Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l'époque byzantine

 | 
Aksel Tibet
, 
Olivier Henry
, 
Dominique Beyer

II. De la Préhistoire à l'Âge du Fer

Le site de Kınık-Höyük et la Cappadoce méridionale : recherches archéologiques et historiques

Maria Elena Balza

Résumé

Since 2007 a team of researchers from the University of Pavia began a series of archaeological research, historical and epigraphic in Niğde region of southern Cappadocia. This research led in 2011 to the opening of genuine archaeological excavations on the site of Kınık Höyük, one of the most interesting settlement of the region due to its geographic location and its dimensions. In this short contribution we propose on the one hand, to present the results of the first two excavation campaigns on the site and on the other hand, to expose historical research underway in the region. Since ancient times, Southern Cappadocia has indeed played a key role as a contact and exchange zone between different inputs, from the heart of Anatolia to the north, to the Levant the south and Assyria in in the east.

Texte intégral

  • 1 Pour un bilan des résultats de ces recherches préliminaires, voir d’Alfonso 2010 ; Mora/d’Alfonso 2 (...)
  • 2 Pour ces recherches, voir le volume d’Alfonso et al. 2010. Voir aussi d’Alfonso/Mora 2010 ; Balatti (...)

1Entre 2006 et 2010, l’Université de Pavie a entamé une série de recherches archéologiques en Cappadoce méridionale, une vaste région d’Anatolie centrale délimitée par d’imposantes chaînes des montagnes – le Taurus au Sud, le Massif de Niğde à l’Est, le Melendiz Dağları et le Hasan Dağı au Nord et le Karadağ à l’Ouest – et caractérisée par la présence de terrains fertiles et matières premières en abondance. À partir de 2011, une nouvelle mission archéologique née de la collaboration entre les universités de Pavie et New York (ISAW) et bénéficiant de l’apport des universités de Niğde et Erzurum a établi l’ouverture de fouilles archéologiques sur le site de Kınık Höyük. Ce site a été reconnu comme l’un de plus intéressants de la région pour ses dimensions et son emplacement géographique, aussi bien que sur la base de l’étude des pièces archéologiques retrouvées au cours des recherches préliminaires1. Associées aux travaux de fouille à Kınık-Höyük, et en parallèle avec eux, sont aussi en cours des recherches historiques, épigraphiques et environnementales2. Ces recherches ont pour but la reconstruction de l’histoire ancienne de la région, spécialement pour l’âge du Bronze Moyen et Récent et l’âge du Fer, c’est-à-dire la période qui voit la floraison des colonies paléo-assyriennes de Cappadoce, la naissance, l’apogée et la fin de l’empire hittite et, entre la fin du IIe et le début du Ier millénaire av. J.-C., la restructuration de l’espace géopolitique qui suit cet événement.

2Les résultats préliminaires des deux premières campagnes de fouille sur le site de Kınık Höyük (2011-2012) aussi bien que certaines considérations sur le rôle joué par la région pendant la phase qui marque le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer feront l’objet de cette brève contribution.

1. La prospection archéologique (2006-2009)

3Kınık Höyük se trouve dans la province de Niğde, au pied de la chaîne de montagnes du Melendiz Dağları à environ 1 km du village de Bayat et à moins de 2 km au Sud de la route reliant Bor à Aksaray en passant par le village d’Altunhisar.

  • 3 Voir Wäfler 1983 ; Hawkins 2000, 425 et suiv., avec références bibliographiques ; Bryce 2003, 97-10 (...)
  • 4 Pour les attestations du Bas-Pays hittite, voir Heinhold-Krahmer 1977, 363 et suiv. ; del Monte/Tis (...)
  • 5 Voir Hawkins 1995a ; Mora 2010, avec références bibliographiques. Voir aussi, pour les villes ancie (...)

4Le site est au cœur de la région connue sous le nom de Tabal dans les sources assyriennes du 9e et du 8e siècle aC3. Ce territoire correspondait au moins en partie à la zone connue dans les sources hittites comme Bas-Pays, une appellation employée, surtout dans les textes hittites de l’époque impériale, pour indiquer la portion de la plaine de Konya qui se trouvait au Sud du Tuz Gölü, le lac salé4. Cette zone qui jouait un rôle stratégique de premier plan dans le contrôle des voies de communication vers l’Anatolie méridionale et le Levant et constituait un important réservoir de matières premières fut probablement annexée par les rois hittites déjà à l’époque de l’Ancien Royaume et son contrôle fut préservé durant les siècles successifs5. Bien que les limites exactes de ce territoire, que les Hittites appelaient KUR (URU)ŠAPLITI, littéralement le ‘pays d’en bas’, n’aient pas encore été établis avec certitude, il est néanmoins possible d’affirmer qu’il correspondait, au moins partiellement, à la Cappadoce méridionale actuelle.

5L’abondance des eaux et des matières premières dans la région, aussi bien que la position stratégique sur la route connectant le plateau anatolien à la Cilicie et, plus au-delà, à travers le Taurus, à la Syrie et à la Mésopotamie ont probablement représenté, au moins pendant certaines périodes, une cause d’attraction pour les installations humaines. Mais malgré cela, les âges du Bronze et du Fer dans la région restent encore peu connus du point de vue archéologique. C’est pour le but de contribuer à combler cette lacune qu’une équipe de recherche de l’Université de Pavie a décidé de mener, entre 2006 et 2009, une prospection archéologique dans la région.

  • 6 Voir les résultats préliminaires des campagnes archéologiques qui ont été publiés annuellement, à p (...)
  • 7 En plus des rapports préliminaires dans la revue Atheneum, voir d’Alfonso/Mora 2010 ; Mora 2012 ; M (...)

6La prospection a couvert une zone d’environ 800 km2 comprise entre les contreforts méridionaux des Melendiz Dağları et du Hasan Dağ et les limites nord-occidentales de la plaine de Bor-Ereğli, et a permis de reconnaître la présence de trente-sept sites archéologiques datant d’une période qui va de l’époque Chalcolithique au Moyen Âge6. En plus de répertorier les sites, les recherches visaient aussi à reconstruire le tracé des routes principales passant par la plaine de Tyane et à examiner les restes archéologiques plus significatifs de la région, en particulier ceux qui datent de l’âge du Bronze Récent et du Fer Ancien7. On était spécialement intéressé par les traces, archéologiques et épigraphiques, qui pouvaient témoigner d’une continuité entre l’époque hittite et post-hittite et donner des informations sur les modalités de la réorganisation du pouvoir politique après la crise qui avait suivi la chute de l’empire hittite au début du 12e siècle aC.

  • 8 Voir d’Alfonso 2010, 30-33.
  • 9 Voir d’Alfonso/Mora 2008, 828 et suiv.; d’Alfono 2010, 33-35 ; Gürel/Lermi 2010.
  • 10 Voir d’Alfonso 2010 ; d’Alfonso et al. 2011 ; Mora/d’Alfonso 2012.

7Parmi les résultats de ces prospections de surface, les plus intéressants sont à mettre en rapport avec la découverte d’un nombre assez important de sites archéologiques dans la région, normalement décrite comme inhabitée ou peu urbanisée8 ; celle d’un ancien bassin lacustre au cœur de la zone examinée, dont la présence a été établie sur base géologique, archéologique et historique (sources anciennes)9 ; et la détection d’un certain nombre d’indices en faveur de la continuité des installations humaines dans la région entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer, une caractéristique qui s’éloigne d’une partie des données provenant d’autre sites d’Anatolie centrale, où cette continuité semble manquer10.

