Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

1) Les éléments fondateurs de la perception réciproque des deux pays

Texte intégral

Bachar al-Assad et Recep Tayyip Erdoğan

Bachar al-Assad et Recep Tayyip Erdoğan

Referans, 16 avril 2010

  • 1 C’est la région qui couvre les États actuels de Syrie, Jordanie, Liban, Israël et Palestine et une (...)

1L’un des facteurs qui marquent le plus la per­ception respective de l’autre dans chacun des deux pays, Turquie et Syrie, est sans doute lié à la mémoire collective des années d’ago­nie de l’Empire ottoman. La perception de la séparation après des siècles de vie commune dans le même empire a été plus douloureuse que dans d’autres provinces arabes. En fait, contrairement à l’idée répandue d’une longue histoire commune des Turcs et des Arabes jusqu’à la fin de l’Empire ottoman, ce dernier avait déjà perdu une grande partie de ses pro­vinces arabo-musulmanes au long du XIXe siècle. Cependant, la Syrie, faisant partie du Bilad el-Cham1, représente l’un des pays arabes qui partagent le destin de l’Empire jusqu’aux derniers jours. Bilad el-Cham fut même la der­nière région arabe à subir la restructuration de l’espace ottoman, si l’on considère la résolution de l’affaire du « Sandjak d’Alexandrette », ou Hatay selon l’appellation turque, comme l’ul­time étape de la déconstruction territoriale de l’Empire ottoman. En tout cas, les souffrances endurées lors de la Première Guerre mondiale ont amèrement marqué la mémoire nationale des deux côtés, turc et syrien, qui ne repose pas sur les mêmes lectures du passé.

2Mais, la perception réciproque ne repose pas seulement sur les vécus pendant la fin de l’Empire. Les régimes héritiers de l’espace ottoman adoptent une historiographie opérationnelle en fonction de leurs appartenances politiques, idéologiques, des jeux d’intérêts et rapports de forces. L’histoire des relations entre États est fortement régie par les considérations des élites dirigeantes des deux pays. L’étude de la construction et de la communication de l’image de la Turquie et de la Syrie, à la fin de l’Empire et à l’ère des États héritiers est donc un bon angle d’approche pour étudier l’évolu­tion des relations entre les deux pays.

a) Le divorce de la Turquie et du monde arabo-moyen-oriental

3Le désir des élites turques d’un destin distinct par rapport au monde arabe est affiché officiel­lement dès avant la fondation républicaine, par le manifeste appelé « Pacte national » (Misak-ı Milli). Ce dernier a été proclamé par le dernier Parlement ottoman le 28 janvier 1920, donc après la fin de la Première Guerre mondiale et avant le traité de Sèvres, à Istanbul alors sous domination des forces alliées. Acte de réalisme politique, il revendique aussi une série de prin­cipes en accord avec les décisions du congrès organisé par la résistance à Sivas en septembre 1919.

4Le premier article définit un territoire cou­vrant des peuples d’une identité presque homo­gène et respectant les frontières reconnues lors de l’Armistice du 30 octobre 1918. Envisageant « une paix durable et juste », le Pacte affirme que

« les territoires inclus dans les frontières à cette date et le peuple ottoman y vivant, uni par des liens ethniques, religieux et par le même objectif, forme un tout indivisible ».

  • 2 Texte en turc : “Bugünkü Türkiye Cumhuriyeti Anayasasında yer alan ’Türk vatanı ve milletin bölünme (...)

5Il reconnaît le droit à l’autodétermination des peuples, notamment dans les régions majoritai­rement arabes ainsi que la Thrace occidentale. Le Pacte national, bien qu’ayant été établi par le Parlement impérial et au cours d’une séance officieuse, est adopté comme « le fondement légal et national du principe de l’indivisibilité de la nation et la patrie turque » dans la consti­tution de la République2.

6La proclamation de ce pacte provoque de jure l’occupation de la capitale par les forces alliées qui dissolvent le Parlement. En outre, la signature du traité de Sèvres au mois d’août 1920 est une sorte de réponse à cette décla­ration. Le démantèlement territorial radical alors envisagé par les vainqueurs a alimenté à l’extrême les peurs des élites ottomanes. Le traité a signifié l’anéantissement de l’autorité politique d’Istanbul et a transféré le pouvoir d’initiative vers la résistance dirigée à Ankara. Le Pacte a ainsi initié la guerre d’indépendance et le processus de fondation du nouvel État dont le traité de Lausanne est l’aboutissement.

7La période entre 1919 et 1923 est celle d’un bras de fer entre les puissances occidentales et le gouvernement d’Ankara qui atteint fina­lement une très grande partie de ses objectifs avec le Traité de Lausanne (juillet 1923). La satisfaction de ces objectifs tant sur le plan territorial que sur le plan politico-économique conduit le régime républicain à adopter une politique de statu quo dans son rapport avec les pays voisins. Cependant, si le traité de Lausanne a en grande partie résolu la question des tracés des frontières, il ne règle pas pour autant la situation de deux provinces : Mossoul et Alexandrette.

