’hui conservée au musée de Niğde.

10Ainsi, avant toute recherche sur le terrain, la relation du site avec des préoccupations d’ordre militaire est bien établie, même si rien n’apparaît encore de ses installations défensives.

3. Dispositions topographiques (fig. 5)

Fig. 5 : Plan topographique du site et localisation des premiers chantiers

Fig. 5 : Plan topographique du site et localisation des premiers chantiers

Ph. Guérin, 1970

11Les caractéristiques naturelles du site en forme d’éperon barré en expliquent le choix probable pour des raisons militaires. Le plateau supérieur, qui mesure 400 m maximum d’Est en Ouest sur 150 m maximum et 70 m minimum du Nord au Sud, soit 4,4 ha, domine la plaine environnante d’une vingtaine de mètres, particulièrement au Nord et à l’Est. Du côté nord, la pente marque une forte déclivité et une ligne droite d’Ouest en Est qui dissimule l’existence d’une fortification dont certains éléments ont été mis au jour ces dernières années. Du côté est, un élément de muraille était visible dès l’origine des travaux à une dizaine de mètres au-dessus de la vallée. Il apparaissait très nettement que ce mur reposait sur un banc de conglomérat (fig. 6) dont l’étude a montré qu’il provenait de l’action d’un cours d’eau voisin, le Darboğaz çayı. Ainsi, dès avant même toute construction, le höyük dominait les environs de plusieurs mètres. Il était limité vers le sud et vers le nord par le cours de deux torrents, l’un venu des contreforts du Taurus et du village de Darboğaz, l’autre venu du plateau central et de la petite sous-préfecture d’Ulukışla, se réunissant à l’Est du site (fig. 5). On n’interprétera pas ces deux cours d’eau, vu l’irrégularité de leur débit, comme des moyens de défense du site mais comme des sources d’approvisionnement en eau des habitants.

Fig. 6 : Vue du banc de conglomérat à l’extrémité est du site et de la carrière de gypse en arrière-plan

Fig. 6 : Vue du banc de conglomérat à l’extrémité est du site et de la carrière de gypse en arrière-plan

O. Pelon, 1971

12Le côté ouest était beaucoup plus accessible mais considérablement remanié en 1961 par les travaux d’un bulldozer (fig. 7). Il ne reste de son aspect primitif qu’une éminence amputée de toute sa partie nord dont les terres et les pierres avaient servi de matériaux de remblaiement pour la piste menant à la carrière de gypse et aux villages au sud.

Fig. 7 : Vue de l’extrémité ouest du site entaillée par un bulldozer en 1961

Fig. 7 : Vue de l’extrémité ouest du site entaillée par un bulldozer en 1961

O. Pelon, 1972

4. Les ressources du site

  • 6 Autres reliefs trouvés dans la région avec des représentations de grappes de raisin (relief de Gökb (...)

13La plaine environnante a probablement fourni les denrées nécessaires à l’alimentation des habitants ; aujourd’hui encore elle est plantée de champs de céréales et de vergers. L’ancien nom du village actuel de Porsuk, Dikilitaş bağevleri, ‘les maisons du vignoble’, situé au sud du Darboğaz çayı, comme les grappes de raisin tenues par le dieu sur le relief d’Ivriz (fig. 3) ainsi que d’autres mentions sur des reliefs des environs semblent attester l’importance de la culture de la vigne dans cette région6. Par ailleurs il existe à proximité immédiate une carrière de gypse (fig. 6, à gauche) qui a longtemps fourni des matériaux de construction, bien que de mauvaise qualité ; cette carrière, encore en exploitation aujourd’hui, produit la matière nécessaire à la fabrication de plâtre pour la construction ou d’amendement pour l’agriculture.

  • 7 Pelon 1991, pl. I fig. 2.

14Enfin, l’existence à proximité des mines de plomb argentifère de Bulgarmaden dans un des chaînons du Taurus (fig. 8) et la présence d’un champs de scories7 le long de la piste actuelle entre Porsuk et le village des mines de Maden, dans la vallée voisine, accréditent la possibilité d’une exploitation des mines du Taurus par les habitants de Porsuk. La fouille a en effet révélé la présence d’un moule à lingots sur le chantier ouest (fig. 9).