8Nous voudrions nous arrêter sur ce dernier point et notamment sur ses implications pour la reconstruction historique.

2. Kınık Höyük et la Cappadoce méridionale entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer

  • 11 Voir, en détail, d’Alfonso 2010 ; Mora/d’Alfonso 2012, 387-396.
  • 12 Voir d’Alfonso 2010, 35-36 ; Basso 2010 ; d’Alfonso et al. 2011 ; Mora/d’Alfonso 2012.

9L’examen des variations observées dans la distribution des sites au cours des différentes phases historiques documentées, même en rapport avec les oscillations des bords de l’ancien lac identifié au cours de la prospection archéologique, semble démontrer que le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer a été caractérisé par une certaine continuité dans la zone étudiée11. De même, l’étude préliminaire de la céramique datant du Bronze Récent (période hittite) et du Fer (période post-hittite) récoltée au cours de la prospection montre bien, de son côté, un haut degré de continuité entre ces deux phases historiques en ce qui concerne les typologies, la technique de production (céramiques réalisées au tour) et la source d’approvisionnement de l’argile12.

  • 13 Voir les études de Genz 2003 et 2004; Matsumura 2008. Pour une analyse détaillée des résultats de c (...)
  • 14 Selon ces hypothèses, la capitale hittite aurait été progressivement abandonnée avant sa destructio (...)

10Les données relatives à la zone prospectée s’accordent avec les résultats issus de l’étude de l’horizon céramique d’Anatolie centrale aux débuts de l’âge du Fer. Selon ces analyses, une partie des régions contrôlées à l’âge du Bronze par l’empire hittite, et en particulier la région cappadocienne, témoignerait de l’existence, à l’âge du Fer Ancien, d’une certaine continuité avec l’époque précédente du point de vue de la culture matérielle13. Il semblerait alors que cette région ait été exposée à un processus de restructuration culturelle et sociale moins bouleversant que celui des régions plus septentrionales (par ex. la zone de Gordion ou celle de Boğazköy). De leur côté, les données provenant de Kınık Höyük et de la zone prospectée par l’Université de Pavie semblent étayer cette hypothèse et, comme nous l’avons déjà mentionné, offrent des éléments supplémentaires en faveur d’une continuité des traits culturels et socio- économiques dans la région entre le Bronze Récent et le Fer Ancien. Plus en général, ces données contribuent aussi à une révision du scénario politique qui suit la chute de l’empire hittite et permettent de supporter des hypothèses récentes qui modifient, au moins partiellement, l’image d’une destruction militaire soudaine et massive non seulement de la capitale, Hattusa, mais aussi du système régional hittite14.

11Mais il existe aussi d’autres éléments qui peuvent témoigner de cette continuité et qui acquièrent une importance considérable si on les met en rapport avec la question de la continuité culturelle, et notamment celle de la préservation de la tradition et de la culture hittites dans la même région et pour les mêmes périodes.

  • 15 Voir Aro 2003, pour une analyse des caractères de l’art et de l’architecture de la région au Ier mi (...)
  • 16 Voir Mora/d’Alfonso 2012, 394.
  • 17 Aro 2003, 317-318, reconnaît trois types différents d’iconographie du dieu de la Tempête dans la pé (...)
  • 18 L’exemple plus connu est représenté par le relief d’İvriz, mais nous pouvons aussi mentionner les s (...)

12La continuité de la culture matérielle s’accompagne aussi, en effet, par une continuité linguistique, manifestée par l’emploi de la langue louvite, scripturale, confirmée par l’utilisation des hiéroglyphes anatoliens dans les inscriptions monumentales de la région cappadocienne au Ier millénaire aC., artistique et religieuse15. En ce qui concerne ce dernier aspect, C. Mora et L. d’Alfonso ont récemment reconnu que l’importance accordée au dieu de la Tempête à l’âge du Fer pourrait être interprétée comme l’un des signes de la continuité avec la culture hittite du Bronze Récent dans les régions du Sud anatolien. L’importance de cette divinité est témoignée en particulier par les monuments du Tabal, et notamment ceux qui ont été réalisés par les rois de Tuwana au cours du 8e siècle aC16. Le dieu de la Tempête Tarhunzas est en effet l’un des sujets principaux des stèles et des reliefs des rois de Tuwana et, dans ce corpus, il présente une iconographie et des attributs spécifiques17. Ceux-ci consistent essentiellement dans l’association de la figure divine avec des grappes de raisin et des épis de blé, ces derniers tantôt tenus d’une main par le dieu, tantôt poussant du terrain à ses pieds18. Le dieu de la Tempête de Tuwana semble donc associé à l’idée de fertilité. À la base de ce motif il y a probablement la conception que, avec le tonnerre et la foudre (ses attributs typiques), le dieu de la Tempête est aussi porteur de pluie, qui a son tour est capable d’apporter la richesse du terrain et l’abondance des produits agricoles.

  • 19 Voir Hutter 2003, 224 (avec références).
  • 20 L’incipit de SULTANHAN est : “Je (suis) [Sarwatiwaras] fils [de X], le héros, serviteur de Wasusarm (...)
  • 21 Selon certaines hypothèses, dans cette région, le principal lieu de culte du dieu de la Tempête dev (...)

13Certains témoignages de ce topos se retrouvent déjà à l’époque hittite. Parmi d’autres attestations, M. Hutter mentionne l’invocation au dieu de la Tempête en association avec la prospérité de la vigne contenue dans le rituel KUB 43.23 (éd. : Haas 1988, 131-135) et le rapprochement entre la fertilité, le vin et le dieu de la Tempête présent dans le fragment de rituel KUB 35.1 (éd. : Starke 1985, 354)19. Dans la période successive, et notamment au Ier millénaire aC, dans le Centre-Sud de l’Anatolie Tarhunzas garde spécialement cet aspect de la personnalité divine du dieu de la Tempête lié directement à la fertilité, comme témoigné par les inscriptions de SULTANHAN et BOR20 et par le relief d’İVRİZ, qui était probablement associé à un lieu de culte de cette divinité21. En raison de ces considérations, l’importance du dieu de la Tempête Tarhunzas à l’époque néo-hittite pourrait être interprétée comme un indice, ou une conséquence, de la continuité de certains aspects du culte hittite du dieu de la Tempête dans la région louvite du Sud, et donc de la persistance de certains traits culturels à travers l’Âge obscur qui suit la fin de la domination hittite (12e-10e siècle aC).

  • 22 Sur les références au transfert de la capitale à Tarhuntassa, contenues dans l’Apologie de Hattusil (...)
  • 23 Cet attribut louvite dérive de la racine ‘piha’, luminosité, splendeur ; voir en détail Singer 2006 (...)
  • 24 Voir Singer 2006a.

14On connaît en effet très bien l’emphase donnée au culte du dieu de la Tempête aussi bien que le rôle joué par la région louvite, avec le transfert de la capitale à Tarhuntassa dans le Bas-Pays, à partir de l’époque de Muwatalli II, au 13e siècle aC22. L’importance accordée par ce souverain au dieu de la Tempête pihassassi (dont l’attribut, pihassassi, est d’origine louvite)23, le transfert des dieux et des morts de Hattusa à Tarhuntassa (CTH 81 §6) et la fondation d’une nouvelle capitale dans le Sud-Ouest anatolien ont été mis en relation, par I. Singer, non seulement avec la promotion d’une véritable réforme religieuse comparable à celle du pharaon Akhenaton en Égypte, mais aussi avec des raisons géopolitiques plus profondes, liées à un intérêt croissant de la part des derniers rois hittites pour les régions louvites du Sud et du Sud-Ouest anatoliens24. En effet, le déplacement de la capitale vers le Sud pouvait aussi répondre à la nécessité de rapprocher le cœur décisionnel de l’état au cœur géographique du vaste empire hittite.