  • 3 « Traité entre la Turquie, le Royaume Uni et l’Irak, sur l’établissement des frontières entre la Tu (...)

8L’État turc accepte que la question de Mossoul soit laissée à l’arbitrage de la Société des Nations. Puisque la Turquie n’en est pas membre et que la Grande-Bretagne y a un grand poids, Ankara renonce implicitement à la province en acceptant cet arbitrage. En effet, la Société des Nations laisse en 1926 la région sous le mandat de la Grande-Bretagne. La Turquie, à contrecœur mais s’inclinant devant le résultat, signe dès lors un traité avec cette dernière et l’Irak3. Le cinquième article de ce traité, aussitôt approuvé par l’Assemblée Nationale turque, pose l’invariabilité des fron­tières. Dans le souci de consolider les souverai­netés nationales réciproques, Ankara conclut à partir de 1928 plusieurs accords bilatéraux avec l’Irak.

9La circonscription d’Alexandrette, question qui provoquera dans les années 1930 des ten­sions entre Ankara et Paris - qui contrôle la Syrie dans le cadre d’un mandat de la SDN -, fera l’objet de négociations entre ces capitales dans l’atmosphère tendue d’avant la Deuxième Guerre mondiale. Avec la résolution de son statut en 1939, du moins pour la Turquie et la France, cette circonscription constituera le dernier département ajouté au territoire de la République turque, sorte d’appendice méridio­nal articulé au Levant.

b) « Les Arabes, les traîtres »

10La rupture de la Turquie avec le Moyen-Orient après la Première Guerre ainsi que la percep­tion du monde arabo-musulman par les élites républicaines constituent des facteurs ayant longtemps fortement influencé les relations entre les deux pays. En effet, la volonté d’éloignement de la région est souvent légitimée par les élites républicaines en convoquant les événements de la Première Guerre mondiale. La collaboration avec la Grande-Bretagne de certains dirigeants arabes comme Hussein ben Ali, Chérif de la Mecque et père d’Abdallah bin al-Hussein, premier roi de Jordanie, pour créer le royaume arabe, a été perçue comme une trahison inexcusable du peuple arabe. La mémoire de cette rupture est toujours restée vive, et encore maintenant, dans les débats sur le monde arabe reste décrite comme « un coup de poignard dans le dos par les Arabes », sorte de confirmation de l’impossibilité de collaborer avec les États arabes.

  • 4 Barbir, Karl, “Arap dünyasında Osmanlı mirası”, dans Brown, Carl (éd.), İmparatorluk Mirası, Istanb (...)

11Cependant, il est à noter que les populations arabes de l’Empire ne se sont pas projetées dans un destin séparé jusqu’au moment, bien avant la Première Guerre mondiale, où les Jeunes Turcs ont renoncé à la voie de leurs prédéces­seurs qui plaidaient pour une vision multi-identitaire4. En fait, c’est le nationalisme turc, lui-même relativement tardif par rapport à celui des peuples chrétiens de l’Empire, qui suscite des échos semblables chez les autres peuples musulmans comme les Arabes et les Kurdes. De surcroît, les pratiques oppressives des officiers turcs dans le Levant vers la fin de l’Empire alimentent le nationalisme arabe, comme celui des minorités comme les Chrétiens, Druzes ou Alaouites.

  • 5 Ibid.
  • 6 Tauber, Eliezer, “Syrian and Iraqi Nationalist Attitudes to the Kemalist and Bolshevik Movements”, (...)

12Néanmoins, la supposée « trahison arabe » et la « collaboration avec les États occiden­taux » ne sont pas l’image qui domine l’inté­gralité des rapports turco-arabes pendant et après la Première Guerre mondiale. La révolte du Chérif Hussein contre Istanbul ne mobilise pas toutes les masses dans les régions arabes5. Si Emir Fayçal, fils du Chérif Hussein, conduit ses troupes à Damas, abandonnée par les forces ottomanes aux derniers jours de la guerre, pour se proclamer plus tard roi de Syrie, il ne gagne pas non plus le soutien de toute la population. Il y a eu après la fin de la guerre des tenta­tives de coopération et même d’alliance entre des groupes arabes et turcs contre un ennemi commun, les « impérialistes occidentaux ». Déjà en 1919, juste après la guerre, les services britanniques qui dominaient alors le Levant, signalent des mouvements pro-turcs à Alep et à Damas ainsi que la montée de propa­gandes turques contre la puissance d’occupation6. Malgré cette disparité des rapports entre les mouvements arabes et les forces alliées, « l’Arabe » devient dans la vision officielle de la Turquie, celui qui a comploté avec les puissances occidentales contre les Turcs. La Syrie et le Liban, supposés être le théâtre principal de cette « trahison », renvoient à des souvenirs encore plus amers pour Ankara.

  • 7 Tachjian, Vahé, La France en Cilicie et en Haute- Mésopotamie. Aux confins de la Turquie, de la Syr (...)