Fig. 8 : Vue des anciennes mines de Bulgarmaden dans la chaîne du Taurus

Fig. 8 : Vue des anciennes mines de Bulgarmaden dans la chaîne du Taurus

O. Pelon, 2009

Fig. 9 : Moule à lingots sorti des fouilles du secteur ouest du site

Fig. 9 : Moule à lingots sorti des fouilles du secteur ouest du site

O. Pelon, 1989

5. Les nécessités d’une défense

  • 8 Le terme forteresse, qui désigne un lieu doté de défenses militaires destiné à protéger une ville o (...)

15C’est surtout la position stratégique du site qui rend nécessaire sur cette table rocheuse la construction d’un ensemble défensif important8.

16Porsuk commande la vallée est-ouest, soit vers l’Ouest en direction d’Ulukışla, soit vers l’Est en direction de la ville de Pozantı, à une trentaine de kilomètres, connue à l’époque hittite sous le nom de Paduwanda et à l’époque byzantine sous celui de Podandos (fig. 1). Porsuk représente donc un point de contrôle important en mesure d’interdire ou de réglementer le passage est-ouest. Par ailleurs, s’il est vrai que l’exploitation des mines de Bulgarmaden et l’extraction de l’argent du minerai du Taurus se fait à partir de Porsuk, il est nécessaire que soit solidement fortifié le site qui en assure la sécurité.

  • 9 Lebrun 2007, 459 et suiv.

17Ce qui est vrai de l’époque hittite l’est-il aussi de l’époque suivante ou époque néo-hittite du début du Ier millénaire ? À ce moment-là, nous l’avons vu, Porsuk fait partie d’un petit royaume et le site est occupé par une garnison commandée par le général Masaurhisa. Le danger vient alors des souverains assyriens dont les Annales révèlent les campagnes dans le Taurus. Un nom mentionné dans ces mêmes archives, Tuna-Atuna (à distinguer de Tyana), pourrait être le nom même de Porsuk comme le supposait dès 1926 E. Forrer9.

18Ainsi, si la fortification de Porsuk apparaît d’une évidente nécessité à l’époque hittite, elle n’est pas moins nécessaire, mais pour d’autres raisons, à l’époque suivante. L’archéologie a-t-elle apporté des réponses aux questions et confirmé les suppositions ?

6. Les témoignages de l’archéologie

19Après une première prise de contact avec le site en 1968, sur l’instigation d’Emmanuel Laroche, la fouille a débuté en 1969 en plusieurs points du höyük avec l’ouverture de quatre chantiers (fig. 5) dont les deux plus importants étaient situés aux deux extrémités, à l’Ouest (chantier II) et à l’Est (chantier IV).

Les fortifications ouest (chantier II)

20Le chantier ouest, ou chantier II, a permis la découverte dès 1969 d’un ensemble de murs qui appartenaient sans aucun doute à un important système de fortifications. En effet, il comportait un espace triangulaire entièrement fermé sur ses trois côtés par des murs épais construits soit entièrement en pierres, soit en briques crues sur soubassements de pierres. Ce triangle était bordé sur son côté sud-est par un couloir coudé comblé par un amas de briques et de poutres carbonisées (fig. 10). Les campagnes suivantes ont révélé l’existence d’une tour ou bastion en briques crues renforçant l’angle nord-ouest du triangle en bordure d’un glacis de terre stérile.

Fig. 10 : Poutres et rondins carbonisés du niveau supérieur qui couvraient le couloir d’accès à l’intérieur des fortifications