  • 25 Voir Bryce 2005, 246-265 avec références bibliographiques.
  • 26 Voir Giorgieri/Mora 2010 pour une synthèse sur la question.
  • 27 Voir le cadre historique et politique de la phase finale de l’empire hittite en Hawkins 2002 ; Gior (...)
  • 28 Sur ce sujet voir, parmi d’autres études, Seeher 2009 ; Simon 2012. Voir aussi Bryce 2012, 17-31.

15Même si tout de suite après la mort de Muwattalli la capitale de l’empire est rétablie à Hattusa25, le Bas-Pays garde son importance stratégique fondamentale, spécialement en rapport avec le pays de Tarhuntassa où, après l’usurpation du trône du Hatti de la part de Hattusili III, règnent désormais les descendants de Muwattalli26. En plus, nous pourrions mentionner le fait que, à la fin du 13e siècle aC, après la série de bouleversements au sein de la monarchie que l’on connaît bien et la tripartition de facto de l’empire entre les rois de Hattusa, Karkemis et Tarhuntassa27, une partie des plus importantes inscriptions hiéroglyphiques des rois hittites a été rédigée juste aux bords du Bas-Pays. Cela trouverait, au moins en partie, une explication dans des raisons de nature idéologique, liées à la nécessité d’affirmer le pouvoir royal aux frontières du Pays28, mais semble aussi témoigner du rôle clé de cette région du Sud dans le cadre de la politique territoriale hittite et de la propagation de certains traits culturels hittites. Du reste, les éléments que l’on vient de mentionner ont probablement joué un rôle de premier plan dans le processus de réception de l’héritage culturel hittite de la part de ces régions méridionales entre le 12e et le 10e siècle aC.

  • 29 Pour le cadre historique, voir Giusfredi 2010, 35-63 ; Bryce 2012, 9-63. Sur la continuité dans l’e (...)
  • 30 Pour la discussion des problèmes chronologiques liés à ce corpus, voir Hawkins 1995b, 103 et suiv. (...)

16L’histoire de l’âge du Fer Ancien en Cappadoce méridionale pourrait par conséquent être interprétée comme le résultat de l’interaction politique, religieuse et culturelle, qui commence au début du 12e siècle aC, entre les élites locales et les représentants du pouvoir hittite présents dans la région, qui correspondait à un des districts administratifs qui composaient l’empire. Dans le vide politico-administratif qui caractérisa la fin de l’ère hittite, ces forces politiques et sociales auraient contribué, chacune de son côté, à la création d’un nouveau système, qui aurait préservé certains traits de l’époque précédente29. Mais la pénurie de documents datables avec certitude ne permet pas de tracer une histoire de la région pendant le passage du Bronze Récent au Fer. En effet, bien que la culture matérielle, la langue, l’écriture et les expressions artistiques et religieuses que l’on vient de mentionner montrent certains aspects de continuité avec la période précédente, il n’est pas possible d’établir les modalités suivies dans la transmission de cette tradition. Jusqu’à aujourd’hui, à l’exclusion du corpus de Hartapu dont la datation pose encore des problèmes30, aucun document datant de l’Âge obscur (12e-10e siècles aC) n’a été mis au jour en Anatolie centrale.

17Et quand les sources sont à nouveau disponibles, à partir du 9e siècle aC, malgré quelques éléments de continuité avec le passé, la situation des états néo- hittites a beaucoup changé par rapport au cadre géopolitique précédent. Pareillement, malgré la continuité linguistique et scripturale que nous avons mentionnée précédemment, un certain nombre de différences et nouveautés apparaît dans les textes.

  • 31 Pour BULGARMADEN, voir Hawkins 2000, 521 et suiv.; pour PORSUK, voir Hawkins 2000, 527 et suiv.

18Les auteurs des inscriptions longues en hiéroglyphes anatoliens ne sont plus seulement les rois, comme c’était à l’époque hittite, mais aussi des dignitaires, des hauts fonctionnaires ou des seigneurs locaux. Ainsi, l’inscription de BULGARMADEN nous informe de l’activité d’un gouverneur local appelé Tarhunazas et de la donation du Mont Muti, qu’il reçoit de son souverain Warpalawas, et l’inscription de PORSUK, qui faisait probablement partie d’une série de blocs de construction pareillement inscrits, contient une dédicace du commandant militaire Parhwiras31.

  • 32 Voir par ex, les inscriptions d’ANDAVAL (Hawkins 2000, 515) et BOR (Hawkins 2000, 520). Sur l’impor (...)

19Mais non seulement les auteurs changent, les sujets changent aussi. Les inscriptions monumentales ne relatent plus seulement l’activité militaire des rois et la grandeur des dieux, comme c’était le cas à l’époque hittite, mais sont souvent rédigées pour célébrer l’activité de construction des souverains, l’érection d’une stèle, la consécration d’un autel ou la bonne gestion des terrains agricoles, surtout en rapport avec la viticulture et l’élevage32.

  • 33 Sur certains aspects de la rhétorique du pouvoir à l’époque hittite, voir, par ex., Klock-Fontanill (...)

20Les aspects de la rhétorique du pouvoir que l’on vient de mentionner sont particulièrement intéressants. Ils nous permettent en effet de saisir la portée du changement par rapport à l’époque hittite, spécialement à l’égard d’aspects fondamentaux pour la compréhension des sociétés anciennes, c’est-à-dire l’image que le pouvoir politique voulait donner de soi-même, la perception du rôle de la royauté de la part des élites, et donc l’idéologie et le climat socio-culturel de l’époque. Étant donné que toute domination veut se légitimer, trouver une justification pour sa propre existence, et qu’elle le fait en recourant à des notions capables de passer pour universelles33, les motifs nouveaux qui émergent dans l’art monumental et les inscriptions néo-hittites peuvent nous dire quelque chose du rapport existant entre le pouvoir et son territoire, et le pouvoir et la société.

21Ce que l’on vient d’observer à propos des textes néo-hittites n’implique pourtant pas que, sous plusieurs aspects, ils ne s’inscrivent pas dans la continuité de la tradition hittite précédente.

  • 34 Voir, par ex., les observations chez Mora 1999 ; Cancik 2002 ; Balza/Mora 2011, avec références bib (...)

22Au contraire, il est possible de reconnaître un certain nombre d’analogies entre le formulaire des inscriptions monumentales néo-hittites d’un côté et les textes historiographiques cunéiformes et les inscriptions hiéroglyphique de la fin du 13e siècle aC de l’autre34. En particulier, certains traits de la documentation cunéiforme de la fin de l’empire semblent anticiper certains caractères des inscriptions de la période néo-hittite.

  • 35 Voir Hawkins 2000, 451-461.
  • 36 Cancik 2002, 80.