13Après l’évacuation de la Syrie par les forces britanniques en 1920, les démarches de Fayçal, éphémère roi de Syrie appuyé jusqu’alors par Londres pour conclure un accord avec la nou­velle puissance, la France, provoquent des protestations des groupes nationalistes et des mouvements islamiques de Syrie. Ces groupes, gardant une distance à l’égard de Fayçal, contactent les kémalistes pour conduire une politique commune contre la France. Dans l’ob­jectif de soutenir la résistance turque en Cilicie [région d’Adana en Turquie actuelle), occupée également par les forces françaises, ils mènent des opérations pour empêcher le ravitaillement des forces françaises à partir de la Syrie. Ils ne forment pas pour autant un front commun à long terme et c’est Ankara qui met fin à cette coopération par la signature avec la France de l’accord prévoyant le retrait des forces de cette dernière de la région de Cilicie7.

  • 8 Pour des intellectuels comme Hüseyin Cahid Yalçın, écrivain et homme politique, les Ottomans n’avai (...)

14En fait, depuis longtemps, le choix était clair pour les responsables turcs : ils avaient adopté un discours « anti-orientaliste » bien avant la Première Guerre mondiale. Dès le XIXe siècle, certains intellectuels et bureaucrates ottomans, prédécesseurs des fondateurs de la République, ont tenu un nouveau discours occidentaliste renonçant à « la culture orientale » stigma­tisée comme source de sous-développement contraire au bien du pays. Le fondement de l’intérêt national exigerait ainsi d’exclure toute adhésion à cette culture, comprise comme « culture arabe »8.

15Avec la République, cette vision devient l’un des piliers de l’idéologie officielle. Détachée de l’Orient, la Turquie se rapproche­rait ainsi davantage de l’Occident et des normes occidentales. C’est le projet de modernisation qui s’appuie sur deux principes fondateurs : nationalisme et occidentalisation. Ce projet nécessite de se débarrasser de « l’influence rétrograde des structures conservatrices reli­gieuses et sociales » de la région dans laquelle se trouve la Turquie, jugées incompatibles avec l’identité du nouvel État-nation et son objectif de modernisation, donc d’occidentalisation.

  • 9 Zurcher, Eric, Turkey: A Modern History, London, I.B. Tauris & Co., 1993, p. 199.
  • 10 Copeaux, Étienne, Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS (...)

16La politique de création de la nation qui pri­vilégie les mythes d’avant la période islamique a en effet pour but de distancier la nouvelle Turquie républicaine de la culture moyen- orientale9. En rejetant la culture des Arabes, la culture islamique revendiquée a été « turquifiée »10 pour être un principe de consolidation de l’État-nation. Cette fracture culturelle avec le monde arabo-musulman cherche à rendre impossible la conception d’une identité com­mune, d’un État commun, avec les pays arabes voisins. En s’éloignant d’un « islam à vocation universelle », le régime républicain tente éga­lement d’empêcher d’éventuelles politiques expansionnistes. Le nouvel État devra repo­ser sur le modèle westphalien, abandonnant l’identité d’Empire à vocation universelle.

  • 11 Ibid., p.128
  • 12 Copeaux, Étienne, « L’image des arabes et de l’Islam dans les manuels d’histoire turcs depuis 1931  (...)

17À partir des années 1930, cette politique s’est manifestée dans l’éducation au travers des manuels scolaires d’histoire par l’exclusion du corpus de l’histoire musulmane des pays arabes, contrastant avec une forte « nostalgie des Balkans »11. La révolte de Hussein est amal­gamée à un « monde arabe » supposé homo­gène. La véhémence anti-arabe s’est ancrée jusqu’aux années 1990, indépendamment de l’évolution du rapport de l’État turc avec le principe de laïcité et l’islam : les Arabes restent des étrangers et « les traîtres de 1916 »12. Cette vision collective renforce le caractère insu­laire de la Turquie dans son environnement régional et contrarie par là même toute volonté d’échange culturel et politique avec ces pays.

18Ceci dit, les tensions entre la Turquie et l’Union Européenne, la défiance répandue envers la politique américaine et l’arrivée au pouvoir de l’AKP fin 2002, parti qualifié à l’extérieur de « musulman conservateur », modifient ces derniers temps la vision populaire du Moyen-Orient en Turquie, comme d’ailleurs celle des autres « Orients » comme la Russie ou l’Asie centrale. La croissance de la présence politico-économique turque dans ces régions contribue à la révision de l’image du « monde » arabo-musulman.

c) « Le Turc » dans la mémoire des provinces arabes

19La construction de l’image de la Turquie suit également un processus compliqué pour le monde arabe, d’autant plus que ce dernier présente plus d’hétérogénéité socio-politique et étatique que la Turquie. Le développement du nationalisme arabe au XXe siècle a considérablement influencé le cadre de perception à l’égard de la nouvelle République de Turquie, non seulement du fait que cette dernière est la principale héritière du passé impérial, mais aussi en raison de son alliance avec « l’Occi­dent impérialiste », lié à son choix d’un régime laïc.

  • 13 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, “From dis­tant neighbors to partners? Changing Syrian-Turkish (...)