Fig. 10 : Poutres et rondins carbonisés du niveau supérieur qui couvraient le couloir d’accès à l’intérieur des fortifications

relevé F. Laroche et L. Pfirsch, 1969

Fig. 11 : Plans et coupes à travers la poterne et le couloir coudé

Fig. 11 : Plans et coupes à travers la poterne et le couloir coudé

relevés F. Laroche, S. Sadler et H. Nave

21Au Sud-Ouest avait été aménagée une rampe d’accès montant de l’extérieur vers l’intérieur du site, (fig. 11, FF) limitée latéralement par deux murs de grès surmontés par une rangée de rondins plus ou moins carbonisés insérés dans la maçonnerie de pierre. Ces murs reposaient directement sur une couche de sable dur située au-dessous du conglomérat qui formait l’ossature du site ; ils supportaient l’un et l’autre un appareil de grandes briques crues dont la face intérieure portait encore de fortes traces de feu. Cette rampe aboutissait vers le haut, à son extrémité nord-est, à un dispositif comportant latéralement deux larges cavités réunies par une rigole remplie de bois carbonisé (fig. 12). Le fond de ces deux cavités était tapissé par une plaque de pierre et tout montre qu’il s’agissait de crapaudines sur lesquelles tournait l’axe des vantaux d’une porte à la hauteur d’un seuil de bois aujourd’hui disparu.

Fig. 12 : La rampe d’accès et les cavités des crapaudines de la porte primitive

Fig. 12 : La rampe d’accès et les cavités des crapaudines de la porte primitive

O. Pelon, 1987

22La rampe communiquait avec le couloir coudé qui pénétrait profondément à l’intérieur du site : dans une première partie, ce couloir était bordé au Nord-Ouest par un mur de pierres appelé par convention ‘mur de gypse’ (fig. 11 : FF, plan), formé successivement de plusieurs appareils, un soubassement de gros blocs de grès assez régulièrement agencés et surmontés de blocs de gypse grossièrement superposés.

23Contrairement aux murs latéraux de la rampe, ce mur, haut de plus de 4 m, ne semblait pas avoir supporté de maçonnerie de briques crues, mais il a manifestement été écrêté par le bulldozer qui effectuait des travaux sur le chantier en 1960. Du côté sud-est, se retrouvait une maçonnerie de blocs de grès, mais moins bien conservée qu’au Nord-Ouest, avec une superstructure mélangée de blocs de gypse et de terre à brique à demi fondue. Au-dessus, un mur de petites dalles de grès, dit ‘mur de plaques’, semblait répondre à l’appareil d’un mur au Nord-Ouest.

  • 10 Osten 1937, 44 fig. 52.

24À l’extrémité sud-ouest de la rampe, vers le bas, un muret de briques crues formant peut-être seuil barrait le couloir (fig. 11, coupe FF et plan). Les coupes AA à CC relevées à travers la poterne ouest donnent une idée de l’importance de cette fortification. Au-dessus de la rampe, la maçonnerie de briques crues dessinait une voûte de profil ogival tronqué dont seul un tronçon a été conservé à l’extrémité occidentale (fig. 13) ; il semble donc qu’existait là, au niveau des briques des murs, une entrée couverte au moins partiellement en ogive (fig. 11, AA et BB). Sur le profil de ce passage, un excellent parallèle paraît fourni par la citadelle d’Alishar höyük10, au centre du plateau anatolien vers l’Est.

25Ainsi l’extrémité occidentale du site, bien que sensiblement endommagée par les travaux du bulldozer en 1961, possédait encore une fortification fortement construite du côté du plateau. Il restait encore à déterminer les caractères et la date de cet ensemble ; la fouille du couloir coudé et de l’extrémité sud-ouest de la rampe a été riche en enseignements.

Fig. 13 : Partie conservée d’un tronçon voûté de la poterne d’accès

Fig. 13 : Partie conservée d’un tronçon voûté de la poterne d’accès

O. Pelon, 1976

26Ce secteur offrait dans le remblai des particularités remarquables dans deux couches de destruction superposées (fig. 11, BB à EE).

  • 11 Pelon 1978, 354 fig. 8.

27La couche inférieure comprenait une terre rougeâtre résultant de la décomposition des briques crues des murs et un enchevêtrement de rondins de bois plus ou moins complètement carbonisés (fig. 11, EE). Ces pièces de bois, souvent de grande longueur, étaient manifestement destinées à soutenir le plafond et le sol d’un étage. En outre ont été trouvés des pithoi, parfois entièrement conservés, qui faisaient de ces espaces, au moins dans l’une des phases, des emplacements de stockage. Des graines carbonisées jonchaient le sol de ce couloir à son extrémité nord-est. Alors que les pithoi ne sont pas datables avec précision par eux-mêmes, l’analyse C14 des graines par un laboratoire de Heidelberg a indiqué le 17e s., c’est-à-dire l’époque de l’Ancien Royaume hittite, date qui serait celle de la première destruction de cet ensemble. Le couloir aboutissait à une courette qui n’a pas été entièrement dégagée mais qui a livré un sceau hittite en marteau, caractéristique de l’époque de l’Ancien Royaume11.