23À propos de l’inscription de TOPADA qui relate une série d’événements politico-militaires en rapport avec le roi du Tabal Wasusarma35, H. Cancik propose même que “der Schreiber muß also archaische Texte Gekannt haben” et il se demande quelles pouvaient être les sources, pour ce qui était des formules et du contenu, utilisées par l’auteur de cette inscription36. À l’état actuel de nos connaissances, il paraît assez probable que le rôle de trait d’union entre la documentation hittite cunéiforme et les textes néo-hittites ait été joué par les inscriptions monumentales des derniers rois hittites, qui étaient certainement encore visibles après la chute de Hattusa et l’abandon de ses archives. Du reste,

  • 37 Simon 2011, 231 (voir aussi Simon 2011, 230, à propos de la continuité de la formation/tradition sc (...)

“die spätbronzezeitlichen monumentalen hieroglyphen-luwischen Herrscherinschriften (…) sind in der hethitischen Historiographie fest verankert (…) und könnten die Vermittlerrolle für die späthethitischen Staaten gespielt haben”37.

24Sur la base de ces dernières considérations, la question centrale concernant la phase de passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en Anatolie et en Syrie du Nord ne réside pas seulement dans le fait d’établir s’il y a continuité culturelle entre les deux phases historiques, mais dans le fait de comprendre si la tradition, ou bien la mémoire, de l’empire hittite était ressentie comme part du domaine de la mémoire collective des états néo-hittites et si elle participait à la construction d’une identité collective. En d’autres mots, il faudrait se demander jusqu’à quel point, et par quels moyens, le souvenir du passé hittite avait été préservé et quand la transmission ou l’introduction d’apports nouveaux, issus des changements sociaux et de l’étrécissement de l’horizon politique des rois néo-hittites, commença à déterminer un certain nombre de transformations.

25Les recherches archéologiques dans la région cappadocienne pourraient fort probablement permettre d’obtenir plus d’informations sur cette importante phase historique et sur les problématiques que l’on vient d’évoquer.

26En rapport avec cette question, au cours des prospections de surface de l’Université de Pavie, un site en particulier, Kınık Höyük, avec une superficie d’environ 20 ha comprenant une acropole, une ‘terrasse’ et une ville basse, a été reconnu comme le plus intéressant de la région pour ces périodes.

3. Les deux premières campagnes de fouille à Kınık Höyük (2011-2012)

27Le site de Kınık Höyük (fig. 1) est constitué par un höyük d’environ 20 m de haut, avec un diamètre d’environ 180 m, qui émerge d’une terrasse de 300 m de large et de forme grossièrement carrée. En outre, bien que le monticule et la terrasse constituent le véritable cœur du site, les restes céramiques recueillis dans les terrains entourant la terrasse prouvent l’existence d’une ‘ville basse’ de dimensions considérables, qui donne au site l’ampleur globale de 24 ha.

Fig. 1 : Le site de Kınık Höyük

Fig. 1 : Le site de Kınık Höyük

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

  • 38 Voir en détail d’Alfonso 2010 ; d’Alfonso/Mora 2011 ; d’Alfonso et al. 2011 ; Mora/d’Alfonso 2012.

28Les analyses préliminaires effectuées sur les matériaux provenant du site et recueillis au cours de la prospection archéologique montrent bien que le site a été occupé de l’époque du Bronze Ancien jusqu’au Moyen Âge. Toutefois, si l’on considère le nombre et la distribution des tessons céramiques, on peut affirmer que la phase principale d’occupation correspond à la période qui va de l’âge du Bronze Récent à l’âge du Fer, la période qui nous intéresse le plus38.

  • 39 Pour le cadre historique et les références bibliographiques, voir Hawkins 2000, 425 et suiv. ; Bryc (...)
  • 40 De leur côté, les analyses préliminaires de la céramique provenant du site, et notamment l’étude de (...)

29La datation à l’âge du Fer d’une partie des restes céramiques provenant des prospections de surface à Kınık Höyük est particulièrement intéressante. Cette période correspond en effet non seulement à l’époque où les principaux restes monumentaux de la région (reliefs et stèles) auraient été bâtis, mais aussi à l’époque de floraison du règne de Tuwana. Ceci, à la période post-hittite, et spécialement au cours du 8e siècle aC, était un centre de premier plan dans la région39. En raison de ces considérations, on pourrait supposer que si les dimensions actuelles du site de Kınık Höyük correspondent aux dimensions de la ville au Ier millénaire aC, alors le site représenterait probablement l’un de centres principaux du règne de Tuwana40. Les niveaux précédents, quant à eux, pourraient cacher les témoignages de la présence hittite sur le site.

  • 41 Voir, plus en détail, le rapport préliminaire de la mission (d’Alfonso/Mora 2011).

30De pair avec l’étude de la céramique récoltée au cours de la prospection, les résultats des analyses géomagnétiques et du Ground Penetreting Radar (GPR) effectuées sur le site au cours de la mission 2010 ont été très encourageants. Les anomalies détectées sur la pente du site semblaient tracer le pourtour d’une structure en pierre de forme elliptique entourant le flanc du höyük, tandis que d’autres anomalies semblaient suggérer la présence de bâtiments sur son sommet41.

31Sous la poussée des résultats de ces analyses préliminaires, en 2011, avec l’autorisation des autorités de la République de Turquie, des opérations de fouille ont commencé sur le site.

  • 42 Pour les résultats de la première campagne de fouille, voir d’Alfonso/Mora 2012 ; Matessi et al. so (...)

32Le projet de fouille a été planifié comme un projet décennal et représente le résultat d’une coopération entre l’Université de Pavie et l’Institute for the Study of the Ancient World (ISAW) de l’Université de New York. D’autres collaborations ont été aussi établies avec les universités de Niğde et Erzurum, la mission archéologique à Tyana/ Kemerhisar de l’Université de Padoue et la mission en Cappadoce de l’Université della Tuscia de Viterbe. Jusqu’à présent, trois chantiers de fouille ont été ouverts à Kınık Höyük : deux, les chantiers A et C, visent à examiner les fortifications de la ‘citadelle’ sur les pentes nord et sud-ouest du höyük, tandis que le troisième, le chantier B, a été ouvert sur le sommet du tertre là où les analyses géomagnétiques suggéraient la présence de structures architecturales42 (fig. 2).

Fig. 2 : Les chantiers de fouille (2011-2012)

Fig. 2 : Les chantiers de fouille (2011-2012)

Chantier B

33Plusieurs phases d’occupation ont été mises au jour dans le chantier B. Elles ont été datées au Moyen Âge (époque seldjoukide) et à la période hellénistique, tandis qu’aucun niveau d’occupation des périodes romaine et byzantine n’a été mis au jour. Cette donnée va de pair avec les résultats issus de la prospection qui a restitué très peu de tessons remontant à ces époques.

34Si l’on considère la situation archéologique du chantier B telle qu’elle apparaît après les deux premières campagnes de fouille, les témoignages de l’occupation de l’époque médiévale apparaissent pourtant assez limités. Les occupants du site semblent s’être limités à modifier et réutiliser des structures préexistantes, datant de l’époque hellénistique. Aucune structure de nature publique n’a été mise au jour. Au contraire, un certain nombre d’éléments donne la preuve du fait que l’on a affaire avec un contexte rural, caractérisé par de petites maisons associées à des abris pour le bétail, des pithoi (probablement employés pour stocker la récolte ou la conservation de l’eau) et des fosses à déchets peu profondes (fig. 3 et 4).