20Sur le plan historiographique, le sous-déve­loppement des provinces arabes est interprété par les milieux nationalistes arabes comme la conséquence de l’impérialisme séculaire turc13. Il était reproché à l’État impérial [ottoman] dans un premier temps sa « négligence envers les régions arabes » et son « détachement d’une politique pro-islamique ». L’occupation de la Tripolitaine par l’Italie (à partir de la fin 1911) fut d’ailleurs la

  • 14 Jewad, Kaïs, Du califat aux coups d’État - Les cinq coups d’État militaires au sein de l’Empire ott (...)

« conséquence du désintérêt du gouvernement du parti Union et Progrès pour cette province. [...] Les Unionistes, avaient refusé d’en prendre acte [pour la défense de la province], et avaient même publié un article dans leur revue, Tanîn, où ils expliquaient que la Tripolitaine ne rapportait rien et qu’elle constituait un poids pour l’économie du pays et le budget de l’État »14.

  • 15 Ibid., p. 222-239 ; Troudi, Mohamed, « la Turquie et les printemps arabes », Politique actualité, n (...)

21Ensuite, les gouvernements ottomans sont critiqués pour avoir exclu les Arabes de la vie politique. Selon l’historiographie arabe domi­nante, les Arabes occupaient peu de postes politiques, même par rapport aux non-musul­mans, alors que le discours tenu par les dirigeants ottomans insistait sur la communauté de culture et de religion dans leurs relations avec le monde arabe. « Les Francs-maçons et les Sionistes » occupaient largement les rangs du parti Union et Progrès. La formation du gou­vernement après la révolution des Unionistes en 1908 serait « la preuve de l’abandon par les dirigeants turcs du monde arabo-musulman ». Celui-ci ne comprenait aucun responsable arabe alors que les peuples arabes représen­taient la majorité de la population impériale. Et d’autant plus que ce gouvernement était recon­nu, selon cette veine historiographique, pour compter un certain nombre d’hommes hostiles aux intérêts arabes, voire à ceux de l’Islam. Sont visés notamment des ministres apparte­nant à l’Organisation Sioniste, cibles des jour­naux arabes les plus importants de l’époque comme Al-Ahrâm, Al-Muayyid, Al-Manâr et Al-Mokattam15.

22Avec quelques variations, le facteur « Sioniste et Franc-maçon » reste longtemps présent dans les analyses arabes sur la rupture entre la Turquie et le monde arabo-musulman. Sont pointés ainsi du doigt les

  • 16 Al-Daqûqi, Ibrahim, “Palestine & Zionism in the Turkish mass media”, The Third Arab-Turkish Relatio (...)

« coupables » : « des ennemis [qui] cherchent à diviser les Arabes et les Turcs afin qu’il soit plus facile de les anéantir séparément. Le principal de ces ennemis est le Sionisme aux trois visages, le juif, le ʻdönmeʼ [converti du judaïsme à l’islam par opportunisme] et le franc-maçon, qui influencent fortement l’opinion publique turque, si l’on en juge par la propagande sio­niste des médias et des journalistes, ainsi que par l’assujettissement au sionisme de maintes institutions économiques turques »16.

  • 17 Ochsenwald, William, “Modern Ortadoğu’da İslâm ve Osmanlı Mirası”, dans Brown, Carl (éd.), İmparato (...)

23L’orientation occidentaliste des réforma­teurs turcs-ottomans a aussi été décrite par l’historiographie arabe comme la preuve de l’éloignement du Moyen-Orient et de l’Islam, étayant la méfiance des peuples et responsables arabes. D’ailleurs, l’appel au djihad du Calife en 1914 pendant la Première Guerre mondiale a été perçu comme hypocrite par beaucoup de musulmans du fait que l’État ottoman s’alliait avec des puissances occidentales17.

  • 18 Dikerdem, Mahmut, Ortadoğuda Devrim Yılları, Istanbul, Cem Yay., 1990, p. 10.

24La République de Turquie fondée par les élites impériales hérite à son tour des critiques concernant l’époque impériale. Du reste, avec les réformes républicaines et laïcistes, un senti­ment de trahison se manifeste dans une partie du monde arabo-musulman à l’égard des diri­geants turcs pour avoir mis fin, par décision unilatérale, au Califat. Surtout pour les milieux conservateurs, la République n’est que « l’héri­tière infidèle de l’Ottoman à fouet »18.

  • 19 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op. cit., p. 231.
  • 20 Troudi, Mohamed, op. cit.

25Ces reproches restent omniprésents dans la vision du monde arabo-musulman et notam­ment dans le regard syrien envers la Turquie jusqu’à la fin du XXe siècle. Du reste, le sou­venir des persécutions des figures du nationa­lisme arabe dans le Levant à la fin de l’Empire renforce l’aversion vis-à-vis des Turcs en Syrie et au Liban. Après l’indépendance de la Syrie, les produits de la culture populaire, comme les émissions télévisées, auraient présenté « des références à la guerre et aux tortures et mau­vais traitements que les Arabes ont subis des Turcs »19. Ceci étant, on observe ces dernières années l’émergence de nouvelles approches historiques selon lesquelles, par exemple, on affirme le développement du monde arabe sur les plans économique, culturel et démographique sous l’influence ottomane « même si ce constat n’est pas toujours facilement admis par certains milieux politiques et intellectuels arabes »20.

d) L’affaire du Sandjak d’Alexandrette

  • 21 Yerasimos, Stéphane, « Le sandjak d’Alexandrette : formation et intégration d’un territoire », Revu (...)