28La couche de destruction supérieure comprenait également une grande quantité de rondins carbonisés (fig. 11, CC). Une nouvelle couverture de rondins avait donc été placée au même endroit que la précédente pour soutenir un étage aujourd’hui disparu ; comme la précédente, elle a été détruite par un violent incendie qui a laissé ses traces sur les murs de briques crues. Comme le montre la fig. 11, BB, le passage voûté a été fermé à l’extrémité sud-ouest par un remplissage de briques crues qui en a neutralisé la fonction primitive.

29Le caractère défensif de cet ensemble est encore souligné par diverses trouvailles d’objets en bronze (fig. 14) : une pointe de lance et plusieurs pointes de flèches.

Fig. 14 : Armes en bronze : pointes de lance et de flèches, fragment probablement d’une harpè

Fig. 14 : Armes en bronze : pointes de lance et de flèches, fragment probablement d’une harpè

O. Pelon, 1987

Les fortifications est (chantier IV)

  • 12 Bittel 1976, 112 fig. 104.

30À l’extrémité orientale du höyük, la fouille a mis au jour une double fortification : du côté nord, au niveau inférieur, elle a rencontré un mur de blocs de grès à plusieurs états noyé dans un épais remblai formé de sable et de galets provenant de la rivière voisine (fig. 15). Ce mur reposait directement sur un banc de conglomérat dominant la vallée environnante de plusieurs mètres, dont il suivait exactement les contours. À son extrémité nord, il a pu être examiné dans la tranche, une grande partie de l’angle s’étant écroulée sur la pente ; le mur de grès était doublé d’un remplissage de sable et gravier, un état de fait que l’on retrouve au Sud-Est où un dégagement plus complet a permis de découvrir au même niveau l’existence d’un caisson aveugle, également rempli de sable et gravier. Or ce dispositif est bien connu à la période hittite où les murs de Boğazköy en particulier offrent cette organisation faite d’une suite de caissons avec remplissage intérieur, une disposition qui présente une grande résistance à une attaque venue de l’extérieur12.

Fig. 15 : Murs et remplissage de sable et graviers d’un caisson des fortifications hittites à l’extrémité nord-est du site

Fig. 15 : Murs et remplissage de sable et graviers d’un caisson des fortifications hittites à l’extrémité nord-est du site

O. Pelon, 1987

Conclusion

31Étant donnés l’épaisseur des couches du höyük et les moyens disponibles, il a été impossible jusqu’ici de suivre le tracé de cette muraille depuis le chantier est jusqu’au chantier ouest (fig. 5). Tout permet de penser cependant que le niveau hittite était puissamment défendu de bout en bout et que nous avons là une solide place-forte destinée à protéger dès l’époque du royaume hittite le Sud du plateau des attaques venues de la plaine cilicienne.

Bibliographie

Bittel, K., Les Hittites, Paris, 1976.

Bossert, H.Th., “Die Inschrift von Sirzi”, AfO 17, 1954-1956.

Forrer, E.O., 1937, “Kilikien zur Zeit des Hatti-Reiches”, Klio 30, 146-149.

Hawkins, J.D., “A Hieroglyphic Hittite inscription from Porsuk”, Anatolian Studies XIX, 1969.

Hawkins, J.D., in Corpus of the Hieroglyphic Luwian Inscriptionsof the Iron Age (abrév. CHLI) I, 2, Berlin/New York, 2000.

Laroche, E., “Le dieu anatolien Sarruma”, Syria 40, 1963, 277-302.