Fig. 3 : Chantier B, niveau médiéval

Fig. 3 : Chantier B, niveau médiéval

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

Fig. 4 : Chantier B, niveau médiéval, pithos

Fig. 4 : Chantier B, niveau médiéval, pithos

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

  • 43 La céramique provenant des niveaux hellénistiques comprend soit des pièces à vernis rouge et noir s (...)

35En ce qui concerne les niveaux hellénistiques, même si les restes architecturaux semblent également appartenir à un contexte domestique, la présence humaine paraît être plus articulée. Si dans la partie sud du chantier un mur en pierre d’environ 1,5 m d’épaisseur et de 10 m de longueur, qui laisse penser à un bâtiment publique, a été mis au jour (fig. 5), les restes architecturaux dégagés dans le secteur nord du chantier sont constitués par deux larges pièces rectangulaires associées à des sols en argile. Ces deux pièces pourraient appartenir à un bâtiment qui semble se prolonger vers le Nord, au- delà de la limite de la zone fouillée. Cette partie sera dégagée au cours de la prochaine campagne43.

Fig. 5 : Chantier B, mur de l’époque hellénistique

Fig. 5 : Chantier B, mur de l’époque hellénistique

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

36Les recherches menées sur le versant du höyük, dans les chantiers A et C, ont permis d’atteindre les niveaux de l’âge du Fer. En particulier, la campagne de fouille 2012 a permis d’obtenir d’importantes données stratigraphiques concernant les niveaux d’occupation postérieurs à la dernière phase d’emploi du mur monumental mis au jour dans les deux chantiers. L’analyse de ces données permet de dater la dernière période d’emploi du mur au Fer Moyen, c’est-à-dire à la période de floraison du royaume de Tuwana.

Chantier A

37Le chantier A a été ouvert sur le versant septentrional du höyük. Les fouilles extensives effectuées dans ce chantier ont permis non seulement de mettre au jour les restes d’un mur monumental en pierre entourant le sommet du site (une ‘citadelle’ ?), mais aussi de dégager quatre différents niveaux d’occupation datant de l’âge du Fer Récent.

38Le niveau 2, en dessous de la surface du höyük, datant de l’époque hellénistique, est caractérisé par un espace ‘artisanal’ associé à des fosses et des fours, en dessous duquel une couche dépourvue de matériaux archéologiques semble indiquer un hiatus dans l’occupation du site. Le niveau 3 est représenté par une série de sols en argile contenant des restes architecturaux très pauvres associés probablement à des poteaux en bois, comme le fait penser la présence de trous dans le sol (fig. 6). Le dernier de ces sols était associé à de la céramique peinte. Parmi ce matériel, ont été retrouvés des tessons décorés d’un motif en losange associé à un motif floral (fig. 7). Le motif et le style de ce décor pourraient suggérer une relation avec la production orientalisante de la céramique grecque de la fin du 7e ou du début du 6e siècle aC. La cruche à laquelle ces tessons appartiennent pourrait donc représenter une pièce importée, bien que, par manque d’analyses plus approfondies, ceci doive rester pour le moment une simple hypothèse.

Fig. 6 : Chantier A, niveau 3, sol

Fig. 6 : Chantier A, niveau 3, sol

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

Fig. 7 : Chantier A, restes de céramique peinte

Fig. 7 : Chantier A, restes de céramique peinte

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

39Les niveaux 4 et 5 ont restitué des céramiques comparables à celles qui ont été retrouvées aux niveaux 2 et 3 et doivent fort probablement être datés aussi du 7e siècle av. J.-C. Ici, la répartition et l’utilisation de l’espace change significativement par rapport aux niveaux précédents.

40Dans le cas du niveau 4, on a probablement affaire à un bâtiment privé. Ici, deux pièces ont été dégagées, même si le sol a été atteint seulement dans l’une des deux. Dans cette pièce, deux sols ont été dégagés, l’un à côté de l’autre, le premier en pierre et l’autre en argile. Les murs sont constitués par un socle en pierre avec une superstructure en briques. On a aussi retrouvé des traces du plâtre qui couvrait le mur et d’une peinture rouge, qui avait peut-être été employée pour décorer la pièce (fig. 8). Même si la technique de construction employée dans le niveau 5 est la même, aucune trace de plâtre ni de peinture n’y a été mise au jour.

Fig. 8 : Chantier A, niveau 4

Fig. 8 : Chantier A, niveau 4

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

  • 44 Voir plus en détail d’Alfonso/Mora sous presse.

41Également, la fonction des restes architecturaux de ce niveau semble différente par rapport au niveau 4. La présence des pithoi, dont deux ont été retrouvés dans le sol en argile à côté du sol pavé de pierres, semble suggérer qu’il s’agit là d’un espace de stockage en relation avec une structure d’habitation44.

42Comme nous l’avons mentionné précédemment, le chantier A a aussi permis d’examiner de plus près le mur monumental qui avait été mis en évidence par les analyses géomagnétiques. Le mur se trouve dans le niveau recouvert par le niveau 5.

43Ce mur en pierre, qui mesure environ 4 m d’épaisseur, a été construit avec la technique du Schalenmauer. Cette technique prévoit que les deux faces du mur soient constituées par de gros bruts (30-35 cm), tandis que son cœur est fait de pierres plus petites. Un sondage (largeur : 2 m) a été ouvert à l’extérieur contre le mur. Même si les fondations du mur n’y ont pas été atteintes, ce sondage a révélé que, au moins dans ce secteur du site, le mur atteignait une hauteur d’environ 5 m. Il porte encore les traces de l’enduit qui le recouvrait (fig. 9). Deux phases de construction y ont été identifiées et, bien que leur datation exacte reste à clarifier, la plus ancienne (SU 13) est caractérisée par la présence d’éléments en bois et de pierres plus grandes.

Fig. 9 : Chantier A, le mur monumental de la ‘citadelle’

Fig. 9 : Chantier A, le mur monumental de la ‘citadelle’

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

Chantier C

44Le mur de la ‘citadelle’ a été aussi dégagé dans le flanc sud-ouest du höyük, dans le chantier C, qui comporte quatre sondages de 2 x 10 m, ouverts à 6 m de distance l’un de l’autre. Dans la partie centrale de chacun de ces sondages, ont été mis au jour les restes du mur monumental (fig. 10). Étant donné que quelques pierres étaient encore visibles à la surface, le sommet du mur a pu être atteint à quelques centimètres de profondeur. Ici aussi, le mur présente une épaisseur d’environ 4 m et il est assez bien conservé si l’on considère les conditions climatiques de la région et la raideur de la pente sur laquelle le mur a été bâti.

Fig. 10 : Chantier C, le mur monumental de la ‘citadelle’

Fig. 10 : Chantier C, le mur monumental de la ‘citadelle’

Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique

45Les restes céramiques retrouvés sur le site hors contexte primaire aux cours des saisons 2011-2012 peuvent être datés de l’âge du Fer, du Bronze Récent et Ancien et de la période Chalcolithique. Cette donnée confirme non seulement les résultats obtenus au cours de la prospection archéologique, mais représente un point de départ fondamental pour les prochaines campagnes de fouille à Kınık Höyük.

Bibliographie

Aro, S., “Art and Architecture”, in H.C. Melchert (éd.), The Luwians, Leyde/Boston, 2003, 281-337.

Balatti, S. / Balza, M.E., “Kınık Höyük and Southern Cappadocia (Turkey): Geo-Archaeological Activities, Landscapes, and Social Space”, in R. Hofmann / F.-K. Moetz / J. Müller (éds.), Tells: Social and Environmental Space, Bonn, 2012, 93-104.