26Dès 1919, les forces françaises occupent la Cilicie, la région d’Adana en Turquie actuelle et le littoral méditerranéen oriental jusqu’à Haïfa au sud, en vertu des accords Sykes-Picot de février 1916. En 1920, la France devient offi­ciellement puissance mandataire en Syrie et au Liban. Le pouvoir français organise alors le ter­ritoire et forme le sandjak autonome d’Alexandrette qui est donc une création française. Celui-ci comprend les kaza’s d’Alexandrette, Antioche, Harim (Rehaniye) et Beylan. Seule la terminologie administrative est ottomane, l’État ottoman utilisant cette formule pour l’adminis­tration des régions présentant des problèmes particuliers21.

  • 22 Yerasimos, Stefanos, Milliyetler ve Sınırlar, Istanbul, İletişim, 1999, p. 170.
  • 23 Sander, Oral, Türkiye’nin Dış Politikası, Ankara, İmge, 1998, p. 217.

27Toutefois, face à la résistance turque, les forces françaises ne peuvent se maintenir en Cilicie que dans quelques grandes villes22. De surcroît, le gouvernement d’Ankara fait distri­buer en Irak et en Syrie des livrets appelant les peuples arabes à combattre contre l’ennemi commun, l’impérialisme occidental23. Et une aggravation de la situation au sud de l’Anatolie peut déstabiliser la position de la France en Syrie. Or une grande guerre vient de se termi­ner et les divergences entre Paris et Ankara ne valent pas la peine de poursuivre un conflit armé tant qu’Ankara ne pose pas de problèmes stratégiques. D’ailleurs, le gouvernement de Clémenceau est alors plutôt concentré sur l’accord avec l’Allemagne. Une réconciliation entre Paris et Ankara peut également permettre de contrôler le rapprochement turco-soviétique ou au moins d’éviter de jeter Ankara dans les bras des Soviets. En outre, les divergences de la France avec la Grande-Bretagne sont de plus en plus visibles, ce qui pousse la première à avoir sa politique propre.

28Finalement, la France décide de ne pas poursuivre la guerre en Turquie, n’y ayant pas grand intérêt, et devient le premier pays signa­taire de Sèvres à conclure un nouvel accord avec Ankara le 20 octobre 1921, rendant en conséquence caduc le traité de Sèvres. Cet accord définit les grandes lignes de la fron­tière turco-syrienne. Il laisse les zones où se trouvent les villes d’Alexandrette et d’Antioche sous mandat français, mais il reconnaît le turc comme langue officielle et des droits culturels aux Turcs.

  • 24 Statistiques françaises rapportées par Adnan Sofuoğlu, “Belgeler Işığında Bağımsız Hatay Devleti’ni (...)

29Néanmoins, le traité d’amitié et d’alliance signé en 1936 entre la France et la Syrie accorde à cette dernière l’indépendance dans un délai de trois ans. Il prévoit un transfert de souveraineté et de tous les droits de la France au gouvernement syrien sans faire référence au Sandjak. Ankara plaide l’incompatibilité de cet arrangement avec l’accord de 1921 qui prévoyait un régime spécifique pour cette pro­vince. À la même époque, la population de la province est composée de Turcs (39,7 %), d’Alaouites (28 %), d’Arméniens (11 %), d’Arabes sunnites (11 %), de Grecs orthodoxes (9 %), et de Tcherkesses, Kurdes, Albanais, Ismaïliens et Juifs (3 %)24. Notons que cette catégorisation est critiquable, notamment du fait qu’elle se base sur deux critères différents, la langue et la religion.

  • 25 Khadduri, Majid, “The Alexandretta Dispute”, The American Journal of International Law, July 1945, (...)
  • 26 Pérouse, Jean-François, « La Turquie : une construc¬tion territoriale récente », Mappemonde, 2008, (...)

30La Turquie profitant de la conjoncture inter­nationale avant la guerre et des accords précédents, essaie de peser plus que dans le cas de Mossoul. Après des pourparlers entre les gouvernements d’Ankara et de Paris, la France accepte de reporter l’affaire devant la Société des Nations qui reconnaît que la province est une « entité distincte »25. Les tractations diplomatiques aboutissent à un accord sous la pression anglaise entre la France et la Turquie garantissant l’intégrité territoriale du Sandjak26. Ainsi est née la « République de Hatay » en 1938.

  • 27 Mustafa Kemal qualifiait la région de « pays de Turcs depuis quarante siècles », (Kırk asırlık Türk (...)