Lebrun, R., “Tynna la cappadocienne”, in D. Groddek / M. Zorman (eds.), Tabula Hethaeorum. Hethitologisches Beiträge Silvin Koshak zum 65. Geburtstag, DBH 25, Wiesbaden, 2007.

Naster, P., L’Asie Mineure et l’Assyrie aux VIIIe et VIIe siècles av. J.-C. d’après les Annales des rois assyriens, Louvain, 1938.

Osten, H.-H., von der, The Alishar hüyük. Seasons 1930-1932, II [OIP XXIX], Chicago, 1937.

Pelon, O., “Six campagnes de fouilles à Porsuk (Turquie méridionale) de 1969 à 1977”, CRAIBL séance de janvier-mars, 1978.

Pelon, O., “Occupation hittite et début de l’âge du Fer à Porsuk”, in Br. Le Guen-Pollet / O. Pelon (éds.), La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine. Etat des recherches. Actes du colloque d’Istanbul (IFEA), 13-14 avril 1987, Paris, 1991.

Ramsay, W.M., “Cilicia, Tarsus and the great Taurus pass”, Geographical Journal 22, 1903.

Notes

1 Annales du règne du roi assyrien Tiglatpileser III : Naster 1938.

2 Ramsay 1903, 404.

3 Forrer 1937, 147. Trad. O. Pelon.

4 Bossert 1954-56, 61.

5 Laroche 1963, 301 n. 2. Publications plus récentes : Hawkins 1969, 99-109 ; 2000, 527-528.

6 Autres reliefs trouvés dans la région avec des représentations de grappes de raisin (relief de Gökbez, stèle de Niğde) ou célébrant la plantation d’un vignoble (stèle de Bor) : Hawkins 2000.

7 Pelon 1991, pl. I fig. 2.

8 Le terme forteresse, qui désigne un lieu doté de défenses militaires destiné à protéger une ville ou une région, a été préféré au terme plus général de place-forte, espace entouré par des fortifications.

9 Lebrun 2007, 459 et suiv.

10 Osten 1937, 44 fig. 52.

11 Pelon 1978, 354 fig. 8.

12 Bittel 1976, 112 fig. 104.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation du site de Zeyve Höyük-Porsuk sur un des axes de circulation à travers le Taurus
Crédits F. Laroche-Traunecker
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 2 : Vue du site de forme tabulaire entre deux vallées, prise de la colline à l’Ouest
Crédits O. Pelon, 2009
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 3 : Le dieu Tarhunt aux grappes de raisin du relief d’Ivriz
Crédits O. Pelon, 1969
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 4 : L’inscription hiéroglyphique de Porsuk : face supérieure du bloc portant des queues d’arondes et face frontale inscrite
Crédits D. Beyer, 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 5 : Plan topographique du site et localisation des premiers chantiers
Crédits Ph. Guérin, 1970
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 6 : Vue du banc de conglomérat à l’extrémité est du site et de la carrière de gypse en arrière-plan
Crédits O. Pelon, 1971
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 7 : Vue de l’extrémité ouest du site entaillée par un bulldozer en 1961
Crédits O. Pelon, 1972
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 8 : Vue des anciennes mines de Bulgarmaden dans la chaîne du Taurus
Crédits O. Pelon, 2009
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 9 : Moule à lingots sorti des fouilles du secteur ouest du site
Crédits O. Pelon, 1989
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 10 : Poutres et rondins carbonisés du niveau supérieur qui couvraient le couloir d’accès à l’intérieur des fortifications
Crédits relevé F. Laroche et L. Pfirsch, 1969
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 11 : Plans et coupes à travers la poterne et le couloir coudé
Crédits relevés F. Laroche, S. Sadler et H. Nave
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 12 : La rampe d’accès et les cavités des crapaudines de la porte primitive
Crédits O. Pelon, 1987
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 13 : Partie conservée d’un tronçon voûté de la poterne d’accès
Crédits O. Pelon, 1976
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 14 : Armes en bronze : pointes de lance et de flèches, fragment probablement d’une harpè
Crédits O. Pelon, 1987
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 15 : Murs et remplissage de sable et graviers d’un caisson des fortifications hittites à l’extrémité nord-est du site
Crédits O. Pelon, 1987
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3273/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search