Balza, M.E. / Mora, C., “‘And I built this Everlasting Peak for him’. The two scribal traditions of the Hittites and the NA4hekur SAG.UŠ”, AoF 38/2 (2011) [2012], 213-225.

Basso, E., “The Pottery of Southern Cappadocia: Preliminary Petrographic Analyses of Sherds from Northern Tyanis”, in L. d’Alfonso / M.E. Balza / C. Mora (éds.), Geo-Archaeological Activities in Southern Cappadocia – Turkey, Pavie, 2010, 71-82.

Bunnens, G., A New Luwian Stele and the Cult of the Storm- God at Til Barsib – Masuwari, Louvain/Paris/Dudley (MA), 2006.

Bryce, T., “History”, in H.C. Melchert (éd.), The Luwians, Leyde/Boston, 2003, 27-127.

Bryce, T., The Kingdom of the Hittites, Oxford, 2005.

Bryce, T., The World of the Neo-Hittite Kingdoms: A Political and Military History, Oxford, 2012.

Cancik, H., “Die luwische Historiographie. Geschichtsschreibung vor den Griechen II.”, in Die Hethiter und ihr Reich. Das Volk der 1000 Götter. Katalog der Ausstellung, Bonn 18. Januar – 28. April 2002, Stuttgart, 2002, 78-81.

d’Alfonso, L., “Geo-Archaeological Survey in Northern Tyanitis and the Ancient History of Southern Cappadocia”, in L. d’Alfonso / M.E. Balza / C. Mora (éds.), Geo- Archaeological Activities in Southern Cappadocia – Turkey, Pavie, 2010, 27-52.

d’Alfonso, L., “Tabal, an ‘out-group’ definition in the First Millennium BC”, in G.B. Lanfranchi / D. Morandi Bonacossi / C. Pappi / S. Ponchia (éds.), Leggo! Studies Presented to Prof. Frederick Mario Fales on the Occasion of his 65th Birthday, Wiesbaden, 2012, 173-194.

d’Alfonso, L. / Balza, M.E. / Mora, C. (éds.), Geo- Archaeological Activities in Southern Cappadocia – Turkey, Pavie, 2010.

d’Alfonso, L. / Mora, C. / Tomassini Pieri, B., “Il passaggio dall’età del Bronzo all’età del Ferro in Cappadocia meridionale”, in S. Mazzoni / F. Pecchioli Daddi / G. Torri / A. d’Agostino (éds.), Ricerche italiane in Anatolia. Risultati delle attività sul campo per le età del Bronzo e del Ferro, Rome, 2011, 70-93.

d’Alfonso, L. / Mora, C., “‘Viaggi anatolici’ dell’Università di Pavia. Rapporto preliminare della seconda campagna di ricognizione archeologica nella Tyanide settentrionale”, Athenaeum 96, 2008, 825-841.

d’Alfonso, L. / Mora, C., “Archaeological Survey in Northern Tyanitis”, in P. Matthiae et alii (éds.), 6th International Congress of the Archaeology of the Ancient Near East, vol. 2, Rome, 2010, 121-137.

d’Alfonso, L. / Mora, C., “Missione archeologica in Cappadocia meridionale 2010”, Athenaeum 99, 2011, 549-564.

d’Alfonso, L. / Mora, C., “Il progetto ‘Kınık-Höyük’. Missione archeologica e ricerche storiche in Cappadocia meridionale (Turchia)”, Athenaeum 100, 2012, 529-540.

d’Alfonso, L. / Mora, C., “Missione archeologica a Kınık Höyük. Uno sguardo d’insieme a conclusione della seconda campagna di scavo (2012)”, Athenaeum 101, 2013, 693-708.

Del Monte, G.F., Die Orts- und Gewässernamen der hethitischen Texte. Supplement (RGTC 6.2), Wiesbaden, 1992.

Del Monte, G.F. / Tischler, J., Die Orts- und Gewässernamen der hethitischen Texte (RGTC 6), Wiesbaden, 1978.

De Martino, S., “Symbols of Power in the Late Hittite Kingdom”, in Y. Cohen / A. Gilan / J. Miller (éd.s), Pax Hethitica. Studies on the Hittites and Their Neighbours in Honour of I. Singer, Wiesbaden, 2010, 87-98.

Forlanini, M. / Marazzi, M., Anatolia: l’impero ittita (Atlante storico del Vicino Oriente antico 4.3), Rome, 1986.

Genz, H., “The Early Iron Age in Central Anatolia”, in B. Fischer / H. Genz / É. Jean / K. Köroğlu (éds.), Identifying Changes: The Transition from the Bronze to Iron Ages in Anatolia an its Neighbouring Regions, Istanbul, 2005, 179-191.

Genz H., Büyükkaya I. Die Keramik der Eisenzeit (Boğazköy- Hattuša XXI), Mayence, 2003.

Giorgieri, M. / Mora, C., “Kingship in Hatti During the 13th Century BC. The Forms of Ruling and the Struggles for Power before the Fall of the Empire”, in Y. Cohen / A. Gilan / J. Miller (éds.), Pax Hethitica. Studies on the Hittites and Their Neighbours in Honour of I. Singer, Wiesbaden, 2010, 136-157.

Giusfredi F., Sources for a Socio-Economic History of the Neo-Hittite States, Heidelberg, 2010.

Gürel, A. / Lermi, A., “Pleistocene-Holocene Fills of the Bor-Ereğli Plain (Central Anatolia): Recent Geo- Archaeological Contributions”, in L. d’Alfonso / M.E. Balza / C. Mora (éds.), Geo-Archaeological Activities in Southern Cappadocia – Turkey, Pavie, 2010, 55-68.

Haas, V., “Magie in hethitischen Gärten”, in E. Neu / C. Rüster (éds.), Documentum Asiae minoris antiquae. Festschrift für Heinrich Otten zum 75. Geburtstag, Wiesbaden, 1988, 121-142.

Hawkins, J.D., “The Historical Geography of South-Central Anatolia”, in H.D. Baker et alii, “Kilise Tepe”, AnSt 54, 1995, 139-191.

Hawkins, J.D., The Hieroglyphic Inscription of the Sacred Pool Complex at Hattusa (SÜDBURG), Wiesbaden, 1995.

Hawkins, J.D., Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscriptions. Volume I: Inscriptions of the Iron Age, Berlin/New York, 2000.

Hawkins, J.D., “Anatolia: The End of the Hittite Empire and After”, in E.A. Braun-Holzinger / H. Matthäus (éds.), Die nahöstlichen Kulturen und Griechenland an der Wende vom 2. zum 1. Jahrtausend v. Chr. Kontinuität und Wandel von Strukturen und Mechanismen kultureller Interaktion. Kolloquium des Sonderforschungsbereiches 295 “Kulturelle und sprachliche Kontakte” der Johannes Gutenberg-Universität Mainz, 11.-12. Dezember 1998, Möhnesee, 2002, 144-151.

Heinhold-Krahmer, S., Arzawa, Heildelberg, 1977.

Hutter, M., “Aspects of Luwian Religion”, in H.C. Melchert (éd.), The Luwians, Leyde/Boston, 2003, 211-280.

Jasink, A.M., “Titolature ufficiali in età neo-hittita”, SMEA 40, 1998, 87-104.

Klock-Fontanille, I., “Écritures et langage visuels sur les sceaux royaux digraphiques de l’empire hittite : quelques propositions pour une rhétorique de l’écriture”, in G. Wilhelm (éd.), Akten des IV. Kongresses für Hethitologie, Würzburg, 4.–8. Oktober 1999, Wiesbaden, 2001, 292-307.

Matessi, A. / Capardoni, M. / Lanaro, A., “Excavations at Kınık-Höyük: A Preliminary Report on the First Campaign (Aug.-Oct. 2011)”, in Proceedings of the 8th ICAANE (Warsaw, April 30 – May 4, 2012), sous presse.

Matsumura, K., “The Early Iron Age Kaman-Kale Höyük: The Search for its Roots”, in D. Bonatz / R.M. Czichon / F.J. Kreppner (éds.), Fundstellen. Gesammelte Schriften zur Archäologie und Geschichte Altvorderasiens ad honorem Hartmut Kühne, Wiesbaden, 2008, 41-50.

Mora, C., “Una nuova scrittura per la storia. Iscrizioni e monumenti nell’ultimo periodo dell’impero ittita”, in E. Gabba (éd.), Presentazione e scrittura della storia : storiografia, epigrafi, monumenti, Atti del Convegno di Pontignano (aprile 1996), Côme, 1999, 23-41.

Mora, C., “Studies on Ancient Anatolia at Pavia University, and the Hittite Lower Land”, in L. d’Alfonso / M.E. Balza / C. Mora (éds.), Geo-Archaeological Activities in Southern Cappadocia – Turkey, Pavie, 2010, 13-25.

Mora, C., “Nel ‘Paese Basso’ ittita e nella regione di Tabal. Ricerche archeologiche, storiche, epigrafiche”, Pasiphae VI, 2012, 195-205.

Mora, C. / Balatti, S., “Stelae from Tuwana”, in G.B. Lanfranchi / D. Morandi Bonacossi / C. Pappi / S. Ponchia (éds.), Leggo ! Studies Presented to Prof. Frederick Mario Fales on the Occasion of his 65th Birthday, Wiesbaden, 2012, 527-538.

Mora, C. / d’Alfonso, L., “Anatolia After the End of the Hittite Empire. New Evidence from Southern Cappadocia”, Origini XXXIV, 2012, 385-398.

Otten, H., Die Apologie Hattusilis III., Wiesbaden, 1981.

Seeher, J., “Die Zerstörung der Stadt Hattuša”, in G. Wilhelm (éd.), .), Akten des IV. Internationalen Kongresses für Hethitologie, Würzburg 4.-8. Oktober 1999, Wiesbaden, 2001, 623-634.

Seeher, J., “Der Landschaft sein Siegel aufdrüken – hethitische Felsbielder und Hieroglyphenschriften als Ausdruck der herrscherlichen Macht- und Territorialanspruchs”, AoF 36/1, 2009, 119-139.

Simon, Z., “Hethitische Topoi in der hieroglyphen- luwischen Historiographie. Bemerkungen zur Frage der Kontinuität”, in M. Hutter / S. Hutter-Braunsar (éds.), Hethitische Literatur. Überlieferungsprozesse, Textstrukturen, Ausdrucksformen und Nachwirken, Münster, 2011, 228-243.

Simon, Z., “Hethitische Felsreliefs als Repräsentation der Macht : Einige ikonographische Bemerkungen”, in G. Wilhelm (éd.), Organization, Representation and Symbols of Power in the Ancien Near East. Proceedings of the 54th Rencontre Assyriologique Internationale at Würzburg, 20-25 July 2008, Winona Lake (IN), 2012, 687-697.

Singer, I, “Great Kings of Tarhuntašša”, SMEA 38, 1996, 63-71.

Singer, I., “The Failed Reform of Akhenaten and Muwatalli”, BMSAES 6, 2006, 37-58.

Singer, I., “Pihassassi”, RlA 10/7-8, 2006, 559-561.

Starke, F., Die keilschrift-luwischen Texte in Umschrift, Wiesbaden, 1985.

Starke, F., “Zur urkundlichen Charakterisierung neuassyrischer Treueide anhand einschlägiger hethitischer Texte des 13. Jh.”, ZABR 1, 1995, 70-82.

Sürenhagen, D., “Hartapus – Ein Sohn Mursilis II. ?”, in A. Archi / R. Francia (éds.), Atti del VI Congresso Internazionale di Ittitologia, Roma, 5-9 settembre 2005, Parte II ( = SMEA 50 [2008]), Rome, 2008, 729-738.

Tomassini Pieri, B., Gli insediamenti e le vie di comunicazione nel Paese Basso con particolare attenzione alla regione di Tuwanuwa e alla via attraverso le Porte Cilicie, Thèse de Doctorat inédite, Pavie, 2012.

Wäfler, M., “Zur Status und Lage von Tabal”, Or 52, 1983, 181-193.

Yener, K.A., The Domestication of Metals. The Rise of Complex Metal Industries in Anatolia, Leyde/Boston/ Cologne 2000.

Notes

1 Pour un bilan des résultats de ces recherches préliminaires, voir d’Alfonso 2010 ; Mora/d’Alfonso 2012, 391-396.

2 Pour ces recherches, voir le volume d’Alfonso et al. 2010. Voir aussi d’Alfonso/Mora 2010 ; Balatti/Balza 2012 ; d’Alfonso 2012 ; Mora/ Balatti 2012.

3 Voir Wäfler 1983 ; Hawkins 2000, 425 et suiv., avec références bibliographiques ; Bryce 2003, 97-100 ; d’Alfonso 2012.

4 Pour les attestations du Bas-Pays hittite, voir Heinhold-Krahmer 1977, 363 et suiv. ; del Monte/Tischler 1978, 455 ; del Monte 1992, 179 ; Mora 2010.

5 Voir Hawkins 1995a ; Mora 2010, avec références bibliographiques. Voir aussi, pour les villes anciennes situées dans cette région, Forlanini/Marazzi 1986, et pour l’importance des matières premières, Yener 2000.

6 Voir les résultats préliminaires des campagnes archéologiques qui ont été publiés annuellement, à partir de 2007, dans la revue Athenaeum.

7 En plus des rapports préliminaires dans la revue Atheneum, voir d’Alfonso/Mora 2010 ; Mora 2012 ; Mora/d’Alfonso 2012 ; Tomassini Pieri 2012.

8 Voir d’Alfonso 2010, 30-33.

9 Voir d’Alfonso/Mora 2008, 828 et suiv.; d’Alfono 2010, 33-35 ; Gürel/Lermi 2010.

10 Voir d’Alfonso 2010 ; d’Alfonso et al. 2011 ; Mora/d’Alfonso 2012.

11 Voir, en détail, d’Alfonso 2010 ; Mora/d’Alfonso 2012, 387-396.

12 Voir d’Alfonso 2010, 35-36 ; Basso 2010 ; d’Alfonso et al. 2011 ; Mora/d’Alfonso 2012.

13 Voir les études de Genz 2003 et 2004; Matsumura 2008. Pour une analyse détaillée des résultats de ces recherches en rapport avec la question de la continuité socio-culturelle dans la région cappadocienne après la fin de l’empire hittite et pour les résultats de la prospection de l’Université de Pavie, voir d’Alfonso et al. 2011 ; Mora/d’Alfonso 2012.

14 Selon ces hypothèses, la capitale hittite aurait été progressivement abandonnée avant sa destruction définitive (début du 12e siècle aC.) par la cour royale, les élites politiques et une partie des habitants. On ne peut pourtant pas exclure que l’abandon de la ville ait été conçu comme une solution provisoire, motivée par la situation contingente, et que le roi hittite comptait rentrer dans sa capitale une fois la situation stabilisée. Sur ces aspects de la reconstruction historique, voir Seeher 2001; Bryce 2005, 345-347; Bryce 2012, 9-13, avec références bibliographiques.

15 Voir Aro 2003, pour une analyse des caractères de l’art et de l’architecture de la région au Ier millénaire av. J.-C. ; Hutter 2003, pour une analyse des expressions religieuses.

16 Voir Mora/d’Alfonso 2012, 394.

17 Aro 2003, 317-318, reconnaît trois types différents d’iconographie du dieu de la Tempête dans la période neo-Hittite. Le groupe le plus commun (premier groupe) présente le dieu Tarhunzas débout, tourné vers la droite et habillé avec un court kilt. Il porte une épée à la ceinture, tient dans sa main droite soulevée une hache ou un marteau et dans sa main gauche la foudre, symbole du dieu de la Tempête. Le deuxième groupe montre Tarhunzas débout sur son animal attribut, le taureau (l’iconographie de ce groupe montre la présence d’influences stylistiques assyriennes ; par ex., le dieu porte parfois une longue robe à franges comme dans l’iconographie divine assyrienne). Enfin, le troisième groupe est représenté par les monuments du Tabal. Sur l’iconographie du dieu de la Tempête, voir aussi Bunnens 2006, 55 et suiv.

18 L’exemple plus connu est représenté par le relief d’İvriz, mais nous pouvons aussi mentionner les stèles de Niğde, Keşlik ou Aksaray (voir Aro 2003, 319-320 avec références). Des références au dieu de la Tempête sont aussi contenues dans les inscriptions de Bor et Sultanhan.

19 Voir Hutter 2003, 224 (avec références).

20 L’incipit de SULTANHAN est : “Je (suis) [Sarwatiwaras] fils [de X], le héros, serviteur de Wasusarma. J’ai installé ce Tarhunzas de la Vigne (en disant) (…)” (voir Hawkins 2000, 465) ; celui de BOR est : “(…) J’ai planté cette vigne et [j’ai installé] ce Tarhunzas de la Vigne” (voir Hawkins 2000, 520). Selon Hutter (2003, 224) : “We therefore may conclude that according to climatic conditions the Luwian Storm-god had close ties to vineyards, as they were especially coltivated within that area of Anatolia where Luwians settled”.

21 Selon certaines hypothèses, dans cette région, le principal lieu de culte du dieu de la Tempête devrait être identifié avec l’installation montagneuse de Göllüdağ, dans la province de Niğde (voir Hutter 2003, 224, pour les références complètes).

22 Sur les références au transfert de la capitale à Tarhuntassa, contenues dans l’Apologie de Hattusili III, voir CTH 81 I 75 et suiv., II 52 et suiv. (éd. : Otten 1981) ; sur le lien entre le roi Muwattalli II et le dieu de la Tempête, voir Singer 2006a.

23 Cet attribut louvite dérive de la racine ‘piha’, luminosité, splendeur ; voir en détail Singer 2006b.

24 Voir Singer 2006a.

25 Voir Bryce 2005, 246-265 avec références bibliographiques.

26 Voir Giorgieri/Mora 2010 pour une synthèse sur la question.

27 Voir le cadre historique et politique de la phase finale de l’empire hittite en Hawkins 2002 ; Giorgieri/Mora 2010.

28 Sur ce sujet voir, parmi d’autres études, Seeher 2009 ; Simon 2012. Voir aussi Bryce 2012, 17-31.

29 Pour le cadre historique, voir Giusfredi 2010, 35-63 ; Bryce 2012, 9-63. Sur la continuité dans l’emploi de certains titres entre l’époque hittite et celle post-hittite, voir Jasink 1998 ; Giusfredi 2010, 117 et suiv.

30 Pour la discussion des problèmes chronologiques liés à ce corpus, voir Hawkins 1995b, 103 et suiv. ; Singer 1996 ; Hawkins 2000, 433 et suiv. ; Sürenhagen 2008 ; Giorgieri/Mora 2010.

31 Pour BULGARMADEN, voir Hawkins 2000, 521 et suiv.; pour PORSUK, voir Hawkins 2000, 527 et suiv.

32 Voir par ex, les inscriptions d’ANDAVAL (Hawkins 2000, 515) et BOR (Hawkins 2000, 520). Sur l’importance des données contenues dans les inscriptions pour la reconstruction de l’interaction homme-environnement à l’époque des rois de Tuwana, voir Balatti/Balza 2012.

33 Sur certains aspects de la rhétorique du pouvoir à l’époque hittite, voir, par ex., Klock-Fontanille 2001 ; Seeher 2009 ; De Martino 2010 ; Simon 2012.

34 Voir, par ex., les observations chez Mora 1999 ; Cancik 2002 ; Balza/Mora 2011, avec références bibliographiques. Pour la relation entre les inscriptions néo-hittites, hittites et la documentation assyrienne, voir Starke 1995, 71 n. 4.

35 Voir Hawkins 2000, 451-461.

36 Cancik 2002, 80.

37 Simon 2011, 231 (voir aussi Simon 2011, 230, à propos de la continuité de la formation/tradition scribale hittite à l’époque post-hittite).

38 Voir en détail d’Alfonso 2010 ; d’Alfonso/Mora 2011 ; d’Alfonso et al. 2011 ; Mora/d’Alfonso 2012.

39 Pour le cadre historique et les références bibliographiques, voir Hawkins 2000, 425 et suiv. ; Bryce 2003, 97 et suiv.

40 De leur côté, les analyses préliminaires de la céramique provenant du site, et notamment l’étude des sources d’approvisionnement d’argile au Bronze Récent et à l’âge du Fer Ancien semblent confirmer le lien existant entre Kınık Höyük et la zone de Kemerhisar/Tyana/Tuwana (voir d’Alfonso 2010 ; Basso 2010).

41 Voir, plus en détail, le rapport préliminaire de la mission (d’Alfonso/Mora 2011).

42 Pour les résultats de la première campagne de fouille, voir d’Alfonso/Mora 2012 ; Matessi et al. sous presse ; pour les résultats de la deuxième campagne, voir d’Alfonso/Mora 2013.

43 La céramique provenant des niveaux hellénistiques comprend soit des pièces à vernis rouge et noir soit des coupes monochromes. Cette production semble pourtant essentiellement locale.

44 Voir plus en détail d’Alfonso/Mora sous presse.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le site de Kınık Höyük
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 2 : Les chantiers de fouille (2011-2012)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 3 : Chantier B, niveau médiéval
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 4 : Chantier B, niveau médiéval, pithos
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 5 : Chantier B, mur de l’époque hellénistique
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 6 : Chantier A, niveau 3, sol
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 7 : Chantier A, restes de céramique peinte
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 8 : Chantier A, niveau 4
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 9 : Chantier A, le mur monumental de la ‘citadelle’
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 10 : Chantier C, le mur monumental de la ‘citadelle’
Crédits Mission archéologique à Kınık Höyük, archive photographique
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/3257/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

Auteur

Université de Limoges, Université de Pavie
mariaelena.balza@libero.it

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search