31L’année suivante, la nouvelle et petite République prend la décision de se rattacher à la Turquie et devient le nouveau département de Hatay. Les résultats des recensements et des élections locales légitiment cette réunifi­cation selon la vision turque. Avec le nom de Hatay, dont l’origine étymologique provient des Hittites, la région se relie ainsi à un passé préislamique, conformément à l’inclination ethnique de l’idéologie républicaine27. En fait, le régime républicain adopte une thèse historiographique selon laquelle les Hittites sont issus des premières immigrations turques de l’Asie centrale vers l’Anatolie soumis par la suite aux Grecs, Romains, etc. Pour la Turquie, l’affaire du Sandjak a ainsi été définitivement réglée.

  • 28 Le Gac, Daniel, La Syrie du Général Assad, Paris, Editions Complexe, 1991, p. 59.

32Au moment de la séparation de la région, les Alaouites du Levant, environ 350 000, vivaient essentiellement dans les terres entre Antioche, au nord, le « Nahr al Kabir », fleuve qui suit aujourd’hui le tracé de la frontière libano-syrienne, au sud, la Méditerranée, à l’ouest et le fleuve Oronte à l’est. Avec le ratta­chement de Hatay à la Turquie, 80 000 à 90 000 Arabes dont une majorité d’Alaouites, passent sous administration turque28. À sa création, la République de Hatay compte une population de 219 000 personnes.

  • 29 Sofuoğlu, Adnan, “Belgeler Işığında Bağımsız Hatay Devleti’nin Kuruluşu ve Türkiye”, Atatürk Araştı (...)

33Le département de Hatay s’étend aujourd’hui sur une superficie de 5827 km2, supérieure à celle de la partie rattachée en 1939, légère­ment plus petite (4805 km2)29. Avec ce ter­ritoire, la Turquie gagne presque 90 km en prolongement de la façade orientale de la Méditerranée et devient le seul État souverain du golf d’İskenderun (d’Alexandrette) (Carte 1).

  • 30 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem , op. cit., p. 231.

34Selon la vision arabo-syrienne, l’affaire du Sandjak n’est que la preuve des ambitions expansionnistes de la Turquie vers le sud30. Toutefois, cette hypothèse d’une Turquie expansionniste ne paraît pas vraisemblable et surtout pas vers le Moyen-Orient avec lequel l’idéologie officielle turque cherche à garder une certaine distance. L’annexion du Sandjak ne s’oppose pas au projet westphalien du régime républicain qui repose sur la renonciation à l’esprit de conquête territoriale. Elle ne consiste qu’à résoudre un problème frontalier précis, non résolu par Lausanne. De surcroît, auparavant, la région ne faisait pas partie d’un autre État souverain ; il ne s’agit donc pas pour la Turquie d’un acte en contradiction avec le principe de reconnaissance mutuelle de voisins souverains.

e) La politique moyen-orientale de la Turquie entre les deux guerres

  • 31 Sadak, Necmettin, “Turkey Faces the Soviets” Foreign Affairs, Avril 1949, Vol. 27, No. 3.

35La politique moyen-orientale de la Turquie à cette époque se définit dans le souci de ren­forcer la stabilité régionale afin de préserver l’unité territoriale contre toutes les formes de menace pesant sur elle31. Elle repose sur la reconnaissance des frontières des pays limitrophes héritiers de l’Empire ottoman. Dans le but de consolider ses frontières et de renforcer sa reconnaissance internationale, la Turquie commence à établir des rapports westphaliens avec les États voisins. Après ses démarches pour consolider la reconnaissance multilaté­rale des frontières balkaniques, elle s’efforce de stabiliser ses frontières avec les États moyen- orientaux. Un premier accord est conclu avec l’Afghanistan en 1920 qui sera renouvelé en 1928. Ankara signe ensuite une série d’accords avec l’Irak en 1926 et en 1937 ainsi qu’avec l’Iran en 1926, y compris sur la coopération dans le domaine de la défense en 1933. En 1937, la Turquie, l’Afghanistan, l’Iran et l’Irak établissent le Pacte de Saadabat garantissant les frontières communes. Néanmoins, Ankara garde toujours une certaine distance avec la région, en raison de sa stratégie nationaliste et de sa politique occidentaliste. En dépit des accords d’amitié établis dans un objectif de reconnaissance réciproque, les relations de la Turquie avec les pays moyen-orientaux restent donc très restreintes.

36Par ailleurs, la prédominance de la Grande- Bretagne et de la France dans la région avant la Deuxième Guerre mondiale met les rela­tions de la Turquie avec la région en partie sous la tutelle de ces grandes puissances. Particulièrement, les relations entre la Turquie et la Syrie jusqu’à l’indépendance de cette der­nière au début de la Guerre Froide, s’inscrivent en fait dans les relations de la Turquie avec la puissance mandataire.

f) Les échanges commerciaux turco-moyen-orientaux jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale

37Dans le domaine des relations économiques, les échanges commerciaux turcs avec le Moyen- Orient restent inexistants pendant ces pre­mières décennies de la République. Même la Grèce, avec laquelle la Turquie avait des relations litigieuses, représente pour les expor­tations turques une destination plus impor­tante que les pays moyen-orientaux pour la même période. Ceci étant, la position de la Turquie ne représente pas une exception dans la région ; les puissances économiques occi­dentales occupent une place dominante, pour ne pas dire un monopole, dans les échanges commerciaux des pays de la région.

  • 32 Excepté Istanbul et Izmir, l’infrastructure pour le transport maritime demeure obsolète. Par exempl (...)

38La rupture économique de la Turquie avec les pays voisins résulte de plusieurs causes. Il est difficile de savoir comment a joué le désintérêt politique du régime turc envers cette région. En tout cas, même si le désintérêt poli­tique n’avait pas existé, ni les structures écono­miques, ni les infrastructures de la Turquie et des autres pays moyen-orientaux ne sont alors aptes à créer de réels échanges commerciaux et encore moins une intégration économique. La Turquie qui ne dispose ni d’un réseau rou­tier ni d’infrastructures maritimes adéquats au niveau national, est loin de disposer de routes appropriées vers les pays orientaux voisins32.

39L’incompatibilité entre la structure écono­mique de la Turquie et celle des pays du Moyen- Orient a aussi empêché le développement des échanges commerciaux et l’intégration écono­mique. La Turquie ayant une économie agricole bien peu compétitive, comme la plupart des pays de sa région, est fortement dépendante de l’Europe sur le plan économique. L’industrie turque, dans un état embryonnaire, est loin de rivaliser avec les économies occidentales dans le marché régional. La région, avec une écono­mie agricole et des revenus faibles, ne constitue pas un marché intéressant pour les produits agricoles turcs et vice versa.

Échanges commerciaux de la Turquie avec les pays moyen-orientaux (valeur en %)

Égypte

Syrie

Iran

Palestine

Total

Année

Imp.

Exp.

Imp.

Exp.

Imp.

Exp.

Imp.

Exp.

Imp.

Exp.

1925

2,5

3,1

3,8

6,1

0,6

0,1

-

-

6,9

9,3

1931

2,1

3,6

1

3,6

0,7

0,0

-

-

3,8

7,2

1938

0,7

0,9

0,4

0,8

0

0,0

0,4

0,2

1,5

1,9

1945

1,4

11,6

0,9

1,1

0

-

6,9

4,4

9,2

17,1

Source: Statistical Indicators 1923-2007, Turkish Statistical Institute, Ankara, 2008; pour les données sur la Palestine: M.W. Thornburg, G. Spry, G. Soule, Turkey, An Economic Appraisal, New York, The Twentieth Century Fund, 1949, p. 282-283.

40La Syrie et l’Égypte occupent une place relativement importante par rapport aux autres pays de la région dans les échanges commer­ciaux de la Turquie entre 1923 et 1933, bien qu’à un taux très faible par rapport à celui des partenaires occidentaux de la Turquie. Si les exportations turques vers l’Égypte s’accroissent dans les années 1940, ceci est lié aux conditions exceptionnelles de la guerre. Quant à la part de la Syrie dans les échanges commerciaux, elle baisse à partir de la moitié des années 1930, pour ne jamais revenir à son niveau antérieur jusqu’aux années 2000. La fragmentation de la région par les frontières et l’affaire du Sandjak d’Alexandrette ont vraisemblablement joué sur les échanges entre les deux pays. Il faut aussi rappeler que les échanges de la Turquie avec cette province furent qualifiés par la Turquie de « commerce extérieur » jusqu’en 1939.

Notes

1 C’est la région qui couvre les États actuels de Syrie, Jordanie, Liban, Israël et Palestine et une partie du sud-est de la Turquie.

2 Texte en turc : “Bugünkü Türkiye Cumhuriyeti Anayasasında yer alan ’Türk vatanı ve milletin bölünmezliği’ ilkesinin millî ve hukukî dayanağı, hâlâ yaşayan ’Misak-ı Millî’ ruhudur”. Disponible sur www.tbmm.gov.tr/tarihce/kb2.htm. Le fait que l’une des tours du mausolée d’Atatürk s’appelle « la tour de Misak-ı Milli » est aussi notable. Lieu pro­tocolaire, chaque visiteur officiel doit s’y rendre au cours de sa visite et signer le livre d’honneur situé face au cénotaphe du père fondateur.

3 « Traité entre la Turquie, le Royaume Uni et l’Irak, sur l’établissement des frontières entre la Turquie et l’Irak », Ankara, 5 juin 1926. Selon ce traité, la Turquie devait percevoir 10 % des revenus pétroliers irakiens pendant 25 ans, ce qui a été vu comme une compensation au renoncement de la Turquie à ses droits sur Mossoul.

4 Barbir, Karl, “Arap dünyasında Osmanlı mirası”, dans Brown, Carl (éd.), İmparatorluk Mirası, Istanbul, İletişim, 2000.

5 Ibid.

6 Tauber, Eliezer, “Syrian and Iraqi Nationalist Attitudes to the Kemalist and Bolshevik Movements”, Middle Eastern Studies, Octobre 1994, Vol. 30, No. 4, p. 896-915

7 Tachjian, Vahé, La France en Cilicie et en Haute- Mésopotamie. Aux confins de la Turquie, de la Syrie et de l’Irak, Karthala Editions, Paris, 2004.

8 Pour des intellectuels comme Hüseyin Cahid Yalçın, écrivain et homme politique, les Ottomans n’avaient pas besoin de la culture arabe (Mardin, Şerif, Bediüzzaman Said Nursi Olayı, Modern Türkiyede din ve toplumsal değişim, Istanbul, İletişim, 1992, p. 223).

9 Zurcher, Eric, Turkey: A Modern History, London, I.B. Tauris & Co., 1993, p. 199.

10 Copeaux, Étienne, Une vision turque du monde à travers les cartes de 1931 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 131.

11 Ibid., p.128

12 Copeaux, Étienne, « L’image des arabes et de l’Islam dans les manuels d’histoire turcs depuis 1931 », CEMOTI, 1991, No. 12, p. 195-213.

13 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, “From dis­tant neighbors to partners? Changing Syrian-Turkish relations, Security Dialogue, 2006, Vol 37, p. 231.

14 Jewad, Kaïs, Du califat aux coups d’État - Les cinq coups d’État militaires au sein de l’Empire ottoman de 1908 à 1913, Paris, Alphabeta, 1995, p. 219-222.

15 Ibid., p. 222-239 ; Troudi, Mohamed, « la Turquie et les printemps arabes », Politique actualité, nd. Disponible sur www.politique-actu.com/dossier/turquie-printemps-arabes-mohamed-troudi/280792/

16 Al-Daqûqi, Ibrahim, “Palestine & Zionism in the Turkish mass media”, The Third Arab-Turkish Relations Conference (abstracts of papers), Yarmouk University, 25-28 avril 1985, cité dans Duclos, Louis-Jean, « Arabes et Turquie : le cas Jordanien », CEMOTI, 1991, No. 11, p. 119-139.

17 Ochsenwald, William, “Modern Ortadoğu’da İslâm ve Osmanlı Mirası”, dans Brown, Carl (éd.), İmparatorluk Mirası, Istanbul, İletişim, 2000.

18 Dikerdem, Mahmut, Ortadoğuda Devrim Yılları, Istanbul, Cem Yay., 1990, p. 10.

19 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem, op. cit., p. 231.

20 Troudi, Mohamed, op. cit.

21 Yerasimos, Stéphane, « Le sandjak d’Alexandrette : formation et intégration d’un territoire », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 1988, No. 48-49, p. 198-212.

22 Yerasimos, Stefanos, Milliyetler ve Sınırlar, Istanbul, İletişim, 1999, p. 170.

23 Sander, Oral, Türkiye’nin Dış Politikası, Ankara, İmge, 1998, p. 217.

24 Statistiques françaises rapportées par Adnan Sofuoğlu, “Belgeler Işığında Bağımsız Hatay Devleti’nin Kuruluşu ve Türkiye”, Atatürk Araştırma Merkezi Dergisi, Juillet 2005, Vol. 21, No 62.

25 Khadduri, Majid, “The Alexandretta Dispute”, The American Journal of International Law, July 1945, Vol. 3, p. 406-425 ; Alantar, Ö. Zeynep, “Türk Dış Politikasında Milletler Cemiyeti Dönemi”, dans Sönmezoğlu (Faruk) (éd.) Türk Dış Politikası Analizi, Istanbul, Der Yay., 1994.

26 Pérouse, Jean-François, « La Turquie : une construc¬tion territoriale récente », Mappemonde, 2008, No. 90, disponible à http://mappemonde.mgm.fr/ num18/index.html

27 Mustafa Kemal qualifiait la région de « pays de Turcs depuis quarante siècles », (Kırk asırlık Türk yur­du), İsmail Habib Sevük, Atatürk İçin, Cumhuriyet Matbaası, 1939, s. 27. Cité dans le site Internet de la préfecture de Hatay.

28 Le Gac, Daniel, La Syrie du Général Assad, Paris, Editions Complexe, 1991, p. 59.

29 Sofuoğlu, Adnan, “Belgeler Işığında Bağımsız Hatay Devleti’nin Kuruluşu ve Türkiye”, Atatürk Araştırma Merkezi Dergisi, juillet 2005, Vol. 21, No. 62.

30 Benli Altunışık, Meliha & Tür, Özlem , op. cit., p. 231.

31 Sadak, Necmettin, “Turkey Faces the Soviets” Foreign Affairs, Avril 1949, Vol. 27, No. 3.

32 Excepté Istanbul et Izmir, l’infrastructure pour le transport maritime demeure obsolète. Par exemple, en 1924, alors que le coût du transport d’une tonne de blé de l’Anatolie centrale à Istanbul s’élève à 8,8 $, il n’est que de 5 $ quand il vient de New York (Soulas, Jean, « L’essor économique de la Turquie contemporaine », Annales de géographie, Année 1939, Vol. 48, No. 274 ; Ahmad, Feroz, Modern Türkiye’nin Oluşumu [The Making of Modern Turkey], Routledge), Istanbul, Kaynak Yay., 2002, p. 116.)

Table des illustrations

Titre Bachar al-Assad et Recep Tayyip Erdoğan
Crédits Referans, 16 avril 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr